Série culte (?) de l’été

Fishing Umbrellas par Giangrafanna (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale).

 

Modestement pourvu en actualité non sportive, l’été est propice aux séries thématiques à caractère philosophique. En concevant le projet de lancer ici une grande réflexion propre à stimuler nos cellules grises et les vôtres, nous avons écarté, à regret, les thèmes qui nous étaient d’abord venus à l’esprit et dont la profondeur n’avait pourtant d’égale que l’originalité : « Douze monographies minceur pour dire adieu aux petits kilos de l’hiver » ; « Cinq bons e-books pour bronzer intello en BU » ; « Le (la) rencontrer : est-ce encore possible en horaires restreints ? ».
Las, ces mille sujets, déjà programmés dans des magazines à fort tirage, y seront certainement traités avec toute la hauteur de vue qu’ils méritent. Il nous a fallu rester modestes et nous rabattre sur un angle d’attaque moins ambitieux, mais où nous ayons quelque chance d’écrire du neuf. Nous avons donc jeté notre dévolu sur un thème qui tient en six mots et pourra, je l’espère, être traité au prix de peu d’efforts (il fait chaud) :

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum.

L’objectif pas même inavoué de l’exercice est de mettre à l’épreuve des faits une question pas trop existentielle mais à demi révérencieuse : pouvons-nous tenir, sur notre métier, des propos qui ne soient négatifs ? Le bibliothécaire est notoirement enclin à réfléchir sur son métier avec un talent qui n’échappe pas toujours au nombrilisme littéraire ni à la jérémiade apologétique. Nous allons donc voir si l’on peut débusquer, sous nos graves problèmes, de quoi apprécier notre quotidien ; ou peut-être si ces problèmes ne sont pas tout bonnement les raisons pour lesquelles nous apprécions notre travail.

Chaque membre de la bibnum est invité à rendre sa rédaction sur ce sujet, en respectant (comme le fait cette introduction) une même contrainte ; à vous de deviner laquelle. Le premier à montrer, par un commentaire qui s’y conforme, qu’il en a saisi la nature, gagnera un aller simple pour Clermont-Ferrand.
Ne vous bousculez pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *