Introduction aux logiciels libres

À l’intérieur de notre réseau, l’usage des logiciels libres est de plus en plus courant : la généralisation de l’utilisation d’OpenOffice est en cours, nos serveurs et sites web sont pour la plupart sous licences libres et certains postes publics sont équipés d’une distribution Linux. Si cette transition ne provoque pas de levée de boucliers, la notion de logiciel libre reste cependant mal comprise. À destination des collègues de la BCU, cet article a pour but d’éclairer un peu mieux le choix de nos outils informatiques…

Galette Mosaïque - Par Yuichi.Sakuraba Flickr - Licence CC BY-NC 2.0 - Flickr
Galette Mosaïque – Par Yuichi.Sakuraba Flickr – Licence CC BY-NC 2.0 – Flickr

D’abord, une définition. Pour cela, prenons l’exemple couramment utilisé de la recette de cuisine. Imaginez un instant que vous réalisiez un superbe gâteau pour l’anniversaire d’un ami. Les convives admiratifs, après s’être régalés de la pâtisserie, vous demandent alors la recette. Deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez jalousement garder le secret de fabrication et lancer un « Oh tu sais, c’est tout simple, j’ai fait ça les yeux fermés ». Vous pouvez également copier la recette de votre œuvre et la distribuer généreusement à votre entourage selon les principes du logiciel libre. Quelles sont les différences entre ces deux façons de faire ?

Dans le premier cas, vos invités ignorent la recette du gâteau. Ils ne peuvent le reproduire à l’identique, vous seul(e) détenant le secret de fabrication.
Dans le deuxième cas, chacun peut reproduire le gâteau chez lui à sa guise. Si on pousse l’analogie avec les logiciels libres plus loin, vos amis pourront également modifier la recette et la distribuer à nouveau avec leurs modifications. Toutefois, rien ne garantit que c’est à vous qu’il feront goûter le fruit de leurs efforts…
Pour en revenir au logiciel, chacun d’entre eux possède sa recette qu’on appelle le code source. Dans le cas d’un logiciel non-libre, le code source n’est pas accessible. L’utilisateur est alors dans l’impossibilité d’étudier son fonctionnement, de le reproduire ou de le modifier (sous réserve qu’il ait les connaissances informatiques pour le faire). Il n’aura pas non plus l’autorisation de le partager avec quelqu’un d’autre, ces droits étant déterminés par la licence accompagnant le logiciel. Ainsi on pourrait définir un logiciel libre par « logiciel ayant une licence libre». La GPL (Gnu General Public License) est la figure de proue des licences libres mais il en existe d’autres.
La comparaison culinaire a ses limites et, pour une définition plus précise, vous pourrez lire cette page de la free software foundation à l’origine du concept de logiciel libre.

«N’est-ce pas moins bien parce que c’est gratuit ? »

Au détour d’une conversation sur les « Free software » (à ne pas confondre avec « freeware »), vous entendrez peut-être la question ci-dessus qui contient deux erreurs à elle seule.
Libre ne veut pas dire gratuit. Vous pouvez tout à fait commercialiser un programme sous licence libre. Cependant, il y a peu d’intérêt à vendre un logiciel dont on distribue le code librement. Les entreprises qui occupent ce secteur vendent des services (maintenances, mises à jour) plutôt que le logiciel en lui-même.

Sans vouloir faire un comparatif entre logiciels libres et logiciels non-libres, la qualité n’est pas un argument en leur défaveur. L’ouverture du code entraîne en général une amélioration de la fiabilité du programme. La raison en est que les communautés de développeurs peuvent détecter plus rapidement et plus facilement les éventuelles erreurs de programmation et améliorer le logiciel en conséquence.

Une autre confusion provient de la similitude entre la notion d’open source et celle de logiciel libre. La FSF (Free Software Foundation) est à l’origine de l’appellation « logiciel libre » tandis que l’organisme OSI (Open Source Initiative) revendique l’appellation « open source ». Les premiers, emmenés par Richard Stallman, mettent en avant les valeurs de partage et de liberté garanties par les licences libres. Les seconds, qui se réclament d’Eric Raymond, (hacker respecté pour son livre La cathédrale et le bazar) se veulent pragmatiques et prônent l’open source pour ses qualités intrinsèques (meilleure fiabilité du logiciel due à l’ouverture du code). Selon que l’on est partisan de l’un ou de l’autre camp, les termes et la philosophie varient mais les deux définitions sont en accord dans la plupart des cas.

Tux le manchot
Tux le manchot

Enfin, il reste une confusion mineure mais néanmoins problématique. Rendons son honneur à Tux, mascotte emblématique de Linux. Il est souvent confondu avec un pingouin à cause du mot anglais « penguin » qui signifie en réalité « manchot ». Un spécialiste avancerait que pour un manchot, Tux ne ressemble à aucun autre de ses confrères mais cessons là la comparaison.

Pour finir, voici un lien vers le site Framasoft, référence incontournable du « monde libre », sur lequel vous trouverez quantité de fiches descriptives de logiciels libres en tout genre pour différents systèmes d’exploitation. Bonne découverte !


5 réflexions au sujet de « Introduction aux logiciels libres »

  1. Merci Matthieu pour cette description limpide.

    Dans le processus de décision entre logiciel libre / open source, et non libre, il est intéressant de comparer aussi les risques , et en particulier les risques de rachat.

    Le rachat d’un éditeur de logiciel non libre se traduit par un statut quo, ou crée au pire une nécessité pour l’organisation de migrer vers un produit plus récent. Mais en général les accords contractuels protègent bien les clients, et aucun éditeur n’aime voir ses clients partir sans au moins avoir le choix d’acheter un autre de leurs produits.

    Mais il arrive aussi que des logiciels libres deviennent payant, lorsque l’éditeur se fait racheter. Tous les logiciels libres ne sont pas le fruit d’un labeur collaboratif et communautaire, ils peuvent faire partie d’une stratégie commerciale, et sont par conséquent soumis aux lois du genre. Dans ce cas la conséquence est que le savant calcul budgétaire qui soutenait la cause du logiciel libre peut devenir caduc.

    Pour les petites organisations, la tentation open source est très forte, parce qu’elle permet de réduire le coût apparent de la solution et de cacher ce coût dans les heures de travail interne passées a mettre le produit en accord avec les besoins… Calcul parfois trompeur… ou pire, de renoncer a supporter certains besoins essentiels…

    S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *