Collections et innovation : à la croisée des charnières

Invité début juin à contribuer dans une table ronde au congrès de l’association des bibliothécaires de France, qui portait sur le thème de l’innovation, je poste ici le texte de mon intervention, juste assez retouché pour permettre le passage à l’écrit, ce qui me permettra d’archiver le texte1.

Voici le lien vers la prézentation dont je me suis servi. La séance ayant fait l’objet d’une captation vidéo, j’indiquerai aussi le lien dès qu’il sera disponible.

[mise à jour, 18 juillet 2016 : lien vers la vidéo]

Introduction

Petit préambule, je m’engage solennellement à bannir de mon propos, à tout jamais, les propositions suivantes :

Nous vivons une époque charnière. Nous sommes à la croisée des chemins. Les bibliothèques sont à un tournant. Il faut changer les mentalités.

Pourquoi tant de vindicte contre ces formules qui n’ont d’autre vice qu’une impérissable platitude ? Parce qu’à mon avis elles procèdent d’une perception faussée de la réalité : englués dans notre époque, nous ne voyons pas que l’histoire est une succession ininterrompue de charnières, de carrefours, de tournants et de transitions qui font changer les mentalités. Je propose donc de poser la question dans l’autre sens :

Quelles sont les transitions que nous vivons aujourd’hui ?

J’en vois trois, dont une en particulier qui nous invite à innover. À innover UN PEU, j’y reviendrai en conclusion. Trois faits importants qui nous ont poussés, en BU, à innover du côté des collections. Trois transitions concomitantes, que l’on peut décider de combattre ou d’aider. Trois changements dont un, en particulier, nous pousse à des activités nouvelles.

Mais commençons par notre situation de départ. En l’an 2000, dans mon carton, sur son rayon, qu’y met-on ? En simplifié : des collections imprimées, achetées, signalées, exposées. Mais ça, c’était au siècle dernier. Depuis…

De l’imprimé à l’électronique

Depuis, la première transition qui est survenue, c’est la transition entre l’imprimé et l’électronique. Celle-ci est presque derrière nous, maintenant : en 10 ans, nos dépenses électroniques sont devenues écrasantes, nos dépenses imprimées résiduelles. Aujourd’hui, nous achetons presque exclusivement de l’électronique.

Répartition des dépenses documentaires de la BCU entre imprimé et électronique.
Répartition des dépenses documentaires de la Bibliothèque Clermont Université entre imprimé et électronique. « Écrasantes », est le mot…

 

 

 

 

 

 

 

Presque. Il faut pondérer de trois nuances :

1°) C’est plus vrai pour les sciences exactes que pour les sciences humaines (et les maths).

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaires par disciplines
Répartition des dépenses documentaires 2015 de Clermont par discipline

2°) C’est plus vrai pour les revues que pour les livres.

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaire par type de ressources
Répartition des dépenses documentaire 2015 de Clermont par type de ressources

3°) On n’aboutit pas à un paysage « zéro papier ». Cependant, il est vrai que ce qui entre dans nos collections est, chaque année, de plus en plus électronique et de moins en moins imprimé, et que nous n’avons pas atteint le plancher. Je pense qu’il y en a un, mais nous n’avons pas encore les pieds dessus.

Avons-nous innové ? Oui. L’avons-nous décidé ? Pas vraiment : ce sont nos utilisateurs qui ont innové les premiers : les chercheurs se sont littéralement rués sur la documentation électronique. Il n’était pas concevable de ne pas les suivre. Les BU ont suivi, avec deux conséquences :

    1. Du côté de la technique : nous avons appris à maîtriser les outils numériques, du proxy à l’outil de découverte, en passant par les statistiques.
    2. Du côté de la pratique professionnelle : la négociation, les enjeux économiques de l’édition scientifique, n’ont plus de secret pour nous (cela ne nous rend pas capable de peser dessus, mais c’est une autre histoire !). C’est toute l’histoire du consortium Couperin, avec son engagement de plus en plus professionnel et de plus en plus visible dans les négociations et dans le paysage de l’IST2.

Je ne m’étends pas : chacun a entendu parler, jusqu’à l’épuisement (budgétaire et nerveux), du passage de l’imprimé à l’électronique. Inutile de développer. Transitons donc sans transition de la transition 1 à la transition 2.

Du payant au gratuit

La seconde transition, c’est l’avènement du libre accès (open access). Nos collections sont de plus en plus en libre accès. Ce qui veut dire, soit dit en passant, que ce ne sont plus nos collections…

Pourtant cette transition est d’abord une transition voulue.

  • Par les chercheurs, qui ont vu dans le web un outil de choix pour la grande conversation scientifique, et qui l’ont solennellement proclamé par la déclaration de Berlin.
  • Par les bibliothécaires, plus prosaïquement, parce que les revues en ligne sont hors de prix. Le libre accès, c’était l’espoir : demain, on s’abonne gratis !

    Las… C’est aussi une transition subie, parce que le modèle économique « auteur-payeur », qui prédomine, consolide le pouvoir économique des éditeurs, au moins en science, technologie, médecine. Aucun espoir pour les chercheurs d’assainir le circuit : tant que leur carrière dépend de leur score de publication, ils publieront à n’importe quel prix (pour vous donner une idée : un auteur peut débourser 5000 $ aujourd’hui pour publier un article en OA ; et ce n’est pas le prix maximal). Aucun espoir pour les bibliothécaires de diminuer la facture. Pour l’instant, elle augmente même parce que les auteurs payent pour mettre en libre accès des articles dans des revues dont nous payons les abonnements ! C’est la nasse dorée dont j’ai déjà parlé.

    Quelques modèles intéressants ont quand même vu le jour, où les bibliothèques ont leur rôle à jouer. Par exemple le modèle freemium : les BU s’abonnent à des revues en libre accès, et payent pour des services supplémentaires (téléchargement des PDF, statistiques d’usage). Elles financent ainsi, pour un tarif modique (4000 €/an à Clermont pour revues.org), la publication en libre accès. Le modèle « Knowledge Unlatched », qui propose la libération des contenus par souscription3, fonctionne bien, lui aussi.

Cette seconde transition est en cours, elle vise « l’horizon 2020 ». En 2020 ou un peu plus tard, elle sera achevée. Mais elle ne nous laisse finalement pas beaucoup de marge de manœuvre et d’innovation.

En fait, le véritable enjeu, c’est de comprendre et d’assimiler les deux premières transitions pour se lancer dans la troisième…

De l’acquis au produit

Cette fois il s’agit bien d’innover. La production, c’est une nouvelle branche qui s’élance du tronc des bibliothèques. C’est aussi le défi de la décennie à venir pour les BU, je pense : cette branche, à quoi va-t-elle ressembler, et quelle sera sa vigueur ?

Nous aurons de moins en moins de documentation acquise, d’abord parce qu’elle est de plus en plus chère et que nos moyens s’épuisent, ensuite parce que dans le monde du libre accès, ce sont les auteurs qui vont payer pour publier, et non les lecteurs pour lire. À quoi servirons-nous dans ce paysage recomposé ? À tenir la comptabilité des frais de publications ? Je ne suis pas sûr que nous soyons indispensables, ni très motivés, pour cela. Et même si cette activité entre dans nos fonctions (car on y travaille, tout de même, en essayant de repérer les dépenses auteurs payeurs dans nos universités !), elle n’emploiera guère plus d’un bibliothécaire par établissement…

Alors, à quoi allons-nous bien pouvoir servir ? Eh bien de plus en plus, je crois, aux côtés des chercheurs et des étudiants, à produire de la documentation (pardon) de l’IST. C’est-à-dire à mettre en ligne les documents produits par nos chercheurs, ou même à les aider directement dans le processus de publication.

Cette nouvelle branche d’activités se scinde en trois rameaux4.

  1. Le premier rameau est une vieille branche, si j’ose dire, celle de la bibliothèque numérisée : contribuer à faire naître LA bibliothèque virtuelle universelle, en numérisant et en mettant en ligne nos fonds anciens, nos unica, nos livres rares ; nos fonds locaux à valeur scientifique reconnue ; celles de nos collections qui présentent un intérêt intellectuel particulier. Google peut le faire, nous aussi ! On numérise et on veille au référencement des fonds numérisés dans Gallica, Europeana, etc.

  2. Le second rameau est celui des travaux universitaires : il a commencé avec le signalement et la mise en ligne des thèses, autour de 2010. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de thèses soutenues sont en ligne, et ce sont les bibliothécaires qui s’en occupent. les mémoires, les thèses d’exercices sont en train de suivre, cela représentera bientôt, aussi, des centaines de milliers de documents disponibles sur le web. Et l’on peut en faire autant pour les articles : dans les archives ouvertes (HAL et autres) les chercheurs peuvent mettre en ligne des copies en libre accès des articles publiés par les éditeurs. Il s’agit d’archivage et non de publication, mais pour le lecteur, quelle différence ? Il a son article, gratis, sans barrière ! Un peu partout, ce sont les bibliothécaires qui portent les projets d’archives ouvertes.

  3. Le troisième rameau, c’est celui du soutien direct à l’édition. Les bibliothèques peuvent entrer en discussion avec leurs universités pour soutenir la marche vers le libre accès. C’est ce que matérialise à Clermont le pôle d’édition numérique, qui fédère les presses universitaires, la MSH et la BU, pour encourager les projets de revues. Cela nous permet de pousser ensemble des revues vers revues.org, la principale plate-forme de revues en libre accès en sciences humaines (deux revues clermontoises ont migré vers revues.org par le travail commun de la bibliothèque, des presses et de la MSH). Cela nous permet de suivre et d’encourager la naissance de nouveaux modèles d’édition électronique, comme le modèle « Episciences », où l’article est en libre accès de sa soumission à sa publication, puisque la revue est assise sur une archive ouverte, en espérant qu’un jour des revues clermontoises pourront rejoindre ce projet. Cela nous permet de tester des outils, comme le logiciel Open Journals System, qui soutient aujourd’hui, à Clermont, une revue récemment lancée.

Là, c’est de la véritable innovation, avec son côté tâtonnant. Mais il faut le tenter, même à tâtons, parce que l’aide directe à la publication de revues, c’est la possibilité de de contrebalancer la montée du modèle auteur-payeur qui laisse l’édition scientifique prisonnière d’une machine folle.

Je pense que cette troisième transition, de l’acquis au produit, est le domaine par excellence de l’innovation. Et pourtant…

Dans le scriptorium

Deux remarques pour conclure.

1. ma lecture du moment, c’est la théorie de l’évolution relue par Teilhard de Chardin5. Essayons de l’appliquer aux bibliothèques : des mutations sont en train de se produire, des rameaux poussent, mais nous ne savons pas encore lesquelles vont croître, et lesquels dépérir  Pour l’instant, il faut tout essayer, faire pousser tous les rameaux. Le temps se chargera bien d’élaguer (nous vivons une époque charnier).

2. toujours pour rester fidèle au teilhardisme bibliothéconomique  : les branches qui s’élanceront et deviendront prospères, on pourra toujours en retracer et retrouver l’origine, a posteriori, en puissance, dans la bibliothèque de toujours, LA bibliothèque scriptorium : lieu d’édition, de conservation, de circulation et de consultation.

Copiste au travail dans un scriptorium (image tirée d'un manuscrit du 15e siècle)
Copiste au travail. Bibl. nat. de France, manuscrit français n°9198, f. 19.

 

Vulgairement parlant, on fait du neuf avec du vieux : pour ce qui est des publications scientifiques, le scientifique Martin-Paul Eve, appelait déjà en 2012 à refonder le modèle des imprimeries universitaires6 ; et sérieusement, quand on numérise un livre pour le mettre en ligne, que fait-on, à part du travail de copiste ?

C’est bien plus qu’une boutade. Je crois beaucoup à l’innovation, au sens où elle représente une démarche expérimentale, risquée, donc courageuse. Mais je suis sûr que quand une innovation réussit, c’est qu’elle nous fait devenir ce que nous sommes.

  1. …et de caser quelques jeux de mots potaches que j’ai sauté en séance pour ne pas dépasser le temps imparti. []
  2. Information scientifique et technique : c’est le petit nom de la documentation dans le monde de la recherche, sans doute parce que documentation sonne un peu trop scolaire. []
  3. Quand un nombre donné de bibliothèques a acheté un livre, il est « libéré ». []
  4. Comment résister à cette métaphore bibliothécologique qui nous tend les bras ? []
  5. P. Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955. À noter, sa notice dans Wikipedia est gravement incomplète : Teilhard était jésuite, paléontologue ET auvergnat. Si l’une des épithètes vous gêne, dites-vous que nul n’est parfait. Étant personnellement très ouvert, je n’ai rien contre les paléontologues. []
  6. Martin-Paul Eve, Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-aspublisher : « The solution that I propose to this growing crisis for all three stakeholders in the world of scholarly publishing lies in the concept of the Research Output Team (ROT), a fusion of the library and the publisher. In many ways this is a return to the idea of the university press; an in-house facility for publishing work. » []

L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []

Episciences et Mathdoc : l’Open Access sans payer

La voie dorée, ce n’est pas l’auteur-payeur.

Pont de bois se divisant en deux.
Choices LOGOCCby-nc-sa.eu(publié sous le pseudo « Shadowfax the Second »)

 

L’avisé lecteur l’aura compris : le sous-titre ci-dessus signifie que la voie dorée ce n’est pas forcément et pas seulement le modèle de l’auteur-payeur. Il me fallait une formulation un peu simpliste pour accrocher le lecteur poser clairement l’idée principale de ce billet ; surtout après ma  récente traduction du livre blanc de l’Institut Max Planck, dont le propos pourrait en simplifiant être ainsi résumé : « le modèle auteur-payeur permet de sortir de l’abonnement et d’aller vers le libre accès, il faut maintenant négocier la transition avec les éditeurs. » Une autre fois, je parlerai de la discussion suscitée par cette proposition. Aujourd’hui je voudrais montrer une approche très différente.

Les nouveautés qui m’ont frappé cet automne, lors des diverses journées consacrées à l’Open Access1 concernent cette voie dorée gratuite ; et la floraison de nouveaux outils de publication en libre accès est vraiment réjouissante. Plusieurs plates-formes en plein développement sont en train de refonder l’édition scientifique (excusez du peu) et démontrent que la voie dorée, ce n’est pas seulement, ni même d’abord, l’auteur-payeur2.

Voici donc deux outils disponibles qui joignent l’exigence scientifique au bon sens économique, en contournant le problème que pose le modèle auteur-payeur.

Épisciences

J’ai longtemps guetté la naissance des premières revues hébergées par Épisciences, pour essayer de comprendre comment le modèle fonctionnerait. Désormais, la plate-forme héberge quatre revues actives, dont au moins deux ont plusieurs années (et une plusieurs décennies !) d’existence. Elle se prépare à en accueillir d’autres, en cours de lancement.
La force du système est sa simplicité : il concilie l’économie de moyens et la rigueur du processus de validation scientifique, en s’appuyant sur une infrastructure existante, HAL. De ce fait, il a en plus l’avantage unique de concilier voie verte et voie dorée : au moment de la publication, le dépôt de l’article est déjà fait ! La publication consiste dans la labellisation, par la revue, d’un contenu préalablement déposé sur HAL. En cela, elle distille l’activité d’édition scientifique pour en extraire son essence la plus pure : la validation par les pairs. C’est une sorte de décalque, adapté au monde académique, du « circuit court » qui est si à la mode en économie sociale et solidaire.

Le processus de traitement d’Épisciences, résumé dans le schéma ci-dessous, (disponible sur le site) a été présenté de façon détaillée et passionnante par Claude Kirchner (INRIA) lors des JOA Couperin (sur la vidéo, la présentation du modèle Épisciences commence à la 9e minute).

Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)
Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)

Ce processus est le suivant :

  • L’auteur dépose dans HAL l’article à soumettre.
  • Il procède à la soumission auprès du comité éditorial de la revue (par exemple Discrete Mathematics & Theoretical Computer Science). Cette soumission se fait via un lien vers le fichier déposé dans HAL.
  • Le processus de relecture suit alors son cours par les échanges usuels entre relecteurs et auteurs.
  • Une fois la relecture achevée, l’article, s’il est jugé valable, est labellisé comme accepté par la revue et vient s’intégrer à l’une de ses livraisons. La version publiée, c’est la version ultime résultant du processus de relecture, qui est également disponible dans HAL3.

Sur le plan technique, c’est le Centre pour la communication scientifique directe4 (CCSD) qui administre Épisciences. Sur le plan scientifique, les acteurs essentiels du système sont les épicomités, que la page de présentation définit comme des « comités scientifiques composés d’experts reconnus dans leur discipline, dont le rôle est de stimuler la création de comités de rédaction susceptibles d’organiser de nouvelles épi-revues, et de veiller à leurs contenus et leur qualité. » L’épicomité accueille également les candidatures des revues qui souhaiteraient migrer vers Épisciences. On leur souhaite qu’elles soient très, très nombreuses.

Mathdoc

Mon second exemple, Mathdoc5, a été présenté par Christophe Sorger6, lors des journées Open Access de Couperin. Ce service a regroupé sur le portail CEDRAM  des revues de mathématiques qui sont encouragées à adopter le libre accès. Plusieurs des titres ont pris ce parti, par exemple les Annales de l’Institut Fourier, le Journal de l’École polytechnique qui vient de renaître après un demi-siècle d’interruption, ou encore les Annales mathématiques Blaise Pascalque je mentionne avec joie car elles sont issues de l’université clermontoise du même nom.

Plusieurs points me paraissent frappants et intéressants dans ce projet.

  • Son positionnement disciplinaire est très attrayant : il s’agit, d’un côté, d’offrir un outil à la communauté des mathématiciens, qui répond particulièrement à leur besoin ; et d’un autre côté, de s’appuyer justement sur l’engagement de cette communauté pour développer une plate-forme de revues en libre accès.
  • Point souligné par Christoph Sorger, et connu de tous ceux qui fréquentent les mathématiciens : les revues de mathématiques portent une minutieuse attention à la qualité typographique et éditoriale. Le premier coup d’œil jeté à un article au hasard le confirme : le logiciel en usage chez les mathématiciens, LaTeX, est réputé pour sa qualité de rendu typographique. Ce point vient désarmer une critique parfois adressée aux systèmes académiques par les grands éditeurs : non, ces revues ne sont pas condamnées à l’amateurisme ni à la médiocrité.
  • Mathdoc propose aux revues qui le souhaitent le logiciel OJS (Open Journals System), qui permet une gestion rigoureuse du processus de relecture, de validation et de publication. Une des revues en libre accès actuellement publiée à Clermont repose également sur cet outil. Un de ses atouts est que le suivi et la mise à jour du logiciel sont centralisés, quel que soit le nombre de journaux hébergés. OJS a ses défauts, notamment une prise en main un peu ardue, mais il apporte une garantie — encore une ! — de professionnalisme éditorial.
  • Depuis 2015, Mathdoc prend en charge la mise aux normes des articles. Ainsi le travail nécessaire (il l’est et le sera toujours) pour amener les articles à la qualité rédactionnelle exigée est pris en charge par le circuit académique.
  • Sur le plan économique, à l’heure actuelle, un seul équivalent temps plein, recruté par Mathdoc, suffit à gérer l’ensemble de la mise aux normes des revues diffusées ; par ailleurs, en sortant du modèle de l’abonnement, les revues concernées ont chacune économisé l’équivalent d’un mi-temps consacré à la gestion des abonnements. De ce fait, le passage au libre accès est à peu près neutre financièrement pour une revue donnée, malgré la perte des ressources financières liées aux abonnements eux-mêmes7.

Des expériences universitaires suivant les mêmes modèles existent. On connaît déjà, depuis longtemps, le projet niçois REVEL, la plate-forme POPUPS de Liège, et Clermont, j’espère, aura très bientôt sa plate-forme, lancée par le pôle éditorial numérique, lequel a aussi fait l’objet d’une présentation cet automne au cours de l’Open Access Week : la présentation commence à 1h32).

Un enjeu de souveraineté scientifique

Partout, le principe est le même : économie de moyens, rigueur scientifique, professionnalisme éditorial. Partout, le résultat est le même : ça fonctionne !

Le grand intérêt de Mathdoc, Épicsciences et de leurs semblables est qu’ils supposent et encouragent un engagement commun des scientifiques et des institutions pour remettre à l’endroit les circuits de publication scientifique. Sur ce point, la conclusion de Claude Kirchner dans son intervention est on ne peut plus claire :

Les entités académiques doivent devenir plus responsables de leur stratégie et de leur politique en matière de maîtrise de la production numérique… Il s’agit d’un enjeu de souveraineté scientifique.

  1. Journées Open Access de Couperin du 12 au 14 octobre, journée d’étude clermontoise le 20, etc. []
  2. Petit rappel pour ceux qui, fraîchement arrivés d’une exoplanète, découvriraient la question: la voie dorée vers le libre accès (gold road to open access), signifie simplement que l’article est publié dans une revue en libre accès. Cela ne dit rien sur le modèle économique, ni sur le coût. Cela s’oppose simplement à la voie verte (green road to open access), par laquelle l’article, quel que soit son mode de publication, est archivé ensuite dans un dépôt électronique en libre accès. []
  3. HAL, en tant que dépôt d’archives, accueille déjà, habituellement, les versions successives d’un même article. []
  4. Le CCSD est une unité mixte de services dont les tutelles sont le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. []
  5. Mathdoc, comme le CCSD, est une unité mixte de services, dont les tutelles sont le CNRS et l’Université Joseph Fourier de Grenoble ; comme son nom l’indique, Mathdoc dessert en particulier la communauté des mathématiciens. []
  6. C. Sorger est directeur de l’INSMI, l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions, un des grands instituts qui composent le CNRS. []
  7. Ce point est développé par C. Sorger à la 13e minute de la vidéo. []

Démanteler le modèle économique de l’abonnement, pour opérer à grande échelle la nécessaire transition vers le Libre accès

Livre blanc de la Bibliothèque numérique Max Planck pour une politique du Libre accès

Boussole
Boussole, par Ann Schiebert  (Publié sous licence Creative Commons, Attribution, Partage dans les mêmes condition)

Note : ce billet est la traduction de http://pubman.mpdl.mpg.de/pubman/item/escidoc:2148961:7/component/escidoc:2149096/MPDL_OA-Transition_White_Paper.pdf (Max Planck Digital Library, München, Allemagne): « Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access: A Max Planck Digital Library Open Access Policy White Paper ».

Cet article a été publié sous licence Creative Commons, attribution1. La traduction en est publiée sous la même licence.

Résumé : cet article défend l’idée, étayée par des faits, d’une transition générale du modèle courant de revues sous abonnement vers un modèle économique du Libre accès. Les journaux existants, dont le fonctionnement a fait ses preuves, devraient être préservés et remodelés pour répondre aux besoins de la recherche du 21e siècle, tandis que le flux financier qui les soutient devrait subir une restructuration majeure. La pression est suffisante pour permettre un effort décisif vers l’édition en libre accès. Les diverses initiatives existantes doivent être coordonnées pour converger vers cet objectif clair. Le caractère international de la recherche implique que cette transformation ne sera accomplie à un niveau vraiment mondial que grâce au consensus des principaux organismes de recherche. Tout indique que l’argent déjà investi dans la publication de la recherche est suffisant pour rendre possible une transformation viable pour l’avenir. Il faut donc faire largement comprendre que l’argent actuellement bloqué dans le modèle de l’abonnement doit être retiré et redirigé vers des services d’édition en libre accès. Les budgets actuels d’acquisition des bibliothèques sont la dernière réserve possible pour permettre la transformation sans risque financier ou autre. L’objectif est de préserver le niveau de service des éditeurs, toujours demandé par les chercheurs, tout en redéfinissant et en réorganisant les circuits financiers nécessaires. Par le démantèlement du modèle économique sous-jacent de l’abonnement, la publication des revues peut conserver sa vitalité et poser les fondations solides pour les progrès scientifiques futurs.

1. Introduction

La progression du Libre accès ces dernières années a été remarquable. Les articles en libre accès ont connu l’augmentation la plus dynamique du secteur des publications scientifiques, et ont atteint une part de marché de 13 % (même sans compter la partie hybride, qui a également crû de façon rapide, encouragée par la politique britannique dans la foulée du rapport Finch). En quelques courtes années, PLOS One est devenue la plus grande revue du monde, autant en termes d’articles publiés que de citations.

C’est un truisme parmi les éditeurs de dire que désormais une nouvelle revue ne peut être lancée sur le marché qu’en libre accès ; une nouvelle revue n’a pas d’avenir si elle emprunte la voie de l’abonnement. Cependant, bien que le libre accès prélève sa part des publications en les arrachant au système de l’abonnement, cette tendance ne se traduit pas par un déplacement des coûts d’abonnements vers des frais de libre accès. Actuellement, les coûts de la publication en libre accès viennent s’ajouter à un système d’abonnement qui perdure et qui continue d’imposer des augmentations annuelles de prix supérieures à l’inflation aux bibliothèques du monde entier. Il est facile de prévoir que le développement du libre accès ne sera viable que si les budgets d’abonnements sont utilisés aussi pour financer les services d’édition. Bien plus, la percée finale vers un système global de libre accès ne sera réalisable que si les budgets d’acquisition des bibliothèques sont redirigés pour faire converger les deux circuits actuels, au service d’un seul but : fournir le meilleur service éditorial possible aux chercheurs qui en sont les clients. Cela implique de lever la rareté et les restrictions qui ont été artificiellement crées par le système d’accès payant. En conséquence, le prochain et peut-être le dernier stade de l’évolution vers un système éditorial du 21e siècle doit être la transition des actuelles revues sous abonnement vers un modèle de pur libre accès. Cela pourra se réaliser par la conversion des budgets d’acquisition des bibliothèques en budgets de services d’édition, et l’on peut s’attendre à ce que ces budgets soient, en fin de compte, plus échelonnés que ne le sont aujourd’hui les APC2.

Le but de cet article est de défendre la nécessité d’une transformation à grande échelle des revues sous abonnement vers un modèle économique de libre accès, et de démontrer que cette transformation ne sera réalisable que par une transformation à tout aussi grande échelle — ou une libération — des budgets d’acquisition des bibliothèques. Nous montrons que l’argent dépensé annuellement dans le système de l’abonnement est déjà suffisant pour cela. Les nouveaux principes de fonctionnement permettraient au système éditorial de parvenir à l’âge numérique, et permettraient à la fois aux éditeurs et aux bibliothécaires de redéfinir leurs rôles et d’agrandir leur champ professionnel. Après des années d’anxiété et de tension généralisées, le cadre d’un système moderne, réaliste et durable pourrait enfin être posé grâce à une transition globale vers un modèle économique adéquat.

2. Des initiatives importantes mais limitées

Depuis le début du débat sur le libre accès, diverses initiatives ont apporté du changement dans la publication académique, mais elles ont toutes été limitées dans leur périmètre et dans leurs effets. Le libre accès progresse, ainsi qu’on le voit au décollage du modèle « Gold » et dans l’émergence de SCOAP3 comme modèle et source d’inspiration. On note aussi un intérêt croissant dans le monde politique, qui relaie la pression pour améliorer l’accès aux recherches financées sur fonds publics ; les acteurs de l’édition ont aussi travaillé à concevoir de nouvelles approches en direction du libre accès. Néanmoins, le système actuel de l’abonnement prévaut toujours et se porte très bien, ce qui situe le défi : il faut  surmonter l’inertie d’un système établi.

La montée du Libre accès

Dans la dernière décennie, le libre accès « voie dorée » a connue une expansion significative ; par ce système, les chercheurs (ou leur institution, ou financeur) paient d’avance les APC pour publier des articles qui, ensuite, sont librement accessibles dans les revues scientifiques en ligne. Cette expansion se reflète dans la production des revues en pur libre accès, qui a progressé de 1% par an, régulièrement, dans le total des publications. Leur niveau actuel est de 13 % du total des articles de recherche, une poussée qui, il est intéressant de le noter, se poursuit qu’il y a ait ou non une politique et une organisation favorable dans une institution donnée.
Le Sponsoring Consortium of libre accès Publishing in Particle Physics (SCOAP3), hébergé et coordonné par le CERN, a ouvert la voie du libre accès en convertissant quelques-unes des plus prestigieuses revues dans son champ (physique des hautes énergies) au libre accès. En modélisant une bascule des services et des circuits financiers vers le libre accès, SCOAP3 a proposé un exemple propre à inspirer d’autres champs de recherche, pour le développement de plans d’action en faveur du libre accès appliqués à leur propre discipline.

La pression politique s’accroît

Le mouvement du Libre accès gagne de plus en plus en visibilité politique. Divers gouvernements et centres nationaux de recherche, en particulier en Europe, ont récemment défini des objectifs très ambitieux : publier entre 50 et 80 % (voire la totalité) de leur recherche nationale en libre accès dans un délai de 5 à 10 ans. Les politiques, les prévisions budgétaires et les structures administratives se développent en fonction de ces objectifs. Au niveau supranational, des institutions comme le Global Research Council ou Science Europe poussent aussi à plus de Libre accès.

L’approche « hybride » est transitoire

Certaines revues sous abonnement ont fait un pas dans la transition vers le libre accès, en offrant certains de leurs article en libre accès. Cette approche est rassurante pour les éditeurs, car ils continuent de percevoir le revenu de l’abonnement, mais les frais de traitement des articles sont généralement élevés3. De plus, une crainte se fait jour autour de l’idée de « double paiement », au sens où un article est effectivement payé deux fois, à la fois par l’abonnement et par les APC, dans un contexte où les éditeurs peuvent n’être pas toujours transparents quant aux réductions proposées sur le prix d’abonnement4. De nombreux commentateurs ont remarqué qu’une institution soutenant le modèle hybride – même en tenant compte des réductions des éditeurs – ne tirerait qu’un bénéfice financier très marginal de son investissement.

Les « modèles de compensation » : l’hybride dans une direction prometteuse

S’ajoutant aux progrès du modèle « hybride », qui a mis une quantité substantielle d’articles en libre accès dans des revues en accès payant, nous voyons émerger un modèle « hybride 2.0 », appelé « modèle de compensation », qui redéfinit et étend l’approche hybride. Peut-être en conséquence d’une pression croissante d’acteurs européens, plusieurs éditeurs ont mis en place (ou sont en négociation pour les élaborer) des moyens de restructurer les services de la communication savante d’aujourd’hui, tout en réorganisant les flux de trésorerie qui en découlent.

Le principe des modèles de compensation est que les services de libre accès définis, et leurs coûts, sont (quelque peu) déduits des dépenses d’abonnement. Puisque cette approche exige également la mise en place d’une gestion des APC, les modèles de compensation pourraient ouvrir la voie, en termes structurels, financiers et organisationnels, à d’autres transitions. Ce modèle pourrait ainsi devenir un catalyseur important pour mettre en valeur les services numériques modernes conçus pour la communication savante d’aujourd’hui, tout en fournissant un moyen de réorganiser les flux de trésorerie.

L’approche par compensation a été inaugurée par le programme « Gold for Gold » de la Royal Society of Chemistry, et dans un accord entre l’Autriche et IOP Publishing, début 2014. Depuis lors, il y a eu un flux réguliers de communiqués similaires, le plus grand effort venant actuellement du Royaume-Uni et des Pays-Bas.

Bien sûr, le modèle en tant que tel est au tout début de son évolution, et il doit encore être appliqué au-delà du niveau local ou institutionnel, à une échelle réellement mondiale. Néanmoins, la compensation est une version améliorée du modèle hybride, et promet, pour la première fois, un véritable modèle de transition5. Elle produit donc une certaine inquiétude sur la ligne de front entre les bibliothèques de recherche les plus avancés et les éditeurs les plus classiques, car elle offre la possibilité d’une plate-forme pour refonder entièrement le financement de la publication académique.

Aller au-delà du modèle de compensation

Si importants que soient chacun de ces projets, leur impact cumulé a été insuffisant. La compensation ne peut avoir qu’un effet limité, et les audacieuses initiatives nationales comme celles du Royaume-Uni sont insuffisantes pour modifier en profondeur les structures légales et financières des revues. Si nous voulons accélérer le déploiement du libre accès, nous avons besoin d’un plan de transition ambitieux, en même temps que d’un pilotage et d’une action concertée, qui implique une coopération supplémentaire entre des acteurs traditionnellement non alliés.
Lors du 10e anniversaire de la Déclaration de Berlin, Peter Gruss, alors président de la Société Max Planck, a ainsi résumé l’enjeu :

Au lieu d’une boîte noire pour calculer des prix d’abonnement, il nous faut des modèles fondés sur les coût réels de publication et caractérisés par la transparence et la soutenabilité. L’argent des budgets d’abonnement existants doit être transféré vers les budgets de publication, à partir desquels les publications des auteurs pourraient être financés via le Libre accès6

L’innovation que constitue le paiement de frais de publication ne peut être étendue que si les coûts des abonnements sont, dans le même temps, éliminés ou systématiquement convertis. Les budgets d’acquisition des bibliothèques doivent donc constituer la réserve de trésorerie cruciale pour cette transformation. Il ne reste plus, pour mettre en pratique cette philosophie, que d’être assuré qu’il y a assez d’argent dans le système pour rendre la bascule envisageable.

3. Ré-orienter l’argent actuellement investi

Les discussions sur la transition entre le modèle actuel d’abonnement et le modèle de Libre accès par APC, dit « voie dorée », a souvent suscité des inquiétudes sur l’accroissement présumés des coûts. Les bibliothèques, en particulier, craignent très souvent d’avoir, en fin de compte, à payer davantage.
Dans la plupart des cas, ces perspectives naissent d’une information et d’une analyse insuffisante de la structure et de la distribution des publications scientifiques. Le maniement des données sur les publications, au niveau institutionnel ou géographique, et leur interprétation, n’est pas une pratique courante dans les bibliothèques ni chez les autres services de traitement de la documentation, car les compétences en traitement de données et en statistiques ne sont pas directement disponibles dans ces institutions. Cependant, les compétences disponibles à la bibliothèque numérique Max Planck nous permettent d’apporter quelques données fondamentales au débat.
Nous croyons fermement qu’une transformation à grande échelle du modèle économique sous-jacent est possible sans risque financier. Notre propre analyse de données nous montre qu’il y a assez d’argent déjà en circulation dans le marché mondial – assez d’argent actuellement dépensé en revues scientifiques dans le système de l’abonnement, et qui pourrait être redirigé et réinvesti dans les modèles économiques du libre accès, pour payer les APC. Cet article étaye notre affirmation en présentant des calculs génériques, que nous avons faits en nous appuyant sur les données disponibles sur le nombre de publications et les niveaux de revenus au plan mondial, national et institutionnel.

Édition et APC : les données mondiales

Nous le savons par diverses études de marché d’analystes réputés, comme Simba ou BNP Paribas, les ventes annuelles de revues académiques, dans le monde entier, produisent des revenus commerciaux de 7,6 milliards d’euros environ. Dans les rapports, ce chiffre se situe dans la partie basse de la fourchette : ils se réfèrent aussi assez communément à une dépense annuelle de 10 milliards de dollars. Ces rapports ramènent inévitablement plusieurs devises à un dénominateur commun, ce qui crée une marge d’erreur, aggravée par la fluctuation naturelle des taux de change. Pour avoir suivi ce marché pendant de longues années, nous nous fions au chiffre de 7,6 milliards (et nous utilisons l’euro comme monnaie de référence dans ce document).
Ce niveau de dépense correspond à une production scientifique annuelle d’environ 2 millions d’articles de revues, chiffre souvent cité qui peut être considéré comme une hypothèse fondée7. Notre propre analyse de données a compté 1,45 million d’articles scientifiques dans le Web of Science en 2013, jusqu’à environ 1,5 million en 2014. Puisque le Web of Science indexe, par essence, les revues les plus prestigieuses et les plus coûteuses, les nombreuses revues d’envergure régionale, dont le coût, le tirage et la notoriété sont faibles, qui ne parviennent pas dans le Web of Science, peuvent être considérées comme faisant partie de la longue traîne. La production annuelle actuelle de 2 millions d’articles peut donc être considérée comme constituée, grossièrement, de 1,5 million d’articles du Web of Science et d’un demi-million d’articles supplémentaires.
Si nous devions ne considérer que les articles indexés par le Web of Science, le montant dépensé par article dans le système actuel de l’abonnement se situerait autour de 5000 euros. Si tous les articles présumés étaient inclus, le prix par article se situerait autour de 3800 euros. La réalité doit se situer entre les deux. Ces calculs sont illustrés dans les tableaux suivants.

(a) calcul pour les articles repérés par le Web of Science

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Articles répertoriés seulement dans le Web of Science 1,5 M
Dépense par article (arrondie) 5000 €

(b) calcul pour le total annuel des articles

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Total des articles publiés annuellement 2 M
Dépense par article (arrondie) 3800 €

Premier élément : dans l’actuel système de l’abonnement, le coût par article scientifique publié se situe déjà entre 3800 et 5000 €.

D’après ce que nous savons, on peut raisonnablement supposer que dans un système de publication en libre accès, le coût moyen des articles serait loin d’être aussi élevé. Bien sûr, il est concevable que certaines revues de haute notoriété aient des coûts de production élevés et doivent facturer des frais de cet ordre, ou même davantage, mais, vu la répartition très échelonnée des revues, cette « élite » représente une très faible proportion du total. Dans le paysage qui émerge actuellement, on verra un éventail très largement réparti d’APC, des coûts les plus bas aux plus élevés. Qu’il soit calculé par la moyenne ou par la médiane, cependant, l’indice moyen des APC ne sera jamais fixé par les valeurs situées au plus haut de l’échelle.
Les organismes de recherche et les financeurs qui ont mis en place une politique sur les APC suivent et contrôlent de plus en plus les données concernant leurs dépenses. Par exemple, à la bibliothèque numérique de l’Institut Max Planck, nous avons commencé à charger nos APC dans un espace de travail sous GitHub, fourni par l’OpenAPC Initiative, pilotée par l’Université de Bielefeld. Jusqu’ici, nous y avons chargé plus de 1046 de nos factures d’APC ; la dépense totale, 1,3 M€, aboutit à une valeur moyenne pour les APC de 1258 € pour la Société Max Planck. Des valeurs comparables sont rapportées par plusieurs des universités allemandes qui sont soutenues par la Fondation allemande pour la recherche (DFG), pour renforcer le financement de leur propres publications. Ils chargent leurs données sur les APC sur le même système, aboutissant à un total de 2387 articles, pour une dépense de 3 M€, et une valeur moyenne de 1239 € d’APC8.

Les chiffres rapportés par le Fonds autrichien pour la science (FWF) sont très proches des données collectées en Allemagne. Une moyenne de 1282 € d’APC était constatée en 2014, en légère baisse par rapport au chiffre de 2013, 1393 €9.
D’après les résultats initiaux du Consortium SCOAP3, les coûts de publication par article dans ce secteur sont aujourd’hui légèrement inférieurs à 1100 €, bien que des revues de physique auparavant très coûteuses aient migré de l’abonnement à un modèle basé sur les coûts de publication en 201410.
Le Wellcome Trust a été le premier organisme à rendre publics ses rapports sur les APC. Son récent rapport annuel 2013-2014 est déjà le second. L’an passé, quelque 2556 articles ont été publiés via le modèle APC avec le soutien du Wellcome Trust, et la dépense totale pour l’année 2013-2014 était légèrement inférieure à 4,7 M£ (6,4 M€). Les APC moyens se situaient autour de 1837 £ (2495 €)11. La principale raison pour laquelle les frais moyens du Wellcome Trust sont sensiblement plus élevés que ceux de l’Allemagne, de l’Autriche ou de SCOAP3, réside dans le fait que le Wellcome Trust, comme le Research Council britannique12, inclut les APC hybrides, qui non seulement sont plus élevés que la plupart des coûts du libre accès, mais de plus sont assez largement considérés comme ne reflétant pas la véritable valeur du marché. En Allemagne et dans de nombreux autres pays, les APC hybrides sont exclus des plans de financement centraux. Le rapport du Wellcome Trust montre que les articles hybrides comptent pour 75 % du total ; si l’on considère seulement les articles des revues en pur libre accès, les APC moyens descendent alors jusqu’à 1241 £, soit 1686 €. Ce chiffre est plus près des résultats allemands, mais plus élevé encore. Une explication pourrait être que le Wellcome Trust ne limite pas les APC, tandis que dans d’autres pays (comme en Allemagne) leurs coûts sont très souvent plafonnés ou co-financés avec d’autres budgets de recherche.
Tous les résultats disponibles publiés ou discutés dans les divers rapports convergent pour aboutir à un niveau prévisible des APC bien en dessous de 2000 € dans un scénario de pur libre accès. Cela laisse une confortable marge d’erreur confortable avant que la dépense n’atteigne le niveau actuel, situé entre 3800 et 5000 €. On doit donc pouvoir supposer raisonnablement que l’argent présent dans le système est suffisant, et que la transition vers le libre accès peut être accomplie sans aucun risque financier.

Second élément : il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire.

Répartition des APC par pays

Afin d’aboutir à des prévisions de coût fiables, l’étape suivante est nécessairement de répartir les chiffres mondiaux de l’édition au niveau de chaque pays, et finalement des institutions13. Pour que l’exercice ait une signification, il est essentiel d’appliquer un principe-clé du modèle économique du Libre accès, selon lequel les publications répertoriées dans les bibliographies nationales ou internationales ne doivent pas toutes être prises en compte pour le calcul du coût, mais seulement celles dont l’auteur principal est affilié à l’institution ou au pays considéré. Pour d’excellentes raisons, les articles à plusieurs auteurs sont mentionnés dans les bibliographies et les archives institutionnelles de leurs institutions respectives, mais pour ce qui est du coût, chacun de ces articles plusieurs fois décomptés ne doit être financé qu’une seule fois. À l’heure actuelle, dans le modèle dominant, l’auteur principal est responsable de la facturation et du paiement. Par conséquent, les différentes listes de publications nationales et internationales doivent être dédoublonnées pour ne conserver que les articles des auteurs principaux, afin d’aboutir à des prévisions budgétaires fiables.
Pour notre analyse par pays, nous avons pris comme exemple l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, l’Allemagne étant notre propre pays, le Royaume-Uni étant au centre de l’attention à la suite du rapport Finch, et la France ayant récemment fait l’objet d’une couverture médiatique à cause des informations divulguées concernant ses accords nationaux avec les éditeurs. Le graphique suivant, basé sur les données du Web of Science, montre la production publiée (articles et notes critiques) de ces pays pendant les dix dernières années. Le modèle qui s’en dégage est que la proportion d’auteurs principaux se situe entre 65 et 70 %, ce qui signifie que seul le sous-ensemble d’articles correspondant est à utiliser pour le calcul des coûts. Si la production de l’ensemble du pays devait être financée dans un modèle économique de pur libre accès, seule cette part de 65-70 % serait facturée dans chaque pays, tandis que pour le tiers restant, les coûts seraient supportés à l’étranger. Bien que la proportion puisse varier quelque peu d’année en année ou d’un pays à l’autre, elle n’atteindra jamais 100 %.
Figure 1 : volume des publications montrant la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés

Graphique montrant le volume total des publications et la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.
Volume total des publications et part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.

Pour l’année 2013, cette répartition montre, pour chacun des trois pays, la distribution suivante des coûts :

Pour l’Allemagne, nous pouvons identifier 70 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 103 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour l’Allemagne en 2013 aurait avoisiné 140 M€. Il n’y a pas de chiffres consolidés pour la dépense nationale d’abonnements aux revues scientifiques, mais les experts estiment que ces coûts sont largement au-delà de 200 millions d’euros par an. L’Allemagne devrait donc être en position d’organiser une transition générale vers le Libre accès sans trop de peine.
Pour le Royaume-Uni, nous identifions 72 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 109 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour le Royaume-Uni en 2013 aurait avoisiné 144 M€. Les estimations des sommes payées par les institutions de recherche du Royaume-Uni pour leurs abonnements varient entre 160 M£ par an (selon JISC Collections) et 192 M£ (selon les bibliothèque de recherches britanniques) ; c’est-à-dire entre 218 et 260 M€. Par conséquent, au Royaume-Uni également, on voit clairement qu’une transition complète vers le Libre accès pourrait se faire sans tension financière.
Pour la France, nous identifions 46 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 71 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour la France en 2013 aurait avoisiné 92 M€. Selon des estimations classiques, le secteur académique français paie au moins 120 M€ par an pour ses abonnements aux revues scientifiques. Par conséquent, comme l’Allemagne et le Royaume-Uni, la France n’a pas à anticiper de grande difficulté en préparant la transition vers le Libre accès.
Il sera intéressant de voir des données comparables analysées pour les États-Unis, en tant que principal marché et producteur d’articles scientifiques. Financé par la Fondation Mellon, un nouveau projet a récemment été lancé pour élaborer un modèle viable d’APC pour le Libre accès dans les grandes institutions de recherche américaines14. Le nom du projet, Pay it forward, reflète une démarche similaire à celle exposée ici. Selon notre propre analyse du marché des États-Unis, nous nous attendrions à une proportion de 80 % d’articles d’auteurs principaux (309 000 sur les 388 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science en 2013), aboutissant à environ 618 M€ de coût en libre accès pour l’ensemble des États-Unis15. D’après ce que nous savons, nous faisons l’hypothèse qu’il y a assez de financement disponible dans les abonnements, aux États-Unis, pour rendre la transition abordable, là aussi.

En général, notre analyse de données indique une certaine corrélation entre la production scientifique d’un pays et la proportion d’auteurs principaux. Cela signifie que les pays ayant une moindre production scientifique peuvent s’attendre à une moindre proportion d’articles d’auteurs principaux, pris en compte pour les APC, tandis qu’une production plus élevée est corrélée avec une proportion plus haute. Le contexte régional, linguistique et politique d’un pays semble également jouer un rôle. En Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Inde et au Brésil, nous voyons une proportion plus élevée d’auteurs principaux que dans les pays européens, alors que la position du Canada ressemble à celle de l’Europe. Nous invitons nos lecteurs à examiner les résultats de leur pays, tels qu’indiqués dans les données supplémentaires que nous avons publiées16, et à comparer ces résultats avec leur dépense nationale actuelle en abonnements.

Troisième élément : pour une analyse pertinente des coûts, il est important de distinguer les articles à prendre en compte pour les APC (ceux des auteurs principaux) du reste des publications. Les premiers échantillons établis au niveau national étayent encore l’affirmation selon laquelle la transition vers le Libre accès peut être accomplie sans risque financier.

Répartition des APC par institution

La viabilité que nous avons démontrée au niveau national s’applique de façon plus spectaculaire encore dans le cadre institutionnel. La recherche s’effectue par des collaborations qui transcendent les frontières institutionnelles et nationales. Une large proportion d’articles scientifiques ont de multiples auteurs, et très souvent émanent de plus d’une institution. Nous avons déjà vu au niveau national que la proportion d’auteurs principaux varie d’un pays à l’autre, et qu’elle est toujours très inférieure à 100 %. Cette proportion est encore plus réduite au niveau de chaque institution. Une grande partie des collaborations scientifiques étant organisée nationalement entre différentes institutions au sein du même pays, la production publiée sera, une fois encore, saisie dans plusieurs bibliographies et peut-être dans plusieurs archives institutionnelles, mais chaque article ne sera financé qu’une fois. Nos résultats suggèrent que le pourcentage de publications à prendre en compte pour les APC, pour une institution donnée, se situe entre 40 et 60 % de sa production totale, selon l’intensité de recherche et la réputation de l’institution. Les chiffres qui portent sur ce niveau sont communiqués par quelque 30 universités allemandes qui participent au programme de financement des APC de la Fondation allemande pour la Recherche (DFG).

Dans notre propre cas, à la bibliothèque numérique Max Planck, nous disposons d’un recul de plus de 10 ans, notre programme dédié au financement des APC pour nos chercheurs ayant déjà couru sur cette durée. Nous faisons partie des bibliothèques les plus expérimentées dans la prise en charge des APC, et nous avons continuellement suivi leur développement et analysé nos résultats. D’après notre expérience, nous observons la persistance d’un modèle, constant chez les différents éditeurs en libre accès, et stable dans le temps. D’après cette formule robuste, nous nous attendons à ce que nos auteurs produisent des factures pour 50 à 60 % du nombre total des articles (en fait, pour certains éditeurs nous constatons même des proportions d’auteurs principaux qui descendent jusqu’à 40 %). Nous sommes déjà assez convaincus pour fonder des projections de coût sur cette valeur. Par exemple, alors que la production annuelle d’articles de revues se situe aux alentours de 10 000 pour l’ensemble de l’Institut Max Planck, nous anticipons une proportion d’articles à prendre en compte pour les APC de l’ordre de 6 000. Par conséquent, nos coûts estimés pour un scénario de transition complète ne seraient pas supérieurs à 12 M€. La Société Max Planck est une organisation fortement orientée vers la production éditoriale, et en même temps un acheteur massif d’information scientifique. Notre dépense actuelle d’abonnements aux revues est déjà suffisamment importante pour rendre la grande transition vers le Libre accès possible sans avoir à réclamer davantage de financements. Si nous, en tant qu’organisation intensément tournée vers la recherche, pouvons le faire, alors nous croyons que la plupart des autres devraient aussi être en mesure d’organiser la transition dans les limites de leurs budgets actuels.

Quatrième élément : alors que la proportion d’articles soumis aux APC, au niveau national, avoisine souvent 70 %, elle peut facilement descendre jusqu’à 50 % environ au niveau institutionnel. Ce principe fondamental de distribution doit être pris en compte pour calculer les coûts de la transition vers le Libre accès.

4. Ouvrir la porte

L’avènement d’un système de publication véritablement en libre accès était déjà un élément constitutif (quoique implicite) dans les premières déclarations sur le Libre accès, et a toujours été perpétué dans les résolutions et les déclarations sur les politiques de libre accès qui ont suivi. Les récentes et énergiques initiatives, particulièrement en Europe, de même que la pression exercée dans tant de secteurs de la publication académique, ont amené le Libre accès jusqu’à notre seuil. Il semble que nous ayons simplement à ouvrir la porte pour le faire entrer.

Il nous faut ouvrir la porte à la mutation du modèle économique qui sous-tend l’édition académique, en opérant un transfert des paiements depuis les abonnements vers les services en libre accès. Le modèle actuel de l’abonnement doit être développé plus avant pour se transformer en un véritable modèle de transition. Les récents modèles de compensation qui semblent pousser partout comme des champignons, avec leur corrélation entre les dépenses de d’édition en libre accès et les dépenses d’abonnement, sont les éléments les plus prometteurs que nous ayons pour le moment. De tels modèles à double usage doivent être réclamés beaucoup plus énergiquement par les bibliothèques de recherche, au nom de leurs lecteurs. Le principe de compensation est en train d’entrouvrir, enfin, le système de l’abonnement et commence à l’aligner quelque peu sur les exigences du Libre accès. En conséquence, le budget d’acquisition des bibliothèques est en train de perdre le sceau hermétique qui remonte à l’ère de l’imprimé, et qui est resté si omniprésent dans la routine quotidienne de la plupart des bibliothèques. Enfin, les bibliothèques et les consortia du monde commencent à répondre aux attentes qu’ont fait naître les nombreuses résolutions sur le Libre accès de la décennie passée.

Élargir le périmètre des contrats d’abonnement et des budgets d’acquisition des bibliothèques est une démarche nécessaire, mais non suffisante. Nous autres bibliothécaires devons aussi être plus conscients que nous l’avons jamais été de la démographie éditoriale des productions scientifiques. Dans un monde fondé sur les modèles économiques du Libre accès, une nouvelle ventilation des services et des coûts va émerger, qui requerra de nouveaux critères de sélection et d’agrégation dans les bibliothèques, pour leur processus internes comme pour les outils et compétences qu’il leur faudra employer. Les transactions que les bibliothèques devront traiter pour leurs usagers seront très différentes dans un monde en libre accès, comparé au système de l’abonnement. Il faudra une nouvelle infrastructure de support et de facturation, commençant à la soumission de l’article, pour rendre le système robuste et extensible à des productions abondantes. Le travail a déjà commencé, comme l’illustre, par exemple, l’initiative ESAC17.

Mises à part quelques spécificités locales, l’édition scientifique est véritablement une entreprise internationale. Par conséquent, un changement fondamental du modèle économique sous-jacent ne peut être accompli qu’à l’échelle mondiale. Les organismes de recherche du monde, avec leurs bibliothèques, ont donc besoin d’agir de concert et de façon coordonnée, avec un objectif clé : transférer l’argent hors du système de l’abonnement, de façon à ce qu’il puisse être réinvesti dans la publication en libre accès. Ce mouvement coordonné donnera aussi un message sans ambiguïté aux éditeurs, de façon à ce qu’ils puissent eux-mêmes s’adapter au nouveau modèle économique en étant assurés de sa viabilité financière future. Pour finir, ni les bibliothèques ni les maisons d’édition n’ont à y perdre leur place : tous les acteurs seront transformés, émergeant avec une vigueur renouvelée dans un système éditorial modernisé.

Le temps est venu pour la communauté scientifique mondiale d’accélérer la transition vers le Libre accès. Nous avons une occasion unique de transformer le modèle économique sous-jacent des revues tout en préservant la viabilité financière et les fonctions centrales du système éditorial au sens large. En fin de compte, toute dépense d’abonnement doit être arrêtée : c’est le simple aboutissement des mesures progressives de la décennie passée. Les substantielles économies pourront alors être réinvesties pour la création concertée d’une gamme de services éditoriaux qui serviront véritablement les efforts scientifiques du 21e siècle.

 

 

  1. C’est ce qui m’autorise à le traduire sans autre forme de procédure, mais avec une sincère et chaleureuse reconnaissance pour ses auteurs. []
  2. NDT : les « frais de traitements d’article » seront abrégés ci-après APC= article processing charges, le signe étant d’emploi banal, même en français, pour les désigner. []
  3. Bo-Christer Björk, David Salomon (2014) : Developing an effective market for libre accès article processing charges. http://www.wellcome.ac.uk/About-us/Policy/Spotlight-issues/Open-access/Guides/WTP054773.htm. []
  4. David Prosser (2015): The costs of double-dipping. http://www.rluk.ac.uk/about-us/blog/the-costs-of-double-dipping/. []
  5. Stuart Shieber (2014): “A true transitional open-access business model”. The Occasional Pamphlet on scholarly communication. https://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2014/03/28/a-true-transitional-open-access-business-model/. []
  6. Peter Gruss (2013): “The unstoppable rise of libre accès”. Max Planck Research 4/2013, p.7. http://www.mpg.de/7644861/S002_Spotlight_006-007.pdf. []
  7. Voir par exemple le rapport STM 2014 (2015) : http://www.markwareconsulting.com/the-stm-report/. []
  8. Jochen Apel et al. (2014-): Datasets on fee-based open access publishing across German institutions. Bielefeld University. https://github.com/OpenAPC/openapc-de (figures as of 4 April 2015; data will constantly be expanded). []
  9. Falk Reckling, Katharina Rieck (2015): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2014. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.1378610. Falk Reckling, Margit Kenzian (2014): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2013. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.988754. []
  10. Voir http://scoap3.org/scoap3journals/journals-apc. Voir aussi Clément Romeu et al. (2014): The SCOAP3 initiative and the libre accès article-processing-charge market: global partnership and competition improve value in the dissemination of science. DOI:10.2314/CERN/C26P.W9DT. []
  11. Voir http://blog.wellcome.ac.uk/2015/03/03/the-reckoning-an-analysis-of-wellcome-trust-open-access-spend-2013-14/ []
  12. Le Research Concil of United Kingdom déclare : « Le sous-ensemble de 55 institutions considérées rapportent une dépense de 10.4 M£ d’APC pendant la première année, pour une production de 6504 articles en ‘voie dorée' ». Ceci implique un montant moyen de 1600 £ pour les APC. Cf. Review of the Implementation of the RCUK Policy on Open Access (2015), p. 11. http://www.rcuk.ac.uk/research/openaccess/2014review/. []
  13. Les données du MPDL figurent dans une autre publication, qui inclut des fichiers de données. Voir Margit Palzenberger (2015): “Number of scholarly articles per country. Data on Web of Science listed articles and reviews. 2004-2013”. http://dx.doi.org/10.17617/1.2. []
  14. http://payitforward-project.ucdavis.edu/ []
  15. Cf. note 12 []
  16. Cf. note 12 []
  17. http://esac-initiative.org/. []

2015 en 10 résolutions

Parmi les bonnes résolutions de l’année figure, en bonne place, celle de publier de temps en temps sur ce blog1. Prudent, je ne m’engage pas à tenir un rythme, qu’il soit hebdomadaire ou semestriel. Mais pour m’obliger à commencer je livre un échantillon de nos projets 2015,  assez succinct pour laisser la possibilité de futurs billets, au fil des avancées irrésistibles et des captivants rebondissements et qui se produiront fatalement au cours de l’année.

Voici donc, en exclusivité, et aussi en toute intimité pour les rares avisés-lecteurs-de-l’Alambic ayant survécu à 6 mois de silence, notre programme 2015 en 10 résolutions.

Un peu de politique documentaire

Résolution n° 1 : réinformatisation

La BCU est l’un des établissements pilotes du projet SGBM. L’opération va prendre du temps (le calendrier initial du projet a glissé un peu, comme il est de règle pour les grands chantiers) de sorte que le déploiement du nouveau système pourrait avoir lieu en 2016-2017. Mais ce temps nous sera amplement nécessaire pour mener le considérable travail de nettoyage des données qui nous attend2. Dédoublonnage, suppression de notices sans exemplaires et d’exemplaires sans notices, retraitement de sous-ensembles mal catalogués, homogénéisation des méthodes de travail, ce vaste programme mobilise déjà un groupe de catalogueurs d’élite de toute de la BCU, lesquels ont du pain sur la planche pour les deux ans à venir et au-delà. Vous lirez très probablement, un de ces jours, un billet plus approfondi sur ce qui nous a conduits dans le projet et sur la façon dont la BCU prépare sa migration.

Résolution n°2 : acquisitions

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
Cliché  Jane Cockman
LOGOccby-nc

Avec une très grande originalité, du côté des achats (revues, bases de données, livres) la BCU entame l’année 2015 en accélérant la transition de l’imprimé vers l’électronique. Pour être plus clair, et justifier la mention dans ce billet d’un phénomène qui touche à peu près toutes les bibliothèques du monde, il s’agit d’une accélération de l’accélération. Le service assuré par feu notre agence d’abonnements nous a convaincus qu’il fallait dépenser autrement moyens et énergie. Les listes d’abonnement imprimés ont donc été réduites au strict minimum3, de façon à nous permettre de traiter ce qui en reste en liaison directe avec les éditeurs, et autant que possible en format électronique. Adieu les liasses d’abonnements, sans regret, je crois.

Investing, publié sur FlickR sous le pseudonyme de "401(K)2012", sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l'identique.
LOGOccby-nd  http://401kcalculator.org/

 

 

Une fois épongés 1°) le passage de l’imprimé à l’électronique (parfois c’est plus cher) 2°) la baisse budgétaire 3°) l’inflation et 4°) l’évolution du change dollar/euro, la marge de manœuvre dégagée nous permet d’élargir deux ou trois abonnements principalement en lettres, chichement dotées en électronique jusqu’ici. Heureusement, les licences nationales viennent enrichir la matière disponible. Autre opération importante longtemps attendue et qui va nous faire progresser à grands pas vers l’inaccessible horizon de la bonne gestion, nous instruisons le dossier de déduction de la « TVA recherche » pour l’appliquer dès cette année sur l’essentiel de nos abonnements. Pas de petites économies.

Résolution n° 3 : production

Une autre grande transition est en cours, qui déplace notre effort de la documentation acquise (par nous) à la documentation produite (par les chercheurs de Clermont). Dans ce domaine, on poursuit les efforts entamés depuis trois ans, qui tournent autour de l’accès ouvert sous ses deux formes :

1. Voie verte : nous travaillons sur de la communication vidéo et préparons une journée d’ateliers autour de HAL, pour accroître le nombre de dépôts et de déposants ;
2. Voie dorée : pour soutenir la création de revues en libre accès (quelques billets ici en ont déjà parlé), a été créé fin 2014 à Clermont-Ferrand un pôle éditorial numérique qui regroupe la bibliothèque, les presses universitaires et la maison des sciences de l’homme. Le rôle précis de chacun est encore à définir, mais un outil de travail collectif est en place, c’est un excellent début.

Résolution n° 4 : numérisation

La politique de numérisation s’infléchit : la perspective initiale était de « bâtir des bibliothèques numériques » adossées à des projets scientifiques. Cette démarche a porté des fruits, dont plusieurs projets présentés sur ce blog : Glangeaud, EVE, ThinkMotion… Cette façon de travailler a eu deux limites :

1. elle nous a amenés à numériser, pour l’essentiel, des ouvrages extérieurs à nos fonds. Nous prospectons maintenant dans les fonds de la bibliothèque, dont l’intérêt scientifique ne fait pas de doute. Nous programmons en ce moment le traitement d’un premier ensemble appartenant au fonds Bastaire. Vous devriez en entendre parler dans l’année.

2. nous avons abouti à des sites web hétérogènes : internes ou externes, hérités ou conçus, produits ou hébergés, reposant sur des outils différents… L’ensemble est difficile à maintenir. Nous visons donc le déploiement d’un logiciel de bibliothèque virtuelle4, qui doit permettre à la fois la gestion interne des ouvrages numérisés, et leur exposition publique. Nous avions opté initialement pour un développement interne mais nous avons reconsidéré ce choix l’an dernier parce qu’il se heurtait à des obstacles techniques importants et manquait de prudence5. Nous allons donc nous tourner vers un outil existant. Actuellement, un groupe projet constitué d’étudiants examinent les divers outils disponibles. Le choix n’est pas infini, il est assez bien balisé, nous espérons aboutir à une décision au printemps, et pouvoir commencer cette année l’installation et le test de l’outil : nous avons des collections qui attendent !

Un peu d’informatique

Résolution n° 5 : évolution (du site web)

Cette année commence la mise en œuvre d’un nouveau mode d’évolution du site, fondé sur deux principes :

1. suivre pas à pas les évolutions techniques du logiciel (une mise à jour est en cours, sans changement de contenu ou presque)
2. organiser chaque année des tests d’utilisateurs pour recueillir leur appréciation et améliorer le site en fonction de ces tests.

Les premiers tests ont eu lieu à l’automne et ont porté sur le catalogue en ligne. Le debriefing aura lieu dans les prochains mois et déclenchera une première opération d’amélioration de notre outil de découverte. Le site web viendra ensuite (il est plus logique d’effectuer les tests d’utilisateurs une fois passée la mise à jour technique).

Résolution n° 6 : relation (avec les utilisateurs)

L’autre projet important sur le web est la mise en place d’un guichet unique de service en ligne appuyé sur un logiciel de support (OTRS), pour unifier tous nos canaux d’échange avec les utilisateurs, et remplacer les adresses institutionnelles, les formulaires d’échange, etc. C’est un projet assez intéressant, un peu en décalage avec les habituels services de renseignements en ligne (c’est un peu pour cela qu’il m’intéresse, j’avoue). Il y aura un petit billet détaillé dessus en fin d’année, promis.

Résolution n° 8 : migration (des fichiers)

Ferme de serveurs
Cliché: Simon Law 
LOGOccby-sa

La semaine dernière, les répertoires de travail quotidien des agents de la BCU ont été déplacés de notre petite « salle des machines » locales (longtemps réputée pour ses problèmes d’électricité et de climatisation) vers un serveur virtuel situé au centre de ressources informatiques dans une « salle serveurs » digne de ce nom6. Pratiquement personne ne s’en est aperçu, et c’est très bon signe : la migration (environ 800 Go) s’est faite sans coupure grâce aux outils déployés depuis un ou deux ans. L’étape suivante est la mise en place d’un plan de reprise d’activité (PRA) reposant sur nos propres machines, plus fragiles, mais utilisables comme roues de secours, pour faire tourner un processus régulier de duplication des données. La sécurisation est en marche.

Résolution n°9 : formation (avec les collègues)

Dans le même temps, la formation de 5 collègues issus des principales BU suit son cours, ce qui permet aux informaticiens de leur mettre en main les connaissances nécessaires à la gestion de proximité et garder le contact avec les nécessités de chaque site. Après avoir maîtrisé fin 2014 gestion des fichiers sur le réseau, traitement des incidents, processus de mise à jour, prise en main de fonctions avancées de l’ENT, ils vont maintenant se pencher sur les systèmes Linux, les logiciels de messagerie, la bureautique ou les questions de sécurité. Et peut-être accepteront-ils de raconter ici ce qu’ils en auront pensé ?

Résolution n°10 : expérimentation (d’imprimantes)

Je termine en mentionnant (il me fallait mes dix items) une petite expérimentation technique en cours : nous nous sommes fait livrer une imprimante « à ticket » (déjà en service dans les médiathèques ici et sûrement dans bien des BU). Si les tests sont concluants, ces appareils robustes remplaceront avantageusement les imprimantes de bureau mal adaptées à cet usage que nous utilisons encore.

Avant de clore ce pêle-mêle, il est juste de souligner (mais l’avisé lecteur l’aura compris) que la plupart des projets évoqués reposent sur d’autres que moi, et que mes collègues auront beaucoup de travail cette année. Quant à moi je compte, selon mon habitude, les regarder faire, les encourager avec enthousiasme (ou les aider dans les cas d’extrême urgence), et raconter leurs exploits ici (à moins qu’ils ne le fassent eux-mêmes, ce qui m’obligerait).

Tony Delgrosso, Lazy
Tony Delgrosso, LazyLOGOCCby-nc-sa.eu

 

 

  1. L’appel à contributions ne compte pas, soyons honnête ! []
  2. Quelle meilleure occasion qu’un déménagement pour ranger ses affaires ? []
  3. c’est-à-dire, tout de même, plus que divisées par deux dans l’ensemble des bibliothèques ! []
  4. Les bibliothécaires appellent cela une GED, mais le mot a un tout autre sens en informatique ; je pense que « logiciel de bibliothèque virtuelle » est plus clair. []
  5. Réinventer l’eau tiède ou la roue n’est déjà pas facile, mais ici, si j’ai bien compris le diagnostic posé par mes collègues, il s’agissait plus ou moins de refabriquer, armé seulement d’un couteau suisse, la roue à eau tiède qui coupe le beurre et distille le café ; ça aurait pu marcher, mais ni très bien, ni très bientôt. J’avais validé ce premier choix, mais je ne crois pas indispensable de s’acharner par fidélité à une erreur initiale. []
  6. C’est-à-dire un de ces endroits magiques, sans fenêtre, où l’on entre avec un casque anti-bruit, où la chaleur produite par les machines permet de chauffer le campus (j’enjolive un petit brin) et où des petits voyants multicolores clignotent dans des travées obscures peuplées de caissons métalliques noirs, au milieu d’une symphonie de bip-bips inquiétants. []

L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

 —

Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique
Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje, sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique.

L’Open access (ou accès ouvert, abrégé indifféremment AO ou OA) se définit de façon concise et simple : un article, une revue, est en accès ouvert si chacun peut y accéder gratuitement en ligne. Cette définition amène presque toujours une question qui dépasse largement le monde scientifique :

Mais si c’est gratuit, qu’est ce que ça vaut ?

C’est toute la teneur du débat actuel, bien légitime. L’association entre la valeur scientifique d’une revue et son prix est si spontanée, si répandue et si injustifiée, qu’elle satisfait parfaitement la maxime de Tocqueville

« une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe… » (De la démocratie en Amérique, chap. VIII)

Le très gros bon sens mal appliqué (il l’est souvent, d’où cette maxime désabusée) postule que ce qui ne coûte rien ne doit pas valoir grand chose et réciproquement, que ce qui est vendu cher a sûrement beaucoup de valeur. Appliqué aux revues : les grandes revues scientifiques peuvent (voire doivent !) être chères, et celles qui ne sont pas chères ne sont sans doute pas très scientifiques. Inutile dans ce cas d’évoquer celles qui sont gratuites…

L’abonnement, garant de valeur scientifique ?

L’examen des tarifs pratiqués dans la grande édition scientifique, tout en procurant le frisson cosmique de l’infiniment grand, semble confirmer l’intuition. Voulez-vous vous abonner à Tetrahedron, chez Elsevier ? En 2013 c’est plus de 18 000 €. Chez Springer, 13257 € pour le Journal of Materials Science au tarif 2014. Chez Wiley, le Journal of Polymer Science coûtait plus de 11000 € en 2013. Certaines sociétés savantes, à but non lucratif, ont emboîté le pas. Les titres de l’American Chemical Society inspirent le plus grand respect par leurs tarifs : près de 9000 $ en 2012 pour les trois titres Journal of Chemistry A, B, C, plus de 5000 pour Biochemistry.

Ce sont là de grandes revues scientifiques. Elles sont très chères. De là à établir un lien de causalité entre les deux propositions puis à en déduire réciproquement qu’une revue peu coûteuse n’est pas scientifique, il n’y a que deux petits pas.

Ce sont deux faux pas, et dangereux. Mais que pourrait inciter à franchir l’argumentaire de certains éditeurs : à parcourir le site de l’AAP (Association of American Publishers) et la polémique fruste et agressive de l’opération de lobbying qui en émanait, PRISM (Partnership for Research Integrity in Science and Medicine), on comprend que l’édition est un métier, et que rendre l’accès gratuit, c’est détruire la garantie de qualité apportée par le métier (en France on ajoute volontiers : « et les emplois qui s’y attachent »).

L’assimilation entre processus éditorial (la chaîne de publication) et processus de relecture (celui qui amène un scientifique à dire : « cet article est bon parce qu’il apporte quelque chose »), entre validation scientifique et valeur marchande est pourtant abusive, puisque la relecture et la validation scientifique, qui relèvent du travail des chercheurs, ne sont pas rémunérées par l’éditeur. D’ailleurs, toutes les grandes revues scientifiques ne coûtent pas cher. Le Journal of Topology, publié par Oxford University Press est à peu près 14 fois moins cher que le Journal of Algebra d’Elsevier (500 € contre 6885 d’après les tarifs 2013 disponibles en ligne) Est-ce à dire qu’il est 14 fois moins scientifique ? Pour répondre, empruntons un instant, avec des pincettes, la jauge grossière qui sert à l’évaluation des revues, l’impact factor, en l’admettant comme mesure approximative du prestige scientifique. Le Journal of Algebra affiche 0,583, le Journal of Topology 0,672. À supposer que l’impact factor exprime valablement le prestige scientifique d’une revue, le Journal of Algebra, 14 fois plus cher, est si l’on ose dire 15 % moins prestigieux.

Le prix de l’abonnement n’est donc pas corrélé de façon fiable à la valeur scientifique d’une revue (CQFD). Voyons maintenant si l’accès ouvert offre de meilleures garanties.

L’open access peut-il garantir la valeur scientifique ?

Les revues en accès libre (open access) […] proposent leur contenu gratuitement accessible sur internet. Une avancée pour la diffusion du savoir ? Certainement. Mais aussi un insidieux facteur de détérioration de la qualité de la science publiée1.

Le fragile bon sens voit bien en quoi l’AO peut servir l’avancée du savoir. La science mise à la portée de tous, c’est la possibilité pour chacun, y compris les pauvres en euros riches en neurones2, d’aller à la source de l’information, de la vérifier, corriger ou utiliser, contribuant ainsi à la progression de la connaissance. Cette intuition (ou ce rêve) préside au succès mérité de Wikipedia.

Où est donc le danger ? Il a été illustré brillamment par un article de John Bohannon dans Science : une des façons de financer l’OA est de déplacer le paiement du lecteur à l’auteur, en lui faisant payer des frais de publication (APC, article processing charges, ou « frais de traitement d’article ») pour couvrir les coûts (temps de travail, infrastructure éditoriale, plateforme électronique de publication). Or, ces frais de publication sont sujets au dérapage autant et plus que les abonnements. Mais surtout, leur montant ne garantit nullement le caractère scientifique de la revue.

Pourquoi ? Parce que l’auteur a intérêt à publier. Il sera donc tenté, le cas échéant, de débourser de fortes sommes pour que son article paraisse, même s’il est médiocre (ou pire, plagié ou falsifié). Quant à l’éditeur, s’il trouve des auteurs prêts à payer, il n’aura pas intérêt à être regardant sur la qualité des articles proposés, ni sur la rigueur de la relecture scientifique. Danger illustré de façon remarquable par l’expérience de John Bohannon : 304 soumissions d’un même article sciemment falsifié3 : 157 acceptations, 96 refus. Notons que cette sorte de réédition à grande échelle, vingt ans après, de l’expérience cruelle du professeur Sokal, ne prouve rien concernant l’Open Access en général, ni même concernant les éditeurs concernés. Bohannon signale que « Les journaux [en Open access, NDLA] publiés par Elsevier, Wolters Kluwer, et Sage ont tous accepté mon papier bidon. ». Inversement, et j’avoue avoir été très heureux de l’apprendre, le fleuron de l’AO, PLOS ONE, a rejeté l’article après une révision attentive et sévère4. On note en revanche que parmi les titres répertoriés dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals qui se pique de sélectionner les titres auxquels il renvoie) auxquels l’article a été soumis, près de la moitié l’ont accepté.

Il ne fait aucun doute que celui qui est prêt à payer assez cher trouvera toujours un journal prêt à le publier. Avec l’Open Access sont nés de nouveaux éditeurs « prédateurs », qui font payer très chers des auteurs pour publier des articles sans les faire expertiser par des scientifiques. Ces éditeurs font même l’objet d’une liste noire disponible en ligne5.

Si la hauteur des abonnements ne garantit pas, en elle-même, la qualité de la production scientifique, la hauteur des frais de traitement des articles ne fait pas mieux. Abonnement ou Open Access, on s’égare si l’on cherche à établir un lien entre la fiabilité de l’article et l’argent dépensé pour le publier.

 

Concilier valeur scientifique et acceptabilité économique ?

 

Cet engagement public pour le libre accès aux articles scientifiques suffira-t-il à tarir la manne dont les éditeurs, qu’ils soient ou non prédateurs, se repaissent ? Possible, mais elle ne viendra en aucun cas à bout de la course effrénée à la publication qui est à la source de la dégradation de la qualité des articles scientifiques6.

Accuser les éditeurs de rapacité ne dédouane pas le monde scientifique de sa responsabilité : les articles passent plus facilement qu’avant la barrière de la relecture. Le taux de rétractations après publication a été multiplié par 20 depuis 10 ans, au point de devenir en soi un objet d’étude. Tout se passe comme si l’inflation de la production scientifique et l’envol de ses tarifs allait de pair avec une inexorable dilution du contenu et une perte rapide de rigueur et de qualité.

 Les failles du système de publication et d’évaluation scientifique sont signalées avec constance depuis bien longtemps. L’utilisation de l’Impact factor, le classement des revues, le comptage des publications et l’utilisation de données quantitatives brutes dans l’évaluation des chercheurs a conféré à ces critères un poids considérable, alors qu’ils relèvent de la notoriété, sont anti-scientifiques au possible et très faciles à falsifier. On sait que tout indicateur mesuré tend à s’améliorer, car ceux qui sont évalués à son aune s’efforcent de s’y conformer au mieux de leurs intérêts. L’instauration d’un lien trop direct et trop fruste entre notoriété perçue, publications et carrière, incite à la surenchère : publication à la découpe pour faire du chiffre, plagiat pour aller plus vite, fraude scientifique pour atteindre les revues qui comptent. Forçons le trait7, à l’extrême, un chercheur devrait aujourd’hui démarcher des revues pour caser ses articles et gagner des citations, comme un vendeur démarche ses prospects pour arracher des deals et atteindre ses targets8.

Corriger le tir demande des changements systémiques considérables. La refonte ou la mise à bas du système de notation des revues va devenir inévitable tant la dégradation qualitative est patente. Mais il s’agirait de rien de moins que d’éliminer, dans l’activité des chercheurs, toute pression aux résultats ! Vouloir qu’une expérience réussisse est humain, mais ce n’est pas scientifique. Le processus de publication doit donc évacuer toute hâte, car un bon travail prend forcément beaucoup de temps, passé à expérimenter, produire, relire, vérifier, et souvent à explorer des impasses. En bonne science, les expérimentations ratées sont des réussites. Les réplications aussi. C’est l’intuition du mouvement slow science et de la reproducibility initiative : on voit que les éléments de refondation ne manquent pas. Et l’éthique personnelle se mêle intimement à l’enjeu systémique. C’est le refus des chercheurs de publier vite, beaucoup et mal, qui permettra à la science de retrouver rigueur et fiabilité, au prix d’un peu de lenteur.

Bien sûr, les points relevant de la régulation économique font aussi l’objet d’une attention soutenue. Libérer un marché captif et monopolistique9 pour le rendre de nouveau concurrentiel est un but politique, et non scientifique (ou disons, un but de politique scientifique…), mais légitime quand même. D’où l’importance

  • de développer l’OA « voie verte »10, en complément de l’abonnement, ce qui manifeste la distinction entre le service fourni par l’éditeur (processus éditorial, plateforme d’accès et services liés) et la production scientifique proprement dite (résultat du travail scientifique de l’auteur et du relecteur, rémunéré par les fonds publics, et donc librement mis à disposition) ;
  • de restaurer un circuit public d’édition (Open Edition Freemium, Episciences, avec ses deux titres qui démarrent, sont autant d’exemples naissants) qui ôte aux éditeurs commerciaux un monopole dangereux. Il s’agit bien de faire disparaître, ni plus ni moins, les revues chères, qui sont des parasites du monde scientifique, en publiant largement les coûts comparés des éditeurs. Car si l’on postule que la science contient une exigence intrinsèque de gratuité, garante de son désintéressement, il y a, ou il devrait y avoir dans l’édition scientifique un rapport rigide entre coût de production et valeur marchande. Or les coûts de production de l’édition scientifique sont, et vont être, de mieux en mieux connus au fur et à mesure que l’OA se développe. La communauté scientifique porte déjà son attention sur ce point et l’on peut compter sur elle pour faire pression sur les éditeurs, puisqu’ils proclament avec constance et passion qu’ils sont au service de la recherche.

La question de savoir si « la science doit être gratuite » est mal posée. Le travail scientifique et le travail éditorial ont un coût, il faut qu’il soit supporté. Il est donc inévitable, mais souhaitable aussi que coexistent le système de l’abonnement, le système de l’auteur-payeur, celui de la revue publiée sur fonds publics, etc. Ces systèmes, en coexistant, peuvent s’obliger réciproquement à plus de rigueur. Reste qu’il doit y avoir une exigence scientifique, intellectuelle, du circuit de production scientifique ; et une exigence politique, déontologique, du circuit de production éditoriale. La question est donc de savoir si nous préférons une science rapide, ou fiable, rémunératrice ou rigoureuse, austère ou obèse. Ces exigences sont ne sont pas indéfiniment conciliables. Vérifier prend du temps, la rigueur suppose le désintéressement, et une haute exigence ne peut s’appliquer qu’à des objets en nombre réduit, pour qu’une attention nécessaire puisse être accordée à chacun. Produire beaucoup et produire bien est difficile. Si produire beaucoup est la priorité, alors produire bien est impossible.

 

  1. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013 []
  2. Voir à ce sujet l’histoire assez jolie relatée sur le blog Homo numericus : « Impressions d’automne 1: le cas Meredith ». Mais je n’ai pas pu vérifier si l’article en question a effectivement été publié, ce qui oblige à rester prudent. []
  3. l’article était rédigé de façon à contenir des erreurs scientifiques criantes et des manquements éthiques assez voyants pour tout relecteur scientifique. []
  4. « PLOS ONE a été le seul journal à attirer l’attention sur les problèmes éthiques posés par le papier […] PLOS ONE a rejeté le papier deux semaines après, en se fondant sur son contenu scientifique. » (je traduis). []
  5. Parmi les éditeurs répertoriés sur ce site qui ont reçu le papier de Bohannon, 82 % l’ont accepté. []
  6. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013. []
  7. avec mes excuses respectueuses aux chercheurs, mon propos est général []
  8. mes excuses aux vendeurs aussi, après tout. C’est un métier plein de mérites, du moment qu’il est exercé avec plus d’attention au client qu’au chiffre d’affaires. []
  9. Les connaisseurs disent :  « oligopolistique à franges » []
  10. Dans l’OA « voie verte », l’auteur publie dans une revue classique (sous abonnement) mais auto-archive ensuite son texte dans un dépôt électronique institutionnel pour qu’il soit librement accessible en ligne []

Un portail HAL pour un meilleur service aux chercheurs.

Open Access Land, near Woodhouse Farm (CC BY-SA 2.0) Attribution: Mick Garratt

Depuis quelques jours, Clermont Université a désormais son portail HAL, qui rassemble les publications scientifiques déposées par les chercheurs des deux universités clermontoises, l’Université Blaise Pascal et l’Université d’Auvergne.

Trois ans avant la fusion annoncée des deux universités, nous préparons le terrain pour valoriser la recherche de la future université unique.

La production scientifique des laboratoires gagne en visibilité. Avec http://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/ à la racine du site, le portail assure aux publications déposées un meilleur référencement valorisant le site clermontois.

Ce portail s’articule aux collections HAL de l‘UBP, de l’UdA et à celles des laboratoires, selon une architecture hybride, permettant à l’usager d’accéder à la production scientifique à tous les niveaux institutionnels.

Puisque nous avons la main sur l’outil, résumons tout ce que l’on peut faire avec un portail HAL pour mieux valoriser les publications scientifiques des chercheurs.

En tant qu’administratrice du portail, je peux gérer les pages web:  éditer la page d’accueil en html, changer l’apparence graphique du site en personnalisant sa feuille de style CSS, et rédiger des news. Ici, nous avons choisi une interface sobre et claire qui met en exergue le cadre institutionnel de la communauté d’universités.

Le portail HAL permet aussi de créer et modifier les données d’un laboratoire pour garantir la correcte affiliation des chercheurs, en donnant à leurs publications plus de lisibilité, dans le cadre de la structuration de la recherche. En amont, cela suppose de suivre les mouvements de création, de fusion, voire de disparition des laboratoires au sein des universités.  Un exemple : L’Institut de chimie de Clermont-Ferrand a été créé en 2012 par la fusion de cinq unités de recherche. Il a donc fallu rassembler  les publications de ces cinq unités pour créer la collection de l’ICCF. Un travail important est encore à entreprendre avec l’Université d’Auvergne, pour améliorer la visibilité des publications des chercheurs issus des différents laboratoires de médecine. Dans la même optique, le portail HAL permet la gestion des tutelles. Le référentiel des laboratoires est désormais à portée de main.

Autre fonctionnalité, très appréciable pour une meilleure qualité des données : la gestion des auteurs. Le principe est très simple : il s’agit juste de supprimer les doublons au niveau des identifiants auteurs, pour que toutes les publications d’un même chercheur soient bien rassemblées. Là encore, l’outil offre aux chercheurs du site une meilleure visibilité.

Un administrateur de portail HAL peut également s’occuper de la gestion des collections, qui permettent de mettre en valeur les publications d’une université, d’un laboratoire, d’un auteur, d’un projet ANR ou d’un colloque, grâce à une interface graphique adaptée et spécifique.

Pour une meilleure qualité des données, il est également possible de supprimer en un clic les doublons, c’est-à-dire les articles en double dans la base de donnée.

Last but not least, le portail HAL permet d’accéder plus facilement aux statistiques. Voici à titre d’exemple la courbe correspondant au cumul des dépôts en texte intégral pour les deux universités clermontoises.

L’augmentation des dépôts a été très significative ces deux dernières années, grâce aux actions de sensibilisation des chercheurs, et au réseau des référents HAL des labos.

Gageons qu’à l’avenir, les chercheurs déposeront à foison leur production scientifique dans ce nouveau portail, pour favoriser le libre accès aux résultats de leur recherche.

 

 

La construction de la mémoire collective de la communauté universitaire

En accompagnant les chercheurs dans la création de revues en ligne, la bibliothèque numérique de la BCU inscrit son activité dans le septième axe de la bibliothèque numérique scientifique : l’édition scientifique publique.
De la validation scientifique des articles à leur diffusion en ligne, s’imbrique un panel de compétences pour soutenir et valoriser la recherche.
Quelle synergie mettre en œuvre pour réussir ce projet au service des chercheurs ?

Considérons d’abord les concepts en présence : production scientifique et édition, édition papier et édition numérique, éditeur, chercheur, bibliothèque.
L’enjeu est de dresser des lignes de convergence et de démarcation, afin de cerner les contours d’une édition scientifique digne de ce nom.
La production scientifique n’est pas l’édition. La différence entre la version d’une thèse validée par le jury et sa version éditée en ouvrage est manifeste. De même entre un manuscrit auteur et l’article corrigé et mis en page dans le fascicule d’une revue.
De l’un à l’autre, la matière scientifique est bien là, mais elle n’a pas encore été passée au crible de l’évaluation, de la sélection et de la critique, pas encore façonnée et fignolée pour atteindre pleinement son public. La posture du chercheur n’est pas la même en amont. Communiquer à son équipe les résultats de son expérimentation n’est pas rendre des comptes à la société toute entière. Pierre Corbel, directeur des fameuses Presses Universitaires de Rennes, le dit lui-même dans cet entretien[1] : « Les chercheurs se parlent très bien entre eux, mais ils ont du mal à communiquer avec le monde. » Pour rendre audible à tous la voix de la recherche en train de se faire, un grand travail d’édition est nécessaire : corrections, réécritures, mise en forme. Ce façonnage, qui n’est pas un bricolage, est traditionnellement du ressort et de la responsabilité de l’éditeur. Son rôle est bien de donner de la légitimité aux travaux des chercheurs et de contribuer à leur renommée en étant garant de leur valeur scientifique.

Avec le développement des outils de publication en ligne, et la possibilité concrète de s’auto-publier en quelques clics, cette responsabilité de l’éditeur pourrait être remise en cause. N’est-il pas un intermédiaire coûteux et inutile, ralentissant à l’extrême les délais de parution ? Tout le travail de préparation de la copie, avec l’évaluation des manuscrits, les remaniements, les corrections, la coordination, la mise au normes typographiques, le balisage coute cher en main d’œuvre ! Autant réduire ces frais et mettre en place une édition électronique bon marché. C’est là le positionnement de Hal R. Varian, dans un article intitulé The future of Electronics Journals[2]: « Si tous les articles étaient soumis et distribués de façon électronique, je devine que les coûts du processus éditorial seraient diminués de moitié. » Boismenu et Baudry nous mettent en garde face à cette méconnaissance du rôle de l’éditeur:  « Ce genre d’affirmation montre le peu de considération ou l’ignorance pour la répartition des coûts de l’édition d’une revue, pour la nature du travail d’édition, que ce soit pour le papier ou pour l’électronique, et pour les niveaux de qualité et de services de l’édition électronique en tant que telle« .[3]

En outre, une édition électronique digne de ce nom suppose un important travail fondé sur le respect des bonnes pratiques tout au long de la chaîne de production éditoriale. Le collège de l’édition scientifique numérique sera bientôt à même d’attribuer le label EDES (Edition Electronique Scientifique) sur la base de cinq critères : la citabilité, l’intéropérabilité, l’accessibilité, l’ouverture, la durabilité.
Un important travail en réseau doit être mené sur le plan local et national pour se conformer à ces exigences.

  • La mise à disposition des chercheurs du site clermontois d’une plate-forme OJS pour le traitement éditorial des revues de la soumission des articles à leur diffusion en ligne s’accompagne d’une réflexion pour définir les conditions d’une juste expertise des manuscrits.
  • Concernant le balisage et le structuration des textes, l’intérêt commun est d’utiliser les formats d’encodage qui ont fait leur preuve, comme XML-TEI, standard en matière d’édition scientifique.
  • Pour viser l’interopérabilité des contenus, les fichiers numériques doivent contenir des métadonnées construites sur le même modèle au niveau de la structuration du texte, de la diffusion et du référencement.
  • Enfin, toute entreprise d’édition scientifique publique se doit d’avoir des assises solides en matière de droit d’auteur. La diffusion électronique n’a de sens que si les droits de chaque acteur sont préalablement respectés.

Si le libre-accès aux connaissances est une priorité pour l’université, il est essentiel qu’elle s’investisse pour améliorer la visibilité et la lisibilité de la recherche.

Je conclus ce billet avec une très belle phrase de Jean-Michel Salaün, [4]: « La priorité n’est pas une économie de la cognition, mais une économie de la publication ou la construction d’une mémoire collective. »

Pierre Brueghel l’Ancien. La tour de Babel
Kunsthistorisches Museum. Vienne

[1] Les Presses Universitaires de Rennes ont vingt ans : Pierre Corbel ou la religion du vrai livre. Propos recueillis par  Georges GUITTON Place publique Rennes. Disponible sur :  http://www.placepublique-rennes.com/2010/03/les-presses-universitaires-de-rennes-ont-vingt-ans-pierre-corbel-ou-la-religion-du-vrai-livre/ (Page consultée le 09/09/2013)

[2] VARIAN, HAL R. The future of Electronics Journals. (JEP) The Journal of Electronic Publishing. Disponible sur : http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0004.105 (Page consultée le 09/09/2013)

[3] BOISMENU Gérard, BAUDRY Guylaine, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires. Paris : La Découverte, 2002, 178 p.  Collection « Recherches »

[4] SALAÜN, Jean-Michel, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », BBF, 2004, n° 6, p. 20-30 [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 09 septembre 2013

Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal



Archives ouvertes institutionnelles : l’heure du choix va arriver

Les cinq prétendantes
Les cinq prétendantes retenues pour l’élection du 21ème titre de Reine d’Arles. Photo Ville d’Arles Patrick Mercier Source Flickr licence (CC BY-NC 2.0)

Mettre en place un dépôt d’archives ouvertes institutionnels pour le PRES de Clermont, y mettre en ligne d’abord les thèses, puis les autres publications des universités. Voilà ce qui est programmé de longue date.  Cet objectif est presque accompli. La décision officielle n’a pas encore été prise, mais voici résumé l’avis de la bibnum sur la question.

A commencer par une étude préalable, avec une dizaine de solutions envisagées : parmi elles, les  logiciels d’archives ouvertes mondialement connus: Eprints, Dspace, moins connus, Fedora, Invenio, l’incontournable plate-forme HAL, l’Outil de Référencement et d’Indexation pour un réseau de portail OAI-PMH (ORI-OAI), et même des GED libres, comme Nuxeo et Alfresco.
Ces logiciels ont été passés au crible des grilles comparatives, celle du PUL (aujourd’hui PRES de Lyon), celle de l’INSA de Lyon, leur documentation épluchée, des tests ont été réalisés, des formations suivies.
L’enjeu? Sélectionner les outils pour répondre aux mieux à nos attentes. Toute sélection suppose élimination, critères discriminants. Quels furent-ils?

Le premier critère est la compatibilité au protocole OAI-PMH. Pour les novices, j’explicite brièvement : Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting, protocole issu de l’Initiative pour les archives ouvertes garantissant le moissonnage des métadonnées. En deux mots, ce protocole permet l’échange des métadonnées d’une plate-forme d’archive ouverte à une autre. Il permet de récupérer le lien et les informations concernant une ressource numérique déposée sur une archive ouverte et décrite avec les normes ouvertes standards, comme le Dublin Core, depuis n’importe quel poste Internet, avec un moissonneur.
C’est l’interopérabilité des données, le prérequis essentiel sans lequel on n’est plus dans le domaine des archives ouvertes. Les GED libres, Nuxeo et Alfresco, sont donc passées à la trappe. Bien que très performantes, elles ont été d’abord conçues pour les entreprises pour garantir la confidentialité des données avec d’importants dispositifs de protection. On est loin de l’ouverture, de la philosophie du partage des données sous-tendue par l’Initiative des Archives Ouvertes.
Restaient les autres plate-formes d’archive ouverte. Les autres critères de sélection sont la simplicité d’utilisation pour les usagers, la faisabilité du projet, la solidité de la communauté d’utilisateurs, la conservation pérenne des données.
Fedora a l’avantage de pouvoir s’implémenter avec Drupal. Si l’architecture de cette plate-forme a quelques accointances avec le web sémantique et des potentialités intéressantes,  l’outil suppose des développement colossaux. Invenio propose plusieurs formats de métadonnées et peut s’articuler au SIGB. Simple d’utilisation, certes, mais trop peu répandu.
Il ne restait plus que quatre plate-formes : DSpace, Eprints, ORI-OAI et HAL.
E-Prints est un logiciel conformes à nos attentes, nous en avons eu la démonstration à Toulouse avec le bel exemple d’OATAO, mais son architecture modulaire suppose de  nombreux développements.
Après une formation sur les entrepôts et moissonneurs à Nice, Dspace nous a paru simple d’utilisation, facile à manier, et assez ergonomique.
On ne dira jamais assez de bien d’ORI-OAI. Utilisé par de nombreuses universités, cet outil a fait ses preuves et s’avère particulièrement pertinent pour la gestion et la valorisation des thèses, en prenant en compte le format TEF, les métadonnées des thèses françaises. Cet outil a permis d’exemplaires réalisations, à l’instar de Pétale en Lorraine.
Et puis HAL bien sur. Que peut-on lui reprocher? Son label CNRS ? Mais il est temps de cesser le clivage entre les institutions. Son côté hébergé ? Oui, mais quel hébergement avec archivage pérenne des données au CINES, on en sera que mieux loti.
Et puis,  la bibnum a orchestré la mise en production effective de STAR, qui a peu ou prou coïncidé avec le lancement du portail des thèses. Les thèses de Clermont-Ferrand, déposées dans STAR, du moins celles dont les auteurs ont autorisé la diffusion en ligne, sont par défaut devenues automatiquement visibles dans TEL (Thèses en ligne).  Alors pourquoi ne pas garder TEL ?
Quelque part sur un serveur de la bibliothèques sont stockées quelques cinq cents thèses électroniques antérieures à STAR, en attente de mise en ligne. Comment les rendre accessibles sur une plate-forme unifiée ? Puisqu’on utilise déjà TEL, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie et importer nos thèses antérieures à STAR dans cette archive ouverte ?
C’est simple, il est possible d’y importer des publications par lot avec un  fichier XML depuis n’importe quel compte utilisateur, à condition d’en demander l’autorisation au CCSD, ce qui nous a d’emblée été octroyé.
On peut ainsi y mettre en ligne l’ensemble des thèses électroniques d’Auvergne, en leur donnant une visibilité nationale, européenne et même mondiale. Recommandée par l’ANR et les instances officielles d’évaluation, cette plate-forme assure la conservation pérenne des données et améliore considérablement le référencement des publications dans les moteurs de recherche. Alors pourquoi se priver de HAL-TEL ? Créer une collection recensant l’ensemble des publications clermontoises et lui attribuer une interface graphique personnalisée en harmonie avec le site de la BCU valorisera la Bibliothèque comme institution autant que la recherche menée au sein du PRES Clermont Université.
Utiliser HAL et TEL implique peu de développement, juste une personnalisation de la charte graphique.
HAL-TEL s’impose pour plus de simplicité, de facilité d’utilisation, de visibilité, d’accessibilité, et de pérennité des données de la recherche.
Rien de tel que TEL pour valoriser les thèses clermontoises !