Ma BU pour une tablette

Agenda, Ipad, Ecrire, Blog
« Agenda, Ipad, Ecrire, Blog », publié par Edar sur Pixabay (Licence CC0 Public Domain, libre pour usage commercial, pas d’attribution requise)

Dans le courant du mois d’octobre 2013, la Bibliothèque Universitaire des Cézeaux (Sciences, Technologies, STAPS), membre du réseau Bibliothèque Clermont Université (63), a mis à la disposition de ses lecteurs, en même temps que la Bibliothèque Universitaire de Santé et que la Bibliothèque Universitaire de Droit, Economie, Management, des tablettes numériques. Deux ans plus tard, de petits PC portables sont venus rejoindre la flotte d’appareils nomades, sur les Cézeaux seulement cette fois-ci.

Retour sur trois ans d’expérimentation.

2013 : T-Day, les tablettes débarquent à la BU

Etat de notre flotte en octobre 2013 : 5 tablettes => deux iPad 2 et trois Samsung Galaxy Tab 2

Etat de notre flotte en septembre 2014 : 7 tablettes => deux iPad 2, trois Samsung Galaxy Tab 2 et deux Samsung Galaxy Tab 3

Parlons peu, parlons procédure (parce que vous êtes fonctionnaires et que vous adorez ça)

Le prêt de tablettes s’est fait à tâtons car peu d’expériences similaires avaient été menées au sein des bibliothèques universitaires françaises lorsque nous avons lancé le projet.

Nous souhaitions que les appareils soient utilisés sur place uniquement, mais sans pour autant les enchaîner afin de préserver leur caractère nomade et de ne pas revenir aux us et coutumes des bibliothèques moyenâgeuses (In open access we trust !). Nous avons donc choisi de les anti-voler et de les prêter aux étudiants avec une housse de protection, en échange d’une pièce d’identité laissée en dépôt à l’accueil. L’idée d’un dépôt de caution, répandue aux Etats-Unis, a été rejetée très rapidement et remplacée par un amendement du règlement intérieur stipulant que toute casse, vol ou perte d’une tablette donnerait lieu à un remboursement de 500€. Nous n’avons déploré aucun incident ni accident depuis. Bien au contraire, les étudiants ont fait et font toujours preuve de beaucoup de soin en manipulant les appareils (In our readers we trust, too !). Par conséquent, nous avons décidé en 2015 d’alléger le dispositif de dépôt en acceptant les cartes d’étudiant (avec photo) en lieu et place des papiers d’identité plus officiels. Autre grand changement en 2015 : l’informatisation des prêts, que nous avions tout d’abord choisi d’enregistrer à l’ancienne, sur de petites fiches papier, ne sachant pas si le projet serait un succès ou un échec.

En ce qui concerne le contenu des tablettes, là aussi, nous souhaitions laisser toute liberté à nos lecteurs et ne pas réduire l’utilisation des appareils à la seule consultation des ressources électroniques de la bibliothèque. Les étudiants ont donc la possibilité d’installer ce qu’ils veulent, du moins en théorie car, si Samsung rend l’installation d’applications très facile (pas besoin d’identification), ce n’est pas le cas d’Apple qui voue un culte au verrouillage des usages et à la non-interopérabilité (mais ça on le savait déjà). Seuls quelques mordus d’iPad parviennent à contourner les blocages, ce qui n’est pas sans nous poser problème pour reconfigurer les tablettes par la suite. Donc petit conseil : à moins de vouloir réduire en esclavage d’innocents lecteurs, fuyez la marque à la pomme et préférez un appareil tournant sous Androïd. Les tablettes sont nettoyées régulièrement pour retirer les applications jugées superficielles (aka : CandyCrush, Plants VS Zombies, Fruit Ninja, etc). Celles que nous estimons utiles d’un point de vue culturel ou éducatif sont conservées. D’ailleurs, comme nous sommes bibliothécaires et que nous aimons sélectionner (on ne se refait pas), nous avons pris le soin de pré-installer un ensemble d’applications à visée éducative sur les tablettes (pas toujours les mêmes en fonction des modèles). Nous ne nous faisons pas trop d’illusions quant à leur utilisation par le public, mais sait-on jamais.

Le résultat ? Mi-figue, mi-raisin.

Le projet a rencontré un franc succès durant la première année de son lancement (2013-2014). Des résultats encourageants à première vue, mais les tablettes numériques ne constituent pas LE nouvel outil informatique indispensable à la réussite universitaire de nos étudiants. Soyons réalistes, l’engouement initial de notre public a d’abord été dû à un effet de mode, lequel s’est émoussé dès l’année suivante. En effet, très vite, les tablettes se sont popularisées, les gens se sont équipés et les tablettes proposées par la bibliothèque ont été moins courues. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dès 2014-2015, ils ont enregistré une chute importante. Pendant cette période, le nombre de prêts mensuels a oscillé entre 30 et 50, contre 70 à 100 l’année précédente. Cette tendance à la baisse s’est encore accentuée en 2015-2016, avec une petite fourchette de 15 à 25 prêts par mois, laquelle s’est stabilisée jusqu’à la fin novembre 2016.

tableau_1

evolution_des_prets_de_tablettes
Graphique 1 : Evolution du nombre de prêts de tablettes. Comparaison par mois et par année universitaire.

Sur le terrain, les agents ont pu constater que les prêts se concentraient essentiellement entre les mains de quelques usagers fidèles, la plupart du temps des étudiants étrangers venant du Moyen-Orient ou d’Afrique, probablement moins équipés que leurs homologues européens ou asiatiques.

Le succès initial du dispositif ne s’est pas confirmé. Comment l’expliquer ? Il semblerait simplement que les tablettes ne soient pas adaptées aux besoins pédagogiques de nos usagers. Ces appareils ne sont pas conçus pour le traitement de texte, ni pour la lecture prolongée alors que les étudiants doivent tantôt rédiger des exposés, des rapports ou des compte-rendus de TP/TD, tantôt bachoter sur des polycopiés ou des manuels. Lorsque nous procédons au nettoyage des appareils, nous constatons que quelques cours au format PDF y sont téléchargés, rien de plus. Si les enseignants en viennent à insérer davantage de ressources numériques dans leurs cours, les tablettes pourraient devenir intéressantes, mais ça n’est pas vraiment le cas sur notre campus pour l’instant. La bibliothèque elle-même offre peu de ressources vidéos, lesquelles seraient tout-à-fait adaptées à une lecture sur tablette. Enfin, l’offre en matière d’applications relatives aux disciplines scientifiques et destinées à un public universitaire reste très limitée (elle l’est beaucoup moins pour les collégiens et les lycéens). Elle est plus abondante pour les STAPS, mais ces applications doivent être utilisées en extérieur. Le fait de cantonner l’utilisation sur place des tablettes, appareils nomades par nature, limite fortement leur usage, sans compter que le WiFi de la bibliothèque fonctionne très mal.

Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot.

2015 : Les ordinateurs portables contre-attaquent

Etat de notre flotte en octobre 2015 : 7 mini PC portables

A la demande des agents et pour tenter de coller au mieux aux besoins exprimés par les étudiants lors de l’enquête LibQUAL+ organisée au printemps 2015, la Bibliothèque des Cézeaux a décidé en septembre 2015 de compléter sa flotte de tablettes numériques par l’achat de petits PC portables destinés à pallier le manque de postes informatiques fixes mis à la disposition de ses étudiants (26 postes, hors salle de formation). La procédure de prêt est la même que pour les tablettes : utilisation sur place uniquement, enregistrement du prêt sur la carte du lecteur, dépôt de la carte d’étudiant à l’accueil. Le règlement intérieur a de nouveau été amendé pour prévenir les vols et la casse. Les ordinateurs tournent sous Windows 10, aucune distribution Linux n’ayant pu être installée à la place. Aucun logiciel particulier n’a été téléchargé sur les appareils et les droits d’administrateur sont bloqués. Si les étudiants nous font remonter certains besoins spécifiques, nous les prendrons en compte à ce moment là.

Encore une fois, le succès du dispositif a été immédiat : 1 052 prêts sur l’année universitaire 2015-2016. Et la rentrée 2016 a confirmé cette tendance, avec un nombre de prêts à la hausse par rapport à l’année précédente : 457 au premier semestre (septembre-décembre) contre 362 sur la même période en 2015. La demande est telle que nous sommes régulièrement en « rupture de stock ». Pour y remédier, 2017 devrait voir 5 nouveaux ordinateurs compléter notre flotte. Les étudiants sont satisfaits, nous aussi.

evolution_des_prets_d_ordinateurs_portables
Graphique 2 : Evolution du nombre de prêts d’ordinateurs portables. Comparaison par mois et par année universitaire.

2016 : Le Retour de la Vengeance des Tablettes

Nous avons suspecté l’arrivée des PC portables d’avoir précipité le désamour de nos lecteurs pour les tablettes. Sur place, ces dernières ne constituent pas un outil de travail intéressant pour les étudiants, contrairement aux ordinateurs, fixes ou nomades. Pour leur donner une seconde vie, nous avons donc décidé de les prêter à domicile. Les appareils vieillissant, leur valeur va en diminuant, ce qui nous a encouragé à prendre le risque d’en voir certaines disparaître. Quitte ou double.

Le nouveau dispositif a été lancé à la mi-novembre. Les lecteurs n’empruntent plus une tablette seule mais un pack, constitué d’une sacoche contenant la tablette avec sa housse, d’un chargeur et de son cordon d’alimentation, ainsi que d’un adaptateur USB. Le prêt se fait sur une semaine non renouvelable et les réservations ne sont pas autorisées. Une fois rendue, les tablettes sont nettoyées avant de réintégrer le circuit de prêt.

Il est pour l’instant difficile de prendre du recul quant à ce nouveau projet. Très vite, l’ensemble des tablettes a été prêtée et nous constatons qu’elles ne restent pas longtemps à attendre un nouvel emprunteur. Nous enregistrons les premières demandes de réservation, que nous déclinons, ainsi que les premiers retards. Reste à voir comment nous allons pouvoir gérer ces derniers. Les ordinateurs, eux, ne pâtissent pas de la concurrence. Les deux usages semblent bien se compléter. Les étudiants, eux, en veulent toujours plus et souhaiteraient pouvoir emprunter les appareils à l’année, ce qui n’est plus de notre ressort mais de celui du service informatique de l’université. Pourrait-on envisager un partenariat entre nos deux services ? Pourquoi pas. Affaire à suivre…

La bibliométrie pour évaluer les publications scientifiques en biologie et santé

SIGAPS ? SAMPRA ? Deux logiciels de bibliométrie conçus par Patrick Devos du CHRU de Lille et de l’équipe de recherche EA2694 de l’Université de Lille 2. Deux outils pour recenser, analyser, évaluer le plus finement possible les publications scientifiques : SIGAPS dans le domaine de la santé, SAMPRA dans tous les domaines couverts par la base Web of Science de Thomson Reuters. Alors que SIGAPS est utilisé dans les Centres Hospitaliers Universitaires sous tutelle du ministère de la santé, SAMPRA peut l’être par tout établissement de recherche. Et quand SIGAPS se fonde sur les données de Pubmed pour produire des indicateurs, SAMPRA interroge Pubmed et le Web of Science Core Collection, une base de données bibliométrique pluridisciplinaire, qui fournit également des informations complémentaires, comme l’adresse de tous les auteurs et le nombre de citations.[1]

Nous nous pencherons donc d’abord sur les fonctionnalités de SIGAPS et son utilisation pour le pilotage de la recherche médicale et la répartition des crédits attribués aux équipes de chercheurs hospitaliers, pour ensuite faire le point sur SAMPRA et l’usage qui en est fait pour l’évaluation de la recherche à l’Université Lille 2. SAMPRA, mis en production très récemment, est un dispositif très innovant en termes de services aux chercheurs.

SIGAPS (Système d’Interrogation, de Gestion et d’Analyse des Publications Scientifiques )

A partir d’une initiative locale – la création du logiciel SIGAPS en 2002 au CHRU de Lille – le projet SIGAPS est devenu un outil national d’évaluation de la recherche commun à l’ensemble des CHU.

Le logiciel, expérimenté et évalué par plusieurs CHU entre 2003 et 2006, a fait l’objet d’un tel succès qu’en mai 2006, Xavier Bertrand – alors ministre de la Santé – a confié au CHRU du Lille la mission d’assurer la diffusion et l’utilisation du logiciel SIGAPS au sein de l’ensemble des établissements hospitalo-universitaires, puis progressivement dans de nombreux établissements de Santé.

Les CHU de France étant dotés d’un même outil et de grilles d’évaluation communes, il apparaissait ainsi plus aisé de mettre en œuvre la réforme des modalités de financement des missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI) à partir d’un indicateur acceptable de la production scientifique.

Le bénéfice du logiciel SIGAPS réside dans sa fonctionnalité majeure : recenser, analyser, évaluer la production scientifique d’un chercheur, d’un service ou d’un établissement sur une période donnée.

Cet outil tire le meilleur parti de l’interrogation via PubMed de la base de données Medline, qui contient l’ensemble des références bibliographiques des articles édités dans le domaine de la santé.

Pour extraire l’ensemble des références bibliographiques d’un groupe de chercheurs, SIGAPS interroge PubMed à partir de leur nom, puis utilise les données de l’annuaire de l’établissement, pour agréger les données selon différents niveaux de structure (service, clinique, pôle, …).

Les chercheurs sont ensuite invités à se connecter à l’application, pour vérifier que l’outil a bien pris en compte leurs publications, et pour valider la liste de leurs publications et ainsi éviter tout risque de confusion lié aux homonymies.

Quant à l’analyse qualitative des publications, elle s’établit à partir d’une classification des revues (A, B, C, D, E, NC)[2] selon leur facteur d’impact pondéré par discipline.

Ainsi, pour chaque discipline, s’échelonnent 10% de revues en catégories A, 15% en B, 25% en C, 25% en D et 25% en E, ce qui rend les disciplines comparables.

L’analyse de la production scientifique d’un chercheur, ou d’un groupe de chercheurs peut s’effectuer au travers d’un panel de tableaux et graphiques indiquant notamment le nombre de publications par revue ou par année, la catégorie des revues, la position des auteurs, l’évolution ou la répartition par année ou par catégorie, le détail des collaborations par auteur, la liste des termes MESH recensés ou la répartition par langues, ces données pouvant se croiser entre elles. Les références bibliographiques peuvent être exportées aux formats Excel, RIS ou aux normes de Vancouver.

Ainsi, chaque établissement hospitalier peut constituer des rapports bibliométriques sur les publications menées en interne.

L’outil SIGAPS est aujourd’hui généralisé, si bien qu’il apparaît comme un véritable levier pour augmenter et améliorer la production scientifique des chercheurs hospitaliers. De fait, le score SIGAPS conditionne directement la part modulable des Missions d’Enseignement, Recherche, Référence, Innovation MERRI.

