La mariée était en position dominante

23 mai 2011
Par

 

De gauche à droite: le CNRS, le CEA, la CPU, et deux universités auvergnates ; les époux Curie sont encore à la porte (on les voit sur la vidéo du mariage).

Il était une fois une jeune fille un éditeur que nous appellerons Elvire pour ne pas lui faire de peine, et un prince charmant consortium que nous appellerons Rameau parce que donner un nom de musicien à un consortium d’établissements scientifiques, c’est un peu comme promettre l’harmonie universelle par le savoir : comment y résister ?
Un beau jour, Rameau décida de s’espousailler avec Elvire pour trois ans. Pierre et Marie Curie désapprouvèrent hautement cette union mais finirent par se joindre au cortège, avec un peu de retard et non sans obtenir une dispense partielle de participation à la dot. Le bouquet de la mariée, il faut dire, pesait ses trente millions (d’euros, pas d’amis). Tous les autres signèrent avec un bel ensemble, dans la solidarité et la bonne humeur ou presque (notre photo). Ils furent très heureux pendant deux ou trois ans et eurent de nombreux téléchargements. Ensuite ils recommencèrent à se chipoter mais en restant ensemble pour préserver les téléchargements et éviter que le bouquet de la mariée ne soit coupé. Incroyable ce que les musiciens peuvent aimer les bouquets.

Avant de me lancer dans la passionnante exégèse de ce conte de faits, une parenthèse : je sais que négocier est un travail difficile ; que ce n’est pas moi qui ai eu à affronter les commerciaux d’Elvire en réunion. Tout à fait d’accord, chacun a fait de son mieux et je ne suis pas là pour tresser des couronnes, ni laurier ni épines, mais juste pour apporter mon point de vue.

Reprenons, donc :
Clermont-Ferrand s’est fait tirer l’oreille pour signer ce curieux contrat de mariage, sous prétexte que 450 000 € pour avoir droit au bouquet de la mariée, c’est beaucoup pour une petite métropole de province. Mais nos rechignements de paysans près de leurs sous ne justifient pas un billet. Ce qui le justifie en revanche, ce sont quelques préjugés (les miens, s’entend) que j’ai cru devoir réviser au terme de la  négociation. En voici trois tirés du lot (des préjugés, j’en ai plein d’autres, mais préservons quelques futurs billets potentiels), dans leur plus crasse simplicité :
- Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul ;
- Elvire est en position dominante et on n’y peut rien ;
- Le problème, c’est le CNRS.

Pierre et Marie Curie ont fait cavalier seul. Bien sûr, c’est vrai. Pierre et Marie Curie ont publié urbi et orbi, il y a près d’un an, leur intention de ne pas signer. On peut appeler ça de l’égoïsme. Ou alors du courage : celui d’aller défendre une ligne non-conformiste à l’intérieur d’un établissement et de la faire voter ; de l’assumer à l’extérieur en supportant d’être montré du doigt par les voisins ; de résister aux pressions rudes et plus ou moins explicites de la communauté. Je n’ai pas lu ce mot dans les commentaires qui ont été fait sur l’attitude des époux Curie, et c’est pourtant le premier auquel j’ai pensé. Mais ce qui est courageux dans le courage, c’est précisément qu’il est rarement reconnu comme tel sur le moment et qu’on lui donne à la place un tas de noms plus consensuels : orgueil, bluff, calcul tactique, ambition personnelle, etc. Personnellement, je reste sur l’impression que Pierre et Marie Curie ont peut-être joué cavalier seul (et encore, un cavalier seul bien collectif…), mais qu’ils ont aussi montré l’exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat avec un geste politique courageux (j’allais écrire culotté, mais c’est un blog professionnel, ici, un peu de tenue).

On ne peut rien faire contre Elvire, elle est en position dominante : Ce serait bien si Elvire avait tous les défauts : elle serait riche, cynique et méchante, elle serait le mal. Et nous on serait les gentils qui ne pourraient rien faire. Très consolante pensée qu’il m’est arrivé de caresser, mais tout de même, Elvire a une vulnérabilité, c’est que son argent est à nous (jusqu’au paiement, en tout cas). Si un jour nous ne pouvons ou ne voulons plus payer, Elvire vire au rouge. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un analyste financier, obligeamment relayé par Marlène Delhaye. Sans aller jusqu’à cette hypothétique apoplexie éditoriale, dans la négociation de cette année, force est de constater que la mariée a préféré écorner un peu ses principes (maintien du chiffre d’affaires de chacun) pour que tout le monde accepte de se joindre au cortège. Il est vrai qu’entre gagner un peu moins plus (mais un peu plus quand même) et un peu moins tout court, un commerçant hésite rarement. Il n’y a donc pas de raison qu’une épreuve de force un peu vigoureuse tourne forcément à la déconfiture du consortium, s’il en prend l’initiative (j’allais écrire : s’il en a le culot ; mais gardons un peu de distinction).

- Le problème, c’est le CNRS. Ah, ça, pour le coup, la participation du CNRS est un vrai problème : il arrose toute la France mais par petites taches, doublonnant partiellement les achats de l’université (le fameux « on paie deux fois » et sa kyrielle d’arguments et contre-arguments). Oui oui oui. Mais en l’occurrence, ce problème a fait levier puisque le CNRS, en refusant de faire les quatre volontés d’Elvire (exercer un contrôle strict sur l’utilisation de ses connexions par les seules personnes qui y sont rattachées et, je présume, financer ledit contrôle), a permis d’arracher cette intéressante et inconcevable concession : une diminution localisée de chiffre d’affaires. Un problème qui permet de progresser, on peut aussi appeler cela une solution.
Qu’Elvire déplore le manque de coopération du CNRS, c’est bien naturel. Mais son fiancé pourrait tout aussi bien adopter le point de vue opposé et s’en servir comme levier, sans forcément gâcher le mariage : bien des promises respectent d’autant plus leur galant qu’il sait, au besoin, leur résister.

Allons, un peu de sérieux. Elvire reste très forte, bien sûr. Mais ce qui s’est passé montre que sa force n’est pas sans limite face à qui assume le risque d’une rupture. Du reste, la conclusion du bureau de Rameau lors de la dernière AG m’a beaucoup plu. En substance, ça ressemblait à  « Nous sommes en guerre, et pour aller au combat, il faut être prêt ». J’applaudis de tout mon clavier (à l’écran ça donne à peu près moqashiflqauirefhqloruei…) et du coup, quelques vaguelettes belliqueuses écument dans mon âme pacifique de bibliothécaire. Par exemple :
- On pourrait peut-être rebaptiser Rameau « Surcouf » (Société Utile aux Réductions de coût des Organismes et Universités Françaises) ou « Richelieu » (Réseau d’Irrigation Humaniste en Liens pour Établissements et Universités) ? Parce que franchement, pour aller à la guerre, un nom de musicien…
- On pourrait peut-être aussi entamer des discussions internes ouvertes avant que la pression ne soit trop forte, pour ne pas laisser Elvire choisir le lieu et le moment de la prochaine bataille ?  Juste histoire de bien huiler les possibles leviers d’action qu’il faudra manoeuvrer le moment venu.
Car la négociation, si j’ai bien compris, relève de l’art et non de la science (si c’était une science, les scientifiques s’y entendraient sans doute mieux). Ou alors c’est éminemment une science de la pratique et de l’instant.
Une science directe, en quelque sorte.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Documentation électronique

9 commentaires pour “ La mariée était en position dominante ”

  1. [...] du fait de ces titres indûment attribués à la bibliothèque depuis 10 ans, je ne refuserai pas (Elvire, si tu lis ces [...]

  2. [...] aspirait au paradis perdu du désintéressement originel. Las, elle ne rencontrait que des Elvire qui se fendaient à peine d’un carnassier sourire avant de lui allonger un bon direct, pour [...]

  3. Allouche le 29/11/2011 à 14:18

    Voici une remarque : méfions-nous du terme “Open Access” ; en théorie cela veut seulement dire que les lecteurs (électroniques) ne paient pas et que les coûts sont supportés autrement (subventions, bénévolat partiel, revues académiques au sein d’une université, etc.) MAIS dans l’esprit de la plupart des éditeurs commerciaux cela veut dire faire payer les auteurs. Il faut évidemment refuser cela (inconvénients clairs : seuls les “riches” publieraient ; variante opposée : “comment ? vous voulez encore une subvention pour un article alors que vous avez déjà publié N articles cette année ? non, on garde l’argent pour les moins-publiants du labo). Et comme disait Pierre Dac ou Francis Blanche “On ne publie pas à compteur d’eau !”

    • Olivier Legendre le 29/11/2011 à 15:01

      Très joli, le mot de Pierre Dac.
      Alors ça, ça tombe bien ! Justement, je suis en train de m’interroger sur le modèle auteur-payeur, et je pense que cela fera l’objet de mon prochain billet.
      Je suis moins certain que vous qu’il faille exclure ce modèle, à condition de le penser non pas à la manière des éditeurs (l’auteur paie pour faire passer son article en Open access, sans que le modèle économique de la revue change) mais selon les besoins de la communauté scientifique : c’est toute la revue qui fonctionne sur ce modèle, et dans ce cas le coût qui est supporté en amont (auteur payeur) ne l’est pas en aval (libre accès total sans abonnement). Cela soulève, en tout cas, pas mal de questions très sérieuses sur l’attribution des budgets… et c’est une solution qui ne plaît pas beaucoup aux bibliothèques.

  4. Emmanuel le 21/06/2011 à 10:11

    Rameau, je ne sais pas mais l’autre grand maître du clavecin au 18è siècle a écrit une pièce pour clavecin dont le titre est “Bruit de guerre”…

    • Olivier Legendre le 21/06/2011 à 14:16

      Ah bon bon, mais voilà qui est fort prometteur ! D’autant que je trouve dans le répertoire du même des pièces tout aussi évocatrices : “les barricades mystérieuses”, “les maillotins”. Dans un registre un peu différent, “Les tours de passe-passe” n’est pas déplaisant non plus.
      Moi qui avait finit par me dire que “de toute façon, le consortium coupe rien” (et ne casse rien non plus)… encore un préjugé qu’il va falloir que je révise.
      J’espère.

  5. Benjamin Bober le 30/05/2011 à 13:41

    La position de Pierre et Marie était en effet courageuse, même si l’argumentation développée dans les premiers communiqués de presse était un peu acrobatique (quel lien entre refuser un abonnement et ouvrir une plate-forme d’archives ouvertes ?). Ce qui est plus gênant et finalement plus révélateur de la difficulté de faire surgir une position utile au sein de la communauté universitaire est il n’y était jamais question de refuser de participer aux editorial boards ou aux comités de peer-reviewing des revues publiées par Elvire.
    Malgré tout, il est sans doute dommage que Pierre et Marie aient rejoint le mariage. C’est probablement à l’aune de ce revirement que leur action a pu être perçue comme individualiste : le groupement n’en a finalement tiré aucun véritable bénéfice, mais Pierre et Marie ont quand même un peu fanfaronné (http://www.upmc.fr/modules/resources/download/default/intranet/e_recherche/Politique_de_recherche/COMMUNIQUE_ELSEVIER.pdf).
    La présence de Pierre et Marie au mariage était conditionnée, entre autres, par l’obligation qu’Elvire nous propose l’année prochaine une nouvelle version de son contrat de mariage ne s’appuyant pas sur la longue histoire que nous entretenons avec elle. Mais Elvire n’est pas bête, elle a déjà son nouveau contrat de mariage et le teste actuellement auprès d’autres soupirants (Elvire est polyandre au fait). Malheureusement, je ne suis pas sûr qu’il soit des plus bénéfiques pour Pierre et Marie.

    • Olivier Legendre le 31/05/2011 à 16:14

      Oui, je me souviens, l’association archives ouvertes/retrait du groupement de commande m’avait surpris. Mais j’avais entendu des enseignants chercheurs la relayer, montrant que dans leur esprit le lien entre les deux était bien établi. A juste titre d’ailleurs, sauf que les deux gestes font référence à des échelles de temps assez différentes.
      On a raison de dire que l’Open Access est la meilleure parade au monopole des éditeurs commerciaux, mais malheureusement cette constatation en sous-entend généralement une autre : en attendant, il n’y a rien à faire. De sorte que (en considérant que l’Open Access est du ressort des chercheurs, alors que la négociation des contrats repose beaucoup sur les bibliothèques) on aboutit à une version à peine plus sophistiquée de “c’est pas nous qu’y faut qui change”.
      Dommage que Pierre et Marie Curie aient rejoint ? Oui, sans doute la beauté du geste en a-t-elle souffert. Mais je crois qu’ils avaient été taxés d’individualisme bien avant. Et ils ont du moins pu entrer aux conditions qu’ils avaient fixées. Je pense que bien d’autres aujourd’hui souhaiteraient en avoir fait autant. La prochaine fois peut-être ?

  6. Skukuza le 30/05/2011 à 12:07

    Merci pour cet article éclairant, tant par son contenu et ses références, que par sa qualité littéraire. Mon seul commentaire sera pour abonder dans le sens de l’auteur, et dire qu’effectivement, un nom de musicien pour aller en guerre n’est pas idéal, et qu’ entre tous, Rameau, et en particulier le Rameau d’Olivier, est probablement le pire, avec peut- être Malher…

    Et pour vous aider dans la préparation de votre prochain bras de fer avec Elvire, une resource web: http://www.negotiatingguide.com/negotiation/15rulesofnegotiation.htm qui donne un check-list utile.

    Bonne chance!

    S

Laisser un commentaire


Carnets de recherche