L’OPAC avant les RAMEAU

Que l’on me pardonne de recycler en guise de titre une boutade de potache, compréhensible des seuls bibliothécaires : elle m’a valu un jour, lors d’un de mes premiers exposés professionnels, l’innocente satisfaction d’arracher un franc éclat de rire à une collègue qui me paraissait un peu austère. Je m’étais alors promis, si un jour l’OPAC de mes rêves venait à exister, de recaser ce jeu de mots.

Or c’est chose faite, et voici l’occasion de revenir un peu sur le projet majeur de l’année 2013, sur un ton un peu léger parce qu’après tout, quand on a bien travaillé, il est juste de célébrer le labeur accompli et il n’est pas interdit de le faire de façon récréative. Je précise que c’est le travail d’autrui que je célèbre (voir les billets parus sur le sujet). En revanche je revendique la pleine et entière responsabilité de mes jeux de mots désastreux.

À présent, à l’intention des non bibliothécaires qui se demandent ce que signifie ce titre absurde entaché d’une faute d’accord, petit cours de jargon bibliothécaire à l’usage des gens normaux. Les collègues peuvent se rendre directement au paragraphe 3.

Signalétique de l'OPAC, (publié sur FlickR sous le pseudonyme d'Enokson, sous licence Creative Commons, Attribution)
Signalétique de l’OPAC, (publié sur FlickR sous le pseudonyme d’Enokson, sous licence Creative Commons, Attribution)

1. OPAC, c’est l’acronyme de Online public access catalogue. Allez savoir pourquoi ce sigle anglophone s’est imposé en français, alors que sa prononciation en français évoque l’idée diamétralement opposée au service qu’il rend, ainsi que l’a plaisamment relevé le dictionnaire du diable des bibliothèques  à la définition du mot « acronyme ».
On propose parfois d’y lire un message subliminal des bibliothécaires à l’intention de leurs lecteurs ; exégèse qui mérite quelques secondes d’autodérision à la pause café les jours de mauvaise humeur, pas plus. Ou bien, s’il faut vraiment faire du mauvais esprit, ne mégotons pas et réformons tout notre vocabulaire :  les tests utilisateurs organisés l’an dernier autour de notre site web ont révélé que même le mot « catalogue » peut dérouter nos lecteurs. « Catalogue, on pense à un livre », disait un commentaire. En effet ; c’est vraiment agaçant cette association dont on n’arrive pas à se défaire entre bibliothèque et bouquins.

Heureusement, la modernité a inventé le Discovery tool, dont la traduction Outil de découverte semble en voie de s’imposer, sans doute grâce à sa brièveté et à son intelligibilité parfaite. Va pour outil de découverte, donc, en espérant que le sigle « OD » ne va pas venir infester la documentation professionnelle, sans oublier les perles éventuelles qui pourraient jaillir de trouvailles comme « catalogue de découverte (CD) » ou encore mieux « Catalogue outil de découverte (COD) ». J’imagine déjà la conclusion désabusée d’un rapport d’activités de 2018 : à l’usage, malgré les promesses d’interopérabilité du fournisseur, notre système, dépassé, ne s’accorde pas avec le COD, alors que celui-ci était positionné avant.
Bref, l’OPAC, c’est le catalogue en ligne offert au public

 

2. RAMEAU, c’est plus compliqué. C’est le Répertoire d’Autorité Matière Encyclopédique, Alphabétique et Unifié, et l’un des symboles du savoir-faire bibliothécaire. Comme tout outil systématique, RAMEAU, en dépit de son caractère impressionnant (l’édition 2002 fait 8 volumes, d’après… l’OPAC) est précieux : tous ceux qui ont tâté de l’indexation savent qu’il faut renvoyer tous ses synonymes vers un seul terme, pour que le lecteur ait toute l’information en une fois. Exemple pertinent bien qu’un peu impertinent aussi : c’est grâce à ces renvois conçus a priori  que le lecteur qui cherche « doudou » ou « peluche » aura pour réponse des notices sur les livres de psycho ou de puériculture parlant des objets transitionnels. On peut railler le terme, n’empêche : on accède bien aux résultats. Bon, je regrette un peu de n’avoir pas trouvé, dans la liste des « formes rejetées », l’appellation « nain-nain », qui est pourtant d’usage attesté dans certaines zones linguistiques. J’enverrai une proposition de modification à ce sujet.
Comme tous les outils métiers, RAMEAU a sans doute ses déviances et ses idolâtres. Je n’en ai jamais rencontré en chair et en os et je ne suis pas sûr de leur existence réelle, mais on dit que certains bibliothécaires éprouveraient un véritable plaisir, par exemple, à saisir le plus possible de termes RAMEAU dans leurs notices de catalogage, pour le plaisir de manier les règles subtiles de cette liste, car elle est articulée logiquement de façon hiérarchique (avec des « vedettes primaires », des « subdivisions thématiques » et des « subdivisions chronologiques »). Je conçois d’ailleurs que l’on puisse, aux époques troublées, céder à la tentation de recréer l’ordonnancement harmonieux du monde par la magie de mots ordonnés séparés par des tirets doubles. Mais je n’ai jamais rencontré personne qui ait amené cette pratique jusqu’à l’addiction.
Bref, les mots RAMEAU, c’est le vocabulaire contrôlé d’indexation employé par les bibliothécaires.

Le catalogue "en ligne", version 1974.
Le catalogue « en ligne », version 1974 (Source FlickR, domaine public).

[les collègues peuvent reprendre ici]

3. En résumé, on peut considérer l’OPAC et RAMEAU comme les symboles respectifs du front office et du back office. Alors, « l’OPAC avant les RAMEAU », qu’est-ce à dire ? Eh bien, comme chacun sait, les bibliothécaires d’avant ne pensait qu’à leurs bouquins, alors que ceux d’aujourd’hui sont beaucoup plus gentils et ne pensent qu’à leurs lecteurs. C’est cette victoire des gentils modernes sur les méchants ringards, illustrée par la montée en puissance des outils de découverte (on les appelait alors « OPAC de nouvelle génération ») qu’était censée impliquer ma boutade. Avec en prime une petite connotation transgressive très tendance et absolument sans risque, tout à fait adaptée pour stigmatiser la supposée crispation professionnelle des méchantes bibliothécaires à chignon. C’était vraiment mesquin de ma part, mais le plaisir du jeu de mots l’emportait sur l’intention polémique.

La réalité, c’est que l’outil de découverte permet réellement d’amener l’OPAC vers un meilleur service, à l’aide d’avancées techniques que les bibliothécaires (avec ou sans chignon) attendaient avec impatience : tri des résultats par pertinence, filtrage, etc. Mais le savoureux de l’affaire, c’est que l’OPAC-outil-de-découverte-catalogue-en-ligne utilise bel et bien les mots clés RAMEAU. Ces termes, choisis avec soin par les catalogueurs, sont tout indiqués pour créer (entre autres) les filtres des résultats obtenus. La question peut ensuite se poser (elle s’est posée à nous, de fait) de savoir s’il faut, ou non, préserver la structure hiérarchique de cette indexation, ou ne préserver que les mots eux-mêmes, en abandonnant leur lien logique ? En l’occurrence nous avons choisi de briser les liens entre les termes pour l’affichage des facettes (mots clefs de filtrage) mais de les préserver dans les notices. En conclusion, il fallait bien passer par les RAMEAU pour accomplir cette remise à neuf d’OPAC.

Quelles autres leçons tirer ? Je les livre à la va-vite, ce billet est déjà trop long.  1°) C’était le projet majeur de l’année, il est arrivé à réalisation. J’en avais rêvé pour 2012 dans un billet programmatique. Comme souvent, il a pris un peu plus de temps que prévu, mais enfin il fonctionne. 12 mois, de la première installation à la mise en test public, c’est un délai correct compte tenu d’un accident majeur sur le serveur de développement (trois bons mois de retard) 2°) la présence dans le service d’un informaticien de métier épargne la fastidieuse rédaction d’un cahier des charges suivi d’un appel d’offres et des factures annuelles subséquentes 3°) Un stage informatique a permis en prime de mettre en place une version adaptée pour téléphone mobile du catalogue en ligne et du site web. 4°) Il y a encore de nombreuses améliorations à apporter, bien sûr, on y travaille. 5°) Nous avons le même catalogue que l’université de Stanford, c’est un début encourageant ; les créateurs du google de demain sont peut-être auvergnats ?

Dernière précision enfin, à l’intention des contribuables sourcilleux qui verraient dans ce billet une imposture professionnelle : il a été principalement rédigé sur mon temps personnel. En ces temps de météo tendue, de négociations en baisse et de budgets maussades, qu’on veuille bien y voir ma modeste contribution à l’allègement de l’ambiance et de la dette publique.
Ainsi qu’un souriant hommage au travail de mes collègues.

Premier catalogue en ligne (?) à la bibliothèque universitaire de l'Ohio, source du cliché (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les même conditions).
Premier catalogue en ligne (?) à la bibliothèque universitaire de l’Ohio, source du cliché (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les même conditions).

Une réflexion au sujet de « L’OPAC avant les RAMEAU »

  1. Bonjour Olivier,

    intéressant et distrayant article, je vous en remercie.
    Avez-vous des nouvelles de la négociation Elsevier?

    Bien cordialement
    S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *