Votre libre accès avec ou sans… la suite !

Aaron Butler, Flying Books.
Aaron Butler, Flying Books.LOGOCCby-nc-nd.eu

 

 

 

Le billet d’humeur paru ici il y a quelques semaines a donné lieu à des discussions nourries avec divers collègues1. Inutile de les détailler ici, ce billet vise juste à effectuer trois mises à jour importantes.

  1. Amende honorable : je soutenais que le problème n’était pas juridique, et que la solution que je proposais ne devrait soulever aucune espèce de question en termes de droit. Je me trompais, ainsi que l’a montré Lionel Maurel dans son récent billet sur le sujet. Merci à lui d’avoir corrigé mon erreur. Pour la résumer d’une phrase : en arrière-plan de l’arrêté, il faut se reporter au Code de la propriété intellectuelle2, que la jurisprudence a toujours  interprété dans un sens restrictif : « Cela signifie, écrit Lionel Maurel, qu’un usage non explicitement prévu au contrat devra être réputé comme toujours interdit ». Le bon sens n’y peut rien, la solution que je préconisais n’est pas juridiquement sûre… Si l’on décide de la pratiquer, que ce soit en connaissance de cause !
  2. L’espoir est permis : comme l’indique Joachim Shöpfel (directeur de l’Atelier national de reproduction des thèses) en commentaire, la solution évoquée par Lionel Maurel (modification de l’arrêté) est en cours d’élaboration depuis un certain temps déjà. L’arrêté modifié élargirait la transmission possible à l’ensemble de la communauté universitaire, exactement ce qui nous manque. Excellente nouvelle ! Espérons que tout cela aboutisse rapidement.
  3. En attendant, la solution la plus simple est de résoudre le problème avec chaque doctorant lors du dépôt de sa thèse. Pour cela, il est important de bien éclairer les doctorants sur les conséquences de leur décision lorsqu’ils choisissent d’accepter, ou non, la mise en ligne de leur thèse. Puis, lors du dépôt, de leur demander d’indiquer explicitement leurs directives concernant la possibilité du PEB. Un modèle de formulaire de dépôt qui prend en compte cette question est disponible ci-dessous :

– en format libre office (.odt)
– en format microsoft (.doc)

 

Je conclurai en citant une dernière fois le billet de Silex :

La dernière option consiste à considérer que même si l’usage ne respecte pas à la lettre le droit en vigueur, il appartient aux bibliothèques de prendre leurs responsabilités et de mettre quand même en oeuvre un PEB des thèses électroniques sur une base pragmatique et raisonnable. Après tout, plusieurs usages en bibliothèque s’opèrent toujours aujourd’hui sans aucune base légale (le prêt de CD, la mise à disposition de jeux vidéo ou d’applications pour tablettes, etc.). S’il avait fallu attendre que la loi change, les bibliothèques auraient été contraintes à renoncer à l’exercice d’une partie importante de leurs missions en faveur de l’accès à la culture et à la connaissance.

Je souscris à cette position. Le droit est imparfait, et en attendant qu’il évolue, à son rythme, nous avons le devoir, en tant que professionnels, de travailler avec bon sens. Jamais pour le plaisir de la transgression (que personnellement je goûte fort peu, comme la plupart de mes collègues) mais parce que le bon sens peut et doit primer sur le rigorisme juridique. En ces matières, le discernement relève de la conscience (professionnelle) de chacun et ne saurait être traduit en procédure. Rappelons-nous cependant pour quoi nous travaillons, avant d’inviter un apprenti chercheur à prendre le train pour consulter un fichier électronique.

  1. Merci, en particulier, à Sylvain Machefert, David Aymonin et Lionel Maurel pour ces échanges. C’est David qui a pris l’initiative d’aller au-delà de l’énervement et de travailler sur le sujet, et c’est sur sa suggestion que paraît ce billet, ainsi que les modèles de bordereau de dépôt qui y sont joints. Merci à lui, ainsi qu’à nos collègues des PEB que nous avons harcelés pour connaître leur avis sur ces questions ! []
  2. Article L131-3 du CPI : « La transmission des droits de l’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée. » []

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

Appel à contributions

À titre exceptionnel ce blog sert aujourd’hui de panneau d’affichage. Vous pouvez retrouver et télécharger l’appel ici.

Appel à contribution pour un ouvrage collectif en 2 volumes

Mains sur un clavier, en sepia.
Laura Billings, Homework (Licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale).

 

Humanités numériques : mode d’emploi pour le chercheur en sciences humaines et sociales

Volume 1 : dirigé par Olivier LEGENDRE (BCU Clermont-Ferrand) et Dana MARTIN (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) ;
Volume 2 : dirigé par Frédéric CLAVERT (Labex EHNE / Paris Sorbonne) et Étienne CAVALIÉ (BU Nice Sophia Antipolis).

Le chercheur du 21e siècle se doit d’être compétent, réactif et polyvalent, mais aussi curieux, efficace, plurilingue et mobile, sans oublier au passage de se montrer à la fois autonome et collaboratif, rigoureux et innovateur. Hélas, à l’ère du numérique, où tout est réputé rapide et facile, omniscience et omnipotence paraissent plus que jamais hors de portée. Les to-do-lists sont longues, les échéances innombrables, les imprévus, obstacles et contraintes sont infinis. Paradoxalement, les tentatives d’optimiser par l’informatique le traitement d’un flot continu d’informations n’aboutissent pas au résultat escompté. Bien au contraire : les tâches obligatoires chronophages – courrier électronique, présentations visuelles, dossiers administratifs sur intranet – semblent toujours plus dévorantes, et le temps qu’elles absorbent laisse peu de place pour la découverte d’outils nouveaux ou de fonctionnalités avancées permettant un gain de temps.

Internet étant l’alpha et l’oméga des temps postmodernes, l’aisance numérique est désormais l’une de ces compétences clés dont nul ne saurait se passer, sous peine de déchoir de son statut de spécialiste modèle… Et pourtant, malgré leur forte visibilité dans les discussions scientifiques, les humanités numériques ne comptent pas tant de croyants – et moins encore de pratiquants – qu’on ne le pense et admet communément. L’exploration de la blogosphère scientifique ou de l’univers des open data est un terrain encore largement en friche, de même que l’utilisation des réseaux sociaux à des fins de recherche et pour lancer des coopérations internationales.

Or, la maîtrise de ces nouveaux outils de veille et de bibliographie, l’organisation et l’annonce de manifestations scientifiques en ligne, la consultation et l’alimentation de bases de données, revues, livres électroniques et blogs de recherche sont un défi pour tous. La familiarité avec le monde numérique et sa mise au service de l’activité scientifique s’avèrent réellement fécondes pour le chercheur qui les apprivoise. De même, comprendre le phénomène de l’open data, découvrir les réseaux sociaux de la recherche et expérimenter le travail en réseau international via la toile élargit et enrichit l’activité scientifique. L’effort vaut d’être accompli !

C’est pour cette raison que nous envisageons de produire un ouvrage collectif : il aura pour but d’aider les chercheurs à franchir ce fossé, moins large qu’il ne paraît au premier abord, qui éloigne toujours les humanités du numérique. En faisant appel aux professionnels de la documentation et aux chercheurs de toutes disciplines en sciences humaines et sociales, débutants comme confirmés, français ou étrangers, nous voudrions ouvrir un chantier commun. Y seront conviés tous ceux qui utilisent, développent ou conçoivent des outils numériques au service de la recherche, quelque soit leur métier, discipline ou nationalité. Le travail collaboratif, par exemple sous forme de binômes interprofessionnels ou interdisciplinaires, est donc vivement encouragé.

Pour appréhender les humanités numériques sous l’angle du mode d’emploi, nous nous proposons de réunir une dizaine de chapitres thématiques qui seront soit des présentations synthétiques, soit des études de cas représentatifs. Nous souhaitons que les auteurs soient des experts et des passionnés du partage en ligne, dont le savoir méthodologique soit étayé par une expérience pratique des technologies de l’information et de la communication. Ainsi, ils pourront affronter les objections les plus courantes à l’outil numérique en illustrant son intérêt et son apport pour la recherche en SHS par des exemples concrets : quelles applications, quelles perspectives ? Le dénominateur commun des contributions sera l’exploration collective de ce nouveau terrain et de ses infrastructures, afin de permettre au plus grand nombre de découvrir les possibilités qui se trouvent désormais à portée de main.

 Ce mode d’emploi sera complété par un second volume (2016) qui approfondira certains thèmes du premier livre et en ouvrira de nouveaux.

 

Calendrier du volume 1

  • envoi des propositions (max. 5000 signes espaces compris), accompagnées du titre, de 5 mots clés, des noms / coordonnées des auteurs : 6 avril 2015
  • notification d’acceptation ou de refus : 4 mai 2015
  • remise des chapitres complets (max. 50 000 signes espaces compris) en français ou en anglais, accompagnés d’un résumé et d’une notice biographique (les deux en français et en anglais) : 7 septembre 2015
  • retour aux auteurs : 5 octobre 2015
  • date de publication prévisionnelle : janvier 2016

Envois par courriel aux coordinateurs

  • etienne.cavalie@unice.fr
  • frederic@clavert.net
  • olivier.legendre@univ-bpclermont.fr
  • dana.martin@univ-bpclermont.fr

Coordinateurs

Étienne Cavalié
Conservateur à l’Université Nice Sophia Antipolis
blog : http://bibliotheques.wordpress.com/

Frédéric Clavert
Docteur en histoire contemporaine
Ingénieur de recherche – LabEx EHNE
blog : http://histnum.hypotheses.org/

Olivier Legendre
Conservateur à la Bibliothèque Clermont Université
blog : http://alambic.hypotheses.org/

Dana Martin
Maître de conférences en allemand à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
blog : http://allemagne.hypotheses.org/

L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

 —

Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique
Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje, sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique.

L’Open access (ou accès ouvert, abrégé indifféremment AO ou OA) se définit de façon concise et simple : un article, une revue, est en accès ouvert si chacun peut y accéder gratuitement en ligne. Cette définition amène presque toujours une question qui dépasse largement le monde scientifique :

Mais si c’est gratuit, qu’est ce que ça vaut ?

