Lire autrement : deux ou trois choses que le numérique a changées

Un lecteur dont on voit la main lit un texte sur une plage braille reliée à un ordinateur portable

Ordinateur portable relié à une plage braille

Produire mieux, plus, plus vite ...

Le numérique a indéniablement accéléré la production de médias substituts à destination des personnes en situation de handicap qui ont besoin, pour accéder à l'information d'un certain nombre d'adaptations.

Cet effet d'accélération se perçoit à travers le nombre de documents adaptés aujourd'hui disponibles. S'il reste faible (l'Union européenne des aveugles évoque un pourcentage compris entre 1 et 5% selon les pays concernés) par rapport à une production éditoriale prise dans son ensemble, la progression est réelle. Toutefois certains secteurs sont les parents pauvres de l'adaptation. J'avais mené en 2012, dans le cadre d'un mémoire de fin d'études une enquête sur l'offre adaptée et j'avais constaté que si les prix littéraires étaient largement adaptés et diffusés, certains pans de la production étaient délaissés (les livres pratiques par exemple).

Le numérique a néanmoins permis de passer d'une production "artisanale" à une production automatisée faisant gagner un temps précieux lorsque le document d'origine est déjà en format numérique. Sur un document textuel, simple, structuré, transmis en format XML, le temps de traitement (grâce à un convertisseur élaboré par Braillenet) est de quelques minutes. La conversion en un format pivot (DAISY/EPUB) permet de générer ensuite des formats multiples qui pourront être lus selon différentes modalités (audio, tactile, visuelle). Au lecteur de choisir l'interface la mieux adaptée. On mesure le chemin parcouru en lisant un article du Bulletin des Bibliothèques de France de 1956, « Les bibliothèques pour aveugles » qui décrit comment les documents sont copiés à la main, transcrits à l'aide d'un poinçon et d'une tablette par 950 copistes, au sein de l'Association Valentin Haüy.

L'adaptation de documents scientifiques, de documents comportant cartes, schémas, iconographies, notes de fin d'ouvrage, est toujours chronophage et complexe à mettre en œuvre puisque l'intervention humaine est nécessaire. Ce type d'adaptation (pour des manuels scolaires ou universitaires par exemple) peut prendre plusieurs dizaine d'heures. Le projet AcceSciTech lancé en 2012, a pour objet, de proposer une réponse technique par le développement d'outils visant à automatiser au maximum la production de documents scientifiques et techniques adaptés. Une piste collaborative est également à l'étude.

Mais le numérique n'est qu'une technologie et d'autres considérations entrent en ligne de compte pour améliorer les capacités d'adaptation :

1. l'évolution du contexte législatif : l'exception handicap au droit d'auteur, prévu dans la DADVSI, a permis de légaliser des pratiques d'adaptation jusque là plus ou moins clandestines. L'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle, alinéa 7, précise que l'auteur ne peut empêcher, dès lors qu'une œuvre a été divulguée : « La reproduction et la représentation par des personnes morales et par les établissements ouverts au public, tels que bibliothèques, archives, centres de documentation et espaces culturels multimédia, en vue d'une consultation strictement personnelle de l'oeuvre par des personnes atteintes d'une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, dont le niveau d'incapacité est égal ou supérieur à un taux fixé par décret en Conseil d'Etat, et reconnues par la commission départementale de l'éducation spécialisée, la commission technique d'orientation et de reclassement professionnel ou la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées mentionnée à l'article L. 146-9 du code de l'action sociale et des familles, ou reconnues par certificat médical comme empêchées de lire après correction. Cette reproduction et cette représentation sont assurées, à des fins non lucratives et dans la mesure requise par le handicap, par les personnes morales et les établissements mentionnés au présent alinéa, dont la liste est arrêtée par l'autorité administrative. »

La loi prévoit deux types d'agrément. La liste des organismes agréés est disponible sur le site du ministère de la Culture :

  • l’agrément de niveau 1 ou simple autorise la reproduction et la représentation d’œuvres
  • l’agrément de niveau 2 permet d’obtenir les fichiers numériques des éditeurs via la BNF

Il faut noter, dans la liste le faible nombre de bibliothèques agréées, quand bien même, certaines mènent une véritable politique d'accès en faveur des personnes handicapées.

Au niveau international, l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle s'achemine vers une exception mondiale au droit d'auteur en faveur des personnes handicapées. Une conférence diplomatique doit se tiendra du 17 au 28 juin 2013, à Marrakech, au Maroc. L'objectif de cette conférence est d’adopter un traité international visant à améliorer l’accès des nombreux déficients visuels et personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés dans le monde entier aux œuvres protégées au titre du droit d’auteur.

2. la création d'une infrastructure garantissant la sécurité des échanges de fichier en provenance des éditeurs. En 2009, la BNF a reçu par le décret n° 2009-131 du 6 février 2009 la mission d’être l’organisme dépositaire des fichiers numériques des éditeurs ayant fait l’objet d’une demande par un organisme agréé. Pour remplir cette mission, en 2010, la Plateforme sécurisée de Transfert des Ouvrages Numériques (PLATON) a été mise en service. Elle centralise les demandes, sécurise les transferts de fichiers entre éditeurs et organismes agréés, conserve les documents déposés et les met à disposition. En 2013, les services s'étendent puisque sont désormais possibles :

  • l'abonnement aux titres de presse en XML (lorsque l’éditeur mandate une plateforme de distribution générant ce format) ;
  • la réception des documents sur un compte sFTP (crypté) ;

En outre, dans un souci de mutualisation des travaux d'adaptation, un message d’information lorsqu’un document a déjà été demandé pour être transcrit. Cette évolution est nécessaire car la mutualisation des transcriptions et le signalement des documents adaptés restent un des maillons faibles de cette chaîne de production.

Accéder plus facilement aux documents adaptés ?

Le numérique a aussi changé les pratiques des lecteurs. Avant d'aborder prochainement, cette évolution des pratiques de lecture et d'information, il est nécessaire de faire un focus sur un point essentiel, l'accès aux ressources adaptées à l'ère du numérique pour les élèves et les étudiants. La question qui se pose quotidiennement voire plusieurs fois par jour à un jeune qui a besoin de médias substituts (et à son entourage) est : ce livre, que ce professeur me demande de lire, est-il adapté et comment puis-je me le procurer dans un délai raisonnable ? La réponse devrait être simple. Il n'en est rien et les réseaux (forums, listes de diffusion, associations) fonctionnent à plein.  Il n'existe pas d'obligation de signaler ce qui est adapté par les différents organismes. La BDEA (Banque de Données de l'Edition Adaptée) recense les adaptations (de manière non exhaustive) mais sans obligation, des ressources passent entre les mailles d'un filet plutôt lâche. Une évolution reste nécessaire si la mission de signalement national veut être remplie correctement.

Une réflexion est menée à Clermont-Ferrand sur la nécessité de signaler de manière partagée et systématique les adaptations réalisées pour des étudiants déficients visuels. A partir d'un constat évident : toutes les bibliothèques universitaires françaises contribuent à l'alimentation d'un catalogue collectif : le SUDOC qui permet de décrire et de localiser l'ensemble des ressources présentes dans les fonds des BU, une interrogation non moins évidente a surgi : pourquoi un tel outil ne serait-il pas mis à disposition des personnes ayant besoin de documents adaptés ? Pourquoi ne pas utiliser le SUDOC pour signaler l'existence de ressources adaptées (par les missions handicap ou par les bibliothèques universitaires elles-mêmes).

Mes collègues ont, l'an dernier, mené l'enquête auprès de l'ABES.  Si certains champs peuvent être renseignés pour indiquer le type d'adaptation ou le public destinataire,  un écueil de taille se dresserait sur la route du lecteur à la recherche de médias substituts, malgré la présence de telles informations : il lui sera impossible d'interroger ces champs par le biais de l'interface publique de consultation. Ils seraient interrogeables uniquement dans le catalogue local. Evidemment,  les atouts de la mutualisation se réduisent comme peau de chagrin et un tel travail n'offre aucun intérêt pour le lecteur. Il existe toutefois un espoir pour les bibliothèques universitaires (surtout pour leurs lecteurs d'ailleurs) sur le moyen et le long terme. L'ABES travaille sur un projet ambitieux de SGBM (Système de Gestion de Bibliothèque Mutualisé) dont l'étude d'impact a été publiée fin mars. En prenant en compte, dès l'origine du projet, les contraintes d'accessibilité, bornées par les dispositions législatives, ce projet devrait faciliter le signalement des ressources.

Il reste aussi à souligner la forte inégalité des services destinés à faciliter l'accès à la documentation scientifique de niveau universitaire, sans doute liée à la faible prévalence des déficiences visuelles chez les jeunes adultes, pourtant très demandeurs d'adaptation.

A l'université, l'acquisition des connaissances est très étroitement liée à l'accès à l'information écrite. Les tâches que doit effectuer un étudiant sont multiples : lectures, analyses critiques, commentaires, recherches bibliographiques, rédaction de compte-rendus, de mémoires, de rapports, prise de notes, traitement de données statistiques, calculs, ... et les obstacles nombreux. Tous les étudiants déficients visuels, n'ont pas, comme à Clermont-Ferrand, la chance de bénéficier d'un service d'adaptation doté d'un personnel qualifié. Ce service de proximité existe dans d'autres universités (Lyon 3, Reims, ...) mais n'est pas suffisamment répandu.

En réfléchissant localement et nationalement à la meilleure manière d'adapter et de signaler les adaptations, en créant des synergies entre différents pôles (missions handicap, bibliothèques, enseignants-chercheurs, recherche), en facilitant l'accès dans de courts délais à une documentation actualisée, chacun peut contribuer à une meilleure insertion sociale et professionnelle des étudiants en situation de handicap. C'est un pas qu'il faut franchir, allègrement !

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Service public - services aux publics

5 commentaires pour “ Lire autrement : deux ou trois choses que le numérique a changées ”

  1. ARSAC le 14/05/2013 à 16:04

    Je vous remercie pour cet article fort instructif pour ne pas dire très éclairant!

    Je prends la liberté de vous signaler un wiki certainement déjà connu de vous:http://www.alphabib.fr/xwiki/bin/view/Main/WebHome.

    Sur ce site rattaché à la BPI,la dernière actualité fait mention du lien suivant:
    http://inova.snv.jussieu.fr/evenements/colloques/colloques/78_actes_fr.html
    Publié par Céline Moreau-Bertsch | Catégories : Accessibilté, Web |

    Actes du 7e Forum européen de l’accessibilité numérique disponibles en
    ligne Modifié par Céline Moreau-Bertsch le 2013/05/03 15:57

    Les actes du 7e Forum européen de l’accessibilité numérique sont
    désormais en ligne, en version française et anglaise. Les vidéos des
    interventions y sont disponibles, ainsi que des résumés en français
    ou en anglais et les transparents présentés.

    Cordialement

    • Françoise Fontaine-Martinelli le 17/05/2013 à 8:17

      Bonjour,
      Le wiki Alphabib est animé par l'équipe de la Mission lecture-handicap de la BPI, chargée sur le plan national, de mener des actions de coopération avec les bibliothèques développant des services adaptés aux personnes. Ce wiki a davantage une orientation lecture publique et il est réservé aux bibliothécaires via une inscription institutionnelle. C'est un des outils que les bibliothécaires peuvent utiliser mais ce n'est pas le seul. Je vous signale l'existence d'un blog, animé par le responsable de la bibliothèque de l'AVH, Luc Maumet, riche d'informations en particulier sur les nouvelles technologies : http://nouvelleslectures.blogspot.fr/
      Cordialement,
      Françoise Fontaine-Martinelli

  2. [...] Produire mieux, plus, plus vite ... Le numérique a indéniablement accéléré la production de médias substituts &a...  [...]

  3. [...] 'Le numérique a indéniablement accéléré la production de médias substituts à destination des personnes en situation de handicap qui ont besoin, pour accéder à l’information d’un certain nombre d’adaptations.'  [...]

Laisser un commentaire