Plus récemment, à l’échelle individuelle, les scores SIGAPS obtenus en cumulant sur plusieurs années les publications en langue anglaise dans les revues à haut facteur d’impact, et les collaborations avec différents laboratoires extérieurs peuvent déterminer l’évolution d’une carrière. Ainsi, précise Patrick Lacarin, responsable de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) du Centre d’Investigation Clinique des CHU de Clermont-Ferrand, pour devenir PUPH, il faut au moins 500 points SIGAPS lors des dix dernières années, comme le confirment les recommandations de la sous-section CNU Santé 53.02 (chirurgie générale).

L’outil permet également de  « cartographier les thèmes de recherche et de cerner les thèmes qui montent et les sites pilotes » explique Patrick Devos. Ce qui permet de définir des objectifs stratégiques à court et moyen terme. Ainsi, la mise en œuvre du plan Alzheimer a favorisé l’augmentation du nombre d’articles sur la maladie d’Alzheimer dans des revues à haut facteur d’impact, comme en témoigne l’augmentation de 62% du score SIGAPS dans cette spécialité (Devos, Cortot, & Ménard, 2016)[3].

SAMPRA (Software for Analysis and Management of Publications & Research Assessment)

Sampra est en production à l’Université de Lille depuis février 2016.

Genèse d’un logiciel d’analyse des publications à haute valeur ajoutée pour les chercheurs.

SAMPRA est d’abord né de la demande des Instituts hospitalo-universitaires, qui, évalués par l’ANR, cherchaient à produire des indicateurs fiables pour rendre compte de leur production scientifique. Certains chercheurs des IHU étaient déjà familiers de SIGAPS et souhaitaient utiliser un outil reprenant les concepts de SIGAPS mais intégrant les données pluridisciplinaires du Web of Science et les indices de citation des articles. SAMPRA interroge donc ces deux bases de données bibliométriques pour produire des indicateurs plus performants.

À partir d’une requête sur les noms des chercheurs de l’institution sur les deux bases de données bibliographiques que sont PubMed et le WOS, est extrait  l’ensemble des publications des chercheurs de l’institution. Ces derniers sont invités ensuite à se connecter sur l’application pour vérifier et valider leurs publications, et peuvent générer un rapport d’analyse contenant les principaux indicateurs bibliométriques permettant d’évaluer leurs publications.

L’enjeu de SAMPRA est également d’accroître la visibilité de l’établissement dans les bases de données internationales. L’outil récupère toutes les variantes d’adresses associées aux publications et ces données sont transmises à Thomson Reuters pour une identification unique dans le Web of Science (Organization Enhanced).

En utilisant l’outil d’analyse InCites et les données du WOS, Sampra offre aux chercheurs, aux responsables d’équipe de laboratoires, et à la Direction de la recherche la possibilité d’extraire des listes de corpus par thématique disciplinaire ou par unité de recherche et de les positionner en terme d’excellence au niveau national ou international.  Une analyse complète des publications réalisées en cancérologie au CHRU de Lille a ainsi pu être réalisée, précise Patrick Devos,  l’outil fournit des corpus sur mesure.

À l’Université Lille 2, le besoin d’un outil permettant de rendre visible les publications de toutes les UMR aux multiples tutelles d’une université composée à 80% de chercheurs en biologie et santé se faisait grièvement ressentir. SIGAPS ne recensant que la production du CHU, les autres chercheurs de l’Université qui n’y étaient pas affiliés n’avaient aucune visibilité bibliométrique au sein de l’institution. SAMPRA devait donc essentiellement répondre à ce besoin de visibilité des chercheurs. Pari tenu ?

Oui, apparemment, comme nous l’a montré Solenn Bihan, responsable des services aux chercheurs et administratrice de SAMPRA à l’Université Lille 2.

À l’Université Lille 2, SAMPRA a d’abord fait l’objet de tests par cinq unités de recherche pilotes au printemps 2015, et le logiciel a très vite été adopté. Le temps d’ajouter des développements supplémentaires, et SAMPRA a été mis en production au mois de février dernier.

Il faut croire qu’il répondait à un vrai besoin des chercheurs, précise Solenn Bihan, car dès la première semaine, après réception d’un message les invitant à se connecter à cet outil, 25% des chercheurs y validaient leurs publications. Les données de SAMPRA sont en effet automatiquement liées à celles de l’annuaire de l’établissement. Le profil des chercheurs sur l’application est donc pré-rempli. Le succès de l’outil est sans doute lié aussi à la simplicité de son interface, proche de celles des réseaux sociaux de chercheurs, où les intéressés n’ont qu’à cliquer sur oui ou non pour valider leurs publications.

Suite à la campagne générale de validation prévue en mai-juin, l’université sera en mesure d’avoir une vision globale de sa production scientifique dans les domaines concernés. À l’Université Lille 2, les données de SAMPRA sont directement exploitées par tous (les chercheurs, les responsables d’équipes et d’unités de recherche la direction de la recherche) pour le montage de projets, la stratégie de publication, les évaluations INSERM, HCERES….

Sampra est-il utilisé pour évaluer l’ensemble des disciplines de l’Université ? Apriori oui, explique Patrick Devos, car le Web of science est une base multidisciplinaire. Cependant, tempère Solenn Bihan, toutes les disciplines ne sont pas représentées dans le Web of Science. A l’Université Lille 2, par exemple, si l’outil est pertinent pour évaluer les disciplines proches de la santé, comme la physiologie du sport, il l’est beaucoup moins pour évaluer la production scientifique des juristes ou des économistes.

Un bilan après deux mois ? SAMPRA a donné une excellente visibilité aux publications scientifiques de l’Université Lille 2, et a permis de mieux identifier Lille 2 dans les bases de données internationales. Les chercheurs se sont vraiment approprié l’outil. Cette validation par les chercheurs de leur propre production scientifique apparaît comme la principale valeur ajoutée de SAMPRA. Les chercheurs ont la main sur leur recherche, et les laboratoires peuvent dresser des bilans concluants. Accessoirement, précise Solenn Bihan, l’outil fournit un socle solide pour le pilotage de la recherche de l’établissement. Dans le cadre de la fusion annoncée des 3 universités lilloises, cet outil serait sans nul doute un atout pour la visibilité de la recherche à plus grande échelle.

Pour en savoir plus sur SAMPRA, je vous invite à visionner ce tutoriel vidéo réalisé par l’Université Lille 2.

Pour lire cette vidéo veuillez activer le Javascript et utilisez un navigateur moderne compatible HTML5 supports HTML5 video

 

 

Nota Bene : J’adresse mes remerciements les plus vifs à Patrick Devos, Solenn Bohan et Patrick Lacarin, qui ont eu l’amabilité de répondre à mes questions et de relire ce billet avec attention.

[1] Sur les différences entre SIGAPS et SAMPRA, voir le billet de blog de la BIU Santé intitulé 8 questions sur SIGAPS et SAMPRA http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/sigaps-sampra/

[2] A : niveau excellent ; B : très bon niveau ; C : niveau moyen ; D : niveau faible ; E : niveau très faible ; NC : revue nationale ou acte de congrès.

[3] Devos, P., Cortot, A., & Ménard, J. (2016). Utilisation des données SIGAPS pour mesurer l’impact du plan Alzheimer sur la production d’articles des CHU. La Presse Médicale, 45(2), e1‑e10. http://doi.org/10.1016/j.lpm.2015.07.023

Aguichés numériques

Réception d'un hôtel de Hong Kong
Matt Weibo, East Hong Kong, Reception desk (Creative Commons, Attribution, partage dans les conditions initiales)

 

En novembre 2015, la BCU a dégainé son guichet unique numérique.1

On me dira que nous avons dégainé sans nous presser, c’est vrai. Nous avons mis un peu de temps à dessiner les contours exacts du guichet idéal pour nos utilisateurs préférés. Notre impression, c’était que les réseaux existants de renseignements bibliographiques n’étaient pas ce qui leur fallait (à nous non plus, par conséquent).

Un guichet thématique (sur la médecine, par exemple) qui mobilise plusieurs bibliothèques le fait pour répondre mieux, sur des tranches horaires plus larges, etc. Mais est-ce qu’un guichet généraliste a autant de sens ? Au fond, l’idée même d’un réseau de question/réponse à visée bibliographique ou documentaire me laisse sceptique. L’expérimentation locale a confirmé que les services de renseignement en ligne, comme les autres, répondent surtout à des questions pratiques. Et que le trafic est faible. Mais alors, pourquoi les positionner a priori sur le bibliographique et les réserver à telle ou telle catégorie de bibliothécaire ? Si le guichet en ligne est un vrai guichet, tout le monde doit s’asseoir derrière de temps en temps… Et on m’accordera qu’il n’est pas indispensable de s’agréger à un vaste réseau de compétences thématiques pour répondre à des questions sur les horaires d’ouvertures ou à des demandes de prolongation de prêt2.
Un autre angle d’attaque nous a paru possible : un guichet en ligne permettant à la BCU de répondre de façon plus collective (donc, espère-t-on, plus rapide et plus efficace) aux questions très nombreuses qui arrivaient par des canaux très divers : boîtes électroniques des chefs de services, des collègues repérés sur le site par leurs attributions, des banques de prêts, adresses institutionnelles, formulaires sur le site web, standards téléphoniques, etc. L’idée était aussi d’ouvrir un guichet minimaliste, avec l’idée, amplement rabâchée, que l’usager n’a pas à savoir si sa question est bibliographique, pratique ou technique, ni si elle s’adresse à la bibliothèque de sciences, de lettres ou de l’ESPE. Il ne meurt pas non plus d’envie d’affronter cinq listes déroulantes ou de lire la charte du service avant de poser sa question, juste pour que nous puissions faire des statistiques précises a posteriori sur ses besoins. Il a juste besoin d’une réponse exacte et rapide.

La chronologie ? En 2013, un premier groupe de travail conclut à l’intérêt d’unifier (autant que possible) nos canaux d’échange avec les lecteurs ; après un an de pause faute de main d’œuvre, un second groupe de travail réactive l’idée fin 2014, esquisse le fonctionnement et choisit le logiciel qui servira à la mise en place. Un stagiaire informaticien expédie proprement, en avril-mai 2015, l’installation, le paramétrage et une première vague de tests et de formations pour les collègues membres du groupe de travail ; en septembre-octobre 2015, les référents effectuent eux-mêmes, pour l’ensemble de leurs collègues, des formations à la prise en main. Le lancement a lieu début novembre 2015, à peu près invisible pour le public, qui voit juste apparaître çà et là un formulaire, et une adresse générique.

BCU-contact

En revanche, à l’intérieur, il donne lieu à un travail intensif pendant une grosse quinzaine de jours, car le PEB, intégré in extremis au système après quelques hésitations, nécessite des adaptations propres. Pendant ce laps de temps, le développeur et l’ingénieur informatique de la bibliothèque numérique sont sérieusement mis à contribution.

L’outil ? Pas besoin (pas question, oui !) de dépenser de l’argent, un logiciel libre et gratuit nous tend les bras : OTRS (open source ticket request system), une plate-forme de support déjà utilisée depuis plusieurs années à Clermont par le centre de ressources informatiques. Une seule démonstration suffit à nous convaincre : l’outil est mûr techniquement, et plein de possibilités. Le gros du travail consistera à désactiver les dizaines de fonctionnalités dont nous n’avons pas besoin, pour alléger l’interface et la rendre moins impressionnante. Sur le plan graphique, OTRS, conçu par et pour des informaticiens, n’est pas précisément affriolant, mais après tout c’est une application-métier, et quand on la compare à notre SIGB3, qui rhabille de couleurs début vingt-et-unième siècle une ergonomie de l’ère pré-chiraquienne, on se surprend à trouver l’esthétique d’OTRS vachement aguichante.

Tableau de bord général du logiciel OTRS.
Tableau de bord général du logiciel OTRS.

Le fonctionnement ? Le guichet repose sur les collègues qui sont de permanence dans les BU aux guichets physiques. Connaissant le débit moyen sur les guichets bibliographiques, on a tablé avec réalisme sur le fait que la plupart des questions auraient une réponse rapide et que leur flot modeste resterait compatible avec une bonne disponibilité des collègues en banque de prêt. La plate-forme OTRS est organisée en « files », une par grand pôle disciplinaire, calquée sur l’organisation physique des BU (… et une pour chaque PEB). Les questions arrivent dans une seule et même file indifférenciée (… sauf le PEB), et toute personne se sentant capable de répondre à une question peut s’en occuper, la déplaçant alors dans « sa » file (ce n’est pas indispensable mais en pratique, c’est tout de même ce qui se fait, et cela permet d’y voir plus clair). Un groupe de référents, répartis dans toutes les BU, vérifie régulièrement qu’aucune question ne reste en attente, et le cas échéant la transmet à l’équipe plus directement concernée avec une petite alerte.

Tableau de bord d'OTRS (vue par file)
Tableau de bord d’OTRS (vue par file)

Les résultats ? J’avoue qu’ils m’ont surpris. Entre début novembre et fin janvier… 350 demandes traitées, plus 1440 pour le seul PEB4. Cela fait tout de même une belle ration de questions pratiques, techniques ou thématiques ! Un des mérites inattendus de l’opération, c’est donc qu’elle révèle l’intensité d’un trafic dont on connaissait l’existence, mais dont l’ampleur était invisible. Accessoirement (mais en fait ce n’est pas du tout accessoire), l’outil va nous permettre de mieux connaître et comprendre la nature des demandes qui nous arrivent quotidiennement de nos utilisateurs. Naturellement, l’unification des canaux d’échange n’est pas totale : les mails personnels servent encore aux habitués, les standards téléphoniques aussi. Et heureusement, car le but n’est pas d’imposer aux usagers un canal unique, mais de réunir l’essentiel des demandes en coulisses, pour que chacun voie ce qui se passe entre nous et nos utilisateurs, avec l’espoir de faciliter les échanges entre nous et de minimiser les délais de réponse. Nous venons de mesurer qu’il se passe énormément de choses en ligne entre nous et nos lecteurs, c’est une excellente nouvelle. Maintenant, nous allons essayer de rendre ces échanges aussi agréables et efficaces que possible…

 

  1. GUN pour les intimes, inévitablement… []
  2. J’ai expérimenté jadis, en tant qu’utilisateur, la limite d’un réseau de renseignement. J’avais utilisé un guichet numérique pour obtenir des renseignements pratiques sur une bibliothèque où j’allais faire une recherche, pour préparer correctement mon déplacement. Or le renseignement inexact qui m’a été donné m’a fait perdre une partie de ma journée. L’erreur commise était clairement liée au caractère élargi du réseau de renseignement : jamais un bibliothécaire « du lieu » n’aurait commis l’erreur qui m’a égaré. []
  3. Au cas où un non bibliothécaire lirait ce billet, je précise qu’un SIGB est un système intégré de gestion de bibliothèque, C’est parfois un logiciel qui tourne bien. Trop souvent, c’est une usine à gaz informatique poussive et rafistolée, qui tourne uniquement sous Windows Vista et permet, à condition de disposer d’une douchette à scan compatible, de compétences métiers hors pair et d’une patience évangélique, d’acheter des livres, de prêter des livres, de cataloguer des livres, d’inscrire des lecteurs, et dans les jours de chances d’extraire quelques statistiques sur les fonctions précédentes. J’exagère, bien entendu. D’ailleurs nous sommes lancés dans un grand projet d’amélioration de notre SIGB, mais c’est une autre histoire. []
  4. Pour expliquer ce chiffre, je précise que le PEB est gratuit à Clermont. []

Votre libre accès avec ou sans… la suite !

Aaron Butler, Flying Books.
Aaron Butler, Flying Books.LOGOCCby-nc-nd.eu

 

 

 

Le billet d’humeur paru ici il y a quelques semaines a donné lieu à des discussions nourries avec divers collègues1. Inutile de les détailler ici, ce billet vise juste à effectuer trois mises à jour importantes.

  1. Amende honorable : je soutenais que le problème n’était pas juridique, et que la solution que je proposais ne devrait soulever aucune espèce de question en termes de droit. Je me trompais, ainsi que l’a montré Lionel Maurel dans son récent billet sur le sujet. Merci à lui d’avoir corrigé mon erreur. Pour la résumer d’une phrase : en arrière-plan de l’arrêté, il faut se reporter au Code de la propriété intellectuelle2, que la jurisprudence a toujours  interprété dans un sens restrictif : « Cela signifie, écrit Lionel Maurel, qu’un usage non explicitement prévu au contrat devra être réputé comme toujours interdit ». Le bon sens n’y peut rien, la solution que je préconisais n’est pas juridiquement sûre… Si l’on décide de la pratiquer, que ce soit en connaissance de cause !
  2. L’espoir est permis : comme l’indique Joachim Shöpfel (directeur de l’Atelier national de reproduction des thèses) en commentaire, la solution évoquée par Lionel Maurel (modification de l’arrêté) est en cours d’élaboration depuis un certain temps déjà. L’arrêté modifié élargirait la transmission possible à l’ensemble de la communauté universitaire, exactement ce qui nous manque. Excellente nouvelle ! Espérons que tout cela aboutisse rapidement.
  3. En attendant, la solution la plus simple est de résoudre le problème avec chaque doctorant lors du dépôt de sa thèse. Pour cela, il est important de bien éclairer les doctorants sur les conséquences de leur décision lorsqu’ils choisissent d’accepter, ou non, la mise en ligne de leur thèse. Puis, lors du dépôt, de leur demander d’indiquer explicitement leurs directives concernant la possibilité du PEB. Un modèle de formulaire de dépôt qui prend en compte cette question est disponible ci-dessous :

– en format libre office (.odt)
– en format microsoft (.doc)

 

Je conclurai en citant une dernière fois le billet de Silex :

La dernière option consiste à considérer que même si l’usage ne respecte pas à la lettre le droit en vigueur, il appartient aux bibliothèques de prendre leurs responsabilités et de mettre quand même en oeuvre un PEB des thèses électroniques sur une base pragmatique et raisonnable. Après tout, plusieurs usages en bibliothèque s’opèrent toujours aujourd’hui sans aucune base légale (le prêt de CD, la mise à disposition de jeux vidéo ou d’applications pour tablettes, etc.). S’il avait fallu attendre que la loi change, les bibliothèques auraient été contraintes à renoncer à l’exercice d’une partie importante de leurs missions en faveur de l’accès à la culture et à la connaissance.

Je souscris à cette position. Le droit est imparfait, et en attendant qu’il évolue, à son rythme, nous avons le devoir, en tant que professionnels, de travailler avec bon sens. Jamais pour le plaisir de la transgression (que personnellement je goûte fort peu, comme la plupart de mes collègues) mais parce que le bon sens peut et doit primer sur le rigorisme juridique. En ces matières, le discernement relève de la conscience (professionnelle) de chacun et ne saurait être traduit en procédure. Rappelons-nous cependant pour quoi nous travaillons, avant d’inviter un apprenti chercheur à prendre le train pour consulter un fichier électronique.

  1. Merci, en particulier, à Sylvain Machefert, David Aymonin et Lionel Maurel pour ces échanges. C’est David qui a pris l’initiative d’aller au-delà de l’énervement et de travailler sur le sujet, et c’est sur sa suggestion que paraît ce billet, ainsi que les modèles de bordereau de dépôt qui y sont joints. Merci à lui, ainsi qu’à nos collègues des PEB que nous avons harcelés pour connaître leur avis sur ces questions ! []
  2. Article L131-3 du CPI : « La transmission des droits de l’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée. » []

Votre libre accès, avec ou sans bon sens ?

Ceci est un billet d’humeur. Massacrante, pour être honnête.

Livres anciens dans un placard grillagé
Jail House Books, par Jürgen Priebe LOGOccby-nc-petit

 

Vous est-il déjà arrivé de perdre votre calme face une situation absurde ? Ce sentiment m’envahit chaque fois qu’un service de prêt entre bibliothèques est obligé de mendier, comme une faveur insigne ou un passe-droit, l’envoi d’une thèse électronique, sous prétexte qu’elle n’est pas diffusable sur internet1.

Imaginez la situation  :

  • Une thèse, soutenue à l’Université Louis de Broglie (Paris nord-nord-ouest), en 2012, a été déposée sous forme électronique.
  • L’auteur (appelons-le Albert) a demandé, comme c’est son droit, que cette thèse ne soit pas diffusée sur internet2.
  • Le fichier électronique n’est donc consultable que dans les locaux de l’université. Il est déposé sur un serveur local, qui fait barrage à toute tentative d’accès venant d’une adresse IP située hors du réseau universitaire de Paris ouest-nord-ouest.
  • Un doctorant (appelons-le Pierre-Gilles) qui travaille à l’Université Isaac Newton à Marseille, a besoin de consulter cette thèse pour nourrir son travail.

À l’âge quasi-révolu des thèses imprimées, Pierre-Gilles s’adressait au service de prêt entre bibliothèques (PEB) de l’Université Newton, qui contactait celui de Paris ouest-nord-ouest. Quelle que soit l’opinion d’Albert sur la question, sa thèse était un document public. Comme tout document public elle était donc envoyée par la poste au service demandeur. Pierre-Gilles consultait la thèse, en faisait son miel, la citait, et soutenait brillamment son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il avait grand soin de citer avec une élégante déférence.

En 2015, Pierre-Gilles s’adresse au service de prêt entre bibliothèques de Marseille. Ce service contacte celui de Paris, qui lui répond que la thèse n’est consultable que sur intranet. Et qui de ce fait, ne s’estime pas autorisé à l’envoyer par le PEB.

En 2015, Pierre-Gilles va devoir

prendre le TRAIN

pour aller CONSULTER

une thèse ÉLECTRONIQUE.

À ce stade de la lecture, vous vous dites qu’il n’est pas possible de faire à Pierre-Gilles une réponse aussi… (je ne trouve pas de mot qui puisse s’écrire dans un blog professionnel). En effet. Son service de PEB lui répond juste, un brin gêné, qu’on « ne peut pas lui faire parvenir la thèse parce qu’elle n’est pas diffusable sur internet ». Il ne prendra pas le train, ne viendra jamais consulter ce maudit fichier électronique enfermé dans sa cage, et sa thèse sera ratée.

Je dramatise un peu, je l’admets : souvent, les bibliothécaires, bon bougres, vont se décarcasser pour retrouver Albert et lui arracher son consentement. Or en général, Albert n’a aucune objection à ce que quelqu’un consulte sa thèse : il est généralement prêt à l’envoyer lui-même, tant il est heureux et surpris qu’elle ait un lecteur.
Mais cette réponse passe totalement à côté du problème ! La seule réponse de bon sens à cette situation est celle qui se fonde sur la pratique invariable du PEB pour les thèses : le service de PEB de Paris va envoyer le fichier électronique à son homologue marseillais, comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour ce dernier d’offrir le fichier au lecteur dans ses locaux comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour Pierre-Gilles d’en faire bon usage, ce bon usage ne pouvant, du reste, exclure ni téléchargement, ni impression (ces mêmes droits qui s’appliquent dans l’université d’origine, tout simplement). S’il s’agit d’un doctorant normalement constitué, il en fera son miel, et soutiendra brillamment dans quelque temps son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il aura grand soin de citer avec une élégante déférence.

J’entends d’ici l’objection :

et si Pierre-Gilles est un sans-gêne,

et s’il PLAGIE ?

Eh bien si s’agit d’un odieux plagiaire, il fera un ignoble et grossier copier-coller (parfaitement traçable grâce à la demande de PEB) que Jean-Noël Darde se fera un plaisir d’épingler sur son blog, et sa pseudo-carrière d’universitaire sera brisée à tout jamais. Y compris s’il est président de la république ou ministre de l’économie. Ainsi la morale sera sauve, la science aussi. Mais ceci est une autre histoire, qui ne regarde pas la bibliothèque.
Ce qui nous regarde, c’est de faire notre travail, en envoyant la thèse au service du PEB concerné.

Entendons-nous bien : je ne suis pas ici en train de prêcher la moindre transgression. Je ne dis pas que les docteurs devraient avoir l’obligation de diffuser leur thèse sur internet, ni que les bibliothèques devraient outrepasser les directives des docteurs. Je ne fais que rappeler quelle est la règle. Le docteur a toute liberté pour refuser que sa thèse soit diffusée en ligne. Simplement, l’envoi d’un fichier d’une bibliothèque à une autre bibliothèque ne constitue en aucun cas une diffusion sur internet. Il n’y a là nulle discussion juridique possible. À l’âge du papier, nous envoyions les thèses par courrier et elles étaient consultables en bibliothèque. Elles pouvaient être photocopiées, citées, utilisées librement par leur lecteur. À l’âge de l’électronique, les thèses peuvent être envoyées par courrier électronique et consultables en bibliothèque. Elles peuvent faire l’objet d’une impression, et être citées et utilisées librement par leur lecteur.

Renoncer à envoyer ces thèses par le PEB, ce n’est pas respecter la décision du docteur, c’est aller au-delà de cette décision et nous arroger le droit de limiter l’accès à un travail universitaire. J’estime que c’est un manquement à nos devoirs professionnels, nourri par une crainte juridique infondée et injustifiable en fait comme en droit. Bref, je ne suis pas pour, on l’aura compris.

Je ne suis pas trop inquiet sur notre capacité à (r)établir une saine pratique. Mais si je publie ces lignes, c’est parce que je sais pertinemment que de nombreux services de PEB confrontés à ces vains états d’âmes. Or plus ils sont nombreux à réagir en s’auto-censurant, plus grave est le danger de faire admettre une régression majeure aussi bien dans le service rendu que dans la diffusion du savoir scientifique. Chers collègues, je vous en supplie : respectez vos propres règles. Le PEB, comme son nom l’indique, est une procédure de transmission de fichier de bibliothèque à bibliothèque. Ce n’est pas une diffusion en ligne. Ayez donc l’amabilité de cocher la petite case « disponible pour le PEB » même et SURTOUT quand une thèse n’est pas diffusable sur Internet. Ou alors, si vous ne pouvez transmettre que les thèses librement accessible sur le Web, expliquez-moi à quoi vous servez.

 

  1. Toute ressemblance avec des faits existant ou ayant existé serait complètement incroyable. L’avisé lecteur aura parfaitement compris que ce qui provoque mon agacement, c’est seulement l’idée qu’une telle situation pourrait se produire. Dans la vraie vie des vraies bibliothèques, jamais rien d’aussi absurde ne se produit, bien sûr. []
  2. Notez que cette thèse n’est pas confidentielle, cela n’a rien à voir. Comme le savent les habitués de ces questions, la confidentialité est une mesure tout à fait exceptionnelle, qui interdit strictement toute diffusion et tout accès au texte déposé, mais pour un délai limité et précisément défini. []

Le SGBM et la BCU : « Techpoint et Checkpoint »

La situation actuelle du système

Depuis les années 2010, nous nous sommes investis dans une démarche de modernisation de nos outils documentaires, à l’instar de nombreuses bibliothèques universitaires, soucieuses d’offrir de meilleurs services à leurs usagers.

Nous avons commencé en 2011 par réaliser notre propre site web (avec Drupal) puis, en 2012, notre catalogue (avec Blacklight). Les deux projets ont bénéficié d’abord à nos publics. Cependant, notre système d’information tout entier méritait d’être revu et simplifié. Le projet SGBM arrivait donc à point nommé. Voici en effet la liste de nos outils actuels :

OUTILS CONTENU FORMAT DE DONNÉES
Step + Star Thèses électroniques Métadonnées XML TEF
Sudoc (CBS + WinIBW) Tout imprimé ou électronique Notices UNIMARC
 Le contenu est versé dans :
le SIGB (Absysnet)
Tout imprimé
Thèses tout support
Supports numériques
Collections électroniques acquises et licences nationales
Notices UNIMARC
S’y ajoute ensuite le contenu des deux outils suivants :
1. Résolveur de lien (SFX) Revues électroniques abonn. Métadonnées XML DC
2. Fichiers éditeurs Livres électroniques abonn. Notices UNIMARC
Et le tout est rendu consultable via :
Catalogue (Blacklight) Tout imprimé ou électronique UNIMARC

Nous utilisons différents outils, en fonction du type de document à traiter. Et malheureusement, tous ces outils ne sont pas maniés par tous les bibliothécaires. L’une de nos principales motivations à intégrer le projet SGBM était justement de réintégrer la gestion des ressources électroniques dans le travail quotidien de l’ensemble des collègues.

Du point de vue technique, la réinformatisation s’imposait. Pas de modernisation de nos services sans un nouveau système de gestion performant, alliant robustesse et respect des standards (à la fois de la bibliothéconomie et du web). Nous avions besoin d’un système capable de rendre tous les services attendus comme d’interagir avec des applications développées dans l’établissement, tout en conservant un lien très fort avec le réseau Sudoc.

Le SGBM correspond bien à nos besoins. Tout en participant au projet, nous avons lancé dès 2013 des chantiers pour préparer la migration. Certains concernent spécifiquement les périodiques, afin de mettre à jour tous nos états de collection. D’autres impliquent des corrections de données très importantes tandis que les derniers consistent en des exemplarisations automatiques dans le Sudoc (des corpus entiers ne sont pas encore signalés dans le catalogue national). C’est un travail de longue haleine, mais qui en vaut la peine, car, à ce prix, nous pourrons « migrer » correctement nos données dans le futur SGBM.

Une question de rythmes

Villard de Honnecourt, "Perpetuum mobile" (Image du domaine public)
Villard de Honnecourt, « Perpetuum mobile » (Image du domaine public)

Une fois le constat dressé, il importait d’agir et le projet SGBM nous offrait l’occasion et de nous insérer dans une réflexion globale et de projeter le site universitaire auvergnat dans un cadre d’action répondant à nos attentes.

Comme souvent, le dossier présentait deux versants : un versant interne et un versant externe, l’ubac et l’adret en somme (car, bien sûr, les Auvergnats ont la manie de vouloir tutoyer les sommets !).

Du point de vue interne, la réflexion s’est organisée rapidement, grâce à la désignation d’une Chef de projet, à l’intégration du dossier dans la stratégie globale (Lire ici http://alambic.hypotheses.org/4163 et là, http://alambic.hypotheses.org/5534) et à la diffusion en interne des mutations qui allaient en découler (Journée des personnels 2014, avec la tenue d’un atelier spécifique). Des réunions rassemblent depuis plusieurs mois la Chef de projet, la Responsable des données bibliographiques et deux professionnels BIBAS, pour planifier les chantiers. D’ores et déjà, il est acté qu’un professionnel BIBAS viendra épauler la Chef de projet en septembre 2015, tant ce dossier est capital et qu’un réseau de correspondants, dans les différentes BU, sera en soutien.

À la jonction de l’interne et de l’externe, se trouve la communication interne au site auvergnat, à destination des décideurs et cadres universitaires (Présidents, Vice-présidents, DGS, DSI, Service juridique, enseignants-chercheurs). Chaque fois que ce fut possible, un bilan d’étape du projet SGBM fut exposé, dans le cadre du Conseil de la documentation et du CODEX1. Ainsi, le 13 mai dernier, le dossier fut analysé pendant près d’une heure trente dans cette dernière instance, à l’aune des besoins présents et à venir. Un accord de principe prévaut maintenant pour la suite, avec pour seule réserve majeure la question des coûts, non encore définis, mais qui pourront l’être après la remise de l’étude de l’ADBU, annoncée en septembre 2015.

Dans les montagnes auvergnates, l’eau surgit partout, fraîche d’ordinaire ou brûlante parfois (les « chaudes aigues »). Elle va d’un versant à l’autre. Métaphoriquement, au sens premier comme au sens figuré du terme2, nous pouvons avancer que les « couzes »3 de la réflexion interne permettent de « charrier » des éléments d’appréciation en externe. C’est ainsi que nous avons répondu à l’étude d’impact de l’ABES de mars 2013, par un document de six pages, qui tentait de répondre à la volonté, exprimée par le Directeur de l’ABES, d’appropriation du projet par les partenaires. Nous y prenions des positions discutables, sans doute, mais qui ont été rendues publiques par un envoi sur la liste de diffusion de l’ADBU. Nous avons également souhaité faire remonter d’emblée le sujet important à nos yeux de l’accessibilité, au regard des publics en position de handicap. En outre, nous avons diffusé le projet à l’extérieur de la sphère « enseignement supérieur et recherche », ce qui fut l’occasion de constater que le réseau CANOPE avait entrepris un projet similaire (projet R@cines) et de proposer à l’ABES, par conséquent, une possible interopérabilité entre SGBM et R@cines, pour mieux desservir les ESPE. Enfin, il nous semble que le projet SGBM mérite une communication large, à même d’en montrer toute la portée en-dehors du cénacle des spécialistes de l’Infodoc : l’ABES s’y emploie activement cette année, en mettant à la disposition des sites pilotes des documents réemployables pour partie. Nous pourrions aller jusqu’à donner un nom au projet qui soit moins « métier ».

Qu’en espère-t-on ?

Qu’est-ce qu’un site universitaire comme celui de Clermont-Auvergne peut espérer du projet SGBM à l’horizon 2017 ?

  • Évidemment, une modernisation technique, facilitant l’insertion de la BCU dans les projets de site (comme le projet de carte universitaire unique pour l’ensemble des services), ou dans des projets internes (bascule progressive en RFID)
  • Le bénéfice d’une expertise partagée, avec des retombées offertes en termes de services (création d’API…), en termes de qualité des données et de leur gestion (base de connaissances, Hub de métadonnées les Québécois diraient peut-être « pôle », les Auvergnats « puy », qui vient de podium, rappelons-le et évoque chez nous une relation ombilicale).
  • Un point d’accès unique pour l’ensemble des collections du site Clermont-Auvergne (par collections, entendons les collections produites ou acquises par le site, en matière de pédagogie, de recherche et de diffusion de la culture scientifique, quels que soient les supports et les formats)
  • Un levier interne pour la diffusion des nouveaux formats au sein des personnels de bibliothèque
  • Un appui pour promouvoir l’Accès universel (l’Open access)
  • Une préparation à l’avènement à terme d’un espace européen de la documentation.

Ces espérances sont gagées sur le maintien d’une Agence bibliographique forte et jouant à plein son rôle de coordinateur, car le site universitaire Clermont-Auvergne ne pourrait seul relever ces défis, fût-il en relation avec d’autres universités.

F. Boyer, Directeur de la BCU, et R. Bussemey, Chef de projet SGBM à la BCU.

1. Bureau du Conseil de la documentation, regroupant enseignants-chercheurs désignés par les Présidents et les conservateurs Responsables de service.

2. La métaphore, étymologiquement, renvoie à l’idée de transport.

3. Une couze est un ruisseau de montagne en Auvergne.

L’informatique n’est pas un problème

À Clermont-Ferrand, le numérique est une affaire qui marche. Une bibliothèque de production, un site web développé en interne, un outil de découverte, et même un blog, c’est dire que l’informatique ne nous inspire aucune crainte. Il y a d’ailleurs une bonne raison à cela, c’est qu’elle ne nous pose aucun problème. Nos serveurs sont sûrs, notre réseau ne connaît pas la lenteur ni nos machines la panne ; nos utilisateurs sont assez experts pour résoudre seuls les très rares problèmes qu’ils rencontrent, et nos imprimantes ne manquent jamais de toner. Et il fait toujours beau chez nous.

 Ceux qui ont vraiment besoin de croire que tout va bien quelque part vont devoir arrêter ici leur lecture. Ceux qui préfèrent la réalité sont invités à poursuivre1.

Blue screen of death, par JackAce, publié sur FlickR sous licence Creative Commons: attribution ; pas d'utilisation commerciale.
Blue screen of death, par JackAce, publié sur FlickR sous licence Creative Commons: attribution ; pas d’utilisation commerciale.

L’avisé lecteur aura noté comment le premier paragraphe de ce billet, entamé sur un raccourci optimiste, glisse vers la franche exagération pour s’achever en galéjade grossière2. Revenons donc bravement à la réalité: à Clermont comme ailleurs, l’informatique pose régulièrement des problèmes. Régulièrement, mais particulièrement ces derniers temps. Il n’est pas inutile d’en faire état ici, d’abord parce que la première condition pour affronter sainement un problème est de l’autoriser à exister ; ensuite parce que ce blog est un outil de travail, non de propagande ; enfin pour remonter le moral des collègues (car il y en a peut-être ailleurs qu’ici) qui auraient connu un jour ou l’autre des problèmes informatiques : vous n’êtes pas seuls.

 Qu’il y ait des pannes est prévisible ; pourtant tout est imprévisible dans une panne : moment précis, causes exactes, élément déclencheur, temps de traitement; et récurrence, hélas. Ici, il y a longtemps que les incidents informatiques ne s’étaient succédé si nombreux en si peu de temps. Pour éviter de sombrer dans la superstition, je tiens ferme la loi des probabilités, qui prouve que le hasard suffit à expliquer les salves d’accidents, et dispense d’avoir recours aux explications astrales, à la malédiction divine ou à la malveillance de la NSA voire du voisin de bureau dans les cas extrêmes3.

Mais venons-en à notre petite série noire locale, trois grosses pannes en un mois.

  • le 10 décembre dernier, le site « enfance violence exil », hébergé et administré par la BCU, ne peut plus être affiché en raison d’un grave problème de sécurité informatique. Une solution improbable jaillit mi-janvier, alors que l’on s’apprêtait à entamer la réécriture du site, soit plusieurs semaines de chantier, au désespoir des chercheurs privés de leur outil de travail et de communication scientifique et pédagogique.
  • 16 décembre, à l’issue d’une mise à jour de routine, perte du contenu de 12 serveurs virtuels dont ceux qui portaient l’accès professionnel à notre système de gestion, le site web et notre outil de découverte. Le contenu est restauré quasi-intégralement en trois jours grâce aux sauvegardes automatiques, mais l’infrastructure n’est pas encore remise en place à ce jour : trois disques étaient défectueux et leur remplacement prend du temps. La machine de secours est située dans nos locaux, dont l’installation électrique est fragile… Une coupure de courant début janvier, à la fin des congés de Noël, provoque l’extinction du site web et du catalogue pendant deux jours, jusqu’à la réouverture.
  • 13 janvier, un disque dur externe à grande capacité contenant plusieurs mois de travail de numérisation cesse de fonctionner. Pas de perte de données à craindre a priori, mais en attendant que l’on puisse s’attaquer au problème (après avoir fini le déblaiement du précédent), la chaîne de numérisation tourne au ralenti.

Je passe sur les pannes et ralentissements quotidiens plus ou moins consécutifs aux précédents et qui ont égayé janvier : tandis que l’on répare les dégâts, les services tournent vaille que vaille sur des machines de remplacement, un peu anciennes. Cela ne va pas sans lenteurs ni coupures. À présent que l’on commence (restons prudents) à voir le bout du tunnel, quelles leçons tirer de cette rude série ?

 Peut-on rendre la technique fiable ?

 Bon gré mal gré, nous vivons sous le règne des serveurs. Dossiers et outils quittent nos ordinateurs personnels pour des machines plus puissantes et plus lointaines. Aujourd’hui, la BCU utilise des machines situés au CRRI (sur notre campus, mais hors de nos locaux) pour tous ses services critiques : SIGB, site web et intranet, outil de découverte, serveur de diffusion local des thèses. Elle recourt à l’hébergement externe pour le catalogue des revues en ligne et le résolveur de liens, la diffusion des thèses et articles (via HAL et TEL), ses blogs 14-18 et Alambic, et un jour prochain pour le SGB mutualisé.

 Cette organisation a son intérêt (les données sont abondantes et faciles d’accès), et son prix : toute panne a des conséquences collectives, voire massives. Qu’une machine cesse de fonctionner, les utilisateurs pénalisés sont dix fois, mille fois plus nombreux qu’avant. Il faut donc, selon le terme consacré, sécuriser les serveurs. Contre la panne électrique, contre la panne de climatisation, contre l’attaque informatique, contre l’avarie matérielle, contre le bug logiciel, contre la perte de données… Comme toute organisation utilisant abondamment l’informatique, la BCU a subi, tour à tour, chacune de ces pannes. Seuls des ensembles techniques colossaux peuvent déployer les moyens nécessaires pour satisfaire un besoin infini de stabilité technique. « Google ne s’arrête jamais » (encore que… mais si, même Google a connu deux pannes !) mais Google a un million de serveurs.

Bien qu’en dix ans la BCU ait multiplié par 12 le nombre de ses serveurs (passant de 2 à 24 !), nous cherchons la stabilité à une échelle quasi-dérisoire. Notre meilleure défense contre la panne est donc de nous appuyer sur des organisations matérielles plus robustes que la nôtre. Déplacement des machines vers le centre de ressources informatiques local (pour parer aux problèmes d’électricité et de climatisation), virtualisation et mise en place d’un outil global de sauvegarde (pour éviter les pertes de données), hébergement des services web dans de grandes infrastructures (CINES, CCSD, etc.). Tout cela prend du temps et demande aux informaticiens un travail d’adaptation qui ne finira qu’avec l’informatique elle-même. Pas tout de suite, donc, sauf imprévu.

« Mais qu’est-ce qui se passe ? »

 Le drame d’une panne, c’est moins la perte de données, généralement réduite, que le temps passé à réparer, durant lequel le service fait défaut, et durant lequel des dizaines de personnes réduites à l’impuissance attendent et se demandent ce que font les informaticiens (restons polis). Or, lorsqu’un informaticien sue sang et eau pour résoudre un problème le plus vite possible, il lui est difficile de s’adresser en même temps aux utilisateurs pour expliquer ce qui se passe, plus encore de leur prédire avec réalisme le retour au service normal.

C’est pourtant la première demande, et presque la seule en fait, des utilisateurs : savoir ce qui se passe et, surtout quand ça va remarcher. La seule (mais bien réelle) utilité des non-informaticiens de la bibliothèque numérique pendant les pannes informatiques est donc de brosser, pendant que les informaticiens travaillent, des points de situation honnêtes et des pronostics prudents. Puis, une fois le service rétabli, un compte rendu de ce qui s’est passé (et/ou un billet de blog), pour ceux qui ont envie de comprendre. Tant vis-à-vis de nos collègues ou du monde extérieur, l’exercice est à la fois indispensable et salutaire. Indispensable, parce que cacher nos problèmes est illusoire quand plus personne ne peut travailler, et que les exposer nous confère au moins le mérite de l’honnêteté, nous assurant autant de compréhension que le permet la frustration endurée par nos collègues ; salutaire, parce qu’il nous pousse à un diagnostic plus approfondi et plus fiable, car dégagé de la crainte superflue de perdre la face.

L’informatique n’est pas un problème. C’est un outil puissant, limité seulement par nos propres limites. Je crains que ce ne soit incurable.

 

  1. La vérité vous rendra libres ; mais il se pourrait que la vérité soit un peu triste. []
  2. je parle du toner, bien sûr ; l’information météorologique relève de la plus pure bonne foi. []
  3. je précise que ce dernier cas est purement théorique ; j’ai déjà dit ailleurs que mes collègues étaient parfaits et je le maintiens ; cela tient sans doute à la météo, cf. le premier paragraphe de ce billet. []

Postuler une politique de l’offre pour les Antennes U

Les services documentaires universitaires, pour la plupart d’entre eux, sont écartelés entre un centre et des ancrages dits périphériques. Comment faire une force de cette implantation régionale? Ce fut l’objet de deux années de travail au sein de la Bibliothèque Clermont-Université, travail sous-tendu par une volonté politique affirmée des présidents d’université et du PRES (CUE), et qui donna lieu à un éclairage au sein du Conseil d’administration de Clermont-Université, le 9 octobre dernier. Je ne vais pas détailler ici ce qui va faire l’objet prochainement d’une publication dans « Notes et documents ». Puisque blog centré sur le numérique il y a, je centrerai mon propos sur l’équilibre délicat à ménager entre services physiques et services numériques. Il s’agit d’aborder là la question de l’Accessibilité, une des facettes du dossier.

N5971877_JPEG_1_1DM

La Province d’Auvergne, par B. Jaillot, Source gallica.bnf.fr

Faut-il postuler, en effet, une politique de l’offre en matière documentaire et de services documentaires et si oui, quels sont les dispositifs physiques et dématérialisés à mettre en place ?

Accessibilité ou Postuler une politique de l’offre : Il paraît nécessaire, au nom de l’égalité d’accès aux services et parce que les étudiants dans leur ensemble et où qu’ils se trouvent, payent des droits d’inscription à la BCU qu’une politique de l’offre soit affichée. Cette politique de l’offre peut prendre trois formes :

1°) une offre physique et numérique universitaire. Dans ce premier cas, la bibliothèque est un espace particulier, en prise avec les réalités universitaires. Elle est animée par un ou plusieurs personnels de la BCU, éventuellement dans le cadre d’un partenariat étroit avec le CRDP-CDDP –cas à Aurillac et au Puy, où la bibliothèque est commune- ; l’équipe de la bibliothèque peut être intégrée dans une équipe polyvalente d’un Centre d’apprentissage et du savoir, antenne du Learning centre clermontois en gestation. En tout état de cause, pour être en prise avec les réalités universitaires, les bibliothèques physiques des antennes doivent être intégrées dans les schémas de développement immobilier et être associées au développement des TICE. L’intérêt qu’il y aurait à associer, en effet, dans un Centre d’apprentissage et du savoir (learning centres) les personnels BCU aux personnels chargés des TICE ou du multimédia, serait de permettre une collaboration quotidienne en « mode projet » des équipes et un élargissement de la palette des compétences. Chaque équipe resterait autonome, tout en partageant des projets communs. Elle replacerait également le livre papier dans un environnement hybride et revendiqué comme tel, dans une perspective d’appropriation des concepts dépassant le clivage institué par le recours ou non à l’outil informatique.

2°) une offre physique et numérique « mixte » (universitaire/territoriale). Dans ce second cas, la BCU offre des contenus numériques et pourrait offrir une plateforme numérique de services, tandis que l’espace physique relève d’une collectivité territoriale, qui mettrait également à la disposition des étudiants un/des professionnels territoriaux, par subsidiarité. Le campus de Vichy illustre parfaitement ce cas. A charge pour la BCU de former les professionnels territoriaux et d’insérer la Responsable de l’équipement documentaire dans la réflexion stratégique : la convention signée en décembre 2012 y pourvoit.

3°) une offre uniquement numérique, basée sur les ressources électroniques fournies par la BCU aux post-bacs, sur convention et avec des cofinancements. En effet, la richesse de l’offre du site de la BCU est aujourd’hui incontestable, mais seulement accessible à partir des ENT des étudiants de l’ENSCCF, de l’IFMA, de l’UdA et de l’UBP. Là encore, une plateforme numérique de services à venir, complèterait les collections documentaires en ligne. Il y aurait élargissement, par conséquent, du public visé, audience plus large qui ressortit à l’heure actuelle aux filières mises en place par le Rectorat (BTS…), à la filière médico-sociale, à la filière agricole.

Il faut encore parler au conditionnel, puisqu’il s’agit là d’un pan entier du futur projet de Learning centre.

Ces trois possibilités articulées les unes aux autres devraient permettre d’établir un réseau cohérent et tout à la fois adapté aux contextes locaux et à leurs évolutions. Donner une réponse univoque, en effet, n’est et ne serait tout simplement pas envisageable pour Clermont-Université.

 

La BCU vue par elle-même

La fin du mois de juin a été l’occasion pour toute la BCU de se retrouver pendant une journée autour du thème des services en bibliothèque.
brainstorming-billet-blog-13
Brainstorming, by Blese on Flickr, CC BY-NC 2.0

L’ensemble des collègues ont échangé par petits groupes lors d’ateliers qui se rattachaient à cette notion de service(s) : les collections comme service, les services aux étudiants, les services aux enseignants-chercheurs, les services aux autres lecteurs, quels matériels pour quels services (technique, informatique), l’évolution des métiers, la contribution des administratifs aux missions des BU, communication et services, les pratiques de lecture. Je livre ici mon point de vue et mes impressions quant au déroulement de la journée et à son contenu par rapport aux ateliers que j’ai suivis.

Les ateliers ont permis tout d’abord de nous faire tous se rencontrer. On imagine mal, lorsque l’on ne travaille pas dans une structure éclatée géographiquement comme peut l’être la BCU – 5 grandes BU, 15 bibliothèques dans la ville de Clermont-Ferrand, une ribambelle de petites structures réparties dans les villes universitaires antennes dans la région auvergnate – à quel point il est difficile de connaître tout le monde, et en même temps à quel point il est important de pouvoir mettre des visages sur des noms. C’est le premier niveau d’un réseau qui est destiné à travailler ensemble. Et en cela déjà, les ateliers ont été un succès. Je peux fièrement affirmer désormais que je (re)connais presque tous mes collègues (120 visages et noms tout de même!).

Une autre chose m’a frappé, c’est qu’après la découverte des collègues dont on ne connaissait que le nom pour certains d’entre eux, on a découvert ce que chacun fait dans son service. Dans l’atelier sur les services aux étudiants, j’ai pu entendre que des collègues proposaient des services qui existaient déjà dans une autre section, et dont je n’avais moi-même pas entendu parler. Les pratiques, que d’aucuns jugeaient très spécifiques à chaque BU, et sans possibilité de mutualiser/homogénéiser/harmoniser, se rejoignent dans la réalité et augurent favorablement d’un rapprochement global des sections de la BCU. J’oserais même avancer que la politique de prêts unifiée, dont ma collègue Raphaële a fait un bilan, en est le premier jalon.

Bonne surprise, on s’est tous exprimé, ce qui a alimenté les débats et permis un réel échange de points de vue. Et mieux, on s’est tous senti libres d’exprimer notre opinion, là où quelques-uns d’entre nous craignaient de se voir imposer un discours. On a tous pris conscience que l’avis de chacun compte pour réfléchir ensemble à notre travail et notre façon de voir la BCU, et ce, nonobstant les a priori et le manque de confiance en soi d’une partie d’entre nous.

Enfin, j’ai pu partager les retours des collègues quant aux évolutions du métier dans les bibliothèques et j’ai pu constater les impressions diverses qu’on peut avoir face aux évolutions institutionnelles et numériques. Dans l’atelier sur ce thème, tous ont confirmé que les niveaux de connaissances et de maîtrise des outils numériques sont disparates, à savoir que l’on n’est pas tous armé pour cela ; et pourtant il faudra bien que tous, si possible tous ensemble, on avance et rattrape les étapes technologiques qui n’ont pas encore été franchies pour pouvoir aborder sereinement et rapidement les évolutions actuelles, nettement plus complexes et en demande de mise à jour constantes de compétences, d’adaptation permanente aux changements, flux, nouveaux concepts et nouvelles structures, aussi bien au niveau technique et numérique qu’au niveau des reconfigurations organisationnelles (repyramidage des corps, des catégories de personnels, nouvelles missions, nouveaux paramètres extérieurs d’influence…).

Reste à savoir si ces ateliers vont apporter un réel sentiment de cohésion et de réseau, et si les idées qui en ont jailli seront développées par la BCU. C’est une de mes grandes attentes : mettre en forme et trouver une réalité à la matière créée lors de cette journée.

Pratiques de lecture des étudiants déficients visuels : mieux les connaître pour mieux servir

Livre en braille contenant du texte et une carte en relief
Livre conservé dans la maison natale de Louis Braille

J’ai assisté hier matin à une conférence d’Olivier Bessard-Banquy, organisée par le CRFCB et intitulée « Les mutations de la lecture ». Je suis un peu restée sur ma faim car les propos, largement émaillés de jugement de valeur sur des auteurs grand public, concernaient essentiellement la lecture d’oeuvres littéraires et l’édition alors que j’espérais entendre parler des lecteurs. Ils apparaissaient bien ça et là, au détour d’une phrase mais trop peu à mon goût et à certains de mes collègues bibliothécaires. Ce que j’avais projeté de la conférence ne correspondait pas au profil du conférencier, spécialiste de l’édition. Bel exemple d’une réponse qui ne correspond pas à un besoin et tombe à plat sans que la qualité de l’intervention soit remise en cause.

Je reste persuadée que, pour apporter des réponses pertinentes, il nous faut partir des besoins et des pratiques d’information et de lecture de nos usagers. Dès lors que les pratiques évoluent (et rapidement puisqu’elles sont liées à une industrie de la connaissance qui n’a de cesse de créer de nouveaux débouchés commerciaux), c’est une perpétuelle remise en cause de nos propres pratiques qui se joue. C’est tout l’inconfort et le sel du métier de bibliothécaire aujourd’hui.

Mon billet portera aujourd’hui sur les pratiques de lecture des étudiants déficients visuels. En effet, les réponses se complexifient encore lorsqu’il s’agit de répondre aux demandes documentaires d’étudiants qui ont besoin de documents adaptés. Entrer à la bibliothèque ou dans une librairie, interroger un catalogue pour localiser un document, parcourir une quatrième de couverture, lire un sommaire, feuilleter, scroller : autant de comportements communs, autonomes et autorisés pour un lecteur valide, compliqués, impossibles ou trop chronophages pour un lecteur aveugle ou malvoyant. Alors comment font-ils et comment apporter notre aide et nos compétences dans ces recherches ?

Compenser le handicap : le recours aux aides techniques

Le pas du numérique est franchi depuis longtemps par les étudiants en situation de handicap qui utilisent comme outils de compensation du matériel et des logiciels : ordinateur (de bureau ou portable) équipé selon les cas d’un logiciel d’agrandissement de caractère, d’un logiciel de revue d’écran (payant ou gratuit), d’une plage braille complété le cas échéant, d’un télé-agrandisseur, de loupes numériques, d’un bloc-notes braille, d’un scanner avec OCR, d’une machine à lire, …. . Ce sont des outils très personnels dont le choix dépend d’une analyse fine des déficiences fonctionnelles à compenser. Le recours à ces aides oblige à acquérir, en continu, des compétences procédurales (connaissance du clavier AZERTY et des fonctionnalités des logiciels, aisance de l’utilisation, …). Dans de nombreuses bibliothèques, ces matériels coûteux et fort peu utilisés prennent la poussière. J’ai le souvenir d’une définition du Diable des bibliothèques qui m’avait marquée : « Handicapé (lecteur) : Sert à dépenser un reliquat de crédits de fonctionnement, en justifiant l’achat d’appareils coûteux et ridicules. » Il n’est pas utile à mon sens que les bibliothèques soient systématiquement équipées de ces matériels. L’offre est à construire au cas par cas.

S’informer, se documenter, apprendre : se procurer des ouvrages en médias substituts

Je vais partir d’une situation très classique à l’université : un enseignant donne à ses étudiants une bibliographie sur le droit du travail. L’étudiant voyant interroge le catalogue de la BCU pour savoir si les documents sont disponibles. Si l’on fait une requête avec l’expression Droit du travail,  on obtient 588 documents dont 110 parus dans les 4 dernières années. On peut imaginer que le document sera présent. Dans le cas contraire, le service du PEB (Prêt Entre Bibliothèques) saura fournir, dans un délai rapide, le document demandé.  J’ai aussi lancé ma recherche sur la BDEA (Banque de Données de l’Edition Adaptée) en utilisant la même expression :  12 résultats mais sur ces 12 résultats, seuls 3 ont moins de 4 ans. Sur la BNFA, la même interrogation donne 7 résultats dont 5 ont moins de 4 ans. Il est donc très difficile pour un étudiant de se procurer dans un délai court des ouvrages adaptés, sur un sujet précis même s’il existe aujourd’hui quelques grandes bibliothèques numériques et si le nombre de documents disponibles à augmenter. Il ne pourra non plus faire appel au PEB.

J’ai pris l’exemple du droit du travail car il existe aujourd’hui une offre numérique d’e-books significative. La BCU est par exemple abonnée à Dalloz bibliothèque. Je me tourne vers la base de données que j’interroge. J’obtiens une trentaine de documents mais ils sont en format Flash. Un rapide test sur la plateforme Wave confirme leur inaccessibilité totale. L’étudiant en situation de handicap doit donc demander l’adaptation du document qui l’intéresse.

Ce rapide exemple montre que, s’il existe aujourd’hui quelques grandes bibliothèques numériques spécialisées BNFA, Eole, Bibliothèque Sesame, GIAA et une médiathèque spécialisée de référence ouverte au public : la médiathèque de l’AVH, l’offre en documents de niveau universitaire est encore plus faible que l’offre grand public. Ce que j’observe aussi c’est que l’offre d’ouvrages récents est complètement mêlée à une offre d’ouvrages obsolètes.

Se procurer un document de référence adapté demande donc : de l’anticipation (adapter prend du temps), de l’argent (certaines associations demandent aux lecteurs de lui fournir le document original), du savoir-faire (le métier de transcripteur est un métier à part entière)  et le passage par des intermédiaires (professionnels ou membres du cercle privé) qui se chargeront de ces opérations. L’exception handicap au droit d’auteur prévoir que les adaptations se font sans but lucratif. C’est donc une économie de la gratuité et de la solidarité qui s’est mise en place pour la production et la diffusion de médias substituts, économie où l’adaptation à la demande occupe une place très importante. Le soutien de l’entourage, la débrouillardise, les échanges de documents par les réseaux peer-to-peer sont aussi des moyens utilisés. Notre place est parmi ces intermédiaires, en appui aux lecteurs en situation de handicap ou aux missions handicap qui les accompagnent, pour les aider à trouver les documents nécessaires mais aussi pour les accompagner dans leurs recherches d’information et l’utilisation de nos sites ou de bases de données (lorsqu’elles sont accessibles !)

Accéder à l’information : varier les modalités et les stratégies de lecture

Un lecteur expert malvoyant ou aveugle comme un lecteur voyant met en place des stratégies de lecture différentes selon le projet de lecture mais ces stratégies excluent de fait la lecture « écrémage » qui permet de prendre rapidement connaissance d’un document en le survolant. Il n’y a pas d’appropriation globale d’un texte précédant la lecture détaillée. C’est la lecture séquentielle qui domine y compris pour la consultation d’un site Internet. Une personne aveugle de naissance m’a un jour confié la manière dont elle se repérait dans un site qu’elle utilisait régulièrement. Elle se le représentait comme un parking souterrain avec des niveaux différents, des carrefours. Cette représentation spatiale lui permettait ensuite de s’orienter facilement. Une autre qui doit utiliser dans le cadre de son travail de l’information tirée de sites internet institutionnels, m’expliquait qu’elle prenait le temps, au calme, chez elle de repérer la structure du site, son organisation pour ensuite gagner en efficacité.

A ces différentes stratégies s’ajoutent une autre variable : le choix de la modalité de lecture, audio, tactile et parfois visuelle. Le retour tactile sur une plage braille peut être ponctuellement utilisé pour vérifier l’orthographe (noms propres, lecture dans une langue étrangère) dans une pratique de lecture audio. A contrario, le choix de la modalité tactile peut être  privilégié (pour faciliter la mémorisation par exemple). Une distinction existe aussi entre voix humaine et voix de synthèse, cette dernière ayant vocation à être utilisée pour des lectures utiles, professionnelle. Peu de surprises avec les voix de synthèse qui sont aujourd’hui très performantes, en revanche une voix humaine peut être « inlisable », néologisme utilisé par un lectrice aveugle pour expliquer à quel point la mauvaise interprétation d’un texte peut en gâcher la découverte.

Nous pouvons apporter une aide aux lecteurs en situation de handicap en les formant de manière individualisée. L’accompagnement individualisé à l’utilisation des sites internet est une des clés de la connaissance de nos services. Objectif principal : présenter la manière dont l’information est organisée sur le site de la bibliothèque (les rubriques, les fonctionnalités), améliorer les stratégies de navigation sur le site internet de la bibliothèque, apporter une connaissance des ressources documentaires à disposition. Même un site accessible, aussi foisonnant qu’un site de bibliothèque, peut donner du fil à retordre. Il faut dans la mesure du possible baliser, avec l’étudiant en situation de handicap, des chemins de recherche familiers qui lui feront économiser temps et énergie. C’est cet accompagnement personnalisé que nous voulons mettre en place à la rentrée, en collaboration avec le Service Université Handicap.

En français, pour différencier un texte imprimé d’un texte en braille on parle de document « en noir  » par  allusion  à la couleur de l’encre, mais, en anglais, les documents « en noir » sont qualifiés par l’expression  » mute letters « . Si nous leur rendions la parole ?

 

 

 

 

 

 

 

Lire autrement : deux ou trois choses que le numérique a changées

Un lecteur dont on voit la main lit un texte sur une plage braille reliée à un ordinateur portable
Ordinateur portable relié à une plage braille

Produire mieux, plus, plus vite …

Le numérique a indéniablement accéléré la production de médias substituts à destination des personnes en situation de handicap qui ont besoin, pour accéder à l’information d’un certain nombre d’adaptations.

Cet effet d’accélération se perçoit à travers le nombre de documents adaptés aujourd’hui disponibles. S’il reste faible (l’Union européenne des aveugles évoque un pourcentage compris entre 1 et 5% selon les pays concernés) par rapport à une production éditoriale prise dans son ensemble, la progression est réelle. Toutefois certains secteurs sont les parents pauvres de l’adaptation. J’avais mené en 2012, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études une enquête sur l’offre adaptée et j’avais constaté que si les prix littéraires étaient largement adaptés et diffusés, certains pans de la production étaient délaissés (les livres pratiques par exemple).

Le numérique a néanmoins permis de passer d’une production « artisanale » à une production automatisée faisant gagner un temps précieux lorsque le document d’origine est déjà en format numérique. Sur un document textuel, simple, structuré, transmis en format XML, le temps de traitement (grâce à un convertisseur élaboré par Braillenet) est de quelques minutes. La conversion en un format pivot (DAISY/EPUB) permet de générer ensuite des formats multiples qui pourront être lus selon différentes modalités (audio, tactile, visuelle). Au lecteur de choisir l’interface la mieux adaptée. On mesure le chemin parcouru en lisant un article du Bulletin des Bibliothèques de France de 1956, « Les bibliothèques pour aveugles » qui décrit comment les documents sont copiés à la main, transcrits à l’aide d’un poinçon et d’une tablette par 950 copistes, au sein de l’Association Valentin Haüy.

L’adaptation de documents scientifiques, de documents comportant cartes, schémas, iconographies, notes de fin d’ouvrage, est toujours chronophage et complexe à mettre en œuvre puisque l’intervention humaine est nécessaire. Ce type d’adaptation (pour des manuels scolaires ou universitaires par exemple) peut prendre plusieurs dizaine d’heures. Le projet AcceSciTech lancé en 2012, a pour objet, de proposer une réponse technique par le développement d’outils visant à automatiser au maximum la production de documents scientifiques et techniques adaptés. Une piste collaborative est également à l’étude.

Mais le numérique n’est qu’une technologie et d’autres considérations entrent en ligne de compte pour améliorer les capacités d’adaptation :

1. l’évolution du contexte législatif : l’exception handicap au droit d’auteur, prévu dans la DADVSI, a permis de légaliser des pratiques d’adaptation jusque là plus ou moins clandestines. L’article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle, alinéa 7, précise que l’auteur ne peut empêcher, dès lors qu’une œuvre a été divulguée : « La reproduction et la représentation par des personnes morales et par les établissements ouverts au public, tels que bibliothèques, archives, centres de documentation et espaces culturels multimédia, en vue d’une consultation strictement personnelle de l’oeuvre par des personnes atteintes d’une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, dont le niveau d’incapacité est égal ou supérieur à un taux fixé par décret en Conseil d’Etat, et reconnues par la commission départementale de l’éducation spécialisée, la commission technique d’orientation et de reclassement professionnel ou la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées mentionnée à l’article L. 146-9 du code de l’action sociale et des familles, ou reconnues par certificat médical comme empêchées de lire après correction. Cette reproduction et cette représentation sont assurées, à des fins non lucratives et dans la mesure requise par le handicap, par les personnes morales et les établissements mentionnés au présent alinéa, dont la liste est arrêtée par l’autorité administrative. »

La loi prévoit deux types d’agrément. La liste des organismes agréés est disponible sur le site du ministère de la Culture :

  • l’agrément de niveau 1 ou simple autorise la reproduction et la représentation d’œuvres
  • l’agrément de niveau 2 permet d’obtenir les fichiers numériques des éditeurs via la BNF

Il faut noter, dans la liste le faible nombre de bibliothèques agréées, quand bien même, certaines mènent une véritable politique d’accès en faveur des personnes handicapées.

Au niveau international, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle s’achemine vers une exception mondiale au droit d’auteur en faveur des personnes handicapées. Une conférence diplomatique doit se tiendra du 17 au 28 juin 2013, à Marrakech, au Maroc. L’objectif de cette conférence est d’adopter un traité international visant à améliorer l’accès des nombreux déficients visuels et personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés dans le monde entier aux œuvres protégées au titre du droit d’auteur.

2. la création d’une infrastructure garantissant la sécurité des échanges de fichier en provenance des éditeurs. En 2009, la BNF a reçu par le décret n° 2009-131 du 6 février 2009 la mission d’être l’organisme dépositaire des fichiers numériques des éditeurs ayant fait l’objet d’une demande par un organisme agréé. Pour remplir cette mission, en 2010, la Plateforme sécurisée de Transfert des Ouvrages Numériques (PLATON) a été mise en service. Elle centralise les demandes, sécurise les transferts de fichiers entre éditeurs et organismes agréés, conserve les documents déposés et les met à disposition. En 2013, les services s’étendent puisque sont désormais possibles :

  • l’abonnement aux titres de presse en XML (lorsque l’éditeur mandate une plateforme de distribution générant ce format) ;
  • la réception des documents sur un compte sFTP (crypté) ;

En outre, dans un souci de mutualisation des travaux d’adaptation, un message d’information lorsqu’un document a déjà été demandé pour être transcrit. Cette évolution est nécessaire car la mutualisation des transcriptions et le signalement des documents adaptés restent un des maillons faibles de cette chaîne de production.

Accéder plus facilement aux documents adaptés ?

Le numérique a aussi changé les pratiques des lecteurs. Avant d’aborder prochainement, cette évolution des pratiques de lecture et d’information, il est nécessaire de faire un focus sur un point essentiel, l’accès aux ressources adaptées à l’ère du numérique pour les élèves et les étudiants. La question qui se pose quotidiennement voire plusieurs fois par jour à un jeune qui a besoin de médias substituts (et à son entourage) est : ce livre, que ce professeur me demande de lire, est-il adapté et comment puis-je me le procurer dans un délai raisonnable ? La réponse devrait être simple. Il n’en est rien et les réseaux (forums, listes de diffusion, associations) fonctionnent à plein.  Il n’existe pas d’obligation de signaler ce qui est adapté par les différents organismes. La BDEA (Banque de Données de l’Edition Adaptée) recense les adaptations (de manière non exhaustive) mais sans obligation, des ressources passent entre les mailles d’un filet plutôt lâche. Une évolution reste nécessaire si la mission de signalement national veut être remplie correctement.

Une réflexion est menée à Clermont-Ferrand sur la nécessité de signaler de manière partagée et systématique les adaptations réalisées pour des étudiants déficients visuels. A partir d’un constat évident : toutes les bibliothèques universitaires françaises contribuent à l’alimentation d’un catalogue collectif : le SUDOC qui permet de décrire et de localiser l’ensemble des ressources présentes dans les fonds des BU, une interrogation non moins évidente a surgi : pourquoi un tel outil ne serait-il pas mis à disposition des personnes ayant besoin de documents adaptés ? Pourquoi ne pas utiliser le SUDOC pour signaler l’existence de ressources adaptées (par les missions handicap ou par les bibliothèques universitaires elles-mêmes).

Mes collègues ont, l’an dernier, mené l’enquête auprès de l’ABES.  Si certains champs peuvent être renseignés pour indiquer le type d’adaptation ou le public destinataire,  un écueil de taille se dresserait sur la route du lecteur à la recherche de médias substituts, malgré la présence de telles informations : il lui sera impossible d’interroger ces champs par le biais de l’interface publique de consultation. Ils seraient interrogeables uniquement dans le catalogue local. Evidemment,  les atouts de la mutualisation se réduisent comme peau de chagrin et un tel travail n’offre aucun intérêt pour le lecteur. Il existe toutefois un espoir pour les bibliothèques universitaires (surtout pour leurs lecteurs d’ailleurs) sur le moyen et le long terme. L’ABES travaille sur un projet ambitieux de SGBM (Système de Gestion de Bibliothèque Mutualisé) dont l’étude d’impact a été publiée fin mars. En prenant en compte, dès l’origine du projet, les contraintes d’accessibilité, bornées par les dispositions législatives, ce projet devrait faciliter le signalement des ressources.

Il reste aussi à souligner la forte inégalité des services destinés à faciliter l’accès à la documentation scientifique de niveau universitaire, sans doute liée à la faible prévalence des déficiences visuelles chez les jeunes adultes, pourtant très demandeurs d’adaptation.

A l’université, l’acquisition des connaissances est très étroitement liée à l’accès à l’information écrite. Les tâches que doit effectuer un étudiant sont multiples : lectures, analyses critiques, commentaires, recherches bibliographiques, rédaction de compte-rendus, de mémoires, de rapports, prise de notes, traitement de données statistiques, calculs, … et les obstacles nombreux. Tous les étudiants déficients visuels, n’ont pas, comme à Clermont-Ferrand, la chance de bénéficier d’un service d’adaptation doté d’un personnel qualifié. Ce service de proximité existe dans d’autres universités (Lyon 3, Reims, …) mais n’est pas suffisamment répandu.

En réfléchissant localement et nationalement à la meilleure manière d’adapter et de signaler les adaptations, en créant des synergies entre différents pôles (missions handicap, bibliothèques, enseignants-chercheurs, recherche), en facilitant l’accès dans de courts délais à une documentation actualisée, chacun peut contribuer à une meilleure insertion sociale et professionnelle des étudiants en situation de handicap. C’est un pas qu’il faut franchir, allègrement !

 

 

Rendre nos sites accessibles : oui, mais comment ?

Logos représentant les handicaps visuel, auditif, moteurs, mentaux

Dans mon précédent billet, j’ai essayé d’aborder la thématique de l’accessibilité numérique en précisant qu’elle ne concernait pas uniquement le web. Aujourd’hui, je souhaiterai me recentrer sur cette question de l’internet, en particulier parce que nos sites ou nos portails documentaires sont un moyen incontournable de diffusion (et donc d’accès) à l’ensemble de nos services et qu’ils sont des sites de communication publics donc soumis à l’obligation légale d’accessibilité.

Alors, oui, bien sûr, tous, bibliothécaires (du moins je l’espère), nous sommes prêts à oeuvrer pour l’accessibilité mais comment ? Par quel(s) bout(s), prendre ces chantiers ? D’autant plus qu’aujourd’hui nous ne partons plus de zéro, en tout cas, en bibliothèque universitaire, les sites ou portails documentaires ont une histoire et les équipes qui les ont conçues aussi. Très concrètement, que faire ?

La cible : à qui l’accessibilité d’un site profite-t-elle ?

C’est essentiel : ne jamais perdre de vue, pourquoi ou plutôt pour qui il faut rendre nos sites accessibles. Pour Abdel, jeune homme aveugle, qui ne peut avoir de vision d’ensemble de la page et a besoin d’informations structurées. Il se retrouve, bloqué, sans plus savoir où il en est de sa navigation, car sa plage braille ne lui renvoie plus aucune information. Pour Céline, étudiante malvoyante en sciences sociales, qui utilise une synthèse vocale (on dit aussi logiciel de revue d’écran) et ne peut deviner que « l’image 456 » est un graphique représentant l’évolution du taux de fécondité en France depuis 1965. Mais aussi, pour Fatoumata, malentendante, qui doit venir faire ses études en France et qui aimerait bien, que la vidéo qui présente la bibliothèque soit sous-titrée. Cela lui éviterait de demander à son père, sa mère ou sa soeur. Ou encore pour David, qui ne peut utiliser une souris et aimerait pouvoir naviguer facilement grâce à son clavier adapté. La liste n’est évidemment pas close mais il ne faut jamais, jamais, oublier les utilisateurs.

Le nerf de la guerre

Ensuite, se dire que le noyau dur de l’accessibilité des sites Web, ce sont les spécifications techniques que contiennent les référentiels et les éléments de programmation. Je ne suis pas informaticienne, et ma culture informatique d’un point de vue technique est limitée mais je pourrais veiller, dans un projet web, à ce que cette dimension soit prise en considération à toutes les étapes du projet (création, modifications marginales ou reconfiguration totale). Et c’est là tout l’enjeu d’un site accessible : faire entrer la notion d’accessibilité à toutes les étapes et dans tous les esprits. Il faut que quelqu’un s’en charge très tôt.

Le web reste toujours une mine de documentation. Une série de fiches synthétisent de manière très opérationnelle (et c’est leur grand intérêt) les exigences d’accessibilité. En effet, le site AcceDe Web propose un ensemble de notices adaptées à la gestion de projet web. L’intérêt de ces quatre notices est qu’elles ciblent, chacune, un professionnel comme dans un jeu des 4 familles : dans la famille projet web, je voudrais le graphiste, je voudrais le développeur, je voudrais le contributeur et je voudrais le chef de projet. A chacun dans son domaine de compétences d’intégrer cette dimension. Ce projet, coordonné par Atalan, a été nommé aux Trophées de l’accessibilité 2013.

Les grands principes : à quoi reconnaît-on un site accessible ?

Revenons maintenant aux principes tels qu’ils sont exprimés dans les référentiels. Le Référentiel Général de l’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), qui s’applique aux sites de communication publics, reprend l’organisation du WCAG 2.0, en 4 grands principes. Il est facile d’en prendre connaissance grâce à cette traduction en français assurée par Braillenet :

  • Premier principe : il faut que les contenus soient perceptibles. C’est à dire que « L’information et les composants de l’interface utilisateur doivent être présentés à l’utilisateur de façon à ce qu’il puisse les percevoir. » . Sous ce critère, on retrouve les alternatives textuelles aux images, aux boutons graphiques, description textuelle d’un graphique… ; captcha audio, structuration d’un document de traitement de texte ou .pdf, alternatives à des contenus audios ou vidéos (sous-titrage, audiodescription). Il s’agit également de séparer le contenu de la présentation via l’utilisation de feuilles de style .
  • Deuxième principe : Les « composants de l’interface utilisateur et de navigation ». doivent être utilisables. Très concrètement, toutes les fonctionnalités doivent être accessibles au clavier, des éléments d’orientation (pour naviguer, se situer dans le site, s’orienter) doivent être présents. Un lecteur qui utilise une synthèse vocale lit de manière séquentielle, chronologique. Il ne lui est pas possible d’avoir une appréhension globale des informations. Des éléments d’orientation doivent donc lui permettre de repérer la hiérarchie des informations, pour aller directement à l’information qui l’intéresse et éviter s’il le souhaite certaines informations. Il est également important de laisser suffisamment de temps à l’utilisateur pour lire le contenu et pour mener les actions nécessaires. Il est également conseiller d’éviter les flashs (brusques changements de luminosité à l’écran) susceptibles de déclencher des crises d’épilepsie chez certains utilisateurs.
  • Troisième principe : Les informations et l’utilisation de l’interface utilisateur doivent être compréhensibles. Ainsi, par exemple, il est essentiel qu’un dispositif technique de lecture sache si le texte est dans une langue étrangère (utilisation de l’attribut lang) au risque de produire un texte incompréhensible type yaourt. Faire en sorte que la structuration se répète afin de rendre la navigation prévisible est également un point à prendre en compte.
  • Quatrième principe :Le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d’agents utilisateurs, y compris les technologies d’assistance. Il faut donc veiller à ce que les technologies d’assistance utilisent correctement les contenus balisés en spécifiant la DTD utilisée.

Ce qui se joue, c’est une nécessaire prise en compte des questions d’accessibilité par chacun des membres de l’équipe projet web, que ce soit sur le plan de la conformité à la loi, des exigences techniques et du service aux utilisateurs. Ainsi, parmi les membres de l’équipe du Pôle, du Centre, de la Division, Direction, des Systèmes d’information de l’Université et de la Bibliothèque, que sais-je, la présence de développeurs et de webmestres formés aux questions d’accessibilité est nécessaire. Sans eux, rien n’est possible.

Les labels : Comment certifier qu’un site est accessible ?

Les recommandations WCAG 2.0 se répartissent selon 3 niveaux :

  1. le niveau A : niveau fondamental satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1. Pour une conformité de niveau A (le niveau minimal), la page Web satisfait à tous les critères de succès de niveau A ou une version de remplacement est fournie. Par exemple, un texte explique une vidéo ou  une image.
  2. le niveau AA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1 et 2. Le site offre un accès « correct » aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple,  la possibilité  de recourir à l’agrandissement des textes sans perte d’information et sans avoir recours à une technologie d’assistance.
  3. le niveau AAA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1, 2 et 3. Le site offre un accès excellent aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple, une description audio étendue met en pause la vidéo pour expliquer l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension de l’élément.
    (les exemples sont tirés du guide « Un site web accessible pour ma collectivité »  réalisé par le Syndicat mixte e-mégalis Bretagne en 2012).

Le niveau recommandé au niveau européeen est le niveau AA et c’est également le niveau de conformité que doivent atteindre les sites publics français. Le niveau AAA ne peut s’appliquer dans tous les contextes. La méthodologie qui accompagne le RGAA prévoit, lors de l’étape finale, la rédaction d’une attestation de conformité, établie par l’éditeur du site lui-même. C’est le principe de l’auto-évaluation.

Il est bien spécifié dans le décret n° 2009-546 du 14 mai 2009 que la vérification de la conformité au RGAA est assurée par le ministère chargé des personnes handicapées. Un dispositif de veille et de contrôle devait être mis en place fin 2010. Mais je n’en ai pas trouvé trace …

S’il n’y a pas d’obligation de faire expertiser son site, en France, à ma connaissance, il existe deux labels :

Le label Accessiweb, décerné par l’association Braillenet, c’est un peu comme participer aux Jeux Olympiques de l’accessibilité avec la possibilité de gagner l’or, l’argent ou le bronze selon la performance de son site. On garde sa médaille (euh, non, son label pour 2 ans) et ensuite, il faut recommencer la démarche. Problème, nombre de sites n’ont pas renouvelé la démarche et, dans la Galerie des sites labellisés, la mention « Ce site n’a plus à ce jour le label Accessiweb » est fréquente. Aucun des sites labellisés avant 2010 n’a réobtenu le label. Cela ne veut pas dire que ces sites ne sont plus accessibles mais simplement qu’aucun audit externe ne le valide. Le label Accessiweb (qui repose sur une liste de 95 critères AccessiWeb et une méthodologie d’évaluation). est payant, ceci explique peut-être cela !

Il existe un autre label e-accessibility, valable 18 mois et qui propose également un label pour les documents .pdf. Très franchement, vous étiez vous déjà posé la question de l’accessibilité de tous ces documents en .pdf que vous déposiez sur votre site ? Non, alors vite, lisez la fiche AcceDE pdf . Problème :  la médiathèque d’e-accessibility, rubrique site web labellisés propose … 3 sites. Maigres résultats.

Au niveau européen, le label Euracert est attribué à un site web, en complément du label déjà obtenu par un organisme agréé dans son pays d’origine. A ma grande surprise, la France, la Belgique et l’Espagne sont les seuls pays qui comptent un organisme agréé. Trois ? Le chiffre clé d’une accessibilité déficiente ?

Alors labellisation, pas labellisation ? Ce qui semble poser problème c’est que la labellisation est plutôt liée, pour les organisations qui en font la démarche, à un effet marketing de court terme et ne prennent pas en compte la volatilité et la reconfiguration permanente des contenus. La règle devrait être : concevoir systématiquement des sites web accessibles. On en est loin malgré l ‘obligation législative.

Les stratégies : à quel moment s’y prendre ?

Il faut intervenir très en amont, au moment de la phase de conception, qu’elle porte sur une création de site ou sur une évolution. Les modalités d’application du RGAA définissent clairement les différentes étapes. Dans le cas où la création du site web fait l’objet d’un prestataire extérieur, je vous recommande la lecture de la « Recommandation sur l’accessibilité des sites web publics » du Groupe d’études des marchés d’informatique et communications électroniques qui dépend du Ministère de l’économie et des finances. Ce document de 6 pages, daté d’avril 2012, est un outil précieux pour qui doit lancer un appel d’offres puisqu’il détaille tous les points à notifier : quelle est la méthodologie suivie par le prestataire pour intégrer l’accessibilité aux choix techniques, quels seront pour chaque livrable les paramètres d’accessibilité, quelles sont les compétences en terme d’accessibilité de l’équipe du prestataire, en cas de reprise de contenus, quelle sera la démarche suivie, quels contenus pourront être rendus accessibles, quels seront les tests pratiqués, quelle sera la forme de la restitution, quelle formation pour garantir dans la durée l’accessibilité ? Il est d’autant plus précieux qu’il indique explicitement que la politique d’accessibilité qui guidera le travail du prestataire est de la responsabilité du maître d’ouvrage.

Il faut  rappeler que l’accessibilité ne se vérifie pas à l’oeil nu. L’expérience Avant/Après (type « Nouveau look pour une nouvelle vie » à la sauce Web) se trouve sous un vilain nom BAD , pour Before and After Demonstration.  Le consortium W3C a mis en ligne deux versions d’un même site, l’une accessible et l’autre pas. En cliquant sur Show annotations vous aurez, au fil du site, des explications sur les erreurs commises. C’est en anglais, mais ça vaut le coup.

Dans un projet Web, il est toujours intéressant de procéder à des test utilisateurs. L’inaccessibilité se cache dans les détails. J’ai le souvenir, d’un changement de catalogue d’une bibliothèque, pourtant  affiché accessible, (car cette exigence était spécifiée dans le cahier des charges) et qui en réalité s’est révélé inutilisable par un lecteur aveugle à cause d’une toute petite chose : dans l’interface graphique, des flèches droite et gauche de navigation restaient sans équivalence pour un logiciel de revue d’écran.

Alors prêts à se lancer dans l’aventure ? Réaliser un site accessible est un itinéraire qu’il faut baliser très en amont. Ne perdez pas patience, restez zen, ne vous trouvez pas « 5 bonnes raisons de coller une droite à un expert accessibilité » mais lisez plutôt le billet éponyme sur Accessiblog.fr. Soyez plutôt sur le mode « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », persévérez car la mise en accessibilité n’est sans doute pas un long fleuve tranquille mais c’est un flux nécessaire.

 

 

Bibliothèque, web et emploi : un savant trio !

Social media, social networking, social computing tag cloud – Certains droits réservés Daniel Iversen

 

  • 22,7 % = Taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans au 2ème trimestre 2012 (source : Insee)
  • 30 ans = Age moyen du 1er CDI (source : Ipsos)

Parmi ceux qui trouvent un travail, une minorité décroche un emploi en adéquation avec leur projet professionnel.

« Crise », « Chômage », « Dette », ces mots résonnent dans notre esprit. Dans un marché concurrentiel où le profil recherché est souvent expérimenté, les jeunes sont les plus mal lotis. Pour faire la différence, ils doivent se démarquer.

Le constat est accablant. Mais la réponse se trouve partiellement dans le monde merveilleux du Web. C’est en partant de cette réalité que j’ai décidé d’intervenir pour les étudiants de licence professionnelle de l’IUT du Puy-en-Velay. Je vous propose dans cet article un aperçu du travail réalisé pour vous montrer comment les bibliothécaires peuvent contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes.

La réponse est très simple : la formation et l’information.

 

Bibliothèque, Web et Emploi : quels points communs?

Avant tout, il est important de distinguer 2 développements possibles.

 

1. La formation et l’information AUX outils numériques

A l’heure du numérique, l’emploi s’exporte sur la toile. Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Viadeo se spécialisent pour permettre aux recruteurs de repérer des profils et aux demandeurs d’emploi d’étendre leur réseau de relations professionnelles.

Aux réseaux sociaux s’ajoutent les CVthèques en ligne et les sites gratuits ou payants de création de CV vidéo ou de CV web comme DoYouBuzz.

Tout l’enjeu de la candidature se situe dans son référencement sur le web. Quels sites pour quels parcours ? Comment mettre en valeur son profil ? Quels éléments intégrer ? Quels dangers et dérives ?

J’ai trouvé ici un premier champ d’exploitation : l’information. Formée aux outils numériques et à la recherche documentaire, j’ai décidé de dépouiller l’information et de la synthétiser. Compte-tenu de la somme d’informations récupérées et des différents champs d’exploitation possibles, j’ai développé un dossier thématique mensuel sur l’emploi destiné aux futurs diplômés. Chaque mois je décortique des outils numériques sur l’emploi. Par exemple, le dossier de novembre traite des réseaux sociaux professionnels. Celui de janvier développe les CV en ligne et les CV vidéo.

Tester, trier, extraire, sont les maîtres-mots de cette recherche pour dégager l’information utile à l’étudiant. Même formés à la recherche documentaire, les lecteurs ne sont pas toujours préparés à ce travail.

J’ai donc développé un deuxième champ d’exploitation : la formation. J’ai exercé ici l’une de mes missions essentielles pour guider le lecteur vers une autonomie et me rapprocher de mon public. Pour mon projet, je mets en place des formations co-animées avec un coach professionnel pour préparer les étudiants à l’entretien d’embauche mais également à la recherche d’emploi sur le web. Ces formations, sur inscription, auront lieu en mars. 19 étudiants des licences professionnelles Multimédia et Imagerie numérique ont répondu positivement.

 

2. La formation et l’information PAR les outils numériques

Cette présence de l’emploi sur la toile va avec l’évolution des habitudes. Les nouvelles générations passent plus de temps sur Internet. Les recruteurs vont donc là où les candidats se trouvent.

Les bibliothèques sont tout autant concernées. Elles doivent également chercher leurs lecteurs sur la toile et se développent dans le monde numérique (Ex : réseaux sociaux, site Internet, blog …).

Ce constat est d’autant plus évident dans le cas du Puy-en-Velay puisque le public cible regroupe des étudiants de licence professionnelle en alternance donc peu présents sur le site.

Le projet consiste donc à développer des outils numériques pour former et informer l’étudiant à distance.

Le dossier mensuel thématique emploi a ainsi été développé pour être diffusé en ligne sur le mini-site de la bibliothèque. Les lecteurs peuvent consulter ou télécharger le document en format PDF. Pour compléter le dossier, des acquisitions de livres numériques sur la base Numilog sont effectuées chaque mois en relation avec le sujet traité dans le dossier.

Les actions sont nombreuses. Il est possible de les décliner selon le public et les besoins pour répondre objectivement au contexte de la bibliothèque et de son environnement.

Au commencement du projet, j’avais ainsi noté quelques pistes de travail :

  1. Rencontres professionnelles : interviews de professionnels en ligne …
  2. Formations : formation à la recherche d’emploi sur le Web, rédaction d’un CV Web, réalisation d’un CV Vidéo, formation aux réseaux sociaux, …
  3. Documentation et information : bibliographies web thématiques, création d’un biblioblog spécialisé emploi, rédaction de fiches outils en ligne, acquisitions de documents numériques sur le sujet de l’emploi …

Même si je n’ai pas exploité toutes ces idées, certaines se retrouvent aujourd’hui dans le projet du Puy-en-Velay.

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

 

 

Pourquoi allier Bibliothèque, Web et Emploi ?

La question peut paraître anodine, pourtant, avant de me lancer dans ce projet, il était nécessaire de la poser. Quels apports le projet pouvait-il constituer pour la bibliothèque du Puy-en-Velay ?

L’exemple du projet du Puy-en-Velay a permis de définir deux besoins :

  1. Le développement de la bibliothèque : la structure du Puy étant fragile, je devais trouver une action assez forte pour donner envie aux étudiants de licence professionnelle en alternance de fréquenter la bibliothèque ou d’utiliser la documentation. Ce public, peu présent sur le site, est plus sensible aux outils numériques et de recherche à distance.
  2. L’insertion professionnelle des jeunes : les étudiants de licence professionnelle sont des futurs diplômés. La majorité termine leurs études à l’obtention de l’examen. Ils ont donc besoin de se préparer au marché de l’emploi.

A partir de ces besoins, j’ai déterminé 3 objectifs reliant « Bibliothèque, Web et Emploi » :

  1. Rapprocher l’Université et le monde de l’entreprise : même si beaucoup d’actions ont été mises en place dans ce sens, il est toujours important de créer une passerelle entre l’Université et les entreprises.
  2. Préparer les étudiants à l’insertion professionnelle : en proposant des formations, des rencontres, des outils numériques, les bibliothécaires contribuent à l’insertion professionnelle des jeunes
  3. Créer un lien entre les étudiants et la bibliothèque : cet objectif découle automatiquement des deux précédents. La bibliothèque devient le référent et le conseiller sur place des étudiants dans leur recherche d’emploi.

Cette définition des objectifs m’a permis de démarrer le projet en cohérence avec les missions de la bibliothèque et de l’Université.

 

CONCLUSION

Ce projet m’a donné l’occasion de rencontrer des professionnels du métier et de prendre contact avec les Bureaux d’Aide à l’Insertion Professionnelle (BAIP) des deux Universités. Les BAIP proposent des ateliers pour les étudiants sur la rédaction de CV et de lettres de motivation et pour préparer l’entretien d’embauche. Le BAIP de l’Université d’Auvergne, sensible au projet, souhaite déjà poursuivre le projet l’an prochain et félicite la BCU pour ce travail de liaison réalisé. La distance ne permet pas au personnel du BAIP de se déplacer souvent dans les antennes. Et le personnel universitaire en place n’a pas toujours le réflexe de les solliciter. En tant que personnel BCU présente sur le site, il m’a semblé opportun et utile d’assurer cette relation. La démarche étant amorcée, il reste à définir pour 2013/2014, le rôle de la BCU, du BAIP et de l’IUT dans les prochains projets professionnels.

 

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

De nouvelles politiques de prêt pour la rentrée universitaire

L’ensemble des bibliothèques universitaires va adopter de nouvelles politiques de prêt en septembre prochain afin d’améliorer le service rendu aux usagers. Les conditions de prêt seront les mêmes dans toutes les bibliothèques : nombre de documents illimité, prolongation, réservation, et possibilité de faire tout cela en ligne.

Cette réforme répond à deux objectifs principaux : simplifier le dispositif pour le rendre plus compréhensible par les lecteurs et rehausser la qualité de service pour la rendre plus conforme aux attentes des usagers.

Des politiques de prêt simplifiées et homogènes

L’an dernier, nous avions évoqué dans un billet le manque de clarté de nos services. Souffrant de l’éclatement géographique et thématique des bibliothèques, notre réseau ne bénéficiait pas d’une stratégie globale en matière de prêt et de services associés. Chaque bibliothèque pratiquait sa politique. Cela contrevenait au principe de la carte unique et nuisait au confort des lecteurs.

Carte de lecteur BCU

Partant de cette analyse, nous avons voulu proposer des solutions visant à clarifier notre offre de services tout en satisfaisant aux contraintes spécifiques des bibliothèques. Un groupe de dix collègues représentant différentes B.U. a alors travaillé de mars à juin 2012 pour élaborer une offre commune, validée d’abord par les bibliothèques universitaires et intégrées. La discussion est actuellement en cours avec les bibliothèques associées, qui partagent notre système de gestion (SIGB).

La mesure principale concerne le prêt standard. Il est caractérisé par :

  • une durée de 14 jours (étudiants et lecteurs autorisés) ou de 28 jours (doctorants, enseignants-chercheurs et personnels de l’université) ;
  • une prolongation d’autant de jours que le prêt initial ;
  • la réservation possible d’un document déjà emprunté.

Une douzaine de bibliothèques vont donc adopter dès septembre 2013 les nouvelles politiques de prêt. Certaines se sont déjà lancées et nous aident à peaufiner le dispositif. Nous avons par exemple constaté que le cas des étudiants de master pouvait être délicat. En effet, ces étudiants ont, selon les disciplines, un comportement documentaire conforme à celui des chercheurs ou à celui des étudiants de licence. Cela n’est pas sans conséquence sur l’usage des collections et la durée de prêt.

Une offre de service améliorée

La possibilité de prolonger ou de réserver un document existe déjà dans le réseau, mais elle sera étendue à l’ensemble des B.U. C’est une demande récurrente des lecteurs qui devrait être ainsi satisfaite.

Nous avons aussi tenté de répondre aux attentes des doctorants et des enseignants-chercheurs en leur proposant, sur demande, un prêt de trois mois renouvelable. Certes, de nombreux collègues, notamment dans les bibliothèques de proximité, pratiquaient ces prêts de longue durée depuis longtemps. Mais cette manière de faire pouvait apparaître bien souvent comme une faveur accordée à quelques privilégiés. Proposé comme un service normal, le prêt de longue durée devrait s’avérer plus efficace.

Nous avons enfin voulu assouplir le régime de sanctions. Nous avons décidé de limiter la durée des suspensions de prêt en la plafonnant à 28 jours, quel que soit le nombre de documents rendus en retard.

En fin de compte, nous espérons, grâce à ces nouvelles politiques de prêt, améliorer la qualité de notre service et l’expérience de nos usagers, et qui sait, limiter la baisse de l’activité de prêt dans nos bibliothèques. Les chiffres de 2014 nous diront si nous avons eu raison.

A lire :
Luc Jodoin : Des politiques de prêt pour les usagers, Espace B le blog des bibliothèques de la ville de Montréal, le 21 janvier 2011.
Thomas Jacqueau : Toutes sortes de types, KohaBulac, le 10 octobre 2009.

L’accessibilité numérique en 3 tours de toile

L'image représente un personnage assis devant un PC, les yeux bandés. L'image est surmontée du texte : "comment liriez-vous un article si"
Affiche créée par l’APRIL pour sensibiliser à l’accessibilité numérique. Texte : Christelle Thomas. Graphisme : Julie Tolomelli. 

Dans les universités, plusieurs services ont comme objet de faciliter l’accueil et l’accompagnement des étudiants en situation de handicap. A Clermont-Ferrand, le SUH, Service Université Handicap  est le service du PRES de Clermont-Ferrand chargé de cette mission. Grâce au Pôle Déficience visuelle, hébergé dans les locaux de la BU de Sciences sur le Campus des Cézeaux, et à la présence d’une transcriptrice professionnelle, les étudiants en situation de handicap visuel des membres fondateurs du PRES bénéficient d’un service d’adaptation de documents à la carte.

Au sein de la BCU, la mission transversale Lecture-Handicap de la BCU, créée en octobre 2011, vise également à développer, du point de vue des bibliothèques et de la documentation, une politique d’accueil et d’accompagnement en faveur des étudiants handicapés. Cette politique passe ainsi par un projet de signalement des ressources adaptées de niveau universitaire, projet dont je parlerais dans un prochain billet.

Le numérique joue un rôle central dans cette politique, grâce à la place qu’il occupe dans la chaîne de production et de consultation de médias substituts et c’est tout naturellement que pour mon premier billet, j’aborderai la question de l’accessibilité numérique pour d’abord battre en brèche quelques idées reçues.

Première idée reçue

L’accessibilité numérique, ce n’est pas seulement l’accessibilité du web (même si, dans le langage courant, très souvent elles se confondent) mais c’est aussi l’accessibilité de l’ensemble des médias (radio, télévision, …), des moyens de communication (téléphone, téléphone mobile, …) et des moyens d’accès à la connaissance et à l’information (supports numériques de lecture par exemple) qui utilisent les voies numériques. Le site de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) propose d’ailleurs un dossier sur l’accessibilité des services téléphoniques.

Deuxième idée reçue

L’accessibilité numérique ne concerne pas que les personnes handicapées (même si elles sont concernées et impliquées au premier chef) mais tout un chacun puisqu’elle prend en compte l’accès universel aux ressources numériques (quels que soient la langue, le matériel ou les logiciels utilisés,  la localisation géographique, …). On parle de « conception universelle », traduction  d' »universal design ».

J’aime beaucoup cette phrase de Charles Gardou, professeur à l’université Lyon 2, anthropologues dont les travaux portent sur la vulnérabilité et ses différentes manifestations (dont le handicap) : « Il ne convient plus de penser et d’agir en termes spécifiques pour des groupes tenus pour spécifiques. Il faut s’appliquer à rendre plus confortable, à humaniser pour tous, à partir du principe universel d’accessibilité et du concept de qualité de vie. Voilà ce qu’il importe de conscientiser : « Nous sommes faits pour vivre ensemble : ce qui est facilitant pour les uns est bénéfique pour les autres. » Qu’ils soient architecturaux, sociaux, pédagogiques, etc., les plans inclinés sont universellement profitables. »Nous pourrions ajouter à cette énumération, la notion de « plans inclinés numériques ».

Les situations d’inaccessibilité numérique sont diverses. Deux vidéos (et leur transcription) sur le site de l’Institut de l’Accessibilité numérique permettent d’illustrer deux situations d’inaccessibilité que l’on peut compléter par : l’impossibilité d’accéder à un document en .pdf parce qu’il n’est pas balisé, l’impossibilité de comprendre une vidéo parce qu’il n’existe pas de sous-titrage ou de transcription, l’impossibilité de savoir ce que figure une image parce qu’il n’est pas prévu d’alternative textuelle, etc…, etc…, etc…

Troisième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas une faveur faite à un petit groupe mais un droit inscrit en France  dans la loi de février 2005 (Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées), et au niveau européen dans plusieurs directives.

C’est aussi une philosophie, initiée par Tim Berners-Lee, le fondateur du World Wide Web. Mille fois est citée cette phrase : « La puissance du Web réside dans son universalité. L’accès par tous quel que soit le handicap en est un aspect essentiel  » mais mille fois, dix mille fois, cent mille fois, … est ignoré ce principe puisque, aujourd’hui, tous les sites ne sont pas accessibles, loin s’en faut.

L’accessibilité numérique, enfin est une obligation pour les services publics (dont les bibliothèques) puisque l’article 47 de la loi fixe un objectif ambitieux : rendre l’ensemble des « services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent […] accessibles aux personnes handicapées ». C’est en mai 2009 qu’est paru le décret d’application de cette disposition qui prévoit la mise en accessibilité des services de communication en ligne dans un délai de 2 ans pour les services de l’État et de 3 ans pour les collectivités. En complément, le Référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) précise les exigences techniques à respecter pour l’accessibilité des contenus.

Mais qu’en est-il en réalité ? Honnêtement, si vous évaluez l’accessibilité du site Internet de votre bibliothèque grâce à un outil en ligne comme Wave ou le valideur officiel du W3C  qu’observez-vous ? Une erreur, deux erreurs, vingt erreurs ???. Notre blog même n’est pas à l’abri. Les progrès à faire sont immenses et si dès la phase de conception, la notion d’accessibilité est prise en compte, les coûts générés sont plus faibles. Une des difficultés est qu’en raison de la vie dynamique des contenus numériques, des sites accessibles à un instant T peuvent perdre cette qualité à l’instant T+1 ou T+2.

Le 16 novembre dernier, ADULOA, Association des utilisateurs des logiciels Opsys Archimed, organisait une journée d’études sur le thème de l’accessibilité des portails documentaires. Une première à ma connaissance. Vous pouvez lire, si le sujet vous intéresse, un billet sur cette journée sur accessiblog.fr

Quatrième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas le domaine réservé de geeks qui parlent codé, même si leurs compétences techniques sont incontournables.  Ce doit être une préoccupation de tous ceux qui créent ou pilotent la création de contenus numériques. Si vous ne savez pas par quel bout, prendre les choses, je vous  conseille de visionner le diaporama d’Olivier Noury « Prioriser les chantiers d’accessibilité numérique quand tout est à faire ».

L’APRIL, association de défense et de promotion du logiciel libre, a mis en place un groupe de travail « accessibilité et logiciel libre ». Rendez-vous sur le wiki du groupe, une mine d’infos.

L’accessibilité numérique vue à travers le web

Sur le moteur favori des terriens,  les mots-clés accessibilité et numérique génèrent plus de deux millions de résultats. Le sujet fait couler des mégas de datas et quelques clics permettent de balayer un ensemble de thématiques fort riches qui reflètent bien à mon sens, l’ampleur du sujet.

Je voudrais commencer par le territoire des blogs et en signaler deux. A leur lecture vous ne serez pas forcément capables de définir, comme sur Wikipedia, l’accessibilité numérique qui est « la mise à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales, des ressources numériques »  mais vous en connaîtrez l’importance pour les personnes handicapées. Tanguy Lohéac a publié un décapant  Manifeste pour l’accès à l’information pour tous et je vous invite aussi à lire le billet d’Olivier Noury sur accessiblog.fr : Le vrai bénéfice de l’accessibilité, histoire de resituer les problématiques d’accessibilité du côté des utilisateurs et de la place que l’on veut leur faire.

Si l’on poursuit la lecture des résultats, on trouve pêle-mêle des sites qui montrent que le climat autour de la question a été, est ?, sera? houleux. Se succèdent une lettre ouverte, une pétition (non pas contre mais pour l’accessibilité numérique) et le manifeste dont je parlais plus haut il y a tous les ans.

Le combat pour l’accessibilité numérique c’est d’abord une affaire de militants. En 2005, l’association Braillenet émettait des propositions pour « Faire de l’accessibilité numérique une réalité française« . Tous les ans, depuis 2007, cette association organise un forum européen annuel de l’accessibilité numérique. Le 18 mars 2013, le thème de la 7e édition sera « Faire de l’e-accessibilité une compétence professionnelle ».

D’autres acteurs associatifs suivent les évolutions technologiques et se battent pour une mise en accessibilité élargie. Le CERTAM qui dépend de l’Association Valentin Haüy mène par exemple des études sur l’internet mobile ou propose un dossier très complet sur l’accessibilité du web.

Vous pourrez  aussi tester vos connaissances en accessibilité à l’aide d’un quiz.  Il existe un glossaire de l’accessibilité dans lequel vous apprendrez que #axs est le hastag communément utilisé sur Twitter pour parler d’accessibilité ou que SGQRI008 désigne, au Québec, l’ensemble des Standards du Gouvernement du Québec sur les Ressources Informationnelles en matière d’accessibilité des contenus Web pour les personnes handicapées. Tabernacle !

Pour conclure, je voudrais préciser que mon point de vue n’est pas celui d’une spécialiste de l’accessibilité numérique (je n’en ai pas les compétences techniques) mais le travail que j’ai mené pendant de nombreuses années auprès de jeunes déficients visuels m’ a amené à m’intéresser de très près au sujet et à étudier leurs usages de lecture et de recherche d’information. A l’université, le manque d’accès à la documentation est une entrave réelle à la réussite des étudiants qui ont besoin de contenus adaptés et je ne peux imaginer, qu’une politique d’accompagnement et d’accueil  réussie puisse se passer des compétences des bibliothécaires que nous sommes. Il faut cultiver un jardin numérique accessible à tous !