Sci-Hub, la science au juste prix

Statue de Robin des bois à Nottingam
Robin Hood (par Alan Feebury).

Un article de Science1 vient de consacrer le triomphe de la bibliothèque pirate Sci-Hub, créée en 2011 par une étudiante kazakhe, et qui contient aujourd’hui 50 millions d’articles, pour plus de 5 millions de téléchargements mensuels.

Dans le monde de la musique et de la vidéo, les verrous de l’accès avaient sauté il y a longtemps déjà. Malgré toutes les tentatives hadopiques pour endiguer le flot, l’échange en ligne s’est imposé, car il est trop facile pour se plier à la régulation. Dans ce paysage où toutes les barrières semblaient brisées et jetées à terre, l’édition scientifique faisait jusqu’ici figure à la fois d’exception et de curiosité. Occasion d’échanges amusés et incrédules avec tout interlocuteur étranger au petit monde de la science en train de se faire : « Sérieusement, vous payez pour consulter des revues scientifiques en ligne ? Mais combien à peu près ? Pardon, COMBIEN ??!!? ».

Cette exception a vécu. Désormais, il est aussi facile et rapide de se procurer un article payant que de télécharger un film ou une fichier de musique. Pour légalistes que soient les bibliothécaires (et Dieu sait s’ils le sont, moi le premier), je gage qu’ils seront nombreux à se réjouir du succès de Sci-Hub. Petite satisfaction mesquine et revancharde, que de voir enfin l’arrogant monopole des éditeurs battu en brèche. Mais enfin pourquoi bouder ce petit plaisir : Robin des bois se faisait attendre, cette fois il est là, et bien là !

Et puis, on a bien le droit de se réjouir, sans honte et sans arrière-pensée, de voir s’effondrer le mur de l’accès. Quand on sert l’activité scientifique, il est vraiment pénible d’être obligé de se livrer, à longueur d’année, à de pénibles et décevants marchandages, de devoir ensuite se plier à des systèmes d’authentification et de contrôle, quand il ne s’agit pas de faire la police auprès de ses propres utilisateurs. Les bibliothécaires, qui ont de la conscience professionnelle à revendre2 ont dépensé depuis quinze ans une énergie colossale pour combattre, en négociation, les verrous mis en place par les éditeurs… puis pour mettre au point des systèmes d’accès aux articles qui respectent ces verrous et en minimisent les nuisances. Ces contorsions leur valent d’ailleurs un vilain coup de pied de l’âne d’un éditeur dans l’article de Bohannon :

And for all the researchers at Western universities who use Sci-Hub instead, the anonymous publisher lays the blame on librarians for not making their online systems easier to use and educating their researchers. “I don’t think the issue is access—it’s the perception that access is difficult,” he says.

Quant aux chercheurs des universités occidentales qui utilisent Sci-Hub [au lieu des voies légales d’accès] l’éditeur anonyme en rejette la faute sur les bibliothécaires, pour n’avoir pas su rendre leurs systèmes d’accès en ligne plus faciles d’utilisation, ou n’avoir pas su former leurs chercheurs. « Je ne crois pas que le problème soit l’accès, mais seulement l’impression que l’accès est difficile », dit-il.

Des dizaines de bibliothécaires se sont déjà étranglés ou esclaffés à ces mots : ils savent depuis longtemps (et les éditeurs aussi !) que le SEUL souci de l’utilisateur est de trouver son article le plus vite possible. Il est bien naturel que Sci-Hub devienne sa source privilégiée, s’il y trouve ce qu’il cherche sans avoir à s’identifier, ou tout simplement s’il sait qu’il y trouvera TOUT ce qu’il cherche, sans avoir à passer d’une plate-forme ou d’un moteur de recherche à l’autre.

Passée le premier sourire et le premier agacement, on peut se demander quels effets l’existence de Sci-Hub va avoir sur le paysage de l’information scientifique et technique. Voici ce qui me vient au premier abord.

Sci-Hub casse les prix (?)

Sci-Hub casse le marché. Donner gratuitement ce que d’autres vendent à prix indécent, difficile de faire plus agressif, plus déloyal ! Mais on pourrait aussi bien écrire : « Sci-Hub crée le marché », puisqu’il y avait monopole (oligopole, précisément). D’une certaine façon, la concurrence déloyale que Sci-Hub fait aux plate-formes des éditeurs restaure, d’un geste un peu brutal, mais sans penser à mal, une situation de concurrence, contrebalançant le monopole qui était le leur. Ceci posé, il n’est pas certain que l’irruption massive du gratuit exerce une pression efficace sur les prix pratiqués par les éditeurs. Même dans le domaine de la musique et du film, il n’y a pas de consensus, aujourd’hui, quant à l’effet du piratage sur l’offre légale. Dans le domaine scientifique, où le client est légaliste par définition, puisque c’est presque toujours l’État, on ne peut pas être sûr que les tarifs vont se réguler en tenant compte d’un élément illégal.

Pour autant, on pourrait imaginer qu’en négociation, cet élément exerce une pression indirecte. La stratégie classique des grands éditeurs en négociation, c’est le tout ou rien : « Voilà le prix du bouquet, à prendre ou à laisser. Le titre à titre, c’est possible… mais c’est plus cher. » Or, il est bien plus facile à un établissement de refuser un contrat s’il sait que ses chercheurs n’en pâtiront pas trop et pourront se débrouiller pour accéder aux articles. Sci-Hub ne sera, bien sûr, jamais évoqué, mais comment douter que son ombre pèsera dans la discussion, puisqu’il est démontré que les chercheurs savent s’en servir en cas de besoin ? Songeons, par exemple, à cette université canadienne qui, après une difficile négociation avec Springer, a écarté le bouquet et choisi le titre à titre… Un tel choix aurait-il été concevable il y a un ou deux ans, alors même que la situation financière des universités était déjà dramatique ? On peut lire la décision annoncée de plusieurs façons : soit les budgets ont été si profondément drainés qu’il ne reste même plus de quoi payer tous les bigs deals (c’est donc la concurrence entre les big deals qui s’engage, avec un résultat déjà prévisible), soit c’est le consentement à payer des universités qui est atteint : désormais, ce qu’elles ne veulent pas, les universités ne peuvent plus être forcées à l’acheter. Parce qu’elles n’en ont plus les moyens (ceci n’est pas nouveau), mais aussi parce que les chercheurs peuvent désormais se procurer gratuitement ce dont ils ont besoin, si leur établissement ne peut le leur fournir.

Image d'un roi nu, de dos, ne portant que sa couronne.
Les habits neufs de l’empereur, par Milan Rubio.

Sci-Hub joue, de ce point de vue, un rôle décisif : il jette en pleine lumière l’absurdité d’un système où nous payons des millions pour accéder, au prix de coûteuses et laborieuses contorsions techniques, à une documentation gratuite, c’est à dire produite gratuitement et désormais accessible tout aussi gratuitement. Sci-Hub n’est pas seulement Robin des bois, c’est aussi l’enfant qui s’esclaffe en voyant passer l’empereur Elsevier dans ses habits neufs, et qui s’écrit qu’il est tout nu.

 

Quel effet sur l’Open access ?

Si j’avais une inquiétude, ce serait celle-ci : secoués par le succès de Sci-Hub, les éditeurs vont certainement redoubler d’efforts pour basculer du modèle de l’abonnement vers celui de l’auteur-payeur. C’est la seule parade réaliste pour eux à long terme, et on sait déjà qu’elle est rentable. Les chiffres que vient de publier l’Autriche, par exemple, montrent que la transition est engagée, à un rythme affolant, parce que très coûteux ! L’hybride s’envole, loin devant les autres modèles économiques. Grâce à lui, les éditeurs réassurent leur prise sur le circuit de publication, tout en s’assurant de nouveau, au passage, de considérables bénéfices3.

Dépenses de publication en libre accès en Autriche4

Type de coût 2012 2013 2014 2015
Gold Open Access
€ 1 101 € 4 744 € 69 668 € 441 034
Open Access hybride
€ 3 191 € 19 353 € 419 160 € 1 921 431
Autres coûts
€ 5 378 € 4 446 € 89 103 € 174 091
Total € 9 670 € 28 543 € 577 931 € 2 536 555

Alors comment conclure ? Eh bien comme d’habitude :

  • menons campagne contre l’hybride5
  • encourageons et aidons de notre mieux la création de nombreuses revues en libre accès dans le circuit universitaire.
  1. John Bohannon, Who’s downloading pirated papers? Everyone, Science 29 Apr 2016 : 508-512. []
  2. Malheureusement, ça ne se revend pas très bien. []
  3. Rappelons que l’hybride permet à l’éditeur de faire payer deux fois l’institution de recherche, puisqu’elle paie l’abonnement à la revue ET le prix nécessaire pour la publication en OA, laquelle ne coûte pas un centime à l’éditeur. []
  4. Ces chiffres ont été compilés à partir des données publiées par l’Austrian Science Fund ; Elles sont sous forme de tableurs, donc extrêmement faciles à exploiter. Belle leçon d’Open data ! []
  5. Voir la 24e minute de la vidéo []

Votre libre accès avec ou sans… la suite !

Aaron Butler, Flying Books.
Aaron Butler, Flying Books.LOGOCCby-nc-nd.eu

 

 

 

Le billet d’humeur paru ici il y a quelques semaines a donné lieu à des discussions nourries avec divers collègues1. Inutile de les détailler ici, ce billet vise juste à effectuer trois mises à jour importantes.

  1. Amende honorable : je soutenais que le problème n’était pas juridique, et que la solution que je proposais ne devrait soulever aucune espèce de question en termes de droit. Je me trompais, ainsi que l’a montré Lionel Maurel dans son récent billet sur le sujet. Merci à lui d’avoir corrigé mon erreur. Pour la résumer d’une phrase : en arrière-plan de l’arrêté, il faut se reporter au Code de la propriété intellectuelle2, que la jurisprudence a toujours  interprété dans un sens restrictif : « Cela signifie, écrit Lionel Maurel, qu’un usage non explicitement prévu au contrat devra être réputé comme toujours interdit ». Le bon sens n’y peut rien, la solution que je préconisais n’est pas juridiquement sûre… Si l’on décide de la pratiquer, que ce soit en connaissance de cause !
  2. L’espoir est permis : comme l’indique Joachim Shöpfel (directeur de l’Atelier national de reproduction des thèses) en commentaire, la solution évoquée par Lionel Maurel (modification de l’arrêté) est en cours d’élaboration depuis un certain temps déjà. L’arrêté modifié élargirait la transmission possible à l’ensemble de la communauté universitaire, exactement ce qui nous manque. Excellente nouvelle ! Espérons que tout cela aboutisse rapidement.
  3. En attendant, la solution la plus simple est de résoudre le problème avec chaque doctorant lors du dépôt de sa thèse. Pour cela, il est important de bien éclairer les doctorants sur les conséquences de leur décision lorsqu’ils choisissent d’accepter, ou non, la mise en ligne de leur thèse. Puis, lors du dépôt, de leur demander d’indiquer explicitement leurs directives concernant la possibilité du PEB. Un modèle de formulaire de dépôt qui prend en compte cette question est disponible ci-dessous :

– en format libre office (.odt)
– en format microsoft (.doc)

 

Je conclurai en citant une dernière fois le billet de Silex :

La dernière option consiste à considérer que même si l’usage ne respecte pas à la lettre le droit en vigueur, il appartient aux bibliothèques de prendre leurs responsabilités et de mettre quand même en oeuvre un PEB des thèses électroniques sur une base pragmatique et raisonnable. Après tout, plusieurs usages en bibliothèque s’opèrent toujours aujourd’hui sans aucune base légale (le prêt de CD, la mise à disposition de jeux vidéo ou d’applications pour tablettes, etc.). S’il avait fallu attendre que la loi change, les bibliothèques auraient été contraintes à renoncer à l’exercice d’une partie importante de leurs missions en faveur de l’accès à la culture et à la connaissance.

Je souscris à cette position. Le droit est imparfait, et en attendant qu’il évolue, à son rythme, nous avons le devoir, en tant que professionnels, de travailler avec bon sens. Jamais pour le plaisir de la transgression (que personnellement je goûte fort peu, comme la plupart de mes collègues) mais parce que le bon sens peut et doit primer sur le rigorisme juridique. En ces matières, le discernement relève de la conscience (professionnelle) de chacun et ne saurait être traduit en procédure. Rappelons-nous cependant pour quoi nous travaillons, avant d’inviter un apprenti chercheur à prendre le train pour consulter un fichier électronique.

  1. Merci, en particulier, à Sylvain Machefert, David Aymonin et Lionel Maurel pour ces échanges. C’est David qui a pris l’initiative d’aller au-delà de l’énervement et de travailler sur le sujet, et c’est sur sa suggestion que paraît ce billet, ainsi que les modèles de bordereau de dépôt qui y sont joints. Merci à lui, ainsi qu’à nos collègues des PEB que nous avons harcelés pour connaître leur avis sur ces questions ! []
  2. Article L131-3 du CPI : « La transmission des droits de l’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée. » []

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

Appel à communications : L’Open Access, questions économiques, éthiques et juridiques

Dans le cadre de l‘Open Access Week 2015, la bibliothèque numérique de la BCU organise une journée d’étude sur l’Open Access et les archives ouvertes qui se tiendra le 20 Octobre 2015 à laOpen-Access-logo Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.

Son objectif est de mettre en évidence les aspects économiques, juridiques, mais aussi éthiques de la diffusion en libre-accès de la recherche à l’heure du numérique, en faisant converger les regards de juristes, d’économistes et de chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

L’Open access (libre accès) est désormais en plein développement, qu’il s’agisse de la « voie verte » (dépôt des thèses et articles en archives ouvertes) ou de la « voie dorée » (publication dans des revues en Open Access). Ce développement voit converger des motivations éthiques et économiques. Il s’agit à la fois de rendre la connaissance plus accessible, plus aisément diffusable et réutilisable ; et, sur le plan économique, de répondre à la tension créée par la position dominante d’un petit nombre d’éditeurs scientifiques, en diminuant les coûts supportés par le monde scientifique pour la diffusion de la connaissance. Sur le plan juridique, dans le contexte mouvant de la propriété intellectuelle à l’ère du numérique, le courant du libre-accès contribue à faire bouger les lignes en imposant une distinction entre archivage et publication, tout en levant la barrière de l’accès. Il pose, à cause de cela, de très nombreuses questions de droit, qu’il s’agisse de l’articulation entre le droit d’auteur et l’archivage en ligne, de la question des embargos, des licences Creative Commons, etc.

Les propositions de communication, qu’elles émanent de juristes, d’économistes, ou de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, tenteront de répondre aux nombreuses interrogations suscitées par le libre-accès à l’intersection entre droit, éthique et économie : comment le libre accès prend-il place dans le paysage juridique et économique actuel de l’édition scientifique ? Quels changements y produit-il ? Son succès remet-il nécessairement en cause les processus d’évaluation, les effets de notoriété ou le fonctionnement économique du circuit actuel ? Permet-il le maintien d’une démarche d’évaluation scientifique pleinement efficace ? Sur le plan juridique, de quelle armature le libre-accès s’est-il doté ? Est-elle suffisante aujourd’hui pour répondre au besoin des chercheurs et à la demande de la société ? Le développement du libre-accès est-il susceptible d’influer sur le droit d’auteur lui-même ?

Conjointement à ces communications, une table-ronde aura lieu, en présence de Serge Bauin, chargé de mission pour le libre-accès à la direction de l’IST du CNRS et auteur du récent rapport : « L’Open Access à moyen terme, une feuille de route pour HAL », d’ un représentant du CCSD (centre pour la communication scientifique directe), et de chercheurs clermontois utilisateurs de HAL. Cette table ronde permettra notamment :
d’évoquer l’usage actuel et l’avenir de HAL, plate-forme nationale du libre-accès ;
d’interroger les différents usages des archives ouvertes par les chercheurs clermontois ;
d’évoquer les autres archives ouvertes institutionnelles des EPST du site (ProdINRA, CEMOA d’IRSTEA), ainsi que de leurs échanges avec HAL.

Proposition à envoyer au plus tard le 20 AVRIL 2015 à : camille.meyer@clermont-universite.fr ; olivier.legendre@clermont-universite.fr

2015 en 10 résolutions

Parmi les bonnes résolutions de l’année figure, en bonne place, celle de publier de temps en temps sur ce blog1. Prudent, je ne m’engage pas à tenir un rythme, qu’il soit hebdomadaire ou semestriel. Mais pour m’obliger à commencer je livre un échantillon de nos projets 2015,  assez succinct pour laisser la possibilité de futurs billets, au fil des avancées irrésistibles et des captivants rebondissements et qui se produiront fatalement au cours de l’année.

Voici donc, en exclusivité, et aussi en toute intimité pour les rares avisés-lecteurs-de-l’Alambic ayant survécu à 6 mois de silence, notre programme 2015 en 10 résolutions.

Un peu de politique documentaire

Résolution n° 1 : réinformatisation

La BCU est l’un des établissements pilotes du projet SGBM. L’opération va prendre du temps (le calendrier initial du projet a glissé un peu, comme il est de règle pour les grands chantiers) de sorte que le déploiement du nouveau système pourrait avoir lieu en 2016-2017. Mais ce temps nous sera amplement nécessaire pour mener le considérable travail de nettoyage des données qui nous attend2. Dédoublonnage, suppression de notices sans exemplaires et d’exemplaires sans notices, retraitement de sous-ensembles mal catalogués, homogénéisation des méthodes de travail, ce vaste programme mobilise déjà un groupe de catalogueurs d’élite de toute de la BCU, lesquels ont du pain sur la planche pour les deux ans à venir et au-delà. Vous lirez très probablement, un de ces jours, un billet plus approfondi sur ce qui nous a conduits dans le projet et sur la façon dont la BCU prépare sa migration.

Résolution n°2 : acquisitions

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
Cliché  Jane Cockman
LOGOccby-nc

Avec une très grande originalité, du côté des achats (revues, bases de données, livres) la BCU entame l’année 2015 en accélérant la transition de l’imprimé vers l’électronique. Pour être plus clair, et justifier la mention dans ce billet d’un phénomène qui touche à peu près toutes les bibliothèques du monde, il s’agit d’une accélération de l’accélération. Le service assuré par feu notre agence d’abonnements nous a convaincus qu’il fallait dépenser autrement moyens et énergie. Les listes d’abonnement imprimés ont donc été réduites au strict minimum3, de façon à nous permettre de traiter ce qui en reste en liaison directe avec les éditeurs, et autant que possible en format électronique. Adieu les liasses d’abonnements, sans regret, je crois.

Investing, publié sur FlickR sous le pseudonyme de "401(K)2012", sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l'identique.
LOGOccby-nd  http://401kcalculator.org/

 

 

Une fois épongés 1°) le passage de l’imprimé à l’électronique (parfois c’est plus cher) 2°) la baisse budgétaire 3°) l’inflation et 4°) l’évolution du change dollar/euro, la marge de manœuvre dégagée nous permet d’élargir deux ou trois abonnements principalement en lettres, chichement dotées en électronique jusqu’ici. Heureusement, les licences nationales viennent enrichir la matière disponible. Autre opération importante longtemps attendue et qui va nous faire progresser à grands pas vers l’inaccessible horizon de la bonne gestion, nous instruisons le dossier de déduction de la « TVA recherche » pour l’appliquer dès cette année sur l’essentiel de nos abonnements. Pas de petites économies.

Résolution n° 3 : production

Une autre grande transition est en cours, qui déplace notre effort de la documentation acquise (par nous) à la documentation produite (par les chercheurs de Clermont). Dans ce domaine, on poursuit les efforts entamés depuis trois ans, qui tournent autour de l’accès ouvert sous ses deux formes :

1. Voie verte : nous travaillons sur de la communication vidéo et préparons une journée d’ateliers autour de HAL, pour accroître le nombre de dépôts et de déposants ;
2. Voie dorée : pour soutenir la création de revues en libre accès (quelques billets ici en ont déjà parlé), a été créé fin 2014 à Clermont-Ferrand un pôle éditorial numérique qui regroupe la bibliothèque, les presses universitaires et la maison des sciences de l’homme. Le rôle précis de chacun est encore à définir, mais un outil de travail collectif est en place, c’est un excellent début.

Résolution n° 4 : numérisation

La politique de numérisation s’infléchit : la perspective initiale était de « bâtir des bibliothèques numériques » adossées à des projets scientifiques. Cette démarche a porté des fruits, dont plusieurs projets présentés sur ce blog : Glangeaud, EVE, ThinkMotion… Cette façon de travailler a eu deux limites :

1. elle nous a amenés à numériser, pour l’essentiel, des ouvrages extérieurs à nos fonds. Nous prospectons maintenant dans les fonds de la bibliothèque, dont l’intérêt scientifique ne fait pas de doute. Nous programmons en ce moment le traitement d’un premier ensemble appartenant au fonds Bastaire. Vous devriez en entendre parler dans l’année.

2. nous avons abouti à des sites web hétérogènes : internes ou externes, hérités ou conçus, produits ou hébergés, reposant sur des outils différents… L’ensemble est difficile à maintenir. Nous visons donc le déploiement d’un logiciel de bibliothèque virtuelle4, qui doit permettre à la fois la gestion interne des ouvrages numérisés, et leur exposition publique. Nous avions opté initialement pour un développement interne mais nous avons reconsidéré ce choix l’an dernier parce qu’il se heurtait à des obstacles techniques importants et manquait de prudence5. Nous allons donc nous tourner vers un outil existant. Actuellement, un groupe projet constitué d’étudiants examinent les divers outils disponibles. Le choix n’est pas infini, il est assez bien balisé, nous espérons aboutir à une décision au printemps, et pouvoir commencer cette année l’installation et le test de l’outil : nous avons des collections qui attendent !

Un peu d’informatique

Résolution n° 5 : évolution (du site web)

Cette année commence la mise en œuvre d’un nouveau mode d’évolution du site, fondé sur deux principes :

1. suivre pas à pas les évolutions techniques du logiciel (une mise à jour est en cours, sans changement de contenu ou presque)
2. organiser chaque année des tests d’utilisateurs pour recueillir leur appréciation et améliorer le site en fonction de ces tests.

Les premiers tests ont eu lieu à l’automne et ont porté sur le catalogue en ligne. Le debriefing aura lieu dans les prochains mois et déclenchera une première opération d’amélioration de notre outil de découverte. Le site web viendra ensuite (il est plus logique d’effectuer les tests d’utilisateurs une fois passée la mise à jour technique).

Résolution n° 6 : relation (avec les utilisateurs)

L’autre projet important sur le web est la mise en place d’un guichet unique de service en ligne appuyé sur un logiciel de support (OTRS), pour unifier tous nos canaux d’échange avec les utilisateurs, et remplacer les adresses institutionnelles, les formulaires d’échange, etc. C’est un projet assez intéressant, un peu en décalage avec les habituels services de renseignements en ligne (c’est un peu pour cela qu’il m’intéresse, j’avoue). Il y aura un petit billet détaillé dessus en fin d’année, promis.

Résolution n° 8 : migration (des fichiers)

Ferme de serveurs
Cliché: Simon Law 
LOGOccby-sa

La semaine dernière, les répertoires de travail quotidien des agents de la BCU ont été déplacés de notre petite « salle des machines » locales (longtemps réputée pour ses problèmes d’électricité et de climatisation) vers un serveur virtuel situé au centre de ressources informatiques dans une « salle serveurs » digne de ce nom6. Pratiquement personne ne s’en est aperçu, et c’est très bon signe : la migration (environ 800 Go) s’est faite sans coupure grâce aux outils déployés depuis un ou deux ans. L’étape suivante est la mise en place d’un plan de reprise d’activité (PRA) reposant sur nos propres machines, plus fragiles, mais utilisables comme roues de secours, pour faire tourner un processus régulier de duplication des données. La sécurisation est en marche.

Résolution n°9 : formation (avec les collègues)

Dans le même temps, la formation de 5 collègues issus des principales BU suit son cours, ce qui permet aux informaticiens de leur mettre en main les connaissances nécessaires à la gestion de proximité et garder le contact avec les nécessités de chaque site. Après avoir maîtrisé fin 2014 gestion des fichiers sur le réseau, traitement des incidents, processus de mise à jour, prise en main de fonctions avancées de l’ENT, ils vont maintenant se pencher sur les systèmes Linux, les logiciels de messagerie, la bureautique ou les questions de sécurité. Et peut-être accepteront-ils de raconter ici ce qu’ils en auront pensé ?

