Adieu, big deal

Le 1er janvier 2017, pour son entrée en scène, l’Université Clermont Auvergne1 s’offre un début fracassant : la fin de son abonnement à la Full collection de Wiley. La décision vient de faire l’objet d’un communiqué envoyé à tous les chercheurs, et publié sur le site web de la BCU.

Photographie montrant le mot "Adieu" tapé à la machine à écrire.
« Adieu », par Aldo Van Zeeland (licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification).

 

Un problème de coût

Cette fois nous sommes au pied du mur : le bilan financier 2017 de la BCU n’appartiendra à l’ensemble R+ des réels positifs que si nous rabotons sérieusement nos abonnements. D’autres sont passés par là avant nous : Montréal  et la BIU santé se sont désabonnés dès 2014 de la Full Collection et de bien d’autres depuis. C’est notre tour.

Le tableau et le graphe ci-dessous dessinent l’évolution de nos dépenses2 (en € TTC) auprès des quatre éditeurs qui nous fournissent nos plus belles factures. Pour les gens pressés, résumons d’une phrase : en six ans3, à service égal4 notre dépense cumulée chez ces quatre éditeurs a augmenté de 236 000 €, soit 38 %. Il est avéré que ces augmentations tarifaires financent autre chose et n’ont aucun lien avec le service rendu à la communauté scientifique.

Tableau des coûts à Clermont pour les principaux éditeurs
Dépense auprès des grands éditeurs.
Évolution des coûts à Clermont entre 2011 et 2015
Dépense auprès des grands éditeurs (2011-2016)

Pourquoi Wiley ?

Au premier coup d’œil, l’avisé lecteur observera avec étonnement que nous n’avons pas fait porter l’effort sur la plus grosse dépense ni sur celle (c’est la même, bien entendu, celle d’Elsevier) qui augmente le plus vite.

C’est malheureusement impossible : l’essentiel de ces dépenses passe par des contrats pluriannuels, dont on ne peut pas se dégager à volonté. C’est particulièrement vrai pour l’abonnement à la collection d’Elsevier, qui nous coûtera plus de 500 000 € en 2018, et dans lequel nous sommes engagés, volens nolens, par le contrat national conclu voici trois ans. Espérons que la prochaine négociation nous épargne la reconduction de cette invraisemblable dépense !

L’abonnement Wiley, lui, arrive à échéance cette année après trois ans de contrat. Il ne fallait pas laisser passer cette occasion d’examiner l’utilité de la ressource, rapportée à son coût. Or de ce point de vue, le bouquet Wiley est, à Clermont, dans une situation limite. Malgré un travail soutenu sur les titres accessibles, au regard de la dépense consentie l’usage de la collection n’est pas satisfaisant. Le coût moyen au téléchargement, qui se situe entre 1 et 2 euros pour les grands bouquets, oscille entre 3 et 4 pour la Full Collection. Pour des bouquets dont le coût est faible en valeur absolue, nous pouvons supporter des coûts moyens plus élevés, mais Wiley coûte plus de 125 000 € par an.

Coût et usage de la collection Wiley (2009-2015)En plongeant dans les statistiques 2015-2016 on observe, comme souvent dans les gros bouquets, un usage très concentré : les 300 titres les plus consultés couvrent 75 % des téléchargements, et parmi eux les 100 premiers en rassemblent déjà 50 %… Au bas de l’échelle, 1815 titres consultés moins d’une fois par mois en 2015-2016, dont 880 sans aucun téléchargement. Une petite optimisation s’impose.

Le petit problème que nous rencontrons, c’est que si nous restreignons nos abonnements à 300 titres, le devis passe de 130 000… à 400 000 €. En effet, pour que l’achat du bouquet apparaisse comme la seule solution viable, Wiley, comme les autres éditeurs, facture des prix astronomiques pour les abonnements au titre à titre. Parmi les cas extrêmes, le Journal of Applied Polymer science affiche fièrement un tarif de 20 000 € annuels, tandis que deux revues majeures de chimie5 flirtent avec les 10 000 € d’abonnement chacune. Nous sommes donc confrontés à un choix très simple : soit nous validons la stratégie de l’éditeur (un bouquet très cher, mais « plus avantageux ») et restons dans le contrat, soit nous privilégions notre besoin primordial, qui est de réduire la dépense, et nous acceptons de réduire radicalement la liste de nos abonnements. C’est ce choix que l’Université vient de faire.

En 2017, l’UCA s’abonnera à deux ou trois dizaines de titres Wiley, au plus, pour un montant global qui ne dépassera pas 50 000 €. La liste des titres est encore en discussion. Ils sont sélectionnés après discussion avec les enseignants chercheurs, en privilégiant ceux auxquels ils ne peuvent accéder via leur laboratoire, et dont le coût modeste permet de rester dans l’enveloppe globale impartie.

Et ensuite ?

Bien sûr, la perte d’accès sera réelle. Elle n’est pourtant pas totale : les revues Wiley acquises en licence nationales, et versées dans le dispositif ISTEX, resteront accessibles ; les chercheurs pourront toujours recourir au prêt entre bibliothèques (gratuit à Clermont), échanger leurs papiers via les réseaux sociaux de la recherche et les archives ouvertes comme ils le font déjà6. De toute façon, l’Université ne peut plus suivre une fuite en avant tarifaire dont les 15 années écoulées suggèrent qu’elle sera sans fin. Une fois évaluées, dans la durée, les conséquences pratiques de ce choix, il faudra peut-être l’appliquer à d’autres contrats.

Cette décision un peu spectaculaire ne doit pas cacher les chantiers de fond qui visent le long terme et qui restent les mêmes : encourager le dépôt systématique dans HAL7 ; participer à la création de revues en libre accès grâce au Pôle éditorial numérique ; informer les chercheurs sur les enjeux de la publication en libre accès et surveiller les frais de publication qui leur sont facturés, les encourager à bannir le modèle hybride, à privilégier les éditeurs responsables et les modèles de type Episciences, dont les coûts sont modestes ou nuls.

Année après année, une à une, des revues respectueuses des besoins de la communauté scientifique se créent ou se recréent. C’est ainsi que la revue Lingua est devenu Glossa , que Topology est devenu Journal of Topology, que la revue Sociologie du Travail vient de migrer vers Revues.org, que 8 revues de sciences sont désormais hébergées sur Episciences. La surenchère tarifaire a beau suivre sa course effrénée, les fondations d’une libre publication de la recherche sont discrètement posées. Çà et là, goutte à goutte, la conversation scientifique se réinstalle, plus librement, sur la toile…

Gouttes d'eau sur une toile d'araignée.
Drops on a spider web, par Vincent (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).
  1. L’UCA réunira, au 1er janvier, l’Université d’Auvergne et l’Université Blaise Pascal, séparées depuis 40 ans. []
  2. Les chiffres agrègent les différents abonnements souscrits auprès de chaque éditeur : revues et base SciFinder chez ACS ; Freedom Collection, EM-Premium, BMF et Jurisclasseurs chez Elsevier ; revues de Springer ; Full Collection et Cochrane Library chez Wiley. []
  3. Avec, sur la même durée, un budget en légère diminution. []
  4. C’est à dire sans autre accroissement que la publication, année après année, de nouveaux articles. []
  5. Angewandte Chemie, et Chemistry – A European Journal. []
  6. La protection du dépôt en archives ouvertes par la loi « République numérique » rend même la chose plus facile. []
  7. La BCU a organisé 4 ateliers cet automne et continue le travail auprès des chercheurs. []

Données ouvertes : premier essai

Coûts de documentation électronique
à Clermont-Ferrand (2009-2015)

 

Les données ouvertes étant de saison, la BCU y apporte sa contribution en publiant les coûts de la documentation électronique à Clermont depuis 2009.

[Mise à jour du 20/07/2016 : après discussion via la liste de diffusion des carnetiers, pour plus de commodité le tableur de données a finalement été déposé sur Zenodo : http://dx.doi.org/10.5281/zenodo.58282]

Mon avis (je l’ai développé amplement sur l’Alambic) est que dans l’idéal, semblable tableau devrait exister pour l’ensemble des dépenses documentaires des universités et organismes de recherche français. Notre culture de la centralisation rend ce travail réalisable : des données précises sont collectées depuis longtemps, partout. Soyons justes, d’ailleurs, les données ouvertes françaises sont loin d’être inexistantes et les jeux de données déjà mis à disposition sur le site qui leur est dédié sont précieux et abondants.

En attendant une publication globale, faisons notre part du travail :

  • à titre d’échantillon, pour qui s’intéresse aux coûts de la documentation : Clermont est un exemple de site universitaire de taille moyenne (35 000 étudiants environ : les effectifs sont publiquement disponibles sur le site susdit) ;
  • par souci de cohérence : depuis longtemps, je défends la nécessité de ce genre de divulgation ; j’ai assez tardé à la pratiquer.
  • à titre expérimental, pour vérifier l’innocuité et éventuellement l’utilité de l’entreprise.
  • dans l’espoir que d’autres fassent de même, sait-on jamais ?

Peut-être, d’ailleurs, vais-je découvrir que bien des collègues ont déjà publié leurs chiffres. Si d’autres collectent ou diffusent des données similaires, cela permettra d’engager une discussion, par exemple sur la façon dont elles peuvent être rendues comparables les unes aux autres (HT ou TTC, monnaie d’origine ou euros, etc.). Si certains trouvent difficiles d’utiliser celles-ci, cela permettra d’identifier les informations dont il faut les accompagner. Au pire, ces données resteront là, inutiles mais disponibles, et raisonnablement encombrantes.

Il faut bien les commencer un jour et par quelque part, ces données ouvertes.

Illustration en tête du billet : Open Data, par Descrier (descrier.co.uk) ; sous licence Creative Commons, Attribution

 

 

 

Collections et innovation : à la croisée des charnières

Invité début juin à contribuer dans une table ronde au congrès de l’association des bibliothécaires de France, qui portait sur le thème de l’innovation, je poste ici le texte de mon intervention, juste assez retouché pour permettre le passage à l’écrit, ce qui me permettra d’archiver le texte1.

Voici le lien vers la prézentation dont je me suis servi. La séance ayant fait l’objet d’une captation vidéo, j’indiquerai aussi le lien dès qu’il sera disponible.

[mise à jour, 18 juillet 2016 : lien vers la vidéo]

Introduction

Petit préambule, je m’engage solennellement à bannir de mon propos, à tout jamais, les propositions suivantes :

Nous vivons une époque charnière. Nous sommes à la croisée des chemins. Les bibliothèques sont à un tournant. Il faut changer les mentalités.

Pourquoi tant de vindicte contre ces formules qui n’ont d’autre vice qu’une impérissable platitude ? Parce qu’à mon avis elles procèdent d’une perception faussée de la réalité : englués dans notre époque, nous ne voyons pas que l’histoire est une succession ininterrompue de charnières, de carrefours, de tournants et de transitions qui font changer les mentalités. Je propose donc de poser la question dans l’autre sens :

Quelles sont les transitions que nous vivons aujourd’hui ?

J’en vois trois, dont une en particulier qui nous invite à innover. À innover UN PEU, j’y reviendrai en conclusion. Trois faits importants qui nous ont poussés, en BU, à innover du côté des collections. Trois transitions concomitantes, que l’on peut décider de combattre ou d’aider. Trois changements dont un, en particulier, nous pousse à des activités nouvelles.

Mais commençons par notre situation de départ. En l’an 2000, dans mon carton, sur son rayon, qu’y met-on ? En simplifié : des collections imprimées, achetées, signalées, exposées. Mais ça, c’était au siècle dernier. Depuis…

De l’imprimé à l’électronique

Depuis, la première transition qui est survenue, c’est la transition entre l’imprimé et l’électronique. Celle-ci est presque derrière nous, maintenant : en 10 ans, nos dépenses électroniques sont devenues écrasantes, nos dépenses imprimées résiduelles. Aujourd’hui, nous achetons presque exclusivement de l’électronique.

Répartition des dépenses documentaires de la BCU entre imprimé et électronique.
Répartition des dépenses documentaires de la Bibliothèque Clermont Université entre imprimé et électronique. « Écrasantes », est le mot…

 

 

 

 

 

 

 

Presque. Il faut pondérer de trois nuances :

1°) C’est plus vrai pour les sciences exactes que pour les sciences humaines (et les maths).

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaires par disciplines
Répartition des dépenses documentaires 2015 de Clermont par discipline

2°) C’est plus vrai pour les revues que pour les livres.

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaire par type de ressources
Répartition des dépenses documentaire 2015 de Clermont par type de ressources

3°) On n’aboutit pas à un paysage « zéro papier ». Cependant, il est vrai que ce qui entre dans nos collections est, chaque année, de plus en plus électronique et de moins en moins imprimé, et que nous n’avons pas atteint le plancher. Je pense qu’il y en a un, mais nous n’avons pas encore les pieds dessus.

Avons-nous innové ? Oui. L’avons-nous décidé ? Pas vraiment : ce sont nos utilisateurs qui ont innové les premiers : les chercheurs se sont littéralement rués sur la documentation électronique. Il n’était pas concevable de ne pas les suivre. Les BU ont suivi, avec deux conséquences :

    1. Du côté de la technique : nous avons appris à maîtriser les outils numériques, du proxy à l’outil de découverte, en passant par les statistiques.
    2. Du côté de la pratique professionnelle : la négociation, les enjeux économiques de l’édition scientifique, n’ont plus de secret pour nous (cela ne nous rend pas capable de peser dessus, mais c’est une autre histoire !). C’est toute l’histoire du consortium Couperin, avec son engagement de plus en plus professionnel et de plus en plus visible dans les négociations et dans le paysage de l’IST2.

Je ne m’étends pas : chacun a entendu parler, jusqu’à l’épuisement (budgétaire et nerveux), du passage de l’imprimé à l’électronique. Inutile de développer. Transitons donc sans transition de la transition 1 à la transition 2.

Du payant au gratuit

La seconde transition, c’est l’avènement du libre accès (open access). Nos collections sont de plus en plus en libre accès. Ce qui veut dire, soit dit en passant, que ce ne sont plus nos collections…

Pourtant cette transition est d’abord une transition voulue.

  • Par les chercheurs, qui ont vu dans le web un outil de choix pour la grande conversation scientifique, et qui l’ont solennellement proclamé par la déclaration de Berlin.
  • Par les bibliothécaires, plus prosaïquement, parce que les revues en ligne sont hors de prix. Le libre accès, c’était l’espoir : demain, on s’abonne gratis !

    Las… C’est aussi une transition subie, parce que le modèle économique « auteur-payeur », qui prédomine, consolide le pouvoir économique des éditeurs, au moins en science, technologie, médecine. Aucun espoir pour les chercheurs d’assainir le circuit : tant que leur carrière dépend de leur score de publication, ils publieront à n’importe quel prix (pour vous donner une idée : un auteur peut débourser 5000 $ aujourd’hui pour publier un article en OA ; et ce n’est pas le prix maximal). Aucun espoir pour les bibliothécaires de diminuer la facture. Pour l’instant, elle augmente même parce que les auteurs payent pour mettre en libre accès des articles dans des revues dont nous payons les abonnements ! C’est la nasse dorée dont j’ai déjà parlé.

    Quelques modèles intéressants ont quand même vu le jour, où les bibliothèques ont leur rôle à jouer. Par exemple le modèle freemium : les BU s’abonnent à des revues en libre accès, et payent pour des services supplémentaires (téléchargement des PDF, statistiques d’usage). Elles financent ainsi, pour un tarif modique (4000 €/an à Clermont pour revues.org), la publication en libre accès. Le modèle « Knowledge Unlatched », qui propose la libération des contenus par souscription3, fonctionne bien, lui aussi.

Cette seconde transition est en cours, elle vise « l’horizon 2020 ». En 2020 ou un peu plus tard, elle sera achevée. Mais elle ne nous laisse finalement pas beaucoup de marge de manœuvre et d’innovation.

En fait, le véritable enjeu, c’est de comprendre et d’assimiler les deux premières transitions pour se lancer dans la troisième…

De l’acquis au produit

Cette fois il s’agit bien d’innover. La production, c’est une nouvelle branche qui s’élance du tronc des bibliothèques. C’est aussi le défi de la décennie à venir pour les BU, je pense : cette branche, à quoi va-t-elle ressembler, et quelle sera sa vigueur ?

Nous aurons de moins en moins de documentation acquise, d’abord parce qu’elle est de plus en plus chère et que nos moyens s’épuisent, ensuite parce que dans le monde du libre accès, ce sont les auteurs qui vont payer pour publier, et non les lecteurs pour lire. À quoi servirons-nous dans ce paysage recomposé ? À tenir la comptabilité des frais de publications ? Je ne suis pas sûr que nous soyons indispensables, ni très motivés, pour cela. Et même si cette activité entre dans nos fonctions (car on y travaille, tout de même, en essayant de repérer les dépenses auteurs payeurs dans nos universités !), elle n’emploiera guère plus d’un bibliothécaire par établissement…

Alors, à quoi allons-nous bien pouvoir servir ? Eh bien de plus en plus, je crois, aux côtés des chercheurs et des étudiants, à produire de la documentation (pardon) de l’IST. C’est-à-dire à mettre en ligne les documents produits par nos chercheurs, ou même à les aider directement dans le processus de publication.

Cette nouvelle branche d’activités se scinde en trois rameaux4.

  1. Le premier rameau est une vieille branche, si j’ose dire, celle de la bibliothèque numérisée : contribuer à faire naître LA bibliothèque virtuelle universelle, en numérisant et en mettant en ligne nos fonds anciens, nos unica, nos livres rares ; nos fonds locaux à valeur scientifique reconnue ; celles de nos collections qui présentent un intérêt intellectuel particulier. Google peut le faire, nous aussi ! On numérise et on veille au référencement des fonds numérisés dans Gallica, Europeana, etc.

  2. Le second rameau est celui des travaux universitaires : il a commencé avec le signalement et la mise en ligne des thèses, autour de 2010. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de thèses soutenues sont en ligne, et ce sont les bibliothécaires qui s’en occupent. les mémoires, les thèses d’exercices sont en train de suivre, cela représentera bientôt, aussi, des centaines de milliers de documents disponibles sur le web. Et l’on peut en faire autant pour les articles : dans les archives ouvertes (HAL et autres) les chercheurs peuvent mettre en ligne des copies en libre accès des articles publiés par les éditeurs. Il s’agit d’archivage et non de publication, mais pour le lecteur, quelle différence ? Il a son article, gratis, sans barrière ! Un peu partout, ce sont les bibliothécaires qui portent les projets d’archives ouvertes.

  3. Le troisième rameau, c’est celui du soutien direct à l’édition. Les bibliothèques peuvent entrer en discussion avec leurs universités pour soutenir la marche vers le libre accès. C’est ce que matérialise à Clermont le pôle d’édition numérique, qui fédère les presses universitaires, la MSH et la BU, pour encourager les projets de revues. Cela nous permet de pousser ensemble des revues vers revues.org, la principale plate-forme de revues en libre accès en sciences humaines (deux revues clermontoises ont migré vers revues.org par le travail commun de la bibliothèque, des presses et de la MSH). Cela nous permet de suivre et d’encourager la naissance de nouveaux modèles d’édition électronique, comme le modèle « Episciences », où l’article est en libre accès de sa soumission à sa publication, puisque la revue est assise sur une archive ouverte, en espérant qu’un jour des revues clermontoises pourront rejoindre ce projet. Cela nous permet de tester des outils, comme le logiciel Open Journals System, qui soutient aujourd’hui, à Clermont, une revue récemment lancée.

Là, c’est de la véritable innovation, avec son côté tâtonnant. Mais il faut le tenter, même à tâtons, parce que l’aide directe à la publication de revues, c’est la possibilité de de contrebalancer la montée du modèle auteur-payeur qui laisse l’édition scientifique prisonnière d’une machine folle.

Je pense que cette troisième transition, de l’acquis au produit, est le domaine par excellence de l’innovation. Et pourtant…

Dans le scriptorium

Deux remarques pour conclure.

1. ma lecture du moment, c’est la théorie de l’évolution relue par Teilhard de Chardin5. Essayons de l’appliquer aux bibliothèques : des mutations sont en train de se produire, des rameaux poussent, mais nous ne savons pas encore lesquelles vont croître, et lesquels dépérir  Pour l’instant, il faut tout essayer, faire pousser tous les rameaux. Le temps se chargera bien d’élaguer (nous vivons une époque charnier).

2. toujours pour rester fidèle au teilhardisme bibliothéconomique  : les branches qui s’élanceront et deviendront prospères, on pourra toujours en retracer et retrouver l’origine, a posteriori, en puissance, dans la bibliothèque de toujours, LA bibliothèque scriptorium : lieu d’édition, de conservation, de circulation et de consultation.

Copiste au travail dans un scriptorium (image tirée d'un manuscrit du 15e siècle)
Copiste au travail. Bibl. nat. de France, manuscrit français n°9198, f. 19.

 

Vulgairement parlant, on fait du neuf avec du vieux : pour ce qui est des publications scientifiques, le scientifique Martin-Paul Eve, appelait déjà en 2012 à refonder le modèle des imprimeries universitaires6 ; et sérieusement, quand on numérise un livre pour le mettre en ligne, que fait-on, à part du travail de copiste ?

C’est bien plus qu’une boutade. Je crois beaucoup à l’innovation, au sens où elle représente une démarche expérimentale, risquée, donc courageuse. Mais je suis sûr que quand une innovation réussit, c’est qu’elle nous fait devenir ce que nous sommes.

  1. …et de caser quelques jeux de mots potaches que j’ai sauté en séance pour ne pas dépasser le temps imparti. []
  2. Information scientifique et technique : c’est le petit nom de la documentation dans le monde de la recherche, sans doute parce que documentation sonne un peu trop scolaire. []
  3. Quand un nombre donné de bibliothèques a acheté un livre, il est « libéré ». []
  4. Comment résister à cette métaphore bibliothécologique qui nous tend les bras ? []
  5. P. Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955. À noter, sa notice dans Wikipedia est gravement incomplète : Teilhard était jésuite, paléontologue ET auvergnat. Si l’une des épithètes vous gêne, dites-vous que nul n’est parfait. Étant personnellement très ouvert, je n’ai rien contre les paléontologues. []
  6. Martin-Paul Eve, Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-aspublisher : « The solution that I propose to this growing crisis for all three stakeholders in the world of scholarly publishing lies in the concept of the Research Output Team (ROT), a fusion of the library and the publisher. In many ways this is a return to the idea of the university press; an in-house facility for publishing work. » []

L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []

Votre libre accès avec ou sans… la suite !

Aaron Butler, Flying Books.
Aaron Butler, Flying Books.LOGOCCby-nc-nd.eu

 

 

 

Le billet d’humeur paru ici il y a quelques semaines a donné lieu à des discussions nourries avec divers collègues1. Inutile de les détailler ici, ce billet vise juste à effectuer trois mises à jour importantes.

  1. Amende honorable : je soutenais que le problème n’était pas juridique, et que la solution que je proposais ne devrait soulever aucune espèce de question en termes de droit. Je me trompais, ainsi que l’a montré Lionel Maurel dans son récent billet sur le sujet. Merci à lui d’avoir corrigé mon erreur. Pour la résumer d’une phrase : en arrière-plan de l’arrêté, il faut se reporter au Code de la propriété intellectuelle2, que la jurisprudence a toujours  interprété dans un sens restrictif : « Cela signifie, écrit Lionel Maurel, qu’un usage non explicitement prévu au contrat devra être réputé comme toujours interdit ». Le bon sens n’y peut rien, la solution que je préconisais n’est pas juridiquement sûre… Si l’on décide de la pratiquer, que ce soit en connaissance de cause !
  2. L’espoir est permis : comme l’indique Joachim Shöpfel (directeur de l’Atelier national de reproduction des thèses) en commentaire, la solution évoquée par Lionel Maurel (modification de l’arrêté) est en cours d’élaboration depuis un certain temps déjà. L’arrêté modifié élargirait la transmission possible à l’ensemble de la communauté universitaire, exactement ce qui nous manque. Excellente nouvelle ! Espérons que tout cela aboutisse rapidement.
  3. En attendant, la solution la plus simple est de résoudre le problème avec chaque doctorant lors du dépôt de sa thèse. Pour cela, il est important de bien éclairer les doctorants sur les conséquences de leur décision lorsqu’ils choisissent d’accepter, ou non, la mise en ligne de leur thèse. Puis, lors du dépôt, de leur demander d’indiquer explicitement leurs directives concernant la possibilité du PEB. Un modèle de formulaire de dépôt qui prend en compte cette question est disponible ci-dessous :

– en format libre office (.odt)
– en format microsoft (.doc)

 

Je conclurai en citant une dernière fois le billet de Silex :

La dernière option consiste à considérer que même si l’usage ne respecte pas à la lettre le droit en vigueur, il appartient aux bibliothèques de prendre leurs responsabilités et de mettre quand même en oeuvre un PEB des thèses électroniques sur une base pragmatique et raisonnable. Après tout, plusieurs usages en bibliothèque s’opèrent toujours aujourd’hui sans aucune base légale (le prêt de CD, la mise à disposition de jeux vidéo ou d’applications pour tablettes, etc.). S’il avait fallu attendre que la loi change, les bibliothèques auraient été contraintes à renoncer à l’exercice d’une partie importante de leurs missions en faveur de l’accès à la culture et à la connaissance.

Je souscris à cette position. Le droit est imparfait, et en attendant qu’il évolue, à son rythme, nous avons le devoir, en tant que professionnels, de travailler avec bon sens. Jamais pour le plaisir de la transgression (que personnellement je goûte fort peu, comme la plupart de mes collègues) mais parce que le bon sens peut et doit primer sur le rigorisme juridique. En ces matières, le discernement relève de la conscience (professionnelle) de chacun et ne saurait être traduit en procédure. Rappelons-nous cependant pour quoi nous travaillons, avant d’inviter un apprenti chercheur à prendre le train pour consulter un fichier électronique.

  1. Merci, en particulier, à Sylvain Machefert, David Aymonin et Lionel Maurel pour ces échanges. C’est David qui a pris l’initiative d’aller au-delà de l’énervement et de travailler sur le sujet, et c’est sur sa suggestion que paraît ce billet, ainsi que les modèles de bordereau de dépôt qui y sont joints. Merci à lui, ainsi qu’à nos collègues des PEB que nous avons harcelés pour connaître leur avis sur ces questions ! []
  2. Article L131-3 du CPI : « La transmission des droits de l’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée. » []

La nasse dorée de l’open access – (Gaol Road to Open Access)

Glowing Prison corridor (Philadelphia, USA)
LOGOccby Nicolas Raymond, Glowing Prison Corridor  (USA)

On débat vigoureusement de la transition vers l’accès libre, depuis la contribution de la bibliothèque Max Planck. J’ai traduit, ici même, cette contribution, non parce que j’y adhérais sans réserve, mais parce qu’elle constituait une prise de position claire dans une discussion qui me passionne. Je me suis abstenu de gloser ma traduction, comptant bien avoir quelques échos des réactions à ce livre blanc, et y revenir après réflexion. J’ai récolté bien assez d’éléments pour rendre compte ici de la controverse qui court. Manifestement, je ne suis pas le seul que le sujet intéresse ! J’avoue d’ailleurs avoir quelque peine à forger mon opinion, celles dont j’ai l’écho étant aussi tranchées qu’opposées. Essayons tout de même.

Pour ceux qui s’intéressent sérieusement au sujet, le document de réflexion du CNRS1 est à lire. Il mentionne en passant (sans le moindre enthousiasme) le livre blanc du Max Planck, mais il réfléchit beaucoup plus largement sur le problème de l’auteur payeur.

Revenons à la position du Max Planck. Elle peut se résumer comme suit, à gros traits :

La transition de l’abonnement au système du libre accès est possible. Il faut l’opérer rapidement, par négociation globale (internationale) avec les éditeurs, pour faire basculer les montants des abonnements vers les frais de publication (article processing charges = APC). Le libre accès généralisé ne coûtera pas plus cher, globalement, que le système de l’abonnement.

L’intervention, aux journées Couperin, du physicien Denis Jérôme, membre de l’Académie des sciences, incline dans le même sens. Sa proposition serait, tout en maintenant l’effort sur les archives ouvertes, de financer l’accès libre par un accord central entre le Ministère de la recherche et les grands éditeurs. Cette stratégie de négociation globale serait évidemment facilitée, dans le cas précis de la France, par notre organisation centralisée. L’objectif proposé (à partir de la 15e minute de la vidéo) est celui d’une transition à budget constant, où les APC seraient un acompte sur l’abonnement de l’année suivante. L’Académie des sciences teste ce mécanisme à petite échelle en 2016 : les Comptes rendus de l’Académie des sciences sont en libre accès depuis le 1er janvier2. En toile de fond apparaît le débat récurrent sur une négociation avec les grands éditeurs couplant les abonnements et les APC.

Regardons maintenant les objections qui s’élèvent.

À budget constant ??

La première objection est qu’une transition à budget constant ne fait pas du tout notre affaire. Actuellement, la structure économique du marché de l’édition scientifique détourne un flux financier très excessif vers les éditeurs majeurs (voir les échanges assez vifs de la 22e à la 27e mn de la vidéo de D. Jérôme). Cela affaiblit les institutions de recherche, et aggrave, par des effets de surenchère et de notoriété, les défauts inhérents au mode d’évaluation des publications scientifiques par la citation : si la transition vers le libre accès n’apporte pas d’amélioration de ce côté, elle n’a guère d’intérêt. Il ne s’agit pas de contenir, mais de faire fortement diminuer la masse financière dévolue à la publication scientifique, qu’il s’agisse d’abonnement ou de publication. Il faudrait aussi, pour éviter de revenir aux mêmes ornières, qu’elle soit distribuée entre des éditeurs bien plus nombreux qu’à l’heure actuelle. C’est par un mécanisme trompeur de « budget constant » que nous avons été entraînés, voici quinze ans, dans la spirale des big deals. Et il faudrait recommencer ?

D’ailleurs, compte tenu du rapport de forces actuel avec les éditeurs, comment imaginer qu’une négociation réelle aboutisse à un budget constant ? Non, les meilleurs résultats en négociation permettent actuellement une inflation modérée ou nulle de la dépense. Ce n’est pas du tout ce qu’il nous faut. La conclusion de D. Jérôme montre d’ailleurs que l’académie ne prétend pas avoir trouvé une solution parfaite : « Pendant trois ans (2016-2019 NDLR) nous avons été obligés de garder Elsevier. Ce n’est pas de gaieté de cœur. C’est à cause d’un contrat plus global. »

Une autre objection qui, je le reconnais, me paraît très sérieuse, est celle que soulevait, lors de son intervention (sur laquelle je reviens plus loin) Leo Waaijers (à partir de la 26e minute) : pourquoi soutenir tel éditeur et non tel autre ? Le risque est élevé que toute négociation avec l’un des éditeurs majeurs du marché le désigne aux scientifiques comme un partenaire privilégié de la publication en libre accès selon le modèle auteur-payeur. Ce risque est encore plus élevé si, aux termes de l’accord, s’instaure un régime trompeur de gratuité pour les auteurs, c’est à dire, en fait, de dépense centralisée. Aujourd’hui, cette illusion de gratuité est une des difficultés majeures auxquelles se heurtent les bibliothèques quand elles cherchent le soutien des chercheurs. Il est très imprudent de la perpétuer.

Pricing power

En réalité, tant que le marché reste concentré, le pricing power reste aux éditeurs. Et l’effet de notoriété qui a fait grimper les abonnements est aussi à l’œuvre pour les APC. Dans certaines disciplines, ils dépassent déjà largement les montants nécessaires au recouvrement des coûts. Si la transition se fait par la négociation globale, le résultat sera la reconduction de la rente des éditeurs, et de nos propres difficultés financières. Les journées Couperin nous ont offert le raffraichissant regard d’un analyste financier sur cette question3. Rassurant pour les investisseurs, il ne l’est pas particulièrement pour les institutions de recherche.

Je cite (à 7’27 dans la vidéo, où c’est généralement Elsevier qui est pris en exemple) :

Aujourd’hui, le marché pense que l’Open access ne constitue plus une menace à moyen terme et devrait pouvoir coexister avec le modèle de l’abonnement à long terme. […] Le marché pense aujourd’hui que les éléments de formatage qu’apportent les éditeurs sont assez différenciants pour protéger les abonnements. […] De plus, les périodes d’embargo dont sont assortis la plupart des mandats offrent une protection à la valeur économique des contenus d’Elsevier. […] Enfin le marché pense également que dans le cas hypothétique d’un basculement vers le Gold Open Access, les gros éditeurs, et en particulier Elsevier, devraient pouvoir compenser la pression tarifaire par des hausses de volume. Elsevier rejette aujourd’hui près de deux articles sur trois. […] Tous les éditeurs ont récemment investi pour se positionner sur le Gold Open Access.

Bref, depuis 2012, le libre accès n’inquiète plus les éditeurs. En effet, quand « le marché pense », il pense en général comme eux4. Elsevier a donc multiplié par trois le nombre de ses revues en libre accès depuis 2014. Springer, pionnier en la matière, doit sa croissance à l’OA depuis de longues années.

Malheureusement, le dérapage des APC chez les grands éditeurs n’est pas seulement prévisible : il est déjà en train de se produire. Il suffit de consulter les pages d’accueil des revues en libre accès des grands éditeurs et d’y collecter les « Open access fees ». Un exemple ? Pour la revue Cell Press d’Elsevier, c’est 5000 $. Dans Advanced Science chez Wiley, c’est 4500 $. Voulons-nous la transition à ce prix ?

Un nouveau marché ?

Je ne sais pas si la grande négociation que propose la bibliothèque du Max Planck aura lieu et je ne suis pas très sûr d’en avoir envie. Certes, l’inertie elle-même est discutable et discutée : à exclure toute négociation couplée entre abonnements et APC, nous risquons de nous priver d’une possible économie sur les abonnements, et de laisser décoller sans contrôle les APC (je reviendrai une prochaine fois sur leur évolution à Clermont). Mais la question est : que sommes-nous en mesure d’obtenir par la négociation ? Sur le plan arithmétique, L’idée de pouvoir déduire les APC de nos abonnements a quelque chose de séduisant. Mais tout ce qui ressemble à la reconduction des big deals actuels est très inquiétant, et les expériences européennes ne sont pas particulièrement encourageantes sur ce point. Je garde l’idée qu’une tentative transitoire et expérimentale, excluant les plus agressifs des éditeurs et visant une diminution globale de facture, serait intéressante. Mais l’expérience acquise me rend très modérément optimiste sur le résultat ; je suis donc surtout porté à mettre mon espoir dans d’autres voies, porteuses d’un changement plus significatif.

J’ai évoqué récemment le développement de modèles alternatifs, assis sur les institutions de recherche. Le courant du libre accès favorise aussi la naissance de nouveaux éditeurs, dont certains à but non lucratif. Le plus connu, PLOS, est désormais un acteur de poids (dont les APC sont d’ailleurs loin d’être anodins). D’autres plates-formes démarrent actuellement, par exemple e-life, lancée par le Nobel Randy Scheckman, qui s’était illustré il y a deux ans par une prise de position spectaculaire contre les grandes revues. Les soutiens qui entourent le lancement d’E-life lui permettent de se lancer sans exiger d’APC ! Lors des journées Couperin, Denis-Didier Rousseau a aussi présenté l’entreprise éditoriale portée par l’Union européenne de géosciences, qui a déjà fait ses preuves. Plus d’une quinzaine de revues phares en sciences de la terre sont disponibles en libre accès, et visent explicitement le maintien d’APC modérés. Lors de leur lancement, elles bénéficient généralement d’un soutien qui leur permet de publier gratuitement.

Il y a plus : pour permettre aux chercheurs et même aux bibliothèques d’évaluer les revues dans le monde du libre accès, un outil existe désormais ! Présenté par Leo Waaijers lors des journées Couperin5, le Quality Open Access Market est un outil d’évaluation qualitative des revues par leurs utilisateurs. Il permet de noter un titre sur divers critères : editorial information (appréciation sur les informations disponibles sur le site web quant au fonctionnement scientifique de la revue), peer review (déroulement de la relecture) Governance (mode de direction scientifique), workflow (temps de traitement, taux de rejet, etc.), valuation (coûts). Un exemple (la fiche de notation d’E-life) sera plus parlant qu’une longue explication. En termes économiques, c’est un outil de mise en concurrence. En termes scientifiques, c’est un outil au service des bibliothèques et des chercheurs pour aider la reprise en main sur le circuit de publication.

La multiplication du nombre des acteurs et la publicité des tarifs pratiqués peuvent permettre, bien plus facilement que la négociation avec un éditeur dominant, de corriger les méfaits du circuit économique actuel. Mais cela implique que les coûts de publication restent visibles aux chercheurs, faute de quoi les scientifiques garderont la trompeuse innocence qui est la leur dans le monde de l’abonnement, continueront à regarder le coût éditorial comme un problème extérieur à l’activité scientifique, et demeureront les prisonniers volontaires d’une nouvelle cage dorée, l’open access auteur-payeur.

 

 

  1. Financer la publication scientifique : le ‘lecteur’ et/ou ‘l’auteur’ ? Evolutions, alternatives. Observations de la DIST. []
  2. Toutefois, les modalités précises du nouveau contrat, et ses conséquences pour les actuels abonnés, ne sont pas exposées dans le détail. []
  3. Sami Kassab, analyste chez Exane Paribas ; une intervention impeccable, d’une délicieuse sobriété, et une plongée captivante dans « la pensée du marché ». À voir absolument ! []
  4. L’idée de ce neurone invisible du marché fait sourire, mais l’expression est un raccourci courant chez les analystes, et je ne vais pas commencer à brocarder le jargon d’autrui : le nôtre ne vaut pas mieux. []
  5. L. Waaijers, Open Access or Open Excess : évaluer la qualité. Les bibliothèques à la croisée des chemins []

Votre libre accès, avec ou sans bon sens ?

Ceci est un billet d’humeur. Massacrante, pour être honnête.

Livres anciens dans un placard grillagé
Jail House Books, par Jürgen Priebe LOGOccby-nc-petit

 

Vous est-il déjà arrivé de perdre votre calme face une situation absurde ? Ce sentiment m’envahit chaque fois qu’un service de prêt entre bibliothèques est obligé de mendier, comme une faveur insigne ou un passe-droit, l’envoi d’une thèse électronique, sous prétexte qu’elle n’est pas diffusable sur internet1.

Imaginez la situation  :

  • Une thèse, soutenue à l’Université Louis de Broglie (Paris nord-nord-ouest), en 2012, a été déposée sous forme électronique.
  • L’auteur (appelons-le Albert) a demandé, comme c’est son droit, que cette thèse ne soit pas diffusée sur internet2.
  • Le fichier électronique n’est donc consultable que dans les locaux de l’université. Il est déposé sur un serveur local, qui fait barrage à toute tentative d’accès venant d’une adresse IP située hors du réseau universitaire de Paris ouest-nord-ouest.
  • Un doctorant (appelons-le Pierre-Gilles) qui travaille à l’Université Isaac Newton à Marseille, a besoin de consulter cette thèse pour nourrir son travail.

À l’âge quasi-révolu des thèses imprimées, Pierre-Gilles s’adressait au service de prêt entre bibliothèques (PEB) de l’Université Newton, qui contactait celui de Paris ouest-nord-ouest. Quelle que soit l’opinion d’Albert sur la question, sa thèse était un document public. Comme tout document public elle était donc envoyée par la poste au service demandeur. Pierre-Gilles consultait la thèse, en faisait son miel, la citait, et soutenait brillamment son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il avait grand soin de citer avec une élégante déférence.

En 2015, Pierre-Gilles s’adresse au service de prêt entre bibliothèques de Marseille. Ce service contacte celui de Paris, qui lui répond que la thèse n’est consultable que sur intranet. Et qui de ce fait, ne s’estime pas autorisé à l’envoyer par le PEB.

En 2015, Pierre-Gilles va devoir

prendre le TRAIN

pour aller CONSULTER

une thèse ÉLECTRONIQUE.

À ce stade de la lecture, vous vous dites qu’il n’est pas possible de faire à Pierre-Gilles une réponse aussi… (je ne trouve pas de mot qui puisse s’écrire dans un blog professionnel). En effet. Son service de PEB lui répond juste, un brin gêné, qu’on « ne peut pas lui faire parvenir la thèse parce qu’elle n’est pas diffusable sur internet ». Il ne prendra pas le train, ne viendra jamais consulter ce maudit fichier électronique enfermé dans sa cage, et sa thèse sera ratée.

Je dramatise un peu, je l’admets : souvent, les bibliothécaires, bon bougres, vont se décarcasser pour retrouver Albert et lui arracher son consentement. Or en général, Albert n’a aucune objection à ce que quelqu’un consulte sa thèse : il est généralement prêt à l’envoyer lui-même, tant il est heureux et surpris qu’elle ait un lecteur.
Mais cette réponse passe totalement à côté du problème ! La seule réponse de bon sens à cette situation est celle qui se fonde sur la pratique invariable du PEB pour les thèses : le service de PEB de Paris va envoyer le fichier électronique à son homologue marseillais, comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour ce dernier d’offrir le fichier au lecteur dans ses locaux comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour Pierre-Gilles d’en faire bon usage, ce bon usage ne pouvant, du reste, exclure ni téléchargement, ni impression (ces mêmes droits qui s’appliquent dans l’université d’origine, tout simplement). S’il s’agit d’un doctorant normalement constitué, il en fera son miel, et soutiendra brillamment dans quelque temps son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il aura grand soin de citer avec une élégante déférence.

J’entends d’ici l’objection :

et si Pierre-Gilles est un sans-gêne,

et s’il PLAGIE ?

Eh bien si s’agit d’un odieux plagiaire, il fera un ignoble et grossier copier-coller (parfaitement traçable grâce à la demande de PEB) que Jean-Noël Darde se fera un plaisir d’épingler sur son blog, et sa pseudo-carrière d’universitaire sera brisée à tout jamais. Y compris s’il est président de la république ou ministre de l’économie. Ainsi la morale sera sauve, la science aussi. Mais ceci est une autre histoire, qui ne regarde pas la bibliothèque.
Ce qui nous regarde, c’est de faire notre travail, en envoyant la thèse au service du PEB concerné.

Entendons-nous bien : je ne suis pas ici en train de prêcher la moindre transgression. Je ne dis pas que les docteurs devraient avoir l’obligation de diffuser leur thèse sur internet, ni que les bibliothèques devraient outrepasser les directives des docteurs. Je ne fais que rappeler quelle est la règle. Le docteur a toute liberté pour refuser que sa thèse soit diffusée en ligne. Simplement, l’envoi d’un fichier d’une bibliothèque à une autre bibliothèque ne constitue en aucun cas une diffusion sur internet. Il n’y a là nulle discussion juridique possible. À l’âge du papier, nous envoyions les thèses par courrier et elles étaient consultables en bibliothèque. Elles pouvaient être photocopiées, citées, utilisées librement par leur lecteur. À l’âge de l’électronique, les thèses peuvent être envoyées par courrier électronique et consultables en bibliothèque. Elles peuvent faire l’objet d’une impression, et être citées et utilisées librement par leur lecteur.

Renoncer à envoyer ces thèses par le PEB, ce n’est pas respecter la décision du docteur, c’est aller au-delà de cette décision et nous arroger le droit de limiter l’accès à un travail universitaire. J’estime que c’est un manquement à nos devoirs professionnels, nourri par une crainte juridique infondée et injustifiable en fait comme en droit. Bref, je ne suis pas pour, on l’aura compris.

Je ne suis pas trop inquiet sur notre capacité à (r)établir une saine pratique. Mais si je publie ces lignes, c’est parce que je sais pertinemment que de nombreux services de PEB confrontés à ces vains états d’âmes. Or plus ils sont nombreux à réagir en s’auto-censurant, plus grave est le danger de faire admettre une régression majeure aussi bien dans le service rendu que dans la diffusion du savoir scientifique. Chers collègues, je vous en supplie : respectez vos propres règles. Le PEB, comme son nom l’indique, est une procédure de transmission de fichier de bibliothèque à bibliothèque. Ce n’est pas une diffusion en ligne. Ayez donc l’amabilité de cocher la petite case « disponible pour le PEB » même et SURTOUT quand une thèse n’est pas diffusable sur Internet. Ou alors, si vous ne pouvez transmettre que les thèses librement accessible sur le Web, expliquez-moi à quoi vous servez.

 

  1. Toute ressemblance avec des faits existant ou ayant existé serait complètement incroyable. L’avisé lecteur aura parfaitement compris que ce qui provoque mon agacement, c’est seulement l’idée qu’une telle situation pourrait se produire. Dans la vraie vie des vraies bibliothèques, jamais rien d’aussi absurde ne se produit, bien sûr. []
  2. Notez que cette thèse n’est pas confidentielle, cela n’a rien à voir. Comme le savent les habitués de ces questions, la confidentialité est une mesure tout à fait exceptionnelle, qui interdit strictement toute diffusion et tout accès au texte déposé, mais pour un délai limité et précisément défini. []

Episciences et Mathdoc : l’Open Access sans payer

La voie dorée, ce n’est pas l’auteur-payeur.

Pont de bois se divisant en deux.
Choices LOGOCCby-nc-sa.eu(publié sous le pseudo « Shadowfax the Second »)

 

L’avisé lecteur l’aura compris : le sous-titre ci-dessus signifie que la voie dorée ce n’est pas forcément et pas seulement le modèle de l’auteur-payeur. Il me fallait une formulation un peu simpliste pour accrocher le lecteur poser clairement l’idée principale de ce billet ; surtout après ma  récente traduction du livre blanc de l’Institut Max Planck, dont le propos pourrait en simplifiant être ainsi résumé : « le modèle auteur-payeur permet de sortir de l’abonnement et d’aller vers le libre accès, il faut maintenant négocier la transition avec les éditeurs. » Une autre fois, je parlerai de la discussion suscitée par cette proposition. Aujourd’hui je voudrais montrer une approche très différente.

Les nouveautés qui m’ont frappé cet automne, lors des diverses journées consacrées à l’Open Access1 concernent cette voie dorée gratuite ; et la floraison de nouveaux outils de publication en libre accès est vraiment réjouissante. Plusieurs plates-formes en plein développement sont en train de refonder l’édition scientifique (excusez du peu) et démontrent que la voie dorée, ce n’est pas seulement, ni même d’abord, l’auteur-payeur2.

Voici donc deux outils disponibles qui joignent l’exigence scientifique au bon sens économique, en contournant le problème que pose le modèle auteur-payeur.

Épisciences

J’ai longtemps guetté la naissance des premières revues hébergées par Épisciences, pour essayer de comprendre comment le modèle fonctionnerait. Désormais, la plate-forme héberge quatre revues actives, dont au moins deux ont plusieurs années (et une plusieurs décennies !) d’existence. Elle se prépare à en accueillir d’autres, en cours de lancement.
La force du système est sa simplicité : il concilie l’économie de moyens et la rigueur du processus de validation scientifique, en s’appuyant sur une infrastructure existante, HAL. De ce fait, il a en plus l’avantage unique de concilier voie verte et voie dorée : au moment de la publication, le dépôt de l’article est déjà fait ! La publication consiste dans la labellisation, par la revue, d’un contenu préalablement déposé sur HAL. En cela, elle distille l’activité d’édition scientifique pour en extraire son essence la plus pure : la validation par les pairs. C’est une sorte de décalque, adapté au monde académique, du « circuit court » qui est si à la mode en économie sociale et solidaire.

Le processus de traitement d’Épisciences, résumé dans le schéma ci-dessous, (disponible sur le site) a été présenté de façon détaillée et passionnante par Claude Kirchner (INRIA) lors des JOA Couperin (sur la vidéo, la présentation du modèle Épisciences commence à la 9e minute).

Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)
Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)

Ce processus est le suivant :

  • L’auteur dépose dans HAL l’article à soumettre.
  • Il procède à la soumission auprès du comité éditorial de la revue (par exemple Discrete Mathematics & Theoretical Computer Science). Cette soumission se fait via un lien vers le fichier déposé dans HAL.
  • Le processus de relecture suit alors son cours par les échanges usuels entre relecteurs et auteurs.
  • Une fois la relecture achevée, l’article, s’il est jugé valable, est labellisé comme accepté par la revue et vient s’intégrer à l’une de ses livraisons. La version publiée, c’est la version ultime résultant du processus de relecture, qui est également disponible dans HAL3.

Sur le plan technique, c’est le Centre pour la communication scientifique directe4 (CCSD) qui administre Épisciences. Sur le plan scientifique, les acteurs essentiels du système sont les épicomités, que la page de présentation définit comme des « comités scientifiques composés d’experts reconnus dans leur discipline, dont le rôle est de stimuler la création de comités de rédaction susceptibles d’organiser de nouvelles épi-revues, et de veiller à leurs contenus et leur qualité. » L’épicomité accueille également les candidatures des revues qui souhaiteraient migrer vers Épisciences. On leur souhaite qu’elles soient très, très nombreuses.

Mathdoc

Mon second exemple, Mathdoc5, a été présenté par Christophe Sorger6, lors des journées Open Access de Couperin. Ce service a regroupé sur le portail CEDRAM  des revues de mathématiques qui sont encouragées à adopter le libre accès. Plusieurs des titres ont pris ce parti, par exemple les Annales de l’Institut Fourier, le Journal de l’École polytechnique qui vient de renaître après un demi-siècle d’interruption, ou encore les Annales mathématiques Blaise Pascalque je mentionne avec joie car elles sont issues de l’université clermontoise du même nom.

Plusieurs points me paraissent frappants et intéressants dans ce projet.

  • Son positionnement disciplinaire est très attrayant : il s’agit, d’un côté, d’offrir un outil à la communauté des mathématiciens, qui répond particulièrement à leur besoin ; et d’un autre côté, de s’appuyer justement sur l’engagement de cette communauté pour développer une plate-forme de revues en libre accès.
  • Point souligné par Christoph Sorger, et connu de tous ceux qui fréquentent les mathématiciens : les revues de mathématiques portent une minutieuse attention à la qualité typographique et éditoriale. Le premier coup d’œil jeté à un article au hasard le confirme : le logiciel en usage chez les mathématiciens, LaTeX, est réputé pour sa qualité de rendu typographique. Ce point vient désarmer une critique parfois adressée aux systèmes académiques par les grands éditeurs : non, ces revues ne sont pas condamnées à l’amateurisme ni à la médiocrité.
  • Mathdoc propose aux revues qui le souhaitent le logiciel OJS (Open Journals System), qui permet une gestion rigoureuse du processus de relecture, de validation et de publication. Une des revues en libre accès actuellement publiée à Clermont repose également sur cet outil. Un de ses atouts est que le suivi et la mise à jour du logiciel sont centralisés, quel que soit le nombre de journaux hébergés. OJS a ses défauts, notamment une prise en main un peu ardue, mais il apporte une garantie — encore une ! — de professionnalisme éditorial.
  • Depuis 2015, Mathdoc prend en charge la mise aux normes des articles. Ainsi le travail nécessaire (il l’est et le sera toujours) pour amener les articles à la qualité rédactionnelle exigée est pris en charge par le circuit académique.
  • Sur le plan économique, à l’heure actuelle, un seul équivalent temps plein, recruté par Mathdoc, suffit à gérer l’ensemble de la mise aux normes des revues diffusées ; par ailleurs, en sortant du modèle de l’abonnement, les revues concernées ont chacune économisé l’équivalent d’un mi-temps consacré à la gestion des abonnements. De ce fait, le passage au libre accès est à peu près neutre financièrement pour une revue donnée, malgré la perte des ressources financières liées aux abonnements eux-mêmes7.

Des expériences universitaires suivant les mêmes modèles existent. On connaît déjà, depuis longtemps, le projet niçois REVEL, la plate-forme POPUPS de Liège, et Clermont, j’espère, aura très bientôt sa plate-forme, lancée par le pôle éditorial numérique, lequel a aussi fait l’objet d’une présentation cet automne au cours de l’Open Access Week : la présentation commence à 1h32).

Un enjeu de souveraineté scientifique

Partout, le principe est le même : économie de moyens, rigueur scientifique, professionnalisme éditorial. Partout, le résultat est le même : ça fonctionne !

Le grand intérêt de Mathdoc, Épicsciences et de leurs semblables est qu’ils supposent et encouragent un engagement commun des scientifiques et des institutions pour remettre à l’endroit les circuits de publication scientifique. Sur ce point, la conclusion de Claude Kirchner dans son intervention est on ne peut plus claire :

Les entités académiques doivent devenir plus responsables de leur stratégie et de leur politique en matière de maîtrise de la production numérique… Il s’agit d’un enjeu de souveraineté scientifique.

  1. Journées Open Access de Couperin du 12 au 14 octobre, journée d’étude clermontoise le 20, etc. []
  2. Petit rappel pour ceux qui, fraîchement arrivés d’une exoplanète, découvriraient la question: la voie dorée vers le libre accès (gold road to open access), signifie simplement que l’article est publié dans une revue en libre accès. Cela ne dit rien sur le modèle économique, ni sur le coût. Cela s’oppose simplement à la voie verte (green road to open access), par laquelle l’article, quel que soit son mode de publication, est archivé ensuite dans un dépôt électronique en libre accès. []
  3. HAL, en tant que dépôt d’archives, accueille déjà, habituellement, les versions successives d’un même article. []
  4. Le CCSD est une unité mixte de services dont les tutelles sont le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. []
  5. Mathdoc, comme le CCSD, est une unité mixte de services, dont les tutelles sont le CNRS et l’Université Joseph Fourier de Grenoble ; comme son nom l’indique, Mathdoc dessert en particulier la communauté des mathématiciens. []
  6. C. Sorger est directeur de l’INSMI, l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions, un des grands instituts qui composent le CNRS. []
  7. Ce point est développé par C. Sorger à la 13e minute de la vidéo. []