Elsevier, banderille n°5 : conclusion

Le modèle économique d’Elsevier n’a pas d’abord été remis en cause parce qu’il était injuste – bien qu’il le soit assurément – mais très bêtement parce qu’il est

beaucoup

TROP

CHER.

Douglas Arnold et Henry Cohn soulignent que d’autres éditeurs ont des modèles semblables, mais que si le boycott a commencé par Elsevier, c’est parce que son comportement dans ce domaine est particuliarly egregious et parce que l’éditeur seems to be driven only by their fiduciary responsability to maximize profit for their shareholders.  Dans les premiers temps, les universités ont bien vu l’intérêt, pour un prix qui n’excédait que peu leur contribution annuelle antérieure, d’avoir accès à une ressource en ligne et beaucoup plus abondante. Si l’inflation appliquée aux chiffres d’affaires historiques avait été, depuis 10 ans, de 2 % par an, ce sentiment prévaudrait peut-être encore et il n’y aurait pas d’émeute parmi les chercheurs et les bibliothécaires aujourd’hui. Le problème est qu’Elsevier n’a pas seulement mis en place un système injuste (ce que bien d’autres ont fait au même moment), il l’a aussi appliqué d’une façon absolument déraisonnable (là où d’autres, plus avisés – ou moins lourdement armés pour imposer leur loi – l’ont fait avec plus de modération).
C’est la façon insupportable dont ce modèle inepte a été appliqué qui provoque aujourd’hui sa remise en cause. Elsevier, fort soucieux de se voir ainsi cloué au pilori, étudie du reste la mise en place d’un nouveau modèle économique, qui laisserait de côté la référence honnie au chiffre d’affaires historique.
Il est possible (je ne dis pas encore probable, j’attends de voir) que le système mis en place pour élaborer la facturation soit moins injuste que le précédent. Mais quand bien même ce système serait incontestable dans sa théorie, s’il est appliqué par l’éditeur avec la même rapacité que précédemment il ne sera pas plus acceptable. Or Elsevier a signalé, lors des premières tractations consacrées à ce modèle, que la recherche d’une réduction globale de facture est « out of scope ». Ce qui peut évidemment signifier deux choses :
1. « Il n’est pas exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent mais ce n’est pas l’objet. »
2. « Il est exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent. »

Speaker's Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Speaker’s Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)

Je pourrais à la rigueur souscrire à la première interprétation : lorsque l’on conçoit un système, il y a un temps pour se pencher sur les critères que l’on prend en compte et leur poids respectif, puis un autre temps pour ajuster les paramètres de base en fonction des conséquences arithmétiques constatées. Mais je ne doute pas que dans l’esprit de l’éditeur c’est la seconde interprétation qui doit prévaloir : quelle que soit la lettre de mission des experts qui travaillent sur le « nouveau modèle », je suis bien certain qu’y figure en toutes lettres l’obligation de concevoir le système pour qu’il puisse rendre acceptable une dépense égale ou supérieure à celle d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que ce système existe, mais j’en doute.

D’un gouvernant qui pressure ses sujets, le bon peuple n’attend pas qu’il change l’assiette de l’impôt ou qu’il propose la mensualisation. Le bon peuple attend qu’il baisse l’impôt. Ou bien qu’il soit renversé.
Le monde scientifique n’attend donc pas d’Elsevier qu’il modifie le mode de calcul qui lui permet de prélever des montants déraisonnables.  Le monde scientifique attendrait d’Elsevier qu’il prélève des montants raisonnables. Ou bien qu’il paie les conséquences économiques du mépris trop manifeste dans lequel il tient, depuis une décennie, les considérations scientifiques.

Mais est-ce que le monde scientifique peut vraiment encore attendre quelque chose d’Elsevier ? Un nombre croissant de chercheurs, voire d’universités (et non des moindres), pense que non. Quant à moi, qui suis moitié scientifique moitié Auvergnat, je réserve mon jugement en attendant le prochain devis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *