Elsevier, banderille n° 1 : Mayo Clinic

Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)
Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)

Quand l’enjeu est de taille, chacun doit faire sa part, si modeste soit-elle. Ainsi raisonnent, je suppose, les milliers de chercheurs qui, un à un, signent sur le site the cost of knowledge. Et ainsi raisonne le conservateur chargé de la documentation électronique qui blogue tout seul dans sa bibnum, bien conscient que sa participation équivaut à laisser choir de l’alambic une goutte de vieille prune (cuvée 2011) au milieu de l’océan Pacifique dans l’espoir de le rendre buvable. Mais bien résolu à participer quand même.

On peut dresser des pratiques d’Elsevier un diagnostic général. Mais le poids cumulé de témoignages mineurs et dispersés est aussi utile dans les grands procès, justement parce qu’il sont factuels et non  généraux. Ils prêtent donc peu à discussion et viennent juste prendre place, discrets mais utiles, dans un tableau d’ensemble.
Voici donc quelques cas où le comportement d’Elsevier m’est soudain apparu en net décalage avec le comportement attendu d’un éditeur qui déclare se mettre au service de la publication scientifique ; ou même avec le comportement attendu d’un éditeur normalement intéressé par le profit mais raisonnable dans sa façon de le rechercher.
À des fins de lisibilité et pour tenir en haleine l’innombrable lectorat de l’Alambic, je me propose de publier cette semaine un billet quotidien. Et d’offrir ainsi un petit bouquet de banderilles au héros du moment.

 

Banderille n°1 : Mayo Clinics Proceedings

La bibliothèque de santé est abonné à la revue Mayo Clinic Proceedings. Cette revue de médecine interne à comité de lecture doit son nom au Dr Mayo, pionnier de la « pratique de groupe » et à la Mayo Clinic fondée par ses soins à Rochester (Minnesota), à la fin du XIXe siècle. En 2011 l’abonnement imprimé à la revue coûtait 160 € à la bibliothèque universitaire de santé. Un prix stable depuis 2008 au moins (je n’ai pas l’information pour les années précédentes). En 2012 l’abonnement à la même revue coûte 549,79 € à la bibliothèque de santé, soit une augmentation de 343 %. Au cas où nous souscririons à l’abonnement électronique, le coût serait de 1086 € HT. Que s’est-il passé entre 2011 et 2012 ? La revue Mayo Clinic Proceedings est passée chez l’éditeur Elsevier. Un courriel de l’éditeur nous a informé que la revue était refondue (« redesigned »). Voilà une refonte dont on se souviendra.

Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Le directeur de la revue a détaillé en 2011 dans un édito les aspects scientifiques et organisationnels de la refonte. Nul doute que le travail mené est important, mais il ne pèse pas particulièrement sur les épaules d’Elsevier, lequel n’est pas nommé dans l’article. Difficile donc de ne pas lire l’inflation subie comme le résultat d’une politique tarifaire automatique de l’éditeur, destinée à accroître le rendement du titre. Il est vrai que le facteur d’impact de Mayo Clinic Proceedings n’a cessé d’augmenter depuis de nombreuses années. Mais jusqu’ici, cela n’avait eu aucune répercussion sur son prix. N’est-il pas remarquable que l’inflation constatée cette année coïncide justement avec la prise en main du titre par Elsevier ? Je regarderai attentivement, dans les années à venir, l’évolution de cet abonnement.

Demain, si cela vous intéresse, je vous parlerai de la réponse d’Elsevier au mouvement lancé par Tim Gowers.


5 réflexions au sujet de « Elsevier, banderille n° 1 : Mayo Clinic »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *