Ma BU pour une tablette

Agenda, Ipad, Ecrire, Blog
« Agenda, Ipad, Ecrire, Blog », publié par Edar sur Pixabay (Licence CC0 Public Domain, libre pour usage commercial, pas d’attribution requise)

Dans le courant du mois d’octobre 2013, la Bibliothèque Universitaire des Cézeaux (Sciences, Technologies, STAPS), membre du réseau Bibliothèque Clermont Université (63), a mis à la disposition de ses lecteurs, en même temps que la Bibliothèque Universitaire de Santé et que la Bibliothèque Universitaire de Droit, Economie, Management, des tablettes numériques. Deux ans plus tard, de petits PC portables sont venus rejoindre la flotte d’appareils nomades, sur les Cézeaux seulement cette fois-ci.

Retour sur trois ans d’expérimentation.

2013 : T-Day, les tablettes débarquent à la BU

Etat de notre flotte en octobre 2013 : 5 tablettes => deux iPad 2 et trois Samsung Galaxy Tab 2

Etat de notre flotte en septembre 2014 : 7 tablettes => deux iPad 2, trois Samsung Galaxy Tab 2 et deux Samsung Galaxy Tab 3

Parlons peu, parlons procédure (parce que vous êtes fonctionnaires et que vous adorez ça)

Le prêt de tablettes s’est fait à tâtons car peu d’expériences similaires avaient été menées au sein des bibliothèques universitaires françaises lorsque nous avons lancé le projet.

Nous souhaitions que les appareils soient utilisés sur place uniquement, mais sans pour autant les enchaîner afin de préserver leur caractère nomade et de ne pas revenir aux us et coutumes des bibliothèques moyenâgeuses (In open access we trust !). Nous avons donc choisi de les anti-voler et de les prêter aux étudiants avec une housse de protection, en échange d’une pièce d’identité laissée en dépôt à l’accueil. L’idée d’un dépôt de caution, répandue aux Etats-Unis, a été rejetée très rapidement et remplacée par un amendement du règlement intérieur stipulant que toute casse, vol ou perte d’une tablette donnerait lieu à un remboursement de 500€. Nous n’avons déploré aucun incident ni accident depuis. Bien au contraire, les étudiants ont fait et font toujours preuve de beaucoup de soin en manipulant les appareils (In our readers we trust, too !). Par conséquent, nous avons décidé en 2015 d’alléger le dispositif de dépôt en acceptant les cartes d’étudiant (avec photo) en lieu et place des papiers d’identité plus officiels. Autre grand changement en 2015 : l’informatisation des prêts, que nous avions tout d’abord choisi d’enregistrer à l’ancienne, sur de petites fiches papier, ne sachant pas si le projet serait un succès ou un échec.

En ce qui concerne le contenu des tablettes, là aussi, nous souhaitions laisser toute liberté à nos lecteurs et ne pas réduire l’utilisation des appareils à la seule consultation des ressources électroniques de la bibliothèque. Les étudiants ont donc la possibilité d’installer ce qu’ils veulent, du moins en théorie car, si Samsung rend l’installation d’applications très facile (pas besoin d’identification), ce n’est pas le cas d’Apple qui voue un culte au verrouillage des usages et à la non-interopérabilité (mais ça on le savait déjà). Seuls quelques mordus d’iPad parviennent à contourner les blocages, ce qui n’est pas sans nous poser problème pour reconfigurer les tablettes par la suite. Donc petit conseil : à moins de vouloir réduire en esclavage d’innocents lecteurs, fuyez la marque à la pomme et préférez un appareil tournant sous Androïd. Les tablettes sont nettoyées régulièrement pour retirer les applications jugées superficielles (aka : CandyCrush, Plants VS Zombies, Fruit Ninja, etc). Celles que nous estimons utiles d’un point de vue culturel ou éducatif sont conservées. D’ailleurs, comme nous sommes bibliothécaires et que nous aimons sélectionner (on ne se refait pas), nous avons pris le soin de pré-installer un ensemble d’applications à visée éducative sur les tablettes (pas toujours les mêmes en fonction des modèles). Nous ne nous faisons pas trop d’illusions quant à leur utilisation par le public, mais sait-on jamais.

Le résultat ? Mi-figue, mi-raisin.

Le projet a rencontré un franc succès durant la première année de son lancement (2013-2014). Des résultats encourageants à première vue, mais les tablettes numériques ne constituent pas LE nouvel outil informatique indispensable à la réussite universitaire de nos étudiants. Soyons réalistes, l’engouement initial de notre public a d’abord été dû à un effet de mode, lequel s’est émoussé dès l’année suivante. En effet, très vite, les tablettes se sont popularisées, les gens se sont équipés et les tablettes proposées par la bibliothèque ont été moins courues. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dès 2014-2015, ils ont enregistré une chute importante. Pendant cette période, le nombre de prêts mensuels a oscillé entre 30 et 50, contre 70 à 100 l’année précédente. Cette tendance à la baisse s’est encore accentuée en 2015-2016, avec une petite fourchette de 15 à 25 prêts par mois, laquelle s’est stabilisée jusqu’à la fin novembre 2016.

tableau_1

evolution_des_prets_de_tablettes
Graphique 1 : Evolution du nombre de prêts de tablettes. Comparaison par mois et par année universitaire.

Sur le terrain, les agents ont pu constater que les prêts se concentraient essentiellement entre les mains de quelques usagers fidèles, la plupart du temps des étudiants étrangers venant du Moyen-Orient ou d’Afrique, probablement moins équipés que leurs homologues européens ou asiatiques.

Le succès initial du dispositif ne s’est pas confirmé. Comment l’expliquer ? Il semblerait simplement que les tablettes ne soient pas adaptées aux besoins pédagogiques de nos usagers. Ces appareils ne sont pas conçus pour le traitement de texte, ni pour la lecture prolongée alors que les étudiants doivent tantôt rédiger des exposés, des rapports ou des compte-rendus de TP/TD, tantôt bachoter sur des polycopiés ou des manuels. Lorsque nous procédons au nettoyage des appareils, nous constatons que quelques cours au format PDF y sont téléchargés, rien de plus. Si les enseignants en viennent à insérer davantage de ressources numériques dans leurs cours, les tablettes pourraient devenir intéressantes, mais ça n’est pas vraiment le cas sur notre campus pour l’instant. La bibliothèque elle-même offre peu de ressources vidéos, lesquelles seraient tout-à-fait adaptées à une lecture sur tablette. Enfin, l’offre en matière d’applications relatives aux disciplines scientifiques et destinées à un public universitaire reste très limitée (elle l’est beaucoup moins pour les collégiens et les lycéens). Elle est plus abondante pour les STAPS, mais ces applications doivent être utilisées en extérieur. Le fait de cantonner l’utilisation sur place des tablettes, appareils nomades par nature, limite fortement leur usage, sans compter que le WiFi de la bibliothèque fonctionne très mal.

Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot.

2015 : Les ordinateurs portables contre-attaquent

Etat de notre flotte en octobre 2015 : 7 mini PC portables

A la demande des agents et pour tenter de coller au mieux aux besoins exprimés par les étudiants lors de l’enquête LibQUAL+ organisée au printemps 2015, la Bibliothèque des Cézeaux a décidé en septembre 2015 de compléter sa flotte de tablettes numériques par l’achat de petits PC portables destinés à pallier le manque de postes informatiques fixes mis à la disposition de ses étudiants (26 postes, hors salle de formation). La procédure de prêt est la même que pour les tablettes : utilisation sur place uniquement, enregistrement du prêt sur la carte du lecteur, dépôt de la carte d’étudiant à l’accueil. Le règlement intérieur a de nouveau été amendé pour prévenir les vols et la casse. Les ordinateurs tournent sous Windows 10, aucune distribution Linux n’ayant pu être installée à la place. Aucun logiciel particulier n’a été téléchargé sur les appareils et les droits d’administrateur sont bloqués. Si les étudiants nous font remonter certains besoins spécifiques, nous les prendrons en compte à ce moment là.

Encore une fois, le succès du dispositif a été immédiat : 1 052 prêts sur l’année universitaire 2015-2016. Et la rentrée 2016 a confirmé cette tendance, avec un nombre de prêts à la hausse par rapport à l’année précédente : 457 au premier semestre (septembre-décembre) contre 362 sur la même période en 2015. La demande est telle que nous sommes régulièrement en « rupture de stock ». Pour y remédier, 2017 devrait voir 5 nouveaux ordinateurs compléter notre flotte. Les étudiants sont satisfaits, nous aussi.

evolution_des_prets_d_ordinateurs_portables
Graphique 2 : Evolution du nombre de prêts d’ordinateurs portables. Comparaison par mois et par année universitaire.

2016 : Le Retour de la Vengeance des Tablettes

Nous avons suspecté l’arrivée des PC portables d’avoir précipité le désamour de nos lecteurs pour les tablettes. Sur place, ces dernières ne constituent pas un outil de travail intéressant pour les étudiants, contrairement aux ordinateurs, fixes ou nomades. Pour leur donner une seconde vie, nous avons donc décidé de les prêter à domicile. Les appareils vieillissant, leur valeur va en diminuant, ce qui nous a encouragé à prendre le risque d’en voir certaines disparaître. Quitte ou double.

Le nouveau dispositif a été lancé à la mi-novembre. Les lecteurs n’empruntent plus une tablette seule mais un pack, constitué d’une sacoche contenant la tablette avec sa housse, d’un chargeur et de son cordon d’alimentation, ainsi que d’un adaptateur USB. Le prêt se fait sur une semaine non renouvelable et les réservations ne sont pas autorisées. Une fois rendue, les tablettes sont nettoyées avant de réintégrer le circuit de prêt.

Il est pour l’instant difficile de prendre du recul quant à ce nouveau projet. Très vite, l’ensemble des tablettes a été prêtée et nous constatons qu’elles ne restent pas longtemps à attendre un nouvel emprunteur. Nous enregistrons les premières demandes de réservation, que nous déclinons, ainsi que les premiers retards. Reste à voir comment nous allons pouvoir gérer ces derniers. Les ordinateurs, eux, ne pâtissent pas de la concurrence. Les deux usages semblent bien se compléter. Les étudiants, eux, en veulent toujours plus et souhaiteraient pouvoir emprunter les appareils à l’année, ce qui n’est plus de notre ressort mais de celui du service informatique de l’université. Pourrait-on envisager un partenariat entre nos deux services ? Pourquoi pas. Affaire à suivre…

La bibliométrie pour évaluer les publications scientifiques en biologie et santé

SIGAPS ? SAMPRA ? Deux logiciels de bibliométrie conçus par Patrick Devos du CHRU de Lille et de l’équipe de recherche EA2694 de l’Université de Lille 2. Deux outils pour recenser, analyser, évaluer le plus finement possible les publications scientifiques : SIGAPS dans le domaine de la santé, SAMPRA dans tous les domaines couverts par la base Web of Science de Thomson Reuters. Alors que SIGAPS est utilisé dans les Centres Hospitaliers Universitaires sous tutelle du ministère de la santé, SAMPRA peut l’être par tout établissement de recherche. Et quand SIGAPS se fonde sur les données de Pubmed pour produire des indicateurs, SAMPRA interroge Pubmed et le Web of Science Core Collection, une base de données bibliométrique pluridisciplinaire, qui fournit également des informations complémentaires, comme l’adresse de tous les auteurs et le nombre de citations.[1]

Nous nous pencherons donc d’abord sur les fonctionnalités de SIGAPS et son utilisation pour le pilotage de la recherche médicale et la répartition des crédits attribués aux équipes de chercheurs hospitaliers, pour ensuite faire le point sur SAMPRA et l’usage qui en est fait pour l’évaluation de la recherche à l’Université Lille 2. SAMPRA, mis en production très récemment, est un dispositif très innovant en termes de services aux chercheurs.

SIGAPS (Système d’Interrogation, de Gestion et d’Analyse des Publications Scientifiques )

A partir d’une initiative locale – la création du logiciel SIGAPS en 2002 au CHRU de Lille – le projet SIGAPS est devenu un outil national d’évaluation de la recherche commun à l’ensemble des CHU.

Le logiciel, expérimenté et évalué par plusieurs CHU entre 2003 et 2006, a fait l’objet d’un tel succès qu’en mai 2006, Xavier Bertrand – alors ministre de la Santé – a confié au CHRU du Lille la mission d’assurer la diffusion et l’utilisation du logiciel SIGAPS au sein de l’ensemble des établissements hospitalo-universitaires, puis progressivement dans de nombreux établissements de Santé.

Les CHU de France étant dotés d’un même outil et de grilles d’évaluation communes, il apparaissait ainsi plus aisé de mettre en œuvre la réforme des modalités de financement des missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI) à partir d’un indicateur acceptable de la production scientifique.

Le bénéfice du logiciel SIGAPS réside dans sa fonctionnalité majeure : recenser, analyser, évaluer la production scientifique d’un chercheur, d’un service ou d’un établissement sur une période donnée.

Cet outil tire le meilleur parti de l’interrogation via PubMed de la base de données Medline, qui contient l’ensemble des références bibliographiques des articles édités dans le domaine de la santé.

Pour extraire l’ensemble des références bibliographiques d’un groupe de chercheurs, SIGAPS interroge PubMed à partir de leur nom, puis utilise les données de l’annuaire de l’établissement, pour agréger les données selon différents niveaux de structure (service, clinique, pôle, …).

Les chercheurs sont ensuite invités à se connecter à l’application, pour vérifier que l’outil a bien pris en compte leurs publications, et pour valider la liste de leurs publications et ainsi éviter tout risque de confusion lié aux homonymies.

Quant à l’analyse qualitative des publications, elle s’établit à partir d’une classification des revues (A, B, C, D, E, NC)[2] selon leur facteur d’impact pondéré par discipline.

Ainsi, pour chaque discipline, s’échelonnent 10% de revues en catégories A, 15% en B, 25% en C, 25% en D et 25% en E, ce qui rend les disciplines comparables.

L’analyse de la production scientifique d’un chercheur, ou d’un groupe de chercheurs peut s’effectuer au travers d’un panel de tableaux et graphiques indiquant notamment le nombre de publications par revue ou par année, la catégorie des revues, la position des auteurs, l’évolution ou la répartition par année ou par catégorie, le détail des collaborations par auteur, la liste des termes MESH recensés ou la répartition par langues, ces données pouvant se croiser entre elles. Les références bibliographiques peuvent être exportées aux formats Excel, RIS ou aux normes de Vancouver.

Ainsi, chaque établissement hospitalier peut constituer des rapports bibliométriques sur les publications menées en interne.

L’outil SIGAPS est aujourd’hui généralisé, si bien qu’il apparaît comme un véritable levier pour augmenter et améliorer la production scientifique des chercheurs hospitaliers. De fait, le score SIGAPS conditionne directement la part modulable des Missions d’Enseignement, Recherche, Référence, Innovation MERRI.

Plus récemment, à l’échelle individuelle, les scores SIGAPS obtenus en cumulant sur plusieurs années les publications en langue anglaise dans les revues à haut facteur d’impact, et les collaborations avec différents laboratoires extérieurs peuvent déterminer l’évolution d’une carrière. Ainsi, précise Patrick Lacarin, responsable de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) du Centre d’Investigation Clinique des CHU de Clermont-Ferrand, pour devenir PUPH, il faut au moins 500 points SIGAPS lors des dix dernières années, comme le confirment les recommandations de la sous-section CNU Santé 53.02 (chirurgie générale).

L’outil permet également de  « cartographier les thèmes de recherche et de cerner les thèmes qui montent et les sites pilotes » explique Patrick Devos. Ce qui permet de définir des objectifs stratégiques à court et moyen terme. Ainsi, la mise en œuvre du plan Alzheimer a favorisé l’augmentation du nombre d’articles sur la maladie d’Alzheimer dans des revues à haut facteur d’impact, comme en témoigne l’augmentation de 62% du score SIGAPS dans cette spécialité (Devos, Cortot, & Ménard, 2016)[3].

SAMPRA (Software for Analysis and Management of Publications & Research Assessment)

Sampra est en production à l’Université de Lille depuis février 2016.

Genèse d’un logiciel d’analyse des publications à haute valeur ajoutée pour les chercheurs.

SAMPRA est d’abord né de la demande des Instituts hospitalo-universitaires, qui, évalués par l’ANR, cherchaient à produire des indicateurs fiables pour rendre compte de leur production scientifique. Certains chercheurs des IHU étaient déjà familiers de SIGAPS et souhaitaient utiliser un outil reprenant les concepts de SIGAPS mais intégrant les données pluridisciplinaires du Web of Science et les indices de citation des articles. SAMPRA interroge donc ces deux bases de données bibliométriques pour produire des indicateurs plus performants.

À partir d’une requête sur les noms des chercheurs de l’institution sur les deux bases de données bibliographiques que sont PubMed et le WOS, est extrait  l’ensemble des publications des chercheurs de l’institution. Ces derniers sont invités ensuite à se connecter sur l’application pour vérifier et valider leurs publications, et peuvent générer un rapport d’analyse contenant les principaux indicateurs bibliométriques permettant d’évaluer leurs publications.

L’enjeu de SAMPRA est également d’accroître la visibilité de l’établissement dans les bases de données internationales. L’outil récupère toutes les variantes d’adresses associées aux publications et ces données sont transmises à Thomson Reuters pour une identification unique dans le Web of Science (Organization Enhanced).

En utilisant l’outil d’analyse InCites et les données du WOS, Sampra offre aux chercheurs, aux responsables d’équipe de laboratoires, et à la Direction de la recherche la possibilité d’extraire des listes de corpus par thématique disciplinaire ou par unité de recherche et de les positionner en terme d’excellence au niveau national ou international.  Une analyse complète des publications réalisées en cancérologie au CHRU de Lille a ainsi pu être réalisée, précise Patrick Devos,  l’outil fournit des corpus sur mesure.

À l’Université Lille 2, le besoin d’un outil permettant de rendre visible les publications de toutes les UMR aux multiples tutelles d’une université composée à 80% de chercheurs en biologie et santé se faisait grièvement ressentir. SIGAPS ne recensant que la production du CHU, les autres chercheurs de l’Université qui n’y étaient pas affiliés n’avaient aucune visibilité bibliométrique au sein de l’institution. SAMPRA devait donc essentiellement répondre à ce besoin de visibilité des chercheurs. Pari tenu ?

Oui, apparemment, comme nous l’a montré Solenn Bihan, responsable des services aux chercheurs et administratrice de SAMPRA à l’Université Lille 2.

À l’Université Lille 2, SAMPRA a d’abord fait l’objet de tests par cinq unités de recherche pilotes au printemps 2015, et le logiciel a très vite été adopté. Le temps d’ajouter des développements supplémentaires, et SAMPRA a été mis en production au mois de février dernier.

Il faut croire qu’il répondait à un vrai besoin des chercheurs, précise Solenn Bihan, car dès la première semaine, après réception d’un message les invitant à se connecter à cet outil, 25% des chercheurs y validaient leurs publications. Les données de SAMPRA sont en effet automatiquement liées à celles de l’annuaire de l’établissement. Le profil des chercheurs sur l’application est donc pré-rempli. Le succès de l’outil est sans doute lié aussi à la simplicité de son interface, proche de celles des réseaux sociaux de chercheurs, où les intéressés n’ont qu’à cliquer sur oui ou non pour valider leurs publications.

Suite à la campagne générale de validation prévue en mai-juin, l’université sera en mesure d’avoir une vision globale de sa production scientifique dans les domaines concernés. À l’Université Lille 2, les données de SAMPRA sont directement exploitées par tous (les chercheurs, les responsables d’équipes et d’unités de recherche la direction de la recherche) pour le montage de projets, la stratégie de publication, les évaluations INSERM, HCERES….

Sampra est-il utilisé pour évaluer l’ensemble des disciplines de l’Université ? Apriori oui, explique Patrick Devos, car le Web of science est une base multidisciplinaire. Cependant, tempère Solenn Bihan, toutes les disciplines ne sont pas représentées dans le Web of Science. A l’Université Lille 2, par exemple, si l’outil est pertinent pour évaluer les disciplines proches de la santé, comme la physiologie du sport, il l’est beaucoup moins pour évaluer la production scientifique des juristes ou des économistes.

Un bilan après deux mois ? SAMPRA a donné une excellente visibilité aux publications scientifiques de l’Université Lille 2, et a permis de mieux identifier Lille 2 dans les bases de données internationales. Les chercheurs se sont vraiment approprié l’outil. Cette validation par les chercheurs de leur propre production scientifique apparaît comme la principale valeur ajoutée de SAMPRA. Les chercheurs ont la main sur leur recherche, et les laboratoires peuvent dresser des bilans concluants. Accessoirement, précise Solenn Bihan, l’outil fournit un socle solide pour le pilotage de la recherche de l’établissement. Dans le cadre de la fusion annoncée des 3 universités lilloises, cet outil serait sans nul doute un atout pour la visibilité de la recherche à plus grande échelle.

Pour en savoir plus sur SAMPRA, je vous invite à visionner ce tutoriel vidéo réalisé par l’Université Lille 2.

Pour lire cette vidéo veuillez activer le Javascript et utilisez un navigateur moderne compatible HTML5 supports HTML5 video

 

 

Nota Bene : J’adresse mes remerciements les plus vifs à Patrick Devos, Solenn Bohan et Patrick Lacarin, qui ont eu l’amabilité de répondre à mes questions et de relire ce billet avec attention.

[1] Sur les différences entre SIGAPS et SAMPRA, voir le billet de blog de la BIU Santé intitulé 8 questions sur SIGAPS et SAMPRA http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/sigaps-sampra/

[2] A : niveau excellent ; B : très bon niveau ; C : niveau moyen ; D : niveau faible ; E : niveau très faible ; NC : revue nationale ou acte de congrès.

[3] Devos, P., Cortot, A., & Ménard, J. (2016). Utilisation des données SIGAPS pour mesurer l’impact du plan Alzheimer sur la production d’articles des CHU. La Presse Médicale, 45(2), e1‑e10. http://doi.org/10.1016/j.lpm.2015.07.023

Aguichés numériques

Réception d'un hôtel de Hong Kong
Matt Weibo, East Hong Kong, Reception desk (Creative Commons, Attribution, partage dans les conditions initiales)

 

En novembre 2015, la BCU a dégainé son guichet unique numérique.1

On me dira que nous avons dégainé sans nous presser, c’est vrai. Nous avons mis un peu de temps à dessiner les contours exacts du guichet idéal pour nos utilisateurs préférés. Notre impression, c’était que les réseaux existants de renseignements bibliographiques n’étaient pas ce qui leur fallait (à nous non plus, par conséquent).

Un guichet thématique (sur la médecine, par exemple) qui mobilise plusieurs bibliothèques le fait pour répondre mieux, sur des tranches horaires plus larges, etc. Mais est-ce qu’un guichet généraliste a autant de sens ? Au fond, l’idée même d’un réseau de question/réponse à visée bibliographique ou documentaire me laisse sceptique. L’expérimentation locale a confirmé que les services de renseignement en ligne, comme les autres, répondent surtout à des questions pratiques. Et que le trafic est faible. Mais alors, pourquoi les positionner a priori sur le bibliographique et les réserver à telle ou telle catégorie de bibliothécaire ? Si le guichet en ligne est un vrai guichet, tout le monde doit s’asseoir derrière de temps en temps… Et on m’accordera qu’il n’est pas indispensable de s’agréger à un vaste réseau de compétences thématiques pour répondre à des questions sur les horaires d’ouvertures ou à des demandes de prolongation de prêt2.
Un autre angle d’attaque nous a paru possible : un guichet en ligne permettant à la BCU de répondre de façon plus collective (donc, espère-t-on, plus rapide et plus efficace) aux questions très nombreuses qui arrivaient par des canaux très divers : boîtes électroniques des chefs de services, des collègues repérés sur le site par leurs attributions, des banques de prêts, adresses institutionnelles, formulaires sur le site web, standards téléphoniques, etc. L’idée était aussi d’ouvrir un guichet minimaliste, avec l’idée, amplement rabâchée, que l’usager n’a pas à savoir si sa question est bibliographique, pratique ou technique, ni si elle s’adresse à la bibliothèque de sciences, de lettres ou de l’ESPE. Il ne meurt pas non plus d’envie d’affronter cinq listes déroulantes ou de lire la charte du service avant de poser sa question, juste pour que nous puissions faire des statistiques précises a posteriori sur ses besoins. Il a juste besoin d’une réponse exacte et rapide.

La chronologie ? En 2013, un premier groupe de travail conclut à l’intérêt d’unifier (autant que possible) nos canaux d’échange avec les lecteurs ; après un an de pause faute de main d’œuvre, un second groupe de travail réactive l’idée fin 2014, esquisse le fonctionnement et choisit le logiciel qui servira à la mise en place. Un stagiaire informaticien expédie proprement, en avril-mai 2015, l’installation, le paramétrage et une première vague de tests et de formations pour les collègues membres du groupe de travail ; en septembre-octobre 2015, les référents effectuent eux-mêmes, pour l’ensemble de leurs collègues, des formations à la prise en main. Le lancement a lieu début novembre 2015, à peu près invisible pour le public, qui voit juste apparaître çà et là un formulaire, et une adresse générique.

BCU-contact

En revanche, à l’intérieur, il donne lieu à un travail intensif pendant une grosse quinzaine de jours, car le PEB, intégré in extremis au système après quelques hésitations, nécessite des adaptations propres. Pendant ce laps de temps, le développeur et l’ingénieur informatique de la bibliothèque numérique sont sérieusement mis à contribution.

L’outil ? Pas besoin (pas question, oui !) de dépenser de l’argent, un logiciel libre et gratuit nous tend les bras : OTRS (open source ticket request system), une plate-forme de support déjà utilisée depuis plusieurs années à Clermont par le centre de ressources informatiques. Une seule démonstration suffit à nous convaincre : l’outil est mûr techniquement, et plein de possibilités. Le gros du travail consistera à désactiver les dizaines de fonctionnalités dont nous n’avons pas besoin, pour alléger l’interface et la rendre moins impressionnante. Sur le plan graphique, OTRS, conçu par et pour des informaticiens, n’est pas précisément affriolant, mais après tout c’est une application-métier, et quand on la compare à notre SIGB3, qui rhabille de couleurs début vingt-et-unième siècle une ergonomie de l’ère pré-chiraquienne, on se surprend à trouver l’esthétique d’OTRS vachement aguichante.

Tableau de bord général du logiciel OTRS.
Tableau de bord général du logiciel OTRS.

Le fonctionnement ? Le guichet repose sur les collègues qui sont de permanence dans les BU aux guichets physiques. Connaissant le débit moyen sur les guichets bibliographiques, on a tablé avec réalisme sur le fait que la plupart des questions auraient une réponse rapide et que leur flot modeste resterait compatible avec une bonne disponibilité des collègues en banque de prêt. La plate-forme OTRS est organisée en « files », une par grand pôle disciplinaire, calquée sur l’organisation physique des BU (… et une pour chaque PEB). Les questions arrivent dans une seule et même file indifférenciée (… sauf le PEB), et toute personne se sentant capable de répondre à une question peut s’en occuper, la déplaçant alors dans « sa » file (ce n’est pas indispensable mais en pratique, c’est tout de même ce qui se fait, et cela permet d’y voir plus clair). Un groupe de référents, répartis dans toutes les BU, vérifie régulièrement qu’aucune question ne reste en attente, et le cas échéant la transmet à l’équipe plus directement concernée avec une petite alerte.

Tableau de bord d'OTRS (vue par file)
Tableau de bord d’OTRS (vue par file)

Les résultats ? J’avoue qu’ils m’ont surpris. Entre début novembre et fin janvier… 350 demandes traitées, plus 1440 pour le seul PEB4. Cela fait tout de même une belle ration de questions pratiques, techniques ou thématiques ! Un des mérites inattendus de l’opération, c’est donc qu’elle révèle l’intensité d’un trafic dont on connaissait l’existence, mais dont l’ampleur était invisible. Accessoirement (mais en fait ce n’est pas du tout accessoire), l’outil va nous permettre de mieux connaître et comprendre la nature des demandes qui nous arrivent quotidiennement de nos utilisateurs. Naturellement, l’unification des canaux d’échange n’est pas totale : les mails personnels servent encore aux habitués, les standards téléphoniques aussi. Et heureusement, car le but n’est pas d’imposer aux usagers un canal unique, mais de réunir l’essentiel des demandes en coulisses, pour que chacun voie ce qui se passe entre nous et nos utilisateurs, avec l’espoir de faciliter les échanges entre nous et de minimiser les délais de réponse. Nous venons de mesurer qu’il se passe énormément de choses en ligne entre nous et nos lecteurs, c’est une excellente nouvelle. Maintenant, nous allons essayer de rendre ces échanges aussi agréables et efficaces que possible…

 

  1. GUN pour les intimes, inévitablement… []
  2. J’ai expérimenté jadis, en tant qu’utilisateur, la limite d’un réseau de renseignement. J’avais utilisé un guichet numérique pour obtenir des renseignements pratiques sur une bibliothèque où j’allais faire une recherche, pour préparer correctement mon déplacement. Or le renseignement inexact qui m’a été donné m’a fait perdre une partie de ma journée. L’erreur commise était clairement liée au caractère élargi du réseau de renseignement : jamais un bibliothécaire « du lieu » n’aurait commis l’erreur qui m’a égaré. []
  3. Au cas où un non bibliothécaire lirait ce billet, je précise qu’un SIGB est un système intégré de gestion de bibliothèque, C’est parfois un logiciel qui tourne bien. Trop souvent, c’est une usine à gaz informatique poussive et rafistolée, qui tourne uniquement sous Windows Vista et permet, à condition de disposer d’une douchette à scan compatible, de compétences métiers hors pair et d’une patience évangélique, d’acheter des livres, de prêter des livres, de cataloguer des livres, d’inscrire des lecteurs, et dans les jours de chances d’extraire quelques statistiques sur les fonctions précédentes. J’exagère, bien entendu. D’ailleurs nous sommes lancés dans un grand projet d’amélioration de notre SIGB, mais c’est une autre histoire. []
  4. Pour expliquer ce chiffre, je précise que le PEB est gratuit à Clermont. []

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

Docteur H, l’homme qui filmait dans les B.U.

 

La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d'utilisation commerciale)
La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification).

C’est à un bienveillant hasard des parcours universitaires que nous devons d’avoir vu débarquer à Clermont, au printemps 2012, le docteur H, l’homme qui murmurait à l’oreille des bibliothèques. Nous envisagions alors d’expérimenter la vidéo, mais avec moultes hésitations : Que filmer ? Des présentations de bibliothèques, des conférences ? Quel matériel ? Du pro, du semi-pro ? Cela valait-il vraiment la peine d’acquérir caméra, micro, lumières et compétence ?

Nous aurions pu réfléchir longtemps, mais deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. Le docteur H1 est arrivé à temps pour nous dispenser de réfléchir davantage. Il se proposait de mettre en scène lui-même des épisodes inspirés de faits réels illustrant les vertus salvatrices de la maîtrise documentaire. Il aurait été malvenu de bouder notre chance alors que nous cherchions  un terrain d’expérimentation. En nous apportant sur un plateau (de tournage) ses questions bibliographiques trapues, ses attentes flatteuses sur la qualité du service, et des projets juste assez déraisonnables pour susciter le doux frisson de l’aventure, le docteur H nous a convaincus d’expérimenter à ses côtés les chronophages vertiges de la création vidéo. En deux ans, une petite dizaine de courts-métrages promotionnels tournés essentiellement en bibliothèque et une vingtaine de tutoriels réalisés par le docteur H ont vu le jour. Aucun bibliothécaire n’a été maltraité pendant le tournage2. Et depuis mi-mars, tout le monde peut voir le résultat en ligne3. [Mise à jour du 12 mai 2014 : une chaîne YouTube vient d’être créée pour héberger les même contenus en facilitant la navigation]

Le protocole de traitement du docteur H4 a eu, dans le long terme, un effet notoire et bénéfique pour la BCU. En soignant la réalisation de son mieux, en cherchant un juste dosage entre le sérieux du fond et l’agrément de la forme, la BCU a testé en réel la production vidéo. C’est l’avisé lecteur-spectateur qui jugera le résultat, mais nous avons du moins la satisfaction d’avoir travaillé avec soin, et non sans plaisir. Car si nous faisons de la vidéo, c’est d’abord avec l’idée que c’est moins assommant à fabriquer que des PDF avec copie d’écran, ensuite avec l’espoir que c’est plus plaisant à visionner, donc plus efficace comme outil d’apprentissage. Cela demande beaucoup plus de travail (tout compris, environ une heure de travail pour une minute de film) et des moyens plus coûteux… mais la sagesse intemporelle du 7e art a tranché: le prix s’oublie, la qualité reste.

Accessoirement, le savoir-faire et le matériel acquis, avec le conseil et les formations de collègues plus avancés5, nous sert désormais à réaliser les captations et le montage de la plupart des conférences organisées dans les bibliothèques. Bref, il ne sera pas dit que nous avons sorti le matériel pour rien !6

Jusqu’ici j’ai omis l’essentiel : le contenu. Le but du docteur H est de contribuer à répandre chez ses pairs le goût et la maîtrise des outils de recherche documentaire. Vu le potentiel de séduction du mot et de la chose, un passage par la vidéo n’était pas inutile, mais est-il suffisant ? Mettre en scène de façon vivante une recherche documentaire reste un défi. Le docteur H l’a relevé non seulement dans les vidéos tournées en bibliothèque, mais aussi dans ses tutoriels. Son parti pris était simple : montrer les exemples les plus vivants et les plus réalistes possibles, c’est-à-dire des cas problématique réellement rencontrés, et montrer comment une recherche bien menée a pu aider à les résoudre. Là encore, l’avisé-lecteur-spectateur-interne-en-médecine-ou-praticien jugera si le résultat lui rend service.

Pendant deux ans, nous avons travaillé sans publier : l’étude clinique du docteur H exigeait la confidentialité. A posteriori, on mesure l’intérêt d’avoir attendu : une fois l’ensemble disponible sur le web, l’effet est évidemment plus intéressant que ne l’aurait été la publication d’une vidéo par mois pendant deux ans. Un projet plus large s’ébauche maintenant, en commun avec la BIU Santé et, on l’espère, bien d’autres bibliothèques de santé. Nous allons voir si ce nouveau projet mûrit, mais il est déjà clair que si quelque chose d’utile peut en sortir ce sera sur ces fondements :

– Pour la méthode, un travail en cheville entre bibliothécaires et médecins, fondé sur des cas pratiques ; à Clermont, la collaboration nécessaire au projet a été jugée assez féconde pour que désormais une bibliothécaire de santé et une interne travaillent ensemble à la préparation des formations documentaires.

– Sur la forme, du soin dans la réalisation, en évitant si possible ce ton docte et emprunté qui vient spontanément au bibliothécaire7 quand il s’enregistre, et qui surpasse en vertus narcotiques l’association protoxyde d’azote + morphine, et même la lecture attentive du Journal officiel couplée au visionnage d’un chef d’œuvre de Dreyer.

De justesse, Dujardin a ravi au docteur H l’Oscar 2013 du meilleur acteur. Mais à la réflexion je pense que celui d’usager du siècle fera l’affaire.

 

 

  1. L’hommage cinématographique aidant, il me pardonnera de lui assigner le rôle de « la brute qui marche » []
  2. Quand c’est hors champ ça ne compte pas. []
  3. La plateforme de diffusion actuelle est provisoire, le travail se poursuit en ce moment-même pour assurer un accès plus ergonomique et une navigation plus facile entre les vidéos. []
  4. C’est plus qu’une métaphore balourde (mais elle l’est, j’en conviens !) : le travail du docteur H s’inscrivait  dans le cadre de sa thèse d’exercice et adoptait, pour jauger les effets de la formation vidéo, une méthode de type « essai clinique ». []
  5. C’est le pôle audiovisuel de l’université qui nous a mis le pied à l’étrier avec conseil à l’achat, assistance à la prise en main et formation. Chapeau et merci ! []
  6. Horst Frank dans Les tontons flingueurs []
  7. Je précise que je n’ai pas de leçon à donner : le seul tutoriel que j’aie personnellement réalisé exerce sur moi un effet très puissant mêlant somnolence et confusion. []

Prêt de tablettes numériques à la BCU : quels enjeux?

1a_10_0844UrukÉcriturePrécunéiforme

Ecriture Précunéiforme, par Claude Valette – source Flickr

Depuis plusieurs mois, quatre bibliothèques (Sciences et Techniques, STAPS, Santé, Droit et Sciences Economiques) du réseau Bibliothèque Clermont Université travaillent sur un projet de prêt sur place de tablettes numériques.
A la BU Sciences et Techniques le prêt a débuté le 7 octobre, en Santé il commencera le 12 novembre et il faudra attendre mi-novembre pour emprunter des tablettes à la bibliothèque de Droit et Sciences Economiques de la Rotonde.

Les tablettes sont des iPads 2 et des Galaxy Tabs 2 10.1, au nombre respectif de 14 et 6.
La question a été posée de savoir si ces tablettes seraient prêtées avec ou sans contenus mais des applications ont effectivement été installées avant le lancement du prêt. Les applications gratuites sont privilégiées mais certaines bibliothèques proposeront aussi des contenus qu’elles auront achetés.

Le but de ce projet est multiple :
– Valoriser les ressources de la BCU (revues électroniques, livres numériques).
– Permettre à tous d’avoir accès aux nouvelles technologies.
Les bibliothèques ont pour mission d’offrir l’accès à la cuture à tous, culture numérique également. Le prêt de tablettes donne ainsi la possibilité au public de se tenir informer, de ne pas se laisser distancer par les technologies (qui évoluent très vite de nos jours).
Des formations à la carte seront proposées dans ce sens au cours de l’année.
– L’appropriation des nouvelles pratiques de lecture et des technologies mobiles par le personnel.
L’évolution des technologies touche aussi les métiers. Les tablettes offrent de nombreuses possibilités pour les bibliothécaires (récolement, accueil mobile…). Ils se doivent donc de maitriser leur utilisation. De plus, il est important de suivre (voire d’anticiper) les pratiques des usagers pour rester visible dans la société.

Le lancement du prêt des tablettes s’est déroulé en plusieurs phases :
Les bibliothécaires ont dans un premier temps testé les tablettes chez eux et bénéficié de formations en interne.
Puis des procédures de prêt on été établies (que demander en retour ? Caution ? Pièce d’identité ? / Quel matériel prêter ? Casques ? Chargeurs ? / Quand recharger les tablettes ?…).

Enfin, la sélection des contenus a été réalisée. Il s’agit des revues en ligne de la BCU qui existent en version mobile et de divers utilitaires (lecteurs de livres numériques, lecteurs vidéos, logiciels de bureautique…).
Une veille des applications propres à chaque domaine est en cours. Ces applications spécialisées font jouer l’expertise documentaire des bibliothécaires en lien avec les commentaires et avis des enseignants chercheurs consultés.

Les étudiants pourront installer d’autres applications gratuites (seulement sur les samsung car l’installation de contenus sur iPad est soumise à identification).

Il est nécessaire que le prêt des tablettes numériques à la BCU soit évalué. Ce type de prêt est encore novateur en France. Chaque structure a ses particularités et ses lecteurs qui lui sont propres. Pour cela, la bibliothèque doit tenter de comprendre les usages qui seront faits de ces technologies mobiles. Des étudiantes, dans le cadre d’un projet tuteuré de licence professionnelle, vont suivre et analyser le projet. Elles vont réaliser un état des lieux et des comparaisons au sein du réseau et dans d’autres villes. Elles doivent enfin proposer un dispositif d’évaluation pour comprendre comment les utilisent le personnel et les étudiants pour ensuite faire des propositions d’amélioration ; (par exemple extension du parc des tablettes, autorisation du prêt à domicile…).

L’observation du prêt des tablettes se déroulera sur plusieurs mois, nous en reparlerons le moment venu.

La construction de la mémoire collective de la communauté universitaire

En accompagnant les chercheurs dans la création de revues en ligne, la bibliothèque numérique de la BCU inscrit son activité dans le septième axe de la bibliothèque numérique scientifique : l’édition scientifique publique.
De la validation scientifique des articles à leur diffusion en ligne, s’imbrique un panel de compétences pour soutenir et valoriser la recherche.
Quelle synergie mettre en œuvre pour réussir ce projet au service des chercheurs ?

Considérons d’abord les concepts en présence : production scientifique et édition, édition papier et édition numérique, éditeur, chercheur, bibliothèque.
L’enjeu est de dresser des lignes de convergence et de démarcation, afin de cerner les contours d’une édition scientifique digne de ce nom.
La production scientifique n’est pas l’édition. La différence entre la version d’une thèse validée par le jury et sa version éditée en ouvrage est manifeste. De même entre un manuscrit auteur et l’article corrigé et mis en page dans le fascicule d’une revue.
De l’un à l’autre, la matière scientifique est bien là, mais elle n’a pas encore été passée au crible de l’évaluation, de la sélection et de la critique, pas encore façonnée et fignolée pour atteindre pleinement son public. La posture du chercheur n’est pas la même en amont. Communiquer à son équipe les résultats de son expérimentation n’est pas rendre des comptes à la société toute entière. Pierre Corbel, directeur des fameuses Presses Universitaires de Rennes, le dit lui-même dans cet entretien[1] : « Les chercheurs se parlent très bien entre eux, mais ils ont du mal à communiquer avec le monde. » Pour rendre audible à tous la voix de la recherche en train de se faire, un grand travail d’édition est nécessaire : corrections, réécritures, mise en forme. Ce façonnage, qui n’est pas un bricolage, est traditionnellement du ressort et de la responsabilité de l’éditeur. Son rôle est bien de donner de la légitimité aux travaux des chercheurs et de contribuer à leur renommée en étant garant de leur valeur scientifique.

Avec le développement des outils de publication en ligne, et la possibilité concrète de s’auto-publier en quelques clics, cette responsabilité de l’éditeur pourrait être remise en cause. N’est-il pas un intermédiaire coûteux et inutile, ralentissant à l’extrême les délais de parution ? Tout le travail de préparation de la copie, avec l’évaluation des manuscrits, les remaniements, les corrections, la coordination, la mise au normes typographiques, le balisage coute cher en main d’œuvre ! Autant réduire ces frais et mettre en place une édition électronique bon marché. C’est là le positionnement de Hal R. Varian, dans un article intitulé The future of Electronics Journals[2]: « Si tous les articles étaient soumis et distribués de façon électronique, je devine que les coûts du processus éditorial seraient diminués de moitié. » Boismenu et Baudry nous mettent en garde face à cette méconnaissance du rôle de l’éditeur:  « Ce genre d’affirmation montre le peu de considération ou l’ignorance pour la répartition des coûts de l’édition d’une revue, pour la nature du travail d’édition, que ce soit pour le papier ou pour l’électronique, et pour les niveaux de qualité et de services de l’édition électronique en tant que telle« .[3]

En outre, une édition électronique digne de ce nom suppose un important travail fondé sur le respect des bonnes pratiques tout au long de la chaîne de production éditoriale. Le collège de l’édition scientifique numérique sera bientôt à même d’attribuer le label EDES (Edition Electronique Scientifique) sur la base de cinq critères : la citabilité, l’intéropérabilité, l’accessibilité, l’ouverture, la durabilité.
Un important travail en réseau doit être mené sur le plan local et national pour se conformer à ces exigences.

  • La mise à disposition des chercheurs du site clermontois d’une plate-forme OJS pour le traitement éditorial des revues de la soumission des articles à leur diffusion en ligne s’accompagne d’une réflexion pour définir les conditions d’une juste expertise des manuscrits.
  • Concernant le balisage et le structuration des textes, l’intérêt commun est d’utiliser les formats d’encodage qui ont fait leur preuve, comme XML-TEI, standard en matière d’édition scientifique.
  • Pour viser l’interopérabilité des contenus, les fichiers numériques doivent contenir des métadonnées construites sur le même modèle au niveau de la structuration du texte, de la diffusion et du référencement.
  • Enfin, toute entreprise d’édition scientifique publique se doit d’avoir des assises solides en matière de droit d’auteur. La diffusion électronique n’a de sens que si les droits de chaque acteur sont préalablement respectés.

Si le libre-accès aux connaissances est une priorité pour l’université, il est essentiel qu’elle s’investisse pour améliorer la visibilité et la lisibilité de la recherche.

Je conclus ce billet avec une très belle phrase de Jean-Michel Salaün, [4]: « La priorité n’est pas une économie de la cognition, mais une économie de la publication ou la construction d’une mémoire collective. »

Pierre Brueghel l’Ancien. La tour de Babel
Kunsthistorisches Museum. Vienne

[1] Les Presses Universitaires de Rennes ont vingt ans : Pierre Corbel ou la religion du vrai livre. Propos recueillis par  Georges GUITTON Place publique Rennes. Disponible sur :  http://www.placepublique-rennes.com/2010/03/les-presses-universitaires-de-rennes-ont-vingt-ans-pierre-corbel-ou-la-religion-du-vrai-livre/ (Page consultée le 09/09/2013)

[2] VARIAN, HAL R. The future of Electronics Journals. (JEP) The Journal of Electronic Publishing. Disponible sur : http://quod.lib.umich.edu/cgi/t/text/text-idx?c=jep;view=text;rgn=main;idno=3336451.0004.105 (Page consultée le 09/09/2013)

[3] BOISMENU Gérard, BAUDRY Guylaine, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires. Paris : La Découverte, 2002, 178 p.  Collection « Recherches »

[4] SALAÜN, Jean-Michel, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », BBF, 2004, n° 6, p. 20-30 [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 09 septembre 2013

Dans les nuages arborés

La bibliothèque numérique de production est embarquée dans le projet GRIMM du CELIS et de la MSH de Clermont-Ferrand.
L’enjeu de ce projet est de proposer à la communauté scientifique, mais aussi à un plus large public un corpus tout à la fois textuel et intermédial des divers types de réécritures auxquelles ont donné lieu les contes des frères Grimm, dans les cultures européennes, depuis la première édition de 1812.

Le projet commence, et la bibliothèque numérique s’implique dans la recherche d’outils facilitant l’analyse littéraire des différentes versions des contes.

C’est dans ce contexte que je vous propose un focus sur l’outil treecloud, un logiciel de visualisation de texte sous la forme de nuages arborés, qui a été mis au point par Jean Véronis, Philippe Gambette, et Jean-Charles Bontemps.
Même si vous trouverez sur le site de treecloud toute la documentation nécessaire à l’utilisation de ce logiciel, je veux ici en produire une synthèse à l’usage des novices.

Comme la chimère a une tête de lion et un corps de chèvre, le nuage arboré a les propriétés du nuage de mots et aussi celles de l’arbre de Porphyre.
Sa force d’analyse est qu’il permet de repérer au sein d’un texte, de façon coordonnée, simultanée et attractive, toutes ses occurrences et ses cooccurrences.

Précisons : Les occurrences correspondent au nombre d’utilisations d’un terme au sein d’un texte. C’est bien sur au besoin de visualisation du nombre d’occurrences des mots que répondent les nuages de mots, popularisés par le Web 2.0.

Les nuages de mots se doivent d’être différenciés des nuages de tags, que l’on retrouve en bas à droite des pages d’accueil de la plupart des sites web aujourd’hui: le nuage de mots rend visibles les mots les plus utilisés dans un texte, et non ceux qui servent à indexer le contenu d’un site. C’est très facile de réaliser un nuage de mots avec des outils comme Wordle. Voici celui que je viens de réaliser à partir du conte Blanche-Neige.

Capture d'un nuage de mot réalisé à partir de l'outil Wordle

 

Les mots les plus utilisés sont les plus visibles et prennent le plus de place. En un coup d’oeil, j’ai la vision des personnages et des thèmes principaux au sein du conte.

Mais ce n’est pas là un nuage arboré, c’est juste un nuage de mots. L’arboricité, si on peut l’appeler comme cela, va introduire une dimension supplémentaire, vraiment très intéressante, puisqu’elle va faire apparaître les cooccurrences. Et qu’est-ce donc qu’une cooccurrence ? C’est l’apparition simultanée de deux ou plusieurs éléments dans le même texte. Ces cooccurrences vont apparaître comme des feuilles au bout des branches de l’arbre.

Les mots en rouge ou qui tendent vers le rouge sont les mots les plus utilisés dans le conte.  Les couples de mots au bout des branches apparaissent ensemble dans le texte : Blanche-Neige et les gnomes, la neige et le sang, les couleurs rouges et blanches, le pauvre enfant, sont les coocurences les plus manifestes dans ce conte. La proximité récurrente de ces termes constitue leur distance sémantique. Elle est calculée avec une fenêtre qui glisse tout au long du texte. Plus la fenêtre repère les mêmes mots ensemble, plus ces mots sont proches sémantiquement. Cette distance sémantique peut être calculée à partir de différents algorithmes.

Au sein de chaque branche, l’outil repère des « sacs de mots imbriqués », selon l’expression de Philippe Gambette, sacs de mots qui donnent un aperçu de la trame des textes, et de leurs différents registres sémantiques.

Dans cet article intitulé Utilisation de la visualisation en nuage arboré pour l’analyse littéraire, Philippe Gambette et Delphine Amstutz en donnent un exemple probant avec l’analyse des pièces Cinna et Othon de Corneille. Doctorante en littérature, Delphine Amstutz montre que la comparaison des nuages arborés de ces deux pièces donne à voir une évolution significative de la conception du pouvoir et du rôle du favori d’une pièce à l’autre.

La visualisation en nuage arboré peut donc constituer un outil d’analyse pour comparer des textes les uns avec les autres. Dans cette perspective, il peut être pertinent de l’utiliser dans le projet GRIMM pour comparer différentes versions d’un même conte.

En toute évidence, la pertinence de l’outil se mesure d’abord à la connaissance du corpus de celui qui l’utilise. Comparer des nuages arborés, sans avoir étudié en profondeur les textes qu’ils permettent de visualiser, n’a aucun sens.

Comme tout outil de visualisation de données, les nuages arborés peuvent donner des pistes d’analyse et susciter des hypothèses de travail. C’est dans cette mesure que son utilisation peut être complétée avec d’autres logiciels textométriques, et notamment Lexico 3, pour repérer les données et vérifier les hypothèses au cœur du texte.

Le logiciel treecloud en ligne a été réalisé par Jean-Charles Bontemps, un étudiant de licence en informatique à partir du logiciel Splitstree, initialement utilisé pour visualiser la philogénie, et du logiciel treecloud à télécharger. Ce dernier logiciel permet d’obtenir davantage de fonctionnalités : la colorisation des mots, non pas seulement en fonction de leurs occurrences, mais aussi de la chronologie de leur apparition dans le texte, ou de leur dispersion, en constitue un exemple.

Je vous invite à lire la riche documentation sur le site treecloud, et à créer vous-même vos nuages arborés.

Papier/électronique, catalogage/indexation, comment aller ensemble

extrait pub pour papier toilette
comment lier papier et électronique : extrait d’une publicité pour papier toilette

Les métadonnées sont devenues désormais le nerf de la guerre, dixit Louise Fauduet, intervenante BnF lors d’une récente formation continue, dans l’indexation des ressources et leur visibilité/accessibilité sur internet. Pour les bibliothèques numériques intégrant tout type de documents – numérisés ou nativement numériques –, elles sont le prolongement disons « naturel » du catalogage classique pour le papier. Autrement dit : catalogage = indexation.

Et c’est à peine exagéré : presque rien ne change, mais c’est effectivement ce « presque » qui pose question.

La seule chose qui évolue (devrait évoluer) vraiment, si l’on considère que le catalogage classique dessert le papier et que l’indexation se tourne vers le numérique, c’est l’importance accordée au papier et à l’électronique par nous : quand on voit que la production de données, la collecte d’informations et la gestion courante basculent en quantité et coût du côté des ressources électroniques (plus de la moitié des ressources documentaires sont électroniques désormais, selon les chiffres de Carl Grant, vice -doyen et directeur des services informatiques des BU de l’université de l’Oklahoma) pourquoi l’activité de catalogage ne suivrait-elle pas le même mouvement ? Quand on sait que les pratiques des étudiants et chercheurs ont déjà basculé de ce côté-là également, ne devrions-nous pas les accompagner ? Une distinction papier/électronique qui n’aurait plus lieu d’être demeure pourtant : on le voit pour l’effort consenti sur les nouveaux apprentissages, mais également dans les réflexions récurrentes sur la baisse des prêts (les prêts papier restent une statistique phare alors qu’elle n’est pas rattachée au nombre de téléchargements qui est son pendant), ou encore la coupure entre pratiques sciences dures/sciences humaines sur l’usage numérique (et quid des humanités numériques/digital humanities et autres initiatives en open access qui remettent en question le cliché des sciences humaines à la traîne et « ringardes » quant à leurs pratiques ?).

Mais on s’éloigne du sujet. Le débat sur l’évolution de l’indexation et la place croissante des métadonnées font planer des ambiguïtés sur ces nouvelles formes et pratiques. Si l’on prend l’exemple des métadonnées pour les fichiers numériques, toute une ribambelle d’a priori viennent semer la confusion dans les esprits.

Premier obstacle :  c’est la séparation imprimée par l’habitude dans nos esprits entre les formats et techniques (si, sortant de l’UNIMARC, on s’intéresse aux FRBR et autres RDA, on ne peut tourner le dos aux METS, MODS et compagnie comme s’ils n’avaient rien à voir) nonobstant le langage et les règles communs. Comme s’il y avait une barrière de spécialité à ne pas franchir – chacun sa tâche, je catalogue dans mon SIGB, tu indexes tes fichiers dans ton gestionnaire de contenus – alors qu’on parle de pratiques identiques.

Deuxième obstacle, la crainte d’être illégitime : « c’est de l’informatique, ce n’est pas le rôle des bibliothécaires ». Cet argument apparaît d’autant plus étonnant qu’il pourrait être opposé à tout changement ayant déjà eu lieu dans le métier, puisqu’informatiser, utiliser des logiciels dédiés aux missions des bibliothèques ou tout simplement utiliser un ordinateur dans son travail, c’est déjà faire de l’informatique. Et les bibliothèques ont vécu l’informatisation du métier, il ne s’agit donc pas de révolution. Simplement d’évolution.

Troisième obstacle : le caractère très/trop technique des outils, « ce n’est pas du langage compréhensible par les humains » – pardon, les bibliothécaires. Faux encore : le langage XML, entre autres, a justement comme qualité d’être compréhensible à la fois par les machines pour qu’elles interagissent, et par les humains. Les balises sont explicites et définissent des champs qui sont ensuite complétés de la même manière que des champs d’un format Marc : grâce à des vocabulaires normalisés, et grâce à l’art bibliothécaire dont tous les collègues sont spécialistes. Et puis qui oserait affirmer sans ciller que les formats MARC sont « compréhensibles par les humains » ?

On touche là au débat plus global qui agite beaucoup de bibliothèques sur la diffusion, au sein des établissements, des connaissances et compétences (ici, techniques, mais pas seulement), c’est-à-dire à la gestion des connaissances, ou knowledge management. L’enjeu consiste à inciter les professionnels à se tourner vers le domaine numérique et à acquérir l’équivalent des compétences qu’ils utilisent déjà pour les collections papier. L’adaptation dans la réalité est de fait moins insurmontable qu’elle ne paraît dans les esprits.

Les formations jouent un rôle important, mais, expérience faite, ne permettent pas, seules, de modifier la perception qu’ont les collègues sur ces questions. Et c’est par conséquent deux conceptions des bibliothèques qui en viennent à s’opposer alors même qu’elles ne suscitent pas de concurrence – pourquoi faut-il imaginer que les abonnements électroniques se font au détriment des acquisitions papier, ou que la bibliothèque numérique s’occupe de missions qui sont hermétiquement distinctes de ce que les collègues font en section, à moins que l’on ne sépare toujours les deux (ce qu’on voit lorsqu’on se focalise sur les prêts physiques en oubliant les téléchargements et connexions en ligne) ?

C’est une des questions qui seront abordées plus amplement lors d’une journée d’ateliers de réflexion de la BCU à laquelle participera l’ensemble des personnels.

Vous avez dit Intranet ?

A la BCU,  une atmosphère effervescente émane des différents services à l’approche imminente de la réalisation de l’Intranet. La communication interne a été le thème fédérateur de la dernière journée des personnels. Avec les deux étudiantes de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal, encadrées par la bibnum pour leur projet tutoré, nous avons présenté le nouvel Intranet.  Cet outil de travail verra bientôt le jour, le serveur étant enfin débloqué.

Alors, comme vous, nombreux lecteurs de l’alambic, trop loin de la BCU et de Clermont-Ferrand, n’aurez sans doute pas la chance de consulter notre Intranet, je vais vous en présenter l’esprit et la lettre.

D’abord, situons-en brièvement le contexte.

La BCU avait déjà un Intranet, mais les nouveaux collègues ne l’utilisaient…presque jamais. Difficile d’y trouver quoi que ce soit. Des menus à rallonge, compliquant à outrance la structure initiale. Une double authentification bien dissuasive. Des contenus trop souvent défraîchis. Plutôt que de refondre cet ancien outil, à l’interface peu ergonomique, mieux valait faire table rase, et construire sur des fondements solides.

Mais pourquoi mettre en place un nouvel Intranet quand la BCU expose déjà, ici, sur la toile ses projets, quand nous publions sur l’espace BCU pro du site web, les bilans et les perspectives du service ?

Tout est affaire de positionnement. Le nouvel Intranet est appelé à devenir vecteur de communication interne au sein de la BCU. Il assurera une meilleure diffusion de l’information en étant intégralement accessible à l’ensemble du personnel. Et pour « pousser » la consultation, une newsletter adressée à l’ensemble du personnel regroupera les dernières infos mises en ligne.

Le but de l’Intranet, c’est aussi de fédérer et de créer du lien, quand les collègues sont éparpillés sur tout le territoire auvergnat. Et l’enjeu était de sortir des logiques locales de sections pour générer l’activité globale du réseau vers des objectifs partagés et des valeurs communes. Un parti-pris qui encourage l’implication et la participation de tous.

l'implication
l’implication
www.photo-libre.fr

L’angle focal de cet intranet, ce sont les missions transversales, au cœur de l’organigramme de la BCU.

Pour rendre compte de l’état de lieux de ces missions, un éditorial sera rédigé chaque mois par les responsables dédiés, et sera affiché en page d’accueil.

De l’organisation transversale de la BCU, découle la conception de l’arborescence.
Les grands axes de son activité constituent les entrées d’un menu thématique :

  • Vie de la BCU
  •  Formation des utilisateurs
  •  Plan de conservation partagée des périodiques
  •  Référentiel Marianne _ Accueil
  •  Dépôt électronique des thèses STAR
  •  Calames
  •  Politique documentaire
  • Prêt entre bibliothèques.
  •  Système intégré de Gestion de Bibliothèque
  •  Formation des personnels de bibliothèque.
  •  Base bibliographique SUDOC
  •  Diffusion de la Culture Scientifique
  •  Lecture et Handicap
  •  Enquêtes, indicateurs, auto évaluation
  •  Numérisation
  •  Revue de presse

 

Auquel s’ajoute un menu proposant une consultation par type de contenu

  • A lire ! les textes de références,
  • Comment faire ? les procédures
  • C’est dit ! les comptes-rendus de réunion
  • A suivre ! les dossiers en cours
  • Bilans… les rapports.

 

L’ambition de cet outil est aussi de mieux connaître les compétences des personnels du réseau et d’identifier les personnes ressources. Telle est la raison d’être du « qui fait quoi ». Chaque membre du réseau sera invité à remplir son profil en ligne, en utilisant les mots clés correspondant à ses compétences.

L’autre phase importante du travail est de recueillir l’ensemble des contenus à mettre en ligne, de les mettre en forme et de les éditer selon une structure et une présentation communes.
Drupal et son module CCK (Content Construction Kit) est utilisé à cette fin.
Tout un travail de webmestre, de communication interne et de capitalisation des connaissances.
Cette étape cruciale fait l’objet du projet tutoré de nos étudiantes. Elles en profitent pour découvrir, connaître, et comprendre tous les métiers qui s’exercent dans une grande bibliothèque en réseau comme la BCU.

 

CHOREOMUNDUS : Quand chorégraphique rime avec numérique

 

The Phenakitoscope – couple waltzing by Eadweard Muybridge, Library of Congress (USA), Wikimedia Commons, CC-BY-SA 2.5 license.

 

Depuis septembre 2012, la BCU participe à un programme de master ouvert dans une des deux universités clermontoises, ChoreoMundus. Il s’agit d’une nouvelle formation proposée dans le cadre du programme Erasmus Mundus, créé par l’Union Européenne.

Ce master est issu d’un partenariat entre 4 universités dans 4 pays européens : l’Université de Szeged (Hongrie), l’Université de Trondheim (Norvège), l’Université de Roehampton à Londres (Royaume-Uni) et l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. La formation est composée d’enseignements sur la thématique de la danse sous diverses approches (anthropologie, histoire, théorie et pratiques, épistémologie, art, patrimoine culturel immatériel…). Ce master a pour objectif de former des « heritage managers », id est des gestionnaires de patrimoine dansé, notamment à partir d’une approche de la danse comme patrimoine culturel immatériel.

En quoi et pourquoi la BCU est impliquée ?

La BCU a prêté son concours pour accueillir les étudiants Choreomundus et participer à la formation :

  • par l’intermédiaire de la BU Staps et de son fonds Danse constitué dès avant la première année de ce master grâce à une subvention du CNL :
  • par l’implication des bibliothécaires des BU Sciences et Staps dans l’élaboration d’une formation ad hoc spécialement préparée pour des chercheurs débutants en anthropologie de la danse ;
  • par l’implication de la Bibnum aux enseignements du second semestre sur la thématique du patrimoine et du numérique.

Lors de ce second semestre a lieu sur deux semaines un programme intensif sur le thème du patrimoine culturel immatériel et de la gestion du patrimoine. Dans ce cadre, l’enseignante-chercheuse coordinatrice à Clermont-Ferrand nous a sollicités pour intervenir sur les questions liées au numérique et aux enjeux du patrimoine dans le numérique.

 

Pourquoi participer ?

Parce que c’est prolonger sous d’autres formes le rapprochement entre cette discipline et la BCU, qui existait déjà grâce aux actions culturelles organisées par la BU Staps (exposition de photographies de danse, conférences, etc.) et à son fonds spécialisé.

Parce que les liens avec les étudiants et les enseignants-chercheurs sont toujours à renouveler ou recréer, par les moyens les plus variés, ce qui permet à une BU de montrer toute l’étendue des champs qu’elle sait investir et toute l’utilité qu’elle représente dans la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Parce que la BCU a tout intérêt à s’associer aux enseignants-chercheurs dans le cadre de leur enseignement, pas seulement pour la recherche, pour les raisons susdites.

Parce qu’il s’agit d’un domaine d’excellence clermontois, qui a été appuyé par une subvention du CNL pour la constitution du fonds documentaire, et qu’à ce titre la BCU se devait d’appuyer également le nouveau master européen.

Parce que c’est un nouveau moyen de faire connaître la BCU à la communauté qu’elle dessert.

 

La participation de la Bibnum

Elle s’articule sur les notions de patrimoine et numérique, avec un moment plus théorique sur les questionnements posés par le patrimoine, la conservation, la valorisation à travers le numérique – par exemple : les projets numériques forment-ils un patrimoine immatériel ? Le numérique demeure-t-il simple reproduction dématérialisée ou revêt-il un autre rôle ? Etc. –, et un atelier plus pratique sur une réflexion à mener autour d’un futur projet de centre de ressources commun international sur le patrimoine dansé. En outre, la Bibnum a invité Paul Bertrand, professeur chargé des humanités numériques à l’université de Louvain en Belgique, à intervenir sur ces questions.

 

Voix contemporaines : les prémices d’un projet d’archivage des mémoires d’aujourd’hui

Présentation

Le projet « voix contemporaines », c’est une collection d’archives sonores et audiovisuelles rassemblant paroles d’écrivains, mémoires de la création, témoignages du siècle et patrimoine oral immatériel. Ces archives, recueillies indexées et diffusées au sein de l’Université Blaise Pascal, présentent un intérêt tant au niveau régional, que national et international, en constituant un aperçu vivant de la création contemporaine, de la mémoire du siècle, et des traditions orales.

D’abord programme de recherche initié par le CELIS, « Voix contemporaines » vise à donner la parole aux écrivains du présent, et à recueillir leurs témoignages, dans la droite ligne des pratiques de ce laboratoire de littérature, qui, depuis de nombreuses années, invite et enregistre des écrivains.

L’enjeu de la collection « voix contemporaines » serait de collecter, d’enregistrer et d’archiver systématiquement ces paroles d’écrivains afin de constituer une bibliothèque sonore et audiovisuelle sur la littérature au présent.
D’autres témoignages historiques ont été recueillis et mis en ligne, et notamment dans le cadre du projet EVE : des témoignages de personnes ayant été enfants pendant la première guerre mondiale, ainsi que des enregistrements d’auteurs espagnols ayant été enfants pendant la guerre d’Espagne. La mémoire vivante de la guerre est étudiée  au prisme d’enregistrements sonores.

Tous ces enregistrements méritent d’être archivés à long terme pour constituer cette collection « voix contemporaines ». Ces témoignages sont autant de facettes de cette mémoire au présent et constituent autant de traces vivantes des conflits qui ont émaillé le vingtième siècle.

Dans le cadre de sa mission d’expérimentation et d’accompagnement des enseignants, l’équipe de Creatice, qui a réalisé de nombreux enregistrements sonores et audiovisuels, joue un rôle majeur dans ce travail de captation vidéo, de valorisation et de diffusion de ce patrimoine, via la plate-forme vidéocampus.

Témoignages de résistants, témoignages d’écrivains, de personnalités importantes dans le domaines de la cultures sont stockés sur des serveurs sous différents formats.
Le travail à réaliser consisterait à homogénéiser le format de ces enregistrements vidéo, à les numériser, à les indexer, et à les diffuser en ligne de façon pédagogique afin que tous les usagers puissent aisément y accéder.

Sans compter qu’au Service Université Culture (SUC), un grand travail de collecte, de traitement documentaire et de diffusion a été réalisé autour de l’univers des musiques de tradition orale. Des enregistrements de chanteurs auvergnats ont été collectés sur le terrain afin de constituer une collection reflétant le  patrimoine oral et immatériel régional.

Ce patrimoine immatériel pourrait s’inscrire dans le droit fil de cette collection « voix contemporaines ». Ces voix contemporaines s’articuleraient alors autour des voix d’écrivains, des voix des témoins du siècle, mais aussi des voix musicales, porteuses de tradition et de culture régionales.

C’est maintenant à la bibliothèque numérique de jouer un rôle majeur dans ce travail de collecte, de recensement, de numérisation d’indexation et d’archivage pérenne de ces collections sonores et audiovisuelles.

Méthodologies

La collaboration de la bibliothèque numérique au projet s’articule autour de deux axes.
D’abord, le serveur. Car il en faut de l’espace disponible pour le stockage d’une banque de données d’enregistrements vidéo…L’espace dont nous disposons n’est pas encore adapté pour une telle quantité de données. Mais dans les mois à venir, après la sécurisation et l’augmentation des serveurs, ils pourront certainement contenir toutes ces mémoires virtuelles.

Ensuite, bien sur, la question de l’indexation. C’est surtout à ce niveau que les compétences de la bibnum sont sollicitées. En amont, nous avons déjà préparé une grille de pré-indexation, à destination des chercheurs qui sollicitent un enregistrement au Pôle audio-visuel. Sous la forme d’un formulaire google doc, cette grille permet d’indiquer les principales métadonnées descriptives, et surtout de définir et faire adopter un protocole d’enregistrement. Car on voit mal comment on pourrait rendre accessible un corpus d’entretiens filmés sans avoir défini au préalable les principales étapes de la trame des entretiens. Eu égard à la diversité des projets de recherche et des types d’entretiens, toute la difficulté sera d’établir cette trame commune.

Car c’est à partir de la trame des entretiens que se cristallise la problématique de la post-indexation, celle qui concerne les vidéos déjà montées et réalisées. Ce sont les chercheurs qui s’ en chargeront, car ils sont les plus à mêmes de qualifier les entretiens réalisés dans le cadre de leur projet de recherche. Mais, en tant que professionnels de l’information et de l’indexation, nous allons leur donner des conseils. Les projets antérieurs de la bibliothèque numérique de production nous ont montré l’importance de la normalisation. Sans normalisation, pas d’indexation qui vaille. Nous allons donc apporté des outils méthodologiques aux chercheurs qui leur permettront de définir et d’établir une indexation normalisée propre à ce support audiovisuel, et donc exploitable pour les besoins de la recherche.

Pour ce faire, nous devons commencer par recueillir les bonnes pratiques d’indexation de vidéos chez les experts en la matières, les vidéothèques, et phonothèques spécialisées dans l’indexation de l’image et du son. Indépendamment du séquençage, l’idée est de donner aux chercheurs les meilleurs outils pour qualifier au mieux, à l’aide de mots-clés normalisés, la trame des entretiens filmés. A partir de cette indexation recueillie et balisée, nous verrons alors comment l’intégrer dans un schéma d’encodage propre à assurer la conservation pérenne de ces données digitales.

Mais c’est là une autre paire de manches ! Tout un programme conforme aux priorités de la bibliothèque numérique de production: penser l’indexation de pair avec l’archivage pérenne.

Que fait-on de notre catalogue ?

Je profite de mon stage à l’ENSSIB sur l’évolution des catalogues pour réfléchir à voix haute sur ce qu’on peut faire maintenant pour améliorer notre outil. L’objectif étant toujours de satisfaire les besoins de nos publics, notre catalogue doit s’inscrire dans un nouvel écosystème, celui du web de données et des pratiques qui vont avec. Les grands établissements et agences sont aux avant-postes en la matière et nous montrent le chemin à suivre. Toute la difficulté, me semble-t-il, réside pour les autres établissements en la définition d’une stratégie de positionnement entre l’intégration nécessaire dans un réseau de plus en plus vaste et la valorisation d’atouts locaux ou spécifiques.

Le catalogue du jardinier savoyard (1787), Le bibliomane moderne

Un stage passionnant

Je voudrais tout d’abord féliciter Françoise Leresche, qui conçoit le stage, pour la qualité de ses cours et de ses choix en ce qui concerne les autres intervenants. Nous avons bénéficié de leurs lumières tant sur le plan technique que bibliothéconomique. Je vous invite donc à assister à ce stage l’année prochaine, puisqu’il sera reconduit.

Je reste convaincue que le principal outil de médiation de la bibliothèque est son catalogue. Car enfin, pourquoi constituer un catalogue, sinon pour faire connaître au public l’étendue de nos collections ? Aux questions : possédez-vous tel document ? Où ? Nos catalogues actuels répondent très bien. Hérités du modèle de description sur fiches des années 1960, ils sont constitués de notices de publication, et indiquent les localisations. Mais cela reste bien souvent insatisfaisant du point de vue de la recherche par matière et des rapports qu’entretiennent les publications entre elles. Aussi la tendance est-elle de revenir aux exigences premières des catalogues : décrire une oeuvre et donner la possibilité de sélectionner parmi plusieurs documents. C’est l’ambition des FRBR, appuyés par les formats RDF et RDA.

La normalisation et la standardisation en marche

Les évolutions en cours sont suivies de près, voire élaborées par la BnF et l’ABES, entre autres. En participant aux travaux de normalisation de différents groupes et en proposant des outils toujours plus perfectionnés, ces établissements nous montrent le chemin à suivre. Le projet data.bnf.fr est un très bel exemple de ce que permettent des données bien structurées en matière de recherche documentaire. La plateforme Isidore en est un autre.

Néanmoins, on mesure l’écart qui existe entre ces institutions et nous, établissements universitaires lambda, en matière de recherche et développement. Nous sommes forcément à la traîne, à la fois parce que nous attendons après leurs préconisations et parce que nous n’avons pas la même capacité à faire évoluer nos propres outils. En l’état actuel de nos systèmes, que pouvons-nous faire à part attendre que la standardisation oblige nos fournisseurs à prendre en compte de nouveaux formats ? On essaie déjà de rattraper notre retard en mettant au point des catalogues qui ne soient plus des OPACs…

Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

On attend.

Mais on participe à la définition de nos besoins informatiques au sein du comité technique SGBM de l’ABES. C’est l’une des manières possibles de faire évoluer nos outils auprès de nos fournisseurs. On mesure d’ailleurs combien il est difficile pour les établissements de renoncer à leur souveraineté dans ce domaine. Mais puisque nous travaillons tous au sein du réseau Sudoc, à quoi bon conserver un outil de gestion propre, sinon pour conserver la maîtrise (toute relative d’ailleurs) de sa personnalisation ?

On réfléchit à notre stratégie de services, à notre place sur le web à côté des « gros » catalogues et réservoirs de données. Si l’on ne peut pas offrir l’exhaustivité d’un catalogue international, national ou collectif, quelle peut être notre plus-value ? Répondre aux besoins d’un public essentiellement local ? Valoriser des collections spécifiques ? Alors oui, proposer un catalogue local de qualité, c’est encore montrer à notre public qu’on assure le confort de sa recherche. C’est dans cette perspective que nous développons un outil de découverte à la BCU.

On réfléchit aussi aux partenariats possibles et aux services mutuellement rendus. Ainsi, certains projets de numérisation peuvent alimenter des plateformes plus ambitieuses comme Gallica, qui, juste retour des choses, augmentent la visibilité de nos collections et contribuent à les faire vivre.

On prépare les équipes. Les nouveaux modèles de conception des catalogues, les nouveaux formats de catalogage (ou traitement des données) vont directement modifier le travail des collègues, notamment les BAS. Il va falloir miser sur la formation continue pour assurer une bonne transition vers les nouvelle fonctions. Technophiles et catalogueurs à la plume d’oie devraient enfin se rejoindre sur les questions de contrôle qualité des données !

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (2)

Pour continuer la série voici, en avant-première en exclusivité mondiale et en co-rédaction avec le chef, les impressions d’un membre de l’équipe informatique :

Un succès ? Les débuts prometteurs de la mise en place d’une gestion en série du parc informatique. En l’occurrence, pour la première fois, en l’espace d’une grosse semaine, 45 machines ont été réceptionnées, leurs disques durs clonés (grâce à Clonezilla), leur déploiement final opéré sur trois sites différents. Jusque récemment, du fait de l’éclatement géographique, le parc se gérait presque machine par machine. L’automatisation progressive de la gestion permet d’envisager plus sereinement les installations à venir, même si le volume de machines doit encore aller croissant pendant les prochaines années.

Un regret ? Devoir partir en congé sans avoir absolument bouclé certaines tâches prévues, ou en laissant quelques problèmes irrésolus : en l’occurrence, un petit problème d’attribution d’adresse IP empêche l’utilisation du logiciel de gestion SIFAC sur une machine, et il est désagréable de savoir une collègue embarrassée dans son travail par un pépin informatique… quand on consacre une bonne partie de son travail à les prévenir et à les combattre.

Path par "Glenngould" (publié sous pseudonyme sur FlickR, sous licence Creative Commons, Paternité)
Path par « Glenngould » (publié sous pseudonyme sur FlickR, sous licence Creative Commons, Paternité)

Un projet ? Le service ayant quelques idées de production vidéo pour l’an prochain, je souhaiterais m’y impliquer, en mettant à profit mon attrait personnel pour ce domaine et la pratique que j’en ai déjà, pour acquérir une meilleure maîtrise des outils et apporter ma contribution à un projet du service pour les usagers.

Bonnes vacances à tous !