Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (deuxième partie)

Vous qui lisez ce blog régulièrement, vous vous rappellerez sans doute qu’il y a déjà quelques mois je m’étais intéressé à différentes méthodes visant à maintenir propre et net son système GNU/Linux… C’était dans ce billet et il n’y était guère question que de lignes de commandes.

Nous allons cette fois-ci et comme promis en conclusion du précédent article, nous orienter vers les applications graphiques. Comme toujours ce sont les distributions Debian/Ubuntu qui ont mes faveurs mais la plupart de ces outils sont présents ou installables sur bon nombre de systèmes Linux.

L’avantage de ces outils graphiques réside essentiellement dans leur ergonomie, qui leur permet de gérer simultanément une grande quantité de paramètres, mais comme toujours ils peuvent être utilisables eux-même en ligne de commande ou n’être simplement qu’une interface graphique à une ou plusieurs commandes préexistantes, comme l’est par exemple Gtkorphan pour deborphan

Suppression des fichiers de configuration dans Synaptic
Suppression des fichiers de configuration dans Synaptic

Tout nettoyage efficace commence par la purge des paquets obsolètes ou superflus et l’on dispose pour cela de synaptic et computer-janitor ; certes ce dernier n’est plus installé automatiquement sur les dernières versions d’Ubuntu, mais il n’en reste pas moins dans les dépots…

Le bouton État de Synaptic est particulièrement intéressant au sens ou il permet de connaitre immédiatement le statut des paquets et partant de faire des suppressions plutôt « intelligentes » notamment pour les paquets « pouvant être supprimés » (orphelins) ou encore les « résidus de configurations » . Il faut toujours garder à l’esprit que Synaptic est une GUI (Graphic User Interface) pour apt-get et que tout comme cette commande il ne gère pas la suppression automatique des dépendances ; de même pour obtenir l’équivalent de l’option purge il faudra sélectionner les paquets « pour une suppression complète » et il se chargera alors d’éliminer également les fichiers de configuration…

Nettoyage du système
Nettoyage du système 

D’une façon un peu plus automatique mais aussi plus opaque à l’utilisateur on peut également utiliser l’application identifiée par Nettoyage du système alias computer-janitor dans le menu administration…

Cette application traquera pour vous dans les confins du système tout à la fois les paquets inutiles, les fichiers de configurations orphelins et les anciens noyaux…

Petite limite selon moi à son intérêt et à son utilisation (ce qui explique certainement son retrait des applications installées automatiquement par le système), l’impossibilité pour l’utilisateur d’intervenir sur son mode de sélection ou son paramétrage, hormis la liste finale…

Nettoyage des librairies orphelines
Nettoyage des librairies orphelines

Un autre de ces outils fort utiles pour débarrasser son système des paquets superflus est Gtkorphan, GUI de la commande deborphan, permettant d’indiquer facilement via un menu le type de fichiers ou de bibliothèques orphelines que l’on souhaite effacer.

Ce n’est d’ailleurs pas la sa seule qualité, car l’éventail et la modularité des options est particulièrement riche. On peut spécifier en effet si l’on souhaite rechercher là encore les fichiers de configuration non effacés par une suppression de paquet ou choisir le type de librairies orphelines à enlever, de celles relatives à python, à perl, etc,  jusqu’à la totalité, soit l’équivalent d’un deborphan –guess-all en ligne de commande.

Par ailleurs, puisque l’on fait le ménage dans le système de paquetage logiciel, il est de bon ton de vider son cache ce qui peut faire gagner à terme quelques centaines de méga-octets d’espace disque. Synaptic peut le faire si on le lui spécifie dans ses options mais d’autres outils à vocation plus générale le font également : c’est ceux-ci que nous allons aborder à présent.

Nettoyage avec Bleachbit
Nettoyage avec Bleachbit

Bleachbit est ce que l’on pourrait qualifier de nettoyeur à tout faire, s’agissant des historiques, caches et répertoires temporaires divers. A noter que deux modes de fonctionnement sont possibles : un mode utilisateur plutôt orienté vidage de caches et un mode root plus ciblé sur le nettoyage système (cache des paquets, vidage de /tmp et des journaux système, traductions inutiles, etc) et toutes choses requérant les attributions de l’administrateur. Ce dernier mode est particulièrement efficace pour se défaire des fichiers d’internationalisation non supprimés par localepurge, avec une fois de plus à la clé une quantité notable d’espace disque récupéré.

Fslint
Recherche de fichiers temporaires avec Fslint

 

Dans un registre un peu plus technique vient Fslint, utilisable également en ligne de commande.

Cet outil au demeurant hautement paramétrable et donc extrêmement polyvalent va quant à lui permettre de rechercher d’abord dans son home directory mais à priori partout où on le lui spécifiera les fichiers dupliqués, les répertoires vides, les fichiers temporaires ou encore les liens symboliques erronés… Le site doc.ubuntu-fr.org qualifie Fslint de couteau suisse et je partage amplement cet avis.

Enfin, pour conclure ce rapide tour d’horizon (non exhaustif) des outils graphiques, je vais simplement présenter deux applications disponibles uniquement sur Ubuntu que sont Ubuntu Tweak et Ailurus, encore que ce dernier fonctionne également sous Fedora. Ces deux utilitaires sont de véritables postes de commandes du système à la vocation beaucoup plus large que le simple nettoyage du système, même si elles intègrent en effet cette fonctionnalité. Dans les deux cas ces applications ne se trouvent pas sur les dépôts officiels et il faudra donc télécharger les .deb correspondant à sa version de distribution ainsi qu’à son architecture. D’une façon plus cohérente dans la mesure où on peut les trouver via launchpad on installera leur dépôt ppa au moyen de la commande add-apt-repository ce qui permettra des mises à jours et des suppressions aisées.

Il serait trop long et un peu vain de détailler ici le fonctionnement de ces deux applications dont le but est de paramétrer son système avec finesse ; les essayer est un bien meilleur révélateur. En guise de conclusion, quelques copies d’écran qui je l’espère vous donneront envie de le faire…

Nettoyage avec Ubuntu Tweak
Nettoyage avec Ubuntu Tweak

Ubuntu Tweak fait la part belle à la gestion des paquets, y compris les ppa et facilite la gestion des sources. Dans ses versions pour des distributions récentes, les fonctions de nettoyage s’étendent également aux caches des navigateurs, entre autres…
Il ne faut cependant pas négliger le reste de ses fonctionnalités, qui permettent d’accéder facilement à nombre de paramètres peu accessibles du système.

Fonctionnalité "ordinateur médecin" dans Ailurus.
Fonctionnalité « ordinateur médecin » dans Ailurus.

Ailurus est peu ou prou équivalent à Ubuntu Tweak sur bien des points, mais se veut néanmoins plus didactique dans son approche au sens où toutes les modifications effectuées sur le système sont explicitement décrites avec la ligne de commande correspondante.

Note : pour aller plus loin avec Ubuntu Tweak et Ailurus, je vous invite à consulter les pages consacrées à ces applications sur le site doc.ubuntu-fr.org.
Et toujours dans la catégorie bonnes lectures, je vous invite à consulter une série d’articles rédigés par Raphaël Herzog, par ailleurs auteur des Cahiers de l’Admin Debian, sur son blog :

Enfin, et j’en terminerai la dessus, maintenir un système en bon ordre de marche résulte nécessairement d’une démarche volontaire et de l’utilisation conjointe d’un certain nombre d’outils, graphiques ou non, et pour certains partiellement automatiques, mais toujours sans perdre de vue que c’est vous qui êtes aux commandes…

Série de l’été : Un succès, un regret, un projet (8)

L’été s’achève mais mais c’est déjà une nouvelle année (universitaire) qui commence, aussi je serais bref car le temps me manque hélas pour me perdre en vaines digressions…

Un succès… sans conteste possible, c’est la mise en place d’un serveur DHCP. Je n’aurais pas cru possible que la mise en place et la configuration d’une machine au demeurant fort simple en quelques trente minutes chrono puisse apporter une telle souplesse et une telle lisibilité dans le plan d’adressage de la BCU. Effort minimal, efficacité maximale, ce pourrait bien être ma devise !

Un regret… parmi d’autres ! En fait je n’ai pas de regrets, en tant que tels. L’insatisfaction est une source importante de motivation, et partant, de projets visant à la réduire. Cependant il est vrai que je déplore la perte, regrettable s’il en est, d’une belle quantité de données et quelques serveurs dans le crash d’une baie de disques au début de cette période estivale… Un regret donc, celui de n’avoir pas mis en place une solution de sauvegarde plus globale.opensource

Un projet… c’est bien peu eu égard au nombre d’idées qui ne manque de se faire jour quotidiennement. Faire face aux problèmes, apporter de nouveaux services, les objectifs ne manqueront jamais. Alors pour n’en citer qu’un, je dirais qu’il me tient à cœur de remplacer l’actuel serveur de groupe de travail par une infrastructure open-source pleinement intégrée au domaine universitaire : obtention et gestion des comptes utilisateurs via un annuaire LDAP, mise en place d’un serveur DNS de sous-zône, gestion de l’intégralité du plan d’adressage par DHCP, contrôleur de domaine Samba pour les partages des groupes de travail et des utilisateurs… Du pain sur la planche en perspective !

Bien sûr il y a eu heureusement d’autres succès, hélas d’autres regrets et naturellement d’autres projets… mais il y aura de nouveaux étés pour en parler.

Série de l’été : Un succès, un regret, un projet (7)

A l’instar de mes collègues, j’apporte ma contribution à la saga de cet été en relatant mes impressions sur cette année écoulée.

Un succès…Il n’est certes pas aisé de changer de service après avoir été 20 ans à la disposition du lecteur, mais je pense m’en être sortie sans trop de problème, et ceci pour moi est un vrai succès personnel. De plus contribuer au développement de la bibliothèque numérique de Clermont-Ferrand me permet d’apporter ma propre pierre à cet édifice, à mon niveau.

Le service numérisation demande des compétences qui m’étaient totalement étrangères, cependant j’ai su m’adapter rapidement et acquérir ces compétences qui me manquaient afin d’être autonome le plus rapidement possible.

Un regret…J’aurais pu acquérir plus rapidement cette autonomie à l’aide d’une formation basée sur la numérisation en amont. Pour plusieurs problèmes, il n’a pas été possible de me dispenser cette formation et je me suis retrouvée plongée corps et âme dans un nouvel univers que je ne connaissais guère.

Un projet …Pour les temps qui viennent je souhaiterais approfondir mes connaissances sur la numérisation et être plus à l’aise dans les démonstrations du banc de numérisation.

En finalité, je suis satisfaite d’avoir atteint mon objectif personnel en m’intégrant avec succès dans ce nouveau service que ce soit sur le plan humain ou sur le plan professionnel.

Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (première partie)

Bien que la robustesse des systèmes de fichiers les plus fréquemment utilisés sous GNU/Linux et leur capacité intrinsèque à ne pas se fragmenter à l’utilisation ne soit plus à démontrer, force est de constater que la fréquence des mise à jour, quand ce n’est pas la succession d’installations/désinstallations de programmes contribuent néanmoins à encombrer inutilement le système de paquets obsolètes voire orphelins.
De même l’utilisation fréquente des applications de messagerie ou de navigation sur le web se traduit inévitablement par la mise en cache d’un grand nombre de fichiers temporaires, qui s’ils ne sont pas purgés périodiquement contribuent eux aussi à « l’encrassement » général du système…

Sans prétendre à l’exhaustivité, cet article se veut être un recueil de bonnes pratiques visant à maintenir son système GNU/Linux aussi propre que possible.

Comme d’habitude, nous nous intéresserons plus particulièrement aux distributions de type Debian/Ubuntu et dérivées, et dans ce premier article nous aborderons les outils disponibles en ligne de commande. Il en existe évidemment d’autres en mode graphique qui leur sont complémentaires ou qui permettent d’aller plus loin, aussi je leur consacrerai un prochain billet sur ce blog.

A chaque installation ou mise à jour d’un paquet logiciel, ce dernier est  téléchargé depuis les dépôts avant installation, puis est conservé en cache pour pouvoir être rapidement réinstallé, le cas échéant.
Si cette politique est tout à fait louable pour économiser de la bande passante et gagner du temps sur le téléchargement, on se retrouve très rapidement avec un cache de paquets de plusieurs giga-octets dont on peut facilement venir à bout :

sudo aptitude clean && sudo aptitude autoclean

Si l’on gagne ainsi un espace disque non négligeable, on peut cependant faire mieux. Chaque désinstallation de logiciel laisse en général (sauf si l’on a pris soin d’utiliser l’option –purge) des fichiers de configurations dont on peut se débarrasser facilement :

sudo aptitude purge ~c

Au reste, on peut sans forcément le savoir conserver au sein du système de nombreux paquets devenus obsolètes au fil des mise à jour que l’on éliminera comme suit :

sudo aptitude purge ~o

Sans faire preuve de frilosité outre mesure, on peut tout à fait préférer vérifier ce que l’on s’apprête à supprimer. Il suffira pour cela de remplacer dans ce qui précède l’argument purge par search, tout simplement…

A ce stade, vous aurez remarqué que j’utilise le gestionnaire de paquet aptitude au lieu d’apt-get qui est plus volontiers invoqué dans la documentation. De mon point de vue, étayé par cet article ou encore celui-ci, aptitude est à la fois plus souple et plus puissant qu’apt-get, et avant tout gère mieux les dépendances, y compris et surtout pour les mises à niveau de distributions. C’est également une habitude que j’ai prise depuis la Debian 3.1 « Sarge » et dont je n’ai pas envie de me défaire…

Maintenir propre sa base de paquets est une bonne chose, mais on peut cependant aller plus loin et débarrasser son système de nombre de fichiers inutiles, à commencer par les bibliothèques orphelines ou les fichiers de traduction dans les langues autres que la sienne. Pour cela on va se servir de deux programmes extrêmement utiles et efficaces que sont deborphan et localepurge. Installons-les pour commencer :

sudo aptitude install -r deborphan localepurge

deborphan (et son pendant graphique gtkorphan) repère les bibliothèques orphelines i.e. les composants de programmes rendus inutiles par désinstallation mais non supprimés par la gestion automatique des dépendances. Invoqué sans plus d’arguments à la ligne de commande, deborphan dresse la liste des « orphelins ». On l’utilise en général combiné à d’autre programmes, voire au sein de scripts shells :

deborphan | xargs sudo aptitude -y purge

supprimera les orphelins mais si l’on veut supprimer les paquets -dev devenus inutiles il suffira de faire :

deborphan --guess-dev | xargs sudo aptitude -y purge

Enfin, si l’on a pas froid aux yeux (et fait quelques vérifications préalables) on peut aussi procéder à un nettoyage radical avec :

deborphan --guess-all | xargs sudo aptitude -y purge

Pour en terminer avec la suppression des paquets inutilisés, voici un exemple de script de nettoyage permettant d’automatiser ce genre de tâche :

[sourcecode language= »bash » highlight= »3,31″]
#!/bin/zsh
echo « liste des paquets inutilisés : »
deborphan
echo « nettoyer? o/n »
read netdeb
if [[ $netdeb == o ]]
then
apt-get remove –purge `deborphan`
fi
echo « paquets desinstallés avec fichiers de config présents »
dpkg -l |grep « rc   » | awk ‘{ print $1″: »$2 }’ > liste_nom
for i in `more liste_nom`
do
echo $i > temp_verif
verif=`awk -F ‘:’ ‘{ print $1 }’ temp_verif`
if [[ $verif == « rc » ]]
then
paquet=`awk -F ‘:’ ‘{ print $2 }’ temp_verif`
echo « purger le paquet : » $paquet « ?  o/n »
read netconf
if [[ $netconf == « o » ]]
then
dpkg –purge $paquet
fi
fi
done
# nettoyage fichiers temporaires
rm liste_nom temp_verif
[/sourcecode]

Par ailleurs, l’internationalisation toujours plus poussée amène avec elle un inconvénient de taille, si l’on peut dire, sous la forme des traductions des pages de man. Hormis l’anglais qui est la langue native du système et le français la langue d’usage il est inutile de conserver l’ensemble des traductions et pour cela localepurge est notre ami. A l’installation, il suffit de cocher les cases en, fr et fr_FR :

configuration de localepurge
Configuration de localepurge.

Quant à l’usage on peut invoquer directement localepurge dans un terminal pour constater immédiatement son action, cependant c’est également sur le long terme que son action est efficace puisqu’il entre en action à la moindre installation de paquet afin de ne conserver que les traductions voulues.

Résultat
Résultat

Le seul reproche que l’on peut adresser à localepurge, c’est de ne pas éliminer toutes les traductions, notamment les fichiers d’internationalisation de l’interface graphique.
Voilà la transition toute trouvée pour aborder le thème de mon prochain article, car c’est précisément une situation à laquelle on remédiera en utilisant d’autres outils, graphiques cette fois.

D’ici quelques jours, je vous proposerai donc d’examiner plus avant le fonctionnement de Synaptic, Computer Janitor pour la gestion des paquets, BleachBit et Fslint pour le nettoyage sans oublier, mais cette fois-ci uniquement pour Ubuntu, cet outil fort pratique qu’est Ubuntu Tweak…

Ouvrez vos Fenêtres® sur le monde (du logiciel) libre…

Tux
Tux

Le mail est arrivé lorsque j’étais absorbé par la lecture du précédent article de ce blog, Ma première install-party… Mon chef vénéré, mais chef néanmoins, me rappelait avec bienveillance que je n’avais encore pas apporté ma contribution aux parutions hebdomadaires de notre blog. Fort de cette pression amicale et encore tout imprégné de ma lecture, je vous propose donc une tribune –libre, cela va de soi– où il sera tour à tour question, un peu en vrac je le concède, d’install-party, de choix cornéliens, de cyberespace et de manchots paradoxaux…

En passant par l’install party
Olivier l’ayant très bien décrit dans son article, je ne m’attarderai pas davantage sur cet évènement sinon pour dire que c’était une première pour moi aussi, et que j’ai beaucoup appris de cette expérience, à laquelle j’ai été ravi d’apporter ce que je n’aurais pas l’outrecuidance d’appeler « expertise » mais plus modestement de « savoir-faire ». Il me semble plus à propos de formuler la chose ainsi, l’idée même d’une install-party étant justement l’occasion de transformer le savoir-faire en faire-savoir… N’étant pas prosélyte et encore moins rhéteur,  je ne saurais convertir autrui aux logiciels libres par de longs discours, fussent-ils pertinents et techniquement étayés. En outre, je reste persuadé qu’il n’y a en la matière qu’une seule vertu : celle de l’exemple.
Néanmoins pour celles et ceux qui voudraient mettre en place un atelier semblable, je ne saurais trop conseiller que d’avoir sous la main un serveur DHCP, pour s’éviter une phase de configuration du réseau aussi fastidieuse qu’inutile (au sens où il faudra détruire cette configuration à l’issue de l’installation), l’attribution dynamique d’adresses IP étant en outre un standard de fait dès lors que l’on est connecté à une box ou un point d’accès wifi… Un équipement réseau gigabit accélèrera certainement le téléchargement des paquets logiciels, surtout s’il est couplé à miroir local des dépôts de la distribution GNU/Linux que l’on veut installer (quitte à devoir reconfigurer après coup les sources de logiciels pour l’utilisation dans le domaine public)…
Si j’insiste sur ces quelques améliorations visant à réduire la durée d’installation, c’est que le temps passe très vite quand on s’amuse et bien que l’on puisse faire profiter les participants de quelques digressions sur la généalogie des systèmes UNIX ou la philosophie de la licence GPL durant les phases de téléchargement et d’installation du système, il est finalement un peu frustrant de les lâcher au moment où cela devient vraiment intéressant, c’est à dire lorsque l’on a entre les mains un système GNU/Linux à s’approprier et à configurer…

De l’art de faire des choix
Une des questions centrales à ne pas éluder reste le choix de la distribution. De ce point de vue, l’offre est devenue en l’espace de quelques années réellement pléthorique et l’observatoire du libre qu’est le site http://distrowatch.com/ vous en convaincra mieux que moi. Passés les nombreuses distributions spécialisées servant à créer des pare-feu, des routeurs, des serveurs NAS et j’en passe, que reste-t-il donc ? Largement de quoi s’y perdre, je vous l’assure, ce qui ne contribue finalement pas à la dissémination des systèmes libres, mais je reviendrais plus tard sur ce point…
Choisir une distribution linux est finalement tout sauf neutre, car ce choix suppose une profonde adéquation entre les besoins et/ou les capacités de l’utilisateur et la philosophie portée par le système. L’agilité des systèmes GNU/Linux n’étant plus à démontrer, il faut tout simplement que l’utilisateur se sente à l’aise avec son système.
En ce qui concerne notre install-party, j’ai arbitrairement décidé d’installer Ubuntu et assumé ce choix, alors même que cette distribution malgré son réel succès est loin de faire l’unanimité parmi les utilisateurs de systèmes libres…
De mon point de vue, Ubuntu ne peut être mauvais, puisqu’il y a quand même de gros morceaux de Debian dedans. Par ailleurs, s’adressant à des utilisateurs novices (mais motivés) venus de Windows, le choix d’une distribution ouvertement tournée vers l’utilisateur et donc facile de prise en main était simplement évident, preuve aussi que les interfaces utilisateurs trop souvent jugées (à tort) frustes ou indigentes ont depuis longtemps laissé place à de magnifiques cliquodromes aux effets visuels propres à faire pâlir de jalousie le plus enragé des windowsiens intégristes !

Piégé dans le cyberespace ?
C’est d’ailleurs l’omniprésence (omnipotence ?) de Windows dans le monde de l’informatique personnelle et professionnelle qui m’a remis en mémoire un article de Roberto Di Cosmo intitulé Piège dans le Cyberespace (que je vous invite vivement à consulter si vous ne le connaissez déjà). Je l’ai lu pour la première fois il y a une bonne douzaine d’années, au tournant de l’an deux-mille (l’article en question date du 17 mars 1998, soit près de quatorze ans maintenant).
Et si j’insiste tant sur les dates, c’est que pour l’avoir relu avant d’écrire ces lignes, je reste frappé par le caractère actuel du propos… Il suffit de remplacer dans le texte orignal Windows 95 par Windows 7, Office 97 par Office 2010 pour avoir sous les yeux la peinture hyperréaliste du paysage informatique actuel, ce qui est finalement presque un constat d’échec quant à l’évolution sur près d’une décennie et demi pour le logiciel libre !
Cependant la situation a néanmoins beaucoup évolué et les applications open-source conquièrent progressivement la place occupée jadis par les seules applications Microsoft : Firefox ou Chrome pour les navigateurs, Thunderbird pour la messagerie, OpenOffice ou LibreOffice pour la bureautique pour ne citer que celles-ci…
C’est que faute d’avoir investi massivement le poste de travail d’utilisateurs finalement peu enclins au changement lorsqu’ils ne sont pas maintenus captifs des solutions proposées (imposées ?) par les éditeurs de logiciels commerciaux, les systèmes libres ont heureusement progressé sur d’autres terrains comme celui des consoles de jeux (Nintendo Wii) ou encore dans le domaines des terminaux mobiles, smartphones et tablettes (Androïd, et bientôt Chrome OS ?). En tant que telle, la diversification du champ d’application de l’informatique est en elle-même porteuse d’espoir, d’autant qu’elle est en adéquation avec la vitalité des communautés open-source.

Le paradoxe du manchot
Je l’évoquais plus haut, mais paradoxalement l’évidente fécondité de la communauté de l’open source, a tout pour désorienter le béotien, et partant freiner la dissémination du libre. Trop d’offre tuerait donc l’offre ?
Un autre facteur est aussi la versatilité : divergence d’opinion entre développeurs, choix d’un mode de licence, changement de partenariat, il n’en faut parfois pas plus pour qu’un projet forke, qu’OpenOffice diverge en LibreOffice, que Firefox soit rebaptisé Iceweasel (sur Debian)…
Face à ces monolithes que sont Windows et dans une moindre mesure MacOS, les systèmes GNU/Linux vivent clairement sur les marges, portés par une minorité agissante d’inconditionnels et d’enthousiasmes qui paradoxalement voient parfois d’un mauvais œil les efforts de démocratisation consentis par des sociétés commerciales (Oracle, Cannonical…) même si ceux-ci semblent aller dans le bon sens…
Que manque-t-il aux systèmes libres pour qu’ils atteignent enfin la place qui leur revient (quand on sait que ces mêmes systèmes UNIX / Linux sont présents sur près de 70 % des infrastructures de l’Internet) ? Un partenariat avec un grand constructeur d’ordinateur qui distribuerait ses machines dotées d’un systèmes GNU/Linux préinstallé comme l’ont tenté Ubuntu et Dell, pour un temps au moins, assurerait de toucher un large public…
Au delà de ces conjectures, j’en revient à l’étonnante vérité des chiffres qui ressortent de notre install-party : environ 120 personnes invitées, une douzaine de présents (soit les 10% de gens qui disent connaitre/avoir entendu parler de GNU/Linux) et au final 4 ordinateurs personnels convertis totalement ou partiellement au petit manchot… soit en considérant quelques biais à peu près 3%, ce qui représente la marge haute dans les estimations de part de marchés des OS libres pour les ordinateurs personnels…
Finalement, et puisqu’on n’est plus à un paradoxe près, on se dit que le choix de Tux le manchot comme mascotte de Linux n’est peut-être pas si fortuit ou innocent que cela (mais ironique, sûrement), puisqu’après tout les manchots sont des oiseaux qui ne volent pas (alors que le pingouin, si !).

Une messagerie pour deux systèmes : cas de Thunderbird sur un pc en dual-boot

Quiconque ayant un jour fait preuve de suffisamment de curiosité, ou ayant eu l’esprit aventureux au point de sortir des sentiers balisés des systèmes d’exploitation que je qualifierai pudiquement de « pré-installés » s’est inévitablement tourné vers GNU/Linux…

En bon camarade, GNU/Linux, toutes distributions confondues, vit bien la cohabitation avec un système Windows préexistant. Pour peu que ce dernier lui en ait laissé la place, GNU/Linux s’y installe sans plus de difficulté et les deux systèmes vivent alors sur le mode de la coexistence pacifique…

Certes Windows demeure superbement indifférent à Linux, incapable qu’il est de déchiffrer son système de fichiers. Linux, plus agile, sait lire et écrire sur des partitions NTFS, ce qui au passage en fait un outil pratique pour récupérer les données et parfois même réparer un Windows cassé…

Cependant quiconque ayant un jour fait l’expérience du dual-boot sait que l’on se retrouve immanquablement confronté à des choix. Disposer de deux systèmes est à coup sûr un confort, et la certitude de revenir facilement à un environnement familier. Pour l’utilisateur dont Linux est devenu le système principal mais pour qui Windows reste indispensable (une application propriétaire sans équivalent et ne fonctionnant pas sous Wine, par exemple) le dual-boot offre une souplesse bienvenue…

Mais dans ce contexte, quid de l’accès aux données déjà présentes sur l’ordinateur ? En particulier aux données déjà enregistrées dans certaines applications tournant sous Windows, ces dernières étant entièrement configurées… vous voyez sons doute où je veux en venir ? Je pense bien évidemment à la messagerie électronique.

ThunderbirdCertes on peut résoudre la question en utilisant exclusivement un webmail, ou en redémarrant son pc pour consulter ses mails, mais sincèrement, quel ennui.

Pour peu que l’on respecte quelques conditions préalables, il est toutefois possible de disposer d’une seule messagerie pour les deux systèmes. Supposons que l’on était auparavant un utilisateur « éclairé » de Windows préférant un client de messagerie open-source, en l’occurrence Thunderbird.

Il nous faut installer dans notre beau système GNU/Linux en dual-boot le même Thunderbird, ou tout au moins une version majeure identique (au moment ou j’écris ces lignes, la version dans les dépôts Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » est la 3.1.16 et celle présente sur ma partition Windows XP est la 3.1.18) ce qui peut se faire ainsi :

$ sudo aptitude install -r thunderbird

 Si cette version vous semble trop archaïque, ou bien que votre messagerie Windows est déjà un Thunderbird 10.0 flambant neuf pas de problème, il suffit d’aller, si j’ose dire, « à la source » : https://launchpad.net/~mozillateam/+archive/thunderbird-stable et d’ajouter le dépot ppa de Thunderbird avant de procéder à l’installation.

$ sudo add-apt-repository ppa:ppa.launchpad.net/mozillateam/thunderbird-stable/ubuntu maverick main

puis via Synaptic ou plus prosaïquement en ligne de commande :

$ sudo aptitude update && sudo aptitude install -r thunderbird

A ce stade nous disposons donc de Thunderbird dans les deux systèmes, il convient donc de configurer le client Linux afin qu’il aille chercher l’intégralité des données de la messagerie déjà installée sous Windows, c’est à dire bien sûr le texte des messages, les pièces jointes mais également la totalité du carnet d’adresses, les filtres et plus important, la configuration du ou des comptes, mots de passe inclus… sans oublier les modules complémentaires !

La partition  windows est en général accessible via le menu « raccourci » de Gnome, le point de montage étant /media/WINDOWS si le disque ne porte pas de nom particulier. Le répertoire contenant les dossiers de la messagerie se trouve alors, si l’on est sous XP

/media/WINDOWS/Documents and settings/Nom_de_l'utilisateur/
Application Data/Thunderbird/Profiles/xxxxxxxx.default

(xxxxxxxx étant une valeur alphanumérique propre à chaque installation). Sous Vista ou Seven, le répertoire de l’application est à chercher du côté de /Users/Profiles…

On doit maintenant éditer le fichier de configuration de Thunderbird, que l’on trouve dans le répertoire .thunderbird de son home directory et qui se nomme profiles.ini

$ cd .thunderbird/
$ sudo vim profiles.ini

et là on remplace la variable path existante par le chemin décrit plus haut

Path=/media/SYSTEME/Documents and Settings/utilisateur/
Application Data/Thunderbird/Profiles/m31xts4b.default

On n’a plus qu’à enregistrer les modifications et lancer Thunderbird pour retrouver sa messagerie à l’identique, entièrement configurée et toute prête à être utilisée…

A chaque démarrage cependant, il faudra penser à monter sa partition windows avant de lancer Thunderbird sous peine de recevoir en plein figure un beau message d’erreur…

Rassurez-vous, Linux pense aux étourdis et offre la possibilité de monter automatiquement une partition au démarrage, ce qui se fait en éditant le fichier /etc/fstab

$ sudo vim /etc/fstab

auquel on ajoutera une ligne comme celle-ci, après avoir examiné la sortie de la commande sudo fdisk -l et par sécurité fait un cat /etc/mtab

périphérique  point de montage  ntfs-3g   rw,user,auto,gid=100,uid=1000,nls=utf8,umask=002  0  0

périphérique est à remplacer par /dev/sda1 et point de montage par /media/WINDOWS, la plupart du temps (à adapter à votre système, quoi qu’il en soit).

Et après ça vous devriez arriver à lire vos mails quel que soit votre système !

Adobe Digital Editions sous GNU/Linux, c’est possible !

A l’heure où le nombre de publications au format électronique va croissant, quoi de plus légitime que de vouloir consulter des e-books au moyen de son système d’exploitation favori ?
C’est en effet la question que l’on peut se poser lorsque, comme moi, on utilise au quotidien à titre personnel autant que professionnel un système GNU/Linux, en l’occurrence Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » sur son ordinateur et que l’on se retrouve face à cela…

Installeur d'Adobe Digital Editions
Le message insupportable…

Si vous voulez en faire l’expérience et que vous n’utilisez ni Windows™ ni MacOS™, cela va de soi, rendez vous sur le site d’Adobe Digital Editions®, vous verrez, c’est édifiant !
Dès lors, on peut davantage douter de la bonne volonté que du savoir-faire d’Adobe qui promet une version Linux de son lecteur depuis la version 1.0 sortie en… 2007 ! Et ce d’autant plus que le très officiel Adobe Reader 9.0 est disponible dans les dépôts d’Ubuntu, au même titre que les plugins Flash, Shockwave ou Air…
Cela étant on peut comprendre la réticence d’Adobe à libérer le code source d’une application gérant des DRM vers une communauté globalement hostile à ce principe… et qui trouverai là l’occasion rêvée de contourner la gestion des droits électroniques !

Mais revenons à des considérations plus pratiques, on ne va quand même pas se laisser démonter par un message défaitiste !

A ce stade les solutions envisageables restent d’avoir une machine en dual-boot permettant de choisir un système supporté par Adobe au démarrage ou d’exécuter Windows dans une machine virtuelle. Mais tout cela est long, lourd et peu fonctionnel : peut-on décemment imaginer d’avoir à quitter toutes ses applications et redémarrer sa machine pour lire un e-book ? Quant à utiliser une machine virtuelle sur un netbook ou un ordinateur à la configuration matérielle limitée, je n’ose même pas l’imaginer.

Fort heureusement Wine est là pour nous aider et si ce n’est déjà fait, commençons par l’installer, ce qui avec Debian ou Ubuntu peut se faire en tapant ce qui suit dans un terminal :

$ sudo aptitude install -r wine

N.B. : Wine n’est pas un émulateur, c’est une couche de compatibilité applicative entre  logiciels Windows et système Linux ; Wine est présent dans toutes les distributions Linux récentes et si ce n’est en ligne de commande, il est facile moyennant quelques clics de l’installer avec son gestionnaire de paquets favori…

Le deuxième défi reste de trouver sur le site d’Adobe le fichier exécutable de l’installeur… et ce n’est pas une mince affaire. Car la page qui nous a si mal reçu contient un exécutable en flash permettant de lancer l’installation… pourquoi faire simple ? Mais rien n’est perdu et il suffit de suivre la note technique d’installation. Sur cette page au paragraphe « Manually install Adobe Digital Editions for Windows » figure le lien direct vers l’installeur

Où trouver l'installeur ?
Où trouver l’installeur ?

Une fois téléchargé l’installeur qui se nomme benoitement « setup.exe« , il convient de rendre ce dernier exécutable, soit via ses propriétés dans l’interface graphique ou bien :

$ sudo chmod +x setup.exe

et dans la foulée de lancer l’installation en double-cliquant sur l’icône de « setup.exe » ou encore :

$ wine setup.exe

par suite l’installation se passe comme sous… Windows !

Déroulement de l'installation
Une installation comme sous Windows…

Je passe rapidement sur les différentes étapes de l’installation, identique en tout point à ce qui se fait dans le monde MicroSoft. Il vous sera successivement demandé de choisir un chemin d’installation, d’accepter les termes du contrat de licence… mais après copie des fichiers un dossier « My Digital Editions » ainsi qu’une icône de bureau auront fait leur apparition. Magique, non ?

Voilà, désormais Adobe Digital Editions est installé sur votre ordinateur GNULinux et vous pouvez à loisir consulter l’offre de livres numériques de la BCU… Bonne lecture !

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (2)

Voici la réflexion commune d’une personne chargée de la numérisation et d’une autre s’occupant du parc informatique.

Img-Blog
Copyright Bambou 2011 Poupard/Béka

 

Première bonne raison : Le Service BIBNUM

Les deux personnes qui rédigent cet article sont les plus âgées de cette équipe composée de neuf personnes. Nous travaillons au sein des bibliothèques depuis de nombreuses années et nous avons œuvré dans différents services. De ce fait nous apprécions tout particulièrement :

  • Le fait qu’il est composé d’un personnel jeune, dynamique, et réactif aux problèmes.
  • Le fait que nous ne sommes pas confrontés au public ni aux astreintes d’horaires.
  • Les missions transversales et la diversité de profils de cette équipe.
  • L’ambiance, en général, et la bonne humeur du matin autour d’une tasse de café.

