La bibliométrie pour évaluer les publications scientifiques en biologie et santé

SIGAPS ? SAMPRA ? Deux logiciels de bibliométrie conçus par Patrick Devos du CHRU de Lille et de l’équipe de recherche EA2694 de l’Université de Lille 2. Deux outils pour recenser, analyser, évaluer le plus finement possible les publications scientifiques : SIGAPS dans le domaine de la santé, SAMPRA dans tous les domaines couverts par la base Web of Science de Thomson Reuters. Alors que SIGAPS est utilisé dans les Centres Hospitaliers Universitaires sous tutelle du ministère de la santé, SAMPRA peut l’être par tout établissement de recherche. Et quand SIGAPS se fonde sur les données de Pubmed pour produire des indicateurs, SAMPRA interroge Pubmed et le Web of Science Core Collection, une base de données bibliométrique pluridisciplinaire, qui fournit également des informations complémentaires, comme l’adresse de tous les auteurs et le nombre de citations.[1]

Nous nous pencherons donc d’abord sur les fonctionnalités de SIGAPS et son utilisation pour le pilotage de la recherche médicale et la répartition des crédits attribués aux équipes de chercheurs hospitaliers, pour ensuite faire le point sur SAMPRA et l’usage qui en est fait pour l’évaluation de la recherche à l’Université Lille 2. SAMPRA, mis en production très récemment, est un dispositif très innovant en termes de services aux chercheurs.

SIGAPS (Système d’Interrogation, de Gestion et d’Analyse des Publications Scientifiques )

A partir d’une initiative locale – la création du logiciel SIGAPS en 2002 au CHRU de Lille – le projet SIGAPS est devenu un outil national d’évaluation de la recherche commun à l’ensemble des CHU.

Le logiciel, expérimenté et évalué par plusieurs CHU entre 2003 et 2006, a fait l’objet d’un tel succès qu’en mai 2006, Xavier Bertrand – alors ministre de la Santé – a confié au CHRU du Lille la mission d’assurer la diffusion et l’utilisation du logiciel SIGAPS au sein de l’ensemble des établissements hospitalo-universitaires, puis progressivement dans de nombreux établissements de Santé.

Les CHU de France étant dotés d’un même outil et de grilles d’évaluation communes, il apparaissait ainsi plus aisé de mettre en œuvre la réforme des modalités de financement des missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI) à partir d’un indicateur acceptable de la production scientifique.

Le bénéfice du logiciel SIGAPS réside dans sa fonctionnalité majeure : recenser, analyser, évaluer la production scientifique d’un chercheur, d’un service ou d’un établissement sur une période donnée.

Cet outil tire le meilleur parti de l’interrogation via PubMed de la base de données Medline, qui contient l’ensemble des références bibliographiques des articles édités dans le domaine de la santé.

Pour extraire l’ensemble des références bibliographiques d’un groupe de chercheurs, SIGAPS interroge PubMed à partir de leur nom, puis utilise les données de l’annuaire de l’établissement, pour agréger les données selon différents niveaux de structure (service, clinique, pôle, …).

Les chercheurs sont ensuite invités à se connecter à l’application, pour vérifier que l’outil a bien pris en compte leurs publications, et pour valider la liste de leurs publications et ainsi éviter tout risque de confusion lié aux homonymies.

Quant à l’analyse qualitative des publications, elle s’établit à partir d’une classification des revues (A, B, C, D, E, NC)[2] selon leur facteur d’impact pondéré par discipline.

Ainsi, pour chaque discipline, s’échelonnent 10% de revues en catégories A, 15% en B, 25% en C, 25% en D et 25% en E, ce qui rend les disciplines comparables.

L’analyse de la production scientifique d’un chercheur, ou d’un groupe de chercheurs peut s’effectuer au travers d’un panel de tableaux et graphiques indiquant notamment le nombre de publications par revue ou par année, la catégorie des revues, la position des auteurs, l’évolution ou la répartition par année ou par catégorie, le détail des collaborations par auteur, la liste des termes MESH recensés ou la répartition par langues, ces données pouvant se croiser entre elles. Les références bibliographiques peuvent être exportées aux formats Excel, RIS ou aux normes de Vancouver.

Ainsi, chaque établissement hospitalier peut constituer des rapports bibliométriques sur les publications menées en interne.

L’outil SIGAPS est aujourd’hui généralisé, si bien qu’il apparaît comme un véritable levier pour augmenter et améliorer la production scientifique des chercheurs hospitaliers. De fait, le score SIGAPS conditionne directement la part modulable des Missions d’Enseignement, Recherche, Référence, Innovation MERRI.

Plus récemment, à l’échelle individuelle, les scores SIGAPS obtenus en cumulant sur plusieurs années les publications en langue anglaise dans les revues à haut facteur d’impact, et les collaborations avec différents laboratoires extérieurs peuvent déterminer l’évolution d’une carrière. Ainsi, précise Patrick Lacarin, responsable de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) du Centre d’Investigation Clinique des CHU de Clermont-Ferrand, pour devenir PUPH, il faut au moins 500 points SIGAPS lors des dix dernières années, comme le confirment les recommandations de la sous-section CNU Santé 53.02 (chirurgie générale).

L’outil permet également de  « cartographier les thèmes de recherche et de cerner les thèmes qui montent et les sites pilotes » explique Patrick Devos. Ce qui permet de définir des objectifs stratégiques à court et moyen terme. Ainsi, la mise en œuvre du plan Alzheimer a favorisé l’augmentation du nombre d’articles sur la maladie d’Alzheimer dans des revues à haut facteur d’impact, comme en témoigne l’augmentation de 62% du score SIGAPS dans cette spécialité (Devos, Cortot, & Ménard, 2016)[3].

SAMPRA (Software for Analysis and Management of Publications & Research Assessment)

Sampra est en production à l’Université de Lille depuis février 2016.

Genèse d’un logiciel d’analyse des publications à haute valeur ajoutée pour les chercheurs.

SAMPRA est d’abord né de la demande des Instituts hospitalo-universitaires, qui, évalués par l’ANR, cherchaient à produire des indicateurs fiables pour rendre compte de leur production scientifique. Certains chercheurs des IHU étaient déjà familiers de SIGAPS et souhaitaient utiliser un outil reprenant les concepts de SIGAPS mais intégrant les données pluridisciplinaires du Web of Science et les indices de citation des articles. SAMPRA interroge donc ces deux bases de données bibliométriques pour produire des indicateurs plus performants.

À partir d’une requête sur les noms des chercheurs de l’institution sur les deux bases de données bibliographiques que sont PubMed et le WOS, est extrait  l’ensemble des publications des chercheurs de l’institution. Ces derniers sont invités ensuite à se connecter sur l’application pour vérifier et valider leurs publications, et peuvent générer un rapport d’analyse contenant les principaux indicateurs bibliométriques permettant d’évaluer leurs publications.

L’enjeu de SAMPRA est également d’accroître la visibilité de l’établissement dans les bases de données internationales. L’outil récupère toutes les variantes d’adresses associées aux publications et ces données sont transmises à Thomson Reuters pour une identification unique dans le Web of Science (Organization Enhanced).

En utilisant l’outil d’analyse InCites et les données du WOS, Sampra offre aux chercheurs, aux responsables d’équipe de laboratoires, et à la Direction de la recherche la possibilité d’extraire des listes de corpus par thématique disciplinaire ou par unité de recherche et de les positionner en terme d’excellence au niveau national ou international.  Une analyse complète des publications réalisées en cancérologie au CHRU de Lille a ainsi pu être réalisée, précise Patrick Devos,  l’outil fournit des corpus sur mesure.

À l’Université Lille 2, le besoin d’un outil permettant de rendre visible les publications de toutes les UMR aux multiples tutelles d’une université composée à 80% de chercheurs en biologie et santé se faisait grièvement ressentir. SIGAPS ne recensant que la production du CHU, les autres chercheurs de l’Université qui n’y étaient pas affiliés n’avaient aucune visibilité bibliométrique au sein de l’institution. SAMPRA devait donc essentiellement répondre à ce besoin de visibilité des chercheurs. Pari tenu ?

Oui, apparemment, comme nous l’a montré Solenn Bihan, responsable des services aux chercheurs et administratrice de SAMPRA à l’Université Lille 2.

À l’Université Lille 2, SAMPRA a d’abord fait l’objet de tests par cinq unités de recherche pilotes au printemps 2015, et le logiciel a très vite été adopté. Le temps d’ajouter des développements supplémentaires, et SAMPRA a été mis en production au mois de février dernier.

Il faut croire qu’il répondait à un vrai besoin des chercheurs, précise Solenn Bihan, car dès la première semaine, après réception d’un message les invitant à se connecter à cet outil, 25% des chercheurs y validaient leurs publications. Les données de SAMPRA sont en effet automatiquement liées à celles de l’annuaire de l’établissement. Le profil des chercheurs sur l’application est donc pré-rempli. Le succès de l’outil est sans doute lié aussi à la simplicité de son interface, proche de celles des réseaux sociaux de chercheurs, où les intéressés n’ont qu’à cliquer sur oui ou non pour valider leurs publications.

Suite à la campagne générale de validation prévue en mai-juin, l’université sera en mesure d’avoir une vision globale de sa production scientifique dans les domaines concernés. À l’Université Lille 2, les données de SAMPRA sont directement exploitées par tous (les chercheurs, les responsables d’équipes et d’unités de recherche la direction de la recherche) pour le montage de projets, la stratégie de publication, les évaluations INSERM, HCERES….

Sampra est-il utilisé pour évaluer l’ensemble des disciplines de l’Université ? Apriori oui, explique Patrick Devos, car le Web of science est une base multidisciplinaire. Cependant, tempère Solenn Bihan, toutes les disciplines ne sont pas représentées dans le Web of Science. A l’Université Lille 2, par exemple, si l’outil est pertinent pour évaluer les disciplines proches de la santé, comme la physiologie du sport, il l’est beaucoup moins pour évaluer la production scientifique des juristes ou des économistes.

Un bilan après deux mois ? SAMPRA a donné une excellente visibilité aux publications scientifiques de l’Université Lille 2, et a permis de mieux identifier Lille 2 dans les bases de données internationales. Les chercheurs se sont vraiment approprié l’outil. Cette validation par les chercheurs de leur propre production scientifique apparaît comme la principale valeur ajoutée de SAMPRA. Les chercheurs ont la main sur leur recherche, et les laboratoires peuvent dresser des bilans concluants. Accessoirement, précise Solenn Bihan, l’outil fournit un socle solide pour le pilotage de la recherche de l’établissement. Dans le cadre de la fusion annoncée des 3 universités lilloises, cet outil serait sans nul doute un atout pour la visibilité de la recherche à plus grande échelle.

Pour en savoir plus sur SAMPRA, je vous invite à visionner ce tutoriel vidéo réalisé par l’Université Lille 2.

Pour lire cette vidéo veuillez activer le Javascript et utilisez un navigateur moderne compatible HTML5 supports HTML5 video

 

 

Nota Bene : J’adresse mes remerciements les plus vifs à Patrick Devos, Solenn Bohan et Patrick Lacarin, qui ont eu l’amabilité de répondre à mes questions et de relire ce billet avec attention.

[1] Sur les différences entre SIGAPS et SAMPRA, voir le billet de blog de la BIU Santé intitulé 8 questions sur SIGAPS et SAMPRA http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/sigaps-sampra/

[2] A : niveau excellent ; B : très bon niveau ; C : niveau moyen ; D : niveau faible ; E : niveau très faible ; NC : revue nationale ou acte de congrès.

[3] Devos, P., Cortot, A., & Ménard, J. (2016). Utilisation des données SIGAPS pour mesurer l’impact du plan Alzheimer sur la production d’articles des CHU. La Presse Médicale, 45(2), e1‑e10. http://doi.org/10.1016/j.lpm.2015.07.023

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

Appel à communications : L’Open Access, questions économiques, éthiques et juridiques

Dans le cadre de l‘Open Access Week 2015, la bibliothèque numérique de la BCU organise une journée d’étude sur l’Open Access et les archives ouvertes qui se tiendra le 20 Octobre 2015 à laOpen-Access-logo Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.

Son objectif est de mettre en évidence les aspects économiques, juridiques, mais aussi éthiques de la diffusion en libre-accès de la recherche à l’heure du numérique, en faisant converger les regards de juristes, d’économistes et de chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

L’Open access (libre accès) est désormais en plein développement, qu’il s’agisse de la « voie verte » (dépôt des thèses et articles en archives ouvertes) ou de la « voie dorée » (publication dans des revues en Open Access). Ce développement voit converger des motivations éthiques et économiques. Il s’agit à la fois de rendre la connaissance plus accessible, plus aisément diffusable et réutilisable ; et, sur le plan économique, de répondre à la tension créée par la position dominante d’un petit nombre d’éditeurs scientifiques, en diminuant les coûts supportés par le monde scientifique pour la diffusion de la connaissance. Sur le plan juridique, dans le contexte mouvant de la propriété intellectuelle à l’ère du numérique, le courant du libre-accès contribue à faire bouger les lignes en imposant une distinction entre archivage et publication, tout en levant la barrière de l’accès. Il pose, à cause de cela, de très nombreuses questions de droit, qu’il s’agisse de l’articulation entre le droit d’auteur et l’archivage en ligne, de la question des embargos, des licences Creative Commons, etc.

Les propositions de communication, qu’elles émanent de juristes, d’économistes, ou de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, tenteront de répondre aux nombreuses interrogations suscitées par le libre-accès à l’intersection entre droit, éthique et économie : comment le libre accès prend-il place dans le paysage juridique et économique actuel de l’édition scientifique ? Quels changements y produit-il ? Son succès remet-il nécessairement en cause les processus d’évaluation, les effets de notoriété ou le fonctionnement économique du circuit actuel ? Permet-il le maintien d’une démarche d’évaluation scientifique pleinement efficace ? Sur le plan juridique, de quelle armature le libre-accès s’est-il doté ? Est-elle suffisante aujourd’hui pour répondre au besoin des chercheurs et à la demande de la société ? Le développement du libre-accès est-il susceptible d’influer sur le droit d’auteur lui-même ?

Conjointement à ces communications, une table-ronde aura lieu, en présence de Serge Bauin, chargé de mission pour le libre-accès à la direction de l’IST du CNRS et auteur du récent rapport : « L’Open Access à moyen terme, une feuille de route pour HAL », d’ un représentant du CCSD (centre pour la communication scientifique directe), et de chercheurs clermontois utilisateurs de HAL. Cette table ronde permettra notamment :
d’évoquer l’usage actuel et l’avenir de HAL, plate-forme nationale du libre-accès ;
d’interroger les différents usages des archives ouvertes par les chercheurs clermontois ;
d’évoquer les autres archives ouvertes institutionnelles des EPST du site (ProdINRA, CEMOA d’IRSTEA), ainsi que de leurs échanges avec HAL.

Proposition à envoyer au plus tard le 20 AVRIL 2015 à : camille.meyer@clermont-universite.fr ; olivier.legendre@clermont-universite.fr

Un portail HAL pour un meilleur service aux chercheurs.

Open Access Land, near Woodhouse Farm (CC BY-SA 2.0) Attribution: Mick Garratt

Depuis quelques jours, Clermont Université a désormais son portail HAL, qui rassemble les publications scientifiques déposées par les chercheurs des deux universités clermontoises, l’Université Blaise Pascal et l’Université d’Auvergne.

Trois ans avant la fusion annoncée des deux universités, nous préparons le terrain pour valoriser la recherche de la future université unique.

La production scientifique des laboratoires gagne en visibilité. Avec http://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/ à la racine du site, le portail assure aux publications déposées un meilleur référencement valorisant le site clermontois.

Ce portail s’articule aux collections HAL de l‘UBP, de l’UdA et à celles des laboratoires, selon une architecture hybride, permettant à l’usager d’accéder à la production scientifique à tous les niveaux institutionnels.

Puisque nous avons la main sur l’outil, résumons tout ce que l’on peut faire avec un portail HAL pour mieux valoriser les publications scientifiques des chercheurs.

En tant qu’administratrice du portail, je peux gérer les pages web:  éditer la page d’accueil en html, changer l’apparence graphique du site en personnalisant sa feuille de style CSS, et rédiger des news. Ici, nous avons choisi une interface sobre et claire qui met en exergue le cadre institutionnel de la communauté d’universités.

Le portail HAL permet aussi de créer et modifier les données d’un laboratoire pour garantir la correcte affiliation des chercheurs, en donnant à leurs publications plus de lisibilité, dans le cadre de la structuration de la recherche. En amont, cela suppose de suivre les mouvements de création, de fusion, voire de disparition des laboratoires au sein des universités.  Un exemple : L’Institut de chimie de Clermont-Ferrand a été créé en 2012 par la fusion de cinq unités de recherche. Il a donc fallu rassembler  les publications de ces cinq unités pour créer la collection de l’ICCF. Un travail important est encore à entreprendre avec l’Université d’Auvergne, pour améliorer la visibilité des publications des chercheurs issus des différents laboratoires de médecine. Dans la même optique, le portail HAL permet la gestion des tutelles. Le référentiel des laboratoires est désormais à portée de main.

Autre fonctionnalité, très appréciable pour une meilleure qualité des données : la gestion des auteurs. Le principe est très simple : il s’agit juste de supprimer les doublons au niveau des identifiants auteurs, pour que toutes les publications d’un même chercheur soient bien rassemblées. Là encore, l’outil offre aux chercheurs du site une meilleure visibilité.

Un administrateur de portail HAL peut également s’occuper de la gestion des collections, qui permettent de mettre en valeur les publications d’une université, d’un laboratoire, d’un auteur, d’un projet ANR ou d’un colloque, grâce à une interface graphique adaptée et spécifique.

Pour une meilleure qualité des données, il est également possible de supprimer en un clic les doublons, c’est-à-dire les articles en double dans la base de donnée.

Last but not least, le portail HAL permet d’accéder plus facilement aux statistiques. Voici à titre d’exemple la courbe correspondant au cumul des dépôts en texte intégral pour les deux universités clermontoises.

L’augmentation des dépôts a été très significative ces deux dernières années, grâce aux actions de sensibilisation des chercheurs, et au réseau des référents HAL des labos.

Gageons qu’à l’avenir, les chercheurs déposeront à foison leur production scientifique dans ce nouveau portail, pour favoriser le libre accès aux résultats de leur recherche.

 

 

La construction de la mémoire collective de la communauté universitaire

En accompagnant les chercheurs dans la création de revues en ligne, la bibliothèque numérique de la BCU inscrit son activité dans le septième axe de la bibliothèque numérique scientifique : l’édition scientifique publique.
De la validation scientifique des articles à leur diffusion en ligne, s’imbrique un panel de compétences pour soutenir et valoriser la recherche.
Quelle synergie mettre en œuvre pour réussir ce projet au service des chercheurs ?

Considérons d’abord les concepts en présence : production scientifique et édition, édition papier et édition numérique, éditeur, chercheur, bibliothèque.
L’enjeu est de dresser des lignes de convergence et de démarcation, afin de cerner les contours d’une édition scientifique digne de ce nom.
La production scientifique n’est pas l’édition. La différence entre la version d’une thèse validée par le jury et sa version éditée en ouvrage est manifeste. De même entre un manuscrit auteur et l’article corrigé et mis en page dans le fascicule d’une revue.
De l’un à l’autre, la matière scientifique est bien là, mais elle n’a pas encore été passée au crible de l’évaluation, de la sélection et de la critique, pas encore façonnée et fignolée pour atteindre pleinement son public. La posture du chercheur n’est pas la même en amont. Communiquer à son équipe les résultats de son expérimentation n’est pas rendre des comptes à la société toute entière. Pierre Corbel, directeur des fameuses Presses Universitaires de Rennes, le dit lui-même dans cet entretien[1] : « Les chercheurs se parlent très bien entre eux, mais ils ont du mal à communiquer avec le monde. » Pour rendre audible à tous la voix de la recherche en train de se faire, un grand travail d’édition est nécessaire : corrections, réécritures, mise en forme. Ce façonnage, qui n’est pas un bricolage, est traditionnellement du ressort et de la responsabilité de l’éditeur. Son rôle est bien de donner de la légitimité aux travaux des chercheurs et de contribuer à leur renommée en étant garant de leur valeur scientifique.

Avec le développement des outils de publication en ligne, et la possibilité concrète de s’auto-publier en quelques clics, cette responsabilité de l’éditeur pourrait être remise en cause. N’est-il pas un intermédiaire coûteux et inutile, ralentissant à l’extrême les délais de parution ? Tout le travail de préparation de la copie, avec l’évaluation des manuscrits, les remaniements, les corrections, la coordination, la mise au normes typographiques, le balisage coute cher en main d’œuvre ! Autant réduire ces frais et mettre en place une édition électronique bon marché. C’est là le positionnement de Hal R. Varian, dans un article intitulé The future of Electronics Journals[2]: « Si tous les articles étaient soumis et distribués de façon électronique, je devine que les coûts du processus éditorial seraient diminués de moitié. » Boismenu et Baudry nous mettent en garde face à cette méconnaissance du rôle de l’éditeur:  « Ce genre d’affirmation montre le peu de considération ou l’ignorance pour la répartition des coûts de l’édition d’une revue, pour la nature du travail d’édition, que ce soit pour le papier ou pour l’électronique, et pour les niveaux de qualité et de services de l’édition électronique en tant que telle« .[3]

En outre, une édition électronique digne de ce nom suppose un important travail fondé sur le respect des bonnes pratiques tout au long de la chaîne de production éditoriale. Le collège de l’édition scientifique numérique sera bientôt à même d’attribuer le label EDES (Edition Electronique Scientifique) sur la base de cinq critères : la citabilité, l’intéropérabilité, l’accessibilité, l’ouverture, la durabilité.
Un important travail en réseau doit être mené sur le plan local et national pour se conformer à ces exigences.

  • La mise à disposition des chercheurs du site clermontois d’une plate-forme OJS pour le traitement éditorial des revues de la soumission des articles à leur diffusion en ligne s’accompagne d’une réflexion pour définir les conditions d’une juste expertise des manuscrits.
  • Concernant le balisage et le structuration des textes, l’intérêt commun est d’utiliser les formats d’encodage qui ont fait leur preuve, comme XML-TEI, standard en matière d’édition scientifique.
  • Pour viser l’interopérabilité des contenus, les fichiers numériques doivent contenir des métadonnées construites sur le même modèle au niveau de la structuration du texte, de la diffusion et du référencement.
  • Enfin, toute entreprise d’édition scientifique publique se doit d’avoir des assises solides en matière de droit d’auteur. La diffusion électronique n’a de sens que si les droits de chaque acteur sont préalablement respectés.

Si le libre-accès aux connaissances est une priorité pour l’université, il est essentiel qu’elle s’investisse pour améliorer la visibilité et la lisibilité de la recherche.

Je conclus ce billet avec une très belle phrase de Jean-Michel Salaün, [4]: « La priorité n’est pas une économie de la cognition, mais une économie de la publication ou la construction d’une mémoire collective. »

Pierre Brueghel l’Ancien. La tour de Babel
Kunsthistorisches Museum. Vienne

[1] Les Presses Universitaires de Rennes ont vingt ans : Pierre Corbel ou la religion du vrai livre. Propos recueillis par  Georges GUITTON Place publique Rennes. Disponible sur :  http://www.placepublique-rennes.com/2010/03/les-presses-universitaires-de-rennes-ont-vingt-ans-pierre-corbel-ou-la-religion-du-vrai-livre/ (Page consultée le 09/09/2013)

[2] VARIAN, HAL R. The future of Electronics Journals. (JEP) The Journal of Electronic Publishing. Disponible sur : http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0004.105 (Page consultée le 09/09/2013)

[3] BOISMENU Gérard, BAUDRY Guylaine, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires. Paris : La Découverte, 2002, 178 p.  Collection « Recherches »

[4] SALAÜN, Jean-Michel, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », BBF, 2004, n° 6, p. 20-30 [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 09 septembre 2013

Dans les nuages arborés

La bibliothèque numérique de production est embarquée dans le projet GRIMM du CELIS et de la MSH de Clermont-Ferrand.
L’enjeu de ce projet est de proposer à la communauté scientifique, mais aussi à un plus large public un corpus tout à la fois textuel et intermédial des divers types de réécritures auxquelles ont donné lieu les contes des frères Grimm, dans les cultures européennes, depuis la première édition de 1812.

Le projet commence, et la bibliothèque numérique s’implique dans la recherche d’outils facilitant l’analyse littéraire des différentes versions des contes.

C’est dans ce contexte que je vous propose un focus sur l’outil treecloud, un logiciel de visualisation de texte sous la forme de nuages arborés, qui a été mis au point par Jean Véronis, Philippe Gambette, et Jean-Charles Bontemps.
Même si vous trouverez sur le site de treecloud toute la documentation nécessaire à l’utilisation de ce logiciel, je veux ici en produire une synthèse à l’usage des novices.

Comme la chimère a une tête de lion et un corps de chèvre, le nuage arboré a les propriétés du nuage de mots et aussi celles de l’arbre de Porphyre.
Sa force d’analyse est qu’il permet de repérer au sein d’un texte, de façon coordonnée, simultanée et attractive, toutes ses occurrences et ses cooccurrences.

Précisons : Les occurrences correspondent au nombre d’utilisations d’un terme au sein d’un texte. C’est bien sur au besoin de visualisation du nombre d’occurrences des mots que répondent les nuages de mots, popularisés par le Web 2.0.

Les nuages de mots se doivent d’être différenciés des nuages de tags, que l’on retrouve en bas à droite des pages d’accueil de la plupart des sites web aujourd’hui: le nuage de mots rend visibles les mots les plus utilisés dans un texte, et non ceux qui servent à indexer le contenu d’un site. C’est très facile de réaliser un nuage de mots avec des outils comme Wordle. Voici celui que je viens de réaliser à partir du conte Blanche-Neige.

Capture d'un nuage de mot réalisé à partir de l'outil Wordle

 

Les mots les plus utilisés sont les plus visibles et prennent le plus de place. En un coup d’oeil, j’ai la vision des personnages et des thèmes principaux au sein du conte.

Mais ce n’est pas là un nuage arboré, c’est juste un nuage de mots. L’arboricité, si on peut l’appeler comme cela, va introduire une dimension supplémentaire, vraiment très intéressante, puisqu’elle va faire apparaître les cooccurrences. Et qu’est-ce donc qu’une cooccurrence ? C’est l’apparition simultanée de deux ou plusieurs éléments dans le même texte. Ces cooccurrences vont apparaître comme des feuilles au bout des branches de l’arbre.

Les mots en rouge ou qui tendent vers le rouge sont les mots les plus utilisés dans le conte.  Les couples de mots au bout des branches apparaissent ensemble dans le texte : Blanche-Neige et les gnomes, la neige et le sang, les couleurs rouges et blanches, le pauvre enfant, sont les coocurences les plus manifestes dans ce conte. La proximité récurrente de ces termes constitue leur distance sémantique. Elle est calculée avec une fenêtre qui glisse tout au long du texte. Plus la fenêtre repère les mêmes mots ensemble, plus ces mots sont proches sémantiquement. Cette distance sémantique peut être calculée à partir de différents algorithmes.

Au sein de chaque branche, l’outil repère des « sacs de mots imbriqués », selon l’expression de Philippe Gambette, sacs de mots qui donnent un aperçu de la trame des textes, et de leurs différents registres sémantiques.

Dans cet article intitulé Utilisation de la visualisation en nuage arboré pour l’analyse littéraire, Philippe Gambette et Delphine Amstutz en donnent un exemple probant avec l’analyse des pièces Cinna et Othon de Corneille. Doctorante en littérature, Delphine Amstutz montre que la comparaison des nuages arborés de ces deux pièces donne à voir une évolution significative de la conception du pouvoir et du rôle du favori d’une pièce à l’autre.

La visualisation en nuage arboré peut donc constituer un outil d’analyse pour comparer des textes les uns avec les autres. Dans cette perspective, il peut être pertinent de l’utiliser dans le projet GRIMM pour comparer différentes versions d’un même conte.

En toute évidence, la pertinence de l’outil se mesure d’abord à la connaissance du corpus de celui qui l’utilise. Comparer des nuages arborés, sans avoir étudié en profondeur les textes qu’ils permettent de visualiser, n’a aucun sens.

Comme tout outil de visualisation de données, les nuages arborés peuvent donner des pistes d’analyse et susciter des hypothèses de travail. C’est dans cette mesure que son utilisation peut être complétée avec d’autres logiciels textométriques, et notamment Lexico 3, pour repérer les données et vérifier les hypothèses au cœur du texte.

Le logiciel treecloud en ligne a été réalisé par Jean-Charles Bontemps, un étudiant de licence en informatique à partir du logiciel Splitstree, initialement utilisé pour visualiser la philogénie, et du logiciel treecloud à télécharger. Ce dernier logiciel permet d’obtenir davantage de fonctionnalités : la colorisation des mots, non pas seulement en fonction de leurs occurrences, mais aussi de la chronologie de leur apparition dans le texte, ou de leur dispersion, en constitue un exemple.

Je vous invite à lire la riche documentation sur le site treecloud, et à créer vous-même vos nuages arborés.

Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.

Vous avez dit Intranet ?

A la BCU,  une atmosphère effervescente émane des différents services à l’approche imminente de la réalisation de l’Intranet. La communication interne a été le thème fédérateur de la dernière journée des personnels. Avec les deux étudiantes de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal, encadrées par la bibnum pour leur projet tutoré, nous avons présenté le nouvel Intranet.  Cet outil de travail verra bientôt le jour, le serveur étant enfin débloqué.

Alors, comme vous, nombreux lecteurs de l’alambic, trop loin de la BCU et de Clermont-Ferrand, n’aurez sans doute pas la chance de consulter notre Intranet, je vais vous en présenter l’esprit et la lettre.

D’abord, situons-en brièvement le contexte.

La BCU avait déjà un Intranet, mais les nouveaux collègues ne l’utilisaient…presque jamais. Difficile d’y trouver quoi que ce soit. Des menus à rallonge, compliquant à outrance la structure initiale. Une double authentification bien dissuasive. Des contenus trop souvent défraîchis. Plutôt que de refondre cet ancien outil, à l’interface peu ergonomique, mieux valait faire table rase, et construire sur des fondements solides.

Mais pourquoi mettre en place un nouvel Intranet quand la BCU expose déjà, ici, sur la toile ses projets, quand nous publions sur l’espace BCU pro du site web, les bilans et les perspectives du service ?

Tout est affaire de positionnement. Le nouvel Intranet est appelé à devenir vecteur de communication interne au sein de la BCU. Il assurera une meilleure diffusion de l’information en étant intégralement accessible à l’ensemble du personnel. Et pour « pousser » la consultation, une newsletter adressée à l’ensemble du personnel regroupera les dernières infos mises en ligne.

Le but de l’Intranet, c’est aussi de fédérer et de créer du lien, quand les collègues sont éparpillés sur tout le territoire auvergnat. Et l’enjeu était de sortir des logiques locales de sections pour générer l’activité globale du réseau vers des objectifs partagés et des valeurs communes. Un parti-pris qui encourage l’implication et la participation de tous.

l'implication
l’implication
www.photo-libre.fr

L’angle focal de cet intranet, ce sont les missions transversales, au cœur de l’organigramme de la BCU.

Pour rendre compte de l’état de lieux de ces missions, un éditorial sera rédigé chaque mois par les responsables dédiés, et sera affiché en page d’accueil.

De l’organisation transversale de la BCU, découle la conception de l’arborescence.
Les grands axes de son activité constituent les entrées d’un menu thématique :

  • Vie de la BCU
  •  Formation des utilisateurs
  •  Plan de conservation partagée des périodiques
  •  Référentiel Marianne _ Accueil
  •  Dépôt électronique des thèses STAR
  •  Calames
  •  Politique documentaire
  • Prêt entre bibliothèques.
  •  Système intégré de Gestion de Bibliothèque
  •  Formation des personnels de bibliothèque.
  •  Base bibliographique SUDOC
  •  Diffusion de la Culture Scientifique
  •  Lecture et Handicap
  •  Enquêtes, indicateurs, auto évaluation
  •  Numérisation
  •  Revue de presse

 

Auquel s’ajoute un menu proposant une consultation par type de contenu

  • A lire ! les textes de références,
  • Comment faire ? les procédures
  • C’est dit ! les comptes-rendus de réunion
  • A suivre ! les dossiers en cours
  • Bilans… les rapports.

 

L’ambition de cet outil est aussi de mieux connaître les compétences des personnels du réseau et d’identifier les personnes ressources. Telle est la raison d’être du « qui fait quoi ». Chaque membre du réseau sera invité à remplir son profil en ligne, en utilisant les mots clés correspondant à ses compétences.

L’autre phase importante du travail est de recueillir l’ensemble des contenus à mettre en ligne, de les mettre en forme et de les éditer selon une structure et une présentation communes.
Drupal et son module CCK (Content Construction Kit) est utilisé à cette fin.
Tout un travail de webmestre, de communication interne et de capitalisation des connaissances.
Cette étape cruciale fait l’objet du projet tutoré de nos étudiantes. Elles en profitent pour découvrir, connaître, et comprendre tous les métiers qui s’exercent dans une grande bibliothèque en réseau comme la BCU.

 

Voix contemporaines : les prémices d’un projet d’archivage des mémoires d’aujourd’hui

Présentation

Le projet « voix contemporaines », c’est une collection d’archives sonores et audiovisuelles rassemblant paroles d’écrivains, mémoires de la création, témoignages du siècle et patrimoine oral immatériel. Ces archives, recueillies indexées et diffusées au sein de l’Université Blaise Pascal, présentent un intérêt tant au niveau régional, que national et international, en constituant un aperçu vivant de la création contemporaine, de la mémoire du siècle, et des traditions orales.

D’abord programme de recherche initié par le CELIS, « Voix contemporaines » vise à donner la parole aux écrivains du présent, et à recueillir leurs témoignages, dans la droite ligne des pratiques de ce laboratoire de littérature, qui, depuis de nombreuses années, invite et enregistre des écrivains.

L’enjeu de la collection « voix contemporaines » serait de collecter, d’enregistrer et d’archiver systématiquement ces paroles d’écrivains afin de constituer une bibliothèque sonore et audiovisuelle sur la littérature au présent.
D’autres témoignages historiques ont été recueillis et mis en ligne, et notamment dans le cadre du projet EVE : des témoignages de personnes ayant été enfants pendant la première guerre mondiale, ainsi que des enregistrements d’auteurs espagnols ayant été enfants pendant la guerre d’Espagne. La mémoire vivante de la guerre est étudiée  au prisme d’enregistrements sonores.

Tous ces enregistrements méritent d’être archivés à long terme pour constituer cette collection « voix contemporaines ». Ces témoignages sont autant de facettes de cette mémoire au présent et constituent autant de traces vivantes des conflits qui ont émaillé le vingtième siècle.

Dans le cadre de sa mission d’expérimentation et d’accompagnement des enseignants, l’équipe de Creatice, qui a réalisé de nombreux enregistrements sonores et audiovisuels, joue un rôle majeur dans ce travail de captation vidéo, de valorisation et de diffusion de ce patrimoine, via la plate-forme vidéocampus.

Témoignages de résistants, témoignages d’écrivains, de personnalités importantes dans le domaines de la cultures sont stockés sur des serveurs sous différents formats.
Le travail à réaliser consisterait à homogénéiser le format de ces enregistrements vidéo, à les numériser, à les indexer, et à les diffuser en ligne de façon pédagogique afin que tous les usagers puissent aisément y accéder.

Sans compter qu’au Service Université Culture (SUC), un grand travail de collecte, de traitement documentaire et de diffusion a été réalisé autour de l’univers des musiques de tradition orale. Des enregistrements de chanteurs auvergnats ont été collectés sur le terrain afin de constituer une collection reflétant le  patrimoine oral et immatériel régional.

Ce patrimoine immatériel pourrait s’inscrire dans le droit fil de cette collection « voix contemporaines ». Ces voix contemporaines s’articuleraient alors autour des voix d’écrivains, des voix des témoins du siècle, mais aussi des voix musicales, porteuses de tradition et de culture régionales.

C’est maintenant à la bibliothèque numérique de jouer un rôle majeur dans ce travail de collecte, de recensement, de numérisation d’indexation et d’archivage pérenne de ces collections sonores et audiovisuelles.

Méthodologies

La collaboration de la bibliothèque numérique au projet s’articule autour de deux axes.
D’abord, le serveur. Car il en faut de l’espace disponible pour le stockage d’une banque de données d’enregistrements vidéo…L’espace dont nous disposons n’est pas encore adapté pour une telle quantité de données. Mais dans les mois à venir, après la sécurisation et l’augmentation des serveurs, ils pourront certainement contenir toutes ces mémoires virtuelles.

Ensuite, bien sur, la question de l’indexation. C’est surtout à ce niveau que les compétences de la bibnum sont sollicitées. En amont, nous avons déjà préparé une grille de pré-indexation, à destination des chercheurs qui sollicitent un enregistrement au Pôle audio-visuel. Sous la forme d’un formulaire google doc, cette grille permet d’indiquer les principales métadonnées descriptives, et surtout de définir et faire adopter un protocole d’enregistrement. Car on voit mal comment on pourrait rendre accessible un corpus d’entretiens filmés sans avoir défini au préalable les principales étapes de la trame des entretiens. Eu égard à la diversité des projets de recherche et des types d’entretiens, toute la difficulté sera d’établir cette trame commune.

Car c’est à partir de la trame des entretiens que se cristallise la problématique de la post-indexation, celle qui concerne les vidéos déjà montées et réalisées. Ce sont les chercheurs qui s’ en chargeront, car ils sont les plus à mêmes de qualifier les entretiens réalisés dans le cadre de leur projet de recherche. Mais, en tant que professionnels de l’information et de l’indexation, nous allons leur donner des conseils. Les projets antérieurs de la bibliothèque numérique de production nous ont montré l’importance de la normalisation. Sans normalisation, pas d’indexation qui vaille. Nous allons donc apporté des outils méthodologiques aux chercheurs qui leur permettront de définir et d’établir une indexation normalisée propre à ce support audiovisuel, et donc exploitable pour les besoins de la recherche.

Pour ce faire, nous devons commencer par recueillir les bonnes pratiques d’indexation de vidéos chez les experts en la matières, les vidéothèques, et phonothèques spécialisées dans l’indexation de l’image et du son. Indépendamment du séquençage, l’idée est de donner aux chercheurs les meilleurs outils pour qualifier au mieux, à l’aide de mots-clés normalisés, la trame des entretiens filmés. A partir de cette indexation recueillie et balisée, nous verrons alors comment l’intégrer dans un schéma d’encodage propre à assurer la conservation pérenne de ces données digitales.

Mais c’est là une autre paire de manches ! Tout un programme conforme aux priorités de la bibliothèque numérique de production: penser l’indexation de pair avec l’archivage pérenne.

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (5)

Un des succès de l’année écoulée fut la mise en place et l’amélioration de la collection HAL de l’Université Blaise Pascal. Tous les laboratoires de l’Université Blaise Pascal ont désormais leur collection spécifique. Des formations ont été dispensées, en coordination avec les référents HAL des labos. Ces formations ont été très bénéfiques, et dans certains labos, elles ont amorcé un changement de politique, en matière de diffusion des publications en ligne. Par exemple au laboratoire ACTé, où, à partir de janvier 2013, les listes de publications des membres sur le site web du labo seront directement extraites de l’archive ouverte HAL. La collection HAL de l’UBP comprend aujourd’hui 2252 articles en texte intégral, et 8890 notices. Soit une progression des dépôts de 20% depuis le moment où j’écrivais ce billet. Le déséquilibre entre les articles en texte intégral et les notices tend à se résorber. Mais il reste encore du travail à accomplir pour que HAL devienne l’outil incontournable de diffusion de l’Information Scientifique et Technique à l’Université Blaise Pascal. Continuer les formations dans tous les labos, désigner des référents HAL dans les labos qui n’en ont pas encore. Nous avons commencé à participer à l’amélioration de la plate-forme au niveau national, mais il nous faut aussi envisager l’amélioration des outils de gestion des publications en interne. Pour l’instant, c’est la collection que nous avons plébiscitée, plus souple et plus adaptée aux usages des chercheurs. Mais il nous faudra peut-être envisager à plus long terme de recourir au portail, qui permet d’avoir la main sur le référentiel. Et quid de HAL à l’Université d’Auvergne ? Pour l’instant, c’est juste une collection extraite automatiquement parmi tant d’autres. Avant de travailler à la valorisation et au développement de HAL à l’Université d’Auvergne, il faut d’abord qu’un accord soit conclu au sommet. A la BCU, HAL a encore un bel avenir devant lui.

c’est payé Non, je ne regrette rien – Edith Piaf (CC BY-NC-ND 2.0) par Pollobarba sur Flickr

 

S’il nous faut relever ce qui est dommage, ce qui nous laisse un léger sentiment d’insatisfaction, et bien je pense spontanément à la collaboration entre la bibnum et le CTD, le Centre Technique du Document, qui depuis le premier juillet dernier, n’existe plus. Cette collaboration s’articulait autour de la diffusion des thèses antérieures à STAR dans TEL, puisque c’est l’outil que nous avions choisi pour diffuser nos thèses en ligne. Je diffusais les thèses dans Tel et ma collègue du CTD établissait le lien vers la thèse en ligne dans le SUDOC. L’annonce de la disparition du CTD nous a fait avancer très vite. Heureusement, le chantier est presque terminé. Les thèses de 2003, 2004, 2005, 2006, 2007 et 2010 ont été mises en ligne. Ne restent plus que celles de 2008 et 2009 à mettre en ligne. Cela sera fait très vite.

Un projet ? Il est difficile de n’en parler que d’un seul, tant ils foisonnent, les projets intéressants. J’en évoquerai donc plusieurs : D’abord, l’Intranet de la BCU. Après avoir réalisé l’analyse de l’intranet existant, nous avons convenu de mettre en place un nouvel intranet afin de mieux répondre aux besoins des personnels de la BCU. J’ai donc proposé une maquette story-board du nouvel Intranet, avalisée par les représentants de la BCU. Un groupe de travail « Intranet » s’est mis en place, pour recueillir les besoins des personnels. A la maquette initiale, qui proposait une arborescence et une typologie des contenus à mettre en ligne, ont été ajoutées plusieurs fonctionnalités, comme les pages web détaillant les attributions de chacun, reliées à l’annuaire LDAP de l’Université. Le nouvel Intranet demeure une priorité à la BCU. Quatre étudiants de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal vont travailler sur ce projet. Ils vont recueillir au sein des différents services les contenus à mettre en ligne pour les mettre en forme selon une structure définie en amont : une réflexion éditoriale sur l’architecture des contenus préalable à leur mise en ligne.

Les autres projets, je ne vais que les énumérer : un site web sur la poésie contemporaine, la participation au projet LIDO de la MSH, la mise en ligne de la revue Siècles sur la plate-forme Revues.org en collaboration avec le CHEC et les PUBP. De beaux projets en perspective.

Un portail de briques

Le 21 juin dernier, nous avons été invités par l’ADBS Auvergne à une après-midi d’étude sur les portails de bibliothèques à l’Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) d’Aubières, à deux pelouses de nos bureaux.

Marc Maisonneuve, formateur chez Tosca Consultants, était aussi convié pour faire le point sur la notion de portail documentaire et présenter l’offre de logiciel.  Nous sommes ensuite intervenus pour présenter le portail de la BCU. Colette Cadiou, responsable du service IST de l’IRSTEA a pris la parole à son tour pour présenter les portails Cemadoc et ist.irstea.fr, le tout nouveau portail de l’IRSTEA dédié à l’IST qui venait juste d’être mis en ligne, pour l’occasion.

Que retenir de cette après-midi de travail et d’échanges ?
D’abord des éclaircissements, salutaires, sur la notion de portail, qui nous apparaissait, à bien des égards, confuse, ambiguë, et polémique, tant et si bien que dans l’équipe, on rechignait parfois à employer ce mot, lui préférant celui, plus consensuel, de site web.
Marc Maisonneuve se donnait pour tâche de démêler cet embrouillamini. L’expression portail de bibliothèque n’est-elle pas employée à toutes les sauces? Tantôt on parle de portail pour parler de site web, tantôt de catalogue, tantôt d’outil de recherche fédérée, tantôt d’OPAC nouvelle génération… Il faut dire que même le JISC (Joint Information Systems Comittee) entretient cette confusion, en parlant de « service réseau », de point d’accès, où l’information, en ses différentes sources, se présente et se recherche par différents moyens, par l’entremise de technologies variées, pour se retrouver, sous forme de résultat, uniformisée, fusionnée, et affichée dans un format unifié. Si l’idée de portail y est, elle pourrait s’exprimer de façon plus limpide. Marc Maisonneuve la passe au crible et en extrait l’essence : le portail, c’est un « outil permettant de réaliser tout ou partie d’un site web, point d’accès unique à de multiples ressources documentaires, services et contenus. »
On perçoit mieux la différence entre portail et site web. Si le portail peut effectivement être un site web, il peut aussi n’en être qu’une composante, la composante-outil, en l’occurrence, pour rechercher des ressources documentaires, bénéficier des services en ligne de la bibliothèque, et, accessoirement, accéder aux contenus proposés par le bibliothèque. Cela ne veut pas dire que les contenus sont accessoires, bien au contraire, simplement qu’ils peuvent être dissociés du portail comme outil, en demeurant par exemple sur un site à part, comme celui de l’institution à laquelle appartient la bibliothèque.

Le portail peut se résumer à un seul outil, mais il en intègre souvent plusieurs. Marc Maisonneuve le qualifie à juste titre d’« outil composite ». Idéalement, le portail doit répondre à toutes les attentes des usagers. La typologie présentée des logiciels métiers recense tous les logiciels conçus pour répondre à ces attentes.
Le degré zéro du portail de bibliothèque, c’est le catalogue bien sur, avec pour corolaire en terme de logiciels, le SIGB et l’OPAC. Difficile en effet d’imaginer une bibliothèque sans catalogue. Ensuite, bien sur, c’est l’accès aux ressources numériques qui prime, avec pour corolaire les outils de signalement (liste AZ, résolveur, recherche fédérée etc.) On peut envisager, aussi, d’intégrer au portail une bibliothèque numérique, pour accéder aux documents primaires, sans oublier qu’il s’agit là juste d’un autre site que le portail interrogera, et non d’un élément charnière structurant. Le système de gestion de contenu, permettant d’éditer les contenus relatifs à la bibliothèque peut être une autre brique du portail.

Des briques très chics
Les briques très chic (upper level) par fallentoato flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Un portail de bibliothèque, ce sont des briques agrégées. Comment les agréger ? C’est l’architecture du portail qui sera décisive. Marc Maisonneuve présente plusieurs cas de figure. Le must, c’est d’ajouter à ces briques essentielles un opac de nouvelle génération, pour interroger de façon unifiée les métadonnées de toutes les ressources. C’est là un vrai service. Ce que n’est pas la recherche fédérée, qui interrogeant séparément les ressources de la bibliothèque apparaît beaucoup trop complexe et difficile à prendre en main pour les usagers.
L’architecture idéale ? Elle allie SIGB, catalogue, annuaire LDAP, CMS, base de données, et un OPAC de nouvelle génération pour chercher au sein de toutes ces ressources de façon unifiée via des métadonnées rassemblées, unifiées et enrichies.
Une fois définie l’architecture, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie conforme à ses moyens pour réaliser le portail, en commençant par la brique la plus essentielle, le SIGB, puis le CMS, enfin les autres briques complémentaires qui ajoutent de la valeur à l’ensemble. Marc Maisonneuve nous met en garde vis à vis des produits tout en un, conçus pour répondre à toutes les fonctions. Cette ambition les dessert, le risque guettant de faire tout à peu près, comme le défunt jubil, comme notre ancien portail Archimed. Ces solutions tout en un sont envisageables pour les bibliothèques démunies, qui manquent de moyens et de compétences pour réaliser et mettre en oeuvre des outils libres, pouvant s’interfacer les uns les autres.

L’intervention de Marc Maisonneuve éclairait sous un nouveau jour notre propre démarche de construction de portail. Rétro-éclairage, pourrait-on dire, car le même Marc Maisonneuve était déjà intervenu à la BCU, en 2009,  à un moment où la BCU était encore BCIU pour donner une formation sur les portails documentaires, et faire le diagnostic de l’existant Archimed : cet ancien portail ne convenait plus en terme de positionnement, étant destiné à la fois aux usagers des bibliothèques communautaires et universitaires. Il était cher, peu ergonomique, et rigide, puisque la moindre modification supposait une intervention facturée du prestataire. La seule issue possible était de se donner les moyens de créer un nouveau portail. Comment ? En renforçant l’équipe de la bibnum. C’est ainsi que Mathieu et moi-même furent recrutés, que Raphaële et Karine intégrèrent à plein temps l’équipe, qu’Olivier prit les rennes du service. La BCU disposait déjà d’un SIGB et d’un opac absysnet. L’urgence était de concevoir et de construire le site. Nous nous y attelâmes. Les bibliothécaires des sections purent gérer comme ils le souhaitaient leurs contenus en ligne. Après l’évaluation du site, nous sommes à même de proposer bientôt une nouvelle mouture. Un résolveur de lien a été mis en place. Nous avons mis en oeuvre notre première bibliothèque virtuelle avec les carnets géologiques de Philippe Glangeaud. L’OPAC de nouvelle génération sera bientôt en ligne. Les archives ouvertes institutionnelles ont été développées. Demain, un nouveau SIGB s’imbriquera sans doute.

De briques en briques, le portail se façonne, avec des outils libres. Les briques s’interfacent, s’interposent, communiquent entre elles, pour un accès unifié aux résultats des recherches documentaires.

Portails de bibliothèques et centres de documentation : Présentation de l’offre de logiciels par Marc Maisonneuve Tosca Consultant, Aubière 21 Juin 2012 14h à 15h 30

Le portail de la BCU : retour d’expérience, par Olivier Legendre, Camille Meyer, Mathieu Bacault, Aubière 21 Juin 2012, 15h30 à 16h30

Academic librarians and searchers: A new collaboration sets the path towards research project success.

J’ai été invitée au congrès QQML 2012 à Limerick (Irlande) pour exposer oralement ma communication sur la collaboration entre les chercheurs et les bibliothécaires dans la conduite des projets de gestion numérique des sources de la rechercheJ’ai choisi de centrer mon propos sur cette fructueuse collaboration qui a émaillé le projet EVE (Enfance Violence Exil).
Voici le texte que j’ai préparé à cette occasion. Ce texte est désormais publié dans la revue QQML. Voici le lien vers  l’article en ligne.

 

The EVE Project.

From the Brauner’s collection to the EVE’s project.
Françoise and Alfred Brauner as a starting point.

How children feel war time? How they live the events, the conflicts itself, in their everyday lives, but also how they apprehend, understand and represent the war phenomenon, in short, what children have to say about the war ?
These questions were asked by Françoise and Alfred Brauner when they began to commit themselves during the Spanish war at the school of the children’s ward in the International Brigade hospital, in 1937.
It seemed to them that children’s drawings were a true material to access children’s experience in all its complexity.
If aesthetic productions by children have begun to draw attention since the beginning of the 20th century, the Brauners experienced the value of the graphic mode of expression and its reconstructive function.
Françoise Brauner (Vienna 1911 – Paris 2000), a pedopsychiatrist, first came in contact with children in wartime. Alfred Brauner (Saint-Mandé 1910 – Paris 2002) also left for Spain and dedicated himself to the centers for evacuated children.
All through their lives, they collected children’s drawings made in wartime. To the Spanish drawings were added those from concentration camps, from Japan, Vietnam, Algeria, Lebanon, Cambodia, El Salvatore, Afghanistan, Palestine, Chechnya.

However, the drawings and the texts collected by them represent highly important documents for those interested in children in wartime.
In respect of the great diversity of their experience, the Brauner’s collection appears as a starting point to dress a larger investigation about child experience during war time.

At the occasion of the centenary of their birth, it was time to elaborate a larger research on the child’s experience of war, with new scientific perspectives. The EVE project (the acronym for Enfance Violence Exil) (Childhood, Violence and Exile) responds to this aim.

The EVE project : scientific objectives

In the continuity of the Brauner’s initiative, the EVE project (Childhood Violence and Exile) (a program from the Research National Agency Children Childhood 2009) presents collections and studies dealing with children’s experience of the war from the First World War to the dawn of the 21th century.
From academic works conducted by the University Blaise Pascal in Clermont-Ferrand, directed by Catherine Milkovitch-Rioux, in partnership with the University of Amiens and the University of Regensburg, paths are proposed through collections of children’s drawings, journals and albums, writers’s testimonies… These children who have experience war, on all fronts of Europe and world, from world wars to Algeria, in Guatemala or in Ramallah, in Bosnia or in Rwanda, participate in the writing and the reading of the tragical history of 20th and 21st century.
This project consists in the collect, the exploitation in research and the valorization of different funds relating to the experience of war, of subsequent exile to civil violence, of violence experienced by children during or following the conflicts of 20th century, mainly in Europe (from the first World War to the dawn of the 21st century), from the Brauner’s funds (children drawings), reviews, scholar and collectives diaries, and archival deposits.

This project is part of an interdisciplinary field of research that combines literary, civilization study, historical, psycholinguistic (including languages, psychoanalytic, and sociological approaches).
Through different forms of cultural funds, their integration in a research field, an historical period and a defined cultural area, the used documentation reconstitutes through the testimony on childhood in its greatest diversity, a true history of the 20th century, from “ child’s height”, through the lived experiences of victim children, and the representation they’ve given. Children have been also subjects of many representations  through the most varied and diverse medias, whether graphic, text, sound or audiovisual produced at a time of trauma or in a retrospective perception. All of these media may reflect the proper perception of the child, or of the adult he has become, or of the other adults with their perspective on childhood through the youth literature.

Digital humanities: From the corpus to the website.
First mission: collecting testimonies, building the corpus.

The EVE project’s academic staff has constituted its own corpus. Each searcher has      selectioned his own sources according to his own specialty.

I will give few examples of this corpus :

– Drawing of children in war: Françoise and Alfred Brauner’s collection, witnesses of the century.
Guy Baudon, Rose Duroux, Luca Gaboardi

– Scholarly journals of Spanish children evacuated to France and Great-Britain.
Célia Keren

– Autobiography of Spanish children from La Rouvière : experiences of war and exile.
Célia
Keren

– Representation of wars in youth album.
Nelly Chabrol Gagne

– Literature and children reviews during the First World War: Fillette.
Laurence Messonier

– Drawings of children from Montmartre.
Manon Pignot

– Drawings of children from Ramallah.
Manon Pignot

-Oral testimony of children of the First World War. Linguistic study.
Mylène Blasco-Dulbecco

– Drawing of displaced and exiled children (1982-2005) World refugee children fond.
Nicole Dagnino

– Testimonies of writers of the war of Algeria.
Max Vega Ritter, Catherine Milkovitch Rioux

– Drawings of Jewish children in France (1939-1945) Château de la Guette, Izieu
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of Jewish children of Theresienstadt and Auschwitz (1942-1945)
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of children after 2001, September 11th.
Donatella Caprioglio

The librarians of the BCU have played an active part in the corpus constitution.

Indeed, the librarians have digitalized a part of these collections, in order to put them online on the website dedicated to the project, but we will present here the important part played by the librarians in the resource description process.

In that study case, we see that the manner resources are described have a real impact on the research itself.

The description of these resources on childhood during war will be all the more decisive than it helps to understand these testimonies and to dress a parallel between all the studies of the project, in order to understand the reality of childhood in war time.

The main questions regarding the indexation of the resources allow us to propose a data structuration that corresponds to the web site arborescence.
In that perspective, the first task was to find and build a common framework in order to describe all these resources.
The first difficulty came from the heterogeneous corpus.
All these children’s testimonies, or these stories whose object is childhood take many forms: drawings, audiovisual interviews, youth albums, personal diaries.
How to build a common framework calculated to describe such different types of resources?

Yet, it is not the same thing to describe a child’s drawing and audio visual records, or a youth album. Each material has its own specifity.In the case of child drawing description, the interpretation starts with a close attention paid to « manifest » signs. According to the Brauner’s[1],the reading of the drawing may also be helped by the commentaries or the speech inserted within them. Moreover, drawings reflect what children hear or see around them. « All these drawings show violence in action, different forms of war, the rise of fear, » but also plenty of details related to their everyday life. Looking at these drawings, we may ask: « How could children plunged in situations of emergency, of bombings, see so many details? »  To dress a common framework of analysis of these drawings, we have chosen to use the nine main themes that the Brauner have selected in order to classify them.

The search for security
The houses and the ruins
The sight of the enemy
The weapons
The certainties
The wounded, the deads, the death
The child who draws himself.
Drawings from nuclear war
Drawings of peace.

In a second level, the searchers have to use key-words to describe their resources.
These key-words have to reflect the specifities of these drawings, or others materials, and the meaning of what they express, regarding to these childhood testimonies.
The second difficulty came from the different perspectives of these resources. In the case of children’s drawings, the child is subject and expresses his own point of views. But in case of childish literature, the child becomes object under the author’s look. When an adult tells about his own childhood, it is still another point of view on childhood in war. If these different points of view lighten in an original way the history of conflicts, it appears as a necessity to distinguish in the corpus all these different focalizations.
That’s the reason why we have operated a classification between those different looks:
The child relates (transmitter). The adult observes (receiver)
The child relates (transmitter)
The child reads (recipient). Fiction relates the childhood.
The adult relates his childhood. Retrospective testimony.

Chronological access
The corpus covers almost all the conflicts of the 20th century. To delimit the different conflicts, and to propose a correct chronological indexation, it was necessary to establish a normalized list of conflicts.
If the searchers describe the resource they have chosen in order to set their own studies, a particular attention should be added to the standardization of their description.

In order to describe the resources, we have chosen the Dublin Core format as a common description framework. The fifteen fields of the Dublin Core answer the basic requirements of resource description. But the difficulty we first met was to explain to the searchers the exigency of this standardization. It was really important that the searchers describe by themselves the resources of the project. Indeed, this description belongs to the research process itself.

Faced with this dual requirement of exhaustive description and standardization, the BCU has developed a collaborative tool allowing researchers to quickly appropriate Dublin Core Standards, used to describe online resources.

Google docs on line questionnaires have been used at this aim. Easy to use by researchers, they could fulfill the metadata for resource description in Dublin Core format.

The advantage of the form is that it allows librarians to give researchers all the details which allow them to describe the resources uniformly, particularly in terms of format, which is necessary for data interoperability.

Once researchers have completed the forms, the data are automatically imported into a spreadsheet, within fifteen columns corresponding to the fifteen Dublin Core fields. They are ready to be imported via FTP to the project website.

The web site construction

The EVE website has been made by a consultant: Luca Gaboardi Interactive.
But the library team has played an important part in the web site conception.
Indeed, the different studies are accessible by conflict (chronological access), but also according to the looks on children on war : the child look when he draws, the adult’s look on the child who draws, the adult’s look on his own childhood, the look carried by the youth literature, when the child has become a reader.
The keywords used for the thematical indexation constitutes a tags cloud on the home page of the website, that lets the user sees all the e-resources related to a specific theme.
The library staff has also worked with the staff in charge of the multimedia scenarisation, called “Créatice”.The goal was to add a pedagogical dimension in the website, with the purpose of catching in an original way the stories of those children, victims of the war.
It is yet possible to access the corpus by collection but also by scenarios, what we call the scripted resources.
To access the corpus by collection provides an overview of all the pictures or research materials related to a study, whereas the access by scenario provides access to resources by subject, and a pedagogical and historical progression through theses aspects of children’s lives. The scenarisation of these resources has been made in close connection with searchers.

The example of the scenarisation made with the documents related to the Spanish war gives an overview of the exodus of the Spanish children in France.
All the searchers of the EVE project have used these collections as research materials. The EVE website draws perspectives through these collections and the research investigations. It exposes the materials, the primary sources, and the studies, the scientific discourses made from these materials. In that way, this project enters in the frame of digital humanities.

In the EVE project, we are well in the “intersection of technologies and humanity scholarship”, as Oya Rieger[1] says. The EVE website constitutes a research tool for anybody who wants to seize the complexity of childhood in wartime, and gives another representation of the child, not only as a victim, but also, as an actor, who can oppose the hardness of the war, the richness of his imagination, as the famous flower in a vase and the fruit cup drawn by a child in the concentration camp of Theresienstadt shows.

 

Le vase de fleurs avec papillon
Placée seule devant son châlit de la forteresse de Theresienstadt (Terezin), la dessinatrice, Erika, rêve de la belle fleur dans un vase, d’une corbeille remplie de fruits qu’elle a mangés autrefois. Un papillon tourne autour de la fleur.

During the website realization, librarians and searchers haven’t ceased to work together. Numerous seminars between librarians and searchers have enhanced the project. The main librarian’s contribution was to build a framework to describe and classify the resources. In this study case we see that data structuration leads to conceive the structuration of the web site arborescence. With this common framework for resource description and data structuration, all the searchers of the project can explore the corpus with a common referential.

This project has given the librarian’s staff the opportunity to develop new skills in project management, digital curation, understanding of digital issues related to research project.

That’s the reason why we have been led progressively to develop by ourselves digital tools and websites to expose the sources of research. That’s what we did with the project that followed, a very different one, conducted with an other research team: The geological notebooks of Philippe Glangeaud.


[1] J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner coordonné par Rose Duroux et Catherine Milkovitch-Rioux. Préface d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. Postface de Manon Pignot, historienne. ISBN 978-2-84516-527-4, Clermont-Ferrand, PUBP, 2011.
I Have Drawn Pictures of the War. The Eye of Françoise and Alfred Brauner
ISBN 978-2-84516-549-6
Édition anglaise coordonnée par Anne Garrait-Bourrier et Philippe Rapatel.

[2] Rieger O.A. (2010) Framing digital humanities. First Monday, vol. 15, n°10, 4 October 2010

Dix scénarios pour un portail : l’évaluation du site web de la BCU par ses internautes.

C’est mon tour de distiller, et je le passe sans alambiquer aux trois étudiantes de la licence professionnelle « Gestion et mise à disposition de ressources documentaires », Jennifer Barbé, Elisabeth Lang et Chloé Wojtczak, dont j’ai eu le plaisir d’encadrer le projet tutoré sur l’évaluation du portail de la BCU.

Et clap !  (CC BY-NC 2.0)  by Jojo on Flickr

Début septembre 2011, eurêka, nous décrochons le projet de la BCU pour notre licence professionnelle. La bibnum, après sept petits mois d’existence du site, veut déjà savoir si VOUS, les usagers, êtes contents, pas contents, satisfaits, pas satisfaits de son portail tout neuf. Nous allions être les premiers à savoir, grâce à notre mission, si VOUS aimez le portail documentaire qui berce vos études et vos recherches.

Cela s’annonçait bien : un questionnaire, un peu de boulot et nous étions sûrs d’avoir plié notre projet en un tour de main.

Mais qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’expose à des surprises !

Rendez-vous fin octobre à la bibnum et retour à la case départ : nous devions évaluer les usagers dans leur pratique du portail. Nous consultons des professionnels, nous nous plongeons dans des lectures enrichissantes sur les méthodes d’enquête, faisons des recherches tout azimut ; plus de 50 portails consultés. Et après ce petit temps de préparation, nous optons pour le TEST UTILISATEUR, la technique la plus adaptée pour évaluer l’ergonomie d’un site web et pour rendre compte de l’offre multiple des contenus, ressources et services proposés par le portail de la BCU.

Nous innovons en détournant une méthode utilisée pour évaluer les sites commerciaux. Un principe facile à comprendre : mettre des utilisateurs d’un site web en situation réelle dans des scénarios ; réalisation plus complexe. Tout repose sur le savoir faire de l’enquêteur et nous étions des débutants ! Une magnifique expérience, très formatrice : nous avons appris à rédiger des textes qui donnent aux personnes interrogées l’impression d’être dans leur vie puis nous les avons écoutés, observés, relancés tout en restant neutres.

Avec 15 personnes de niveaux d’études différents, nous mettons en scène 10 scénarios sur les caractéristiques du portail. Les personnes interrogées ont confiance en nous ; elles font les recherches que nous leur demandons en s’exprimant à haute voix. Nous notons, retranscrivons toutes leurs remarques réfléchies, spontanées, enthousiastes, critiques… Nous obtenons un réservoir d’informations à exploiter sous forme de tableaux ou de fiches en recoupant, analysant, synthétisant.

Bouquet final ; nous réussissons à dégager des pistes pour savoir si le portail de la BCU est bien utile, utilisable et utilisé. Sur le dernier point un petit bémol : la plupart des personnes interrogées ne pensaient y trouver que des ressources documentaires ! Quid des vidéos, des actualités, des outils proposés… la liste est longue : mieux connue, elle serait plus consultée !

Notre rapport se termine par la proposition de pistes d’amélioration à la BCU. Elles sont suggérées par l’analyse des scénarios. Il y déjà eu quelques modifications sur le portail que notre œil exercé a tout de suite repérées. Cette mission nous a appris plein de choses sur les nouveaux métiers liés à l’évolution des bibliothèques vers le numérique. Nous avons réalisé un travail de consultant pour la BCU. Notre choix de projet, c’était bien le bon plan ! Dans la suite il faudra faire d’autres évaluations. Nous espérons, pour le portail et ses usagers, que c’est le début d’une longue histoire…

Je vous invite donc à lire l’excellent rapport de nos consultantes en herbe, avec spéciale dédicace à de nombreux collègues de l’UBP, de la BCU, de la BPI, d’Ourouk et d’ailleurs.

Jennifer Barbé, Elisabeth Lang, Chloé Wojtczak, Aziz Zeghdoudi
Le site de la BCU : un portail utile, utilisable ?
10 scénarios pour connaître la satisfaction de ses utilisateurs.

Projet professionnel : Septembre 2011 à Mars 2012 soutenu le 23 Mars 2012
Sous la direction d’Isabelle Rouquet (responsable universitaire) et Camille Meyer (tuteur professionnel)

La lecture de ce rapport nous a conduit à envisager une nouvelle mouture de notre site web, mais cela fera l’objet d’un autre billet de blog. À suivre !

HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal