Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (5)

Trois réponses (presque) imparables

Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d'utilisation commerciale, partage à l'identique).
Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique).

A- Égoïsme

  • Majeure : en bibnum, on côtoie des informaticiens.
  • Mineure : au royaume des bibliothèques, l’informaticien est roi.
  • Conclusion : en bibnum, vous côtoyez les rois des bibliothèques.

Illustration : supposez, disons, que votre imprimante récalcitre : en bibnum, vous n’avez qu’à héler l’informaticien, c’est le bureau d’en face. Au seul bruit de son pas, l’antipathique outil, maté, restaure lui-même sa connexion, expulse le bourrage, se lave la tête d’impression et imprime votre document sans tousser (et en un seul exemplaire si, dans votre agacement, vous avez relancé six fois).

Plus sérieusement : le caractère névralgique de l’informatique étant de notoriété publique, il est de bonne politique (ou de bonne tactique, si vous la jouez cynique) de travailler dans ce lieu stratégique.

 

B- Compétence

  • Majeure : les membres de la bibnum sont compétents en informatique.
  • Mineure : vous travaillez en bibnum.
  • Conclusion : vous êtes compétent en informatique.

Commentaire : Tout informaticien aura repéré dans la prémisse majeure une faille de sécurité fatale, et je doute que les collègues qui me connaissent aient pu garder leur sérieux en la lisant. En réalité, ce syllogisme spécieux masque un enchaînement de causes  authentique et bien plus efficace (voir ci-après).

 

C- Compétence 1.1 (faille de sécurité corrigée)

  • Primo : en bibnum, on s’attend à ce que vous soyez compétent en informatique [voir B].
  • Secundo : en bibnum, vous progressez en informatique au contact des informaticiens [voir A] ; par capillarité, en quelque sorte.
  • Ergo, à force de ne pas vouloir décevoir les bibliothécaires et de chercher à comprendre les informaticiens, vous finissez bel et bien par développer une forme de compétence. La fonction crée l’organe, disait Lamarck. C’est faux à l’échelle des espèces, mais vraie à celle des neurones.

 

Si je me résume : on ne peut plus échapper à l’informatique en bibliothèque. À la bibnum, on minimise les désagréments qui s’y attachent et on s’y initie.

Gratuitement ! Ça ne se refuse pas.

Les lettres de candidature sont à m’adresser directement.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (4)

Three
Three de Joe_Andrews, sur Flickr

Ayant d’abord travaillé en section, comme on dit dans les S(I)CD, je mesure assez bien les différences de culture et d’organisation qui existent entre les bibliothèques et un service transversal comme la bibnum. La bibnum offre la possibilité de participer à de nombreux projets au sein d’une équipe réduite. Cela permet de travailler à la fois en autonomie, en petit groupe projet et en dialogue permanent avec les autres services ou partenaires.

La maîtrise complète des processus

Tandis que les tâches ne cessaient d’être segmentées dans les bibliothèques traditionnelles, les services informatiques, avec des effectifs plus réduits et plus spécialisés, ont maintenu une organisation du travail basée sur l’autonomie des agents. C’est très appréciable de se retrouver maitre de ses dossiers, de l’examen critique d’une situation à la réalisation pratique d’un projet.

Le travail en équipe

S’occuper du SIGB, du catalogue, des accès à la documentation électronique, c’est s’occuper en permanence des besoins des collègues et des publics. Rien de plus stimulant, constructif que de faire le tour de l’établissement pour rencontrer tous les partenaires et répondre, du mieux possible, à leurs attentes. C’est à nous de former et d’informer pour que tout fonctionne bien. Alors oui, le travail en bibnum est souvent solitaire ou réduit au concours d’un ou deux collègues, mais il est aussi gratifiant, tant on reçoit une belle récompense chaque fois qu’on s’en va le partager.

Le versant technique du métier

Désormais, quand on me demande ce que je fais comme métier, je peux répondre sans honte que je suis une bibliothécaire qui ne lit pas de livres… Travailler en bibnum permet de conforter mon penchant pour les questions techniques tout en assurant ma formation continue dans ce secteur. Manier les formats et les données me permet aussi de renouer avec mes cours de sciences du langage à la fac, qui envisageaient le texte sous un angle technique et pas littéraire.

En bref, la bibnum est un bon endroit pour développer son goût de l’artisanat : concevoir, réaliser, exposer.