Prêt de tablettes numériques à la BCU : quels enjeux?

1a_10_0844UrukÉcriturePrécunéiforme

Ecriture Précunéiforme, par Claude Valette – source Flickr

Depuis plusieurs mois, quatre bibliothèques (Sciences et Techniques, STAPS, Santé, Droit et Sciences Economiques) du réseau Bibliothèque Clermont Université travaillent sur un projet de prêt sur place de tablettes numériques.
A la BU Sciences et Techniques le prêt a débuté le 7 octobre, en Santé il commencera le 12 novembre et il faudra attendre mi-novembre pour emprunter des tablettes à la bibliothèque de Droit et Sciences Economiques de la Rotonde.

Les tablettes sont des iPads 2 et des Galaxy Tabs 2 10.1, au nombre respectif de 14 et 6.
La question a été posée de savoir si ces tablettes seraient prêtées avec ou sans contenus mais des applications ont effectivement été installées avant le lancement du prêt. Les applications gratuites sont privilégiées mais certaines bibliothèques proposeront aussi des contenus qu’elles auront achetés.

Le but de ce projet est multiple :
– Valoriser les ressources de la BCU (revues électroniques, livres numériques).
– Permettre à tous d’avoir accès aux nouvelles technologies.
Les bibliothèques ont pour mission d’offrir l’accès à la cuture à tous, culture numérique également. Le prêt de tablettes donne ainsi la possibilité au public de se tenir informer, de ne pas se laisser distancer par les technologies (qui évoluent très vite de nos jours).
Des formations à la carte seront proposées dans ce sens au cours de l’année.
– L’appropriation des nouvelles pratiques de lecture et des technologies mobiles par le personnel.
L’évolution des technologies touche aussi les métiers. Les tablettes offrent de nombreuses possibilités pour les bibliothécaires (récolement, accueil mobile…). Ils se doivent donc de maitriser leur utilisation. De plus, il est important de suivre (voire d’anticiper) les pratiques des usagers pour rester visible dans la société.

Le lancement du prêt des tablettes s’est déroulé en plusieurs phases :
Les bibliothécaires ont dans un premier temps testé les tablettes chez eux et bénéficié de formations en interne.
Puis des procédures de prêt on été établies (que demander en retour ? Caution ? Pièce d’identité ? / Quel matériel prêter ? Casques ? Chargeurs ? / Quand recharger les tablettes ?…).

Enfin, la sélection des contenus a été réalisée. Il s’agit des revues en ligne de la BCU qui existent en version mobile et de divers utilitaires (lecteurs de livres numériques, lecteurs vidéos, logiciels de bureautique…).
Une veille des applications propres à chaque domaine est en cours. Ces applications spécialisées font jouer l’expertise documentaire des bibliothécaires en lien avec les commentaires et avis des enseignants chercheurs consultés.

Les étudiants pourront installer d’autres applications gratuites (seulement sur les samsung car l’installation de contenus sur iPad est soumise à identification).

Il est nécessaire que le prêt des tablettes numériques à la BCU soit évalué. Ce type de prêt est encore novateur en France. Chaque structure a ses particularités et ses lecteurs qui lui sont propres. Pour cela, la bibliothèque doit tenter de comprendre les usages qui seront faits de ces technologies mobiles. Des étudiantes, dans le cadre d’un projet tuteuré de licence professionnelle, vont suivre et analyser le projet. Elles vont réaliser un état des lieux et des comparaisons au sein du réseau et dans d’autres villes. Elles doivent enfin proposer un dispositif d’évaluation pour comprendre comment les utilisent le personnel et les étudiants pour ensuite faire des propositions d’amélioration ; (par exemple extension du parc des tablettes, autorisation du prêt à domicile…).

L’observation du prêt des tablettes se déroulera sur plusieurs mois, nous en reparlerons le moment venu.


5 réflexions au sujet de « Prêt de tablettes numériques à la BCU : quels enjeux? »

  1. Bonjour,

    nous envisageons de mettte à disposition des tablettes pour la lecture des journaux généralistes et pour certains abonnements papier + online.
    Je souhaiterai savoir comment vous avez résolu la question des identifiants et mots de passe liés aux abonnements.

    En vous remerciant par avance de votre réponse
    bien cordialement
    O Hennaut

    1. Bonjour,

      Les accès aux ressources électroniques sont gérés par un proxy. Les étudiants s’identifient via l’ENT pour consulter les abonnements de la bibliothèque.
      Pour les tablettes, la reconnaissance s’effectue par wifi et non par adresse IP. Cependant, ça ne fonctionne pas pour toutes les ressources et pour l’instant nous n’avons pas de solutions.
      Par contre, nous ne gérons pas les abonnements où l’éditeur délivre un mot de passe individuel. Cela serait trop compliqué.

      J’espère avoir répondu à votre question.

      Cordialement

  2. Merci pour votre commentaire. Concernant l’antivol, il a été décidé pour l’instant de n’antivoler que la housse avec les antivols utilisés pour les livres et les DVD/CD. Mais d’autres systèmes plus adaptés pourront être expérimentés.

  3. Bonjour,
    Merci pour cet intéressant article. Nous réfléchissons à un service analogue dans notre établissement, et votre expérience peut nous inspirer. Question pratique : comment gérez-vous l’antivol des tablettes ?
    Merci par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *