Prêt de tablettes numériques à la BCU : quels enjeux?

1a_10_0844UrukÉcriturePrécunéiforme

Ecriture Précunéiforme, par Claude Valette – source Flickr

Depuis plusieurs mois, quatre bibliothèques (Sciences et Techniques, STAPS, Santé, Droit et Sciences Economiques) du réseau Bibliothèque Clermont Université travaillent sur un projet de prêt sur place de tablettes numériques.
A la BU Sciences et Techniques le prêt a débuté le 7 octobre, en Santé il commencera le 12 novembre et il faudra attendre mi-novembre pour emprunter des tablettes à la bibliothèque de Droit et Sciences Economiques de la Rotonde.

Les tablettes sont des iPads 2 et des Galaxy Tabs 2 10.1, au nombre respectif de 14 et 6.
La question a été posée de savoir si ces tablettes seraient prêtées avec ou sans contenus mais des applications ont effectivement été installées avant le lancement du prêt. Les applications gratuites sont privilégiées mais certaines bibliothèques proposeront aussi des contenus qu’elles auront achetés.

Le but de ce projet est multiple :
– Valoriser les ressources de la BCU (revues électroniques, livres numériques).
– Permettre à tous d’avoir accès aux nouvelles technologies.
Les bibliothèques ont pour mission d’offrir l’accès à la cuture à tous, culture numérique également. Le prêt de tablettes donne ainsi la possibilité au public de se tenir informer, de ne pas se laisser distancer par les technologies (qui évoluent très vite de nos jours).
Des formations à la carte seront proposées dans ce sens au cours de l’année.
– L’appropriation des nouvelles pratiques de lecture et des technologies mobiles par le personnel.
L’évolution des technologies touche aussi les métiers. Les tablettes offrent de nombreuses possibilités pour les bibliothécaires (récolement, accueil mobile…). Ils se doivent donc de maitriser leur utilisation. De plus, il est important de suivre (voire d’anticiper) les pratiques des usagers pour rester visible dans la société.

Le lancement du prêt des tablettes s’est déroulé en plusieurs phases :
Les bibliothécaires ont dans un premier temps testé les tablettes chez eux et bénéficié de formations en interne.
Puis des procédures de prêt on été établies (que demander en retour ? Caution ? Pièce d’identité ? / Quel matériel prêter ? Casques ? Chargeurs ? / Quand recharger les tablettes ?…).

Enfin, la sélection des contenus a été réalisée. Il s’agit des revues en ligne de la BCU qui existent en version mobile et de divers utilitaires (lecteurs de livres numériques, lecteurs vidéos, logiciels de bureautique…).
Une veille des applications propres à chaque domaine est en cours. Ces applications spécialisées font jouer l’expertise documentaire des bibliothécaires en lien avec les commentaires et avis des enseignants chercheurs consultés.

Les étudiants pourront installer d’autres applications gratuites (seulement sur les samsung car l’installation de contenus sur iPad est soumise à identification).

Il est nécessaire que le prêt des tablettes numériques à la BCU soit évalué. Ce type de prêt est encore novateur en France. Chaque structure a ses particularités et ses lecteurs qui lui sont propres. Pour cela, la bibliothèque doit tenter de comprendre les usages qui seront faits de ces technologies mobiles. Des étudiantes, dans le cadre d’un projet tuteuré de licence professionnelle, vont suivre et analyser le projet. Elles vont réaliser un état des lieux et des comparaisons au sein du réseau et dans d’autres villes. Elles doivent enfin proposer un dispositif d’évaluation pour comprendre comment les utilisent le personnel et les étudiants pour ensuite faire des propositions d’amélioration ; (par exemple extension du parc des tablettes, autorisation du prêt à domicile…).

L’observation du prêt des tablettes se déroulera sur plusieurs mois, nous en reparlerons le moment venu.

Création de revues électroniques à la BCU

Porte Habbous par Jeremy Salmon sur Flickr-licence  BY-ND

La Bibliothèque Numérique travaille depuis le début de l’année sur des projets de revues électroniques en libre accès. Durant l’année 2012, plusieurs enseignants chercheurs se sont adressés à la BCU pour obtenir des informations sur la création de revues en ligne. La Bibnum a alors compris qu’il y avait dans ces demandes une opportunité de service à rendre, de quelque chose à créer pour accroître la diffusion de la recherche clermontoise.

Les projets sur lesquels nous accompagnons les chercheurs sont divers en termes de disciplines, d’objectifs, d’état d’avancement… Certaines revues existent depuis longtemps sous forme papier et souhaitent être disponibles en version électronique, d’autres n’ont encore aucun numéro et sont en recherche d’informations, d’autres sont publiées sur des sites locaux mais souhaitent une meilleure visibilité.

 

La bibnum a d’abord cherché à savoir quelle aide elle peut apporter à ces équipes de revues. Plusieurs aides possibles sont apparues :

  • Structure ressource : Un travail de veille et de comparaison sur les outils et les plateformes existantes a été mené. La bibnum est à présent à même de proposer aux chercheurs les outils les plus adaptés à leur projets.

  • Rôle d’accompagnement  dans l’instruction des dossiers de candidature, dans la relation avec les plateformes de diffusion.

  • Aide technique : La Bibnum possède un numériseur, elle peut se charger de la numérisation et de l’océrisation pour les revues qui souhaitent rétroconvertir leurs anciens numéros. Elle peut également aider au stylage (mise en forme des documents aux normes Revues.org), à la mise en ligne des articles et au référencement web.

    A présent, petit tour d’horizon des outils existants et retenus pour les projets actuels :

  • Revues.org http://www.revues.org/: plateforme de revues en SHS en accès libre qui héberge actuellement plus de 300 revues. C’est une plateforme d’OpenEdition http://www.openedition.org/.

    Afin de faire figurer une revue sur ce site, le dossier d’accession est étudié par divers experts.

  • Episciences.org  http://episciences.org/: projet porté par le CCSD. Création de revues thématiques à partir d’articles versés dans HAL validés par un comité éditorial.

  • (OJS) Open Journal Systems http://pkp.sfu.ca/ojs-journals Système de gestion éditorial et de mise en ligne initié par le Public Knowledge Project. Cet outil permet une totale autonomie aux équipes de revues sans validation de la plateforme. Il prend en charge le processus de relectures, de validation par les pairs jusqu’à l’édition en ligne et permet la création d’une maquette personnalisée.

Après le travail de veille et de présentation des outils aux chercheurs, certaines candidatures sont en cours auprès de Revues.org, des sites de revues ont été créés à l’aide du logiciel OJS (installé sur le serveur de la BCU)…

La création de revues électroniques demande du temps mais elles verront le jour dans les mois à venir pour certaines, en 2014 pour d’autres. Et vous en entendrez parler ici…