ANGD 2011 : de retour d’Aussois.

J’ai participé à la formation,  intitulée Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales organisée par le TGE Adonis, qui s’est tenue au Centre Paul Langevin d’Aussois,  du 10 au 14 Octobre 2011.
Une semaine de formation intensive et intense, dont j’aimerais faire le compte-rendu exhaustif.  Mais ce serait trop long. Je me contenterai donc de restituer les grandes lignes ce cette formation, que les organisateurs ont intitulée avec des verbes d’action, les six verbes d’un projet de gestion numérique des sources en SHS : décider, organiser, numériser, structurer, exploiter, diffuser.
Pour commencer, revenons aux fondamentaux. Qu’est-ce qu’une source de la recherche en SHS ? Ce peut être une infinité de choses : un manuscrit, une charte, un tract, une photographie, un dessin d’enfant, une carte géographique, un entretien filmé, une voix enregistrée, un agenda, une lettre, un carnet de terrain, un conte de fées. Toutes ces choses, précieuses ou triviales, constituent autant de matériaux, de données brutes de la recherche en SHS. Oui, mais qu’est-ce qu’on en fait ?  Comment exploiter ces sources dans le cadre d’un projet scientifique ? Comment les mettre à disposition, en ligne, pour que des chercheurs travaillent ces matériaux, à la source de publications nouvelles ? Et comment mettre en regard ces publications nouvelles avec les sources qui les ont constituées en leur fondement scientifique ? Ce sont ces questions que les humanités numériques, les digital humanities explorent, en produisant de nouveaux types de publications numériques, où les sources, les matériaux primaires, secondaires ou tertiaires sont reliées, hyperliées, aux oeuvres scientifiques, fidèle à l’exigence première d’administration directe de la preuve. Le tableau qu’a brossé Marin Dacos de ces nouveaux types d’édition en ligne, au cœur des digital humanities, donne une idée océanique des possibilités qui s’offrent pour les nouveaux passeurs de savoir en ligne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte qu’il dirige se situe à la croisée de ces chemins. Ce stage, dans son ensemble, nous a permis de construire, en une semaine, un projet de gestion numérique des sources de la recherche, à partir d’un cas d’école. Lequel ? Je ne peux pas le dire, mais il vous suffira d’imaginer un exemple concret de sources à exploiter. A partir de là, il nous faut décider quel projet numérique et scientifique mettre en place à partir de ces sources. Décider, c’est trancher, orchestrer, se donner des objectifs, des délais, des moyens, travailler en mode projet, coordonner une équipe, accepter de prendre des risques, se lancer dans une aventure collective pour aboutir à la réalisation du projet, au delà de la mise en ligne, vers une exploitation scientifique des sources numérisées, comme Richard Walter l’a montré dans sa présentation.
Tout cela est possible si on s’organise, délègue, planifie les étapes. Le maître d’ouvrages (MOA) peut faire appel au maître d’oeuvre (MOE). Diverses méthodes d’organisation, pour veiller à la réalisation des tâches à accomplir dans les meilleurs délais, ont été approchées, comme autant de balises et de méthodes pour réussir son projet.
Puis vient le temps de numériser. La présentation de Michel Jacobson des archives de France a apporté un éclairage nouveau sur la numérisation des sons. On est passé ensuite à la pratique en numérisant les supports papier de nos sources.
L’analyse de la structuration du contenu est nécessaire pour transformer la source en matériau de la recherche. L’introduction à la Text Encoding for Interchange (TEI) a été présentée par Lou Burnard himself qui a cofondé ce format de balisage en XML en 1987 pour « faciliter l’échange, la création et l’intégration de ressources informatisées ». La TEI, c’est un outil du chercheur, qui lui permettra d’analyser un texte selon ses problématiques d’étude. Si l’encodage d’un texte nécessite la connaissance des balises du format XML, on aurait tord de confier cette tâche à un informaticien extérieur au projet de recherche, car la structuration du contenu fait parti intégrante de l’analyse. Après cette introduction, ce fut à nous stagiaires de dégager la structure de nos sources, afin d’en baliser l’analyse.
Une fois la source balisée, il faut être capable de l’exploiter, de l’interroger, de « faire parler les données du corpus », d’en extraire du sens. Les outils d’interrogation du balisage XML ont été présentés avec clarté par Denise Ogilvie, des Archives Nationales, et Anaïs Wion, du CEMAf, un laboratoire du CNRS.
Pour en citer quelques uns, les plus utilisés, Xpath, un langage pour formuler des questions en interrogeant l’arborescence d’un document formaté en XML; XSLT, pour transformer les arborescences XML dans un autre langage, HTML par exemple, et exprimer des requêtes; Xquery enfin, le langage d’interrogation des documents structurés en XML défini par le W3C, pour extraire des information des documents XML.
Une fois que nos sources ont été numérisées, structurées, exploitées, reste à les diffuser en ligne et assurer la promotion du projet scientifique qu’elles desservent. Il faut alors penser en terme d’écologie numérique au service de la science : Accessibilité, ergonomie, pérennité, citabilité, interopérabilité sont les cinq mots du web pour Jean-François Rivière. Mettre en ligne, oui, à condition de respecter les droits d’auteur. La présentation des questions juridiques liées aux bibliothèques numérique et aux corpus en ligne de Lionel Morel de la BNF a comblé l’assistance qui ne tarissait pas de questions. Gaëlle Hallair, une autre stagiaire, a écrit un billet sur son intervention.
Cet ANGD 2011, oui j’ai oublié de dire qu’il s’agissait d’une Action Nationale à Gestion Déconcentrée, mais l’année prochaine, ce sera une Action Nationale de Formation, nous a permis de bénéficier aussi des retours d’expériences des stagiaires. J’ai pu y présenter notre projet de site Internet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud.
Et rien de tel qu’une randonnée à mi-stage pour prendre de la hauteur.

Montagne pelée Flickr licence Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0) par Jean et Nathalie

Ah ! Et puis, non, je ne peux pas conclure ce billet sans parler des rencontres, de la convivialité, de toutes ces professionnels rencontrés porteurs de projets passionnants.

De juris timore

La journée d’étude sur l’Open access à laquelle j’ai récemment assisté a de loin dépassé mes attentes. J’avais pour le sujet une estime de principe doublée d’une méconnaissance solide, que les communications dispensées ont contribué, respectivement, à augmenter et à amoindrir. Entre autres distillats, j’en retire l’impression qu’un des principaux obstacles au développement de l’Open access est non pas le risque juridique, mais la crainte juridique. L’Open access comme principe directeur de la diffusion des résultats scientifiques de la  recherche publique est validé depuis Berlin ; il est pratiqué çà et sans la moindre difficulté. S’il n’est pas encore en vigueur chez nous, c’est, pour emprunter au parler québecois, que nous nous enfargeons dans les fleurs du tapis. Expression heureuse, mais triste réflexe.

D. B. King, National Law Enforcement Officers Memorial (Creative Commons, Paternité ; Source FlickR).

Pour illustrer le propos, voici une scène tirée du De juris timore, pièce légitimement ignorée d’un auteur tragique justement inconnu, mais qui aurait pu s’appeler Apertus Accessus. Cette oeuvre pesante et didactique met en scène des dialogues entre le BRillant AVocat de l’Électronique [ci-après BrAvE] et le Contradicteur Apeuré-Vétilleux-Entêté [ci-après CAVE] . Nous n’en donnerons ici qu’un extrait strictement nécessaire, traduits par nos soins.

ACTE I, scène 3 [Synopsis : la B.U., en conseil de la documentation, propose le passage au dépôt électronique des thèses ; toute ressemblance avec des faits réels, agrémentée de la marge d’exagération que requiert décemment toute caricature, serait assez plausible]

  • CAVE (l’air confiné) : Mais donc, la mise en ligne des thèses rend impossible la diffusion des thèses contenant des reproductions d’oeuvre d’art ?
  • BRAVE : Ni plus, ni moins qu’auparavant. Vous diffusiez sous forme imprimée des thèses d’histoire de l’art contenant des reproductions de Picasso ?
  • CAVE (glacial) : Mais ce serait légal de stocker au CINES une oeuvre pour laquelle les questions de droit ne sont pas résolues ?
  • BRAVE : Oui, du moment qu’il n’y a aucune diffusion.
  • CAVE (il se rebiffe) : Mais vous êtes sûr ?
  • BRAVE (vache) : Je l’ai vérifié auprès de l’ APVPCJ [association des plaideurs vétilleux pour la promotion du contentieux juridique NDLR], j’ai leur réponse écrite. Je vais vous en donner lecture.
  • CAVE (allié hypocrite) : Mais non mais non je vous fais confiance. (Reprenant les rênes) Mais si le doctorant ne peut pas s’assurer des droits concernant tous les textes et toutes les images qu’il utilise dans sa thèse ?
  • BRAVE : Eh bien il pourra toujours réduire la diffusion à l’Intranet.
  • CAVE (sombre) : Mais si les images utilisées dans une thèse mise en ligne sur Internet ou sur Intranet donnent lieu à une attaque par un éditeur ou un ayant droit ?
  • BRAVE (mais pas téméraire) : Cela ne s’est jamais produit.
  • CAVE (illuminé) : Mais si cela se produisait ?
  • BRAVE (sa commissure droite se raidit imperceptiblement) : Eh bien, il y aurait toujours la possibilité de retirer les parties incriminées de l’oeuvre diffusée.
  • CAVE (s’effondrant) : Mais si un auteur qui a accepté la diffusion en ligne décide un jour de la refuser ?
  • BRAVE : Eh bien sa thèse pourra alors être retirée de l’Internet et confinée à l’Intranet.
  • CAVE (éclairé d’une lueur) : Mais si elle a été diffusée dans tel ou telle plateforme, et que le docteur demande qu’elle en soit retirée ?
  • BRAVE (amusé) : Cela ne s’est jamais produit.
  • CAVE (s’écroule) : Mais si malgré tout cela se produisait ?
  • BRAVE : Eh bien on demanderait à tel ou telle plateforme de faire une exception à la règle d’irréversibilité du dépôt.
  • CAVE (sous terre) : Mais vous croyez qu’elle nous accorderait cette exception ?
  • BRAVE : Oui. J’ai une réponse écrite sur ce point : le principe de l’irréversibilité du dépôt peut ex-cep-tion-nel-lement souffrir des ex-cep-tions à titre ex-cep-tionnel.
  • CAVE (voûté) : Mais si un docteur a un contrat avec un éditeur qui lui interdit de déposer son travail en ligne, qu’il y a une clause de confidentialité, et que la thèse est trop mauvaise pour être mise en ligne, et qu’un conflit nucléaire détruit le CINES et la BNF ? […]

Je ne vais pas, pour commenter ce lamentable bout de littéraillerie, entrer dans le fond du débat juridique, fort intéressant et légitime, mais où d’autres s’entendent mieux que moi. Je voudrais juste relever que les arguments opposés à la diffusion électronique et à l’Open Access, tous contenus confondus (thèses, articles, etc.) ont en commun :

  1. De se concentrer sur les problèmes de droit (le risque de destruction du CINES par engin nucléaire a rarement été abordé à ma connaissance, et les objections sur la conservation pérenne tendent à disparaître).
  2. D’évoquer sérieusement les cas les plus improbables comme s’ils étaient réellement susceptibles de se présenter : le docteur qui a décidé de diffuser et qui se ravise au bout de 15 ans ; l’éditeur qui assigne une bibliothèque en justice pour la reproduction en 15×15 mm d’une image extraite d’un ouvrage publié par lui dans l’une des 658 thèses mises en ligne par l’établissement ; le juriste retors qui s’en va traquer dans les intranets des universités les thèses dans lesquelles des oeuvres sous droit auraient été incorporées sans autorisation ; le gendarme HADOPI qui perquisitionne au CINES pour y détruire des fichiers déposés sans avoir rendu hommage aux ayants droit…
  3. D’adopter un point de vue défensif en considérant qu’a priori ce  ce qui n’est pas expressément autorisé est interdit.

Le respect du droit n’en demande pas tant, je crois. Jusqu’à un certain point notre légalisme nous honore, mais enfin si j’ai bien compris :

  1. Les questions relatives à la diffusion de la connaissance scientifique sont en débat, certes, mais nous n’avons pas de raison de les trancher par défaut dans le sens qui nous est le moins favorable, à l’encontre de la ligne adoptée à Berlin.
  2. Nous travaillons dans le monde réel, où les docteurs se moquent pas mal, au bout de quinze ans, du destin de leur thèse ; où les éditeurs avides et les juristes retors n’existent pas n’ont pas de temps à perdre avec ce qui ne rapporte que des ennuis et pas d’argent. Où HADOPI s’occupe de films et de musique, non de science.
  3. Les autorisations accordées par les éditeurs sont même supérieures à ce que nous supposons généralement : même le plus mal famé d’entre eux — que je ne citerai pas pour échapper au procès qu’il ne manquerait pas de m’intenter s’il s’intéressait à quelque chose d’aussi insignifiant qu’un blog — même Elsevier, disais-je donc, autorise les auteurs à déposer leurs post-prints (= texte validé par le comité de lecture) dans les dépôts d’archive. Voyez plutôt (A noter en passant, Wiley-Blackwell n’en fait pas autant; tss tss…).

Je crains fort, en écrivant tout cela, de voler au secours de la victoire, l’accès libre aux résultats de la recherche scientifique publique ne se voyant plus opposer beaucoup de résistance, sur le principe du moins. Ce n’est donc pas le politiquement incorrect qui m’étouffe. Du reste, pour l’anecdote, dans les débats de ce genre qu’il y a eu récemment par chez nous, je constate que j’ai joué tour à tour le cave et le brave. Mais comme, dans la pratique, toutes les universités n’ont pas encore fait obligation à leurs chercheurs de déposer leur travaux dans des archives ouvertes, et comme celles que je connais le mieux n’en sont pas encore là, j’ai encore une petite, toute petite avance sur l’histoire.

Alors je n’allais tout de même pas perdre une bonne occasion de bloguer.

 

Adobe Digital Editions sous GNU/Linux, c’est possible !

A l’heure où le nombre de publications au format électronique va croissant, quoi de plus légitime que de vouloir consulter des e-books au moyen de son système d’exploitation favori ?
C’est en effet la question que l’on peut se poser lorsque, comme moi, on utilise au quotidien à titre personnel autant que professionnel un système GNU/Linux, en l’occurrence Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » sur son ordinateur et que l’on se retrouve face à cela…

Installeur d'Adobe Digital Editions
Le message insupportable…

Si vous voulez en faire l’expérience et que vous n’utilisez ni Windows™ ni MacOS™, cela va de soi, rendez vous sur le site d’Adobe Digital Editions®, vous verrez, c’est édifiant !
Dès lors, on peut davantage douter de la bonne volonté que du savoir-faire d’Adobe qui promet une version Linux de son lecteur depuis la version 1.0 sortie en… 2007 ! Et ce d’autant plus que le très officiel Adobe Reader 9.0 est disponible dans les dépôts d’Ubuntu, au même titre que les plugins Flash, Shockwave ou Air…
Cela étant on peut comprendre la réticence d’Adobe à libérer le code source d’une application gérant des DRM vers une communauté globalement hostile à ce principe… et qui trouverai là l’occasion rêvée de contourner la gestion des droits électroniques !

Mais revenons à des considérations plus pratiques, on ne va quand même pas se laisser démonter par un message défaitiste !

A ce stade les solutions envisageables restent d’avoir une machine en dual-boot permettant de choisir un système supporté par Adobe au démarrage ou d’exécuter Windows dans une machine virtuelle. Mais tout cela est long, lourd et peu fonctionnel : peut-on décemment imaginer d’avoir à quitter toutes ses applications et redémarrer sa machine pour lire un e-book ? Quant à utiliser une machine virtuelle sur un netbook ou un ordinateur à la configuration matérielle limitée, je n’ose même pas l’imaginer.

Fort heureusement Wine est là pour nous aider et si ce n’est déjà fait, commençons par l’installer, ce qui avec Debian ou Ubuntu peut se faire en tapant ce qui suit dans un terminal :

$ sudo aptitude install -r wine

N.B. : Wine n’est pas un émulateur, c’est une couche de compatibilité applicative entre  logiciels Windows et système Linux ; Wine est présent dans toutes les distributions Linux récentes et si ce n’est en ligne de commande, il est facile moyennant quelques clics de l’installer avec son gestionnaire de paquets favori…

Le deuxième défi reste de trouver sur le site d’Adobe le fichier exécutable de l’installeur… et ce n’est pas une mince affaire. Car la page qui nous a si mal reçu contient un exécutable en flash permettant de lancer l’installation… pourquoi faire simple ? Mais rien n’est perdu et il suffit de suivre la note technique d’installation. Sur cette page au paragraphe « Manually install Adobe Digital Editions for Windows » figure le lien direct vers l’installeur

Où trouver l'installeur ?
Où trouver l’installeur ?

Une fois téléchargé l’installeur qui se nomme benoitement « setup.exe« , il convient de rendre ce dernier exécutable, soit via ses propriétés dans l’interface graphique ou bien :

$ sudo chmod +x setup.exe

et dans la foulée de lancer l’installation en double-cliquant sur l’icône de « setup.exe » ou encore :

$ wine setup.exe

par suite l’installation se passe comme sous… Windows !

Déroulement de l'installation
Une installation comme sous Windows…

Je passe rapidement sur les différentes étapes de l’installation, identique en tout point à ce qui se fait dans le monde MicroSoft. Il vous sera successivement demandé de choisir un chemin d’installation, d’accepter les termes du contrat de licence… mais après copie des fichiers un dossier « My Digital Editions » ainsi qu’une icône de bureau auront fait leur apparition. Magique, non ?

Voilà, désormais Adobe Digital Editions est installé sur votre ordinateur GNULinux et vous pouvez à loisir consulter l’offre de livres numériques de la BCU… Bonne lecture !

Après la poldoc, la polnum

Détail d’herbier – Institut des herbiers interuniversitaires de Clermont-Ferrand – BCU – Domaine public

En janvier 2011, la BCU a acquis un numériseur Zeutschel et s’est lancée dans des projets de numérisation. Pourquoi ? Parce que la BCU s’inscrit dans un mouvement de production de connaissances scientifiques, et que la numérisation y participe au même titre que les archives ouvertes par exemple. Parce que les collections de la BCU méritent d’être mises en valeur et diffusées largement. Parce que la BCU entend multiplier les liens avec les autres services et membres des deux universités clermontoises, ainsi qu’avec ses partenaires du PRES et des autres institutions culturelles.

Partant de ces postulats, les projets de numérisation se divisent grosso modo en deux catégories :

→ la numérisation de collections patrimoniales appartenant à la BCU ;

→ la numérisation dans le cadre de projets de recherche en partenariat avec les laboratoires du PRES Clermont Université et les structures culturelles locales.

C’est la combinaison des premiers projets avec un bilan de l’existant patrimonial (en cours d’analyse) qui permet de dégager des thématiques et axes potentiels de recherche proposés par la BCU elle-même, en même temps que la numérisation s’intégre dans les projets des chercheurs. Il y a donc à la fois prospection dans les collections et auprès des enseignants chercheurs.

Les premiers projets se sont fondés sur des projets de recherche et des partenariats extérieurs à la BCU : EVE Enfance-Violence-Exil avec un laboratoire de la Maison des Sciences de l’Homme, le projet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud avec le laboratoire Magmas et Volcans et le muséum Henri-Lecoq, ThinkMotion avec l’Institut français de mécanique avancée dans le cadre d’un projet européen de mécanique destiné à être versé dans Europeana, et les herbiers de l’Institut interuniversitaire des herbiers de Clermont-Ferrand. Grâce à ces partenariats, les projets intègrent dans leurs corpus numérisés des collections extérieures à la BCU, permettant à celle-ci de s’enrichir virtuellement. D’autres billets viendront se pencher sur chacun d’eux plus précisément.

L’implication de la BCU dépend de chaque projet et de sa portée : elle conseille simplement sur ses domaines de compétences, elle numérise, mais elle peut aussi participer pleinement aux décisions portant sur la sélection des documents et l’indexation, ou elle s’implique jusqu’à réaliser le site en ligne du projet.

La difficulté réside dans l’articulation de la numérisation proprement dite et des phases amont et aval : préparation du projet (contenu scientifique, calendrier prévisionnel, budget, sélection et conditionnement des collections) et traitement a posteriori (indexation, modifications de fichiers, questions d’hébergement et d’archivage, diffusion avec mise en place des outils idoines). C’est que numériser consomme peu de temps en regard du travail et de la réflexion menés avant et après le passage sur le banc de numérisation. Il est donc prévu de mener simultanément des projets au long cours, tels que la numérisation des herbiers ou du fonds de littérature jeunesse, et des projets ponctuels en lien avec la recherche universitaire.

La BCU veut que les projets accèdent à une visibilité maximale. Pour cela, ils seront doublement exposés en ligne : via le portail de la BCU dans les ressources numériques, et via les partenaires des projets – en plus de leur description dans NUMES et leur moissonnage par ISIDORE, pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales.