Abolir l’urgence

Hare and Tortoise, par Wallrig (publié sur FlickR sous licence Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification)
Hare and Tortoise, par Wallrig (publié sur FlickR sous licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

L’été et la lourde chaleur enfin installée auraient pu m’inspirer ce titre. Mais alors il souffrirait d’une contradiction interne, en répondant à l’impératif de l’instant, car il est urgent, par 30°, d’éviter de se presser.

Mais justement, abolir l’urgence ne peut résulter que d’une réflexion mûrie, donc lente. En l’occurrence, c’est l’enseignement qui me reste d’une année entière nourrie de lectures et d’expérimentations, sur l’art de conduire le travail d’autrui et le mien propre.

L’exercice de la responsabilité est souvent qualifié par ceux qui le pratiquent et l’enseignent comme un art. Manière de souligner l’engagement personnel qu’il implique et l’impossibilité de le réduire à des axiomes ou à des procédures. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne puisse l’apprendre ; c’est ce que j’ai cherché à faire cette année, y compris en passant du temps à lire sur le sujet. Sur la bonne douzaine de livres que j’ai parcourus ou lus, deux sont, je crois, à conseiller sans retenue à qui se mêle d’encadrer le travail d’autrui. Le premier traite de communication non-violente1. Son approche, utile à toute personne soucieuse de saines relations avec ses semblables, est particulièrement adaptée pour un individu imparfait qui aurait à exercer une forme quelconque d’autorité sur des personnes elles-mêmes non exemptes de défauts2, car cet exercice nous confronte, plus rapidement que tout autre, à nos limites et à celles d’autrui.
L’autre ouvrage est celui qui a inspiré le titre de ce billet ; c’est à la fois un best-seller3 et un classique du management : Il s’agit du manuel de Stephen Covey, Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent (en anglais :  The seven habits of effective people).

La question de l’urgence est au cœur de la « troisième habitude » (priorité aux priorités, first things first) de S. Covey. Son idée est que par définition, l’urgence empêche de bien travailler, que le temps qu’elle prend est sans proportion avec le profit que l’on tire de s’y consacrer, et qu’au fond la hâte et l’urgence ne produisent rien d’autre qu’elles-mêmes. Les résultats auxquels nous aspirons réellement ne peuvent être produits dans l’instant, mais seulement par un effort prolongé, planifié et patient. De deux besognes qui se présentent à nous, mieux vaut en général, suggère Covey, délaisser celle qui s’impose par son urgence, pour se consacrer à celle que depuis longtemps nous jugeons importante, et à laquelle nous avions prévu de nous consacrer.

Le dilemme quotidien entre les dossiers de fonds auxquels j’ai prévu de travailler et l’empilement des courriels dans ma boîte est la meilleure illustration de cette problématique.  Le numérique, avec l’illusion d’immédiateté qu’il colporte, a offert un prétexte nouveau à cette vieille faille humaine, notre goût du court terme, de la distraction et de la gratification immédiate (un courriel de traité !). Mais les projets numériques sont comme les autres : ils demandent temps, effort et travail. Un nouveau site web ? Six mois à un an au moins. Un nouveau catalogue en ligne ? Douze à dix-huit mois. Un nouveau mode d’organisation de la maintenance informatique ? Au moins deux ans (nous avons commencé il y a dix-huit mois et ce n’est pas fini, tant s’en faut). Et ce sont là des projets à court terme, dont on peut entrevoir l’aboutissement au moment où on les entreprend, mais qui portent de toutes façons sur des outils de travail ou des organisations éphémères. Si l’on pense à des projets d’envergure (un SIGB mutualisé, une nouvelle bibliothèque…), l’échelle de temps s’allonge au-delà de notre vision individuelle, et il devient d’autant plus important de planifier indépendamment des urgences.

Au-delà de mon horizon fort limité de responsable d’un service dans une bibliothèque universitaire, je vois d’ailleurs avec d’intérêt s’éveiller, dans le monde scientifique, une méfiance et une réticence assez semblables face à l’urgence. Le courant slow science me semble relever de cette attitude, en postulant qu’une « recherche sérieuse impose souvent l’exploration méticuleuse d’innombrables culs-de-sac», comme le relève Olivier Gosselain dans un billet qu’il consacre à ce thème (« Slow Science, la désexcellence« ). Ce que le manifeste de la slow science résume par l’adage « Bear with us, while we think ». Un tel courant cherche ainsi à recentrer le travail scientifique sur l’important, le qualitatif, le long terme. Ce qui implique, et j’imagine que c’est difficile, de ne pas trop sacrifier au publish or perish, à la publication à la découpe, au culte de l’Impact factor et au concours de la plus longue liste de publications de l’année4.