Résolution n°10 : expérimentation (d’imprimantes)

Je termine en mentionnant (il me fallait mes dix items) une petite expérimentation technique en cours : nous nous sommes fait livrer une imprimante « à ticket » (déjà en service dans les médiathèques ici et sûrement dans bien des BU). Si les tests sont concluants, ces appareils robustes remplaceront avantageusement les imprimantes de bureau mal adaptées à cet usage que nous utilisons encore.

Avant de clore ce pêle-mêle, il est juste de souligner (mais l’avisé lecteur l’aura compris) que la plupart des projets évoqués reposent sur d’autres que moi, et que mes collègues auront beaucoup de travail cette année. Quant à moi je compte, selon mon habitude, les regarder faire, les encourager avec enthousiasme (ou les aider dans les cas d’extrême urgence), et raconter leurs exploits ici (à moins qu’ils ne le fassent eux-mêmes, ce qui m’obligerait).

Tony Delgrosso, Lazy
Tony Delgrosso, LazyLOGOCCby-nc-sa.eu

 

 

  1. L’appel à contributions ne compte pas, soyons honnête ! []
  2. Quelle meilleure occasion qu’un déménagement pour ranger ses affaires ? []
  3. c’est-à-dire, tout de même, plus que divisées par deux dans l’ensemble des bibliothèques ! []
  4. Les bibliothécaires appellent cela une GED, mais le mot a un tout autre sens en informatique ; je pense que « logiciel de bibliothèque virtuelle » est plus clair. []
  5. Réinventer l’eau tiède ou la roue n’est déjà pas facile, mais ici, si j’ai bien compris le diagnostic posé par mes collègues, il s’agissait plus ou moins de refabriquer, armé seulement d’un couteau suisse, la roue à eau tiède qui coupe le beurre et distille le café ; ça aurait pu marcher, mais ni très bien, ni très bientôt. J’avais validé ce premier choix, mais je ne crois pas indispensable de s’acharner par fidélité à une erreur initiale. []
  6. C’est-à-dire un de ces endroits magiques, sans fenêtre, où l’on entre avec un casque anti-bruit, où la chaleur produite par les machines permet de chauffer le campus (j’enjolive un petit brin) et où des petits voyants multicolores clignotent dans des travées obscures peuplées de caissons métalliques noirs, au milieu d’une symphonie de bip-bips inquiétants. []

Ombilic numérique

Hamlet's statue at Stratford upon Avon, by Derek Winterburn (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation Commerciale, Partage à l'identique)
Hamlet’s statue at Stratford upon Avon, by Derek Winterburn (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation Commerciale, Partage à l’identique)

Ce billet, comme son nom(bilic) l’indique, sera nombriliste. L’Alambic, depuis sa mise en chauffe, n’a pas abusé de ce genre. Il y sacrifiera aujourd’hui par exception.

La plupart des blogs et des blogueurs connaissent un jour ou l’autre une phase d’essoufflement ou de doute. Le temps passant, rédiger un billet cesse de devenir une angoissante et exaltante aventure pour se muer en pénible pensum. Parfois on n’a pas grand chose à dire et on ne sait comment l’écrire.

Lorsqu’un blogueur solitaire raréfie ou cesse ses publications, personne ne lui en tient rigueur, en tout cas parmi ceux qui se sont colletés avec l’exercice. Un collectif qui édite un blog ne se pose généralement pas le problème, le rythme étant plus facile à tenir quand les auteurs sont nombreux. Avec son positionnement de « blog à contributions individuelles émanant d’un service », l’Alambic a la cuve entre deux chaises.

* Son côté individuel fait sa fragilité, puisqu’il repose sur l’inspiration et la disponibilité d’un petit noyau de rédacteurs réguliers, sujets à l’essoufflement. Mais c’est aussi ce côté personnel qui donne de la saveur à ses distillation : à chacun son style, ses thématiques et son rythme. Au lecteur de trier.

* Le côté institutionnel de l’Alambic ne s’est jamais vraiment affirmé, sa dimension collective a juste assez existé pour qu’aucun des rédacteurs ne se sente, à lui seul, comptable de l’activité du blog. Et si une règle non écrite nous a poussés à tenir à peu près une distillation par semaine, cette règle n’a pas résisté à l’usure du temps. Les contributeurs ont eu plusieurs discussions cette automne pour savoir s’il fallait s’efforcer de maintenir ce débit, quitte à réduire le contenu à des informations plus anodines, ou bien se donner la liberté de publier moins. L’avisé-lecteur-habitué-de-l’Alambic ne sera pas étonné que la seconde ligne l’ait emporté. On ne peut pas abolir l’urgence, proclamer son amour de la qualité au mépris de la quantité, et transformer l’Alambic en robinet d’eau tiède.

Ce blog publie moins souvent. La belle affaire. C’est du temps rendu à l’avisé-lecteur-curieux-de-tout pour aller explorer Hypothèses ou publier lui-même son blog. Et puisque l’occasion m’est donnée de dévoiler un peu de la vie interne du blog, j’en profite pour coucher ici les principes qui ont été confirmés lors de nos récentes discussions.

1- La rédaction d’un blog a besoin de liberté. Cette liberté se manifeste par le fait que nous signons personnellement. Ce blog se définit donc comme un espace professionnel d’expression individuelle, non institutionnelle.  Pour écarter symboliquement ce caractère institutionnel, l »Alambic ne sera plus affiché sur la page d’accueil du site web de la BCU (il restera accessible indirectement sur la page du service).

2- Les auteurs rédigent en tant que professionnels ET à titre personnel. Il n’y a pas d’obligation de faire relire sa prose. En revanche, chacun est responsable de ce qu’il écrit, et en répond s’il reçoit des retours négatifs.

3- Il n’y a pas d’agenda de publication.

4- L’Alambic ne s’interdit pas de cesser d’exister. Si plusieurs mois se passent sans publication, nous conclurons que le moment est venu de passer à autre chose, ce sera dit et fait sans fausse honte.

Pour l’heure nous n’en sommes pas là. Notre introspection ombilicale nous a suggéré que l’Alambic a peut-être encore dans son sac quelques infos pratiques, trucs informatiques, chroniques numériques et autres philippiques électroniques. Nous allons voir si tout cela parvient encore à se distiller.

 

 

« Citoyens handicapés, citoyens connectés »

Jeune fille couchée au milieu d'une multitude d'outils informatiques (tablettes, PC, téléphones mobiles, liseuses)

Pour terminer ma série de billets autour de l’accessibilité numérique, j’aimerai faire un retour sur un atelier organisé par la Commission Handicap de l’ABF, lors du 59e congrès de l’association, en juin dernier, dans la Capitale des Gaules.
« Citoyens handicapés, citoyens connectés » tel était le titre de cet atelier dont l’objectif était de montrer que le numérique est aujourd’hui un vecteur d’autonomie et un soutien à l’insertion sociale. Pas de bla-bla ou de longs de discours mais des témoignages et des exemples concrets pour démontrer les atouts des usages numériques.

Hélène Kudzia, bibliothécaire et responsable de l’espace Lire autrement, à la bibliothèque Marguerite Duras, située dans le 20e arrondissement de Paris a montré comment, grâce à son Ipad qui intègre des fonctionnalités d’accessibilité (Voice Over, Zoom, …) elle pouvait télécharger un livre numérique, le lire, mettre des signets, retrouver un passage. La gestuelle change mais la qualité de lecture reste la même. Sa démonstration rappelait que les possibilités techniques de lecture adaptée existent et qu’on peut espérer que les usages entre lecteurs « valides » et lecteurs «  en situation de handicap » convergent. L’Ipad est une bonne illustration d’un instrument conçu pour tous les publics, dans un souci de conception universelle. Hélène avait toutefois rappelé, en préambule de son intervention, l’écart entre le nombre de documents tous supports (70 000) et le nombre de documents sonores (1500) ou de documents en grands caractères (1100) disponibles à Marguerite Duras.

Il existe aussi des outils spécifiques et le dispositif mis en place au Pôle  « L’œil et la lettre » de la Médiathèque José Cabanis tend à prouver que, sur certains points, les usagers en situation de handicap dont certains sont des experts du numérique, ont un poil d’avance. Désormais, la RFID couplée à un lecteur Daisy, le Milestone, permet aux lecteurs déficients visuels de se déplacer dans les rayons du pôle et de sélectionner, en toute autonomie, les documents qui les intéressent grâce à un procédé d’identification vocale du fonds. C’est le lien entre la technologie RFID et les possibilités de lecture vocalisée du Milestone qui ont permis ce progrès. Les développements obtenus sont le fruit d’un travail entre l’équipe du SIGB de la Bibliothèque de Toulouse, la société 3M (fournisseur RFID), la société Bones (la société suisse qui développe le Milestone) et la société Acces’solutions (qui travaille sur les questions d’accessibilité informatique). L’équipe du Pôle « L’œil et la lettre », et en particulier Jean-Marc Ramos, a joué le rôle de chef d’orchestre. Démonstration a été faite que des objets utilisés au quotidien par des personnes handicapées dans des contextes autres peuvent être adaptés au monde des bibliothèques.

Après les bibliothèques, nous fîmes un détour par les musées et la présentation de Muséo une expérimentation menée par l’association Signes de sens , en direction d’un public d’enfants sourds et malentendants de 8 à 12 ans. En décembre 2010, au musée du quai Branly, grâce aux potentialités offertes par le multimédia, 50 enfants ont pu utiliser un visioguide qui combine une visite sur iPad dans les collections avec un atelier sur écran tactile, un atelier vidéo avec commande à distance et un atelier de création de signes enregistrés via webcam. J’ai découvert lors de cet atelier un dictionnaire en langue des signes, accessible gratuitement Elix.

En fin d’atelier, Françoise Sarnowski qui a travaillé aux Champs Libres à Rennes nous souhaitait « Bon’app » grâce à un palmarès de 15 applications adaptées et utiles pour les personnes en situation de handicap qu’elle avait sélectionnées. Il y en a pour tous les usages : des apps pour enregistrer comme QuickVoice, des apps à visée pédagogique comme Educreations (tableau blanc interactif) ou Mindjet (cartes mentales), des apps pour sensibiliser au handicap comme Braille Now ou Signes, des apps pour se repérer comme Jaccede.fr,… Impossible de faire une liste exhaustive, car les applications se multiplient comme des petits pains et tendent à conquérir l’Internet mobile. L’intervention de Françoise Sarnowski met en valeur la dimension de veille du travail des bibliothécaires.

Mon sentiment à l’issue de cet atelier est plutôt positif, renforcé par la qualité des interventions et la certitude que toutes les solutions techniques existent aujourd’hui pour permettre une accessibilité de haut niveau.

Et les BU ? Elles sont un peu noyées au milieu des questions de lecture publique qui dominent les débats mais les enjeux profonds (améliorer l’accessibilité à la culture, la lecture, l’information ; lutter contre l’exclusion ; permettre des accès autonomes) ne sont pas si différents.

A Clermont-Ferrand, nous voulons organiser, à l’automne 2014, une journée d’études sur l’accessibilité documentaire dans l’enseignement supérieur, qui rendra un peu plus visible cette partie émergée de l’iceberg, composé non de glace lisse mais de multiples crevasses au fond desquelles les étudiants en situation de handicap courent le risque de se perdre.

L’alambic en chauffe

Le Monolecte, Alambic (Source FlickR, Licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique)

 

  • Démontrer la pertinence et le caractère innovant de nos réalisations, avec une fluidité webdeuzéroïque et la conscience d’ouvrir la voie vers l’avenir des bibliothèques.
  • Offrir une tribune à des prises de position audacieuses, courageuses et – cela va de soi –  politiquement incorrectes.
  • Assurer et assumer notre autopromotion, et finalement convaincre le monde entier – grâce à la réalité augmentée – que le Puy de Dôme est l’Everest français.

C’est ce que ce blog ne fera pas.

Mais à quoi va-t-il donc bien pouvoir servir s’il n’assure pas ces fonctions vitales ? Eh bien :

  • À contribuer au débat blogosphérique sur les questions qui nous tiennent à cœur : le web comme ressource, la documentation électronique et l’open access, les rapports entre bibliothèque et informatique, entre bibliothécaires et informaticiens, le service des utilisateurs vu côté serveurs ; les outils de travail qui sont les nôtres, leurs limites et les moyens de les dépasser (ou de les subir à moindre frais).
  • À exposer nos projets (site web, numérisation de fonds, etc.) pour les soumettre à l’aiguillon salutaire des critiques, des discussions, voire – qui sait ? – des compliments ;
  • À défendre, de temps à autre, notre point de vue singulier de Bougnats numériques, avec ce qu’il peut avoir de pittoresque (microprocesseur laguiole, Cantal-entre-deux-point-zéro, pingrerie hein-point-d’euros,  etc.) parce que Clermont-Ferrand a, comme tous les autres charmants petits villages de province toute métropole en région, quelques curiosités locales à faire valoir. Dont le fait d’avoir une bibliothèque numérique de dix personnes, qui s’occupe à la fois de documentation et de numérisation, qui développe son propre site web, et qui prétend même tenir un blog. Mais j’en reste là : je suis juste venu allumer le feu sous l’alambic, pas anticiper sur les distillations des collègues.

 

Car ce blog est un travail d’équipe : la bibnum de Clermont, je me répète, c’est dix personnes et toutes ont  vocation, un jour ou l’autre, à apposer leur signature au bas d’un billet et leur avatar en haut. Pour l’heure, la mise en œuvre (titre, visuel, avatars) est déjà le fruit d’un labeur collectif.

Ce blog est bien un outil de travail. Je voudrais qu’il nous permette de parler de ce que nous faisons avec, quant à la forme, la liberté de ton qu’autorise le genre et, quant au fond, le sérieux que nécessite tout travail. Je souhaite qu’il nous permette d’apprivoiser le monde du ouèbedeux et donner envie à des collègues de s’y aventurer. J’espère que notre alambic produira, de temps à autre, quelques gouttes d’un nectar revigorant, propres à réchauffer la discussion. Je gage que son gargouillement entretiendra notre ardeur au travail, ne serait-ce que pour avoir quelque chose de valable à y raconter. Je rêve, bien sûr, qu’il récolte une moisson de commentaires vifs et capiteux, qui nous obligent à revenir régulièrement sur nos préjugés de Bougnats et à nous connecter à la biblioblogosphère un peu plus qu’une fois par mois (on se connectera à plusieurs ensemble pour ne pas gâcher d’électricité).

Enfin, ce blog assume sa dette envers les nombreux collègues (je ne mets pas de lien, il faut économiser la flagornerie, mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez) qui ont déjà accédé à la Vérité Numérique : cet alambic peut être considéré comme un rejeton printanier de notre passage hivernal au bibcamp. Merci, donc.

Olivier Legendre

P.S. Ce billet est dédié à tous ceux qui, un jour, ont eu ou auront une pénible sensation de froid au creux de l’estomac en appuyant sur le bouton Publier.