La bibliothèque participe au projet de recherche Enfance Violence Exil

"Les enfants jouent au village" Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.
« Les enfants jouent au village » Mexique. Chiapas. 1984. Collection ERM.

EVE : la première…le premier

Enfance Violence Exil (EVE) est un projet de recherche dont l’objectif est l’exploitation scientifique et la valorisation de collections concernant l’expérience enfantine de la guerre et ses conséquences de 1914 à nos jours. C’est le premier projet de recherche auquel la bibliothèque participe.

Initié par le CELIS (Centre de recherche sur les littérature et la Sociopoétique), laboratoire de l’Université Blaise Pascal, EVE est un projet soutenu par l’ANR dont l’approche est interdisciplinaire puisqu’elle associe des historiens, des littéraires, des linguistes… et même des bibliothécaires ! Eve réunit de nombreux partenaires dont d’autres universités (françaises et étrangères), des associations et différents services de l’université dont la bibliothèque et CreaTICE

Des collections très diversifiées forment le corpus des différents travaux menés dans le cadre d’EVE :

  • Des dessins d’enfants collectés au cours des conflits : première guerre mondiale (dessins des enfants de Montmartre), guerre d’Espagne (la collection réunie par Françoise et Alfred Brauner est à l’origine du projet), seconde guerre mondiale, autres conflits du 20e siècle (dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde)
  • Des témoignages
  • Des illustrations de revues ou de bandes dessinées pour la jeunesse
  • Des journaux scolaires ou collectifs
  • Des récits autobiographiques…
"Pour la victoire". Dessin des enfants de Montmartre
« Pour la victoire ». Dessin des enfants de Montmartre.
Rébus, revue Fillette 1919
Rébus, revue Fillette 1919.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l'association Enfants Réfugiés du Monde.
La frontière Krahina-Bosnie. Dessin de l’association Enfants Réfugiés du Monde.

Ces sources et les travaux les accompagnant doivent être mis en valeur sur un site web EVE (en construction)  et au travers de colloques et expositions organisés pendant toute la durée du projet (2010-2013).

Au moment où le projet EVE voyait le jour, l’Université Blaise Pascal venait d’accepter le don de Michel et Jean Bastaire : quelques milliers d’ouvrages de littérature populaire et de jeunesse du début du 20 siècle conservés à la bibliothèque universitaire de lettres. Le lien entre la bibliothèque et le projet EVE était fait.

La participation de la bibliothèque dépasse en réalité largement la proposition initiale. Voici quelques exemples du rôle que mes collègues et moi même avons pu jouer :

  • Nous avons réfléchi sur la description des ressources en vue de leur intégration dans le site Web et proposé l’adoption d’un schéma des métadonnées en Dublin Core.
  • Nous avons participé à la réflexion autour de l’élaboration du site Web (arborescence, navigation, graphisme). La réalisation de ce site a été confiée à un prestataire extérieur.
  • Nous avons proposé une organisation pour la collecte des sources et élaboré un circuit des documents en vue de leur intégration dans le site.
  • Nous avons numérisé plusieurs collections de dessins : dessins de l’association Enfants Réfugiés du Monde, dessins d’enfants de Ramallah, revues issues du fonds Bastaire.
  • Nous avons aussi pris part à la partie valorisation de la production scientifique du projet EVE en créant une collection spécifique dans HAL (EVE HAL)
  • Enfin, un de nos collègues est membre du comité de pilotage scientifique pour le colloque et l’exposition à l’Unesco prévus en décembre 2011.

Après une phase de spécifications, d’organisation et de développement du site, nous entrons maintenant dans la phase d’alimentation avec les documents composant les différentes collections.

Outre le caractère passionnant de la thématique d’EVE, la participation de la bibliothèque a été riche en enseignements

  • sur le rôle mobilisateur de ce type de  projet qui associe de multiples intervenants de profils très diversifiés (au sein de la bibliothèque numérique, des autres bibliothèques du site, de l’université …)
  • sur la description des documents (quel format de métadonnées ?) ce qui sera mis à profit pour la mise en ligne de nos propres documents.
  • sur l’expérimentation de quelques outils  pour les chercheurs
  • sur l’importance du travail de spécification des besoins en amont

Une expérience stimulante et instructive qui montre un élargissement du rôle de la bibliothèque dans le soutien à la recherche.

Souhaitons une longue lignée à EVE.

Logiciels libres et développement en bibliothèque

Quand une bibliothèque dispose d’un développeur, la question des logiciels libres est au cœur des développements. Leur utilisation amène pourtant des contraintes et influence l’organisation du travail. Voici un état des lieux sur leur pratique, avantages et inconvénients.

Un développeur seul n’est rien

Course de gnous - Licence CC BY-NC 2.0 - Par Thiery49 Flickr
Course de gnous – Licence CC BY-NC 2.0 – Par Thiery49 Flickr

Commençons par un constat : pour un développeur web, ce n’est pas très productif de programmer un logiciel de A à Z. La plupart des fonctionnalités de base (création de pages web, gestion d’utilisateurs, etc.) sont fournies par la majorité des CMS et il serait vain de vouloir faire mieux ou de les reproduire à l’identique en travaillant seul. Autre écueil, le travail d’une personne, ne peut rivaliser avec celui d’une communauté de développeurs fournissant mises à jour régulières et correctifs contre les failles de sécurité.
Cependant, on peut comprendre l’envie de l’informaticien de créer sa propre application. Concevoir, modéliser, pratiquer de manière avancée la programmation objet et les patrons de conception sont autant d’étapes passionnantes du cycle de développement. A la manière du forgeron, c’est en développant que l’on devient développeur et l’exercice de son cœur de métier lui permet de réfléchir à sa pratique de la programmation, le code devenant plus propre et efficace, et même beau, au passage.

Des logiciels de qualité

Partant de ce constat, l’utilisation des logiciels libres devient un atout considérable pour un service informatique en bibliothèque. Leur licence permet leur réutilisation, leur modification et offre au développeur la possibilité de les enrichir et les adapter en mettant ses compétences en application. La bibliothèque profite également du travail de la communauté de développeurs fournissant les logiciels, d’autant plus lorsque ces derniers sont spécialisés dans le métier. Leur nombre et leur diversité représente une manne considérable, souvent gratuite. A la BCU, nous n’hésitons pas à les tester et les déployer pour répondre à des besoins précis et ponctuels. Nous avons ainsi mis à disposition des chercheurs une galerie d’images numérisées (piwigo), pour qu’ils puissent les décrire en Dublin Core. Cette description sera réutilisable pour une bibliothèque numérique.
Bref, le tableau est presque idyllique mais à l’usage on rencontre quelques contraintes.

Une course à l’évolution

En premier lieu, intéressons-nous aux mises à jour accompagnant tout logiciel libre. Signe de bonne santé d’un projet, elles permettent de bénéficier des correctifs comblant les failles de sécurité inhérentes à tout logiciel complexe. Elles offrent également les toutes dernières innovations techniques et fonctionnelles du web. A priori, c’est donc un bénéfice de les installer et de faire évoluer le logiciel.
Mais ce processus a une contrepartie. Les temps de maintenance augmentent au fur et à mesure du nombre d’applications installées. Pour preuve, wordpress, utilisé pour l’alambic numérique, propose environ une mise à jour par semaine, que ce soit pour le corps du programme ou pour les extensions installées.
De manière générale les logiciels libres, au moins les plus actifs, souffrent d’une instabilité chronique (au sens d’évolution permanente). Prenons l’exemple de Drupal. Nous l’avons sorti en version 6, au moment même où paraissait la version 7. Dans un an et demi ou deux, quand la version 8 sera prête, la version 6 ne sera plus maintenue. Faut-il passer à la version 7 dès que possible ? Faut-il attendre la version 8 et refondre entièrement le site à ce moment là ? Si l’on veut respecter ces changements de version (et continuer à bénéficier du support de mise à jour), le remplacement du site impliquera de recommencer un cycle de développement (cahier des charges, acquisition de connaissances, formation des utilisateurs, etc.) peu de temps après le précédent.
Il faut toutefois pondérer cet inconvénient. Si le logiciel évolue, les services évoluent en parallèle. Dans deux ans, on peut imaginer que de nouveaux besoins seront apparus et que le remplacement de notre site deviendra évident, et pas seulement pour des raisons logicielles. En bibliothèque, l’avenir proche amènera sans doute à s’intéresser au web de données et au format RDF. On peut toutefois se demander si les efforts fournis aux étapes précédentes ont le temps de porter leurs fruits.

S’adapter au cycle de vie des logiciels apporte son lot de questions importantes : Comment gérer au mieux l’ensemble d’un grand nombre de logiciels installés en interne ? Comment ne pas se laisser déborder par les tâches de maintenance? Comment profiter des changements de version sans devoir tout recommencer à chaque fois ?
Nous n’avons pas les réponses dans l’immédiat, mais ces questions seront au cœur de nos travaux à venir…

 

Logiciels libres et bibliothèques est une association de plus en plus répandue. Leur utilisation amène pourtant des contraintes et influence l’organisation du travail. Voici un état des lieux sur leur pratique, avantages et inconvénients.

Un formulaire en ligne pour décrire les ressources…

Les formulaires en ligne de google document, vous connaissez ? Non, il ne s’agit pas de faire de la pub pour google qui prétend organiser toute l’information du monde, non, pas de polémique ici, mais juste rendre compte de l’utilisation d’un outil bien pratique, ergonomique, pas très connu encore, et que nous utilisons de manière très spéciale à la BCU depuis quelque temps.

La première fois que j’ai utilisé les formulaires google document, c’était il y a quelques années, lorsque pour le groupe Etudes et enquêtes du GT Couperin sur les ERMS, nous avions mené l’enquête préalable à l’implémentation d’un ERMS partagé.
Outil d’enquête, le formulaire adressé à l’ensemble des responsables docelec des bibliothèques de l’enseignement supérieur permettait de visualiser, sur un classeur excel en ligne, l’ensemble des réponses aux questions posées, selon l’ordre que nous avions défini. A l’époque, j’avais trouvé l’outil épatant. Les réponses aux questions s’affichaient sur le classeur instantanément, aussitôt les questionnaires remplis.

Parasol par Bread Mouth sur Flickr

Quelques années plus tard, à la bibliothèque Clermont Université,  lorsqu’il a fallu trouver le moyen de permettre aux chercheurs du projet Enfance Violence Exil de décrire les dessins d’enfants numérisés pour être mis en ligne sur le site du projet EVE en construction, j’ai pensé à ces fameux formulaires en ligne de google document. Ils permettent de guider aisément les novices dans l’univers standardisé du Dublin Core, en donnant aux usagers toutes les indications nécessaires pour remplir correctement les métadonnées. Il suffit de remplir un classeur google docs avec quinze colonnes correspondant aux éléments du Dublin Core, le transformer ensuite en formulaire (outils/ edit form), inscrire enfin tous les conseils pour faciliter la description. Lorsque les formulaires sont remplis, les métadonnées sont prêtes à être exportées et exploitées dans la bibliothèque numérique.
Nous avons aussi utilisé ce formulaire pour recueillir les métadonnées des ressources associées à notre projet de bibliothèque numérique sur Philippe Glangeaud, qui fera l’objet d’un prochain billet.

Finalement, c’est dans le contexte de la bibliothèque numérique un outil de médiation entre le monde de la bibliothèque et le monde de la recherche, une manière de faire coïncider les exigences documentaires normalisées de la description des ressources avec une plaisante simplicité d’utilisation.

Drupal à la BCU (une étude de cas)

Rouages - Par Олександр - Licence CC BY 2.0 - Flickr
Rouages – Par Олександр – Licence CC BY 2.0 – Flickr

Dans un billet précédent, nous vous présentions les raisons du choix du CMS Drupal pour notre site. Voici maintenant une présentation plus précise de sa configuration. Elle ne se veut pas exhaustive ni exemplaire mais nous espérons ainsi contribuer à la discussion sur les multiples possibilités offertes par ce CMS.

Bien choisir les types de contenus

Comme le décrivait Camille dans un billet sur l’organisation du portail, la première étape a consisté à classer les contenus en différent « types de contenu », notion phare de Drupal. À ce stade, ce choix a une répercussion importante sur l’organisation du site à venir et notamment sur la configuration des modules à utiliser. Autrement dit, c’est un moment important du processus de construction et il s’agit de bien connaître quels sont les enjeux de cette classification.
Pour faire vite, un type de contenu est un gabarit commun à plusieurs contenus partageant des caractéristiques communes. Par défaut, Drupal propose ainsi les types « pages » et « articles ». Un article peut accueillir les commentaires de ses lecteurs alors qu’une page ne propose pas cette fonctionnalité.

Un tri par métadonnée

Mais Drupal ne s’arrête pas là. Grâce au module CCK, on peut enrichir les types de contenus (ceux par défaut et d’autres nouvellement créés) avec des attributs supplémentaires. En plus des commentaires, on pourrait alors ajouter un champ « sujet » permettant de classer un article. Par exemple, le type « base de données » utilisé sur notre site comporte 10 champs descriptifs dont l’éditeur, l’url d’accès et la discipline.
Ces métadonnées ont une autre vertu. En plus de qualifier un contenu et d’améliorer sa description, elles permettent de regrouper des contenus en fonction d’une caractéristique commune. Ainsi, il est aisé d’afficher toutes les bases de données ayant la médecine pour discipline  ou d’afficher toutes les articles dont le sujet est « puy-de-dôme », Drupal gérant (presque) nativement cette option.

Une page d’accueil par type de contenu

Pour en revenir au site de la BCU, nous avons répartis les contenus dans 7 types différents : « bases de données », « pages », « événements », « mercredis de la science », « jeudis du patrimoine », « actualités », « boite à outils ». Les pages sont utilisées pour le contenu éditorial du site. On les retrouve via le menu de navigation principal.
Pour chaque type de contenu (sauf « pages » et « boite à outils ») nous avons ajouté une page d’accueil en développant un module adéquat. Sur cette page nous offrons au visiteur différents point d’accès aux contenus. Pour les bases de données par exemple, la page d’accueil propose un accès par disciplines, par index alphabétique (autant d’attributs déclarés dans le type de contenu correspondant) et enfin une liste de toutes les bases à accès payant (encore un attribut personnalisé). Vous pouvez voir d’autres exemples de page d’accueil pour les Mercredis de la science, les jeudis du patrimoine et les actualités.

L’agenda culturel est bâti sur le même principe mais assemble des contenus de différents types. On trouve sur cette page les derniers événements ainsi que les Mercredis de la science et Jeudis du patrimoine à venir.

Des modules appropriés

Pour un non-developpeur, le module views permet de créer ces pages fournissant différents points de vue sur les types de contenu. Cependant, nous avons choisi de ne pas l’utiliser. La création de modules « à la main » permet de mieux comprendre le fonctionnement de Drupal et de se passer d’un outil complexe comme views, pas toujours facile à mettre en oeuvre. Il a pourtant le mérite d’être utilisable par quelqu’un qui ne connait pas PHP et SQL.

Pour finir, voici la liste des principaux modules utilisés à la BCU :

  • IMCE : pour la gestion des images.
  • Menu block : pour scinder le menu principal en sous-menus utilisables dans des blocs.
  • Scheduler : pour programmer la publication des actualités.
  • CCK : pour enrichir les types de contenus avec des métadonnées adéquates.
  • Piwik : pour les statistiques.
  • Date : pour la gestion des dates et de leurs formats.
  • Site map : pour le plan du site.
  • Tagadelic : pour le nuage de mots-clés.
  • Captcha : pour la protection des formulaires.
  • Wysiwyg : pour l’activation de l’éditeur tinymce.
  • Fil d’ariane : un module interne pour la gestion du fil d’ariane, basée sur l’url des pages. Le fil d’ariane n’est pas le problème le plus simple à résoudre avec Drupal. On se heurte au choix entre contenus associatifs et contenus hiérarchisés, discuté sur drupalistic.