Si vous n’aviez pas d’idée de lecture pour cet été, emportez donc Covey et Rosenberg. Le temps que vous y passerez ne sera pas perdu.

Slow is the fastest way to get things done well, par Mickael Pollack (publié sur FlickR sous licence Cretive Commons, Paternité)
Slow is the fastest way to get things right, par Mickael Pollack (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Paternité)

 

  1. Marshall Rosenberg,  Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs). Introduction à la communication non violente, Paris, éd. La Découverte, 2005; traduction de Non violent communication : A language of life, PuddleDancer Press, 2003 — à noter : ne vous laissez pas rebuter par la première de couverture, délicieusement kitsch []
  2. Bien entendu, cette situation difficile est théorique et ne s’applique en rien à mon propre service ni à aucune des organisations que je connais. []
  3. Mais je l’ai lu quand même parce qu’il faut savoir surmonter ses préjugés et qu’il m’a été recommandé par un professionnel de confiance []
  4. En ligne de mire, écrit Olivier Gosselain, la course folle qui nous conduit à sacrifier la réflexion sur l’autel de délais toujours plus courts – appels à projets, demandes de financement, publications, communications – ou l’inquiétude qui nous saisit lorsque nous voyons s’élever la pile des nouvelles publications sur le bureau d’un collègue []

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (9)

Clore cette série est un honneur, et c’est aussi une manière d’amorcer l’année 2012-2013. Car tel le petit schoolbus de Williamsburg, la bibnum reprend le chemin de l’école pour une nouvelle année d’apprentissage et de travail, avec des récréations dedans.

Williamsburg Bridge : schoolbus, par Doc(q)man. Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale.
Williamsburg Bridge : schoolbus, par Doc(q)man. Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale. 

 

 

 

Un succès ? Si j’avais une raison particulière de trouver l’année dernière réussie, ce serait sans doute la nouvelle version du site web. La version modernisée du site représente l’aboutissement d’une belle année de travail :

  • le recrutement par Camille d’une équipe de stagiaires, et sa décision d’adopter la méthode des « tests utilisateurs » dont vous avez eu des échos ;
  • un beau travail de synthèse desdits stagiaires à l’issue de longues heures d’entretien ;
  • un ou deux ateliers en équipe pour discuter de l’agencement des rubriques et des améliorations ergonomiques à la lumière des préconisations du rapport ; une réunion de validation par les responsables des services ;
  • quelques discussions enfiévrées autour du café sur les mérites comparés du bleu et du vert, de la photo surexposée ou dégradée, du carrousel vertical ou horizontal et du retour à la page d’accueil par clic sur le logo ou sur le pictogramme « maison ».

Au total le site dans sa nouvelle version me paraît bien plus réussi que dans l’ancienne, lequel était déjà un progrès significatif par rapport au portail antérieur. Mais il y a une autre raison de se réjouir de ce chantier : il n’y a pas un membre du service qui n’ait pas eu son grain de sel à mettre dans une rubrique ou l’autre, pas un qui n’ait été sommé de donner son avis dans quelque douloureuse et indécidable controverse sur la taille d’une police ou le charme de l’effet gloss sur les boutons web, bref, tout le monde y a mis du sien.

Un regret ? (une interview presque véridique du responsable de la bibnum [R.] par lui-même [L.-M.])

R. :  Eh bien, si j’avais un regret, je crois que ce serait le regret d’une impression.
L.-M. : Vous voulez dire : l’impression d’un regret ?
R. : Non non, j’ai bien dit le regret d’une impression. Le regret, en fait, de n’avoir pu venir à bout de l’impression.
L.-M. : L’impression de quoi ?
R. : L’impression comme acte d’imprimer.
L.-M. : Ah, vous avez un problème d’impression ?
R. : Oui, et je vous assure que j’ai plus que l’impression d’un problème.

Je crois que le roman feuilleton de la « solution d’impression« , solution qui à ce jour ne mérite pas encore son nom, fera l’objet d’un prochain billet plein de fiel et d’autodérision. J’espère – je  ne suis pas encore fixé sur ce point – qu’il ne méritera pas une série ! Mais il s’est produit cette chose incroyable, qu’un problème pratique et ultra-simple dans sa formulation – permettre aux lecteurs d’imprimer des documents dans toutes les bibliothèques du réseau – a mobilisé l’attention d’au moins quatre membres du service depuis pratiquement un an, sans avoir à ce jour débouché sur une solution satisfaisante. Je ne sais pas bien si je regrette d’avoir décidé d’affronter ce problème ou de n’en être pas encore venu à bout, mais à coup sûr je regrette, oui, je le regrette…

Un projet ?

Dans un registre collectif toujours, cette année sera consacrée à l’unification et à l’amélioration des services en tous genres : politiques de prêt, OPAC, réservations, renseignements en ligne, tout cela devrait, à la rentrée prochaine, être plus cohérent, plus simple, plus accessible pour les lecteurs, et surtout accessible pour tous les lecteurs dans quelque bibliothèque qu’ils se trouvent. Si nous parvenons à cela, nous serons nombreux à avoir des raisons d’être fiers, car ce sont pratiquement tous les collègues de toutes les BU qui sont concernés.

En attendant, il faut que je me repenche sur ce petit problème d’impression.

Williamsburg Bridge, par Philip Schiedel (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale)
Williamsburg Bridge, par Philip Schiedel (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale) 

Allez, en selle…

Série de l’été : Un succès, un regret, un projet (8)

L’été s’achève mais mais c’est déjà une nouvelle année (universitaire) qui commence, aussi je serais bref car le temps me manque hélas pour me perdre en vaines digressions…

Un succès… sans conteste possible, c’est la mise en place d’un serveur DHCP. Je n’aurais pas cru possible que la mise en place et la configuration d’une machine au demeurant fort simple en quelques trente minutes chrono puisse apporter une telle souplesse et une telle lisibilité dans le plan d’adressage de la BCU. Effort minimal, efficacité maximale, ce pourrait bien être ma devise !

Un regret… parmi d’autres ! En fait je n’ai pas de regrets, en tant que tels. L’insatisfaction est une source importante de motivation, et partant, de projets visant à la réduire. Cependant il est vrai que je déplore la perte, regrettable s’il en est, d’une belle quantité de données et quelques serveurs dans le crash d’une baie de disques au début de cette période estivale… Un regret donc, celui de n’avoir pas mis en place une solution de sauvegarde plus globale.opensource

Un projet… c’est bien peu eu égard au nombre d’idées qui ne manque de se faire jour quotidiennement. Faire face aux problèmes, apporter de nouveaux services, les objectifs ne manqueront jamais. Alors pour n’en citer qu’un, je dirais qu’il me tient à cœur de remplacer l’actuel serveur de groupe de travail par une infrastructure open-source pleinement intégrée au domaine universitaire : obtention et gestion des comptes utilisateurs via un annuaire LDAP, mise en place d’un serveur DNS de sous-zône, gestion de l’intégralité du plan d’adressage par DHCP, contrôleur de domaine Samba pour les partages des groupes de travail et des utilisateurs… Du pain sur la planche en perspective !

Bien sûr il y a eu heureusement d’autres succès, hélas d’autres regrets et naturellement d’autres projets… mais il y aura de nouveaux étés pour en parler.

Série de l’été : Un succès, un regret, un projet (7)

A l’instar de mes collègues, j’apporte ma contribution à la saga de cet été en relatant mes impressions sur cette année écoulée.

Un succès…Il n’est certes pas aisé de changer de service après avoir été 20 ans à la disposition du lecteur, mais je pense m’en être sortie sans trop de problème, et ceci pour moi est un vrai succès personnel. De plus contribuer au développement de la bibliothèque numérique de Clermont-Ferrand me permet d’apporter ma propre pierre à cet édifice, à mon niveau.

Le service numérisation demande des compétences qui m’étaient totalement étrangères, cependant j’ai su m’adapter rapidement et acquérir ces compétences qui me manquaient afin d’être autonome le plus rapidement possible.

Un regret…J’aurais pu acquérir plus rapidement cette autonomie à l’aide d’une formation basée sur la numérisation en amont. Pour plusieurs problèmes, il n’a pas été possible de me dispenser cette formation et je me suis retrouvée plongée corps et âme dans un nouvel univers que je ne connaissais guère.

Un projet …Pour les temps qui viennent je souhaiterais approfondir mes connaissances sur la numérisation et être plus à l’aise dans les démonstrations du banc de numérisation.

En finalité, je suis satisfaite d’avoir atteint mon objectif personnel en m’intégrant avec succès dans ce nouveau service que ce soit sur le plan humain ou sur le plan professionnel.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (6)

Pure Morning, de Brice Foto (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage dans les conditions initiales)
Pure Morning, de Brice Foto (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, partage dans les conditions initiales)

Une interview exclusive de Karine Vazeille par Olivier Legendre

OL : Madame Vazeille, vous êtes très prise, merci de m’avoir accordé ces quelques instants. Bon allons tout droit au fait, votre contribution à la série de l’été. Un succès ?
KV : J’ai aimé tout ce que j’ai fait… mais l’exposition Céramiques vivantes sortait quand même du lot. Techniquement, c’était satisfaisant, et le jumelage entre l’exposition virtuelle et l’exposition physique était réussi.

Un regret ?
KV : Non, rien de rien, non, je ne regrette rien (rires). Rien à faire, j’ai beau chercher, je ne trouve rien de négatif. J’adore mes collègues, j’adore mon lieu de travail, je fais partie d’une équipe extraordinaire [note à censurer au montage : l’intervieweur note que l’interviewée ne dit rien sur son chef].

Un projet ?
KV : l’agenda est bien chargé, et il y a quelque chose de particulier qui nous attend cet automne : la réalisation de films introductifs pour des vidéos destinées à la formation. Story board, tournage, montage, tout ça devrait nous procurer quelques bons souvenirs, et sans doute aussi quelques émotions.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (5)

Un des succès de l’année écoulée fut la mise en place et l’amélioration de la collection HAL de l’Université Blaise Pascal. Tous les laboratoires de l’Université Blaise Pascal ont désormais leur collection spécifique. Des formations ont été dispensées, en coordination avec les référents HAL des labos. Ces formations ont été très bénéfiques, et dans certains labos, elles ont amorcé un changement de politique, en matière de diffusion des publications en ligne. Par exemple au laboratoire ACTé, où, à partir de janvier 2013, les listes de publications des membres sur le site web du labo seront directement extraites de l’archive ouverte HAL. La collection HAL de l’UBP comprend aujourd’hui 2252 articles en texte intégral, et 8890 notices. Soit une progression des dépôts de 20% depuis le moment où j’écrivais ce billet. Le déséquilibre entre les articles en texte intégral et les notices tend à se résorber. Mais il reste encore du travail à accomplir pour que HAL devienne l’outil incontournable de diffusion de l’Information Scientifique et Technique à l’Université Blaise Pascal. Continuer les formations dans tous les labos, désigner des référents HAL dans les labos qui n’en ont pas encore. Nous avons commencé à participer à l’amélioration de la plate-forme au niveau national, mais il nous faut aussi envisager l’amélioration des outils de gestion des publications en interne. Pour l’instant, c’est la collection que nous avons plébiscitée, plus souple et plus adaptée aux usages des chercheurs. Mais il nous faudra peut-être envisager à plus long terme de recourir au portail, qui permet d’avoir la main sur le référentiel. Et quid de HAL à l’Université d’Auvergne ? Pour l’instant, c’est juste une collection extraite automatiquement parmi tant d’autres. Avant de travailler à la valorisation et au développement de HAL à l’Université d’Auvergne, il faut d’abord qu’un accord soit conclu au sommet. A la BCU, HAL a encore un bel avenir devant lui.

c’est payé Non, je ne regrette rien – Edith Piaf (CC BY-NC-ND 2.0) par Pollobarba sur Flickr

 

S’il nous faut relever ce qui est dommage, ce qui nous laisse un léger sentiment d’insatisfaction, et bien je pense spontanément à la collaboration entre la bibnum et le CTD, le Centre Technique du Document, qui depuis le premier juillet dernier, n’existe plus. Cette collaboration s’articulait autour de la diffusion des thèses antérieures à STAR dans TEL, puisque c’est l’outil que nous avions choisi pour diffuser nos thèses en ligne. Je diffusais les thèses dans Tel et ma collègue du CTD établissait le lien vers la thèse en ligne dans le SUDOC. L’annonce de la disparition du CTD nous a fait avancer très vite. Heureusement, le chantier est presque terminé. Les thèses de 2003, 2004, 2005, 2006, 2007 et 2010 ont été mises en ligne. Ne restent plus que celles de 2008 et 2009 à mettre en ligne. Cela sera fait très vite.

Un projet ? Il est difficile de n’en parler que d’un seul, tant ils foisonnent, les projets intéressants. J’en évoquerai donc plusieurs : D’abord, l’Intranet de la BCU. Après avoir réalisé l’analyse de l’intranet existant, nous avons convenu de mettre en place un nouvel intranet afin de mieux répondre aux besoins des personnels de la BCU. J’ai donc proposé une maquette story-board du nouvel Intranet, avalisée par les représentants de la BCU. Un groupe de travail « Intranet » s’est mis en place, pour recueillir les besoins des personnels. A la maquette initiale, qui proposait une arborescence et une typologie des contenus à mettre en ligne, ont été ajoutées plusieurs fonctionnalités, comme les pages web détaillant les attributions de chacun, reliées à l’annuaire LDAP de l’Université. Le nouvel Intranet demeure une priorité à la BCU. Quatre étudiants de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal vont travailler sur ce projet. Ils vont recueillir au sein des différents services les contenus à mettre en ligne pour les mettre en forme selon une structure définie en amont : une réflexion éditoriale sur l’architecture des contenus préalable à leur mise en ligne.

Les autres projets, je ne vais que les énumérer : un site web sur la poésie contemporaine, la participation au projet LIDO de la MSH, la mise en ligne de la revue Siècles sur la plate-forme Revues.org en collaboration avec le CHEC et les PUBP. De beaux projets en perspective.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (4)

Je vous avais parlé il y a quelque temps de l’homogénéisation nécessaire de notre politique de prêt. Et bien, à ma grande satisfaction, les bibliothèques ont trouvé un terrain d’entente et nous serons à même de proposer une seule et unique offre de service sur tous les sites à la rentrée 2013. Le délai de mise en œuvre est en effet trop court pour septembre, étant donné le paramétrage et les aménagements des locaux nécessaires à certains endroits (notamment pour la gestion des réservations) ainsi que la maquette des brochures informatives, déjà bouclée.

En revanche, le dossier « transfert initial » n’a pas vraiment avancé cette année. En effet, nos collections ne sont encore pas toutes signalées dans le Sudoc et nous tentons d’y voir clair parmi les notices relevant de rétroconversions successives (avec lien ou pas entre Sudoc et base locale) et celles relevant du seul catalogage local. Nous n’avons réglé cette année qu’une étape de mise à jour de notre base suite aux exemplarisations automatiques de 2010 (d’après ISBN). Il reste du pain sur la planche pour exemplariser nos notices sans ISBN…

Le projet qui va m’occuper dans les mois à venir consiste à mettre en service et administrer un nouveau catalogue : un versant public (Blacklight) et un versant professionnel. Concernant le versant professionnel, je vais participer aux réunions du comité technique sur le SGB mutualisé piloté par l’ABES, mais aussi envisager l’adoption de Koha. Beaucoup de paramétrages en perspective !

Mais pour l’heure, place aux vacances !

Moser_010
Par San Diego Air & Space Museum Archives, sur Flickr

Notre série de l’été : un succès, un regret, un projet

Toute publication a ses marronniers, et la liste des sujets disponibles pour permettre aux valeureux pigistes de meubler les périodes creuses est du reste assez réjouissante. L’Alambic sacrifie avec enthousiasme à cet usage. Son côté rituel et répétitif est plein d’avantages. Il permet à une créativité amenuisée par des mois d’effort de s’épargner un peu. Il ménage l’estivant soucieux de ne pas mouiller, ensabler ou salir son smartpad ou son He-phone (j’ai toujours rêvé de décliner ce nom absurde : tu es content de ton you-phone, ils zyeutent leurs they-phones, elle a she-phoné tout mon forfait, etc.), mais qui aime savoir qu’il ne va rien manquer d’important. Il évite aussi au web-deuxicomane invétéré de se trouver précipité dans un dangereux état de manque, toujours périlleux pour sa santé mentale.

Bref, dans le but avoué d’économiser notre énergie pendant la trêve estivale sans frustrer notre lecteur (s’il existe), nous allons réitérer l’expérience  de l’an passé : la série de l’été.

Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR)
Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR) 

Au seuil de l’année 2011-2012, je risquais quelques promesses sur ce que nous allions nous attacher à réaliser pendant l’année à venir. Celle-ci étant désormais terminée, j’ai relu non sans appréhension mon billet d’ouverture, pour m’apercevoir avec soulagement que le travail accompli cette année a tout de même quelque rapport avec les priorités annoncées :

  • nous avons soutenu les initiatives de Couperin lorsque le consortium se montrait entreprenant voire belliqueux. Quelques-uns de mes propres billets sur la documentation électronique ont cherché à contribuer à l’effort de guerre. Je ne réponds pas du succès, mais je revendique l’effort.
  • nous avons bel et bien mis en test (pas encore public : patience !) un OPAC libre sur notre SIGB non-libre, sans rencontrer pour l’instant de difficulté paralysante,  deux billets vous en ont informés.
  • La bibliothèque virtuelle est devenue une réalité, comme en témoigne ce site ou ce billet, par exemple. Le travail se poursuit sur d’autres projets, as you can see. Dans le même temps, le dépôt dans TEL et HAL des résultats de la recherche a été bel et bien lancé.
  • Le parc public est presque intégralement passé sous linux, nous avons eu notre première install-party et progressé de quelques pas vers le monde du libre.

Voilà pour les grandes lignes. Mais nous avons fait bien d’autres choses petites et grandes et une journée passée récemment à phosphorer ensemble nous a donné l’occasion, au sein de la bibnum, d’échanger en détail sur ce qui nous avait plu, ou moins plu, au cours des mois écoulés. Je m’en voudrais de ne pas vous en faire profiter. J’ai donc demandé à mes collègues d’indiquer chacun, dans un billet concis et illustré :

  1. Un succès : un projet qui ait abouti cette année et qui soit motif de satisfaction ou de fierté. Parce qu’il ne faut pas bouder son plaisir de voir aboutir son travail.
  2. Un regret : échec, difficulté, retard, déception rencontrés dans l’un ou l’autre projet. Ne serait-ce que pour donner du prix à nos réussites ; et peut-être aussi pour apprendre que d’autres ont rencontré et surmonté ce qui nous arrête.
  3. Un projet  : un travail motivant, déjà en cours ou en perspective pour l’an prochain. Pour partir en vacances sans crainte de s’ennuyer au retour.

Et pour que vous aussi, cher, insaisissable et mystérieux lecteur, après des vacances que l’on vous souhaite paisibles et réparatrices, vous ayez envie de revenir.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (5)

Trois réponses (presque) imparables

Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d'utilisation commerciale, partage à l'identique).
Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique).

A- Égoïsme

  • Majeure : en bibnum, on côtoie des informaticiens.
  • Mineure : au royaume des bibliothèques, l’informaticien est roi.
  • Conclusion : en bibnum, vous côtoyez les rois des bibliothèques.

Illustration : supposez, disons, que votre imprimante récalcitre : en bibnum, vous n’avez qu’à héler l’informaticien, c’est le bureau d’en face. Au seul bruit de son pas, l’antipathique outil, maté, restaure lui-même sa connexion, expulse le bourrage, se lave la tête d’impression et imprime votre document sans tousser (et en un seul exemplaire si, dans votre agacement, vous avez relancé six fois).

Plus sérieusement : le caractère névralgique de l’informatique étant de notoriété publique, il est de bonne politique (ou de bonne tactique, si vous la jouez cynique) de travailler dans ce lieu stratégique.

 

B- Compétence

  • Majeure : les membres de la bibnum sont compétents en informatique.
  • Mineure : vous travaillez en bibnum.
  • Conclusion : vous êtes compétent en informatique.

Commentaire : Tout informaticien aura repéré dans la prémisse majeure une faille de sécurité fatale, et je doute que les collègues qui me connaissent aient pu garder leur sérieux en la lisant. En réalité, ce syllogisme spécieux masque un enchaînement de causes  authentique et bien plus efficace (voir ci-après).

 

C- Compétence 1.1 (faille de sécurité corrigée)

  • Primo : en bibnum, on s’attend à ce que vous soyez compétent en informatique [voir B].
  • Secundo : en bibnum, vous progressez en informatique au contact des informaticiens [voir A] ; par capillarité, en quelque sorte.
  • Ergo, à force de ne pas vouloir décevoir les bibliothécaires et de chercher à comprendre les informaticiens, vous finissez bel et bien par développer une forme de compétence. La fonction crée l’organe, disait Lamarck. C’est faux à l’échelle des espèces, mais vraie à celle des neurones.

 

Si je me résume : on ne peut plus échapper à l’informatique en bibliothèque. À la bibnum, on minimise les désagréments qui s’y attachent et on s’y initie.

Gratuitement ! Ça ne se refuse pas.

Les lettres de candidature sont à m’adresser directement.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (4)

Three
Three de Joe_Andrews, sur Flickr

Ayant d’abord travaillé en section, comme on dit dans les S(I)CD, je mesure assez bien les différences de culture et d’organisation qui existent entre les bibliothèques et un service transversal comme la bibnum. La bibnum offre la possibilité de participer à de nombreux projets au sein d’une équipe réduite. Cela permet de travailler à la fois en autonomie, en petit groupe projet et en dialogue permanent avec les autres services ou partenaires.

La maîtrise complète des processus

Tandis que les tâches ne cessaient d’être segmentées dans les bibliothèques traditionnelles, les services informatiques, avec des effectifs plus réduits et plus spécialisés, ont maintenu une organisation du travail basée sur l’autonomie des agents. C’est très appréciable de se retrouver maitre de ses dossiers, de l’examen critique d’une situation à la réalisation pratique d’un projet.

Le travail en équipe

S’occuper du SIGB, du catalogue, des accès à la documentation électronique, c’est s’occuper en permanence des besoins des collègues et des publics. Rien de plus stimulant, constructif que de faire le tour de l’établissement pour rencontrer tous les partenaires et répondre, du mieux possible, à leurs attentes. C’est à nous de former et d’informer pour que tout fonctionne bien. Alors oui, le travail en bibnum est souvent solitaire ou réduit au concours d’un ou deux collègues, mais il est aussi gratifiant, tant on reçoit une belle récompense chaque fois qu’on s’en va le partager.

Le versant technique du métier

Désormais, quand on me demande ce que je fais comme métier, je peux répondre sans honte que je suis une bibliothécaire qui ne lit pas de livres… Travailler en bibnum permet de conforter mon penchant pour les questions techniques tout en assurant ma formation continue dans ce secteur. Manier les formats et les données me permet aussi de renouer avec mes cours de sciences du langage à la fac, qui envisageaient le texte sous un angle technique et pas littéraire.

En bref, la bibnum est un bon endroit pour développer son goût de l’artisanat : concevoir, réaliser, exposer.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (3)

La première relève de ma fonction. Webmestre, j’ai conçu avec mes collègues le nouveau site web de la bibliothèque. Faciliter l’accès aux ressources et aux services, proposer des espaces interactifs de communication et une navigation attractive, voilà un travail passionnant. J’ai d’ailleurs sur le feu une autre maquette de site web : Philippe Glangeaud, carnets de voyages géologiques en Auvergne. A partir de la mise en ligne des carnets numérisés de Philippe Glangeaud représentant la Chaîne des Puys, le site proposera plusieurs expositions virtuelles, s’articulant autour de plusieurs angles thématiques sur l’œuvre du géologue. Une manière de rendre hommage au professeur de la faculté des sciences de Clermont, en invitant tout à chacun à suivre ses traces.

Buste de Philippe Glangeaud par le sculpteur Vaury, édifiée au Jardin Lecoq.

Un autre aspect de mon travail réside dans la gestion des documents numériques produits par la bibliothèque. Nous nous attelons aujourd’hui au choix des outils pour mettre en ligne les thèses des universités de Clermont, et les images numérisées de la bibliothèque.

La seconde raison de travailler en bibnum, c’est le travail en équipe. Nous sommes complémentaires l’un à l’autre, et travaillons en bonne intelligence. Réactifs, dynamiques, nous trouvons collectivement des solutions aux problèmes que nous rencontrons, dans un climat d’émulation réciproque.

Troisième raison, les usagers : étudiants, enseignants, et chercheurs. Que les étudiants puissent accéder, le plus facilement possible, aux ressources documentaires, c’est là un facteur déterminant de leur réussite. Nous sommes aussi partenaires des enseignants. S’ils nous prescrivent des ressources électroniques, nous leurs offrons des espaces interactifs, pour communiquer via le site de la bibliothèque. Les chercheurs enfin, avec qui nous travaillons, de plus en plus. Nous leur apportons une expertise documentaire et éditoriale en termes d’édition électronique et de gestion des ressources numériques. Nous participons aux projets de recherche : Enfance Violence Exil, pour la constitution des collections numérisées et la description des ressources. Et maintenant, d’autres collaborations se mettent en place. Nous devenons acteurs de la recherche en train de se faire. Cette confrontation enrichit notre pratique et la met à l’épreuve.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (2)

Voici la réflexion commune d’une personne chargée de la numérisation et d’une autre s’occupant du parc informatique.

Img-Blog
Copyright Bambou 2011 Poupard/Béka

 

Première bonne raison : Le Service BIBNUM

Les deux personnes qui rédigent cet article sont les plus âgées de cette équipe composée de neuf personnes. Nous travaillons au sein des bibliothèques depuis de nombreuses années et nous avons œuvré dans différents services. De ce fait nous apprécions tout particulièrement :

  • Le fait qu’il est composé d’un personnel jeune, dynamique, et réactif aux problèmes.
  • Le fait que nous ne sommes pas confrontés au public ni aux astreintes d’horaires.
  • Les missions transversales et la diversité de profils de cette équipe.
  • L’ambiance, en général, et la bonne humeur du matin autour d’une tasse de café.

Deuxième bonne raison : évolution de carrière

  1. Pour la personne chargée de la numérisation : Après avoir travaillé en bibliothèque universitaire, en section lettres, j’ai eu envie de changer et de voir d’autres facettes du métier. C’est un travail intéressant qui permet d’utiliser les nouvelles technologies : chargée de la numérisation depuis janvier 2011, je perfectionne mon usage du banc de numérisation et je développe la retouche d’images avec le logiciel Photoshop.
  2. Pour la personne s’occupant du parc informatique : Le fait d’avoir été engagé au moment de l’informatisation de la BCU coïncidant avec l’évolution fulgurante du matériel informatique m’a permis d’acquérir un panel de connaissances et de compétences très variées afin de résoudre un grand nombre de pannes d’origines diverses. La nouvelle direction de l’établissement a de nombreux projets d’envergure à court et moyen terme (numérisation des collections, évolution du portail, …) auxquels je participe étroitement par le biais de groupes de travail. Je travaille dans un domaine qui me passionne tant par son contenu que par sa constante évolution.

Troisième bonne raison : Localisation Géographique

Un cadre de travail agréable. Sur le Campus des Cézeaux, étendue de pelouse verte à deux pas du tramway, avec toutes ces écoles et laboratoires de renom national voir international.

Par Jean-Marc Condat et Valérie Le Foll

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (1)

3 bonnes raisons de travailler en bibliothèque numérique ? Prêtons-nous au jeu, voici le point de vue d’un développeur.

Bilboquet - Licence CC BY-NC-SA 2.0 - Par Faberzeus - Flickr
Bilboquet – Licence CC BY-NC-SA 2.0 – Par Faberzeus – Flickr

Première bonne raison : Les logiciels libres. Du point de vue philosophique, ils ont toute leur place en bibliothèque, dès lors que l’on parle de partage et mise en commun. Du point de vue pratique, ils permettent au quotidien de travailler de manière autonome tout en s’appuyant sur le travail d’une communauté de développeurs et d’utilisateurs. En bref, avec les logiciels libres, on ne réinvente pas sans cesse la roue et on travaille de manière intelligente (ce qui ne veut pas dire que le résultat est meilleur par ailleurs, mais c’est un autre problème).

Deuxième bonne raison : Bénéficier de la présence en ligne des biblio-bloggeurs. Une chose m’a frappé lorsque j’ai commencé à découvrir le monde des bibliothèques : les bibliothécaires passent beaucoup de temps à réfléchir à leur métier. Cette pratique me semble moins répandue en informatique par exemple. On trouve bien des bloggeurs/développeurs dispensant de précieux conseils en programmation mais peu de discussions sur l’évolution de l’informatique et de ses pratiques. La communauté de bibliothécaires en ligne et plus généralement, les ressources sur les évolutions du métier sont particulièrement enrichissantes dans notre travail quotidien.

Troisième bonne raison : L’absence de public. Si l’on en croit la « cote 400 » de Sophie Divry, « l’usager » n’est pas aussi sage que les livres disposés dans les rayons. L’âge numérique apporte enfin la délivrance au bibliothécaire : se débarrasser du public. Fini les grincheux, les bruyants, les « Où sont les toilettes? ». En bibliothèque numérique, les remontrances se font désormais via formulaire interposé. Prière de s’adresser à la page d’accueil. C’est ainsi que l’on passe du profil de rat de bibliothèque à celui du geek abrité par son écran. L’évolution ne fait pas toujours bien les choses.

Ne tenez bien sur pas compte de la troisième raison, les vacances approchant, on peut se permettre de finir sur une note plus légère.

Série culte (?) de l’été

Fishing Umbrellas par Giangrafanna (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale).

 

Modestement pourvu en actualité non sportive, l’été est propice aux séries thématiques à caractère philosophique. En concevant le projet de lancer ici une grande réflexion propre à stimuler nos cellules grises et les vôtres, nous avons écarté, à regret, les thèmes qui nous étaient d’abord venus à l’esprit et dont la profondeur n’avait pourtant d’égale que l’originalité : « Douze monographies minceur pour dire adieu aux petits kilos de l’hiver » ; « Cinq bons e-books pour bronzer intello en BU » ; « Le (la) rencontrer : est-ce encore possible en horaires restreints ? ».
Las, ces mille sujets, déjà programmés dans des magazines à fort tirage, y seront certainement traités avec toute la hauteur de vue qu’ils méritent. Il nous a fallu rester modestes et nous rabattre sur un angle d’attaque moins ambitieux, mais où nous ayons quelque chance d’écrire du neuf. Nous avons donc jeté notre dévolu sur un thème qui tient en six mots et pourra, je l’espère, être traité au prix de peu d’efforts (il fait chaud) :

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum.

L’objectif pas même inavoué de l’exercice est de mettre à l’épreuve des faits une question pas trop existentielle mais à demi révérencieuse : pouvons-nous tenir, sur notre métier, des propos qui ne soient négatifs ? Le bibliothécaire est notoirement enclin à réfléchir sur son métier avec un talent qui n’échappe pas toujours au nombrilisme littéraire ni à la jérémiade apologétique. Nous allons donc voir si l’on peut débusquer, sous nos graves problèmes, de quoi apprécier notre quotidien ; ou peut-être si ces problèmes ne sont pas tout bonnement les raisons pour lesquelles nous apprécions notre travail.

Chaque membre de la bibnum est invité à rendre sa rédaction sur ce sujet, en respectant (comme le fait cette introduction) une même contrainte ; à vous de deviner laquelle. Le premier à montrer, par un commentaire qui s’y conforme, qu’il en a saisi la nature, gagnera un aller simple pour Clermont-Ferrand.
Ne vous bousculez pas.