Archivage numérique : premiers pas

2 juillet 2012
Par

Material in the New Orleans city archives, by ALA TechSource, Flickr (CC-BY-SA 2.0)

L'archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C'est qu'en effet il s'agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c'est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D'où la nécessité de se pencher dessus dès l'amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j'en suis coupable pour la BCU.

Mais qu'entend-on exactement par archivage ? Il est juste de parler d'archivage pérenne et de le distinguer du stockage et de l'hébergement : le stockage est temporaire, et effectué sur un support lui-même fragile et non pérenne (le temps de terminer la numérisation, et avant mise en ligne par exemple). L'hébergement n'est guère plus permanent : il s'agit de conserver à moyen terme des fichiers qui doivent être localisés précisément, visibles et utilisables.

L'archivage pérenne, quant à lui, cherche à conserver sur le long terme des données, donc cela suppose la possibilité de lire celles-ci malgré l'obsolescence des supports matériels et des formats de fichiers.

Très peu d'institutions procèdent à leur propre archivage pérenne, qui demande de grands moyens, ou alors elles le font de manière très « artisanale » (CD et DVD-Rom stockés dans un coin). L'alternative est le tiers-archivage, id est faire archiver par une structure extérieure qui concentre moyens et compétences dans ce domaine.

Où peut-on archiver ?

Outre des plateformes en ligne, prestataires privés et autre dissémination dans le nuage du web, il existe des établissements publics proposant l'archivage pérenne.

Le CINES est l'établissement référent pour l'enseignement supérieur et la recherche. Il a pour mission de proposer un service de calcul mais surtout d'archiver sur sa plateforme PAC (plateforme d'archivage du CINES). Son avantage principal est sa grande compétence et ses moyens ; l'inconvénient : son prix (6000 € le téraoctet par an, et encore, c'est le prix d'ami pour les établissements dépendant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche).

La BnF développe une offre d'archivage grâce à SPAR (système de préservation et d'archivage réparti). Avantage : cette structure développe les mêmes caractéristiques que la PAC. Inconvénient : elle n'est pas encore disponible ni homologuée par la norme ISO idoine.

Le TGE Adonis propose également une « grille de services », selon leur jargon, pour archiver. C'est le pendant CNRS de SPAR et de la PAC. Inconvénient : les ressources, notamment en termes de personnel, ont été drastiquement restreintes depuis un an.

Quant au CRRI, centre régional de ressources informatiques, il cherche à proposer également un système d'hébergement pérenne localement. Cette solution ne serait vraisemblablement pas une alternative équivalente aux autres, mais un bon moyen d'assurer l'hébergement à moyen terme, entre stockage post-numérisation et archivage définitif.

Tous pour un, un pour tous

L'archivage devient l'affaire de tous à la bibliothèque numérique. Officiellement lancé il y a un mois par un premier point général, le projet d'archivage est en attente de la réponse du CRRI et de sa volonté de nous accompagner dans cette démarche avant de prendre concrètement contact avec le CINES - c'est effectivement l'interlocuteur privilégié pour la BCU, même si ses prix font hésiter.

L'ensemble de l'équipe est impliqué car l'archivage numérique c'est, en vrac : du code, des squelettes de XML, de l'indexation, des transferts et copies de fichiers, un projet, la sélection des briques à archiver (on n'archive pas le produit fini comme par exemple le pdf recherchable d'un texte numérisé et océrisé), soit la nécessaire participation des informaticiens, de la webmestre, du développeur, de la responsable SIGB spécialiste des formats de métadonnées, de l'opératrice du banc de numérisation, ...

Lors d'une formation récente à l'Enssib (en formation continue), le retour d'expérience de la bibliothèque inter-universitaire Cujas s'est révélé très intéressant. L'intervention portait sur l'ensemble de la numérisation à la BIU de droit parisienne, mais il a été particulièrement souligné que l'aspect archivage, pris en compte tardivement, avait remis en cause certaines étapes le précédant, et notamment l'indexation avait été revue pour se hisser au niveau d'exigence du CINES. Comme Cujas fait aussi tout en interne, cela laisse présager côté BCU de grands bouleversements par rapport à ce que l'on pratique jusqu'à maintenant.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Gestion numérique des sources de la recherche, Numérisation

8 commentaires pour “ Archivage numérique : premiers pas ”

  1. [...] L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.  [...]

  2. [...] L'archivage pérenne, quant à lui, cherche à conserver sur le long terme des données, donc cela suppose la possibilité de lire celles-ci malgré l'obsolescence des supports matériels et des formats de fichiers.  [...]

  3. [...] L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.  [...]

  4. [...] on bibliotheque.clermont-universite.fr Share this:J'aime ceci:J'aimeBe the first to like [...]

  5. [...] L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.  [...]

  6. [...] L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.  [...]

  7. Anno Nymouss le 08/07/2012 à 2:06

    Une petite précision sur le TGE Adonis : ce dernier n'est qu'une porte d'entrée vers la plateforme d'archivage du CINES. Il se positionne en tant que "service versant", sorte d'intermédiaire entre les labos SHS souhaitant archiver leurs données et le CINES. Ce service présentait un double avantage : réduction des coûts d'archivage (le TGE Adonis en supportait une partie), accompagnement et conseil pour la mise en oeuvre du projet d'archivage. De plus, Adonis prenait en charge la diffusion des données archivées par le biais de ses serveurs au CC de l'IN2P3 (une plateforme sous Fedora Commons était en train de se monter). Sous cette forme, le dispositif a été remis en cause dernièrement (notamment sous l'effet des coupes budgétaires), et la partie accompagnement ne fait désormais plus partie des missions du TGE. Un poste d'archiviste numérique a néanmoins été ouvert lors de la dernière campagne de mobilité interne du CNRS. Le caractère très vague et laconique de la page de présentation du service d'archivage sur son site web trahit bien les atermoiements du TGE sur ces questions.

    • Léonard BOURLET le 09/07/2012 à 8:24

      Merci pour ces détails. En effet, le TGE Adonis utilise les mêmes outils et institutions pour la sauvegarde et la copie des fichiers (une copie au CINES, une à l'IN2P3 et une à la BnF). Et son intérêt réside dans l'accompagnement des services versants et la prise en charge partielle des coûts. J'avais connaissance d'une attente pour la prise de certaines décisions mais je ne savais pas que l'accompagnement de l'archivage n'est désormais plus une mission du TGE.

Laisser un commentaire