Les revues électroniques, combien ça devrait coûter ?

27 novembre 2012
Par

L'Open Access est-il soluble dans le commerce équitable ?

Hot Coffee, par Andreas Solberg (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).

Aujourd'hui, l'alambic distillera du café. J'aime beaucoup le café, tout particulièrement le café « équitable » et je n'étonnerai nullement l'avisé lecteur-qui-connaît-l'âme-humaine en confessant ici que l'éthique étiquette « équitable » rend son arôme plus doux à mes papilles. Pour forcer le trait et me propulser, l'espace d'un paragraphe, dans un monde rêvé où règne la justice, si chaque boîte achetée m'offre l'insigne satisfaction d'accomplir une bonne action, si chaque gorgée de café m'entretient dans la pensée que je contribue à l'équilibre du monde, en bref si mon plaisir bénéficie à l'harmonie universelle, comment ne pas savourer à plein l'équitable bonheur ? Et en plus il existe en décaféiné, je suis donc à l'abri des palpitations les jours où ma consommation dépasse le raisonnable.

J'aimerais que le lecteur d'une revue scientifique publiée chez Elsevier puisse un jour avoir l'impression, en lisant un article, de contribuer ainsi à l'harmonie du monde. Mais redescendons sur terre, où l'immuable harmonie se compose de pleurs aussi bien que de chantset où rien n'est parfait, même le déca' équitable.

Cafe équitable on every corner, par One Percolated (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).

Lors des discussions de ces dernières années avec les éditeurs, les bibliothèques ont cherché à améliorer les systèmes de tarification, comme si de meilleurs systèmes pouvaient contraindre les éditeurs à faire payer moins cher leur service. Or pendant ces mêmes années, l'édition électronique scientifique a acquis une réputation justifiée de très haute rentabilité. Préserver cette rentabilité est désormais pour les grands éditeurs un besoin crucial et tout système proposé par eux risque d'être paramétré en fonction de cet objectif. C'est ce que j'ai tenté d'illustrer hier avec mon histoire de mur qui se démonte et se remonte.

Les systèmes de financement pratiqués récemment ont en commun d'être tout à fait justifiables en théorie. Mais tous ces systèmes partagent aussi un défaut congénital majeur: quelle que soit leur justesse et leur finesse théorique, ils n'intègrent guère, in fine d'autre contrainte dans la fixation du prix que le rapport de forces entre un vendeur et un acheteur. Si le premier est détenteur d'un monopole, tous ces modèles produisent donc tout naturellement des hausses de prix considérables : au nom de quoi, dans la vraie vie, le vendeur renoncerait-il à la possibilité d'un profit aisément accessible, si l'obtention du plus haut profit est la principale condition de son succès ?  Nous avons vu déraper le système de l'abonnement depuis une douzaine d'années. Mais au sein du modèle Open Access (gold), le dérapage a déjà commencé, disait la semaine passée Paul Thirion, de l'Université de Liège, au cours de sa présentation sur l'archive institutionnelle modèle de son institution. Et de proposer une labellisation Fair Gold Open Access pour les articles qui seraient produits à un tarif raisonnable pour leur auteur (sur la vidéo, les limites du modèle Gold OA sont évoqués à 3'15, l'idée de fair gold est proposée à 4'10).

Fair gold OA, does it ring a bell ?

Inutile de tourner autour du pot de café, ce qui gît en ses tréfonds n'est pas une sordide affaire de gros sous étrangère à la vie scientifique, mais une question fondamentale d'équité dans la détermination des prix, qui est tout à fait cruciale pour la science. À la faveur de la concentration et de l'inélasticité du marché, les prix se sont trouvés décorrélés des coûts (point illustré de façon très probante par Laurette Tuckermann à partir de documents émanant d'Elsevier, à 4'00 sur la vidéo). Et plus les éditeurs décorrèlent, moins décolèrent les bibliothécaires et les chercheurs. Le modèle économique de l'édition scientifique, quels que soient ses fondements théoriques, ne sera acceptable par les scientifiques que s'il intègre des modèles de comportement pratique qui peuvent se ramener aux principes du commerce équitable. L'idée de faire estampiller une revue comme une boîte de café ferait sûrement beaucoup rire les concepteurs de business models chez Sprinsevier. Pourtant, il est tout à fait concevable de faire émerger, à la faveur des négociations menées avec les éditeurs, la notion proposée par Paul Thirion de fair Open Access, et même de l'étendre au modèle par abonnement, en faisant définir ce qu'est un prix équitable (fair price) par les autorités scientifiques, les instances d'évaluation, les consortia de négociation. Comment définir ce prix ? Par sa corrélation avec les coûts, répond avec justesse Paul Thirion. Les fondements de cette méthode sont déjà en place, si l'on y prête attention : le projet de labellisation des offres par le Consortium Couperin, qui sera mis en œuvre en 2013, est un premier pas dans cette voie, d'autant plus intéressant que les éditeurs se montrent très sensibles à son caractère incitatif : l'idée générale est que ceux d'entre eux qui auront satisfait aux exigences de la lettre de cadrage du consortium verront leur offre labellisée. On sait combien l'étiquette d'honorabilité est importante dans le secteur commercial. Il y a là un levier d'action qui est loin d'être négligeable.

Si j'osais, j'irais un peu plus loin et m'aventurerais jusque dans le domaine de l'évaluation scientifique des revues. Ne pourrait-on concevoir de faire entrer le prix, ou plutôt sa corrélation avec le coût, dans les critères d'évaluation ? Le lecteur-à-l'esprit-aiguisé m'objectera que l'intégration du prix aux critères d'évaluation d'une revue n'est pas conforme à leur caractère propre, puisqu'il s'agit d'un critère qui ne porte pas sur la valeur scientifique du contenu. On pourrait néanmoins le défendre avec deux types d'arguments :

  • le principal critère d'évaluation aujourd'hui utilisé, l'Impact factor, n'est pas particulièrement irréprochable en tant que critère d'appréciation de la valeur scientifique. Il est essentiellement quantitatif, alors que l'évaluation scientifique est par essence qualitative. Les limites du modèle quantitatif sont magnifiquement résumées et illustrées dans le rapport sur l'évaluation des chercheurs remis en janvier 2011 par l'Académie des Sciences (voyez p. 12 et suivantes). Dès lors, l'enrichir par un critère de prix serait un des moyens de tempérer les effets pervers liés aux critères de notoriété, en prémunissant le système contre l'association qui risque de s'établir entre une grande revue et une revue chère dans le modèle de l'Open Access auteur-payeur comme dans celui de l'abonnement. Il s'agirait, en somme, de tempérer un biais par un autre.
  • Autre type d'argument : peut-on soutenir, à qualité égale, qu'une revue peu chère est, passez-moi l'expression, "plus scientifique" qu'une revue chère ? Il me semble que oui, car les modes de fonctionnements économiques devraient tendre, selon l'éthique scientifique, à faciliter plutôt qu'à ralentir la diffusion du savoir. La plateforme PLoS affiche le principe suivant :

Our fee waiver policy, whereby PLOS offers to waive or further reduce the payment required of authors who cannot pay the full amount charged for publication, remains in effect. Editors and reviewers have no access to whether authors are able to pay; decisions to publish are only based on editorial criteria.

  • Poussons dans sa logique la remarque conclusive de l'éditeur : si l'incapacité à payer le prix nécessaire peut faire obstacle à la publication, c'est que la revue n'a pas une démarche purement scientifique. En ce sens, on voit bien que la démarche scientifique n'est pas étrangère aux conditions économiques de sa diffusion. On pourrait donc concevoir que le classement des revues intègre un indice d'adéquation au principe du fair price, ou que soit adjoint à l'Impact factor un label de ce type. À ce petit jeu, certaines revues d'Elsevier, Springer, Wiley ou même ACS, seraient sans doute beaucoup moins bien notées qu'aujourd'hui.

Abstraction faite du travail de rédaction, de relecture des articles, qui sont à la fois la contribution en nature des chercheurs et la condition sine qua non d'une publication de valeur, les coûts supportés par les éditeurs pour l'apport qui est le leur (organisation de la chaîne de traitement, diffusion en ligne, conservation, services associés) sont mesurables et mesurés, et quel que soit le modèle économique adopté, c'est la collectivité bénéficiaire qui, in fine, les supporte. L'intérêt général commande que le travail fourni soit rémunéré d'une façon qui pèse raisonnablement sur le contribuable et permette à la fois le bon fonctionnement de l'entreprise éditoriale et le développement de l'activité scientifique.

Et la voie verte ?

Je ne peux conclure sans évoquer l'autre grand moyen de diffuser la science pour un coût modéré : utiliser plus intensément les circuits de publication financés, comme la recherche elle-même, sur les deniers publics. Entre deux revues en Open Access, à qualité scientifique égale, pourquoi un chercheur irait-il publier dans la plus chère ? C'est pourquoi un regain de vitalité des circuits académiques de publication adossés aux institutions est éminemment souhaitable ; de même le développement, déjà bien engagé, des archives institutionnelles, au sein desquelles peut aussi émerger un circuit de validation scientifique pour constituer ce que l'on appelle des "épi-revues" (overlay journals).

Ce qui me permet de conclure en tirant la (quatrième de) couverture du côté des bibliothèques : aujourd'hui, les bibliothèques des établissements de recherche et d'enseignement supérieur traitent des fichiers numériques en quantité croissante. Elles les produisent et les recueillent ; elles les agencent, les organisent, les indexent, les signalent, les envoient vers des dépôts d'archives ouvertes et administrent ces dépôts. Puisqu'il semble que la part de leur de leur travail et de leur budget dévolue au traitement des abonnements va aller en décroissant, ne pourrait-on s'appuyer aussi sur les bibliothèques pour soutenir les circuits de publication académique de demain ?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Documentation électronique

4 commentaires pour “ Les revues électroniques, combien ça devrait coûter ? ”

  1. [...] http://alambic.hypotheses.org/2964 Share this:TwitterFacebookWordPress:J’aimeSoyez le premier à aimer ceci. Catégories Uncategorized [...]

  2. [...] Les revues électroniques, combien ça devrait coûter ? / L'Alambic numérique.  [...]

  3. [...] J’aimerais que le lecteur d’une revue scientifique publiée chez Elsevier puisse un jour avoir l’impression, en lisant un article, de contribuer ainsi à l’harmonie du monde. Mais redescendons sur terre, où l’immuable harmonie se compose de pleurs aussi bien que de chants et où rien n’est parfait, même le déca’ équitable.  [...]

  4. [...] Les revues électroniques, combien ça devrait coûter ?  [...]

Laisser un commentaire


Carnets de recherche