Genèse, présent et avenir des carnets de terrains de Philippe Glangeaud

14 novembre 2011
Par

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur le site de la BCU.
Mercredi dernier, nous avons présenté le site au Conseil Général du Puy-de-Dôme, car il s'inscrit dans la droite ligne du projet d'inscription de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne au patrimoine mondial de l'UNESCO. Qu'une bibliothèque universitaire s'associe aux instances politiques d'un département pour défendre des projets communs, c'est plutôt rarissime. Mais cette alliance n'est liée qu'à la brûlante actualité de Philippe Glangeaud aujourd'hui : Père de la géologie moderne en Auvergne, c'est le premier à décrire et à cartographier la chaîne des Puys, et à définir "la grande faille de Limagne".
Philippe Glangeaud est bien, avant la lettre, un défenseur du projet UNESCO 63.

J'aime la Chaïne des Puys et la faille de Limagne

"Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud", c'est aussi le premier site de diffusion du patrimoine scientifique réalisé par notre équipe, la "bibliothèque numérique de production".

Retour sur la genèse du projet, les choix qui ont présidé à la construction du site, et les évolutions envisagées à l'avenir.

En 1986, après le décès de Louis Glangeaud, éminent géologue fils du non moins éminent Philippe Glangeaud, la famille Glangeaud-Freudenthal confia à l'Université Blaise Pascal et au Muséum-Henri-Lecoq, l'ensemble des carnets, livres, cartes et témoignages des géologues. Un patrimoine scientifique considérable à conserver, valoriser, exploiter.

En 2005, la bibliothèque de sciences et la bibliothèque numérique de la BCU s'associent au Laboratoire Magmas et Volcans pour valoriser, mettre en ligne et exploiter les carnets de terrain de Philippe Glangeaud. L'enjeu est aussi de proposer une incursion dans l'Auvergne du début du vingtième siècle.

En 2011, le projet prend un nouvel essor. Les acteurs sont, côté BCU, le responsable de la section science, le responsable de la bib num de prod., moi la webmestre, mon collègue développeur, et ma collègue graphiste. Côté LMV, nous avons le soutien scientifique du géologue Pierre Boivin , et la contribution de Sylvaine Jouhannel, bibliothécaire. Le Muséum Henri-Lecoq se joint au projet.

Venons-en à la composition du corpus à mettre en ligne. Nous disposons d'environ 45 carnets de terrain couvrant le paysage géologique auvergnat,  une collection de cartes postales recueillies par Philippe Glangeaud, mais aussi les échantillons de roches qu'il a ramassés lors de ses expéditions scientifiques.

Notre projet s'inscrit bien dans la publication des sources de la recherche en géologie. Dans ses carnets, à côté des croquis qu'il dessine, Philippe Glangeaud note souvent : "à publier". Ces carnets de terrains constituent bien les sources des publications du géologue, qu'il s'agira de mettre en relation avec ces publications elles-mêmes.

Pour réaliser le site, nous sommes partis d'un existant : le travail de dépouillement, de description et d'indexation des carnets réalisé par des étudiants de géologie du LMV. Un travail réalisé sur un immense tableur. Les étudiants ont indexé les termes géologiques, les lieux, les dates, la nature des croquis, mais aussi les commentaires du géologue. On pourrait s'intéresser de près à ces commentaires où Glangeaud note à vif ses impressions, ses analyses, le nom de ses collaborateurs scientifiques, mais aussi ses points de chute.

Cette indexation des carnets allait nous permettre d'établir les métadonnées des carnets.
Dès le départ, nous avons pris le parti-prix de l’interopérabilité. Il nous fallait des métadonnées en Dublin Core afin de pouvoir être moissonné. Nous avons alors établi un mapping pour convertir le tableau réalisé par les étudiants au format Dublin Core.

Puis, nous nous sommes attelés à la conception de la maquette afin de définir l'arborescence du site, et ses principales fonctionnalités : quelles modalités de recherche ? Une recherche simple, par mot clé, une recherche avancée permettant d'interroger les quinze champs du Dublin Core, une recherche par lieux avec un module de géolocalisation.

Quelles modalités de feuilletage ? On a eu l'idée de la loupe qui permettrait de bien lire les carnets, d'agrandir les schémas pour les voir avec une résolution optimale.
Concernant l'arborescence, nous voulions bien mettre en évidence la biographie et la bibliographie de Philippe Glangeaud, mais aussi l'importance de l'héritage scientifique de Philippe Glangeaud aujourd'hui, et les croquis les plus remarquables, à l'aquarelle et à l'encre de Chine.
Nous voulions aussi rendre vivante et animée la démarche scientifique de Philippe Glangeaud. Disposant des photographies des échantillons de roches qu'il avait ramassés lors de ses expéditions scientifiques, nous avons eu l'idée de faire correspondre ces photographies de roches aux croquis établis par Glangeaud par le truchement du survol des images. Enfin, il importait de mettre en évidence la collection de cartes postales, qui donne un aperçu de l'Auvergne au début du vingtième siècle.

Nous nous sommes décidés assez vite pour choisir le logiciel. Omeka nous a paru bien correspondre à notre projet. Opensource et gratuit,  utilisé par de nombreuses institutions culturelles, il permet tel un CMS d'éditer du contenu, de gérer des collections d'images ou de textes en ligne, et de réaliser des expositions virtuelles.
Il faut dire aussi que nous avons été grandement impressionnés par l'exemple de la bibnum de Rennes 2, qui a fait un usage remarquable d'omeka pour mettre en ligne ses collections numérisées.
Simple à administrer, ce logiciel à l'architecture modulaire a de nombreuses fonctionnalités. Il permet notamment d'importer en masse les métadonnées, ce qui nous a grandement simplifié la tâche pour mettre en ligne l'ensemble des carnets.
Nous avons donc utilisé le module "CSV import", "exibit builder" pour les expositions virtuelles, "géolocalisation"pour localiser les sites sur google map, "OAI-PMH repository" pour rendre notre entrepôt moissonnable, et enfin le module "simple page" pour éditer des pages en html.

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud constituent un work in progress, un travail en devenir, puisque de nouvelles contributions des géologues du LMV donneront à voir et à comprendre l'héritage de Philippe Glangeaud aujourd'hui. D'où l'idée d'une page d'accueil, qui d'un côté, par la vitrine mobile, donne à voir les images les plus significatives de l'oeuvre du géologue, et de l'autre, donne à lire les nouvelles contributions scientifiques sur l'actualité de Philippe Glangeaud aujourd'hui.

En phase avec l'actualité du projet UNESCO 63, nous avons dans un premier temps mis en ligne l'ensemble des carnets du géologue relatifs à la chaîne des Puys et à la faille de Limagne. Mais, à terme, vous trouverez sur le site la quarantaine de carnets dont nous disposons. Comme certains de ces carnets ne sont pas encore indexés, nous allons proposer une indexation collaborative, en utilisant le module "contribution" d'omeka. Les géologues pourront ainsi contribuer à notre projet en identifiant les concepts géologiques, les lieux, et les croquis de Philippe Glangeaud.

Nous allons également améliorer la géolocalisation. Comme il a fallu faire vite, nous avons utilisé le module de géolocalisation proposé par omeka, qui fonctionne avec Google map. Mais google map pas ne fournit pas d'indications très précises en matière de géologie. C'est la raison pour laquelle il est prévu que nous travaillions avec le labo de Géographie de l'UBP, le geolab, afin de mettre en ligne une carte plus précise de l'Auvergne.

Plus encore qu'un site web"Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud" constitue un prétexte, un prélude pour approfondir sa connaissance de la géologie de l'Auvergne. Les carnets numérisés seront l'occasion de présenter les carnets "réels", sous la forme d'une exposition à venir à la bibliothèque de sciences. Et comme, il s'agit bien de "parcourir l'Auvergne sur les traces de Philippe Glangeaud", il est prévu que nous proposions aussi des excursions géologiques en Auvergne, à la manière de celles que proposait Philippe Glangeaud à ses étudiants et disciples.  Pour Pierre Boivin et le LMV, c'est là une manière de renouer concrètement avec l'héritage du géologue aujourd'hui.

Au sommet du Puy-de-Sancy, on trouve cette notice géologique réalisée par Philippe Glangeaud

Voici donc un projet à suivre. Jusqu'au sommet du Puy-de-Sancy ?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Gestion numérique des sources de la recherche

Un commentaire pour “ Genèse, présent et avenir des carnets de terrains de Philippe Glangeaud ”

  1. [...] bibliothèque virtuelle est devenue une réalité, comme en témoigne ce site ou ce billet, par exemple. Le travail se poursuit sur d’autres projets, as you can see. Dans le même [...]

Laisser un commentaire