C’est toute la teneur du débat actuel, bien légitime. L’association entre la valeur scientifique d’une revue et son prix est si spontanée, si répandue et si injustifiée, qu’elle satisfait parfaitement la maxime de Tocqueville

« une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe… » (De la démocratie en Amérique, chap. VIII)

Le très gros bon sens mal appliqué (il l’est souvent, d’où cette maxime désabusée) postule que ce qui ne coûte rien ne doit pas valoir grand chose et réciproquement, que ce qui est vendu cher a sûrement beaucoup de valeur. Appliqué aux revues : les grandes revues scientifiques peuvent (voire doivent !) être chères, et celles qui ne sont pas chères ne sont sans doute pas très scientifiques. Inutile dans ce cas d’évoquer celles qui sont gratuites…

L’abonnement, garant de valeur scientifique ?

L’examen des tarifs pratiqués dans la grande édition scientifique, tout en procurant le frisson cosmique de l’infiniment grand, semble confirmer l’intuition. Voulez-vous vous abonner à Tetrahedron, chez Elsevier ? En 2013 c’est plus de 18 000 €. Chez Springer, 13257 € pour le Journal of Materials Science au tarif 2014. Chez Wiley, le Journal of Polymer Science coûtait plus de 11000 € en 2013. Certaines sociétés savantes, à but non lucratif, ont emboîté le pas. Les titres de l’American Chemical Society inspirent le plus grand respect par leurs tarifs : près de 9000 $ en 2012 pour les trois titres Journal of Chemistry A, B, C, plus de 5000 pour Biochemistry.

Ce sont là de grandes revues scientifiques. Elles sont très chères. De là à établir un lien de causalité entre les deux propositions puis à en déduire réciproquement qu’une revue peu coûteuse n’est pas scientifique, il n’y a que deux petits pas.

Ce sont deux faux pas, et dangereux. Mais que pourrait inciter à franchir l’argumentaire de certains éditeurs : à parcourir le site de l’AAP (Association of American Publishers) et la polémique fruste et agressive de l’opération de lobbying qui en émanait, PRISM (Partnership for Research Integrity in Science and Medicine), on comprend que l’édition est un métier, et que rendre l’accès gratuit, c’est détruire la garantie de qualité apportée par le métier (en France on ajoute volontiers : « et les emplois qui s’y attachent »).

L’assimilation entre processus éditorial (la chaîne de publication) et processus de relecture (celui qui amène un scientifique à dire : « cet article est bon parce qu’il apporte quelque chose »), entre validation scientifique et valeur marchande est pourtant abusive, puisque la relecture et la validation scientifique, qui relèvent du travail des chercheurs, ne sont pas rémunérées par l’éditeur. D’ailleurs, toutes les grandes revues scientifiques ne coûtent pas cher. Le Journal of Topology, publié par Oxford University Press est à peu près 14 fois moins cher que le Journal of Algebra d’Elsevier (500 € contre 6885 d’après les tarifs 2013 disponibles en ligne) Est-ce à dire qu’il est 14 fois moins scientifique ? Pour répondre, empruntons un instant, avec des pincettes, la jauge grossière qui sert à l’évaluation des revues, l’impact factor, en l’admettant comme mesure approximative du prestige scientifique. Le Journal of Algebra affiche 0,583, le Journal of Topology 0,672. À supposer que l’impact factor exprime valablement le prestige scientifique d’une revue, le Journal of Algebra, 14 fois plus cher, est si l’on ose dire 15 % moins prestigieux.

Le prix de l’abonnement n’est donc pas corrélé de façon fiable à la valeur scientifique d’une revue (CQFD). Voyons maintenant si l’accès ouvert offre de meilleures garanties.

L’open access peut-il garantir la valeur scientifique ?

Les revues en accès libre (open access) […] proposent leur contenu gratuitement accessible sur internet. Une avancée pour la diffusion du savoir ? Certainement. Mais aussi un insidieux facteur de détérioration de la qualité de la science publiée1.

Le fragile bon sens voit bien en quoi l’AO peut servir l’avancée du savoir. La science mise à la portée de tous, c’est la possibilité pour chacun, y compris les pauvres en euros riches en neurones2, d’aller à la source de l’information, de la vérifier, corriger ou utiliser, contribuant ainsi à la progression de la connaissance. Cette intuition (ou ce rêve) préside au succès mérité de Wikipedia.

Où est donc le danger ? Il a été illustré brillamment par un article de John Bohannon dans Science : une des façons de financer l’OA est de déplacer le paiement du lecteur à l’auteur, en lui faisant payer des frais de publication (APC, article processing charges, ou « frais de traitement d’article ») pour couvrir les coûts (temps de travail, infrastructure éditoriale, plateforme électronique de publication). Or, ces frais de publication sont sujets au dérapage autant et plus que les abonnements. Mais surtout, leur montant ne garantit nullement le caractère scientifique de la revue.

Pourquoi ? Parce que l’auteur a intérêt à publier. Il sera donc tenté, le cas échéant, de débourser de fortes sommes pour que son article paraisse, même s’il est médiocre (ou pire, plagié ou falsifié). Quant à l’éditeur, s’il trouve des auteurs prêts à payer, il n’aura pas intérêt à être regardant sur la qualité des articles proposés, ni sur la rigueur de la relecture scientifique. Danger illustré de façon remarquable par l’expérience de John Bohannon : 304 soumissions d’un même article sciemment falsifié3 : 157 acceptations, 96 refus. Notons que cette sorte de réédition à grande échelle, vingt ans après, de l’expérience cruelle du professeur Sokal, ne prouve rien concernant l’Open Access en général, ni même concernant les éditeurs concernés. Bohannon signale que « Les journaux [en Open access, NDLA] publiés par Elsevier, Wolters Kluwer, et Sage ont tous accepté mon papier bidon. ». Inversement, et j’avoue avoir été très heureux de l’apprendre, le fleuron de l’AO, PLOS ONE, a rejeté l’article après une révision attentive et sévère4. On note en revanche que parmi les titres répertoriés dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals qui se pique de sélectionner les titres auxquels il renvoie) auxquels l’article a été soumis, près de la moitié l’ont accepté.

Il ne fait aucun doute que celui qui est prêt à payer assez cher trouvera toujours un journal prêt à le publier. Avec l’Open Access sont nés de nouveaux éditeurs « prédateurs », qui font payer très chers des auteurs pour publier des articles sans les faire expertiser par des scientifiques. Ces éditeurs font même l’objet d’une liste noire disponible en ligne5.

Si la hauteur des abonnements ne garantit pas, en elle-même, la qualité de la production scientifique, la hauteur des frais de traitement des articles ne fait pas mieux. Abonnement ou Open Access, on s’égare si l’on cherche à établir un lien entre la fiabilité de l’article et l’argent dépensé pour le publier.

 

Concilier valeur scientifique et acceptabilité économique ?

 

Cet engagement public pour le libre accès aux articles scientifiques suffira-t-il à tarir la manne dont les éditeurs, qu’ils soient ou non prédateurs, se repaissent ? Possible, mais elle ne viendra en aucun cas à bout de la course effrénée à la publication qui est à la source de la dégradation de la qualité des articles scientifiques6.

Accuser les éditeurs de rapacité ne dédouane pas le monde scientifique de sa responsabilité : les articles passent plus facilement qu’avant la barrière de la relecture. Le taux de rétractations après publication a été multiplié par 20 depuis 10 ans, au point de devenir en soi un objet d’étude. Tout se passe comme si l’inflation de la production scientifique et l’envol de ses tarifs allait de pair avec une inexorable dilution du contenu et une perte rapide de rigueur et de qualité.

 Les failles du système de publication et d’évaluation scientifique sont signalées avec constance depuis bien longtemps. L’utilisation de l’Impact factor, le classement des revues, le comptage des publications et l’utilisation de données quantitatives brutes dans l’évaluation des chercheurs a conféré à ces critères un poids considérable, alors qu’ils relèvent de la notoriété, sont anti-scientifiques au possible et très faciles à falsifier. On sait que tout indicateur mesuré tend à s’améliorer, car ceux qui sont évalués à son aune s’efforcent de s’y conformer au mieux de leurs intérêts. L’instauration d’un lien trop direct et trop fruste entre notoriété perçue, publications et carrière, incite à la surenchère : publication à la découpe pour faire du chiffre, plagiat pour aller plus vite, fraude scientifique pour atteindre les revues qui comptent. Forçons le trait7, à l’extrême, un chercheur devrait aujourd’hui démarcher des revues pour caser ses articles et gagner des citations, comme un vendeur démarche ses prospects pour arracher des deals et atteindre ses targets8.

Corriger le tir demande des changements systémiques considérables. La refonte ou la mise à bas du système de notation des revues va devenir inévitable tant la dégradation qualitative est patente. Mais il s’agirait de rien de moins que d’éliminer, dans l’activité des chercheurs, toute pression aux résultats ! Vouloir qu’une expérience réussisse est humain, mais ce n’est pas scientifique. Le processus de publication doit donc évacuer toute hâte, car un bon travail prend forcément beaucoup de temps, passé à expérimenter, produire, relire, vérifier, et souvent à explorer des impasses. En bonne science, les expérimentations ratées sont des réussites. Les réplications aussi. C’est l’intuition du mouvement slow science et de la reproducibility initiative : on voit que les éléments de refondation ne manquent pas. Et l’éthique personnelle se mêle intimement à l’enjeu systémique. C’est le refus des chercheurs de publier vite, beaucoup et mal, qui permettra à la science de retrouver rigueur et fiabilité, au prix d’un peu de lenteur.

Bien sûr, les points relevant de la régulation économique font aussi l’objet d’une attention soutenue. Libérer un marché captif et monopolistique9 pour le rendre de nouveau concurrentiel est un but politique, et non scientifique (ou disons, un but de politique scientifique…), mais légitime quand même. D’où l’importance

  • de développer l’OA « voie verte »10, en complément de l’abonnement, ce qui manifeste la distinction entre le service fourni par l’éditeur (processus éditorial, plateforme d’accès et services liés) et la production scientifique proprement dite (résultat du travail scientifique de l’auteur et du relecteur, rémunéré par les fonds publics, et donc librement mis à disposition) ;
  • de restaurer un circuit public d’édition (Open Edition Freemium, Episciences, avec ses deux titres qui démarrent, sont autant d’exemples naissants) qui ôte aux éditeurs commerciaux un monopole dangereux. Il s’agit bien de faire disparaître, ni plus ni moins, les revues chères, qui sont des parasites du monde scientifique, en publiant largement les coûts comparés des éditeurs. Car si l’on postule que la science contient une exigence intrinsèque de gratuité, garante de son désintéressement, il y a, ou il devrait y avoir dans l’édition scientifique un rapport rigide entre coût de production et valeur marchande. Or les coûts de production de l’édition scientifique sont, et vont être, de mieux en mieux connus au fur et à mesure que l’OA se développe. La communauté scientifique porte déjà son attention sur ce point et l’on peut compter sur elle pour faire pression sur les éditeurs, puisqu’ils proclament avec constance et passion qu’ils sont au service de la recherche.

La question de savoir si « la science doit être gratuite » est mal posée. Le travail scientifique et le travail éditorial ont un coût, il faut qu’il soit supporté. Il est donc inévitable, mais souhaitable aussi que coexistent le système de l’abonnement, le système de l’auteur-payeur, celui de la revue publiée sur fonds publics, etc. Ces systèmes, en coexistant, peuvent s’obliger réciproquement à plus de rigueur. Reste qu’il doit y avoir une exigence scientifique, intellectuelle, du circuit de production scientifique ; et une exigence politique, déontologique, du circuit de production éditoriale. La question est donc de savoir si nous préférons une science rapide, ou fiable, rémunératrice ou rigoureuse, austère ou obèse. Ces exigences sont ne sont pas indéfiniment conciliables. Vérifier prend du temps, la rigueur suppose le désintéressement, et une haute exigence ne peut s’appliquer qu’à des objets en nombre réduit, pour qu’une attention nécessaire puisse être accordée à chacun. Produire beaucoup et produire bien est difficile. Si produire beaucoup est la priorité, alors produire bien est impossible.

 

  1. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013 []
  2. Voir à ce sujet l’histoire assez jolie relatée sur le blog Homo numericus : « Impressions d’automne 1: le cas Meredith ». Mais je n’ai pas pu vérifier si l’article en question a effectivement été publié, ce qui oblige à rester prudent. []
  3. l’article était rédigé de façon à contenir des erreurs scientifiques criantes et des manquements éthiques assez voyants pour tout relecteur scientifique. []
  4. « PLOS ONE a été le seul journal à attirer l’attention sur les problèmes éthiques posés par le papier […] PLOS ONE a rejeté le papier deux semaines après, en se fondant sur son contenu scientifique. » (je traduis). []
  5. Parmi les éditeurs répertoriés sur ce site qui ont reçu le papier de Bohannon, 82 % l’ont accepté. []
  6. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013. []
  7. avec mes excuses respectueuses aux chercheurs, mon propos est général []
  8. mes excuses aux vendeurs aussi, après tout. C’est un métier plein de mérites, du moment qu’il est exercé avec plus d’attention au client qu’au chiffre d’affaires. []
  9. Les connaisseurs disent :  « oligopolistique à franges » []
  10. Dans l’OA « voie verte », l’auteur publie dans une revue classique (sous abonnement) mais auto-archive ensuite son texte dans un dépôt électronique institutionnel pour qu’il soit librement accessible en ligne []

Création de revues électroniques à la BCU

Porte Habbous par Jeremy Salmon sur Flickr-licence  BY-ND

La Bibliothèque Numérique travaille depuis le début de l’année sur des projets de revues électroniques en libre accès. Durant l’année 2012, plusieurs enseignants chercheurs se sont adressés à la BCU pour obtenir des informations sur la création de revues en ligne. La Bibnum a alors compris qu’il y avait dans ces demandes une opportunité de service à rendre, de quelque chose à créer pour accroître la diffusion de la recherche clermontoise.

Les projets sur lesquels nous accompagnons les chercheurs sont divers en termes de disciplines, d’objectifs, d’état d’avancement… Certaines revues existent depuis longtemps sous forme papier et souhaitent être disponibles en version électronique, d’autres n’ont encore aucun numéro et sont en recherche d’informations, d’autres sont publiées sur des sites locaux mais souhaitent une meilleure visibilité.

 

La bibnum a d’abord cherché à savoir quelle aide elle peut apporter à ces équipes de revues. Plusieurs aides possibles sont apparues :

  • Structure ressource : Un travail de veille et de comparaison sur les outils et les plateformes existantes a été mené. La bibnum est à présent à même de proposer aux chercheurs les outils les plus adaptés à leur projets.

  • Rôle d’accompagnement  dans l’instruction des dossiers de candidature, dans la relation avec les plateformes de diffusion.

  • Aide technique : La Bibnum possède un numériseur, elle peut se charger de la numérisation et de l’océrisation pour les revues qui souhaitent rétroconvertir leurs anciens numéros. Elle peut également aider au stylage (mise en forme des documents aux normes Revues.org), à la mise en ligne des articles et au référencement web.

    A présent, petit tour d’horizon des outils existants et retenus pour les projets actuels :

  • Revues.org http://www.revues.org/: plateforme de revues en SHS en accès libre qui héberge actuellement plus de 300 revues. C’est une plateforme d’OpenEdition http://www.openedition.org/.

    Afin de faire figurer une revue sur ce site, le dossier d’accession est étudié par divers experts.

  • Episciences.org  http://episciences.org/: projet porté par le CCSD. Création de revues thématiques à partir d’articles versés dans HAL validés par un comité éditorial.

  • (OJS) Open Journal Systems http://pkp.sfu.ca/ojs-journals Système de gestion éditorial et de mise en ligne initié par le Public Knowledge Project. Cet outil permet une totale autonomie aux équipes de revues sans validation de la plateforme. Il prend en charge le processus de relectures, de validation par les pairs jusqu’à l’édition en ligne et permet la création d’une maquette personnalisée.

Après le travail de veille et de présentation des outils aux chercheurs, certaines candidatures sont en cours auprès de Revues.org, des sites de revues ont été créés à l’aide du logiciel OJS (installé sur le serveur de la BCU)…

La création de revues électroniques demande du temps mais elles verront le jour dans les mois à venir pour certaines, en 2014 pour d’autres. Et vous en entendrez parler ici…

Dans les nuages arborés

La bibliothèque numérique de production est embarquée dans le projet GRIMM du CELIS et de la MSH de Clermont-Ferrand.
L’enjeu de ce projet est de proposer à la communauté scientifique, mais aussi à un plus large public un corpus tout à la fois textuel et intermédial des divers types de réécritures auxquelles ont donné lieu les contes des frères Grimm, dans les cultures européennes, depuis la première édition de 1812.

Le projet commence, et la bibliothèque numérique s’implique dans la recherche d’outils facilitant l’analyse littéraire des différentes versions des contes.

C’est dans ce contexte que je vous propose un focus sur l’outil treecloud, un logiciel de visualisation de texte sous la forme de nuages arborés, qui a été mis au point par Jean Véronis, Philippe Gambette, et Jean-Charles Bontemps.
Même si vous trouverez sur le site de treecloud toute la documentation nécessaire à l’utilisation de ce logiciel, je veux ici en produire une synthèse à l’usage des novices.

Comme la chimère a une tête de lion et un corps de chèvre, le nuage arboré a les propriétés du nuage de mots et aussi celles de l’arbre de Porphyre.
Sa force d’analyse est qu’il permet de repérer au sein d’un texte, de façon coordonnée, simultanée et attractive, toutes ses occurrences et ses cooccurrences.

Précisons : Les occurrences correspondent au nombre d’utilisations d’un terme au sein d’un texte. C’est bien sur au besoin de visualisation du nombre d’occurrences des mots que répondent les nuages de mots, popularisés par le Web 2.0.

Les nuages de mots se doivent d’être différenciés des nuages de tags, que l’on retrouve en bas à droite des pages d’accueil de la plupart des sites web aujourd’hui: le nuage de mots rend visibles les mots les plus utilisés dans un texte, et non ceux qui servent à indexer le contenu d’un site. C’est très facile de réaliser un nuage de mots avec des outils comme Wordle. Voici celui que je viens de réaliser à partir du conte Blanche-Neige.

Capture d'un nuage de mot réalisé à partir de l'outil Wordle

 

Les mots les plus utilisés sont les plus visibles et prennent le plus de place. En un coup d’oeil, j’ai la vision des personnages et des thèmes principaux au sein du conte.

Mais ce n’est pas là un nuage arboré, c’est juste un nuage de mots. L’arboricité, si on peut l’appeler comme cela, va introduire une dimension supplémentaire, vraiment très intéressante, puisqu’elle va faire apparaître les cooccurrences. Et qu’est-ce donc qu’une cooccurrence ? C’est l’apparition simultanée de deux ou plusieurs éléments dans le même texte. Ces cooccurrences vont apparaître comme des feuilles au bout des branches de l’arbre.

Les mots en rouge ou qui tendent vers le rouge sont les mots les plus utilisés dans le conte.  Les couples de mots au bout des branches apparaissent ensemble dans le texte : Blanche-Neige et les gnomes, la neige et le sang, les couleurs rouges et blanches, le pauvre enfant, sont les coocurences les plus manifestes dans ce conte. La proximité récurrente de ces termes constitue leur distance sémantique. Elle est calculée avec une fenêtre qui glisse tout au long du texte. Plus la fenêtre repère les mêmes mots ensemble, plus ces mots sont proches sémantiquement. Cette distance sémantique peut être calculée à partir de différents algorithmes.

Au sein de chaque branche, l’outil repère des « sacs de mots imbriqués », selon l’expression de Philippe Gambette, sacs de mots qui donnent un aperçu de la trame des textes, et de leurs différents registres sémantiques.

Dans cet article intitulé Utilisation de la visualisation en nuage arboré pour l’analyse littéraire, Philippe Gambette et Delphine Amstutz en donnent un exemple probant avec l’analyse des pièces Cinna et Othon de Corneille. Doctorante en littérature, Delphine Amstutz montre que la comparaison des nuages arborés de ces deux pièces donne à voir une évolution significative de la conception du pouvoir et du rôle du favori d’une pièce à l’autre.

La visualisation en nuage arboré peut donc constituer un outil d’analyse pour comparer des textes les uns avec les autres. Dans cette perspective, il peut être pertinent de l’utiliser dans le projet GRIMM pour comparer différentes versions d’un même conte.

En toute évidence, la pertinence de l’outil se mesure d’abord à la connaissance du corpus de celui qui l’utilise. Comparer des nuages arborés, sans avoir étudié en profondeur les textes qu’ils permettent de visualiser, n’a aucun sens.

Comme tout outil de visualisation de données, les nuages arborés peuvent donner des pistes d’analyse et susciter des hypothèses de travail. C’est dans cette mesure que son utilisation peut être complétée avec d’autres logiciels textométriques, et notamment Lexico 3, pour repérer les données et vérifier les hypothèses au cœur du texte.

Le logiciel treecloud en ligne a été réalisé par Jean-Charles Bontemps, un étudiant de licence en informatique à partir du logiciel Splitstree, initialement utilisé pour visualiser la philogénie, et du logiciel treecloud à télécharger. Ce dernier logiciel permet d’obtenir davantage de fonctionnalités : la colorisation des mots, non pas seulement en fonction de leurs occurrences, mais aussi de la chronologie de leur apparition dans le texte, ou de leur dispersion, en constitue un exemple.

Je vous invite à lire la riche documentation sur le site treecloud, et à créer vous-même vos nuages arborés.

Voix contemporaines : les prémices d’un projet d’archivage des mémoires d’aujourd’hui

Présentation

Le projet « voix contemporaines », c’est une collection d’archives sonores et audiovisuelles rassemblant paroles d’écrivains, mémoires de la création, témoignages du siècle et patrimoine oral immatériel. Ces archives, recueillies indexées et diffusées au sein de l’Université Blaise Pascal, présentent un intérêt tant au niveau régional, que national et international, en constituant un aperçu vivant de la création contemporaine, de la mémoire du siècle, et des traditions orales.

D’abord programme de recherche initié par le CELIS, « Voix contemporaines » vise à donner la parole aux écrivains du présent, et à recueillir leurs témoignages, dans la droite ligne des pratiques de ce laboratoire de littérature, qui, depuis de nombreuses années, invite et enregistre des écrivains.

L’enjeu de la collection « voix contemporaines » serait de collecter, d’enregistrer et d’archiver systématiquement ces paroles d’écrivains afin de constituer une bibliothèque sonore et audiovisuelle sur la littérature au présent.
D’autres témoignages historiques ont été recueillis et mis en ligne, et notamment dans le cadre du projet EVE : des témoignages de personnes ayant été enfants pendant la première guerre mondiale, ainsi que des enregistrements d’auteurs espagnols ayant été enfants pendant la guerre d’Espagne. La mémoire vivante de la guerre est étudiée  au prisme d’enregistrements sonores.

Tous ces enregistrements méritent d’être archivés à long terme pour constituer cette collection « voix contemporaines ». Ces témoignages sont autant de facettes de cette mémoire au présent et constituent autant de traces vivantes des conflits qui ont émaillé le vingtième siècle.

Dans le cadre de sa mission d’expérimentation et d’accompagnement des enseignants, l’équipe de Creatice, qui a réalisé de nombreux enregistrements sonores et audiovisuels, joue un rôle majeur dans ce travail de captation vidéo, de valorisation et de diffusion de ce patrimoine, via la plate-forme vidéocampus.

Témoignages de résistants, témoignages d’écrivains, de personnalités importantes dans le domaines de la cultures sont stockés sur des serveurs sous différents formats.
Le travail à réaliser consisterait à homogénéiser le format de ces enregistrements vidéo, à les numériser, à les indexer, et à les diffuser en ligne de façon pédagogique afin que tous les usagers puissent aisément y accéder.

Sans compter qu’au Service Université Culture (SUC), un grand travail de collecte, de traitement documentaire et de diffusion a été réalisé autour de l’univers des musiques de tradition orale. Des enregistrements de chanteurs auvergnats ont été collectés sur le terrain afin de constituer une collection reflétant le  patrimoine oral et immatériel régional.

Ce patrimoine immatériel pourrait s’inscrire dans le droit fil de cette collection « voix contemporaines ». Ces voix contemporaines s’articuleraient alors autour des voix d’écrivains, des voix des témoins du siècle, mais aussi des voix musicales, porteuses de tradition et de culture régionales.

C’est maintenant à la bibliothèque numérique de jouer un rôle majeur dans ce travail de collecte, de recensement, de numérisation d’indexation et d’archivage pérenne de ces collections sonores et audiovisuelles.

Méthodologies

La collaboration de la bibliothèque numérique au projet s’articule autour de deux axes.
D’abord, le serveur. Car il en faut de l’espace disponible pour le stockage d’une banque de données d’enregistrements vidéo…L’espace dont nous disposons n’est pas encore adapté pour une telle quantité de données. Mais dans les mois à venir, après la sécurisation et l’augmentation des serveurs, ils pourront certainement contenir toutes ces mémoires virtuelles.

Ensuite, bien sur, la question de l’indexation. C’est surtout à ce niveau que les compétences de la bibnum sont sollicitées. En amont, nous avons déjà préparé une grille de pré-indexation, à destination des chercheurs qui sollicitent un enregistrement au Pôle audio-visuel. Sous la forme d’un formulaire google doc, cette grille permet d’indiquer les principales métadonnées descriptives, et surtout de définir et faire adopter un protocole d’enregistrement. Car on voit mal comment on pourrait rendre accessible un corpus d’entretiens filmés sans avoir défini au préalable les principales étapes de la trame des entretiens. Eu égard à la diversité des projets de recherche et des types d’entretiens, toute la difficulté sera d’établir cette trame commune.

Car c’est à partir de la trame des entretiens que se cristallise la problématique de la post-indexation, celle qui concerne les vidéos déjà montées et réalisées. Ce sont les chercheurs qui s’ en chargeront, car ils sont les plus à mêmes de qualifier les entretiens réalisés dans le cadre de leur projet de recherche. Mais, en tant que professionnels de l’information et de l’indexation, nous allons leur donner des conseils. Les projets antérieurs de la bibliothèque numérique de production nous ont montré l’importance de la normalisation. Sans normalisation, pas d’indexation qui vaille. Nous allons donc apporté des outils méthodologiques aux chercheurs qui leur permettront de définir et d’établir une indexation normalisée propre à ce support audiovisuel, et donc exploitable pour les besoins de la recherche.

Pour ce faire, nous devons commencer par recueillir les bonnes pratiques d’indexation de vidéos chez les experts en la matières, les vidéothèques, et phonothèques spécialisées dans l’indexation de l’image et du son. Indépendamment du séquençage, l’idée est de donner aux chercheurs les meilleurs outils pour qualifier au mieux, à l’aide de mots-clés normalisés, la trame des entretiens filmés. A partir de cette indexation recueillie et balisée, nous verrons alors comment l’intégrer dans un schéma d’encodage propre à assurer la conservation pérenne de ces données digitales.

Mais c’est là une autre paire de manches ! Tout un programme conforme aux priorités de la bibliothèque numérique de production: penser l’indexation de pair avec l’archivage pérenne.

Archivage numérique : premiers pas

Material in the New Orleans city archives, by ALA TechSource, Flickr (CC-BY-SA 2.0)

L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.

Mais qu’entend-on exactement par archivage ? Il est juste de parler d’archivage pérenne et de le distinguer du stockage et de l’hébergement : le stockage est temporaire, et effectué sur un support lui-même fragile et non pérenne (le temps de terminer la numérisation, et avant mise en ligne par exemple). L’hébergement n’est guère plus permanent : il s’agit de conserver à moyen terme des fichiers qui doivent être localisés précisément, visibles et utilisables.

L’archivage pérenne, quant à lui, cherche à conserver sur le long terme des données, donc cela suppose la possibilité de lire celles-ci malgré l’obsolescence des supports matériels et des formats de fichiers.

Très peu d’institutions procèdent à leur propre archivage pérenne, qui demande de grands moyens, ou alors elles le font de manière très « artisanale » (CD et DVD-Rom stockés dans un coin). L’alternative est le tiers-archivage, id est faire archiver par une structure extérieure qui concentre moyens et compétences dans ce domaine.

Où peut-on archiver ?

Outre des plateformes en ligne, prestataires privés et autre dissémination dans le nuage du web, il existe des établissements publics proposant l’archivage pérenne.

Le CINES est l’établissement référent pour l’enseignement supérieur et la recherche. Il a pour mission de proposer un service de calcul mais surtout d’archiver sur sa plateforme PAC (plateforme d’archivage du CINES). Son avantage principal est sa grande compétence et ses moyens ; l’inconvénient : son prix (6000 € le téraoctet par an, et encore, c’est le prix d’ami pour les établissements dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche).

La BnF développe une offre d’archivage grâce à SPAR (système de préservation et d’archivage réparti). Avantage : cette structure développe les mêmes caractéristiques que la PAC. Inconvénient : elle n’est pas encore disponible ni homologuée par la norme ISO idoine.

Le TGE Adonis propose également une « grille de services », selon leur jargon, pour archiver. C’est le pendant CNRS de SPAR et de la PAC. Inconvénient : les ressources, notamment en termes de personnel, ont été drastiquement restreintes depuis un an.

Quant au CRRI, centre régional de ressources informatiques, il cherche à proposer également un système d’hébergement pérenne localement. Cette solution ne serait vraisemblablement pas une alternative équivalente aux autres, mais un bon moyen d’assurer l’hébergement à moyen terme, entre stockage post-numérisation et archivage définitif.

Tous pour un, un pour tous

L’archivage devient l’affaire de tous à la bibliothèque numérique. Officiellement lancé il y a un mois par un premier point général, le projet d’archivage est en attente de la réponse du CRRI et de sa volonté de nous accompagner dans cette démarche avant de prendre concrètement contact avec le CINES – c’est effectivement l’interlocuteur privilégié pour la BCU, même si ses prix font hésiter.

L’ensemble de l’équipe est impliqué car l’archivage numérique c’est, en vrac : du code, des squelettes de XML, de l’indexation, des transferts et copies de fichiers, un projet, la sélection des briques à archiver (on n’archive pas le produit fini comme par exemple le pdf recherchable d’un texte numérisé et océrisé), soit la nécessaire participation des informaticiens, de la webmestre, du développeur, de la responsable SIGB spécialiste des formats de métadonnées, de l’opératrice du banc de numérisation, …

Lors d’une formation récente à l’Enssib (en formation continue), le retour d’expérience de la bibliothèque inter-universitaire Cujas s’est révélé très intéressant. L’intervention portait sur l’ensemble de la numérisation à la BIU de droit parisienne, mais il a été particulièrement souligné que l’aspect archivage, pris en compte tardivement, avait remis en cause certaines étapes le précédant, et notamment l’indexation avait été revue pour se hisser au niveau d’exigence du CINES. Comme Cujas fait aussi tout en interne, cela laisse présager côté BCU de grands bouleversements par rapport à ce que l’on pratique jusqu’à maintenant.

Academic librarians and searchers: A new collaboration sets the path towards research project success.

J’ai été invitée au congrès QQML 2012 à Limerick (Irlande) pour exposer oralement ma communication sur la collaboration entre les chercheurs et les bibliothécaires dans la conduite des projets de gestion numérique des sources de la rechercheJ’ai choisi de centrer mon propos sur cette fructueuse collaboration qui a émaillé le projet EVE (Enfance Violence Exil).
Voici le texte que j’ai préparé à cette occasion. Ce texte est désormais publié dans la revue QQML. Voici le lien vers  l’article en ligne.

 

The EVE Project.

From the Brauner’s collection to the EVE’s project.
Françoise and Alfred Brauner as a starting point.

How children feel war time? How they live the events, the conflicts itself, in their everyday lives, but also how they apprehend, understand and represent the war phenomenon, in short, what children have to say about the war ?
These questions were asked by Françoise and Alfred Brauner when they began to commit themselves during the Spanish war at the school of the children’s ward in the International Brigade hospital, in 1937.
It seemed to them that children’s drawings were a true material to access children’s experience in all its complexity.
If aesthetic productions by children have begun to draw attention since the beginning of the 20th century, the Brauners experienced the value of the graphic mode of expression and its reconstructive function.
Françoise Brauner (Vienna 1911 – Paris 2000), a pedopsychiatrist, first came in contact with children in wartime. Alfred Brauner (Saint-Mandé 1910 – Paris 2002) also left for Spain and dedicated himself to the centers for evacuated children.
All through their lives, they collected children’s drawings made in wartime. To the Spanish drawings were added those from concentration camps, from Japan, Vietnam, Algeria, Lebanon, Cambodia, El Salvatore, Afghanistan, Palestine, Chechnya.

However, the drawings and the texts collected by them represent highly important documents for those interested in children in wartime.
In respect of the great diversity of their experience, the Brauner’s collection appears as a starting point to dress a larger investigation about child experience during war time.

At the occasion of the centenary of their birth, it was time to elaborate a larger research on the child’s experience of war, with new scientific perspectives. The EVE project (the acronym for Enfance Violence Exil) (Childhood, Violence and Exile) responds to this aim.

The EVE project : scientific objectives

In the continuity of the Brauner’s initiative, the EVE project (Childhood Violence and Exile) (a program from the Research National Agency Children Childhood 2009) presents collections and studies dealing with children’s experience of the war from the First World War to the dawn of the 21th century.
From academic works conducted by the University Blaise Pascal in Clermont-Ferrand, directed by Catherine Milkovitch-Rioux, in partnership with the University of Amiens and the University of Regensburg, paths are proposed through collections of children’s drawings, journals and albums, writers’s testimonies… These children who have experience war, on all fronts of Europe and world, from world wars to Algeria, in Guatemala or in Ramallah, in Bosnia or in Rwanda, participate in the writing and the reading of the tragical history of 20th and 21st century.
This project consists in the collect, the exploitation in research and the valorization of different funds relating to the experience of war, of subsequent exile to civil violence, of violence experienced by children during or following the conflicts of 20th century, mainly in Europe (from the first World War to the dawn of the 21st century), from the Brauner’s funds (children drawings), reviews, scholar and collectives diaries, and archival deposits.

This project is part of an interdisciplinary field of research that combines literary, civilization study, historical, psycholinguistic (including languages, psychoanalytic, and sociological approaches).
Through different forms of cultural funds, their integration in a research field, an historical period and a defined cultural area, the used documentation reconstitutes through the testimony on childhood in its greatest diversity, a true history of the 20th century, from “ child’s height”, through the lived experiences of victim children, and the representation they’ve given. Children have been also subjects of many representations  through the most varied and diverse medias, whether graphic, text, sound or audiovisual produced at a time of trauma or in a retrospective perception. All of these media may reflect the proper perception of the child, or of the adult he has become, or of the other adults with their perspective on childhood through the youth literature.

Digital humanities: From the corpus to the website.
First mission: collecting testimonies, building the corpus.

The EVE project’s academic staff has constituted its own corpus. Each searcher has      selectioned his own sources according to his own specialty.

I will give few examples of this corpus :

– Drawing of children in war: Françoise and Alfred Brauner’s collection, witnesses of the century.
Guy Baudon, Rose Duroux, Luca Gaboardi

– Scholarly journals of Spanish children evacuated to France and Great-Britain.
Célia Keren

– Autobiography of Spanish children from La Rouvière : experiences of war and exile.
Célia
Keren

– Representation of wars in youth album.
Nelly Chabrol Gagne

– Literature and children reviews during the First World War: Fillette.
Laurence Messonier

– Drawings of children from Montmartre.
Manon Pignot

– Drawings of children from Ramallah.
Manon Pignot

-Oral testimony of children of the First World War. Linguistic study.
Mylène Blasco-Dulbecco

– Drawing of displaced and exiled children (1982-2005) World refugee children fond.
Nicole Dagnino

– Testimonies of writers of the war of Algeria.
Max Vega Ritter, Catherine Milkovitch Rioux

– Drawings of Jewish children in France (1939-1945) Château de la Guette, Izieu
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of Jewish children of Theresienstadt and Auschwitz (1942-1945)
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of children after 2001, September 11th.
Donatella Caprioglio

The librarians of the BCU have played an active part in the corpus constitution.

Indeed, the librarians have digitalized a part of these collections, in order to put them online on the website dedicated to the project, but we will present here the important part played by the librarians in the resource description process.

In that study case, we see that the manner resources are described have a real impact on the research itself.

The description of these resources on childhood during war will be all the more decisive than it helps to understand these testimonies and to dress a parallel between all the studies of the project, in order to understand the reality of childhood in war time.

The main questions regarding the indexation of the resources allow us to propose a data structuration that corresponds to the web site arborescence.
In that perspective, the first task was to find and build a common framework in order to describe all these resources.
The first difficulty came from the heterogeneous corpus.
All these children’s testimonies, or these stories whose object is childhood take many forms: drawings, audiovisual interviews, youth albums, personal diaries.
How to build a common framework calculated to describe such different types of resources?

Yet, it is not the same thing to describe a child’s drawing and audio visual records, or a youth album. Each material has its own specifity.In the case of child drawing description, the interpretation starts with a close attention paid to « manifest » signs. According to the Brauner’s[1],the reading of the drawing may also be helped by the commentaries or the speech inserted within them. Moreover, drawings reflect what children hear or see around them. « All these drawings show violence in action, different forms of war, the rise of fear, » but also plenty of details related to their everyday life. Looking at these drawings, we may ask: « How could children plunged in situations of emergency, of bombings, see so many details? »  To dress a common framework of analysis of these drawings, we have chosen to use the nine main themes that the Brauner have selected in order to classify them.

The search for security
The houses and the ruins
The sight of the enemy
The weapons
The certainties
The wounded, the deads, the death
The child who draws himself.
Drawings from nuclear war
Drawings of peace.

In a second level, the searchers have to use key-words to describe their resources.
These key-words have to reflect the specifities of these drawings, or others materials, and the meaning of what they express, regarding to these childhood testimonies.
The second difficulty came from the different perspectives of these resources. In the case of children’s drawings, the child is subject and expresses his own point of views. But in case of childish literature, the child becomes object under the author’s look. When an adult tells about his own childhood, it is still another point of view on childhood in war. If these different points of view lighten in an original way the history of conflicts, it appears as a necessity to distinguish in the corpus all these different focalizations.
That’s the reason why we have operated a classification between those different looks:
The child relates (transmitter). The adult observes (receiver)
The child relates (transmitter)
The child reads (recipient). Fiction relates the childhood.
The adult relates his childhood. Retrospective testimony.

Chronological access
The corpus covers almost all the conflicts of the 20th century. To delimit the different conflicts, and to propose a correct chronological indexation, it was necessary to establish a normalized list of conflicts.
If the searchers describe the resource they have chosen in order to set their own studies, a particular attention should be added to the standardization of their description.

In order to describe the resources, we have chosen the Dublin Core format as a common description framework. The fifteen fields of the Dublin Core answer the basic requirements of resource description. But the difficulty we first met was to explain to the searchers the exigency of this standardization. It was really important that the searchers describe by themselves the resources of the project. Indeed, this description belongs to the research process itself.

Faced with this dual requirement of exhaustive description and standardization, the BCU has developed a collaborative tool allowing researchers to quickly appropriate Dublin Core Standards, used to describe online resources.

Google docs on line questionnaires have been used at this aim. Easy to use by researchers, they could fulfill the metadata for resource description in Dublin Core format.

The advantage of the form is that it allows librarians to give researchers all the details which allow them to describe the resources uniformly, particularly in terms of format, which is necessary for data interoperability.

Once researchers have completed the forms, the data are automatically imported into a spreadsheet, within fifteen columns corresponding to the fifteen Dublin Core fields. They are ready to be imported via FTP to the project website.

The web site construction

The EVE website has been made by a consultant: Luca Gaboardi Interactive.
But the library team has played an important part in the web site conception.
Indeed, the different studies are accessible by conflict (chronological access), but also according to the looks on children on war : the child look when he draws, the adult’s look on the child who draws, the adult’s look on his own childhood, the look carried by the youth literature, when the child has become a reader.
The keywords used for the thematical indexation constitutes a tags cloud on the home page of the website, that lets the user sees all the e-resources related to a specific theme.
The library staff has also worked with the staff in charge of the multimedia scenarisation, called “Créatice”.The goal was to add a pedagogical dimension in the website, with the purpose of catching in an original way the stories of those children, victims of the war.
It is yet possible to access the corpus by collection but also by scenarios, what we call the scripted resources.
To access the corpus by collection provides an overview of all the pictures or research materials related to a study, whereas the access by scenario provides access to resources by subject, and a pedagogical and historical progression through theses aspects of children’s lives. The scenarisation of these resources has been made in close connection with searchers.

The example of the scenarisation made with the documents related to the Spanish war gives an overview of the exodus of the Spanish children in France.
All the searchers of the EVE project have used these collections as research materials. The EVE website draws perspectives through these collections and the research investigations. It exposes the materials, the primary sources, and the studies, the scientific discourses made from these materials. In that way, this project enters in the frame of digital humanities.

In the EVE project, we are well in the “intersection of technologies and humanity scholarship”, as Oya Rieger[1] says. The EVE website constitutes a research tool for anybody who wants to seize the complexity of childhood in wartime, and gives another representation of the child, not only as a victim, but also, as an actor, who can oppose the hardness of the war, the richness of his imagination, as the famous flower in a vase and the fruit cup drawn by a child in the concentration camp of Theresienstadt shows.

 

Le vase de fleurs avec papillon
Placée seule devant son châlit de la forteresse de Theresienstadt (Terezin), la dessinatrice, Erika, rêve de la belle fleur dans un vase, d’une corbeille remplie de fruits qu’elle a mangés autrefois. Un papillon tourne autour de la fleur.

During the website realization, librarians and searchers haven’t ceased to work together. Numerous seminars between librarians and searchers have enhanced the project. The main librarian’s contribution was to build a framework to describe and classify the resources. In this study case we see that data structuration leads to conceive the structuration of the web site arborescence. With this common framework for resource description and data structuration, all the searchers of the project can explore the corpus with a common referential.

This project has given the librarian’s staff the opportunity to develop new skills in project management, digital curation, understanding of digital issues related to research project.

That’s the reason why we have been led progressively to develop by ourselves digital tools and websites to expose the sources of research. That’s what we did with the project that followed, a very different one, conducted with an other research team: The geological notebooks of Philippe Glangeaud.


[1] J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner coordonné par Rose Duroux et Catherine Milkovitch-Rioux. Préface d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. Postface de Manon Pignot, historienne. ISBN 978-2-84516-527-4, Clermont-Ferrand, PUBP, 2011.
I Have Drawn Pictures of the War. The Eye of Françoise and Alfred Brauner
ISBN 978-2-84516-549-6
Édition anglaise coordonnée par Anne Garrait-Bourrier et Philippe Rapatel.

[2] Rieger O.A. (2010) Framing digital humanities. First Monday, vol. 15, n°10, 4 October 2010

Genèse, présent et avenir des carnets de terrains de Philippe Glangeaud

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur le site de la BCU.
Mercredi dernier, nous avons présenté le site au Conseil Général du Puy-de-Dôme, car il s’inscrit dans la droite ligne du projet d’inscription de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO. Qu’une bibliothèque universitaire s’associe aux instances politiques d’un département pour défendre des projets communs, c’est plutôt rarissime. Mais cette alliance n’est liée qu’à la brûlante actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui : Père de la géologie moderne en Auvergne, c’est le premier à décrire et à cartographier la chaîne des Puys, et à définir « la grande faille de Limagne ».
Philippe Glangeaud est bien, avant la lettre, un défenseur du projet UNESCO 63.

J'aime la Chaïne des Puys et la faille de Limagne

« Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud », c’est aussi le premier site de diffusion du patrimoine scientifique réalisé par notre équipe, la « bibliothèque numérique de production ».

Retour sur la genèse du projet, les choix qui ont présidé à la construction du site, et les évolutions envisagées à l’avenir.

En 1986, après le décès de Louis Glangeaud, éminent géologue fils du non moins éminent Philippe Glangeaud, la famille Glangeaud-Freudenthal confia à l’Université Blaise Pascal et au Muséum-Henri-Lecoq, l’ensemble des carnets, livres, cartes et témoignages des géologues. Un patrimoine scientifique considérable à conserver, valoriser, exploiter.

En 2005, la bibliothèque de sciences et la bibliothèque numérique de la BCU s’associent au Laboratoire Magmas et Volcans pour valoriser, mettre en ligne et exploiter les carnets de terrain de Philippe Glangeaud. L’enjeu est aussi de proposer une incursion dans l’Auvergne du début du vingtième siècle.

En 2011, le projet prend un nouvel essor. Les acteurs sont, côté BCU, le responsable de la section science, le responsable de la bib num de prod., moi la webmestre, mon collègue développeur, et ma collègue graphiste. Côté LMV, nous avons le soutien scientifique du géologue Pierre Boivin , et la contribution de Sylvaine Jouhannel, bibliothécaire. Le Muséum Henri-Lecoq se joint au projet.

Venons-en à la composition du corpus à mettre en ligne. Nous disposons d’environ 45 carnets de terrain couvrant le paysage géologique auvergnat,  une collection de cartes postales recueillies par Philippe Glangeaud, mais aussi les échantillons de roches qu’il a ramassés lors de ses expéditions scientifiques.

Notre projet s’inscrit bien dans la publication des sources de la recherche en géologie. Dans ses carnets, à côté des croquis qu’il dessine, Philippe Glangeaud note souvent : « à publier ». Ces carnets de terrains constituent bien les sources des publications du géologue, qu’il s’agira de mettre en relation avec ces publications elles-mêmes.

Pour réaliser le site, nous sommes partis d’un existant : le travail de dépouillement, de description et d’indexation des carnets réalisé par des étudiants de géologie du LMV. Un travail réalisé sur un immense tableur. Les étudiants ont indexé les termes géologiques, les lieux, les dates, la nature des croquis, mais aussi les commentaires du géologue. On pourrait s’intéresser de près à ces commentaires où Glangeaud note à vif ses impressions, ses analyses, le nom de ses collaborateurs scientifiques, mais aussi ses points de chute.

Cette indexation des carnets allait nous permettre d’établir les métadonnées des carnets.
Dès le départ, nous avons pris le parti-prix de l’interopérabilité. Il nous fallait des métadonnées en Dublin Core afin de pouvoir être moissonné. Nous avons alors établi un mapping pour convertir le tableau réalisé par les étudiants au format Dublin Core.

Puis, nous nous sommes attelés à la conception de la maquette afin de définir l’arborescence du site, et ses principales fonctionnalités : quelles modalités de recherche ? Une recherche simple, par mot clé, une recherche avancée permettant d’interroger les quinze champs du Dublin Core, une recherche par lieux avec un module de géolocalisation.

Quelles modalités de feuilletage ? On a eu l’idée de la loupe qui permettrait de bien lire les carnets, d’agrandir les schémas pour les voir avec une résolution optimale.
Concernant l’arborescence, nous voulions bien mettre en évidence la biographie et la bibliographie de Philippe Glangeaud, mais aussi l’importance de l‘héritage scientifique de Philippe Glangeaud aujourd’hui, et les croquis les plus remarquables, à l’aquarelle et à l’encre de Chine.
Nous voulions aussi rendre vivante et animée la démarche scientifique de Philippe Glangeaud. Disposant des photographies des échantillons de roches qu’il avait ramassés lors de ses expéditions scientifiques, nous avons eu l’idée de faire correspondre ces photographies de roches aux croquis établis par Glangeaud par le truchement du survol des images. Enfin, il importait de mettre en évidence la collection de cartes postales, qui donne un aperçu de l’Auvergne au début du vingtième siècle.

Nous nous sommes décidés assez vite pour choisir le logiciel. Omeka nous a paru bien correspondre à notre projet. Opensource et gratuit,  utilisé par de nombreuses institutions culturelles, il permet tel un CMS d’éditer du contenu, de gérer des collections d’images ou de textes en ligne, et de réaliser des expositions virtuelles.
Il faut dire aussi que nous avons été grandement impressionnés par l’exemple de la bibnum de Rennes 2, qui a fait un usage remarquable d’omeka pour mettre en ligne ses collections numérisées.
Simple à administrer, ce logiciel à l’architecture modulaire a de nombreuses fonctionnalités. Il permet notamment d’importer en masse les métadonnées, ce qui nous a grandement simplifié la tâche pour mettre en ligne l’ensemble des carnets.
Nous avons donc utilisé le module « CSV import », « exibit builder » pour les expositions virtuelles, « géolocalisation »pour localiser les sites sur google map, « OAI-PMH repository » pour rendre notre entrepôt moissonnable, et enfin le module « simple page » pour éditer des pages en html.

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud constituent un work in progress, un travail en devenir, puisque de nouvelles contributions des géologues du LMV donneront à voir et à comprendre l’héritage de Philippe Glangeaud aujourd’hui. D’où l’idée d’une page d’accueil, qui d’un côté, par la vitrine mobile, donne à voir les images les plus significatives de l’oeuvre du géologue, et de l’autre, donne à lire les nouvelles contributions scientifiques sur l’actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui.

En phase avec l’actualité du projet UNESCO 63, nous avons dans un premier temps mis en ligne l’ensemble des carnets du géologue relatifs à la chaîne des Puys et à la faille de Limagne. Mais, à terme, vous trouverez sur le site la quarantaine de carnets dont nous disposons. Comme certains de ces carnets ne sont pas encore indexés, nous allons proposer une indexation collaborative, en utilisant le module « contribution » d’omeka. Les géologues pourront ainsi contribuer à notre projet en identifiant les concepts géologiques, les lieux, et les croquis de Philippe Glangeaud.

Nous allons également améliorer la géolocalisation. Comme il a fallu faire vite, nous avons utilisé le module de géolocalisation proposé par omeka, qui fonctionne avec Google map. Mais google map pas ne fournit pas d’indications très précises en matière de géologie. C’est la raison pour laquelle il est prévu que nous travaillions avec le labo de Géographie de l’UBP, le geolab, afin de mettre en ligne une carte plus précise de l’Auvergne.

Plus encore qu’un site web »Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud » constitue un prétexte, un prélude pour approfondir sa connaissance de la géologie de l’Auvergne. Les carnets numérisés seront l’occasion de présenter les carnets « réels », sous la forme d’une exposition à venir à la bibliothèque de sciences. Et comme, il s’agit bien de « parcourir l’Auvergne sur les traces de Philippe Glangeaud », il est prévu que nous proposions aussi des excursions géologiques en Auvergne, à la manière de celles que proposait Philippe Glangeaud à ses étudiants et disciples.  Pour Pierre Boivin et le LMV, c’est là une manière de renouer concrètement avec l’héritage du géologue aujourd’hui.

Au sommet du Puy-de-Sancy, on trouve cette notice géologique réalisée par Philippe Glangeaud

Voici donc un projet à suivre. Jusqu’au sommet du Puy-de-Sancy ?

ANGD 2011 : de retour d’Aussois.

J’ai participé à la formation,  intitulée Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales organisée par le TGE Adonis, qui s’est tenue au Centre Paul Langevin d’Aussois,  du 10 au 14 Octobre 2011.
Une semaine de formation intensive et intense, dont j’aimerais faire le compte-rendu exhaustif.  Mais ce serait trop long. Je me contenterai donc de restituer les grandes lignes ce cette formation, que les organisateurs ont intitulée avec des verbes d’action, les six verbes d’un projet de gestion numérique des sources en SHS : décider, organiser, numériser, structurer, exploiter, diffuser.
Pour commencer, revenons aux fondamentaux. Qu’est-ce qu’une source de la recherche en SHS ? Ce peut être une infinité de choses : un manuscrit, une charte, un tract, une photographie, un dessin d’enfant, une carte géographique, un entretien filmé, une voix enregistrée, un agenda, une lettre, un carnet de terrain, un conte de fées. Toutes ces choses, précieuses ou triviales, constituent autant de matériaux, de données brutes de la recherche en SHS. Oui, mais qu’est-ce qu’on en fait ?  Comment exploiter ces sources dans le cadre d’un projet scientifique ? Comment les mettre à disposition, en ligne, pour que des chercheurs travaillent ces matériaux, à la source de publications nouvelles ? Et comment mettre en regard ces publications nouvelles avec les sources qui les ont constituées en leur fondement scientifique ? Ce sont ces questions que les humanités numériques, les digital humanities explorent, en produisant de nouveaux types de publications numériques, où les sources, les matériaux primaires, secondaires ou tertiaires sont reliées, hyperliées, aux oeuvres scientifiques, fidèle à l’exigence première d’administration directe de la preuve. Le tableau qu’a brossé Marin Dacos de ces nouveaux types d’édition en ligne, au cœur des digital humanities, donne une idée océanique des possibilités qui s’offrent pour les nouveaux passeurs de savoir en ligne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte qu’il dirige se situe à la croisée de ces chemins. Ce stage, dans son ensemble, nous a permis de construire, en une semaine, un projet de gestion numérique des sources de la recherche, à partir d’un cas d’école. Lequel ? Je ne peux pas le dire, mais il vous suffira d’imaginer un exemple concret de sources à exploiter. A partir de là, il nous faut décider quel projet numérique et scientifique mettre en place à partir de ces sources. Décider, c’est trancher, orchestrer, se donner des objectifs, des délais, des moyens, travailler en mode projet, coordonner une équipe, accepter de prendre des risques, se lancer dans une aventure collective pour aboutir à la réalisation du projet, au delà de la mise en ligne, vers une exploitation scientifique des sources numérisées, comme Richard Walter l’a montré dans sa présentation.
Tout cela est possible si on s’organise, délègue, planifie les étapes. Le maître d’ouvrages (MOA) peut faire appel au maître d’oeuvre (MOE). Diverses méthodes d’organisation, pour veiller à la réalisation des tâches à accomplir dans les meilleurs délais, ont été approchées, comme autant de balises et de méthodes pour réussir son projet.
Puis vient le temps de numériser. La présentation de Michel Jacobson des archives de France a apporté un éclairage nouveau sur la numérisation des sons. On est passé ensuite à la pratique en numérisant les supports papier de nos sources.
L’analyse de la structuration du contenu est nécessaire pour transformer la source en matériau de la recherche. L’introduction à la Text Encoding for Interchange (TEI) a été présentée par Lou Burnard himself qui a cofondé ce format de balisage en XML en 1987 pour « faciliter l’échange, la création et l’intégration de ressources informatisées ». La TEI, c’est un outil du chercheur, qui lui permettra d’analyser un texte selon ses problématiques d’étude. Si l’encodage d’un texte nécessite la connaissance des balises du format XML, on aurait tord de confier cette tâche à un informaticien extérieur au projet de recherche, car la structuration du contenu fait parti intégrante de l’analyse. Après cette introduction, ce fut à nous stagiaires de dégager la structure de nos sources, afin d’en baliser l’analyse.
Une fois la source balisée, il faut être capable de l’exploiter, de l’interroger, de « faire parler les données du corpus », d’en extraire du sens. Les outils d’interrogation du balisage XML ont été présentés avec clarté par Denise Ogilvie, des Archives Nationales, et Anaïs Wion, du CEMAf, un laboratoire du CNRS.
Pour en citer quelques uns, les plus utilisés, Xpath, un langage pour formuler des questions en interrogeant l’arborescence d’un document formaté en XML; XSLT, pour transformer les arborescences XML dans un autre langage, HTML par exemple, et exprimer des requêtes; Xquery enfin, le langage d’interrogation des documents structurés en XML défini par le W3C, pour extraire des information des documents XML.
Une fois que nos sources ont été numérisées, structurées, exploitées, reste à les diffuser en ligne et assurer la promotion du projet scientifique qu’elles desservent. Il faut alors penser en terme d’écologie numérique au service de la science : Accessibilité, ergonomie, pérennité, citabilité, interopérabilité sont les cinq mots du web pour Jean-François Rivière. Mettre en ligne, oui, à condition de respecter les droits d’auteur. La présentation des questions juridiques liées aux bibliothèques numérique et aux corpus en ligne de Lionel Morel de la BNF a comblé l’assistance qui ne tarissait pas de questions. Gaëlle Hallair, une autre stagiaire, a écrit un billet sur son intervention.
Cet ANGD 2011, oui j’ai oublié de dire qu’il s’agissait d’une Action Nationale à Gestion Déconcentrée, mais l’année prochaine, ce sera une Action Nationale de Formation, nous a permis de bénéficier aussi des retours d’expériences des stagiaires. J’ai pu y présenter notre projet de site Internet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud.
Et rien de tel qu’une randonnée à mi-stage pour prendre de la hauteur.

Montagne pelée Flickr licence Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0) par Jean et Nathalie

Ah ! Et puis, non, je ne peux pas conclure ce billet sans parler des rencontres, de la convivialité, de toutes ces professionnels rencontrés porteurs de projets passionnants.

La bibliothèque participe au projet de recherche Enfance Violence Exil

"Les enfants jouent au village" Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.
« Les enfants jouent au village » Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.

EVE : la première…le premier

Enfance Violence Exil (EVE) est un projet de recherche dont l’objectif est l’exploitation scientifique et la valorisation de collections concernant l’expérience enfantine de la guerre et ses conséquences de 1914 à nos jours. C’est le premier projet de recherche auquel la bibliothèque participe.

Initié par le CELIS (Centre de recherche sur les littérature et la Sociopoétique), laboratoire de l’Université Blaise Pascal, EVE est un projet soutenu par l’ANR dont l’approche est interdisciplinaire puisqu’elle associe des historiens, des littéraires, des linguistes… et même des bibliothécaires ! Eve réunit de nombreux partenaires dont d’autres universités (françaises et étrangères), des associations et différents services de l’université dont la bibliothèque et CreaTICE

Des collections très diversifiées forment le corpus des différents travaux menés dans le cadre d’EVE :

  • Des dessins d’enfants collectés au cours des conflits : première guerre mondiale (dessins des enfants de Montmartre), guerre d’Espagne (la collection réunie par Françoise et Alfred Brauner est à l’origine du projet), seconde guerre mondiale, autres conflits du 20e siècle (dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde)
  • Des témoignages
  • Des illustrations de revues ou de bandes dessinées pour la jeunesse
  • Des journaux scolaires ou collectifs
  • Des récits autobiographiques…
"Pour la victoire". Dessin des enfants de Montmartre
« Pour la victoire ». Dessin des enfants de Montmartre.
Rébus, revue Fillette 1919
Rébus, revue Fillette 1919.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l'association Enfants Réfugiés du Monde.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l’association Enfants Réfugiés du Monde.

Ces sources et les travaux les accompagnant doivent être mis en valeur sur un site web EVE (en construction)  et au travers de colloques et expositions organisés pendant toute la durée du projet (2010-2013).

Au moment où le projet EVE voyait le jour, l’Université Blaise Pascal venait d’accepter le don de Michel et Jean Bastaire : quelques milliers d’ouvrages de littérature populaire et de jeunesse du début du 20 siècle conservés à la bibliothèque universitaire de lettres. Le lien entre la bibliothèque et le projet EVE était fait.

La participation de la bibliothèque dépasse en réalité largement la proposition initiale. Voici quelques exemples du rôle que mes collègues et moi même avons pu jouer :

  • Nous avons réfléchi sur la description des ressources en vue de leur intégration dans le site Web et proposé l’adoption d’un schéma des métadonnées en Dublin Core.
  • Nous avons participé à la réflexion autour de l’élaboration du site Web (arborescence, navigation, graphisme). La réalisation de ce site a été confiée à un prestataire extérieur.
  • Nous avons proposé une organisation pour la collecte des sources et élaboré un circuit des documents en vue de leur intégration dans le site.
  • Nous avons numérisé plusieurs collections de dessins : dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde, dessins d’enfants de Ramallah, revues issues du fonds Bastaire.
  • Nous avons aussi pris part à la partie valorisation de la production scientifique du projet EVE en créant une collection spécifique dans HAL (EVE HAL)
  • Enfin, un de nos collègues est membre du comité de pilotage scientifique pour le colloque et l’exposition à l’Unesco prévus en décembre 2011.

Après une phase de spécifications, d’organisation et de développement du site, nous entrons maintenant dans la phase d’alimentation avec les documents composant les différentes collections.

Outre le caractère passionnant de la thématique d’EVE, la participation de la bibliothèque a été riche en enseignements

  • sur le rôle mobilisateur de ce type de  projet qui associe de multiples intervenants de profils très diversifiés (au sein de la bibliothèque numérique, des autres bibliothèques du site, de l’université …)
  • sur la description des documents (quel format de métadonnées ?) ce qui sera mis à profit pour la mise en ligne de nos propres documents.
  • sur l’expérimentation de quelques outils  pour les chercheurs
  • sur l’importance du travail de spécification des besoins en amont

Une expérience stimulante et instructive qui montre un élargissement du rôle de la bibliothèque dans le soutien à la recherche.

Souhaitons une longue lignée à EVE.

Un formulaire en ligne pour décrire les ressources…

Les formulaires en ligne de google document, vous connaissez ? Non, il ne s’agit pas de faire de la pub pour google qui prétend organiser toute l’information du monde, non, pas de polémique ici, mais juste rendre compte de l’utilisation d’un outil bien pratique, ergonomique, pas très connu encore, et que nous utilisons de manière très spéciale à la BCU depuis quelque temps.

La première fois que j’ai utilisé les formulaires google document, c’était il y a quelques années, lorsque pour le groupe Etudes et enquêtes du GT Couperin sur les ERMS, nous avions mené l’enquête préalable à l’implémentation d’un ERMS partagé.
Outil d’enquête, le formulaire adressé à l’ensemble des responsables docelec des bibliothèques de l’enseignement supérieur permettait de visualiser, sur un classeur excel en ligne, l’ensemble des réponses aux questions posées, selon l’ordre que nous avions défini. A l’époque, j’avais trouvé l’outil épatant. Les réponses aux questions s’affichaient sur le classeur instantanément, aussitôt les questionnaires remplis.

Parasol par Bread Mouth sur Flickr

Quelques années plus tard, à la bibliothèque Clermont Université,  lorsqu’il a fallu trouver le moyen de permettre aux chercheurs du projet Enfance Violence Exil de décrire les dessins d’enfants numérisés pour être mis en ligne sur le site du projet EVE en construction, j’ai pensé à ces fameux formulaires en ligne de google document. Ils permettent de guider aisément les novices dans l’univers standardisé du Dublin Core, en donnant aux usagers toutes les indications nécessaires pour remplir correctement les métadonnées. Il suffit de remplir un classeur google docs avec quinze colonnes correspondant aux éléments du Dublin Core, le transformer ensuite en formulaire (outils/ edit form), inscrire enfin tous les conseils pour faciliter la description. Lorsque les formulaires sont remplis, les métadonnées sont prêtes à être exportées et exploitées dans la bibliothèque numérique.
Nous avons aussi utilisé ce formulaire pour recueillir les métadonnées des ressources associées à notre projet de bibliothèque numérique sur Philippe Glangeaud, qui fera l’objet d’un prochain billet.

Finalement, c’est dans le contexte de la bibliothèque numérique un outil de médiation entre le monde de la bibliothèque et le monde de la recherche, une manière de faire coïncider les exigences documentaires normalisées de la description des ressources avec une plaisante simplicité d’utilisation.

Nouveaux temps, nouveaux rôles pour les professionnels de l’information : la gestion et la préservation des collections numériques.

Un rapport de l’association des bibliothèques de recherche paru en mars 2011 fait le point sur le rôle des bibliothèques de recherche. « Digital curation for preservation », le titre du rapport annonce tout un programme. On pourrait le traduire avec les expressions « édition électronique », « sélection et gestion des contenus numériques » ou « archivage pérenne », ou garder présent à l’esprit le sens premier de curation :  soin, traitement de l’information numérique en vue de sa préservation. L’enjeu ? préserver numériquement notre mémoire collective.

A l’heure où prolifère l’information numérique,  où est la valeur ajoutée des bibliothèques de recherche ? Quelque part dans la chaîne des évènements qui produit de l’information et des nouvelles connaissances.

Le travail des bibliothèques s’est historiquement organisé autour du service public, de la bibliographie, et de la constitution de collections pour les usagers, avec, pour corollaire, les services d’acquisition, de catalogage,  et d’accès aux collections.

Aujourd’hui,  la bibliothèque numérique s’articule autour de trois concepts clés : l’infrastructure, le contenu, les services.

Dans l’infrastructure, s’imbriquent « l’équipement, les technologies, et l’expertise humaine appliquée à l’organisation ». En d’autres termes, l’infrastructure, ce pourrait être l’équipe de la bibliothèque numérique, avec toutes ses compétences technologiques et tout le matériel dont elle dispose : postes informatiques, serveurs, banc de numérisation, baies de stockages.

Le contenu, c’est tout le contenu que la bibliothèque numérique rend accessible, des ressources électroniques souscrites aux collections numériques produites.

Les services incluent les services bibliographiques traditionnels, mais aussi les services émergents dans le domaine virtuel : la production d’informations, l’accès, la dissémination, et l’archivage pérenne.

Or, infrastructure, contenus, et services sont directement impactés par le changement de paradigme que vivent les bibliothèques de recherche aux niveaux culturels et institutionnels.

De nouvelles missions s’imposent alors pour les bibliothèques :

  • Cyber-infrastructure et collaborations :
    L’enjeu est de créer, disséminer et préserver l’information numérique au sein de l’infrastructure, pour que les chercheurs puissent communiquer en toute efficacité, sans qu’ils aient besoin d’inventer, à chaque nouveau projet, de nouveaux outils de médiation scientifique.
  • Acquisition et hébergement :
    La plus-value des bibliothèques de recherche est dans la gestion numérique et la préservation de la production intellectuelle des chercheurs. Reste à leur mettre à disposition des plate-formes en ligne pour héberger tous ces types de contenus. Réaliser une archive ouverte institutionnelle, par exemple, ou une bibliothèque numérique pour valoriser les collections numérisées, tous ces projets entrent de plein-pied dans ces missions.
  • Edition électronique, services de gestion et de préservation.
    L’acquisition est donc complémentaire à la production de contenus, et à l’archivage numérique pérenne. L’enjeu est de créer de forts partenariats entre la bibliothèque et la communauté académique.  Car les bibliothèques sont sans doute les mieux placées pour offrir aux usagers des solutions de publication électronique, quitte à envisager des partenariats avec les presses universitaires. Les bibliothèques bénéficient aujourd’hui d’un capital d’expériences réussies dans le domaine de la publication électronique, de la production de journal en libre-accès aux archives ouvertes, en passant par les éditions universitaires numériques.

Avec ces mutations, le profil du bibliothécaire est amené à se diversifier, et de nouvelles tâches émergent.

  • Conseils en acquisition et en droit d’auteur.
    A la mission initiale du bibliothécaire, veiller à la qualité, à la pertinence et au maintien des collections, s’ajoutent de nouvelles exigences : établir de nouveaux critères pour évaluer la stabilité, la viabilité et l’authenticité des fichiers numériques, dès l’acquisition. Avec l’assistance des juristes, les bibliothécaires créent et ajustent les politiques d’acquisition et d’échange pour garantir le maintien  et la préservation du contenu numérique.
  • Formation des usagers.
    Ce rôle a des aspects physiques et virtuels. Les bibliothécaires sont de plus en plus impliqués dans la vie du campus pour offrir en partenariat avec les enseignants des services de références virtuelles, et des environnements propices à l’auto-formation.
  • Observation anthropologique des usages.
    Les bibliothécaires s’immergent volontiers parmi les natifs du campus et observent, étudiant leur production d’information et leurs habitudes de consommation. Si les bibliothèques de recherche espèrent anticiper les futurs besoins de leurs usagers, elles doivent au préalable bien identifier leur public : des personnels administratifs aux professeurs en passant par les étudiants.
  • Construction de systèmes d’information documentaire.
    Concevoir l’architecture d’espaces physiques, mais aussi virtuels, comme un site web, une archive ouverte institutionnelle, et d’autres systèmes d’information. Et d’autres activités plus discrètes : établir des licences, créer des métadonnées, des recherches sur le droit d’auteur. Accoutumer les étudiants à de nouveaux modes de publication numérique.
  • Production de contenus et dissémination.
    La conservation des collections, mission historique des bibliothécaires, demeure au cœur du métier, mais la mission a de nouveaux atours : c’est l’attention portée au cycle de vie des données et des collections numériques. Le rôle a deux aspects distincts, mais inséparables : l’accès et la préservation. Dans le domaine numérique, les bibliothèques gèrent beaucoup plus d’informations que naguère, et facilitent l’accès aux usagers. La gestion numérique répond aussi à l’impératif de préservation des collections, qui se traduit par une attention croissante à la viabilité, à l’authenticité et à la pérennité des données numériques.
  • Management et organisation
    Une atmosphère propice au travail et à l’expérimentation sur le terrain peut être obtenue avec de nouvelles stratégies d’organisation. La coopération inter-institutionnelle décentralisée est essentielle pour amorcer ce virage numérique avec succès. L’enjeu est d’aider le personnel à s’adapter et à acquérir de nouvelles compétences. Une autre organisation du travail s’impose pour équilibrer les paysages physiques et numériques.
  • Conception et animation d’espaces collaboratifs.
    Les bibliothécaires travaillent en réseau, mais à l’heure du numérique, les collaborations doivent s’amplifier pour l’échange durable des bonnes pratiques autour des besoins communs, du développement des technologies à l’archivage pérenne, en passant par la gestion des dépôts d’archives. Les bibliothécaires commencent patiemment à coordonner des alliances intra et inter institutionnelles, et à établir clairement les rôles et les responsabilités de chacun dans cet effort partagé. Ils apprennent aussi à forger de saines relations collaboratives pour gérer collectivement les données numériques.

New roles for new times : digital curation for preservation.
Tyler Walters, Katherine Skinner
March 2011
Report Prepared for the Association of Research Libraries