Collections et innovation : à la croisée des charnières

Invité début juin à contribuer dans une table ronde au congrès de l’association des bibliothécaires de France, qui portait sur le thème de l’innovation, je poste ici le texte de mon intervention, juste assez retouché pour permettre le passage à l’écrit, ce qui me permettra d’archiver le texte1.

Voici le lien vers la prézentation dont je me suis servi. La séance ayant fait l’objet d’une captation vidéo, j’indiquerai aussi le lien dès qu’il sera disponible.

[mise à jour, 18 juillet 2016 : lien vers la vidéo]

Introduction

Petit préambule, je m’engage solennellement à bannir de mon propos, à tout jamais, les propositions suivantes :

Nous vivons une époque charnière. Nous sommes à la croisée des chemins. Les bibliothèques sont à un tournant. Il faut changer les mentalités.

Pourquoi tant de vindicte contre ces formules qui n’ont d’autre vice qu’une impérissable platitude ? Parce qu’à mon avis elles procèdent d’une perception faussée de la réalité : englués dans notre époque, nous ne voyons pas que l’histoire est une succession ininterrompue de charnières, de carrefours, de tournants et de transitions qui font changer les mentalités. Je propose donc de poser la question dans l’autre sens :

Quelles sont les transitions que nous vivons aujourd’hui ?

J’en vois trois, dont une en particulier qui nous invite à innover. À innover UN PEU, j’y reviendrai en conclusion. Trois faits importants qui nous ont poussés, en BU, à innover du côté des collections. Trois transitions concomitantes, que l’on peut décider de combattre ou d’aider. Trois changements dont un, en particulier, nous pousse à des activités nouvelles.

Mais commençons par notre situation de départ. En l’an 2000, dans mon carton, sur son rayon, qu’y met-on ? En simplifié : des collections imprimées, achetées, signalées, exposées. Mais ça, c’était au siècle dernier. Depuis…

De l’imprimé à l’électronique

Depuis, la première transition qui est survenue, c’est la transition entre l’imprimé et l’électronique. Celle-ci est presque derrière nous, maintenant : en 10 ans, nos dépenses électroniques sont devenues écrasantes, nos dépenses imprimées résiduelles. Aujourd’hui, nous achetons presque exclusivement de l’électronique.

Répartition des dépenses documentaires de la BCU entre imprimé et électronique.
Répartition des dépenses documentaires de la Bibliothèque Clermont Université entre imprimé et électronique. « Écrasantes », est le mot…

 

 

 

 

 

 

 

Presque. Il faut pondérer de trois nuances :

1°) C’est plus vrai pour les sciences exactes que pour les sciences humaines (et les maths).

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaires par disciplines
Répartition des dépenses documentaires 2015 de Clermont par discipline

2°) C’est plus vrai pour les revues que pour les livres.

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaire par type de ressources
Répartition des dépenses documentaire 2015 de Clermont par type de ressources

3°) On n’aboutit pas à un paysage « zéro papier ». Cependant, il est vrai que ce qui entre dans nos collections est, chaque année, de plus en plus électronique et de moins en moins imprimé, et que nous n’avons pas atteint le plancher. Je pense qu’il y en a un, mais nous n’avons pas encore les pieds dessus.

Avons-nous innové ? Oui. L’avons-nous décidé ? Pas vraiment : ce sont nos utilisateurs qui ont innové les premiers : les chercheurs se sont littéralement rués sur la documentation électronique. Il n’était pas concevable de ne pas les suivre. Les BU ont suivi, avec deux conséquences :

    1. Du côté de la technique : nous avons appris à maîtriser les outils numériques, du proxy à l’outil de découverte, en passant par les statistiques.
    2. Du côté de la pratique professionnelle : la négociation, les enjeux économiques de l’édition scientifique, n’ont plus de secret pour nous (cela ne nous rend pas capable de peser dessus, mais c’est une autre histoire !). C’est toute l’histoire du consortium Couperin, avec son engagement de plus en plus professionnel et de plus en plus visible dans les négociations et dans le paysage de l’IST2.

Je ne m’étends pas : chacun a entendu parler, jusqu’à l’épuisement (budgétaire et nerveux), du passage de l’imprimé à l’électronique. Inutile de développer. Transitons donc sans transition de la transition 1 à la transition 2.

Du payant au gratuit

La seconde transition, c’est l’avènement du libre accès (open access). Nos collections sont de plus en plus en libre accès. Ce qui veut dire, soit dit en passant, que ce ne sont plus nos collections…

Pourtant cette transition est d’abord une transition voulue.

  • Par les chercheurs, qui ont vu dans le web un outil de choix pour la grande conversation scientifique, et qui l’ont solennellement proclamé par la déclaration de Berlin.
  • Par les bibliothécaires, plus prosaïquement, parce que les revues en ligne sont hors de prix. Le libre accès, c’était l’espoir : demain, on s’abonne gratis !

    Las… C’est aussi une transition subie, parce que le modèle économique « auteur-payeur », qui prédomine, consolide le pouvoir économique des éditeurs, au moins en science, technologie, médecine. Aucun espoir pour les chercheurs d’assainir le circuit : tant que leur carrière dépend de leur score de publication, ils publieront à n’importe quel prix (pour vous donner une idée : un auteur peut débourser 5000 $ aujourd’hui pour publier un article en OA ; et ce n’est pas le prix maximal). Aucun espoir pour les bibliothécaires de diminuer la facture. Pour l’instant, elle augmente même parce que les auteurs payent pour mettre en libre accès des articles dans des revues dont nous payons les abonnements ! C’est la nasse dorée dont j’ai déjà parlé.

    Quelques modèles intéressants ont quand même vu le jour, où les bibliothèques ont leur rôle à jouer. Par exemple le modèle freemium : les BU s’abonnent à des revues en libre accès, et payent pour des services supplémentaires (téléchargement des PDF, statistiques d’usage). Elles financent ainsi, pour un tarif modique (4000 €/an à Clermont pour revues.org), la publication en libre accès. Le modèle « Knowledge Unlatched », qui propose la libération des contenus par souscription3, fonctionne bien, lui aussi.

Cette seconde transition est en cours, elle vise « l’horizon 2020 ». En 2020 ou un peu plus tard, elle sera achevée. Mais elle ne nous laisse finalement pas beaucoup de marge de manœuvre et d’innovation.

En fait, le véritable enjeu, c’est de comprendre et d’assimiler les deux premières transitions pour se lancer dans la troisième…

De l’acquis au produit

Cette fois il s’agit bien d’innover. La production, c’est une nouvelle branche qui s’élance du tronc des bibliothèques. C’est aussi le défi de la décennie à venir pour les BU, je pense : cette branche, à quoi va-t-elle ressembler, et quelle sera sa vigueur ?

Nous aurons de moins en moins de documentation acquise, d’abord parce qu’elle est de plus en plus chère et que nos moyens s’épuisent, ensuite parce que dans le monde du libre accès, ce sont les auteurs qui vont payer pour publier, et non les lecteurs pour lire. À quoi servirons-nous dans ce paysage recomposé ? À tenir la comptabilité des frais de publications ? Je ne suis pas sûr que nous soyons indispensables, ni très motivés, pour cela. Et même si cette activité entre dans nos fonctions (car on y travaille, tout de même, en essayant de repérer les dépenses auteurs payeurs dans nos universités !), elle n’emploiera guère plus d’un bibliothécaire par établissement…

Alors, à quoi allons-nous bien pouvoir servir ? Eh bien de plus en plus, je crois, aux côtés des chercheurs et des étudiants, à produire de la documentation (pardon) de l’IST. C’est-à-dire à mettre en ligne les documents produits par nos chercheurs, ou même à les aider directement dans le processus de publication.

Cette nouvelle branche d’activités se scinde en trois rameaux4.

  1. Le premier rameau est une vieille branche, si j’ose dire, celle de la bibliothèque numérisée : contribuer à faire naître LA bibliothèque virtuelle universelle, en numérisant et en mettant en ligne nos fonds anciens, nos unica, nos livres rares ; nos fonds locaux à valeur scientifique reconnue ; celles de nos collections qui présentent un intérêt intellectuel particulier. Google peut le faire, nous aussi ! On numérise et on veille au référencement des fonds numérisés dans Gallica, Europeana, etc.

  2. Le second rameau est celui des travaux universitaires : il a commencé avec le signalement et la mise en ligne des thèses, autour de 2010. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de thèses soutenues sont en ligne, et ce sont les bibliothécaires qui s’en occupent. les mémoires, les thèses d’exercices sont en train de suivre, cela représentera bientôt, aussi, des centaines de milliers de documents disponibles sur le web. Et l’on peut en faire autant pour les articles : dans les archives ouvertes (HAL et autres) les chercheurs peuvent mettre en ligne des copies en libre accès des articles publiés par les éditeurs. Il s’agit d’archivage et non de publication, mais pour le lecteur, quelle différence ? Il a son article, gratis, sans barrière ! Un peu partout, ce sont les bibliothécaires qui portent les projets d’archives ouvertes.

  3. Le troisième rameau, c’est celui du soutien direct à l’édition. Les bibliothèques peuvent entrer en discussion avec leurs universités pour soutenir la marche vers le libre accès. C’est ce que matérialise à Clermont le pôle d’édition numérique, qui fédère les presses universitaires, la MSH et la BU, pour encourager les projets de revues. Cela nous permet de pousser ensemble des revues vers revues.org, la principale plate-forme de revues en libre accès en sciences humaines (deux revues clermontoises ont migré vers revues.org par le travail commun de la bibliothèque, des presses et de la MSH). Cela nous permet de suivre et d’encourager la naissance de nouveaux modèles d’édition électronique, comme le modèle « Episciences », où l’article est en libre accès de sa soumission à sa publication, puisque la revue est assise sur une archive ouverte, en espérant qu’un jour des revues clermontoises pourront rejoindre ce projet. Cela nous permet de tester des outils, comme le logiciel Open Journals System, qui soutient aujourd’hui, à Clermont, une revue récemment lancée.

Là, c’est de la véritable innovation, avec son côté tâtonnant. Mais il faut le tenter, même à tâtons, parce que l’aide directe à la publication de revues, c’est la possibilité de de contrebalancer la montée du modèle auteur-payeur qui laisse l’édition scientifique prisonnière d’une machine folle.

Je pense que cette troisième transition, de l’acquis au produit, est le domaine par excellence de l’innovation. Et pourtant…

Dans le scriptorium

Deux remarques pour conclure.

1. ma lecture du moment, c’est la théorie de l’évolution relue par Teilhard de Chardin5. Essayons de l’appliquer aux bibliothèques : des mutations sont en train de se produire, des rameaux poussent, mais nous ne savons pas encore lesquelles vont croître, et lesquels dépérir  Pour l’instant, il faut tout essayer, faire pousser tous les rameaux. Le temps se chargera bien d’élaguer (nous vivons une époque charnier).

2. toujours pour rester fidèle au teilhardisme bibliothéconomique  : les branches qui s’élanceront et deviendront prospères, on pourra toujours en retracer et retrouver l’origine, a posteriori, en puissance, dans la bibliothèque de toujours, LA bibliothèque scriptorium : lieu d’édition, de conservation, de circulation et de consultation.

Copiste au travail dans un scriptorium (image tirée d'un manuscrit du 15e siècle)
Copiste au travail. Bibl. nat. de France, manuscrit français n°9198, f. 19.

 

Vulgairement parlant, on fait du neuf avec du vieux : pour ce qui est des publications scientifiques, le scientifique Martin-Paul Eve, appelait déjà en 2012 à refonder le modèle des imprimeries universitaires6 ; et sérieusement, quand on numérise un livre pour le mettre en ligne, que fait-on, à part du travail de copiste ?

C’est bien plus qu’une boutade. Je crois beaucoup à l’innovation, au sens où elle représente une démarche expérimentale, risquée, donc courageuse. Mais je suis sûr que quand une innovation réussit, c’est qu’elle nous fait devenir ce que nous sommes.

  1. …et de caser quelques jeux de mots potaches que j’ai sauté en séance pour ne pas dépasser le temps imparti. []
  2. Information scientifique et technique : c’est le petit nom de la documentation dans le monde de la recherche, sans doute parce que documentation sonne un peu trop scolaire. []
  3. Quand un nombre donné de bibliothèques a acheté un livre, il est « libéré ». []
  4. Comment résister à cette métaphore bibliothécologique qui nous tend les bras ? []
  5. P. Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955. À noter, sa notice dans Wikipedia est gravement incomplète : Teilhard était jésuite, paléontologue ET auvergnat. Si l’une des épithètes vous gêne, dites-vous que nul n’est parfait. Étant personnellement très ouvert, je n’ai rien contre les paléontologues. []
  6. Martin-Paul Eve, Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-aspublisher : « The solution that I propose to this growing crisis for all three stakeholders in the world of scholarly publishing lies in the concept of the Research Output Team (ROT), a fusion of the library and the publisher. In many ways this is a return to the idea of the university press; an in-house facility for publishing work. » []

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

Création de revues électroniques à la BCU

Porte Habbous par Jeremy Salmon sur Flickr-licence  BY-ND

La Bibliothèque Numérique travaille depuis le début de l’année sur des projets de revues électroniques en libre accès. Durant l’année 2012, plusieurs enseignants chercheurs se sont adressés à la BCU pour obtenir des informations sur la création de revues en ligne. La Bibnum a alors compris qu’il y avait dans ces demandes une opportunité de service à rendre, de quelque chose à créer pour accroître la diffusion de la recherche clermontoise.

Les projets sur lesquels nous accompagnons les chercheurs sont divers en termes de disciplines, d’objectifs, d’état d’avancement… Certaines revues existent depuis longtemps sous forme papier et souhaitent être disponibles en version électronique, d’autres n’ont encore aucun numéro et sont en recherche d’informations, d’autres sont publiées sur des sites locaux mais souhaitent une meilleure visibilité.

 

La bibnum a d’abord cherché à savoir quelle aide elle peut apporter à ces équipes de revues. Plusieurs aides possibles sont apparues :

  • Structure ressource : Un travail de veille et de comparaison sur les outils et les plateformes existantes a été mené. La bibnum est à présent à même de proposer aux chercheurs les outils les plus adaptés à leur projets.

  • Rôle d’accompagnement  dans l’instruction des dossiers de candidature, dans la relation avec les plateformes de diffusion.

  • Aide technique : La Bibnum possède un numériseur, elle peut se charger de la numérisation et de l’océrisation pour les revues qui souhaitent rétroconvertir leurs anciens numéros. Elle peut également aider au stylage (mise en forme des documents aux normes Revues.org), à la mise en ligne des articles et au référencement web.

    A présent, petit tour d’horizon des outils existants et retenus pour les projets actuels :

  • Revues.org http://www.revues.org/: plateforme de revues en SHS en accès libre qui héberge actuellement plus de 300 revues. C’est une plateforme d’OpenEdition http://www.openedition.org/.

    Afin de faire figurer une revue sur ce site, le dossier d’accession est étudié par divers experts.

  • Episciences.org  http://episciences.org/: projet porté par le CCSD. Création de revues thématiques à partir d’articles versés dans HAL validés par un comité éditorial.

  • (OJS) Open Journal Systems http://pkp.sfu.ca/ojs-journals Système de gestion éditorial et de mise en ligne initié par le Public Knowledge Project. Cet outil permet une totale autonomie aux équipes de revues sans validation de la plateforme. Il prend en charge le processus de relectures, de validation par les pairs jusqu’à l’édition en ligne et permet la création d’une maquette personnalisée.

Après le travail de veille et de présentation des outils aux chercheurs, certaines candidatures sont en cours auprès de Revues.org, des sites de revues ont été créés à l’aide du logiciel OJS (installé sur le serveur de la BCU)…

La création de revues électroniques demande du temps mais elles verront le jour dans les mois à venir pour certaines, en 2014 pour d’autres. Et vous en entendrez parler ici…

CHOREOMUNDUS : Quand chorégraphique rime avec numérique

 

The Phenakitoscope – couple waltzing by Eadweard Muybridge, Library of Congress (USA), Wikimedia Commons, CC-BY-SA 2.5 license.

 

Depuis septembre 2012, la BCU participe à un programme de master ouvert dans une des deux universités clermontoises, ChoreoMundus. Il s’agit d’une nouvelle formation proposée dans le cadre du programme Erasmus Mundus, créé par l’Union Européenne.

Ce master est issu d’un partenariat entre 4 universités dans 4 pays européens : l’Université de Szeged (Hongrie), l’Université de Trondheim (Norvège), l’Université de Roehampton à Londres (Royaume-Uni) et l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. La formation est composée d’enseignements sur la thématique de la danse sous diverses approches (anthropologie, histoire, théorie et pratiques, épistémologie, art, patrimoine culturel immatériel…). Ce master a pour objectif de former des « heritage managers », id est des gestionnaires de patrimoine dansé, notamment à partir d’une approche de la danse comme patrimoine culturel immatériel.

En quoi et pourquoi la BCU est impliquée ?

La BCU a prêté son concours pour accueillir les étudiants Choreomundus et participer à la formation :

  • par l’intermédiaire de la BU Staps et de son fonds Danse constitué dès avant la première année de ce master grâce à une subvention du CNL :
  • par l’implication des bibliothécaires des BU Sciences et Staps dans l’élaboration d’une formation ad hoc spécialement préparée pour des chercheurs débutants en anthropologie de la danse ;
  • par l’implication de la Bibnum aux enseignements du second semestre sur la thématique du patrimoine et du numérique.

Lors de ce second semestre a lieu sur deux semaines un programme intensif sur le thème du patrimoine culturel immatériel et de la gestion du patrimoine. Dans ce cadre, l’enseignante-chercheuse coordinatrice à Clermont-Ferrand nous a sollicités pour intervenir sur les questions liées au numérique et aux enjeux du patrimoine dans le numérique.

 

Pourquoi participer ?

Parce que c’est prolonger sous d’autres formes le rapprochement entre cette discipline et la BCU, qui existait déjà grâce aux actions culturelles organisées par la BU Staps (exposition de photographies de danse, conférences, etc.) et à son fonds spécialisé.

Parce que les liens avec les étudiants et les enseignants-chercheurs sont toujours à renouveler ou recréer, par les moyens les plus variés, ce qui permet à une BU de montrer toute l’étendue des champs qu’elle sait investir et toute l’utilité qu’elle représente dans la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Parce que la BCU a tout intérêt à s’associer aux enseignants-chercheurs dans le cadre de leur enseignement, pas seulement pour la recherche, pour les raisons susdites.

Parce qu’il s’agit d’un domaine d’excellence clermontois, qui a été appuyé par une subvention du CNL pour la constitution du fonds documentaire, et qu’à ce titre la BCU se devait d’appuyer également le nouveau master européen.

Parce que c’est un nouveau moyen de faire connaître la BCU à la communauté qu’elle dessert.

 

La participation de la Bibnum

Elle s’articule sur les notions de patrimoine et numérique, avec un moment plus théorique sur les questionnements posés par le patrimoine, la conservation, la valorisation à travers le numérique – par exemple : les projets numériques forment-ils un patrimoine immatériel ? Le numérique demeure-t-il simple reproduction dématérialisée ou revêt-il un autre rôle ? Etc. –, et un atelier plus pratique sur une réflexion à mener autour d’un futur projet de centre de ressources commun international sur le patrimoine dansé. En outre, la Bibnum a invité Paul Bertrand, professeur chargé des humanités numériques à l’université de Louvain en Belgique, à intervenir sur ces questions.

 

Je stocke, tu archives, nous indexons : numérisation, nouveau(x) chantier(s)

Résumons-nous : la numérisation, c’est lancé. La mise en ligne, ça fonctionne – d’ailleurs la BCU est dans Europeana depuis deux semaines ! – avec deux sites web de corpus numériques, qu’on peut voir ici. La gestion de projet, notamment en amont, ça se met en place – merci au projet d’histoire du droit sur les factums (id est mémoires judiciaires) de nous permettre de formaliser tout ça.

Bon, qu’est-ce qu’il reste encore ? L’élaboration et la mise en place d’un système intégrant d’une part un stockage sécurisé, d’autre part une perspective d’archivage pérenne. Le tout enrobé d’une mise en forme et en application d’un modèle de métadonnées plus rigoureux.

Containers in North Harbour, Copenhagen, Denmark
By Mvejerslev, BY-NC-SA, Flickr

Quel est l’état des lieux ? Pour le moment, les copies de fichiers issus de la numérisation sont stockées sur un disque dur externe, qui devait être un support temporaire. Mea culpa. Pas très brillant, je l’avoue, et pas très sécurisé surtout.

En même temps, le téraoctet n’est pas encore dépassé – c’est prévu pour mi-2013 si la numérisation continue au même rythme. Donc, il n’est pas très légitime de réclamer un budget à investir dans une structure – interne ou extérieure – prenant en charge le stockage et/ou l’archivage.

Lors du dernier conseil de la documentation du PRES, la question de l’archivage et de l’importance que les universités doivent y accorder ont suscité un débat et une prise de conscience qui semblent un bon début. Mais qui n’est pas suffisant.

 Qu’est-il possible d’envisager dans un tel contexte ? Le CRRI, alias Centre régional de ressources informatiques, service informatique desservant tout le PRES, a sollicité la BCU pour un hébergement sur un second site de ses propres données. La bibnum saute sur l’occasion pour proposer une réciprocité des copies de fichiers, afin que le CRRI à son tour prenne en charge ceux de la BCU – et en particulier la production numérique. C’est un premier pas, celui du stockage sécurisé, assez urgent à accomplir.

 Dans le même temps, il faut commencer à réfléchir sur la pérennité que l’on souhaite donner aux différents projets de corpus numériques. Car cela coûte cher, demande du temps, du matériel et des compétences – ou plus d’argent si l’archivage est opéré à l’extérieur (voir le CINES). Mais surtout, il semble évident pour tous que le numérique permet de produire plus et conserver tout. Faux. Il faut, comme pour le papier, savoir opérer une sélection, désherber AUSSI la production numérique. D’où la nécessité d’ouvrir le débat non plus au sein des bibliothèques mais des institutions dont elles dépendent, car l’enjeu se focalise sur les critères de cette sélection : que va-ton garder ? Pourquoi ? Quelle est la légitimité de tel ou tel projet dans le long terme ? Sa pertinence, l’ouverture de son corpus, le niveau de développement des outils qui permettent de travailler dessus ?

By Tsahi Levent-Levi CC BY 2.0, Flickr

Ces cogitations laissent le temps pour se pencher sur une indexation rigoureuse, entre autres en vue du stockage et de l’archivage – mais qui puisse également répondre aux besoins de mise en ligne et d’utilisation des corpus. Là, c’est encore le projet sur l’histoire du droit et le corpus des factums qui permet d’aider à formaliser les choses. Côté format, on a besoin de définir un schéma METS clair et simple, à partir des expériences des autres bibliothèques. Pas simple car aucun modèle ne domine. On va se fonder sur celui de la BnF et de Cujas notamment. Les deux institutions l’utilisent uniquement en tant qu’archivage, mais la première nous a précisé qu’il était très utile pour la présentation des métadonnées en ligne.

En même temps, il s’agit de débroussailler le contenu desdites métadonnées. Quand bien même la question demeure ouverte, entre indexation libre et normalisation thésauruesque, il est important de se créer une ligne de conduite et de la tenir. Si pour le moment l’indexation par les scientifiques, avec contrôle de la bibliothèque (du Laboratoire Magmas et Volcans et de la bibnum pour Glangeaud, de la bibnum et de la BU Lettres pour EVE), a été choisie, les différents retours de bibliothèques et de la communauté de chercheurs tendent vers une indexation à partir d’un vocabulaire prédéterminé, élaboré par les acteurs scientifiques constitutifs du projet, avec contrôle des métadonnées rentrées, doublée d’une auto-complétion permettant d’aiguiller la recherche.

C’est le cas de Viatimages, la base de données du projet Viaticalpes, ou encore de la bibliothèque numérique de la BIU Cujas.

 Rendez-vous dans quelques mois, après rencontre avec le CRRI, expérimentation de METS et avancement des nouveaux projets de numérisation comme les factums.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (3)

Isola di Caprera, Sardegna, par Ifyouloveme, Flickr, BY-NC-SA

Ma première bougie soufflée au sein du service, la série de l’été revient pour une deuxième saison, dont voici le 4e épisode.

Une réussite

Même si le principal de mes activités, id est la numérisation, m’apporte grande satisfaction, c’est sur un autre point que je souhaite appuyer : les tutoriels vidéo. La bibliothèque numérique n’en est qu’à sa première expérience, et il y a eu des couacs (je parle surtout pour moi), mais il est très réjouissant de voir tous les collègues entraînés dans un même projet. De même, les captures vidéo ont été effectuées dans le service CréaTICE, service de développement des ressources numériques pédagogiques, ce qui a permis de renforcer les liens établis entre nos deux équipes.

Cette expérience donne une corde de plus à l’arc de la bibnum.

Un échec

Difficile à admettre, mais assez évident, l’échec le plus important est de s’apercevoir qu’on n’en finit jamais avec la numérisation, et qu’un an n’a pas suffi à engranger la totalité des connaissances nécessaires pour mener à bien un projet de numérisation. Celle-ci est loin de se limiter au passage sous un scanner sophistiqué de documents papier, mais suppose en amont et en aval une chaîne de traitement, depuis la réflexion sur le contenu que l’on décide de numériser jusqu’à sa conservation pérenne dans des structures adaptées. L’indexation, l’organisation des fichiers, la maîtrise technique, le contrôle permanent, forment les enjeux les plus visibles de la numérisation. Il y a donc encore et toujours du pain sur la planche.

Un projet

La prochaine étape à réaliser demeure l’archivage pérenne de ce qui est produit par la numérisation. Gros défi, d’autant qu’il va falloir articuler le stockage au CRRI (le service informatique du PRES Clermont Université) d’une part, et l’archivage pérenne lui-même (vraisemblablement au CINES, malgré ses prix). Cela demande également de vérifier (revoir ?) l’indexation, la structuration et la gestion des métadonnées et des fichiers numériques.

Archivage numérique : premiers pas

Material in the New Orleans city archives, by ALA TechSource, Flickr (CC-BY-SA 2.0)

L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.

Mais qu’entend-on exactement par archivage ? Il est juste de parler d’archivage pérenne et de le distinguer du stockage et de l’hébergement : le stockage est temporaire, et effectué sur un support lui-même fragile et non pérenne (le temps de terminer la numérisation, et avant mise en ligne par exemple). L’hébergement n’est guère plus permanent : il s’agit de conserver à moyen terme des fichiers qui doivent être localisés précisément, visibles et utilisables.

L’archivage pérenne, quant à lui, cherche à conserver sur le long terme des données, donc cela suppose la possibilité de lire celles-ci malgré l’obsolescence des supports matériels et des formats de fichiers.

Très peu d’institutions procèdent à leur propre archivage pérenne, qui demande de grands moyens, ou alors elles le font de manière très « artisanale » (CD et DVD-Rom stockés dans un coin). L’alternative est le tiers-archivage, id est faire archiver par une structure extérieure qui concentre moyens et compétences dans ce domaine.

Où peut-on archiver ?

Outre des plateformes en ligne, prestataires privés et autre dissémination dans le nuage du web, il existe des établissements publics proposant l’archivage pérenne.

Le CINES est l’établissement référent pour l’enseignement supérieur et la recherche. Il a pour mission de proposer un service de calcul mais surtout d’archiver sur sa plateforme PAC (plateforme d’archivage du CINES). Son avantage principal est sa grande compétence et ses moyens ; l’inconvénient : son prix (6000 € le téraoctet par an, et encore, c’est le prix d’ami pour les établissements dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche).

La BnF développe une offre d’archivage grâce à SPAR (système de préservation et d’archivage réparti). Avantage : cette structure développe les mêmes caractéristiques que la PAC. Inconvénient : elle n’est pas encore disponible ni homologuée par la norme ISO idoine.

Le TGE Adonis propose également une « grille de services », selon leur jargon, pour archiver. C’est le pendant CNRS de SPAR et de la PAC. Inconvénient : les ressources, notamment en termes de personnel, ont été drastiquement restreintes depuis un an.

Quant au CRRI, centre régional de ressources informatiques, il cherche à proposer également un système d’hébergement pérenne localement. Cette solution ne serait vraisemblablement pas une alternative équivalente aux autres, mais un bon moyen d’assurer l’hébergement à moyen terme, entre stockage post-numérisation et archivage définitif.

Tous pour un, un pour tous

L’archivage devient l’affaire de tous à la bibliothèque numérique. Officiellement lancé il y a un mois par un premier point général, le projet d’archivage est en attente de la réponse du CRRI et de sa volonté de nous accompagner dans cette démarche avant de prendre concrètement contact avec le CINES – c’est effectivement l’interlocuteur privilégié pour la BCU, même si ses prix font hésiter.

L’ensemble de l’équipe est impliqué car l’archivage numérique c’est, en vrac : du code, des squelettes de XML, de l’indexation, des transferts et copies de fichiers, un projet, la sélection des briques à archiver (on n’archive pas le produit fini comme par exemple le pdf recherchable d’un texte numérisé et océrisé), soit la nécessaire participation des informaticiens, de la webmestre, du développeur, de la responsable SIGB spécialiste des formats de métadonnées, de l’opératrice du banc de numérisation, …

Lors d’une formation récente à l’Enssib (en formation continue), le retour d’expérience de la bibliothèque inter-universitaire Cujas s’est révélé très intéressant. L’intervention portait sur l’ensemble de la numérisation à la BIU de droit parisienne, mais il a été particulièrement souligné que l’aspect archivage, pris en compte tardivement, avait remis en cause certaines étapes le précédant, et notamment l’indexation avait été revue pour se hisser au niveau d’exigence du CINES. Comme Cujas fait aussi tout en interne, cela laisse présager côté BCU de grands bouleversements par rapport à ce que l’on pratique jusqu’à maintenant.

Polnum : premier bilan automne-hiver 2011-2012

Projet EVE : illustration de la revue Fillette, Domaine public

Après une première saison (volcanique ? rugbystique ? mode ? climatique ? bibliclic ?) à la bibnum, il est temps d’embrasser dans son ensemble les avancées de la politique de numérisation dont je suis chargé.

Une première phase a été menée pour formaliser la politique de numérisation de la BCU, fondée non pas sur ses collections pour constituer une bibliothèque virtuelle en écho – comme c’est souvent le cas pour les bibliothèques possédant un fonds patrimonial important – mais sur la recherche clermontoise. Chaque projet de numérisation est donc développé au sein de projets de recherche et avec les laboratoires et enseignants-chercheurs comme partenaires.

La numérisation devient ainsi un instrument de la valorisation scientifique et participe des services de la BCU proposés aux structures du PRES Clermont Université, et plus largement diffuse les activités de recherche en ligne. C’est un moyen de faire connaître la BCU sur ces nouvelles missions, de l’impliquer dans les évolutions des services et structures qui l’entourent (CRRI, CréaTICE, UFR, laboratoires de recherche au sein de l’UBP notamment) et de collaborer avec des partenaires extérieurs au PRES.

 Quatre projets étaient en cours ou sur le point de commencer lorsque je suis arrivé en juillet 2011. Que sont-ils devenus depuis ?

Les carnets du géologue Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur un site dédié, et le comité de pilotage se réunit régulièrement pour l’enrichir et faire évoluer les contenus et l’ergonomie : d’autres carnets sont en cours de chargement, et des documents du géologue conservés au Muséum Henri-Lecoq, partenaire du projet, vont bientôt les rejoindre après numérisation et indexation (documents photographiques principalement). Dans le même temps, le service de la bibnum réfléchit à un feuilletage plus pratique ainsi qu’à une nouvelle présentation de la vitrine. Le site est dores et déjà moissonné par Isidore, et bientôt sera visible dans Gallica.

 Le projet EVE entre dans une nouvelle phase : le site internet, produit par un prestataire extérieur, rejoint en mars prochain les serveurs de la BCU, et de nouvelles modifications seront effectuées avant de le rendre visible en ligne. Toutes les collections sauf une sont numérisées, indexées, scénarisées pour les contenus pédagogiques, et chargées sur le site. L’objectif est de réunir toutes les personnes impliquées dès réception du site afin de déterminer les modifications et évolutions à apporter à celui-ci, ainsi que le calendrier y afférant, puis de le rendre rapidement accessible au plus grand nombre en l’exposant visiblement sur internet.

 ThinkMotion est achevé pour la phase de numérisation des collections concernant la BCU, soit une quinzaine de documents. Un bilan est effectué régulièrement avec l’IFMA, une réunion d’étape aura lieu ensemble avec les partenaires européens à Aachen fin mars. La BCU attend les documents de l’ISTEA pour les numériser et les transmettre à l’IFMA. Par ailleurs, elle réfléchit à utiliser ce matériau comme tremplin pour un projet autour de la mécanique agricole, projet qui serait porté par des laboratoires clermontois de la MSH.

 La numérisation des herbiers de l’Institut des herbiers de Clermont-Ferrand a débuté fin janvier et pris son rythme de croisière. Actuellement, deux herbiers ont été numérisés : chacun comportait deux presses – cartons rassemblant plusieurs parts, c’est-à-dire les feuillets sur lesquels sont collées les plantes et leurs descriptions – de taille variable, le premier herbier étant composé de 325 parts, le second de 463 parts. Ce sont donc près de 800 parts qui ont été numérisées en 4 semaines. Un nouvel herbier vient d’arriver, qui compte une vingtaine de presses. Voilà du travail en perspective, qu’il faut transformer en vrai projet scientifique – les herbiers constituent en effet une entorse à la règle du 1 projet de numérisation = 1 projet de recherche, justifié en partie dans la mesure où l’institut qui les conserve est un département du PRES tout comme la BCU ; il s’agit donc d’un soutien apporté à un partenaire de facto.

Quels sont les projets en gestation, et les nouveaux défis ?

Côté projets : de plus en plus de laboratoires, d’enseignants-chercheurs et de structures qui entendent parler de numérisation se tournent vers la BCU, ce qui entraîne une certaine effervescence dans les projets, effervescence liée aussi à l’explosion des programmes/axes de recherche dans un contexte de quantification exponentielle et de productivité réclamée aux chercheurs. Pour n’égrener que les plus représentatifs, en les classant du plus imminent au plus hypothétique, on peut citer : l’atlas minéralogique de Lavoisier possédé par le Muséum Henri-Lecoq qui souhaite le mettre en valeur sur une borne interactive dans ses nouveaux espaces de collections permanentes, la numérisation de la revue Siècles du laboratoire du CHEC (MSH) avec océrisation puis édition en ligne, les factums de la cour d’appel de Riom, projet de recherche sur ces mémoires de juristes du XIXe siècle conservés au tribunal où ils ont été déposés, un projet ANR Corpus sur la création d’un corpus numérisé autour des éditions allemandes et françaises des contes de Grimm dont c’est cette année le bicentenaire de la première édition (résultat sur l’acceptation du dossier par l’ANR au printemps prochain), un projet sur l’histoire de la mécanique agricole avec les historiens du CHEC (MSH) et éventuellement d’autres partenaires comme la MSH de Caen, la réalisation d’un portail sur Blaise Pascal et Port-Royal, l’accompagnement d’un programme de recherche de la MSH transdisciplinaire sur la représentation de l’Auvergne dans la cartographie ancienne et l’iconographie, intitulé Opus/Locus, et un partenariat entre institutions qui promeuvent la danse et la recherche sur la danse.

Côté défis :

  • il faut articuler le calendrier 2012, et prévoir déjà 2013, ce qui relève de la gageure puisque les projets subissent des aléas parfois conséquents dans leur avancement et leur organisation. Une première mouture de calendrier, après l’expérience des deux premiers mois de 2012, est présentée à tous les responsables de services cette semaine, avec l’idée qu’il demeurera une trame flexible donnant une direction et des objectifs optimistes à atteindre ;

  • l’archivage et l’indexation des métadonnées. Là, c’est plus compliqué. Il s’agit de penser à la conservation des fichiers et données numériques issus des projets de numérisation. Cela suppose de prendre en compte deux paramètres : d’une part l’évolution des supports sur lesquels sont archivées les données, d’autre part l’obsolescence des formats de ces données mêmes.

    A ma connaissance, tous les types d’archivage sont envisagés selon les moyens des établissements : à la BU de Rennes 2, l’archivage consiste principalement en la sauvegarde multiple sur support disque dur externe, donc surtout maintien du support. A la BnF, avec laquelle je suis en contact notamment grâce à Sébastien Peyrard, tout un service est consacré à l’archivage et à l’élaboration d’un système « maison » dit SPAR, qui utilise notamment les méta-formats METSet PREMIS. Me penchant un peu plus sur les méta-formats METS et PREMIS, je m’aperçois que la complexité, lorsqu’on est tout seul sur le sujet, n’est pas tant la compréhension de leur fonctionnement que leur mise en œuvre. En effet, la création de fichiers type METS, qui structurent en les englobant toutes les métadonnées et les fichiers d’un même objet numérique, suppose une spécialisation que même les informaticiens des différents services que j’ai pu interroger à Clermont-Ferrand ne maîtrisent pas forcément.

Encore de délicieux moments en perspective…

Think Motion : le point sur un projet de numérisation

Mécanisme, par El Fausto, reprise sur le site du CRDP d’Alsace (CC-BY-NC-SA)

Think Motion, quezaco ?

La BCU s’implique depuis maintenant un an et demi dans un projet de bibliothèque numérique européenne sur la mécanique. Cette initiative, portée par cinq pays (Allemagne, France, Espagne, Italie, Roumanie) et six partenaires (universités de Bilbao, Illmenau, Aachen, Timisoara, Cassino et l’Institut français de mécanique avancée-IFMA pour la France). Il s’agit de créer une banque du savoir sur les mécanismes qui serait multi-supports et s’enrichirait de façon pérenne de documents numérisés et nativement numériques. Chaque mécanisme sera ainsi illustré historiquement et analysé sous toutes les coutures, reproduit avec les techniques contemporaines (3D, animation, vidéo, …) et adapté à de nouvelles utilisations. Enfin ça, c’est le rêve à atteindre.

Qui ?

C’est l’Ifma qui coordonne la contribution française au projet en rassemblant et en pilotant les apports et les collections d’institutions diverses (musées, bibliothèques, archives, instituts de recherche). La BCU apporte une aide en soutien à la numérisation, notamment de ses collections sélectionnées pour le projet, et pour la recherche de partenariats avec d’autres bibliothèques ayant développé des bibliothèques numériques incorporant la thématique mécanique. Par contre, c’est l’Ifma qui centralise l’indexation, le chargement du document numérisé dans la base commune du projet et les post-traitements éventuels (océrisation, retouches d’image…).

Comment ?

Cette bibliothèque numérique, prévue à l’origine comme ne provenant que des partenaires allemands (Illmenau et Aachen), a vu sa destination devenir plus ambitieuse. Le caractère européen s’est peu à peu dessiné lorsque ce projet s’est étoffé et a impliqué de plus en plus de partenaires. L’objectif est désormais d’apparaître dans Europeana au terme des trois ans du programme subventionné par l’Europe.

Mecanism design by Spread shirt

Spécificités du projet

L’aspect pédagogique du corpus ainsi constitué – faire travailler les étudiants sur des développements possibles de mécanismes en leur faisant créer des vidéos et animations 3D par exemple – est indéniable.

Côté technique et coordination, la logistique déployée est importante et assez lourde. L’homogénéisation des pratiques et processus de numérisation, avec post-traitement à la clé, est indispensable mais difficile à coordonner. Et d’autant plus lorsque cette coordination se fait à double échelle :

  • au niveau du projet global, ce sont les partenaires allemands qui s’en chargent, mais les dimensions multipartites n’ont pas toutes été intégrées dans la base de données, entre autres parce que le projet de départ n’était prévu qu’à l’échelle germanique (problème de champ de provenance des documents et de créateur de la source numérique dans les métadonnées par exemple : logique, puisque les documents devaient, à l’origine, venir de la même BU) ;

  • au niveau local ensuite (dans chaque pays), où la diversité des partenaires possédant les collections sélectionnées renforce la difficulté de traitement.

 Le bilan de la première phase n’est toutefois pas négatif et les problèmes se résolvent peu à peu. La mécanique du projet est désormais rodée.

Et la BCU dans tout ça ?

Ce projet permet à la BCU d’élaborer quelques principes solides quant à sa politique de numérisation et de production scientifique, et notamment d’affirmer sa volonté de lier chaque projet à un axe de recherche et un groupe de scientifiques de Clermont-Ferrand. La bibliothèque de production, dont dépendent les projets de numérisation, se veut ainsi un instrument pour la recherche tout autant qu’un outil de valorisation scientifique de la recherche et un vecteur de sa diffusion.

On peut également constater que ThinkMotion a permis un premier partenariat avec un des membres du PRES Clermont Université, l’Ifma, et un contact sympathique avec l’équipe de l’Ifma, contact que l’on espère pérenniser.

Enfin, ce projet peut servir de tremplin à une autre initiative sur le machinisme agricole, qui s’inspirera de son grand frère.

ANGD 2011 : de retour d’Aussois.

J’ai participé à la formation,  intitulée Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales organisée par le TGE Adonis, qui s’est tenue au Centre Paul Langevin d’Aussois,  du 10 au 14 Octobre 2011.
Une semaine de formation intensive et intense, dont j’aimerais faire le compte-rendu exhaustif.  Mais ce serait trop long. Je me contenterai donc de restituer les grandes lignes ce cette formation, que les organisateurs ont intitulée avec des verbes d’action, les six verbes d’un projet de gestion numérique des sources en SHS : décider, organiser, numériser, structurer, exploiter, diffuser.
Pour commencer, revenons aux fondamentaux. Qu’est-ce qu’une source de la recherche en SHS ? Ce peut être une infinité de choses : un manuscrit, une charte, un tract, une photographie, un dessin d’enfant, une carte géographique, un entretien filmé, une voix enregistrée, un agenda, une lettre, un carnet de terrain, un conte de fées. Toutes ces choses, précieuses ou triviales, constituent autant de matériaux, de données brutes de la recherche en SHS. Oui, mais qu’est-ce qu’on en fait ?  Comment exploiter ces sources dans le cadre d’un projet scientifique ? Comment les mettre à disposition, en ligne, pour que des chercheurs travaillent ces matériaux, à la source de publications nouvelles ? Et comment mettre en regard ces publications nouvelles avec les sources qui les ont constituées en leur fondement scientifique ? Ce sont ces questions que les humanités numériques, les digital humanities explorent, en produisant de nouveaux types de publications numériques, où les sources, les matériaux primaires, secondaires ou tertiaires sont reliées, hyperliées, aux oeuvres scientifiques, fidèle à l’exigence première d’administration directe de la preuve. Le tableau qu’a brossé Marin Dacos de ces nouveaux types d’édition en ligne, au cœur des digital humanities, donne une idée océanique des possibilités qui s’offrent pour les nouveaux passeurs de savoir en ligne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte qu’il dirige se situe à la croisée de ces chemins. Ce stage, dans son ensemble, nous a permis de construire, en une semaine, un projet de gestion numérique des sources de la recherche, à partir d’un cas d’école. Lequel ? Je ne peux pas le dire, mais il vous suffira d’imaginer un exemple concret de sources à exploiter. A partir de là, il nous faut décider quel projet numérique et scientifique mettre en place à partir de ces sources. Décider, c’est trancher, orchestrer, se donner des objectifs, des délais, des moyens, travailler en mode projet, coordonner une équipe, accepter de prendre des risques, se lancer dans une aventure collective pour aboutir à la réalisation du projet, au delà de la mise en ligne, vers une exploitation scientifique des sources numérisées, comme Richard Walter l’a montré dans sa présentation.
Tout cela est possible si on s’organise, délègue, planifie les étapes. Le maître d’ouvrages (MOA) peut faire appel au maître d’oeuvre (MOE). Diverses méthodes d’organisation, pour veiller à la réalisation des tâches à accomplir dans les meilleurs délais, ont été approchées, comme autant de balises et de méthodes pour réussir son projet.
Puis vient le temps de numériser. La présentation de Michel Jacobson des archives de France a apporté un éclairage nouveau sur la numérisation des sons. On est passé ensuite à la pratique en numérisant les supports papier de nos sources.
L’analyse de la structuration du contenu est nécessaire pour transformer la source en matériau de la recherche. L’introduction à la Text Encoding for Interchange (TEI) a été présentée par Lou Burnard himself qui a cofondé ce format de balisage en XML en 1987 pour « faciliter l’échange, la création et l’intégration de ressources informatisées ». La TEI, c’est un outil du chercheur, qui lui permettra d’analyser un texte selon ses problématiques d’étude. Si l’encodage d’un texte nécessite la connaissance des balises du format XML, on aurait tord de confier cette tâche à un informaticien extérieur au projet de recherche, car la structuration du contenu fait parti intégrante de l’analyse. Après cette introduction, ce fut à nous stagiaires de dégager la structure de nos sources, afin d’en baliser l’analyse.
Une fois la source balisée, il faut être capable de l’exploiter, de l’interroger, de « faire parler les données du corpus », d’en extraire du sens. Les outils d’interrogation du balisage XML ont été présentés avec clarté par Denise Ogilvie, des Archives Nationales, et Anaïs Wion, du CEMAf, un laboratoire du CNRS.
Pour en citer quelques uns, les plus utilisés, Xpath, un langage pour formuler des questions en interrogeant l’arborescence d’un document formaté en XML; XSLT, pour transformer les arborescences XML dans un autre langage, HTML par exemple, et exprimer des requêtes; Xquery enfin, le langage d’interrogation des documents structurés en XML défini par le W3C, pour extraire des information des documents XML.
Une fois que nos sources ont été numérisées, structurées, exploitées, reste à les diffuser en ligne et assurer la promotion du projet scientifique qu’elles desservent. Il faut alors penser en terme d’écologie numérique au service de la science : Accessibilité, ergonomie, pérennité, citabilité, interopérabilité sont les cinq mots du web pour Jean-François Rivière. Mettre en ligne, oui, à condition de respecter les droits d’auteur. La présentation des questions juridiques liées aux bibliothèques numérique et aux corpus en ligne de Lionel Morel de la BNF a comblé l’assistance qui ne tarissait pas de questions. Gaëlle Hallair, une autre stagiaire, a écrit un billet sur son intervention.
Cet ANGD 2011, oui j’ai oublié de dire qu’il s’agissait d’une Action Nationale à Gestion Déconcentrée, mais l’année prochaine, ce sera une Action Nationale de Formation, nous a permis de bénéficier aussi des retours d’expériences des stagiaires. J’ai pu y présenter notre projet de site Internet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud.
Et rien de tel qu’une randonnée à mi-stage pour prendre de la hauteur.

Montagne pelée Flickr licence Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0) par Jean et Nathalie

Ah ! Et puis, non, je ne peux pas conclure ce billet sans parler des rencontres, de la convivialité, de toutes ces professionnels rencontrés porteurs de projets passionnants.

Après la poldoc, la polnum

Détail d’herbier – Institut des herbiers interuniversitaires de Clermont-Ferrand – BCU – Domaine public

En janvier 2011, la BCU a acquis un numériseur Zeutschel et s’est lancée dans des projets de numérisation. Pourquoi ? Parce que la BCU s’inscrit dans un mouvement de production de connaissances scientifiques, et que la numérisation y participe au même titre que les archives ouvertes par exemple. Parce que les collections de la BCU méritent d’être mises en valeur et diffusées largement. Parce que la BCU entend multiplier les liens avec les autres services et membres des deux universités clermontoises, ainsi qu’avec ses partenaires du PRES et des autres institutions culturelles.

Partant de ces postulats, les projets de numérisation se divisent grosso modo en deux catégories :

→ la numérisation de collections patrimoniales appartenant à la BCU ;

→ la numérisation dans le cadre de projets de recherche en partenariat avec les laboratoires du PRES Clermont Université et les structures culturelles locales.

C’est la combinaison des premiers projets avec un bilan de l’existant patrimonial (en cours d’analyse) qui permet de dégager des thématiques et axes potentiels de recherche proposés par la BCU elle-même, en même temps que la numérisation s’intégre dans les projets des chercheurs. Il y a donc à la fois prospection dans les collections et auprès des enseignants chercheurs.

Les premiers projets se sont fondés sur des projets de recherche et des partenariats extérieurs à la BCU : EVE Enfance-Violence-Exil avec un laboratoire de la Maison des Sciences de l’Homme, le projet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud avec le laboratoire Magmas et Volcans et le muséum Henri-Lecoq, ThinkMotion avec l’Institut français de mécanique avancée dans le cadre d’un projet européen de mécanique destiné à être versé dans Europeana, et les herbiers de l’Institut interuniversitaire des herbiers de Clermont-Ferrand. Grâce à ces partenariats, les projets intègrent dans leurs corpus numérisés des collections extérieures à la BCU, permettant à celle-ci de s’enrichir virtuellement. D’autres billets viendront se pencher sur chacun d’eux plus précisément.

L’implication de la BCU dépend de chaque projet et de sa portée : elle conseille simplement sur ses domaines de compétences, elle numérise, mais elle peut aussi participer pleinement aux décisions portant sur la sélection des documents et l’indexation, ou elle s’implique jusqu’à réaliser le site en ligne du projet.

La difficulté réside dans l’articulation de la numérisation proprement dite et des phases amont et aval : préparation du projet (contenu scientifique, calendrier prévisionnel, budget, sélection et conditionnement des collections) et traitement a posteriori (indexation, modifications de fichiers, questions d’hébergement et d’archivage, diffusion avec mise en place des outils idoines). C’est que numériser consomme peu de temps en regard du travail et de la réflexion menés avant et après le passage sur le banc de numérisation. Il est donc prévu de mener simultanément des projets au long cours, tels que la numérisation des herbiers ou du fonds de littérature jeunesse, et des projets ponctuels en lien avec la recherche universitaire.

La BCU veut que les projets accèdent à une visibilité maximale. Pour cela, ils seront doublement exposés en ligne : via le portail de la BCU dans les ressources numériques, et via les partenaires des projets – en plus de leur description dans NUMES et leur moissonnage par ISIDORE, pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales.

La bibliothèque participe au projet de recherche Enfance Violence Exil

"Les enfants jouent au village" Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.
« Les enfants jouent au village » Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.

EVE : la première…le premier

Enfance Violence Exil (EVE) est un projet de recherche dont l’objectif est l’exploitation scientifique et la valorisation de collections concernant l’expérience enfantine de la guerre et ses conséquences de 1914 à nos jours. C’est le premier projet de recherche auquel la bibliothèque participe.

Initié par le CELIS (Centre de recherche sur les littérature et la Sociopoétique), laboratoire de l’Université Blaise Pascal, EVE est un projet soutenu par l’ANR dont l’approche est interdisciplinaire puisqu’elle associe des historiens, des littéraires, des linguistes… et même des bibliothécaires ! Eve réunit de nombreux partenaires dont d’autres universités (françaises et étrangères), des associations et différents services de l’université dont la bibliothèque et CreaTICE

Des collections très diversifiées forment le corpus des différents travaux menés dans le cadre d’EVE :

  • Des dessins d’enfants collectés au cours des conflits : première guerre mondiale (dessins des enfants de Montmartre), guerre d’Espagne (la collection réunie par Françoise et Alfred Brauner est à l’origine du projet), seconde guerre mondiale, autres conflits du 20e siècle (dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde)
  • Des témoignages
  • Des illustrations de revues ou de bandes dessinées pour la jeunesse
  • Des journaux scolaires ou collectifs
  • Des récits autobiographiques…
"Pour la victoire". Dessin des enfants de Montmartre
« Pour la victoire ». Dessin des enfants de Montmartre.
Rébus, revue Fillette 1919
Rébus, revue Fillette 1919.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l'association Enfants Réfugiés du Monde.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l’association Enfants Réfugiés du Monde.

Ces sources et les travaux les accompagnant doivent être mis en valeur sur un site web EVE (en construction)  et au travers de colloques et expositions organisés pendant toute la durée du projet (2010-2013).

Au moment où le projet EVE voyait le jour, l’Université Blaise Pascal venait d’accepter le don de Michel et Jean Bastaire : quelques milliers d’ouvrages de littérature populaire et de jeunesse du début du 20 siècle conservés à la bibliothèque universitaire de lettres. Le lien entre la bibliothèque et le projet EVE était fait.

La participation de la bibliothèque dépasse en réalité largement la proposition initiale. Voici quelques exemples du rôle que mes collègues et moi même avons pu jouer :

  • Nous avons réfléchi sur la description des ressources en vue de leur intégration dans le site Web et proposé l’adoption d’un schéma des métadonnées en Dublin Core.
  • Nous avons participé à la réflexion autour de l’élaboration du site Web (arborescence, navigation, graphisme). La réalisation de ce site a été confiée à un prestataire extérieur.
  • Nous avons proposé une organisation pour la collecte des sources et élaboré un circuit des documents en vue de leur intégration dans le site.
  • Nous avons numérisé plusieurs collections de dessins : dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde, dessins d’enfants de Ramallah, revues issues du fonds Bastaire.
  • Nous avons aussi pris part à la partie valorisation de la production scientifique du projet EVE en créant une collection spécifique dans HAL (EVE HAL)
  • Enfin, un de nos collègues est membre du comité de pilotage scientifique pour le colloque et l’exposition à l’Unesco prévus en décembre 2011.

Après une phase de spécifications, d’organisation et de développement du site, nous entrons maintenant dans la phase d’alimentation avec les documents composant les différentes collections.

Outre le caractère passionnant de la thématique d’EVE, la participation de la bibliothèque a été riche en enseignements

  • sur le rôle mobilisateur de ce type de  projet qui associe de multiples intervenants de profils très diversifiés (au sein de la bibliothèque numérique, des autres bibliothèques du site, de l’université …)
  • sur la description des documents (quel format de métadonnées ?) ce qui sera mis à profit pour la mise en ligne de nos propres documents.
  • sur l’expérimentation de quelques outils  pour les chercheurs
  • sur l’importance du travail de spécification des besoins en amont

Une expérience stimulante et instructive qui montre un élargissement du rôle de la bibliothèque dans le soutien à la recherche.

Souhaitons une longue lignée à EVE.