Améliorer le confort d’utilisation de SFX par l’examen du menu

Le résolveur de lien SFX est en service à la BCU depuis septembre 2011. Passé le temps de paramétrage initial et la résolution de problèmes d’accès, le résolveur fonctionne bien mais demande maintenant à être optimisé pour répondre pleinement aux attentes des utilisateurs et améliorer leur confort. Pour ce faire, nous examinons les statistiques de l’outil et recueillons les remarques de quelques usagers avertis.

Examen des statistiques

Sans surprise, les usagers utilisent très peu les services d’information proposés par le menu SFX, mais cherchent essentiellement à atteindre le texte intégral. Le lien vers le full text est utilisé à plus de 96% lorsqu’il existe. Afin de limiter le nombre de clics, nous avons initialement activé l’option DirectLink, qui permet de diriger l’utilisateur directement vers la première ressource disponible pour le document voulu. Or, il a fallu infléchir ce principe et laisser le soin à l’utilisateur, à partir du menu SFX, de cliquer sur la ressource de son choix en cas de cibles multiples. En effet, une revue pouvant se trouver sur différentes plateformes, l’état de disponibilité devient déterminant pour le résolveur. On peut par exemple avoir accès à des archives open access sur Erudit tandis que les numéros courants sont sur EDP Sciences (cf. le titre Médecine Sciences). Dans le cas d’une requête depuis une base de données bibliographique, ceci ne pose pas de problème puisque le résolveur est capable de vous amener sur la bonne plateforme en tenant compte de la date de l’article et des états de collection. Dans le cas d’une requête provenant de la liste de revues A-Z, cela ne fonctionne pas, étant donné que l’on ne peut pas fournir au résolveur de date d’article. C’est donc à l’utilisateur de déterminer quelle plateforme va satisfaire sa demande (archive ou dernier numéro) à la lecture des informations de disponibilité présentées à l’écran.

Afin de ne pas provoquer de frustration pour les utilisateurs, nous avons décidé d’afficher le lien vers les collections imprimées (catalogue) uniquement lorsque le titre y est présent. SFX permet en effet d’interroger de façon transparente le SIGB grâce à un module Z3950. Ainsi, lorsqu’un titre existe dans le SIGB, l’utilisateur peut suivre le lien pour consulter le catalogue. Cela dit, il ne le fait que dans moins de 9% des cas.

Enfin, nous avons activé le service du PEB, pour les cas où le texte n’est accessible ni en ligne ni via le catalogue. Lorsqu’il est affiché, le lien vers le formulaire de PEB est utilisé dans plus de 16% des cas.

D’autres services comme la recherche dans Google Scholar, l’export dans RefWorks ou le formulaire de contact de la BCU sont relégués dans une section inférieure du menu SFX, qu’il faut déplier en cliquant sur Plus d’options. Inutile de dire que ces services ne sont pour ainsi dire jamais utilisés.

Remarques des utilisateurs

Certaines remarques qui nous ont été adressées rejoignent celles qui sont régulièrement évoquées dans les articles sur le sujet. La première concerne l’ergonomie des liens et la façon dont SFX ouvre des fenêtres. Certains sont gênés par ces nouvelles fenêtres tandis que d’autres préféreraient l’ouverture dans un nouvel onglet. Le choix étant propre à l’appréciation de chacun, il faudrait que SFX propose d’établir des préférences. Il faut tout de même reconnaître que l’ergonomie pourrait être améliorée si tous les liens entraînaient le même comportement.

La seconde difficulté porte sur la lecture des informations du menu, notamment la liste des ressources et leur état de collection. Il semble que, faute de bien comprendre à quoi correspondent les dates de couverture, les utilisateurs se dirigent vers les ressources qu’ils connaissent déjà, lorsque le choix leur est offert. De même, ne sachant pas vraiment à quoi renvoie le lien Localisations sur Catalogue BCU, ils ne prêtent pas suffisamment attention à l’opportunité d’obtenir l’article imprimé.

Menu SFX de la BCU

L’option DirectLink confère un gain de temps aux utilisateurs en même temps qu’elle leur évite d’avoir à faire des choix parmi une liste de ressources qu’ils ont du mal à comprendre. Du coup, certains déplorent une perte de service depuis que cette option a été revue car ils appréciaient l’immédiateté de l’accès au texte intégral. Il va falloir approfondir notre connaissance de SFX et travailler cette question de l’accès en 1 clic.

Il manque indéniablement un lien de contact bien visible. Notre renvoi à un formulaire de contact sur notre site web, quasi invisible dans la section inférieure du menu, oblige à un changement d’interface qui peut déstabiliser. Il faudra proposer une assistance plus explicite.

Conclusion

Il nous reste du travail à faire en matière d’ergonomie. Cela repose sur une meilleure conception des services du menu et de sa présentation graphique.

A lire
Bennett Claire Ponsford, Jane Stephens, Robin R. Sewell, Improving OpenURL Menus: User Testing of Revisions to SFX® Menus, Serials Review, Volume 37, Issue 3, September 2011, Pages 162-170, ISSN 0098-7913, 10.1016/j.serrev.2011.03.016. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0098791311000542)
 

Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j'ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000. De retour dans mon Auvergne natale, je m'occupe de l'administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l'intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)... et ma tasse à café ne me quitte jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *