Elsevier, bouquet 2013 (2) : les VRAIS CHIFFRES

Ce premier papier sera plein de chiffres clermontois.

Mes précédents billets consacrés au chiffre d’affaires Elsevier contenaient des estimations. Elles ont été discutées, c’est normal. Désormais, le passage au tout électronique a eu lieu : il aboutit à une facture unifiée, un chiffre fiable qui permet de présenter un bilan solide.

Je peux l’avouer ici car nous sommes entre nous, le chiffre m’a surpris. Il était supérieur à mes prévisions pessimistes. J’ai compris après coup que j’aurais pu l’évaluer exactement. Les informations étaient disponibles, mais à un endroit où je ne songeait pas à les chercher, et sous une forme que je ne savais pas exploiter. Ceci dit sans fausse honte, car les collègues à qui j’en ai parlé en étaient au même point que moi. D’ailleurs tout le monde est d’accord : c’était un contrat compliqué. Et tout le monde, je crois, est décidé à faire mieux.

Bref, voici en exclusivité pour vous mesdames et messieurs, les VRAIS CHIFFRES du contrat Elsevier à Clermont avec un retour sur les huit dernières années de contrat.

La dépense

En 2013, la dépense de Clermont-Ferrand pour accéder à la Freedom Collection sur Science Direct est de 478 710,20 €.
Ce n’est pas le prix de nos abonnements chez Elsevier, qui est plus élevé (car nous avons d’autres abonnements que la Freedom Collection chez Elsevier). C’est le prix de la Freedom Collection, seul. Consolidé, comme on dit pour couper court aux questions.
En prime, je livre à vos yeux l’évolution comparée des coûts et des usages depuis 8 ans.

Elsevier2005-2013

Faites le calcul vous-même :
Entre 2005 et 2012, le prix de la Freedom collection a augmenté de 40 %.
Entre 2005 et 2012, la consultation de la Freedom collection a augmenté de 33 %.

Les usages à la loupe

D’où peut bien venir cette espèce de pic bizarre en 2008 et la décrue qui suit ?
Les chiffres sont impressionnants : si l’on en croit les relevés fournis par la plate-forme de statistiques d’Elsevier, il y a doublement entre 2005 et 2008, puis division par deux du nombre de téléchargements entre 2008 et 2012.

Liquidons les biais statistiques évitables :
1) Les statistiques natives concernent la plate-forme Science Direct. Les statistiques de la Freedom Collection s’obtiennent donc en soustrayant les usages d’autres collections hébergées sur cette plate-forme. Les chiffres donnés ci-dessus en tiennent compte (je consolide, je consolide).
2) Je n’ai pas accès aux statistiques de consommation du CNRS pour les laboratoires clermontois ; mais je postule qu’il n’y a pas de transfert massif d’usage entre accès CNRS et universitaire, pour ceux qui ont les deux : sauf contrainte technique nouvelle, un usager garde ses habitudes.

Le pic de 2008 : crawling or not crawling ?

Pour expliquer le pic étrange de 2008 et la décrue qui suit, l’éditeur a suggéré  que les usages de 2008-2009 seraient une anomalie liée à un épisode de crawling. C’est-à-dire à un téléchargement massif et automatisé opéré depuis le site de Clermont ces années-là, ce qui aurait gonflé artificiellement l’usage réel. On aurait donc une légère tendance haussière pour l’ensemble de la période, masquée par deux années de pic anormales.

Il me semble que pour caractériser le crawling, deux conditions sont nécessaires :
– le pic de consultation est aussi important que bref, il porte sur quelques jours voire quelques heures ;
– il est environné par des consultations en nombre raisonnable ou faible tout le restant de l’année.

Il est effectivement arrivé qu’un titre soit abondamment téléchargé en très peu de temps : consulté quelques dizaines de fois pendant 11 mois de l’année, il est téléchargé, par exemple, 3000 fois en un seul mois. D’après mes repérages cela s’est produit en 2008 pour une dizaine de journaux, et en 2009 pour quelques-uns. Les cas que j’ai repérés totalisent environ 20 000 téléchargements pour 2008, 15 000 pour 2009.  En doublant arbitrairement ce chiffre pour prendre en compte des cas qui m’auraient échappé, on obtient le graphique suivant.

Elsevier2005-2013(2)

Voilà le pic alpin changé en Puy de Dôme. Mais l’érosion ne le fait pas disparaître. Il faut donc chercher une autre explication qui vienne s’ajouter à la première. Elle s’impose, en fait. De janvier à mai 2008, on a en moyenne 25 000 consultations mensuelles. De juin à décembre, la moyenne s’établit à plus de 43 000 consultations par mois.
Juin 2008 est le mois de la mise en place de l’accès distant. Jusqu’en juin, les chercheurs ne pouvaient consulter Science Direct que dans les locaux de l’université. À partir de cette date ils peuvent également la consulter de chez eux.
Quiconque a vu le visage d’un lecteur s’illuminer en apprenant l’existence de l’accès distant déduira qu’il était prévisible que cette possibilité nouvelle s’accompagne d’un pic de consommation, une sorte d’effet d’aubaine. Je serais bien étonné que Clermont-Ferrand ait été le seul endroit à connaître cela. Bien sûr, l’accès distant favorise le crawling, mais il ne se confond pas avec lui.

Le pic de 2008 : fair use ou abuse ?

On peut discuter deux points : y a-t-il eu abus, et peut-on attribuer le pic à cet abus.

1) Y a-t-il eu abus ?

Voici ce que dit le contrat de licence :
L’abonné et ses utilisateurs autorisés peuvent […] imprimer, faire des copies électroniques et stocker des éléments individualisé à partir des produits sous licence, exclusivement pour l’usage de l’Abonné. (1.3.2) […] L’abonné et ses utilisateurs autorisés ne peuvent pas […] reproduire, conserver ou redistribuer, de façon systématique ou substantielle, les Produits sous licence (1.4.3).

Y a-t-il donc eu reproduction, conservation ou redistribution systématique ou substantielle ?
– substantielle : s’il s’agit de 20 000 téléchargements sur 390 000, on est à 5 %. C’est trop, mais ce n’est tout de même pas beaucoup.
– systématique : on peut considérer le téléchargement complet d’un titre par une même personne comme une reproduction systématique. Si cette pratique a eu cours elle visait probablement la conservation (probablement pas la redistribution, je vois mal comment). L’abus, dans ce cas, est constitué. On accordera, j’espère, à la bibliothèque, quelques circonstances atténuantes :

  • il n’y a nul moyen technique d’empêcher ce type d’acte.
  • la quantité de matière téléchargée est très faible au regard de la base disponible, ce qui fait que le préjudice causé à l’éditeur est difficile à identifier.
  • l’usage est massivement conforme au contrat et justifie autant, je crois, la confiance accordée aux universitaires que leur réputation de légalisme.

2) Le pic constaté est-il dû aux abus ?
À cette question on peut répondre non. La mise en place de l’accès distant suffit à expliquer l’envolée des consultations sur quelques mois, qui se tasse ensuite sous l’effet de la routine et revient à une consommation « normale ». Le principal indicateur en faveur de cette hypothèse d’explication est le caractère très étalé, et réparti sur la masse des titres, de la hausse et de la décrue qui a suivi. Aux rares exceptions près que j’ai relevées (10 titres sur 2000, et même en admettant que c’est le double), les titres les plus téléchargés le sont tout au long de l’année.

 

Usages et tarifs

Ce qui précède ne prouve que la volatilité des usages. J’en déduis qu’ils ne sont pas utilisables pour fonder ou justifier une politique tarifaire, et l’éditeur pense de même, son nouveau modèle économique en témoigne.

Revenons brièvement aux gros chiffres :
Entre 2005 et 2012,
le prix a augmenté de 40 %,
l’usage, de 33 %.
Il n’y a pas de corrélation entre les deux, même les plus mauvais statisticiens l’auront relevé.

Ceci laisse posée l’éternelle question : qu’est-ce qui peut bien expliquer la hausse, alors ?
Sur ce point dont j’ai déjà parlé, l’explication ne vient pas de moi : si les prix augmentent, c’est parce que l’éditeur tire les prix aussi haut, aussi vite et aussi longtemps que ses clients l’acceptent, eu égard au statut particulier de ses revues, assimilables, d’un point de vue économique, à un produit de première nécessité dans un marché non-concurrentiel. L’éditeur n’a, du reste, jamais contesté cette explication : je n’ai jamais entendu personne chez Elsevier dire que si les prix augmentent, c’est à cause des coûts. Et l’on peut mettre à leur crédit leur bonne foi sur ce point.

Aussi haut, aussi vite et aussi longtemps
que ses clients
l’acceptent.

C’est cela seul qui peut changer.


2 réflexions au sujet de « Elsevier, bouquet 2013 (2) : les VRAIS CHIFFRES »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *