HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal




11 réflexions au sujet de « HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas. »

  1. Nous avons pour notre part décidé de créer notre propre ao institutionnelle qui sera reversée dans Hal. L’archive nous servira également d’outil de pilotage pour mesurer les indicateurs relatifs aux publications. En faisant ainsi, nous espérons gagner en souplesse dans la gestion de nos données par rapport au ccsd. L’avenir nous dira si ce calcul est valable !

    1. Les écoles ont été les premières à mettre en ligne des dépôts « locaux », si je ne me trompe (et le mérite de l’avoir fait n’est pas mince). Je reconnais que le premier dépôt institutionnel que j’avais pu voir tourner (OATAO je crois), m’avais paru extrêmement séduisant. Mais je pense que l’appareil universitaire se prête moins à la mise en place de ce genre de dispositif. L’affirmation de l’identité propre des établissements y est aussi historiquement moins affirmée, bien qu’il me semble que de ce point de vue il y ait du changement.
      Mais qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’access.

  2. HAL n’est par définition pas une archive « institutionnelle » mais un site de dépôt de publications à visée nationale. L’AO institutionnelle permet la constitution de metadonnées qui donneront une meilleure visibilité dans les moteurs (type google scholar) que celles de HAL, en particulier au niveau de l’affiliation.

    1. Bonjour,

      Si HAL est bien un site de publications de dépôts à visée nationale, c’est aussi un outil, qui, s’il est bien géré, offre des vues institutionnelles fiables au niveau de l’affiliation des chercheurs, ainsi qu’un référencement satisfaisant dans les moteurs de recherche.

      Cordialement

        1. À mon avis la meilleure visibilité n’est qu’un bénéfice secondaire du dépôt dans HAL. Le fait que l’affiliation n’apparaisse pas dans GoogleScholar me paraît un problème technique assez ténu, du moment que les références elles-mêmes y apparaissent bien (« la science d’abord, la com’ après »)
          Nous avons beaucoup réfléchi à l’idée d’un dépôt « local » à Clermont, mais 1) nous aurions eu l’impression de réinventer en petit ce qui existe déjà en grand, un peu comme si nous prétendions recréer aujourd’hui le SUDOC rien que pour nous… 2) le stockage et la conservation pérenne des données étant désormais un enjeu majeur, il nous a paru plus raisonnable de ne pas jouer cavaliers seuls sur ce point, si ce n’est pas indispensable 3) les enseignants chercheurs qui déposent en archives ouvertes ont, de fait, adopté HAL et nous l’ont fait savoir. Qui serions-nous pour aller les détourner de leurs bonnes habitudes et créer autre chose ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *