Les tutoriels vidéos, première partie

La BCU, sur l’initiative proposée par les collègues de la bibliothèque numérique, s’est lancée dans l’élaboration de tutoriels vidéo. Comme expliqué dans un précédent billet, la bibnum avait rejoint le groupe de formation des doctorants, et réfléchissait à de nouveaux supports de transmission des contenus [pédagogiques] concernant la recherche documentaire, et particulièrement des outils indispensables à l’apprenti-chercheur (feuille de style, dépôt des articles, état de la recherche, etc.).

Le service de l’université CréaTICE, qui se consacre au développement et à l’utilisation des TICE dans les contenus pédagogiques et leur diffusion, a encouragé la bibnum à tenter l’expérience et l’a accompagnée dans cette démarche. Leur dynamique équipe s’est dévouée du début à la fin pour nous apprendre à créer les tutoriels, mettre à disposition le matériel adapté et savoir l’utiliser, ainsi que travailler la post-production.

L’ébauche : élaborer les tutoriels

On s’est mis d’accord pour partir d’un tutoriel pdf existant sur la feuille de style, ou sur un sujet simple à mettre en pratique (configurer sa messagerie électronique, insérer une image dans un fichier texte, ou savoir utiliser les extensions de fichiers). Chacun a reçu une sous-partie qu’il a adaptée au contexte oral et audiovisuel.

CréaTICE a insisté sur le fait qu’un tutoriel en pdf reproduit en vidéo n’était pas redondant, parce que l’un et l’autre n’appellent pas les mêmes objectifs ni usages. Quand le premier est linéaire dans son déroulement et peut expliquer plusieurs solutions à une problématique, le second se penche sur les manipulations pratiques et privilégie nécessairement un seul chemin. En outre, le texte illustré permet une vision d’ensemble assez générale, tandis que la vidéo est très ponctuelle et se focalise sur un ou deux points. Enfin, le tutoriel vidéo doit être bref et durer de 2 à 4 minutes. Il faut donc plusieurs vidéos pour couvrir le contenu d’un tutoriel pdf.

Tutoriel vidéo « Modifier les styles »

La technique : apprendre à se servir du matériel mis à disposition

CréaTICE nous a généreusement prêté leur salle équipée pour l’e-learning et la création de contenus pédagogiques numériques. La bibnum et les personnes impliquées dans la formation des doctorants ont pu se frotter au TBI ou Tableau Blanc Interactif, grand écran d’ordinateur réagissant avec un stylet comme une immense table tactile verticale. Couplé à l’enregistrement de vidéos, il permet de rendre plus énergique et vivante la présentation, en étant debout et comme un formateur devant son groupe.

L’enregistrement et la post-production se font grâce au logiciel Camtasia. Trois solutions avaient été proposées par CréaTICE : logiciel vidéo de Mac intégré, simple mais peu adapté pour une production précise et qui a besoin de modifications a posteriori ; logiciel Camtasia, qui permet plus d’options (zooms fluides notamment) sans que la post-production soit trop complexe et technique à maîtriser ; Captivate enfin, qui, bien que le plus performant pour ce genre d’enregistrement, demande une grande compétence en post-production. Or, la post-production incombait à la personne chargée de la communication à la BCU, qui ne pouvait être accaparée uniquement par ces tutoriels. Le choix s’est donc arrêté sur Camtasia.

La réalisation

Les premiers essais se sont révélés plutôt positifs, parce que :

1/ Les tutoriels réalisés s’appuyaient sur des scénarios déjà écrits et bien préparés (le tutoriel pdf sur la feuille de style principalement, mais pas seulement) ;

2/ Les collègues se sont prêtés au jeu du TBI, difficulté supplémentaire car aucun d’entre nous n’avait l’habitude de ce matériel ; or, chaque tutoriel n’a eu besoin d’être enregistré que deux fois ;

3/ La post-production n’a pas été complexe à mettre en œuvre, et certains enregistrements ont à peine eu besoin d’être retouchés.

Retouches :

Plusieurs améliorations peuvent être apportées :

1/ sur la performance de chargement desdits tutoriels : le serveur qui les hébergeait semblait faire des siennes au départ, et leur temps de chargement n’est pas encore optimal ;

2/ sur leur mise en valeur et leur référencement dans le site : pour le moment, ils sont un peu « perdus » dans la rubrique « Boîte à outils », et leur complémentarité avec les tutoriels pdf traitant des mêmes sujets n’est pas claire – id est on a l’impression d’une redondance ; plus généralement, c’est la boîte à outils qui nécessite un remaniement, pour ne pas être considérée comme la rubrique fourre-tout et trouve-rien de la bibnum ;

3/ il faut maintenant se repencher sur la question des contenus : autant l’on pouvait s’appuyer sur un support déjà prêt pour la feuille de style, autant désormais il est indispensable d’étendre le champ de la vidéo à tout type de contenu de formation – en vrac : la recherche sur les ressources électroniques, SFX, les logiciels de bibliographie, etc.

Rendez-vous après la prochaine salve de création de tutoriels vidéos.

Dix scénarios pour un portail : l’évaluation du site web de la BCU par ses internautes.

C’est mon tour de distiller, et je le passe sans alambiquer aux trois étudiantes de la licence professionnelle « Gestion et mise à disposition de ressources documentaires », Jennifer Barbé, Elisabeth Lang et Chloé Wojtczak, dont j’ai eu le plaisir d’encadrer le projet tutoré sur l’évaluation du portail de la BCU.

Et clap !  (CC BY-NC 2.0)  by Jojo on Flickr

Début septembre 2011, eurêka, nous décrochons le projet de la BCU pour notre licence professionnelle. La bibnum, après sept petits mois d’existence du site, veut déjà savoir si VOUS, les usagers, êtes contents, pas contents, satisfaits, pas satisfaits de son portail tout neuf. Nous allions être les premiers à savoir, grâce à notre mission, si VOUS aimez le portail documentaire qui berce vos études et vos recherches.

Cela s’annonçait bien : un questionnaire, un peu de boulot et nous étions sûrs d’avoir plié notre projet en un tour de main.

Mais qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’expose à des surprises !

Rendez-vous fin octobre à la bibnum et retour à la case départ : nous devions évaluer les usagers dans leur pratique du portail. Nous consultons des professionnels, nous nous plongeons dans des lectures enrichissantes sur les méthodes d’enquête, faisons des recherches tout azimut ; plus de 50 portails consultés. Et après ce petit temps de préparation, nous optons pour le TEST UTILISATEUR, la technique la plus adaptée pour évaluer l’ergonomie d’un site web et pour rendre compte de l’offre multiple des contenus, ressources et services proposés par le portail de la BCU.

Nous innovons en détournant une méthode utilisée pour évaluer les sites commerciaux. Un principe facile à comprendre : mettre des utilisateurs d’un site web en situation réelle dans des scénarios ; réalisation plus complexe. Tout repose sur le savoir faire de l’enquêteur et nous étions des débutants ! Une magnifique expérience, très formatrice : nous avons appris à rédiger des textes qui donnent aux personnes interrogées l’impression d’être dans leur vie puis nous les avons écoutés, observés, relancés tout en restant neutres.

Avec 15 personnes de niveaux d’études différents, nous mettons en scène 10 scénarios sur les caractéristiques du portail. Les personnes interrogées ont confiance en nous ; elles font les recherches que nous leur demandons en s’exprimant à haute voix. Nous notons, retranscrivons toutes leurs remarques réfléchies, spontanées, enthousiastes, critiques… Nous obtenons un réservoir d’informations à exploiter sous forme de tableaux ou de fiches en recoupant, analysant, synthétisant.

Bouquet final ; nous réussissons à dégager des pistes pour savoir si le portail de la BCU est bien utile, utilisable et utilisé. Sur le dernier point un petit bémol : la plupart des personnes interrogées ne pensaient y trouver que des ressources documentaires ! Quid des vidéos, des actualités, des outils proposés… la liste est longue : mieux connue, elle serait plus consultée !

Notre rapport se termine par la proposition de pistes d’amélioration à la BCU. Elles sont suggérées par l’analyse des scénarios. Il y déjà eu quelques modifications sur le portail que notre œil exercé a tout de suite repérées. Cette mission nous a appris plein de choses sur les nouveaux métiers liés à l’évolution des bibliothèques vers le numérique. Nous avons réalisé un travail de consultant pour la BCU. Notre choix de projet, c’était bien le bon plan ! Dans la suite il faudra faire d’autres évaluations. Nous espérons, pour le portail et ses usagers, que c’est le début d’une longue histoire…

Je vous invite donc à lire l’excellent rapport de nos consultantes en herbe, avec spéciale dédicace à de nombreux collègues de l’UBP, de la BCU, de la BPI, d’Ourouk et d’ailleurs.

Jennifer Barbé, Elisabeth Lang, Chloé Wojtczak, Aziz Zeghdoudi
Le site de la BCU : un portail utile, utilisable ?
10 scénarios pour connaître la satisfaction de ses utilisateurs.

Projet professionnel : Septembre 2011 à Mars 2012 soutenu le 23 Mars 2012
Sous la direction d’Isabelle Rouquet (responsable universitaire) et Camille Meyer (tuteur professionnel)

La lecture de ce rapport nous a conduit à envisager une nouvelle mouture de notre site web, mais cela fera l’objet d’un autre billet de blog. À suivre !

Du SIGB au catalogue et réciproquement

Une nouvelle période commence. Après 15 ans d’informatisation, de diversification des collections, de développement d’outils de gestion spécialisés, de tentatives d’intégration au sein de portails documentaires, il est temps de revenir à un système polyvalent que chaque bibliothécaire pourra maîtriser comme étant l’outil unique de l’établissement. Ces atermoiements techniques ont été dus aux évolutions des outils de gestion (back-office) et des interfaces publiques (front-office) qui n’ont cessé de se courir après.

Ainsi, à Clermont-Ferrand, avons-nous connu plusieurs époques et autant de conceptions de ce que devait offrir la bibliothèque à ces lecteurs. Après l’informatisation, en 1995, l’OPAC s’est imposé comme seul outil de recherche pour un public qui n’avait accès qu’à des collections imprimées. La conjonction du développement des collections électroniques, au début des années 2000, et du besoin d’adapter les services numériques aux différents publics (bibliothèque municipale et inter-universitaire) a conduit à la mise en ligne d’un portail documentaire en 2006. Celui-ci avait l’avantage de fournir aux publics une interface unique menant aux diverses collections via un moteur de recherche multi-bases.

Pieces de puzzle
Pièces de puzzle

Le problème, c’est qu’à mesure qu’on acquiert des collections électroniques, on multiplie les outils de gestion et on cloisonne les services. La grande majorité des collègues travaille sur le SIGB, donc sur les collections imprimées, tandis que quelques-uns, notamment au sein du service numérique, délaissent le SIGB au profit d’outils d’administration (portail, moteur) et d’outils hébergés chez les fournisseurs (base de connaissance et résolveur de lien, plateformes de diffusion de livres électroniques). Les deux mondes s’ignorent et les outils imposent leur logique.

La distorsion entre le back-office et le front-office est telle que les bibliothécaires en viennent à tenir un double discours : tandis qu’ils promeuvent auprès des usagers les fonctionnalités offertes par le portail, ils ne jurent que par leur outil professionnel, qu’ils maîtrisent bien, et continuent de l’utiliser en service public, au risque de laisser de côté une partie des collections lors de leurs recherches. On cherche à unifier l’outil de recherche d’un côté, tandis qu’on multiplie les modes de gestion et d’accès de l’autre.

La scission entre lectures publique et universitaire a été matérialisée en 2010 par l’adoption de deux systèmes de gestion documentaire distincts et par l’abandon du portail unique. Chaque réseau de bibliothèques possède désormais son SGB et son site web/catalogue. Il n’en reste pas moins que les ressources universitaires étant diversifiées, les outils de gestion sont multiples, tout comme les modes d’accès. Sur le site web des BU, nous avons dû créer autant d’entrées qu’il y a de types de ressources, car leur gestion n’est pas unifiée. Cela induit bien sûr une difficulté pour le public, qui doit repérer les types de ressources et répéter sa recherche dans les différents systèmes.

Nous sommes donc amenés à concevoir une nouvelle interface d’interrogation de nos ressources. Les outils de découverte (discovery tools) offrent une bonne alternative à notre site web. Basés sur un moteur de recherche, ils permettent d’interroger en un seul point les différentes sources que nous proposons. Nous testons actuellement Blacklight et nous essayons de le connecter à notre SIGB. Ce n’est pas si simple, les embûches techniques sont nombreuses, du fait de l’ancienneté technologique de notre produit. Partant de ce constat, nous songeons sérieusement à l’adoption d’un nouveau SIGB, plus moderne, qui offrirait plus de fonctionnalités mais surtout plus de souplesse d’exploitation.

Nous suivons donc avec attention le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé. Fondé sur l’examen de nouvelles solutions développées par certains fournisseurs, ce projet fédère les préoccupations de nombreuses bibliothèques, que nous partageons, à propos de nos données, de leur signalement et de nos organisations.

Retourner au système unique, polyvalent car gérant l’ensemble de nos activités : la boucle est bouclée.

Des statistiques pour améliorer nos développements

Le développement web devient une tâche rapidement complexe quand il s’agit de rendre un site compatible avec le plus grand nombre de navigateurs possibles. D’un côté, HTML5 ET CSS3 font course en tête et sont chaque jour un peu mieux pris en charge par les nouveaux navigateurs. De l’autre, Internet Explorer dans ses versions 6 et 7, freine l’utilisation des nouveaux langages qu’ils comprennent très mal, ou pas du tout. Ajoutons à cela, l’expansion des mobiles et tablettes nécessitant des feuilles de style dédiées et le casse-tête devient difficile à résoudre. Pour tenter d’y voir plus clair et adapter nos choix techniques en conséquence, nous pouvons utiliser les statistiques du site web (fournis par notre logiciel Piwik) qui fournit des informations détaillées sur les équipements de nos usagers.

D’abord, Piwik fait la distinction entre le nombre de visites et le nombre de visites uniques (un visiteur est alors compté une seule fois même si il visite le site plusieurs fois dans la journée). Les résultats sont sensiblement différents entre ces deux chiffres. Le nombre de visites est significatif des utilisateurs les plus actifs tandis que le nombre de visites uniques représente mieux la diversité des visiteurs. Voyons ce qu’il en est pour les navigateurs de nos usagers.

On voit que le navigateur Chrome est largement représenté (camembert de gauche) mais que c’est Firefox et Internet Explorer qui sont les plus utilisés (à droite). Quand on regarde les statistiques plus précisément, Internet Explorer 6 et 7 comptabilisent 10% des visites.

Pour les utilisateurs de mobiles, les chiffres sont surprenant. Leur proportion est de 10% en visites uniques et tombe à 1% quand on regarde leur activité sur le site (la catégorie « autres » contient des systèmes aussi incongrus que la playstation ou la nintendo wii).

Que conclure de ces chiffres ?

D’abord, la proportion des usagers d’Internet Explorer 6 et 7 n’est pas négligeable et les développements doivent tenir compte de leurs spécificités. Adieu donc les bonnes pratiques de développement en CSS et adieu également aux innovations de pointe proposées par CSS3. Nous pouvons cependant utiliser la technique de dégradation élégante qui permet de rendre le site compatible avec tous les navigateurs pour un rendu meilleur sur les plus modernes et moins bon sur les plus anciens.

Concernant les mobiles, leur proportion est loin d’être négligeable également mais leurs utilisateurs ne semblent pas réellement actifs sur le site. Comme nous n’avons pas encore de feuille de style dédiée à ces équipements, c’est compréhensible. Cependant il serait intéressant de connaître l’usage réel fait avec ces appareils (une recherche documentaire semble peu probable sur mobile) pour mieux connaître leur impact.

Médiation numérique et réticulaire en bibliothèque.

Bertrand Calenge dans son carnet de notes a bien raison de pointer l’ambivalence du concept de médiation numérique en bibliothèque. Cette expression se conjugue à toutes les sauces, il est vrai.
Retravaillant la définition de la médiation de Silvère Mercier,  il replace au coeur du dispositif de médiation la bibliothèque comme institution elle-même  dans son billet intitulé la médiation : concept clé ou mot valise ? : « Est dispositif de médiation toute organisation ou technologie qui vise à permettre à des bibliothécaires de favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire ».

Le portail de la BCU est-il en ce sens un dispositif de médiation ? S’il permet bien aux bibliothécaires de jouer en ligne leur rôle de personne ressource,  on peut légitimement se demander s’il suffit de détenir des droits de publication et un compte de contributeur sur un outil de gestion de contenu pour produire des contenus de qualité qui répondent aux attentes documentaires des usagers. En quoi reconnaît-on la qualité dans un dispositif de médiation numérique en bibliothèque ? Au coeur du dispositif, il y a bien l’organisation elle-même, non pas seulement l’architecture de l’information et des contenus mis en ligne,  mais aussi le réseau des bibliothécaires.

Le portail de la BCU est bien un dispositif de médiation : Il permet concrètement aux bibliothécaires de donner accès, d’éditer et de disséminer des contenus en vue de la diffusion des connaissances. En ce sens, il leur permet de prendre position en  ligne vis-à-vis du public, ou de se repositionner comme l’entend Silvère Mercier dans son récent article Médiation numérique et culture de l’information : repositionner les bibliothécaires. Les bibliothécaires ont bien toute légitimité à prescrire des ressources, non pas au même titre que les enseignants-chercheurs, mais bien en tant que spécialistes de la « culture de l’information » ou de linformation literaty à l’anglosaxonne, comme l’explicite Sylvie Chevillotte dans le BBF.
Dans le cas du portail de la BCU, c’est essentiellement dans les « blog-notes » que les bibliothécaires éditent des contenus en ligne à destination des usagers et se font prescripteurs de ressources.
On ne peut pas vraiment comparer les blogs des sections de la BCU aux blogs hyper spécialisés du SCD de Nancy à destination des étudiants en orthophonie, des infirmiers, des sages-femmes. Blogs à part, ils n’ont pas le même positionnement éditorial, les blogs de la BCU se rattachant davantage à la vie et aux ressources des réseaux de bibliothèques dans les disciplines phares des Universités de Clermont.
Le positionnement des blog-notes est d’avantage axé sur les ressources à mettre en avant, à l’instar d’une vitrine numérique. Les bibliographies et les billets mis en ligne sont liés de près ou de loin aux disciplines enseignées. Les bibliothécaires s’y font veilleurs, formateurs, connaisseurs. Les contenus  prolongent aussi parfois les expositions organisées à la BCU, comme le fait le blog du réseau des BFM autour de l’exposition en cours sur Jean-Henri Fabre ou la passion des insectes. Dans d’autres exemples, les bibliothécaires y expriment leur « coup de coeur » pour les romans qu’ils ont aimés.
Le positionnement est plus large, peut-être plus flou, mais dans tous les cas, les usagers demeurent en ligne de mire. On voit cependant venir les écueils à éviter : Il y a bien un risque de dilution de l’information à prévenir, d’où l’importance d’une coordination renforcée en amont.

toile d'araignée
Toile d’araignée
Paternité Pas d’utilisation commerciale Partage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par koen_photos

Blog-notes, actualités : les contenus du nouveau portail BCU à la loupe.

Encore un billet sur notre nouveau portail BCU, la parole est à la webmestre.

poupées russes

Après avoir envisagé la construction du site web du côté de la technique, envisageons-la du côté du contenu.

Lorsque je suis arrivée à la bibnum, le 1er Octobre dernier, ma première mission était de donner forme au nouveau portail de la BCU, sachant qu’il y aurait, c’était prévu, un site principal, et autant de mini-sites qu’il y a de sections, pour faciliter la mise en ligne des contenus. En amont, il a bien fallu concevoir la structure du site principal et des mini-sites, définir les fonctionnalités principales, et les types de contenus. Cela suppose d’abord faire la typologie des contenus que l’on aimerait trouver dans un site de bibliothèque : Les actualités, les pages bases de données, les pages bibliothèques qui alimenteront le répertoire, mais aussi les « mercredis de la science » les« jeudis du patrimoine », les outils, etc. Puis, il faut définir comment se présentent et s’organisent  ces contenus, comment les indexer pour facilement les retrouver.

Nous voulions une architecture décentralisée dans laquelle chaque section puisse éditer les contenus relatifs à la vie et aux collections des bibliothèques. Alors est venue l’idée des réseaux disciplinaires, les mini-sites se sont appelés réseau lettres, réseau sciences et STAPS, réseau droit et sciences économiques, réseau santé, réseau IUT, réseau IUFM. Rien de très ésotérique. Des communautés de bibliothèques universitaires spécialisées pour des publics spécifiques.

Au début du projet, cette distinction des sites des sections a suscité chez les collègues quelques appréhensions. Six mini-sites gérés par les sections ? Et qui va faire quoi ? Le CMS drupal permet une fine répartition des rôles. Sachant qu’il y a en moyenne deux administrateurs par section, et un nombre variable de contributeurs, les conservateurs des sections qui avaient la fibre éditoriale sont naturellement devenus administrateurs de leur mini-site, les autres collègues intéressés sont devenus contributeurs. Au final, dans certains cas, c’est toute l’équipe de la section qui prend en charge l’alimentation de leur site. Ce que l’on pouvait craindre aussi, c’est que l’inégale répartition des forces entre les équipes des sections ne génère un déséquilibre éditorial entre les mini-sites. Certains sites sont plus alimentés que d’autres, mais les déséquilibres tendent à se résorber. Les collègues se sont bien appropriés l’outil, ayant bénéficié d’une formation idoine.

Si nous avions bien un site principal et des mini-sites, pour faciliter l’appropriation du CMS par les collègues des sections, il ne fallait pas que cette distinction ne soit trop visible. Pour les usagers, il fallait bien maintenir l’impression de naviguer dans un seul et même site, en parcourant plusieurs réseaux, sans changer totalement d’univers graphique. Il fallait maintenir l’unité du portail face à cette multiplicité des mini-sites en réseaux. Cet impératif nous a amené à revoir la structure des mini-sites, à commencer par le menu. Nous avions conçu le menu du site principal comme une architecture permettant de déployer l’offre générale de toute la BCU en termes de ressources, de services, et d’activités culturelles. Les menus des mini-sites présentent aux usagers des bibliothèques spécialisées l’offre documentaire spécifique des sections. Pour garder cette impression de naviguer sur un seul et même site, il nous fallait un menu unique sur le bandeau horizontal, et en toute logique, c’est le menu du site principal que l’on a gardé comme référent. Il était important de ne pas trop cloisonner la navigation et sectoriser l’information. Nous avons placé à gauche les menus spécifiques des mini-sites pour rétablir l’équilibre entre ressources et services spécifiques offerts par une section et l’offre globale de l’ensemble du réseau de la BCU.

Pour les réseaux disciplinaires, nous avons souhaité un positionnement à la fois d’expertise et de proximité. Expertise des bibliothécaires, prêts à donner des conseils bibliographiques ciblés, à mettre en œuvre des formations spécialisées, à donner des pistes aux étudiants, pour qu’ils réussissent. Proximité, car ces mini-sites s’adressent d’abord à un public d’étudiants habitués à venir souvent dans la même BU, désireux de savoir jusqu’à quand vont durer les travaux, si la BU ferme pendant les vacances, ou pour combien de temps ils peuvent garder leurs livres empruntés. Impatients d’utiliser leurs mini-sites, les bibliothécaires du réseau attendaient avant tout un outil de communication. Ces mini-sites allaient pour eux être l’occasion de partager leurs expertise documentaire, et de jouer en ligne leur rôle de personne ressource. C’est la raison pour laquelle au sein de chaque mini-site, on trouve bien un blog orienté sur la discipline de la section où les bibliothécaires font la promotion des nouveaux ouvrages, commentent l’actualité scientifique, donnent des conseils de lecture, bref, valorisent les collections et les services de leur bibliothèque.

Je me souviens au bibcamps, lors de l’atelier « repenser son site web » avoir présenté la maquette de ce nouveau site. Nous étions en plein débat sur le rôle des sites de BU. L’objectif premier d’un site de BU, disait-on, c’est de proposer des services en ligne. Tous les services de la bibliothèque devraient avoir un décalque web. Je suis bien d’accord, et c’est bien dans cette direction que nous allons, pour faciliter l’accès aux ressources, et simplifier les démarches des lecteurs. J’avais aussi noté cette phrase : « l’enjeu d’un site de bibliothèque n’est pas le contenu éditorial, mais les services en ligne qu’il propose. » Là, je ne suis qu’à moitié d’accord. A mes yeux, le contenu éditorial a autant d’importance que les services en ligne, car par le contenu, c’est toute la bibliothèque qui prend position vis-à-vis des lecteurs. Et puis, du contenu de qualité, n’est-ce pas aussi un service ?

Mis en bouteille à la propriété

Bottle filling, par Andrew Ressa (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, par de modification).

Le jour où paraissait ce blog, la BCU changeait de site web : On peut encore se faire une idée de notre ancien site grâce à la machine à remonter le web. Notez que les dernières captations ayant deux ans, les modernisations esthétiques et fonctionnelles récemment effectuées demeureront à jamais ignorées des historiens. Quelle injustice !

Les raisons de ce changement sont d’une banalité à côté de laquelle une réflexion sur les caprices de la météo paraît audacieuse. J’aurais honte d’y consacrer un billet, d’autant que le superbe éloge funéraire de Lully pour le portail qu’il a jadis connu, conviendrait très bien pour le nôtre (c’est ainsi que la grande littérature atteint à l’universel par le particulier). Allez donc le lire, sans en négliger les commentaires, qui donnent à penser que la fermeture définitive de ces portails grandioses mais un peu lourds à manœuvrer est désormais à l’ordre du jour dans plus d’une bibliothèque.

Le pittoresque de l’affaire à Clermont, c’est que pour le nouveau site, au lieu de s’adresser à un fabricant pour lui acheter son outil, nous nous sommes, si j’ose dire, procurés un fabricant (ce ‘nous’ est institutionnel : le choix a été fait avant mon arrivée et je me contente d’en récolter, chaque jour, les bénéfices). Je résume :

  • Entre 2003 et 2009, frustration grandissante face à un portail « clé en main » dont nous n’avions pas la clé et sur lequel nous n’avions pas la main. Pour toute retouche, rappelez le fournisseur (prévoir budget) ; pour toute contribution, passez par la bibnum, la gestion des droits étant bien verrouillée (normal pour un portail, non ?) ; pour l’accès à la documentation, vous êtes toujours à la limite du correct, mais généralement du mauvais côté de cette limite (pour amélioration, prévoir budget ; sans certitude d’aboutir).
  • Décision est prise alors de passer à la production maison – donc de faire de la bibnum un outil de production. Le développement étant un métier, la B.U. recrute un développeur (fin 2009). Une nouvelle webmestre rejoint aussi le service fin septembre 2010, pour un bouclage prévu fin décembre. Même pas peur.

Nous voulions un site :

  • s’appuyant sur un logiciel libre (et gratuit, cela va sans dire) ;
  • sur lequel nous aurions entièrement la main pour le modifier constamment ;
  • permettant à des collègues nombreux et dispersés de rédiger des pages sans envoyer six courriers électroniques à la bibnum ;
  • et, bien sûr (première pensée, dernière nommée), accélérant l’accès à la documentation pour les utilisateurs.

Ces grandes lignes étant arrêtées au printemps 2010, la gestion du calendrier nous a procuré un petit frisson délicieux, puisqu’il a fallu planifier l’arrêt de maintenance de l’ancien site début 2011, sans être sûrs que le nouveau serait prêt à temps en cas de problème. La politique du fournisseur (un an de maintenance ou rien !) et notre auvergnitude nous ont aidés à choisir (trois mois de risque contre un an de facture = pas d’hésitation). La crainte de se trouver sans site web en cas de gros pépin a sans doute contribué à motiver les troupes, mais l’avantage du travail maison, c’est l’élimination des pertes d’énergie liées à la gestion externalisée : cahier des charges (au sens pesamment paperassier du terme) délais de transmission et de traitement de l’information, phases de validation, etc. Par ailleurs, l’expérimentation, la mise en test provisoire et l’erreur sont autorisées et ne portent pas à conséquence.

Au total, entre septembre 2010 et février 2011 (date de mise en place de la version test), un nouveau site web a vu le jour.

  • Il s’appuie sur un logiciel libre (sur lequel bientôt vous saurez tout) ;
  • Il peut être modifié et re-modifié sur commande de façon quasi-instantanée (notre développeur et notre webmestre en savent quelque chose, sur qui pleuvent les demandes d’améliorations) ;
  • Les collègues peuvent raconter leur vie dedans sans nous consulter (et ils le font, par exemple , et ) ;
  • Et l’accès à la documentation est en progrès, comme en témoigne le dernier billet paru.

Deux points pour conclure :

  1. Sur les questions de gros sous : je ne me hasarderai pas aujourd’hui à évaluer financièrement l’intérêt de ce mode de travail par rapport au fonctionnement « normal » (cahier des charges – appel d’offres – choix du prestataire – suivi de projet – contrat de maintenance) : un des bénéfices du fait-maison étant qu’il me dispense de regarder tous les jours mon tableur budgétaire et ma calculette, je ne vais pas aller les rechercher gratuitement pour le plaisir de démontrer que j’ai fait des économies. D’ailleurs, on ne peut envisager ce débat que dans le long terme.
  2. C’est aussi dans le long terme que le choix révèlera ses avantages : nous pouvons maintenant envisager d’autres chantiers avec la même liberté de manœuvre, d’expérimentation et d’erreur que celui du site web. Or la liberté, ça peut avoir un coût, le cas échéant.

Mais ça n’a pas de prix ;-).