Deuxième bonne raison : évolution de carrière

  1. Pour la personne chargée de la numérisation : Après avoir travaillé en bibliothèque universitaire, en section lettres, j’ai eu envie de changer et de voir d’autres facettes du métier. C’est un travail intéressant qui permet d’utiliser les nouvelles technologies : chargée de la numérisation depuis janvier 2011, je perfectionne mon usage du banc de numérisation et je développe la retouche d’images avec le logiciel Photoshop.
  2. Pour la personne s’occupant du parc informatique : Le fait d’avoir été engagé au moment de l’informatisation de la BCU coïncidant avec l’évolution fulgurante du matériel informatique m’a permis d’acquérir un panel de connaissances et de compétences très variées afin de résoudre un grand nombre de pannes d’origines diverses. La nouvelle direction de l’établissement a de nombreux projets d’envergure à court et moyen terme (numérisation des collections, évolution du portail, …) auxquels je participe étroitement par le biais de groupes de travail. Je travaille dans un domaine qui me passionne tant par son contenu que par sa constante évolution.

Troisième bonne raison : Localisation Géographique

Un cadre de travail agréable. Sur le Campus des Cézeaux, étendue de pelouse verte à deux pas du tramway, avec toutes ces écoles et laboratoires de renom national voir international.

Par Jean-Marc Condat et Valérie Le Foll

La bibliothèque participe au projet de recherche Enfance Violence Exil

"Les enfants jouent au village" Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.
« Les enfants jouent au village » Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.

EVE : la première…le premier

Enfance Violence Exil (EVE) est un projet de recherche dont l’objectif est l’exploitation scientifique et la valorisation de collections concernant l’expérience enfantine de la guerre et ses conséquences de 1914 à nos jours. C’est le premier projet de recherche auquel la bibliothèque participe.

Initié par le CELIS (Centre de recherche sur les littérature et la Sociopoétique), laboratoire de l’Université Blaise Pascal, EVE est un projet soutenu par l’ANR dont l’approche est interdisciplinaire puisqu’elle associe des historiens, des littéraires, des linguistes… et même des bibliothécaires ! Eve réunit de nombreux partenaires dont d’autres universités (françaises et étrangères), des associations et différents services de l’université dont la bibliothèque et CreaTICE

Des collections très diversifiées forment le corpus des différents travaux menés dans le cadre d’EVE :

  • Des dessins d’enfants collectés au cours des conflits : première guerre mondiale (dessins des enfants de Montmartre), guerre d’Espagne (la collection réunie par Françoise et Alfred Brauner est à l’origine du projet), seconde guerre mondiale, autres conflits du 20e siècle (dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde)
  • Des témoignages
  • Des illustrations de revues ou de bandes dessinées pour la jeunesse
  • Des journaux scolaires ou collectifs
  • Des récits autobiographiques…
"Pour la victoire". Dessin des enfants de Montmartre
« Pour la victoire ». Dessin des enfants de Montmartre.
Rébus, revue Fillette 1919
Rébus, revue Fillette 1919.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l'association Enfants Réfugiés du Monde.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l’association Enfants Réfugiés du Monde.

Ces sources et les travaux les accompagnant doivent être mis en valeur sur un site web EVE (en construction)  et au travers de colloques et expositions organisés pendant toute la durée du projet (2010-2013).

Au moment où le projet EVE voyait le jour, l’Université Blaise Pascal venait d’accepter le don de Michel et Jean Bastaire : quelques milliers d’ouvrages de littérature populaire et de jeunesse du début du 20 siècle conservés à la bibliothèque universitaire de lettres. Le lien entre la bibliothèque et le projet EVE était fait.

La participation de la bibliothèque dépasse en réalité largement la proposition initiale. Voici quelques exemples du rôle que mes collègues et moi même avons pu jouer :

  • Nous avons réfléchi sur la description des ressources en vue de leur intégration dans le site Web et proposé l’adoption d’un schéma des métadonnées en Dublin Core.
  • Nous avons participé à la réflexion autour de l’élaboration du site Web (arborescence, navigation, graphisme). La réalisation de ce site a été confiée à un prestataire extérieur.
  • Nous avons proposé une organisation pour la collecte des sources et élaboré un circuit des documents en vue de leur intégration dans le site.
  • Nous avons numérisé plusieurs collections de dessins : dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde, dessins d’enfants de Ramallah, revues issues du fonds Bastaire.
  • Nous avons aussi pris part à la partie valorisation de la production scientifique du projet EVE en créant une collection spécifique dans HAL (EVE HAL)
  • Enfin, un de nos collègues est membre du comité de pilotage scientifique pour le colloque et l’exposition à l’Unesco prévus en décembre 2011.

Après une phase de spécifications, d’organisation et de développement du site, nous entrons maintenant dans la phase d’alimentation avec les documents composant les différentes collections.

Outre le caractère passionnant de la thématique d’EVE, la participation de la bibliothèque a été riche en enseignements

  • sur le rôle mobilisateur de ce type de  projet qui associe de multiples intervenants de profils très diversifiés (au sein de la bibliothèque numérique, des autres bibliothèques du site, de l’université …)
  • sur la description des documents (quel format de métadonnées ?) ce qui sera mis à profit pour la mise en ligne de nos propres documents.
  • sur l’expérimentation de quelques outils  pour les chercheurs
  • sur l’importance du travail de spécification des besoins en amont

Une expérience stimulante et instructive qui montre un élargissement du rôle de la bibliothèque dans le soutien à la recherche.

Souhaitons une longue lignée à EVE.