L’accessibilité du site web : c’est fait !

La date limite de mise en conformité avec le référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) approchant (octobre 2016), nous avons démarré notre chantier web en avril sans penser atteindre les objectifs avant la fin de l’année. Et pourtant, nous y sommes ! Tous nos sites satisfont aux règles du RGAA et des Web Content Accessibility Guidelines (WCAG).

Soyons franc, sans l’insistance et la conviction de Françoise Fontaine-Martinelli, responsable de la mission lecture et handicap à la BCU (cf. ses billets sur le sujet), nous ne nous y serions pas encore mis (et nous aurions eu tort) ! Partant des propositions émises dans son rapport de mission, la bibnum (développeur et bibliothécaire) a mis en œuvre, depuis le mois d’avril, des mesures d’amélioration de l’accessibilité du site web. Ce travail s’est appuyé sur les recommandations et guides du site AcceDe Web ainsi que sur les outils du réseau Opquast.

Mise en conformité du site web avec les règles d’accessibilité standard

  • Affichage d’un fil d’Ariane sur toutes les pages
  • Création d’une page plan du site accessible depuis le pied de page
  • Création d’une page aide et accessibilité accessible depuis le pied de page
  • Mise en place de liens d’évitement pour permettre une navigation rapide
  • Mise en place de raccourcis clavier pour suppléer l’usage de la souris
  • Reprise du code HTML des pages pour rendre le HTML accessible et conforme
  • Reprise des galeries d’images pour les rendre accessibles (plugins Drupal)
  • Modifications de style diverses (soulignement des liens, marges des titres, etc.)
  • Intégration du format et du poids des fichiers pour chaque lien de téléchargement (voir par exemple la page consacrée aux outils de méthodologie documentaire)

Ces ajustements ont été effectués d’abord sur notre site web, entre avril et juin. Puis, ils ont été réalisés sur nos deux plates-formes Omeka : les Carnets géologiques de Philippe Glangeaud et notre bibliothèque virtuelle.

Le plus dur est fait, mais il faut maintenant s’assurer que les sites restent accessibles dans le temps.

Consignes pour la rédaction

Le prochain chantier consistera à adapter la notice d’accessibilité éditoriale proposée par AcceDe Web. Il s’agit d’un guide de bonnes pratiques à suivre par les différents rédacteurs du site web. Il permettra à chacun d’adopter de bons principes de rédaction et d’utilisation des liens, images et autres objets du web.

Là réside la difficulté du projet car, même si nous établissons avec eux les consignes de rédaction, les rédacteurs devront certainement se confronter à quelques balises HTML, ce qu’ils ne maîtrisent guère. Le rôle du webmaster devrait s’en trouver renforcé : il devra certainement passer plus de temps sur le contrôle qualité des publications pour veiller à la conformité aux règles.

Conclusion

Malgré les incitations institutionnelles et la mission lecture-handicap au sein de la BCU, nous avions du mal à démarrer le chantier accessibilité de nos sites web. Il nous manquait essentiellement les recommandations techniques pour le faire.

Et puis nous pensions que respecter les standards du web suffisait à satisfaire les besoins de nos publics ; que travailler sur l’accessibilité ne profiterait qu’à une minorité de gens dont on ne connaît pas les attentes. Quel tort !

Il s’avère que l’accessibilité numérique profite à tous. Tout ce qui a été mis en place améliore considérablement la lisibilité et donc l’usage de notre site. Certes, il reste beaucoup de choses à faire pour augmenter l’utilisabilité de nos outils mais les rendre accessibles constitue une étape essentielle autant que nécessaire.

Pour en savoir plus, consultez notamment le site Bibliothèques inclusives.

Aguichés numériques

Réception d'un hôtel de Hong Kong
Matt Weibo, East Hong Kong, Reception desk (Creative Commons, Attribution, partage dans les conditions initiales)

 

En novembre 2015, la BCU a dégainé son guichet unique numérique.1

On me dira que nous avons dégainé sans nous presser, c’est vrai. Nous avons mis un peu de temps à dessiner les contours exacts du guichet idéal pour nos utilisateurs préférés. Notre impression, c’était que les réseaux existants de renseignements bibliographiques n’étaient pas ce qui leur fallait (à nous non plus, par conséquent).

Un guichet thématique (sur la médecine, par exemple) qui mobilise plusieurs bibliothèques le fait pour répondre mieux, sur des tranches horaires plus larges, etc. Mais est-ce qu’un guichet généraliste a autant de sens ? Au fond, l’idée même d’un réseau de question/réponse à visée bibliographique ou documentaire me laisse sceptique. L’expérimentation locale a confirmé que les services de renseignement en ligne, comme les autres, répondent surtout à des questions pratiques. Et que le trafic est faible. Mais alors, pourquoi les positionner a priori sur le bibliographique et les réserver à telle ou telle catégorie de bibliothécaire ? Si le guichet en ligne est un vrai guichet, tout le monde doit s’asseoir derrière de temps en temps… Et on m’accordera qu’il n’est pas indispensable de s’agréger à un vaste réseau de compétences thématiques pour répondre à des questions sur les horaires d’ouvertures ou à des demandes de prolongation de prêt2.
Un autre angle d’attaque nous a paru possible : un guichet en ligne permettant à la BCU de répondre de façon plus collective (donc, espère-t-on, plus rapide et plus efficace) aux questions très nombreuses qui arrivaient par des canaux très divers : boîtes électroniques des chefs de services, des collègues repérés sur le site par leurs attributions, des banques de prêts, adresses institutionnelles, formulaires sur le site web, standards téléphoniques, etc. L’idée était aussi d’ouvrir un guichet minimaliste, avec l’idée, amplement rabâchée, que l’usager n’a pas à savoir si sa question est bibliographique, pratique ou technique, ni si elle s’adresse à la bibliothèque de sciences, de lettres ou de l’ESPE. Il ne meurt pas non plus d’envie d’affronter cinq listes déroulantes ou de lire la charte du service avant de poser sa question, juste pour que nous puissions faire des statistiques précises a posteriori sur ses besoins. Il a juste besoin d’une réponse exacte et rapide.

La chronologie ? En 2013, un premier groupe de travail conclut à l’intérêt d’unifier (autant que possible) nos canaux d’échange avec les lecteurs ; après un an de pause faute de main d’œuvre, un second groupe de travail réactive l’idée fin 2014, esquisse le fonctionnement et choisit le logiciel qui servira à la mise en place. Un stagiaire informaticien expédie proprement, en avril-mai 2015, l’installation, le paramétrage et une première vague de tests et de formations pour les collègues membres du groupe de travail ; en septembre-octobre 2015, les référents effectuent eux-mêmes, pour l’ensemble de leurs collègues, des formations à la prise en main. Le lancement a lieu début novembre 2015, à peu près invisible pour le public, qui voit juste apparaître çà et là un formulaire, et une adresse générique.

BCU-contact

En revanche, à l’intérieur, il donne lieu à un travail intensif pendant une grosse quinzaine de jours, car le PEB, intégré in extremis au système après quelques hésitations, nécessite des adaptations propres. Pendant ce laps de temps, le développeur et l’ingénieur informatique de la bibliothèque numérique sont sérieusement mis à contribution.

L’outil ? Pas besoin (pas question, oui !) de dépenser de l’argent, un logiciel libre et gratuit nous tend les bras : OTRS (open source ticket request system), une plate-forme de support déjà utilisée depuis plusieurs années à Clermont par le centre de ressources informatiques. Une seule démonstration suffit à nous convaincre : l’outil est mûr techniquement, et plein de possibilités. Le gros du travail consistera à désactiver les dizaines de fonctionnalités dont nous n’avons pas besoin, pour alléger l’interface et la rendre moins impressionnante. Sur le plan graphique, OTRS, conçu par et pour des informaticiens, n’est pas précisément affriolant, mais après tout c’est une application-métier, et quand on la compare à notre SIGB3, qui rhabille de couleurs début vingt-et-unième siècle une ergonomie de l’ère pré-chiraquienne, on se surprend à trouver l’esthétique d’OTRS vachement aguichante.

Tableau de bord général du logiciel OTRS.
Tableau de bord général du logiciel OTRS.

Le fonctionnement ? Le guichet repose sur les collègues qui sont de permanence dans les BU aux guichets physiques. Connaissant le débit moyen sur les guichets bibliographiques, on a tablé avec réalisme sur le fait que la plupart des questions auraient une réponse rapide et que leur flot modeste resterait compatible avec une bonne disponibilité des collègues en banque de prêt. La plate-forme OTRS est organisée en « files », une par grand pôle disciplinaire, calquée sur l’organisation physique des BU (… et une pour chaque PEB). Les questions arrivent dans une seule et même file indifférenciée (… sauf le PEB), et toute personne se sentant capable de répondre à une question peut s’en occuper, la déplaçant alors dans « sa » file (ce n’est pas indispensable mais en pratique, c’est tout de même ce qui se fait, et cela permet d’y voir plus clair). Un groupe de référents, répartis dans toutes les BU, vérifie régulièrement qu’aucune question ne reste en attente, et le cas échéant la transmet à l’équipe plus directement concernée avec une petite alerte.

Tableau de bord d'OTRS (vue par file)
Tableau de bord d’OTRS (vue par file)

Les résultats ? J’avoue qu’ils m’ont surpris. Entre début novembre et fin janvier… 350 demandes traitées, plus 1440 pour le seul PEB4. Cela fait tout de même une belle ration de questions pratiques, techniques ou thématiques ! Un des mérites inattendus de l’opération, c’est donc qu’elle révèle l’intensité d’un trafic dont on connaissait l’existence, mais dont l’ampleur était invisible. Accessoirement (mais en fait ce n’est pas du tout accessoire), l’outil va nous permettre de mieux connaître et comprendre la nature des demandes qui nous arrivent quotidiennement de nos utilisateurs. Naturellement, l’unification des canaux d’échange n’est pas totale : les mails personnels servent encore aux habitués, les standards téléphoniques aussi. Et heureusement, car le but n’est pas d’imposer aux usagers un canal unique, mais de réunir l’essentiel des demandes en coulisses, pour que chacun voie ce qui se passe entre nous et nos utilisateurs, avec l’espoir de faciliter les échanges entre nous et de minimiser les délais de réponse. Nous venons de mesurer qu’il se passe énormément de choses en ligne entre nous et nos lecteurs, c’est une excellente nouvelle. Maintenant, nous allons essayer de rendre ces échanges aussi agréables et efficaces que possible…

 

  1. GUN pour les intimes, inévitablement… []
  2. J’ai expérimenté jadis, en tant qu’utilisateur, la limite d’un réseau de renseignement. J’avais utilisé un guichet numérique pour obtenir des renseignements pratiques sur une bibliothèque où j’allais faire une recherche, pour préparer correctement mon déplacement. Or le renseignement inexact qui m’a été donné m’a fait perdre une partie de ma journée. L’erreur commise était clairement liée au caractère élargi du réseau de renseignement : jamais un bibliothécaire « du lieu » n’aurait commis l’erreur qui m’a égaré. []
  3. Au cas où un non bibliothécaire lirait ce billet, je précise qu’un SIGB est un système intégré de gestion de bibliothèque, C’est parfois un logiciel qui tourne bien. Trop souvent, c’est une usine à gaz informatique poussive et rafistolée, qui tourne uniquement sous Windows Vista et permet, à condition de disposer d’une douchette à scan compatible, de compétences métiers hors pair et d’une patience évangélique, d’acheter des livres, de prêter des livres, de cataloguer des livres, d’inscrire des lecteurs, et dans les jours de chances d’extraire quelques statistiques sur les fonctions précédentes. J’exagère, bien entendu. D’ailleurs nous sommes lancés dans un grand projet d’amélioration de notre SIGB, mais c’est une autre histoire. []
  4. Pour expliquer ce chiffre, je précise que le PEB est gratuit à Clermont. []

Omeka, une bibliothèque numérique prête à l’emploi

Omeka est un logiciel libre, sous licence GPL, développé par le Center for History and new Media. Selon leur site, Omeka est au croisement des CMS, des gestionnaires de collections numériques et des logiciels d’archives. Nous l’avons utilisé pour exposer les carnets de Philippe Glangeaud. Voici un retour sur ses fonctionnalités.

Facilité d’utilisation

Logo de Omeka
Logo de Omeka

La caractéristique principale d’Omeka est d’être rapide à prendre en main. Son principe est simple : il gère des « items » qui peuvent être attachés à une collection. Chaque item, que l’on peut comparer à une notice de catalogue, est décrit en dublincore et dispose d’un ou plusieurs documents numériques attachés. On peut ajouter également des données techniques sur ces fichiers dans la liste des métadonnées.
Un système de tags permet d’indexer ces éléments et de naviguer ainsi entre les collections.

À côté de ce service de base, on peut enrichir cet outil à l’aide de plusieurs modules proposés sur son site web. L’entrepôt OAI ou l’extension exhibit font partie des incontournables. Lincoln at 200 est un bel exemple des possibilités du module exposition. Chaque item ou collection peuvent être mis en valeur dans une galerie d’images complétées d’un texte d’illustration. Ce fonctionnement par briques rappel celui de Drupal mais dans le cas d’Omeka sa simplicité d’utilisation l’emporte aisément sur le CMS à la goutte d’eau.

Du côté technique

Les développeurs de cette bibliothèque numérique l’on rendu très flexible et souple d’emploi. On peut créer sans difficulté une extension qui étend ses capacités de base et on peut créer un nouveau thème sans être féru de développement web.
Quand nous nous étions intéressés à Omeka il y a quelque temps pour les carnets de géologie, il n’avait pas autant d’envergure. Les versions se sont succédées depuis et de nouvelles extensions ont vu le jour comme PDF search qui permet la recherche plein texte dans ce type de fichier.

Désormais, des projets importants comme la digital public library of america utilisent un moteur de recherche à facettes et hébergent de grandes quantités de notices et documents.

Vous pouvez même l’utiliser sans avoir un serveur et un développeur chez vous grâce à leur plateforme en ligne omeka.net. Il ne vous reste plus qu’à créer en un tour de clic, une exposition virtuelle à l’instar de ces musées ou universités américains.

Outil de découverte libre : un schéma pour y voir plus clair

Après le poster réalisé pour les journées ABES, et plusieurs billets sur l’alambic, voici un schéma plus détaillé de notre outil de découverte. Il présente avec plus de précisions les relations techniques entre notre catalogue Absysnet et l’installation de Blacklight. Un billet très court donc, mais parfois, un dessin vaut mieux qu’une longue explication.

Schéma de l'outil de découverte libre de la BCU
Schéma de l’outil de découverte libre de la BCU

 

La version mobile du site web

Cela fait quelques semaines maintenant qu’une nouvelle version du site est en ligne !

Cette nouvelle mouture permet une consultation plus aisée sur plate-forme mobile que ce soit sur tablette ou smartphone.

Il y a plusieurs solutions pour adapter un site pour mobile : créer une application à part entière ou partir du site existant. Étant donné le contenu important du site, nous avons préféré opter pour la deuxième solution. Ceci nous a été permis grâce aux Media Queries.

Cette spécification du langage CSS3 offre la possibilité de cibler le type et la taille d’écran pour lesquels nous souhaitons effectuer l’adaptation. Le CSS est un langage permettant de décrire la présentation d’une page HTML. L’adaptation du site n’a pratiquement nécessité que ce langage et a permis un développement rapide.

smartphoneLa disposition du site a dû être repensée afin de s’afficher verticalement. Le script affichant les sous-menus au survol de la souris a été désactivé pour s’adapter à une utilisation tactile. Une des colonnes a été supprimée car elle faisait redondance avec le menu principal. Le but est d’épurer un maximum la version originale afin de réduire les éléments à afficher.

La version tablette permet de consulter les actualités et les informations pratiques dès la page d’accueil. Les actualités ne sont pas disponibles directement sur la version pour smartphone mais via les sous-menus. L’habillage du site a été revu pour chaque mini-site des bibliothèques de la BCU.

L’autre point important à prendre en compte est le Viewport. Il s’agit de la dimension que le navigateur va donner à la page. Ce cas épineux présente des difficultés d’affichage des sites mobiles. En effet, pour un même mobile il existe trois dimensions d’écran. Une que le mobile a réellement, une autre qu’il pense avoir et une dernière qui dépend du navigateur du mobile en question (le fameux Viewport). Il est impératif d’harmoniser ces trois tailles en les définissant les unes par rapport aux autres grâce à la balise HTML : meta.

Pour ceux n’ayant pas de mobile un simple redimensionnement de la fenêtre du navigateur sur ordinateur permet de visualiser cette nouvelle version.

N’hésitez pas à donner vos avis !

 

Moi? Mathilde Delaporte, actuellement stagiaire à la bibnum et étudiante en informatique. Je suis chargée de l’adaptation du site. Ce stage m’a permis d’effectuer mon premier pas dans l’univers des bibliothèques que je compte continuer à explorer.

 

 

 

Un outil de découverte libre : poster pour les JABES

Nous avons eu la joie de présenter cette semaine notre poster lors des Journées ABES. Léonard Bourlet et moi-mêmes étions présents pour parler de notre travail mais je dois rendre hommage aux principaux artisans de ce poster, Mathieu et Karine.

Présentation du poster aux JABES 2013
Présentation du poster aux JABES 2013

 

Il nous est apparu très vite que le sujet à développer serait Blacklight et sa mise en œuvre. Nous avons voulu restituer notre expérience. Mathieu Bacault a donc conçu le scénario du poster en privilégiant l’aspect chronologique et les étapes du projet, de la réflexion initiale à la mise en production. C’est cette idée de fil conducteur qui nous a menés à la Linea.

Partant de là, Karine Vazeille a réalisé le poster, du dessin à la mise en page (avec Illustrator). Elle a repris le style de la Linea, en modifiant le dessin de la tête notamment, et a conçu toutes les illustrations et les boutons. Le tout en une quinzaine de jours. L’imprimeur a d’ailleurs fourni le poster la veille du pont de l’Ascension, donc juste avant le départ pour Montpellier.

Sur place, nous avons subi une petite douche froide en constatant que les panneaux n’étaient pas adaptés à un poster horizontal ! Et nous étions les seuls à arriver avec un tel format… Bref, voici le poster :

Poster Blacklight image

Poster à télécharger en version PDF (2,60 Mo)

Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.

Mise en place de Blacklight : comment ?

Nous avons choisi Blacklight comme interface publique pour notre catalogue. Voici comment nous avons procédé pour indexer les données de notre SIGB et comment nous allons intégrer d’autres données (revues et livres électroniques).

Pour faire fonctionner Blacklight en mode OPAC de nouvelle génération d’abord, il a fallu répondre à 3 questions :

  1. comment importer toutes les notices du SIGB dans l’index Solr ?
  2. comment obtenir les données d’exemplaires (donner la disponibilité) ?
  3. comment gérer les services et l’accès au dossier lecteur ?

Paramétrage de l’index Solr et procédure d’import

Blacklight n’est à proprement parler que l’interface qui permet de gérer l’affichage des données et les services au lecteur. Celui qui fait tout le boulot de traitement des données, c’est le moteur Solr. Il s’agit donc de lui faire avaler des données au format MARC ISO2709 afin qu’il puisse les indexer et les proposer sous forme de facettes, par exemple.

Indexation

La version standard de Blacklight proposée en téléchargement fournit une configuration de base opérationnelle. Mais comme c’est un produit développé aux États-Unis, le format par défaut est le MARC21. Donc, au minimum, pour une BU française, le travail consiste à remplacer les étiquettes de champs MARC21 par des étiquettes UNIMARC. Plutôt facile de mettre 200 là où on trouve 245 ! Mais quand on aborde les notions d’auteurs secondaires ou de titres complémentaires, on se rend compte que les deux formats ont une manière de voir les choses bien différente.

Pour obtenir des facettes intéressantes, il faut réaliser des mappings comme celui-ci, qui concerne le type de document :

# format mapping
# leader 06-07
map.format.aa = Article ou communication
map.format.ai = Ressource à mises à jour
map.format.ac = Recueil
map.format.am = Livre
map.format.as = Revue
map.format.lm = Ressource électronique
# leader 06
map.format.b = Texte
map.format.b = Manuscrit
map.format.c = Partition musicale
map.format.d = Partition musicale
map.format.e = Carte ou plan
map.format.f = Carte ou plan
map.format.g = Vidéo
map.format.i = Enregistrement sonore non musical
map.format.j = Enregistrement musical
map.format.k = Image
map.format.l = Support informatique
map.format.m = Ressource multimédia
# 007[0] when it doesn't clash with above
#map.format.h = Microforme
#map.format.q = Partition musicale
# none of the above
map.format = Indéterminé

Pour la facette « Sujets », nous avons utilisé les mots-clés RAMEAU en séparant les subdivisions : tout ce qu’on trouve en $a ou $x constitue une vedette « thème » tandis que les $y et $z sont distribués « région » et « période ».

Importation automatique

Comme on veut disposer de données bibliographiques à jour, il faut mettre en place deux procédures automatiques : une pour exporter la base catalographique du SIGB, une autre pour importer les données dans l’index Solr.

Nous avons demandé à notre fournisseur de SIGB (GFI) de créer une procédure d’export de toutes les notices au format ISO2709. Donc, tous les jours, l’ensemble du catalogue est mis à jour.

Ensuite, nous avons développé un script shell qui permet, toutes les nuits, d’effacer l’index et d’importer le fichier ISO généré par AbsysNET. Après avoir longtemps buté sur la question des notices supprimées dans le SIGB, nous avons en effet choisi d’effacer tout l’index avant import. Cela permet de ne pas avoir à gérer d’import différentiel (i.e. seulement les nouvelles notices) ni d’avoir à retraiter les notices modifiées ou supprimées. En effet, il nous a semblé impossible d’extraire des indicateurs fiables pour identifier les notices à traiter : pas de données dans le label de notice UNIMARC (position 5 concernant le statut de la notice).

Connexions pour les données d’exemplaire et du lecteur

AbsysNET comprend un serveur Z3950 qui permet d’interroger la base Oracle. C’est sur ce serveur que l’on s’appuie pour interroger en temps réel la base des exemplaires et connaître leur disponibilité.

La page Blacklight qui affiche la notice détaillée d’un document intègre une requête Z3950. Le serveur Z3950 d’AbsysNET renvoie une réponse XML qu’il suffit de mettre en forme à sa guise. Nous affichons donc les données d’exemplaires en tableau et indiquons par une icône rouge ou verte si le document est disponible, c’est-à-dire non emprunté, dans telle ou telle bibliothèque du réseau.

Notice détaillée avec disponibilité
Notice détaillée avec disponibilité des exemplaires

En ce qui concerne le dossier lecteur et les services associés, nous utilisons un connecteur développé par GFI. Connu sous le nom de zabnetarch (car conçu pour fonctionner avec les portails Archimed), ce connecteur permet d’interroger les données du fichier lecteur et d’interagir avec les services permis par les politiques de prêt.

Notice détaillée avec service
Notice détaillée avec bouton de communication

On peut ainsi intégrer des boutons pour demander un prêt (et générer l’impression d’un bulletin), réserver un exemplaire, prolonger un emprunt et fédérer toutes les informations dans une page « mon compte ».

Personnalisation de l’interface

Nous n’avons pas passé de temps sur la partie graphique du catalogue. Nous nous sommes contentés pour le moment d’utiliser le thème standard de Blacklight. La mise en forme nous a semblé bonne et nous n’avons pas fait de cet aspect du projet une priorité.

Nous avons travaillé essentiellement à la traduction de l’interface et des libellés, avec le souci de sortir du jargon bibliothéconomique. Ce n’est pas toujours facile d’y parvenir… Ce même souci de lisibilité nous a conduits à simplifier autant que possible la lecture des notices. Il a fallu faire des choix quant aux champs à afficher. La tension est forte entre la clarté de la présentation et l’exhaustivité de l’information donnée. Compte tenu des remarques des uns et des autres, ce travail se poursuit, d’ailleurs.

Pour illustrer le catalogue, nous avons utilisé les API Google Books qui permettent d’afficher les vignettes de couverture des ouvrages. Après quelques déboires dus à la requête sur l’ISBN (Google digère mal les tirets), nous avons traité les notices de manière à obtenir systématiquement un EAN. Le taux d’affichage des vignettes s’en est trouvé amélioré. Mais c’est encore insuffisant. Notre catalogue est peu illustré, nous le voyons bien avec notre page d’accueil qui recense les nouveautés.

Faute d’un taux de couverture suffisant, nous avons provisoirement affiché nos titres dans un cadre représentant un livre. Nous obtiendrions certainement de meilleurs résultats si on utilisait les API d’Amazon. Mais ici comme ailleurs, le débat reste vif entre les tenants de l’efficacité (plus de vignettes grâce aux API Amazon) et les défenseurs du petit commerce (non à la publicité pour le géant d’internet). Il faudra bientôt trancher.

Configuration de Solr

Dès les premiers tests, il est apparu que les résultats donnés par Solr ne nous convenaient pas. Il a fallu bien se documenter sur son fonctionnement avant d’en saisir les mécanismes et de pouvoir agir sur le calcul de pertinence.

Le plus difficile pour un bibliothécaire est de rompre avec la rigidité des sacro-saints opérateurs booléens. Certes, ils sont utilisés par le moteur mais pas seulement. C’est tout un système de pondération qui peut être paramétré. Le moteur est tendu vers un objectif : donner des résultats. Il n’aime donc pas répondre qu’il ne trouve rien.

Tout l’équilibre réside dans le fait de trouver les termes demandés tout en suggérant d’autres pistes. Solr donne la priorité aux premiers termes saisis et à leur place dans la notice. Le premier résultat de la liste sera toujours la notice qui contient tous les mots saisis dans son titre. Si ce n’est pas le cas, alors le moteur revoit ses exigences à la baisse : des mots placés dans le corps de la notice, moins de mots retrouvés, etc. Et puis si vraiment il n’y a aucune concordance possible, Solr fait des suggestions.

Là encore, les mécanismes sont complexes et tout est différent d’une langue à l’autre. Solr doit être paramétré pour le français afin qu’il puisse analyser les structures de mots pour corriger une faute d’orthographe ou étendre ses recherches à une famille de mots.

Nous avons beaucoup de connaissances à acquérir dans ce domaine pour optimiser le comportement du moteur.

Et maintenant ?

Notre catalogue est en place, sur un mode OPAC de nouvelle génération puisqu’il n’intègre que les ressources imprimées gérées par le SIGB. Il s’agit maintenant de travailler à l’indexation de nos ressources électroniques. Certaines sont déjà présentes : les livres électroniques pour lesquels nous disposons de fichier de notices au format ISO2709 sont indexés directement par import.

Mais le gros des ressources devra faire l’objet d’autres traitements. La base de connaissance SFX pourrait être importée au format CSV et fonctionnerait avec des liens open url. D’autres ressources dont les éditeurs proposent des échanges via le protocole OAI-PMH nécessiteront le développement d’un moissonneur.

Bref, nous avons du pain sur la planche !

Mise en place de Blacklight : pourquoi ?

Du nouveau site web au futur système de gestion, la mise en place de l’outil de recherche Blacklight s’inscrit dans une démarche d’amélioration des outils publics et professionnels des BU.

Le contexte local

2010 a constitué une année charnière pour notre catalogue :

  • les bibliothèques de l’agglomération se sont regroupées au sein du réseau communautaire et ont migré vers un système Carthame (Decalog)
  • les bibliothèques universitaires ont fait évoluer leur système vers une nouvelle version, Absysnet (GFI)
  • le portail commun Archimed n’avait plus de raison d’être

En 2011, l’ouverture du site web des BU a imposé la substitution du moteur de recherche Bookline d’Archimed par l’OPAC Absysnet et le retour à une recherche par type de document. On se retrouvait donc avec

  • 2 OPAC : collections imprimées BU et IUFM
  • une liste AZ : revues électroniques
  • des pages de liens : bases de données, livres électroniques, etc.
OPAC des BU
OPAC des BU
OPAC des IUFM
OPAC des IUFM

Une fois le site web BCU mis en place, on pouvait réfléchir au changement de catalogue.

Le contexte national

Au premier abord, on a pensé qu’il fallait tout changer, le catalogue comme le SIGB. Fort de la présence de son développeur web, le service bibnum envisageait de développer tous ses outils à partir de logiciels libres. Mais les évolutions du marché et des projets nationaux nous ont amenés à affiner notre stratégie.

D’une part, ce qui paraissait le plus urgent était la refonte du catalogue public. Impossible de faire passer notre OPAC au « contrôle technique » du moindre utilisateur. Après avoir assisté à la journée sur les discovery tools libres, Mathieu et moi n’avions plus de doutes. Il fallait trouver un remplaçant à ce bon vieil OPAC.

D’autre part, la réinformatisation ne s’imposait pas immédiatement. Koha, bien que séduisant parce que libre, n’offrait pas de bénéfice fonctionnel significatif. Et puis le projet de SGB mutualisé émergeant, il était sage d’attendre.

Bref, en ce début d’année 2012, nous avons décidé de privilégier le catalogue public de manière à offrir rapidement un meilleur outil de recherche aux usagers en fédérant nos différentes ressources et en facilitant la navigation. Nous avons pensé d’abord à l’outil Vufind, mais après la présentation de Blacklight à la journée Couperin, notre choix s’est porté sur ce dernier, dont SearchWorks est la réalisation la plus connue.

La prochaine fois, je vous expliquerai comment on a fait !

Feriez-vous un bon développeur web ?

La frontière étant désormais bien floue entre savoirs des bibliothèques et monde numérique, vous envisagez peut-être d’élargir vos aptitudes à l’informatique. Afin de vous aider à répondre à la question du titre, voici une tentative subjective de décrire le métier du développement web.
Sans titre - Par Ricardo Machado - Sur Flickr - CC BY-NC-ND 2.0
Sans titre – Par Ricardo Machado – Sur Flickr – CC BY-NC-ND 2.0

Commençons par une définition. Si l’on en croit cette fiche du Gdt, le développeur intervient sur toute la chaîne de réalisation d’un logiciel. Pour faire simple, il s’occupe de traduire un problème en termes informatiques.
Laissons d’emblée de côté l’image usuelle de la personne absorbée derrière un écran parcouru par les lignes d’un code indéchiffrable. La totalité de ce processus implique de collaborer avec plusieurs personnes et pas forcément avec l’aide d’un ordinateur. Lors du travail préliminaire d’analyse et de conception vous serez amené à beaucoup échanger avec vos collègues.

Ceci étant dit vous aurez besoin de faire preuve d’une grande autonomie. La majeure partie de cette activité consiste à corriger des erreurs et résoudre des problèmes. La phase de réalisation et création n’est que la partie émergée de l’iceberg.
D’ailleurs, sans avoir fait de longues études de programmation vous en viendrez vite à penser que l’informatique n’est pas une science exacte. Les mauvaises langues diront même que ce constat est un euphémisme mais nous ne commenterons pas.

Trouver sa place

La définition précédente est un peu trop générale car la réalisation d’un site web moderne fait appel à toute une palette de savoirs. L’ergonome permet à l’utilisateur de naviguer de façon intuitive, le graphiste propose un habillage agréable à visiter et à regarder, l’expert accessibilité indique comment rendre les pages praticables par tout le monde quelque soit son support de navigation. N’oublions pas le webmestre qui vérifie la qualité des contenus, le chef de projet pour organiser tout ce beau monde, etc.

Las, abandonnez vos rêves de toute puissance, vous ne serez pas seul pour dire « c’est moi qui l’ai fait ! ». Réjouissez-vous plutôt qu’on ne vous demande pas de maîtriser tous ces domaines riches et inépuisables. Pourtant, il est fortement recommandé d’en connaître les principales fondations. Ne serait-ce que pour travailler de concert avec tous les professionnels impliqués.

Cela demandera du temps et pour compliquer la tâche les connaissances sont rarement figées. En guise d’exemple, vous avez peut-être déjà connu les longs débats pour savoir si il faut ouvrir un lien dans une nouvelle fenêtre du navigateur ou non… Il vous faudra alors lire, comparer, garder un esprit critique et trouver des solutions qui satisfont au mieux les multiples exigences rencontrées.

Rendre les choses belles

Cette petite introduction ne vous donnera sans doute pas l’envie de changer de carrière pour autant. En revanche, si vous aimez le travail bien fait et que pour vous la manière compte au moins autant que le résultat alors vous serez comblé par tout ce qu’offre cette activité.
Comme dans beaucoup de domaines, il y a des bonnes pratiques et, malheureusement, de nombreuses mauvaises manières de faire également. Libre à vous de choisir les autoroutes du  moins disant ou les sentiers escarpés des solutions plus élégantes.

Prenons le cas du langage HTML. Avec cette figure de proue  du WEB, il est possible de baliser de manière très incorrecte une page. On parle alors de « soupe de balise ». Un développeur averti respectera au mieux la sémantique du texte qui n’en sera que mieux référencé. Il aura plaisir à utiliser une balise de titre pour un titre ou une balise de paragraphe pour un paragraphe. Ne souriez pas à cette apparente évidence, on trouve parfois des syntaxes étranges lors de l’inspection d’un code source.

D’un code explicite à l’accessibilité pour tous

De manière générale, vous aurez à cœur de rendre votre code beau et soigné. Il sera alors plutôt concis et facile à lire. Personne ne vous y obligera mais imaginez-vous que vous ayez à offrir un code du travail ou une lettre sympathique à un ami. Tous deux sont des textes, mais l’un est un plus beau don que l’autre. C’est une affaire de goût aussi.
Il existe également de la poésie informatique mais restons lucides, elle n’est pas encore enseignée sur les bancs de la faculté.

Enfin, nostalgique des premières heures du web, vous voudrez rendre votre site ouvert et accessible à tous, en particulier aux personnes handicapées. Malheureusement, ce domaine est un peu le parent pauvre de la toile. Il vient souvent à la fin des discussions et ne dispose pas toujours du temps qu’il mériterait. Mais ne désespérons pas des grandes causes. Rien ne vous empêchera de souffler discrètement ce sujet fragile sur la table des discussions de temps à autre. À cœur vaillant rien d’impossible.

Il y aurait sans doute d’autres choses à dire mais peut-être en savez-vous suffisamment, et la réponse vous appartient. Alors, feriez-vous un bon développeur web ?

Rendre nos sites accessibles : oui, mais comment ?

Logos représentant les handicaps visuel, auditif, moteurs, mentaux

Dans mon précédent billet, j’ai essayé d’aborder la thématique de l’accessibilité numérique en précisant qu’elle ne concernait pas uniquement le web. Aujourd’hui, je souhaiterai me recentrer sur cette question de l’internet, en particulier parce que nos sites ou nos portails documentaires sont un moyen incontournable de diffusion (et donc d’accès) à l’ensemble de nos services et qu’ils sont des sites de communication publics donc soumis à l’obligation légale d’accessibilité.

Alors, oui, bien sûr, tous, bibliothécaires (du moins je l’espère), nous sommes prêts à oeuvrer pour l’accessibilité mais comment ? Par quel(s) bout(s), prendre ces chantiers ? D’autant plus qu’aujourd’hui nous ne partons plus de zéro, en tout cas, en bibliothèque universitaire, les sites ou portails documentaires ont une histoire et les équipes qui les ont conçues aussi. Très concrètement, que faire ?

La cible : à qui l’accessibilité d’un site profite-t-elle ?

C’est essentiel : ne jamais perdre de vue, pourquoi ou plutôt pour qui il faut rendre nos sites accessibles. Pour Abdel, jeune homme aveugle, qui ne peut avoir de vision d’ensemble de la page et a besoin d’informations structurées. Il se retrouve, bloqué, sans plus savoir où il en est de sa navigation, car sa plage braille ne lui renvoie plus aucune information. Pour Céline, étudiante malvoyante en sciences sociales, qui utilise une synthèse vocale (on dit aussi logiciel de revue d’écran) et ne peut deviner que « l’image 456 » est un graphique représentant l’évolution du taux de fécondité en France depuis 1965. Mais aussi, pour Fatoumata, malentendante, qui doit venir faire ses études en France et qui aimerait bien, que la vidéo qui présente la bibliothèque soit sous-titrée. Cela lui éviterait de demander à son père, sa mère ou sa soeur. Ou encore pour David, qui ne peut utiliser une souris et aimerait pouvoir naviguer facilement grâce à son clavier adapté. La liste n’est évidemment pas close mais il ne faut jamais, jamais, oublier les utilisateurs.

Le nerf de la guerre

Ensuite, se dire que le noyau dur de l’accessibilité des sites Web, ce sont les spécifications techniques que contiennent les référentiels et les éléments de programmation. Je ne suis pas informaticienne, et ma culture informatique d’un point de vue technique est limitée mais je pourrais veiller, dans un projet web, à ce que cette dimension soit prise en considération à toutes les étapes du projet (création, modifications marginales ou reconfiguration totale). Et c’est là tout l’enjeu d’un site accessible : faire entrer la notion d’accessibilité à toutes les étapes et dans tous les esprits. Il faut que quelqu’un s’en charge très tôt.

Le web reste toujours une mine de documentation. Une série de fiches synthétisent de manière très opérationnelle (et c’est leur grand intérêt) les exigences d’accessibilité. En effet, le site AcceDe Web propose un ensemble de notices adaptées à la gestion de projet web. L’intérêt de ces quatre notices est qu’elles ciblent, chacune, un professionnel comme dans un jeu des 4 familles : dans la famille projet web, je voudrais le graphiste, je voudrais le développeur, je voudrais le contributeur et je voudrais le chef de projet. A chacun dans son domaine de compétences d’intégrer cette dimension. Ce projet, coordonné par Atalan, a été nommé aux Trophées de l’accessibilité 2013.

Les grands principes : à quoi reconnaît-on un site accessible ?

Revenons maintenant aux principes tels qu’ils sont exprimés dans les référentiels. Le Référentiel Général de l’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), qui s’applique aux sites de communication publics, reprend l’organisation du WCAG 2.0, en 4 grands principes. Il est facile d’en prendre connaissance grâce à cette traduction en français assurée par Braillenet :

  • Premier principe : il faut que les contenus soient perceptibles. C’est à dire que « L’information et les composants de l’interface utilisateur doivent être présentés à l’utilisateur de façon à ce qu’il puisse les percevoir. » . Sous ce critère, on retrouve les alternatives textuelles aux images, aux boutons graphiques, description textuelle d’un graphique… ; captcha audio, structuration d’un document de traitement de texte ou .pdf, alternatives à des contenus audios ou vidéos (sous-titrage, audiodescription). Il s’agit également de séparer le contenu de la présentation via l’utilisation de feuilles de style .
  • Deuxième principe : Les « composants de l’interface utilisateur et de navigation ». doivent être utilisables. Très concrètement, toutes les fonctionnalités doivent être accessibles au clavier, des éléments d’orientation (pour naviguer, se situer dans le site, s’orienter) doivent être présents. Un lecteur qui utilise une synthèse vocale lit de manière séquentielle, chronologique. Il ne lui est pas possible d’avoir une appréhension globale des informations. Des éléments d’orientation doivent donc lui permettre de repérer la hiérarchie des informations, pour aller directement à l’information qui l’intéresse et éviter s’il le souhaite certaines informations. Il est également important de laisser suffisamment de temps à l’utilisateur pour lire le contenu et pour mener les actions nécessaires. Il est également conseiller d’éviter les flashs (brusques changements de luminosité à l’écran) susceptibles de déclencher des crises d’épilepsie chez certains utilisateurs.
  • Troisième principe : Les informations et l’utilisation de l’interface utilisateur doivent être compréhensibles. Ainsi, par exemple, il est essentiel qu’un dispositif technique de lecture sache si le texte est dans une langue étrangère (utilisation de l’attribut lang) au risque de produire un texte incompréhensible type yaourt. Faire en sorte que la structuration se répète afin de rendre la navigation prévisible est également un point à prendre en compte.
  • Quatrième principe :Le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d’agents utilisateurs, y compris les technologies d’assistance. Il faut donc veiller à ce que les technologies d’assistance utilisent correctement les contenus balisés en spécifiant la DTD utilisée.

Ce qui se joue, c’est une nécessaire prise en compte des questions d’accessibilité par chacun des membres de l’équipe projet web, que ce soit sur le plan de la conformité à la loi, des exigences techniques et du service aux utilisateurs. Ainsi, parmi les membres de l’équipe du Pôle, du Centre, de la Division, Direction, des Systèmes d’information de l’Université et de la Bibliothèque, que sais-je, la présence de développeurs et de webmestres formés aux questions d’accessibilité est nécessaire. Sans eux, rien n’est possible.

Les labels : Comment certifier qu’un site est accessible ?

Les recommandations WCAG 2.0 se répartissent selon 3 niveaux :

  1. le niveau A : niveau fondamental satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1. Pour une conformité de niveau A (le niveau minimal), la page Web satisfait à tous les critères de succès de niveau A ou une version de remplacement est fournie. Par exemple, un texte explique une vidéo ou  une image.
  2. le niveau AA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1 et 2. Le site offre un accès « correct » aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple,  la possibilité  de recourir à l’agrandissement des textes sans perte d’information et sans avoir recours à une technologie d’assistance.
  3. le niveau AAA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1, 2 et 3. Le site offre un accès excellent aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple, une description audio étendue met en pause la vidéo pour expliquer l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension de l’élément.
    (les exemples sont tirés du guide « Un site web accessible pour ma collectivité »  réalisé par le Syndicat mixte e-mégalis Bretagne en 2012).

Le niveau recommandé au niveau européeen est le niveau AA et c’est également le niveau de conformité que doivent atteindre les sites publics français. Le niveau AAA ne peut s’appliquer dans tous les contextes. La méthodologie qui accompagne le RGAA prévoit, lors de l’étape finale, la rédaction d’une attestation de conformité, établie par l’éditeur du site lui-même. C’est le principe de l’auto-évaluation.

Il est bien spécifié dans le décret n° 2009-546 du 14 mai 2009 que la vérification de la conformité au RGAA est assurée par le ministère chargé des personnes handicapées. Un dispositif de veille et de contrôle devait être mis en place fin 2010. Mais je n’en ai pas trouvé trace …

S’il n’y a pas d’obligation de faire expertiser son site, en France, à ma connaissance, il existe deux labels :

Le label Accessiweb, décerné par l’association Braillenet, c’est un peu comme participer aux Jeux Olympiques de l’accessibilité avec la possibilité de gagner l’or, l’argent ou le bronze selon la performance de son site. On garde sa médaille (euh, non, son label pour 2 ans) et ensuite, il faut recommencer la démarche. Problème, nombre de sites n’ont pas renouvelé la démarche et, dans la Galerie des sites labellisés, la mention « Ce site n’a plus à ce jour le label Accessiweb » est fréquente. Aucun des sites labellisés avant 2010 n’a réobtenu le label. Cela ne veut pas dire que ces sites ne sont plus accessibles mais simplement qu’aucun audit externe ne le valide. Le label Accessiweb (qui repose sur une liste de 95 critères AccessiWeb et une méthodologie d’évaluation). est payant, ceci explique peut-être cela !

Il existe un autre label e-accessibility, valable 18 mois et qui propose également un label pour les documents .pdf. Très franchement, vous étiez vous déjà posé la question de l’accessibilité de tous ces documents en .pdf que vous déposiez sur votre site ? Non, alors vite, lisez la fiche AcceDE pdf . Problème :  la médiathèque d’e-accessibility, rubrique site web labellisés propose … 3 sites. Maigres résultats.

Au niveau européen, le label Euracert est attribué à un site web, en complément du label déjà obtenu par un organisme agréé dans son pays d’origine. A ma grande surprise, la France, la Belgique et l’Espagne sont les seuls pays qui comptent un organisme agréé. Trois ? Le chiffre clé d’une accessibilité déficiente ?

Alors labellisation, pas labellisation ? Ce qui semble poser problème c’est que la labellisation est plutôt liée, pour les organisations qui en font la démarche, à un effet marketing de court terme et ne prennent pas en compte la volatilité et la reconfiguration permanente des contenus. La règle devrait être : concevoir systématiquement des sites web accessibles. On en est loin malgré l ‘obligation législative.

Les stratégies : à quel moment s’y prendre ?

Il faut intervenir très en amont, au moment de la phase de conception, qu’elle porte sur une création de site ou sur une évolution. Les modalités d’application du RGAA définissent clairement les différentes étapes. Dans le cas où la création du site web fait l’objet d’un prestataire extérieur, je vous recommande la lecture de la « Recommandation sur l’accessibilité des sites web publics » du Groupe d’études des marchés d’informatique et communications électroniques qui dépend du Ministère de l’économie et des finances. Ce document de 6 pages, daté d’avril 2012, est un outil précieux pour qui doit lancer un appel d’offres puisqu’il détaille tous les points à notifier : quelle est la méthodologie suivie par le prestataire pour intégrer l’accessibilité aux choix techniques, quels seront pour chaque livrable les paramètres d’accessibilité, quelles sont les compétences en terme d’accessibilité de l’équipe du prestataire, en cas de reprise de contenus, quelle sera la démarche suivie, quels contenus pourront être rendus accessibles, quels seront les tests pratiqués, quelle sera la forme de la restitution, quelle formation pour garantir dans la durée l’accessibilité ? Il est d’autant plus précieux qu’il indique explicitement que la politique d’accessibilité qui guidera le travail du prestataire est de la responsabilité du maître d’ouvrage.

Il faut  rappeler que l’accessibilité ne se vérifie pas à l’oeil nu. L’expérience Avant/Après (type « Nouveau look pour une nouvelle vie » à la sauce Web) se trouve sous un vilain nom BAD , pour Before and After Demonstration.  Le consortium W3C a mis en ligne deux versions d’un même site, l’une accessible et l’autre pas. En cliquant sur Show annotations vous aurez, au fil du site, des explications sur les erreurs commises. C’est en anglais, mais ça vaut le coup.

Dans un projet Web, il est toujours intéressant de procéder à des test utilisateurs. L’inaccessibilité se cache dans les détails. J’ai le souvenir, d’un changement de catalogue d’une bibliothèque, pourtant  affiché accessible, (car cette exigence était spécifiée dans le cahier des charges) et qui en réalité s’est révélé inutilisable par un lecteur aveugle à cause d’une toute petite chose : dans l’interface graphique, des flèches droite et gauche de navigation restaient sans équivalence pour un logiciel de revue d’écran.

Alors prêts à se lancer dans l’aventure ? Réaliser un site accessible est un itinéraire qu’il faut baliser très en amont. Ne perdez pas patience, restez zen, ne vous trouvez pas « 5 bonnes raisons de coller une droite à un expert accessibilité » mais lisez plutôt le billet éponyme sur Accessiblog.fr. Soyez plutôt sur le mode « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », persévérez car la mise en accessibilité n’est sans doute pas un long fleuve tranquille mais c’est un flux nécessaire.

 

 

Vous avez dit Intranet ?

A la BCU,  une atmosphère effervescente émane des différents services à l’approche imminente de la réalisation de l’Intranet. La communication interne a été le thème fédérateur de la dernière journée des personnels. Avec les deux étudiantes de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal, encadrées par la bibnum pour leur projet tutoré, nous avons présenté le nouvel Intranet.  Cet outil de travail verra bientôt le jour, le serveur étant enfin débloqué.

Alors, comme vous, nombreux lecteurs de l’alambic, trop loin de la BCU et de Clermont-Ferrand, n’aurez sans doute pas la chance de consulter notre Intranet, je vais vous en présenter l’esprit et la lettre.

D’abord, situons-en brièvement le contexte.

La BCU avait déjà un Intranet, mais les nouveaux collègues ne l’utilisaient…presque jamais. Difficile d’y trouver quoi que ce soit. Des menus à rallonge, compliquant à outrance la structure initiale. Une double authentification bien dissuasive. Des contenus trop souvent défraîchis. Plutôt que de refondre cet ancien outil, à l’interface peu ergonomique, mieux valait faire table rase, et construire sur des fondements solides.

Mais pourquoi mettre en place un nouvel Intranet quand la BCU expose déjà, ici, sur la toile ses projets, quand nous publions sur l’espace BCU pro du site web, les bilans et les perspectives du service ?

Tout est affaire de positionnement. Le nouvel Intranet est appelé à devenir vecteur de communication interne au sein de la BCU. Il assurera une meilleure diffusion de l’information en étant intégralement accessible à l’ensemble du personnel. Et pour « pousser » la consultation, une newsletter adressée à l’ensemble du personnel regroupera les dernières infos mises en ligne.

Le but de l’Intranet, c’est aussi de fédérer et de créer du lien, quand les collègues sont éparpillés sur tout le territoire auvergnat. Et l’enjeu était de sortir des logiques locales de sections pour générer l’activité globale du réseau vers des objectifs partagés et des valeurs communes. Un parti-pris qui encourage l’implication et la participation de tous.

l'implication
l’implication
www.photo-libre.fr

L’angle focal de cet intranet, ce sont les missions transversales, au cœur de l’organigramme de la BCU.

Pour rendre compte de l’état de lieux de ces missions, un éditorial sera rédigé chaque mois par les responsables dédiés, et sera affiché en page d’accueil.

De l’organisation transversale de la BCU, découle la conception de l’arborescence.
Les grands axes de son activité constituent les entrées d’un menu thématique :

  • Vie de la BCU
  •  Formation des utilisateurs
  •  Plan de conservation partagée des périodiques
  •  Référentiel Marianne _ Accueil
  •  Dépôt électronique des thèses STAR
  •  Calames
  •  Politique documentaire
  • Prêt entre bibliothèques.
  •  Système intégré de Gestion de Bibliothèque
  •  Formation des personnels de bibliothèque.
  •  Base bibliographique SUDOC
  •  Diffusion de la Culture Scientifique
  •  Lecture et Handicap
  •  Enquêtes, indicateurs, auto évaluation
  •  Numérisation
  •  Revue de presse

 

Auquel s’ajoute un menu proposant une consultation par type de contenu

  • A lire ! les textes de références,
  • Comment faire ? les procédures
  • C’est dit ! les comptes-rendus de réunion
  • A suivre ! les dossiers en cours
  • Bilans… les rapports.

 

L’ambition de cet outil est aussi de mieux connaître les compétences des personnels du réseau et d’identifier les personnes ressources. Telle est la raison d’être du « qui fait quoi ». Chaque membre du réseau sera invité à remplir son profil en ligne, en utilisant les mots clés correspondant à ses compétences.

L’autre phase importante du travail est de recueillir l’ensemble des contenus à mettre en ligne, de les mettre en forme et de les éditer selon une structure et une présentation communes.
Drupal et son module CCK (Content Construction Kit) est utilisé à cette fin.
Tout un travail de webmestre, de communication interne et de capitalisation des connaissances.
Cette étape cruciale fait l’objet du projet tutoré de nos étudiantes. Elles en profitent pour découvrir, connaître, et comprendre tous les métiers qui s’exercent dans une grande bibliothèque en réseau comme la BCU.

 

Un portail de briques

Le 21 juin dernier, nous avons été invités par l’ADBS Auvergne à une après-midi d’étude sur les portails de bibliothèques à l’Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) d’Aubières, à deux pelouses de nos bureaux.

Marc Maisonneuve, formateur chez Tosca Consultants, était aussi convié pour faire le point sur la notion de portail documentaire et présenter l’offre de logiciel.  Nous sommes ensuite intervenus pour présenter le portail de la BCU. Colette Cadiou, responsable du service IST de l’IRSTEA a pris la parole à son tour pour présenter les portails Cemadoc et ist.irstea.fr, le tout nouveau portail de l’IRSTEA dédié à l’IST qui venait juste d’être mis en ligne, pour l’occasion.

Que retenir de cette après-midi de travail et d’échanges ?
D’abord des éclaircissements, salutaires, sur la notion de portail, qui nous apparaissait, à bien des égards, confuse, ambiguë, et polémique, tant et si bien que dans l’équipe, on rechignait parfois à employer ce mot, lui préférant celui, plus consensuel, de site web.
Marc Maisonneuve se donnait pour tâche de démêler cet embrouillamini. L’expression portail de bibliothèque n’est-elle pas employée à toutes les sauces? Tantôt on parle de portail pour parler de site web, tantôt de catalogue, tantôt d’outil de recherche fédérée, tantôt d’OPAC nouvelle génération… Il faut dire que même le JISC (Joint Information Systems Comittee) entretient cette confusion, en parlant de « service réseau », de point d’accès, où l’information, en ses différentes sources, se présente et se recherche par différents moyens, par l’entremise de technologies variées, pour se retrouver, sous forme de résultat, uniformisée, fusionnée, et affichée dans un format unifié. Si l’idée de portail y est, elle pourrait s’exprimer de façon plus limpide. Marc Maisonneuve la passe au crible et en extrait l’essence : le portail, c’est un « outil permettant de réaliser tout ou partie d’un site web, point d’accès unique à de multiples ressources documentaires, services et contenus. »
On perçoit mieux la différence entre portail et site web. Si le portail peut effectivement être un site web, il peut aussi n’en être qu’une composante, la composante-outil, en l’occurrence, pour rechercher des ressources documentaires, bénéficier des services en ligne de la bibliothèque, et, accessoirement, accéder aux contenus proposés par le bibliothèque. Cela ne veut pas dire que les contenus sont accessoires, bien au contraire, simplement qu’ils peuvent être dissociés du portail comme outil, en demeurant par exemple sur un site à part, comme celui de l’institution à laquelle appartient la bibliothèque.

Le portail peut se résumer à un seul outil, mais il en intègre souvent plusieurs. Marc Maisonneuve le qualifie à juste titre d’« outil composite ». Idéalement, le portail doit répondre à toutes les attentes des usagers. La typologie présentée des logiciels métiers recense tous les logiciels conçus pour répondre à ces attentes.
Le degré zéro du portail de bibliothèque, c’est le catalogue bien sur, avec pour corolaire en terme de logiciels, le SIGB et l’OPAC. Difficile en effet d’imaginer une bibliothèque sans catalogue. Ensuite, bien sur, c’est l’accès aux ressources numériques qui prime, avec pour corolaire les outils de signalement (liste AZ, résolveur, recherche fédérée etc.) On peut envisager, aussi, d’intégrer au portail une bibliothèque numérique, pour accéder aux documents primaires, sans oublier qu’il s’agit là juste d’un autre site que le portail interrogera, et non d’un élément charnière structurant. Le système de gestion de contenu, permettant d’éditer les contenus relatifs à la bibliothèque peut être une autre brique du portail.

Des briques très chics
Les briques très chic (upper level) par fallentoato flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Un portail de bibliothèque, ce sont des briques agrégées. Comment les agréger ? C’est l’architecture du portail qui sera décisive. Marc Maisonneuve présente plusieurs cas de figure. Le must, c’est d’ajouter à ces briques essentielles un opac de nouvelle génération, pour interroger de façon unifiée les métadonnées de toutes les ressources. C’est là un vrai service. Ce que n’est pas la recherche fédérée, qui interrogeant séparément les ressources de la bibliothèque apparaît beaucoup trop complexe et difficile à prendre en main pour les usagers.
L’architecture idéale ? Elle allie SIGB, catalogue, annuaire LDAP, CMS, base de données, et un OPAC de nouvelle génération pour chercher au sein de toutes ces ressources de façon unifiée via des métadonnées rassemblées, unifiées et enrichies.
Une fois définie l’architecture, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie conforme à ses moyens pour réaliser le portail, en commençant par la brique la plus essentielle, le SIGB, puis le CMS, enfin les autres briques complémentaires qui ajoutent de la valeur à l’ensemble. Marc Maisonneuve nous met en garde vis à vis des produits tout en un, conçus pour répondre à toutes les fonctions. Cette ambition les dessert, le risque guettant de faire tout à peu près, comme le défunt jubil, comme notre ancien portail Archimed. Ces solutions tout en un sont envisageables pour les bibliothèques démunies, qui manquent de moyens et de compétences pour réaliser et mettre en oeuvre des outils libres, pouvant s’interfacer les uns les autres.

L’intervention de Marc Maisonneuve éclairait sous un nouveau jour notre propre démarche de construction de portail. Rétro-éclairage, pourrait-on dire, car le même Marc Maisonneuve était déjà intervenu à la BCU, en 2009,  à un moment où la BCU était encore BCIU pour donner une formation sur les portails documentaires, et faire le diagnostic de l’existant Archimed : cet ancien portail ne convenait plus en terme de positionnement, étant destiné à la fois aux usagers des bibliothèques communautaires et universitaires. Il était cher, peu ergonomique, et rigide, puisque la moindre modification supposait une intervention facturée du prestataire. La seule issue possible était de se donner les moyens de créer un nouveau portail. Comment ? En renforçant l’équipe de la bibnum. C’est ainsi que Mathieu et moi-même furent recrutés, que Raphaële et Karine intégrèrent à plein temps l’équipe, qu’Olivier prit les rennes du service. La BCU disposait déjà d’un SIGB et d’un opac absysnet. L’urgence était de concevoir et de construire le site. Nous nous y attelâmes. Les bibliothécaires des sections purent gérer comme ils le souhaitaient leurs contenus en ligne. Après l’évaluation du site, nous sommes à même de proposer bientôt une nouvelle mouture. Un résolveur de lien a été mis en place. Nous avons mis en oeuvre notre première bibliothèque virtuelle avec les carnets géologiques de Philippe Glangeaud. L’OPAC de nouvelle génération sera bientôt en ligne. Les archives ouvertes institutionnelles ont été développées. Demain, un nouveau SIGB s’imbriquera sans doute.

De briques en briques, le portail se façonne, avec des outils libres. Les briques s’interfacent, s’interposent, communiquent entre elles, pour un accès unifié aux résultats des recherches documentaires.

Portails de bibliothèques et centres de documentation : Présentation de l’offre de logiciels par Marc Maisonneuve Tosca Consultant, Aubière 21 Juin 2012 14h à 15h 30

Le portail de la BCU : retour d’expérience, par Olivier Legendre, Camille Meyer, Mathieu Bacault, Aubière 21 Juin 2012, 15h30 à 16h30

Academic librarians and searchers: A new collaboration sets the path towards research project success.

J’ai été invitée au congrès QQML 2012 à Limerick (Irlande) pour exposer oralement ma communication sur la collaboration entre les chercheurs et les bibliothécaires dans la conduite des projets de gestion numérique des sources de la rechercheJ’ai choisi de centrer mon propos sur cette fructueuse collaboration qui a émaillé le projet EVE (Enfance Violence Exil).
Voici le texte que j’ai préparé à cette occasion. Ce texte est désormais publié dans la revue QQML. Voici le lien vers  l’article en ligne.

 

The EVE Project.

From the Brauner’s collection to the EVE’s project.
Françoise and Alfred Brauner as a starting point.

How children feel war time? How they live the events, the conflicts itself, in their everyday lives, but also how they apprehend, understand and represent the war phenomenon, in short, what children have to say about the war ?
These questions were asked by Françoise and Alfred Brauner when they began to commit themselves during the Spanish war at the school of the children’s ward in the International Brigade hospital, in 1937.
It seemed to them that children’s drawings were a true material to access children’s experience in all its complexity.
If aesthetic productions by children have begun to draw attention since the beginning of the 20th century, the Brauners experienced the value of the graphic mode of expression and its reconstructive function.
Françoise Brauner (Vienna 1911 – Paris 2000), a pedopsychiatrist, first came in contact with children in wartime. Alfred Brauner (Saint-Mandé 1910 – Paris 2002) also left for Spain and dedicated himself to the centers for evacuated children.
All through their lives, they collected children’s drawings made in wartime. To the Spanish drawings were added those from concentration camps, from Japan, Vietnam, Algeria, Lebanon, Cambodia, El Salvatore, Afghanistan, Palestine, Chechnya.

However, the drawings and the texts collected by them represent highly important documents for those interested in children in wartime.
In respect of the great diversity of their experience, the Brauner’s collection appears as a starting point to dress a larger investigation about child experience during war time.

At the occasion of the centenary of their birth, it was time to elaborate a larger research on the child’s experience of war, with new scientific perspectives. The EVE project (the acronym for Enfance Violence Exil) (Childhood, Violence and Exile) responds to this aim.

The EVE project : scientific objectives

In the continuity of the Brauner’s initiative, the EVE project (Childhood Violence and Exile) (a program from the Research National Agency Children Childhood 2009) presents collections and studies dealing with children’s experience of the war from the First World War to the dawn of the 21th century.
From academic works conducted by the University Blaise Pascal in Clermont-Ferrand, directed by Catherine Milkovitch-Rioux, in partnership with the University of Amiens and the University of Regensburg, paths are proposed through collections of children’s drawings, journals and albums, writers’s testimonies… These children who have experience war, on all fronts of Europe and world, from world wars to Algeria, in Guatemala or in Ramallah, in Bosnia or in Rwanda, participate in the writing and the reading of the tragical history of 20th and 21st century.
This project consists in the collect, the exploitation in research and the valorization of different funds relating to the experience of war, of subsequent exile to civil violence, of violence experienced by children during or following the conflicts of 20th century, mainly in Europe (from the first World War to the dawn of the 21st century), from the Brauner’s funds (children drawings), reviews, scholar and collectives diaries, and archival deposits.

This project is part of an interdisciplinary field of research that combines literary, civilization study, historical, psycholinguistic (including languages, psychoanalytic, and sociological approaches).
Through different forms of cultural funds, their integration in a research field, an historical period and a defined cultural area, the used documentation reconstitutes through the testimony on childhood in its greatest diversity, a true history of the 20th century, from “ child’s height”, through the lived experiences of victim children, and the representation they’ve given. Children have been also subjects of many representations  through the most varied and diverse medias, whether graphic, text, sound or audiovisual produced at a time of trauma or in a retrospective perception. All of these media may reflect the proper perception of the child, or of the adult he has become, or of the other adults with their perspective on childhood through the youth literature.

Digital humanities: From the corpus to the website.
First mission: collecting testimonies, building the corpus.

The EVE project’s academic staff has constituted its own corpus. Each searcher has      selectioned his own sources according to his own specialty.

I will give few examples of this corpus :

– Drawing of children in war: Françoise and Alfred Brauner’s collection, witnesses of the century.
Guy Baudon, Rose Duroux, Luca Gaboardi

– Scholarly journals of Spanish children evacuated to France and Great-Britain.
Célia Keren

– Autobiography of Spanish children from La Rouvière : experiences of war and exile.
Célia
Keren

– Representation of wars in youth album.
Nelly Chabrol Gagne

– Literature and children reviews during the First World War: Fillette.
Laurence Messonier

– Drawings of children from Montmartre.
Manon Pignot

– Drawings of children from Ramallah.
Manon Pignot

-Oral testimony of children of the First World War. Linguistic study.
Mylène Blasco-Dulbecco

– Drawing of displaced and exiled children (1982-2005) World refugee children fond.
Nicole Dagnino

– Testimonies of writers of the war of Algeria.
Max Vega Ritter, Catherine Milkovitch Rioux

– Drawings of Jewish children in France (1939-1945) Château de la Guette, Izieu
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of Jewish children of Theresienstadt and Auschwitz (1942-1945)
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of children after 2001, September 11th.
Donatella Caprioglio

The librarians of the BCU have played an active part in the corpus constitution.

Indeed, the librarians have digitalized a part of these collections, in order to put them online on the website dedicated to the project, but we will present here the important part played by the librarians in the resource description process.

In that study case, we see that the manner resources are described have a real impact on the research itself.

The description of these resources on childhood during war will be all the more decisive than it helps to understand these testimonies and to dress a parallel between all the studies of the project, in order to understand the reality of childhood in war time.

The main questions regarding the indexation of the resources allow us to propose a data structuration that corresponds to the web site arborescence.
In that perspective, the first task was to find and build a common framework in order to describe all these resources.
The first difficulty came from the heterogeneous corpus.
All these children’s testimonies, or these stories whose object is childhood take many forms: drawings, audiovisual interviews, youth albums, personal diaries.
How to build a common framework calculated to describe such different types of resources?

Yet, it is not the same thing to describe a child’s drawing and audio visual records, or a youth album. Each material has its own specifity.In the case of child drawing description, the interpretation starts with a close attention paid to « manifest » signs. According to the Brauner’s[1],the reading of the drawing may also be helped by the commentaries or the speech inserted within them. Moreover, drawings reflect what children hear or see around them. « All these drawings show violence in action, different forms of war, the rise of fear, » but also plenty of details related to their everyday life. Looking at these drawings, we may ask: « How could children plunged in situations of emergency, of bombings, see so many details? »  To dress a common framework of analysis of these drawings, we have chosen to use the nine main themes that the Brauner have selected in order to classify them.

The search for security
The houses and the ruins
The sight of the enemy
The weapons
The certainties
The wounded, the deads, the death
The child who draws himself.
Drawings from nuclear war
Drawings of peace.

In a second level, the searchers have to use key-words to describe their resources.
These key-words have to reflect the specifities of these drawings, or others materials, and the meaning of what they express, regarding to these childhood testimonies.
The second difficulty came from the different perspectives of these resources. In the case of children’s drawings, the child is subject and expresses his own point of views. But in case of childish literature, the child becomes object under the author’s look. When an adult tells about his own childhood, it is still another point of view on childhood in war. If these different points of view lighten in an original way the history of conflicts, it appears as a necessity to distinguish in the corpus all these different focalizations.
That’s the reason why we have operated a classification between those different looks:
The child relates (transmitter). The adult observes (receiver)
The child relates (transmitter)
The child reads (recipient). Fiction relates the childhood.
The adult relates his childhood. Retrospective testimony.

Chronological access
The corpus covers almost all the conflicts of the 20th century. To delimit the different conflicts, and to propose a correct chronological indexation, it was necessary to establish a normalized list of conflicts.
If the searchers describe the resource they have chosen in order to set their own studies, a particular attention should be added to the standardization of their description.

In order to describe the resources, we have chosen the Dublin Core format as a common description framework. The fifteen fields of the Dublin Core answer the basic requirements of resource description. But the difficulty we first met was to explain to the searchers the exigency of this standardization. It was really important that the searchers describe by themselves the resources of the project. Indeed, this description belongs to the research process itself.

Faced with this dual requirement of exhaustive description and standardization, the BCU has developed a collaborative tool allowing researchers to quickly appropriate Dublin Core Standards, used to describe online resources.

Google docs on line questionnaires have been used at this aim. Easy to use by researchers, they could fulfill the metadata for resource description in Dublin Core format.

The advantage of the form is that it allows librarians to give researchers all the details which allow them to describe the resources uniformly, particularly in terms of format, which is necessary for data interoperability.

Once researchers have completed the forms, the data are automatically imported into a spreadsheet, within fifteen columns corresponding to the fifteen Dublin Core fields. They are ready to be imported via FTP to the project website.

The web site construction

The EVE website has been made by a consultant: Luca Gaboardi Interactive.
But the library team has played an important part in the web site conception.
Indeed, the different studies are accessible by conflict (chronological access), but also according to the looks on children on war : the child look when he draws, the adult’s look on the child who draws, the adult’s look on his own childhood, the look carried by the youth literature, when the child has become a reader.
The keywords used for the thematical indexation constitutes a tags cloud on the home page of the website, that lets the user sees all the e-resources related to a specific theme.
The library staff has also worked with the staff in charge of the multimedia scenarisation, called “Créatice”.The goal was to add a pedagogical dimension in the website, with the purpose of catching in an original way the stories of those children, victims of the war.
It is yet possible to access the corpus by collection but also by scenarios, what we call the scripted resources.
To access the corpus by collection provides an overview of all the pictures or research materials related to a study, whereas the access by scenario provides access to resources by subject, and a pedagogical and historical progression through theses aspects of children’s lives. The scenarisation of these resources has been made in close connection with searchers.

The example of the scenarisation made with the documents related to the Spanish war gives an overview of the exodus of the Spanish children in France.
All the searchers of the EVE project have used these collections as research materials. The EVE website draws perspectives through these collections and the research investigations. It exposes the materials, the primary sources, and the studies, the scientific discourses made from these materials. In that way, this project enters in the frame of digital humanities.

In the EVE project, we are well in the “intersection of technologies and humanity scholarship”, as Oya Rieger[1] says. The EVE website constitutes a research tool for anybody who wants to seize the complexity of childhood in wartime, and gives another representation of the child, not only as a victim, but also, as an actor, who can oppose the hardness of the war, the richness of his imagination, as the famous flower in a vase and the fruit cup drawn by a child in the concentration camp of Theresienstadt shows.

 

Le vase de fleurs avec papillon
Placée seule devant son châlit de la forteresse de Theresienstadt (Terezin), la dessinatrice, Erika, rêve de la belle fleur dans un vase, d’une corbeille remplie de fruits qu’elle a mangés autrefois. Un papillon tourne autour de la fleur.

During the website realization, librarians and searchers haven’t ceased to work together. Numerous seminars between librarians and searchers have enhanced the project. The main librarian’s contribution was to build a framework to describe and classify the resources. In this study case we see that data structuration leads to conceive the structuration of the web site arborescence. With this common framework for resource description and data structuration, all the searchers of the project can explore the corpus with a common referential.

This project has given the librarian’s staff the opportunity to develop new skills in project management, digital curation, understanding of digital issues related to research project.

That’s the reason why we have been led progressively to develop by ourselves digital tools and websites to expose the sources of research. That’s what we did with the project that followed, a very different one, conducted with an other research team: The geological notebooks of Philippe Glangeaud.


[1] J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner coordonné par Rose Duroux et Catherine Milkovitch-Rioux. Préface d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. Postface de Manon Pignot, historienne. ISBN 978-2-84516-527-4, Clermont-Ferrand, PUBP, 2011.
I Have Drawn Pictures of the War. The Eye of Françoise and Alfred Brauner
ISBN 978-2-84516-549-6
Édition anglaise coordonnée par Anne Garrait-Bourrier et Philippe Rapatel.

[2] Rieger O.A. (2010) Framing digital humanities. First Monday, vol. 15, n°10, 4 October 2010

De l’utilisation des ressources documentaires : statistiques 2011 du site web

L’analyse statistique du site web et de l’OPAC montre que l’intérêt principal de notre site réside dans la consultation du catalogue et des ressources électroniques, notamment via les listes de revues et de bases de données.

Des clics et des vues

L’architecture de notre site étant ainsi faite, il convient de tenir compte à la fois des pages visitées (vues) et des liens sortants (clics). En effet, les ressources électroniques sont d’abord présentées dans des pages internes (Drupal) avant de sortir du site via le reverse-proxy (EZproxy), alors que le catalogue est toujours accessible hors du site (OPAC AbsysNET sur serveur dédié).

Nom Vues uniques Vues
ressources-numeriques/bases-de-donnees 31027 64924
ressources-numeriques/livres-numeriques 5049 9282
ressources-numeriques/annales-dexamen 3080 4171
ressources-numeriques/accueil 2580 4049
ressources-numeriques/videos-scientifiques 1023 1355
Nom Clics uniques Clics
catalogue.clermont-universite.fr (OPAC) 35287 61757
sicd.clermont-universite.fr (via proxy) 24309 40980
liste az des revues (mode hébergé) 9826 14527
sicd.clermont-universite.fr/ (accueil proxy) 6066 8687

Si la rubrique Ressources numériques du site est la plus fréquentée (42759 vues uniques au total), on constate que l’accès au catalogue constitue l’activité la plus importante (35287 clics), juste devant la liste permettant d’accéder aux bases de données (31027 vues uniques).

Evidemment, on ne saurait réduire l’usage des ressources électroniques à ces chiffres, puisque la consultation de ressources peut se faire sans passer par notre site web. Mais l’objet ici est de regarder à quoi sert le site web lui-même. Que fait-on sur ce site ? Que vient-on y chercher ?

1. le catalogue

Pour l’année 2011, nous avons enregistré plus de 789 000 requêtes. La majorité de ces recherches (41%) ont été menées depuis les postes informatiques des bibliothèques (OPAC, postes internet, postes professionnels). Ce chiffre n’a cessé de diminuer au fil de l’année ; preuve que le catalogue est de plus en plus consulté depuis l’extérieur de la bibliothèque, notamment depuis les UFR, et que ce mode de consultation est désormais majoritaire. Les utilisateurs préparent leur visite à la BU, en particulier ceux qui peuvent demander la communication de leur document à l’avance.

Sans analyser précisément les requêtes, on peut noter qu’il subsiste un taux élevé de recherches infructueuses. En effet, près de 35% des requêtes donnent zéro résultat. Si notre catalogue comporte forcément des lacunes, un taux pareil ne peut s’expliquer que par un nombre considérable de requêtes mal posées. Il est grand temps d’adopter un outil capable d’aider à la recherche !

2. l’accès (authentifié) aux bases documentaires

Notre site web semble être un point d’accès privilégié aux différentes ressources numériques. La page la plus consultée (bases-de-données) est celle qui présente l’ensemble des ressources classées par ordre alphabétique, et qui permet d’y accéder en mode authentifié grâce à un lien proxifié. Cela explique donc aussi que la deuxième place du classement des liens sortants soit occupée par notre proxy (sicd.clermont-universite.fr).

La grande majorité des accès au proxy représente un passage entre la liste alphabétique sur notre site et les ressources sur le site des éditeurs. Dans ce cas, le proxy agit comme serveur d’authentification, de façon transparente pour l’usager. Mais, dans tout de même un quart des cas (6066 clics sur 24309), les usagers utilisent la page d’accueil du proxy comme portail d’accès aux ressources. Cette page d’accueil est rendue visible grâce au lien accès distant figurant dans le bandeau supérieur droit de notre site.

3. l’accès (authentifié) aux revues et articles

Dernière grande rubrique de notre site, la liste alphabétique des revues électroniques remporte un vif succès. Hébergée chez notre fournisseur, cette liste constitue le seul moyen d’accéder facilement et de manière authentifiée aux revues et aux articles électroniques.

Conclusion

Il est bien difficile de donner un sens à la valeur brute de ces chiffres. Est-ce satisfaisant ou non ? Nous ne pouvons procéder que par comparaison. Nous verrons donc comment les choses évoluent les années suivantes. Mais ce billet peut aussi permettre de comparer avec les chiffres d’autres établissements. Je précise à cette fin que la BCU dessert environ 35000 étudiants, issus des deux universités et de trois écoles.