De nouvelles politiques de prêt pour la rentrée universitaire

L’ensemble des bibliothèques universitaires va adopter de nouvelles politiques de prêt en septembre prochain afin d’améliorer le service rendu aux usagers. Les conditions de prêt seront les mêmes dans toutes les bibliothèques : nombre de documents illimité, prolongation, réservation, et possibilité de faire tout cela en ligne.

Cette réforme répond à deux objectifs principaux : simplifier le dispositif pour le rendre plus compréhensible par les lecteurs et rehausser la qualité de service pour la rendre plus conforme aux attentes des usagers.

Des politiques de prêt simplifiées et homogènes

L’an dernier, nous avions évoqué dans un billet le manque de clarté de nos services. Souffrant de l’éclatement géographique et thématique des bibliothèques, notre réseau ne bénéficiait pas d’une stratégie globale en matière de prêt et de services associés. Chaque bibliothèque pratiquait sa politique. Cela contrevenait au principe de la carte unique et nuisait au confort des lecteurs.

Carte de lecteur BCU

Partant de cette analyse, nous avons voulu proposer des solutions visant à clarifier notre offre de services tout en satisfaisant aux contraintes spécifiques des bibliothèques. Un groupe de dix collègues représentant différentes B.U. a alors travaillé de mars à juin 2012 pour élaborer une offre commune, validée d’abord par les bibliothèques universitaires et intégrées. La discussion est actuellement en cours avec les bibliothèques associées, qui partagent notre système de gestion (SIGB).

La mesure principale concerne le prêt standard. Il est caractérisé par :

  • une durée de 14 jours (étudiants et lecteurs autorisés) ou de 28 jours (doctorants, enseignants-chercheurs et personnels de l’université) ;
  • une prolongation d’autant de jours que le prêt initial ;
  • la réservation possible d’un document déjà emprunté.

Une douzaine de bibliothèques vont donc adopter dès septembre 2013 les nouvelles politiques de prêt. Certaines se sont déjà lancées et nous aident à peaufiner le dispositif. Nous avons par exemple constaté que le cas des étudiants de master pouvait être délicat. En effet, ces étudiants ont, selon les disciplines, un comportement documentaire conforme à celui des chercheurs ou à celui des étudiants de licence. Cela n’est pas sans conséquence sur l’usage des collections et la durée de prêt.

Une offre de service améliorée

La possibilité de prolonger ou de réserver un document existe déjà dans le réseau, mais elle sera étendue à l’ensemble des B.U. C’est une demande récurrente des lecteurs qui devrait être ainsi satisfaite.

Nous avons aussi tenté de répondre aux attentes des doctorants et des enseignants-chercheurs en leur proposant, sur demande, un prêt de trois mois renouvelable. Certes, de nombreux collègues, notamment dans les bibliothèques de proximité, pratiquaient ces prêts de longue durée depuis longtemps. Mais cette manière de faire pouvait apparaître bien souvent comme une faveur accordée à quelques privilégiés. Proposé comme un service normal, le prêt de longue durée devrait s’avérer plus efficace.

Nous avons enfin voulu assouplir le régime de sanctions. Nous avons décidé de limiter la durée des suspensions de prêt en la plafonnant à 28 jours, quel que soit le nombre de documents rendus en retard.

En fin de compte, nous espérons, grâce à ces nouvelles politiques de prêt, améliorer la qualité de notre service et l’expérience de nos usagers, et qui sait, limiter la baisse de l’activité de prêt dans nos bibliothèques. Les chiffres de 2014 nous diront si nous avons eu raison.

A lire :
Luc Jodoin : Des politiques de prêt pour les usagers, Espace B le blog des bibliothèques de la ville de Montréal, le 21 janvier 2011.
Thomas Jacqueau : Toutes sortes de types, KohaBulac, le 10 octobre 2009.

Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j'ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000. De retour dans mon Auvergne natale, je m'occupe de l'administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l'intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)... et ma tasse à café ne me quitte jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *