Docteur H, l’homme qui filmait dans les B.U.

 

La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d'utilisation commerciale)
La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification).

C’est à un bienveillant hasard des parcours universitaires que nous devons d’avoir vu débarquer à Clermont, au printemps 2012, le docteur H, l’homme qui murmurait à l’oreille des bibliothèques. Nous envisagions alors d’expérimenter la vidéo, mais avec moultes hésitations : Que filmer ? Des présentations de bibliothèques, des conférences ? Quel matériel ? Du pro, du semi-pro ? Cela valait-il vraiment la peine d’acquérir caméra, micro, lumières et compétence ?

Nous aurions pu réfléchir longtemps, mais deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. Le docteur H1 est arrivé à temps pour nous dispenser de réfléchir davantage. Il se proposait de mettre en scène lui-même des épisodes inspirés de faits réels illustrant les vertus salvatrices de la maîtrise documentaire. Il aurait été malvenu de bouder notre chance alors que nous cherchions  un terrain d’expérimentation. En nous apportant sur un plateau (de tournage) ses questions bibliographiques trapues, ses attentes flatteuses sur la qualité du service, et des projets juste assez déraisonnables pour susciter le doux frisson de l’aventure, le docteur H nous a convaincus d’expérimenter à ses côtés les chronophages vertiges de la création vidéo. En deux ans, une petite dizaine de courts-métrages promotionnels tournés essentiellement en bibliothèque et une vingtaine de tutoriels réalisés par le docteur H ont vu le jour. Aucun bibliothécaire n’a été maltraité pendant le tournage2. Et depuis mi-mars, tout le monde peut voir le résultat en ligne3. [Mise à jour du 12 mai 2014 : une chaîne YouTube vient d’être créée pour héberger les même contenus en facilitant la navigation]

Le protocole de traitement du docteur H4 a eu, dans le long terme, un effet notoire et bénéfique pour la BCU. En soignant la réalisation de son mieux, en cherchant un juste dosage entre le sérieux du fond et l’agrément de la forme, la BCU a testé en réel la production vidéo. C’est l’avisé lecteur-spectateur qui jugera le résultat, mais nous avons du moins la satisfaction d’avoir travaillé avec soin, et non sans plaisir. Car si nous faisons de la vidéo, c’est d’abord avec l’idée que c’est moins assommant à fabriquer que des PDF avec copie d’écran, ensuite avec l’espoir que c’est plus plaisant à visionner, donc plus efficace comme outil d’apprentissage. Cela demande beaucoup plus de travail (tout compris, environ une heure de travail pour une minute de film) et des moyens plus coûteux… mais la sagesse intemporelle du 7e art a tranché: le prix s’oublie, la qualité reste.

Accessoirement, le savoir-faire et le matériel acquis, avec le conseil et les formations de collègues plus avancés5, nous sert désormais à réaliser les captations et le montage de la plupart des conférences organisées dans les bibliothèques. Bref, il ne sera pas dit que nous avons sorti le matériel pour rien !6

Jusqu’ici j’ai omis l’essentiel : le contenu. Le but du docteur H est de contribuer à répandre chez ses pairs le goût et la maîtrise des outils de recherche documentaire. Vu le potentiel de séduction du mot et de la chose, un passage par la vidéo n’était pas inutile, mais est-il suffisant ? Mettre en scène de façon vivante une recherche documentaire reste un défi. Le docteur H l’a relevé non seulement dans les vidéos tournées en bibliothèque, mais aussi dans ses tutoriels. Son parti pris était simple : montrer les exemples les plus vivants et les plus réalistes possibles, c’est-à-dire des cas problématique réellement rencontrés, et montrer comment une recherche bien menée a pu aider à les résoudre. Là encore, l’avisé-lecteur-spectateur-interne-en-médecine-ou-praticien jugera si le résultat lui rend service.

Pendant deux ans, nous avons travaillé sans publier : l’étude clinique du docteur H exigeait la confidentialité. A posteriori, on mesure l’intérêt d’avoir attendu : une fois l’ensemble disponible sur le web, l’effet est évidemment plus intéressant que ne l’aurait été la publication d’une vidéo par mois pendant deux ans. Un projet plus large s’ébauche maintenant, en commun avec la BIU Santé et, on l’espère, bien d’autres bibliothèques de santé. Nous allons voir si ce nouveau projet mûrit, mais il est déjà clair que si quelque chose d’utile peut en sortir ce sera sur ces fondements :

– Pour la méthode, un travail en cheville entre bibliothécaires et médecins, fondé sur des cas pratiques ; à Clermont, la collaboration nécessaire au projet a été jugée assez féconde pour que désormais une bibliothécaire de santé et une interne travaillent ensemble à la préparation des formations documentaires.

– Sur la forme, du soin dans la réalisation, en évitant si possible ce ton docte et emprunté qui vient spontanément au bibliothécaire7 quand il s’enregistre, et qui surpasse en vertus narcotiques l’association protoxyde d’azote + morphine, et même la lecture attentive du Journal officiel couplée au visionnage d’un chef d’œuvre de Dreyer.

De justesse, Dujardin a ravi au docteur H l’Oscar 2013 du meilleur acteur. Mais à la réflexion je pense que celui d’usager du siècle fera l’affaire.

 

 

  1. L’hommage cinématographique aidant, il me pardonnera de lui assigner le rôle de « la brute qui marche » []
  2. Quand c’est hors champ ça ne compte pas. []
  3. La plateforme de diffusion actuelle est provisoire, le travail se poursuit en ce moment-même pour assurer un accès plus ergonomique et une navigation plus facile entre les vidéos. []
  4. C’est plus qu’une métaphore balourde (mais elle l’est, j’en conviens !) : le travail du docteur H s’inscrivait  dans le cadre de sa thèse d’exercice et adoptait, pour jauger les effets de la formation vidéo, une méthode de type « essai clinique ». []
  5. C’est le pôle audiovisuel de l’université qui nous a mis le pied à l’étrier avec conseil à l’achat, assistance à la prise en main et formation. Chapeau et merci ! []
  6. Horst Frank dans Les tontons flingueurs []
  7. Je précise que je n’ai pas de leçon à donner : le seul tutoriel que j’aie personnellement réalisé exerce sur moi un effet très puissant mêlant somnolence et confusion. []

Une réflexion sur « Docteur H, l’homme qui filmait dans les B.U. »

  1. C’est un outil comme on en attendait plus !!!
    Je suis un affamé de ces vidéos très bien faites.
    Félicitations à tous!!
    Medec22, un usager conquis !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *