Mise en place de Blacklight : pourquoi ?

Du nouveau site web au futur système de gestion, la mise en place de l’outil de recherche Blacklight s’inscrit dans une démarche d’amélioration des outils publics et professionnels des BU.

Le contexte local

2010 a constitué une année charnière pour notre catalogue :

  • les bibliothèques de l’agglomération se sont regroupées au sein du réseau communautaire et ont migré vers un système Carthame (Decalog)
  • les bibliothèques universitaires ont fait évoluer leur système vers une nouvelle version, Absysnet (GFI)
  • le portail commun Archimed n’avait plus de raison d’être

En 2011, l’ouverture du site web des BU a imposé la substitution du moteur de recherche Bookline d’Archimed par l’OPAC Absysnet et le retour à une recherche par type de document. On se retrouvait donc avec

  • 2 OPAC : collections imprimées BU et IUFM
  • une liste AZ : revues électroniques
  • des pages de liens : bases de données, livres électroniques, etc.
OPAC des BU
OPAC des BU
OPAC des IUFM
OPAC des IUFM

Une fois le site web BCU mis en place, on pouvait réfléchir au changement de catalogue.

Le contexte national

Au premier abord, on a pensé qu’il fallait tout changer, le catalogue comme le SIGB. Fort de la présence de son développeur web, le service bibnum envisageait de développer tous ses outils à partir de logiciels libres. Mais les évolutions du marché et des projets nationaux nous ont amenés à affiner notre stratégie.

D’une part, ce qui paraissait le plus urgent était la refonte du catalogue public. Impossible de faire passer notre OPAC au « contrôle technique » du moindre utilisateur. Après avoir assisté à la journée sur les discovery tools libres, Mathieu et moi n’avions plus de doutes. Il fallait trouver un remplaçant à ce bon vieil OPAC.

D’autre part, la réinformatisation ne s’imposait pas immédiatement. Koha, bien que séduisant parce que libre, n’offrait pas de bénéfice fonctionnel significatif. Et puis le projet de SGB mutualisé émergeant, il était sage d’attendre.

Bref, en ce début d’année 2012, nous avons décidé de privilégier le catalogue public de manière à offrir rapidement un meilleur outil de recherche aux usagers en fédérant nos différentes ressources et en facilitant la navigation. Nous avons pensé d’abord à l’outil Vufind, mais après la présentation de Blacklight à la journée Couperin, notre choix s’est porté sur ce dernier, dont SearchWorks est la réalisation la plus connue.

La prochaine fois, je vous expliquerai comment on a fait !


Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j’ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000.
De retour dans mon Auvergne natale, je m’occupe de l’administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l’intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)… et ma tasse à café ne me quitte jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *