Elsevier : la première bataille

6 février 2012
Par

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : “Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur.” Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : “Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés”. C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 ”It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it?”

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Documentation électronique

3 commentaires pour “ Elsevier : la première bataille ”

  1. [...] contre Elsevier réjouit les bibliothèques. Un bon résumé sur l’Alambic Numérique :   Elsevier : la première bataille. [...]

  2. RWA | Pearltrees le 07/02/2012 à 14:14

    [...] You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that. Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute . Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Elsevier : la première bataille | L'alambic numérique [...]

  3. [...] bibliotheque.clermont-universite.fr (via @bsaLille3) – Today, 10:32 AM [...]

Laisser un commentaire


Carnets de recherche