Des statistiques pour améliorer nos développements

Le développement web devient une tâche rapidement complexe quand il s’agit de rendre un site compatible avec le plus grand nombre de navigateurs possibles. D’un côté, HTML5 ET CSS3 font course en tête et sont chaque jour un peu mieux pris en charge par les nouveaux navigateurs. De l’autre, Internet Explorer dans ses versions 6 et 7, freine l’utilisation des nouveaux langages qu’ils comprennent très mal, ou pas du tout. Ajoutons à cela, l’expansion des mobiles et tablettes nécessitant des feuilles de style dédiées et le casse-tête devient difficile à résoudre. Pour tenter d’y voir plus clair et adapter nos choix techniques en conséquence, nous pouvons utiliser les statistiques du site web (fournis par notre logiciel Piwik) qui fournit des informations détaillées sur les équipements de nos usagers.

D’abord, Piwik fait la distinction entre le nombre de visites et le nombre de visites uniques (un visiteur est alors compté une seule fois même si il visite le site plusieurs fois dans la journée). Les résultats sont sensiblement différents entre ces deux chiffres. Le nombre de visites est significatif des utilisateurs les plus actifs tandis que le nombre de visites uniques représente mieux la diversité des visiteurs. Voyons ce qu’il en est pour les navigateurs de nos usagers.

On voit que le navigateur Chrome est largement représenté (camembert de gauche) mais que c’est Firefox et Internet Explorer qui sont les plus utilisés (à droite). Quand on regarde les statistiques plus précisément, Internet Explorer 6 et 7 comptabilisent 10% des visites.

Pour les utilisateurs de mobiles, les chiffres sont surprenant. Leur proportion est de 10% en visites uniques et tombe à 1% quand on regarde leur activité sur le site (la catégorie « autres » contient des systèmes aussi incongrus que la playstation ou la nintendo wii).

Que conclure de ces chiffres ?

D’abord, la proportion des usagers d’Internet Explorer 6 et 7 n’est pas négligeable et les développements doivent tenir compte de leurs spécificités. Adieu donc les bonnes pratiques de développement en CSS et adieu également aux innovations de pointe proposées par CSS3. Nous pouvons cependant utiliser la technique de dégradation élégante qui permet de rendre le site compatible avec tous les navigateurs pour un rendu meilleur sur les plus modernes et moins bon sur les plus anciens.

Concernant les mobiles, leur proportion est loin d’être négligeable également mais leurs utilisateurs ne semblent pas réellement actifs sur le site. Comme nous n’avons pas encore de feuille de style dédiée à ces équipements, c’est compréhensible. Cependant il serait intéressant de connaître l’usage réel fait avec ces appareils (une recherche documentaire semble peu probable sur mobile) pour mieux connaître leur impact.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *