Ma BU pour une tablette

Agenda, Ipad, Ecrire, Blog
« Agenda, Ipad, Ecrire, Blog », publié par Edar sur Pixabay (Licence CC0 Public Domain, libre pour usage commercial, pas d’attribution requise)

Dans le courant du mois d’octobre 2013, la Bibliothèque Universitaire des Cézeaux (Sciences, Technologies, STAPS), membre du réseau Bibliothèque Clermont Université (63), a mis à la disposition de ses lecteurs, en même temps que la Bibliothèque Universitaire de Santé et que la Bibliothèque Universitaire de Droit, Economie, Management, des tablettes numériques. Deux ans plus tard, de petits PC portables sont venus rejoindre la flotte d’appareils nomades, sur les Cézeaux seulement cette fois-ci.

Retour sur trois ans d’expérimentation.

2013 : T-Day, les tablettes débarquent à la BU

Etat de notre flotte en octobre 2013 : 5 tablettes => deux iPad 2 et trois Samsung Galaxy Tab 2

Etat de notre flotte en septembre 2014 : 7 tablettes => deux iPad 2, trois Samsung Galaxy Tab 2 et deux Samsung Galaxy Tab 3

Parlons peu, parlons procédure (parce que vous êtes fonctionnaires et que vous adorez ça)

Le prêt de tablettes s’est fait à tâtons car peu d’expériences similaires avaient été menées au sein des bibliothèques universitaires françaises lorsque nous avons lancé le projet.

Nous souhaitions que les appareils soient utilisés sur place uniquement, mais sans pour autant les enchaîner afin de préserver leur caractère nomade et de ne pas revenir aux us et coutumes des bibliothèques moyenâgeuses (In open access we trust !). Nous avons donc choisi de les anti-voler et de les prêter aux étudiants avec une housse de protection, en échange d’une pièce d’identité laissée en dépôt à l’accueil. L’idée d’un dépôt de caution, répandue aux Etats-Unis, a été rejetée très rapidement et remplacée par un amendement du règlement intérieur stipulant que toute casse, vol ou perte d’une tablette donnerait lieu à un remboursement de 500€. Nous n’avons déploré aucun incident ni accident depuis. Bien au contraire, les étudiants ont fait et font toujours preuve de beaucoup de soin en manipulant les appareils (In our readers we trust, too !). Par conséquent, nous avons décidé en 2015 d’alléger le dispositif de dépôt en acceptant les cartes d’étudiant (avec photo) en lieu et place des papiers d’identité plus officiels. Autre grand changement en 2015 : l’informatisation des prêts, que nous avions tout d’abord choisi d’enregistrer à l’ancienne, sur de petites fiches papier, ne sachant pas si le projet serait un succès ou un échec.

En ce qui concerne le contenu des tablettes, là aussi, nous souhaitions laisser toute liberté à nos lecteurs et ne pas réduire l’utilisation des appareils à la seule consultation des ressources électroniques de la bibliothèque. Les étudiants ont donc la possibilité d’installer ce qu’ils veulent, du moins en théorie car, si Samsung rend l’installation d’applications très facile (pas besoin d’identification), ce n’est pas le cas d’Apple qui voue un culte au verrouillage des usages et à la non-interopérabilité (mais ça on le savait déjà). Seuls quelques mordus d’iPad parviennent à contourner les blocages, ce qui n’est pas sans nous poser problème pour reconfigurer les tablettes par la suite. Donc petit conseil : à moins de vouloir réduire en esclavage d’innocents lecteurs, fuyez la marque à la pomme et préférez un appareil tournant sous Androïd. Les tablettes sont nettoyées régulièrement pour retirer les applications jugées superficielles (aka : CandyCrush, Plants VS Zombies, Fruit Ninja, etc). Celles que nous estimons utiles d’un point de vue culturel ou éducatif sont conservées. D’ailleurs, comme nous sommes bibliothécaires et que nous aimons sélectionner (on ne se refait pas), nous avons pris le soin de pré-installer un ensemble d’applications à visée éducative sur les tablettes (pas toujours les mêmes en fonction des modèles). Nous ne nous faisons pas trop d’illusions quant à leur utilisation par le public, mais sait-on jamais.

Le résultat ? Mi-figue, mi-raisin.

Le projet a rencontré un franc succès durant la première année de son lancement (2013-2014). Des résultats encourageants à première vue, mais les tablettes numériques ne constituent pas LE nouvel outil informatique indispensable à la réussite universitaire de nos étudiants. Soyons réalistes, l’engouement initial de notre public a d’abord été dû à un effet de mode, lequel s’est émoussé dès l’année suivante. En effet, très vite, les tablettes se sont popularisées, les gens se sont équipés et les tablettes proposées par la bibliothèque ont été moins courues. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dès 2014-2015, ils ont enregistré une chute importante. Pendant cette période, le nombre de prêts mensuels a oscillé entre 30 et 50, contre 70 à 100 l’année précédente. Cette tendance à la baisse s’est encore accentuée en 2015-2016, avec une petite fourchette de 15 à 25 prêts par mois, laquelle s’est stabilisée jusqu’à la fin novembre 2016.

tableau_1

evolution_des_prets_de_tablettes
Graphique 1 : Evolution du nombre de prêts de tablettes. Comparaison par mois et par année universitaire.

Sur le terrain, les agents ont pu constater que les prêts se concentraient essentiellement entre les mains de quelques usagers fidèles, la plupart du temps des étudiants étrangers venant du Moyen-Orient ou d’Afrique, probablement moins équipés que leurs homologues européens ou asiatiques.

Le succès initial du dispositif ne s’est pas confirmé. Comment l’expliquer ? Il semblerait simplement que les tablettes ne soient pas adaptées aux besoins pédagogiques de nos usagers. Ces appareils ne sont pas conçus pour le traitement de texte, ni pour la lecture prolongée alors que les étudiants doivent tantôt rédiger des exposés, des rapports ou des compte-rendus de TP/TD, tantôt bachoter sur des polycopiés ou des manuels. Lorsque nous procédons au nettoyage des appareils, nous constatons que quelques cours au format PDF y sont téléchargés, rien de plus. Si les enseignants en viennent à insérer davantage de ressources numériques dans leurs cours, les tablettes pourraient devenir intéressantes, mais ça n’est pas vraiment le cas sur notre campus pour l’instant. La bibliothèque elle-même offre peu de ressources vidéos, lesquelles seraient tout-à-fait adaptées à une lecture sur tablette. Enfin, l’offre en matière d’applications relatives aux disciplines scientifiques et destinées à un public universitaire reste très limitée (elle l’est beaucoup moins pour les collégiens et les lycéens). Elle est plus abondante pour les STAPS, mais ces applications doivent être utilisées en extérieur. Le fait de cantonner l’utilisation sur place des tablettes, appareils nomades par nature, limite fortement leur usage, sans compter que le WiFi de la bibliothèque fonctionne très mal.

Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot.

2015 : Les ordinateurs portables contre-attaquent

Etat de notre flotte en octobre 2015 : 7 mini PC portables

A la demande des agents et pour tenter de coller au mieux aux besoins exprimés par les étudiants lors de l’enquête LibQUAL+ organisée au printemps 2015, la Bibliothèque des Cézeaux a décidé en septembre 2015 de compléter sa flotte de tablettes numériques par l’achat de petits PC portables destinés à pallier le manque de postes informatiques fixes mis à la disposition de ses étudiants (26 postes, hors salle de formation). La procédure de prêt est la même que pour les tablettes : utilisation sur place uniquement, enregistrement du prêt sur la carte du lecteur, dépôt de la carte d’étudiant à l’accueil. Le règlement intérieur a de nouveau été amendé pour prévenir les vols et la casse. Les ordinateurs tournent sous Windows 10, aucune distribution Linux n’ayant pu être installée à la place. Aucun logiciel particulier n’a été téléchargé sur les appareils et les droits d’administrateur sont bloqués. Si les étudiants nous font remonter certains besoins spécifiques, nous les prendrons en compte à ce moment là.

Encore une fois, le succès du dispositif a été immédiat : 1 052 prêts sur l’année universitaire 2015-2016. Et la rentrée 2016 a confirmé cette tendance, avec un nombre de prêts à la hausse par rapport à l’année précédente : 457 au premier semestre (septembre-décembre) contre 362 sur la même période en 2015. La demande est telle que nous sommes régulièrement en « rupture de stock ». Pour y remédier, 2017 devrait voir 5 nouveaux ordinateurs compléter notre flotte. Les étudiants sont satisfaits, nous aussi.

evolution_des_prets_d_ordinateurs_portables
Graphique 2 : Evolution du nombre de prêts d’ordinateurs portables. Comparaison par mois et par année universitaire.

2016 : Le Retour de la Vengeance des Tablettes

Nous avons suspecté l’arrivée des PC portables d’avoir précipité le désamour de nos lecteurs pour les tablettes. Sur place, ces dernières ne constituent pas un outil de travail intéressant pour les étudiants, contrairement aux ordinateurs, fixes ou nomades. Pour leur donner une seconde vie, nous avons donc décidé de les prêter à domicile. Les appareils vieillissant, leur valeur va en diminuant, ce qui nous a encouragé à prendre le risque d’en voir certaines disparaître. Quitte ou double.

Le nouveau dispositif a été lancé à la mi-novembre. Les lecteurs n’empruntent plus une tablette seule mais un pack, constitué d’une sacoche contenant la tablette avec sa housse, d’un chargeur et de son cordon d’alimentation, ainsi que d’un adaptateur USB. Le prêt se fait sur une semaine non renouvelable et les réservations ne sont pas autorisées. Une fois rendue, les tablettes sont nettoyées avant de réintégrer le circuit de prêt.

Il est pour l’instant difficile de prendre du recul quant à ce nouveau projet. Très vite, l’ensemble des tablettes a été prêtée et nous constatons qu’elles ne restent pas longtemps à attendre un nouvel emprunteur. Nous enregistrons les premières demandes de réservation, que nous déclinons, ainsi que les premiers retards. Reste à voir comment nous allons pouvoir gérer ces derniers. Les ordinateurs, eux, ne pâtissent pas de la concurrence. Les deux usages semblent bien se compléter. Les étudiants, eux, en veulent toujours plus et souhaiteraient pouvoir emprunter les appareils à l’année, ce qui n’est plus de notre ressort mais de celui du service informatique de l’université. Pourrait-on envisager un partenariat entre nos deux services ? Pourquoi pas. Affaire à suivre…


6 réflexions au sujet de « Ma BU pour une tablette »

  1. Bonjour

    Le financement a été assuré en partie sur les crédits de renouvellement de matériel de la Direction du Numérique et sur les crédits de la Direction de la Documentation (pas de SCD en Lorraine, désolé).
    Les BU prêtent l’ensemble du matériel.

    Bien cordialement

  2. Bonjour,
    Merci de cet intéressant retour d’expériences. Avez-vous estimé le temps nécessaire aux opérations techniques (‘nettoyage’ des machines, recharge des batteries, …) ?
    Cordiales salutations de Suisse !

    1. Bonjour,
      Les opérations de nettoyage sont un peu laborieuses.
      Les PC portables sont très faciles à nettoyer car les étudiants ne peuvent rien installer dessus et que les documents enregistrés ne sont pas conservés.
      Pour les tablettes, c’est un peu plus compliqué. Lorsque nous les prêtions sur place, nous effectuions le nettoyage une fois par semaine, le vendredi après-midi. N’ayant pas de station de synchronisation, nous devions nettoyer les appareils les uns après les autres. Nous avons par la suite fait l’acquisition d’un chariot de rechargement qui peut être relié à une station de synchronisation, laquelle permettrait de nettoyer d’un coup, en WiFi ou en filaire, tous les appareils d’un même modèle (les Ipad, puis les Samsung). Malheureusement, ce dispositif implique une remise à zéro des appareils et donc la désinstallation de toute notre sélection d’applications, ce qui n’est pas souhaitable. Nous avons donc choisi de poursuivre le nettoyage manuel des appareils (il n’y en a que 7).
      Depuis que nous prêtons les tablettes à domicile, le responsable des services aux publics les récupère après chaque retour pour les nettoyer et vérifier leur bon fonctionnement. Ce dispositif est provisoire bien sûr. Une fois que ce nouveau service sera sorti de sa phase expérimentale, nous envisagerons un autre système de nettoyage. Le plus simple serait de demander aux agents d’accueil d’effectuer le nettoyage eux-mêmes, après chaque retour, mais, même si le personnel a été formé à la manipulation des appareils, il y est, en pratique, très réticent. On pourrait aussi envisager de confier la maintenance des appareils au service informatique, mais ce n’est pas le cas chez nous. Le nettoyage reste donc très artisanal et constitue le principal point noir de notre dispositif. Néanmoins, il faut noter que les lecteurs enregistrent peu de documents (ou bien pensent à les effacer) sur les tablettes, et installent peu d’applications. Ils sont par ailleurs tenus pour responsables des données qu’ils manipulent, notamment lorsqu’il s’agit de données personnelles (mais, mises à part quelques photos prises avec la Webcam, ils n’oublient jamais de supprimer ces données). Un retard dans le nettoyage des appareils n’est donc pas catastrophique et, si par malheur des données personnelles restaient quelques temps conservées sur la tablette, cela ne pourrait pas être reproché au personnel de la bibliothèque.
      En bref, il est difficile de quantifier le temps passé à nettoyer les appareils. Je m’en étais occupée lors du lancement du dispositif et ce n’était pas très long. Je devais y passer 1h maximum le vendredi après-midi, pour l’ensemble de la flotte.

      En ce qui concerne le rechargement, le dispositif a d’abord été très artisanal, là aussi. Nous enfermions les appareils en fin de journée, après la fermeture de la bibliothèque, dans une salle équipée de prise électriques (notre bâtiment datant des années 70, les prises électriques y sont rares), à la fois pour les recharger pendant la nuit et pour les mettre en sécurité. Au bout d’un an, nous avons fait l’acquisition d’un chariot de rechargement qui convient pour tous les appareils électriques dont la taille ne dépasse pas 15 » de longueur. Les tablettes et les PC portables y sont branchés en permanence lorsqu’ils ne sont pas empruntés par les lecteurs. Le rechargement n’est donc plus un problème et ne demande plus de temps en termes de ressources humaines. Le chariot reste allumé en permanence, jour et nuit, sans surchauffe (il est conçu pour). Le seul souci que nous rencontrons pour les PC portables est qu’ils sont très, voire trop, empruntés et n’ont pas le temps de se recharger complètement entre deux prêts. L’achat d’appareils supplémentaires devrait nous permettre de pallier ce petit problème. Pour les tablettes, le souci vient des appareils eux-mêmes qui sont très gourmands en énergie et deviennent moins performants, notamment lorsqu’ils doivent se connecter à internet, du moment que leur batterie est chargée à moins de 50%.
      Il faut compter 1 à 2h pour recharger les PC, beaucoup plus pour les tablettes.

      J’espère que j’ai pu répondre à vos questions.
      Tous mes voeux pour l’année 2017.
      Bien cordialement,

      1. Bonjour

        Juste pour vous signaler que l’on peut prêter des tablettes Ipads gérées par le logiciel gratuit « Apple configurator » ou par le logiciel payant « Casper ». A l’Ul, notre service info utilise Casper pour le déploiement, pour l’installation d’applis à la demande… Pour l’usager, il suffit de se connecter avec ses identifiants UL, pour le personnel il suffit de réinitialiser l’Ipad au retour.
        Pour le prêt de PC, il en est de même. Une combinaison de touches permet de lancer la réinstallation complète de l’image de départ du PC connecté au réseau à réception.
        Comme vous le voyez ces 2 procédures sont très simples pour les personnels et pour les usagers.
        Nous proposons une centaine de pc portables au prêt à domicile en fonction de quotas annuels (60 j pour les boursiers et 30j pour les autres), nous disposons d’une appli web pour ce service accessible après authentification.
        Pour le prêt de tablettes ipads exclusivement, nous constatons que ce service est très utilisé en BU santé (10 ipads en prêts chaque jour). Pour le réseau UL nous disposons de 50 ipads et plus, car nous pouvons réinjecter dans le service les ipads utilisés pour la formation (+70).
        Pour recharger les ipads, nous disposons d’un ou plusieurs racks de charge.

        Cordialement

        1. Bonjour,

          Merci pour ces précieuses informations. Je vais évoquer l’utilisation des logiciels « Apple configurator » ou « Casper » avec le service informatique.
          En ce qui concerne le prêt de matériel informatique à l’Université de Lorraine, pouvez-vous m’indiquer qui a financé l’achat de cette flotte impressionnante : le SCD ou l’université ? Si c’est l’université qui a piloté le projet, quelle est la place de la BU ? Avez-vous impulsé le projet ? collaboré avec l’université ? Est-ce la BU qui prête l’ensemble du matériel, ou seulement une partie ?

          Encore merci,

          Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *