Introduction aux logiciels libres

À l’intérieur de notre réseau, l’usage des logiciels libres est de plus en plus courant : la généralisation de l’utilisation d’OpenOffice est en cours, nos serveurs et sites web sont pour la plupart sous licences libres et certains postes publics sont équipés d’une distribution Linux. Si cette transition ne provoque pas de levée de boucliers, la notion de logiciel libre reste cependant mal comprise. À destination des collègues de la BCU, cet article a pour but d’éclairer un peu mieux le choix de nos outils informatiques…

Galette Mosaïque - Par Yuichi.Sakuraba Flickr - Licence CC BY-NC 2.0 - Flickr
Galette Mosaïque – Par Yuichi.Sakuraba Flickr – Licence CC BY-NC 2.0 – Flickr

D’abord, une définition. Pour cela, prenons l’exemple couramment utilisé de la recette de cuisine. Imaginez un instant que vous réalisiez un superbe gâteau pour l’anniversaire d’un ami. Les convives admiratifs, après s’être régalés de la pâtisserie, vous demandent alors la recette. Deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez jalousement garder le secret de fabrication et lancer un « Oh tu sais, c’est tout simple, j’ai fait ça les yeux fermés ». Vous pouvez également copier la recette de votre œuvre et la distribuer généreusement à votre entourage selon les principes du logiciel libre. Quelles sont les différences entre ces deux façons de faire ?

Dans le premier cas, vos invités ignorent la recette du gâteau. Ils ne peuvent le reproduire à l’identique, vous seul(e) détenant le secret de fabrication.
Dans le deuxième cas, chacun peut reproduire le gâteau chez lui à sa guise. Si on pousse l’analogie avec les logiciels libres plus loin, vos amis pourront également modifier la recette et la distribuer à nouveau avec leurs modifications. Toutefois, rien ne garantit que c’est à vous qu’il feront goûter le fruit de leurs efforts…
Pour en revenir au logiciel, chacun d’entre eux possède sa recette qu’on appelle le code source. Dans le cas d’un logiciel non-libre, le code source n’est pas accessible. L’utilisateur est alors dans l’impossibilité d’étudier son fonctionnement, de le reproduire ou de le modifier (sous réserve qu’il ait les connaissances informatiques pour le faire). Il n’aura pas non plus l’autorisation de le partager avec quelqu’un d’autre, ces droits étant déterminés par la licence accompagnant le logiciel. Ainsi on pourrait définir un logiciel libre par « logiciel ayant une licence libre». La GPL (Gnu General Public License) est la figure de proue des licences libres mais il en existe d’autres.
La comparaison culinaire a ses limites et, pour une définition plus précise, vous pourrez lire cette page de la free software foundation à l’origine du concept de logiciel libre.

«N’est-ce pas moins bien parce que c’est gratuit ? »

Au détour d’une conversation sur les « Free software » (à ne pas confondre avec « freeware »), vous entendrez peut-être la question ci-dessus qui contient deux erreurs à elle seule.
Libre ne veut pas dire gratuit. Vous pouvez tout à fait commercialiser un programme sous licence libre. Cependant, il y a peu d’intérêt à vendre un logiciel dont on distribue le code librement. Les entreprises qui occupent ce secteur vendent des services (maintenances, mises à jour) plutôt que le logiciel en lui-même.

Sans vouloir faire un comparatif entre logiciels libres et logiciels non-libres, la qualité n’est pas un argument en leur défaveur. L’ouverture du code entraîne en général une amélioration de la fiabilité du programme. La raison en est que les communautés de développeurs peuvent détecter plus rapidement et plus facilement les éventuelles erreurs de programmation et améliorer le logiciel en conséquence.

Une autre confusion provient de la similitude entre la notion d’open source et celle de logiciel libre. La FSF (Free Software Foundation) est à l’origine de l’appellation « logiciel libre » tandis que l’organisme OSI (Open Source Initiative) revendique l’appellation « open source ». Les premiers, emmenés par Richard Stallman, mettent en avant les valeurs de partage et de liberté garanties par les licences libres. Les seconds, qui se réclament d’Eric Raymond, (hacker respecté pour son livre La cathédrale et le bazar) se veulent pragmatiques et prônent l’open source pour ses qualités intrinsèques (meilleure fiabilité du logiciel due à l’ouverture du code). Selon que l’on est partisan de l’un ou de l’autre camp, les termes et la philosophie varient mais les deux définitions sont en accord dans la plupart des cas.

Tux le manchot
Tux le manchot

Enfin, il reste une confusion mineure mais néanmoins problématique. Rendons son honneur à Tux, mascotte emblématique de Linux. Il est souvent confondu avec un pingouin à cause du mot anglais « penguin » qui signifie en réalité « manchot ». Un spécialiste avancerait que pour un manchot, Tux ne ressemble à aucun autre de ses confrères mais cessons là la comparaison.

Pour finir, voici un lien vers le site Framasoft, référence incontournable du « monde libre », sur lequel vous trouverez quantité de fiches descriptives de logiciels libres en tout genre pour différents systèmes d’exploitation. Bonne découverte !

Think Motion : le point sur un projet de numérisation

Mécanisme, par El Fausto, reprise sur le site du CRDP d’Alsace (CC-BY-NC-SA)

Think Motion, quezaco ?

La BCU s’implique depuis maintenant un an et demi dans un projet de bibliothèque numérique européenne sur la mécanique. Cette initiative, portée par cinq pays (Allemagne, France, Espagne, Italie, Roumanie) et six partenaires (universités de Bilbao, Illmenau, Aachen, Timisoara, Cassino et l’Institut français de mécanique avancée-IFMA pour la France). Il s’agit de créer une banque du savoir sur les mécanismes qui serait multi-supports et s’enrichirait de façon pérenne de documents numérisés et nativement numériques. Chaque mécanisme sera ainsi illustré historiquement et analysé sous toutes les coutures, reproduit avec les techniques contemporaines (3D, animation, vidéo, …) et adapté à de nouvelles utilisations. Enfin ça, c’est le rêve à atteindre.

Qui ?

C’est l’Ifma qui coordonne la contribution française au projet en rassemblant et en pilotant les apports et les collections d’institutions diverses (musées, bibliothèques, archives, instituts de recherche). La BCU apporte une aide en soutien à la numérisation, notamment de ses collections sélectionnées pour le projet, et pour la recherche de partenariats avec d’autres bibliothèques ayant développé des bibliothèques numériques incorporant la thématique mécanique. Par contre, c’est l’Ifma qui centralise l’indexation, le chargement du document numérisé dans la base commune du projet et les post-traitements éventuels (océrisation, retouches d’image…).

Comment ?

Cette bibliothèque numérique, prévue à l’origine comme ne provenant que des partenaires allemands (Illmenau et Aachen), a vu sa destination devenir plus ambitieuse. Le caractère européen s’est peu à peu dessiné lorsque ce projet s’est étoffé et a impliqué de plus en plus de partenaires. L’objectif est désormais d’apparaître dans Europeana au terme des trois ans du programme subventionné par l’Europe.

Mecanism design by Spread shirt

Spécificités du projet

L’aspect pédagogique du corpus ainsi constitué – faire travailler les étudiants sur des développements possibles de mécanismes en leur faisant créer des vidéos et animations 3D par exemple – est indéniable.

Côté technique et coordination, la logistique déployée est importante et assez lourde. L’homogénéisation des pratiques et processus de numérisation, avec post-traitement à la clé, est indispensable mais difficile à coordonner. Et d’autant plus lorsque cette coordination se fait à double échelle :

  • au niveau du projet global, ce sont les partenaires allemands qui s’en chargent, mais les dimensions multipartites n’ont pas toutes été intégrées dans la base de données, entre autres parce que le projet de départ n’était prévu qu’à l’échelle germanique (problème de champ de provenance des documents et de créateur de la source numérique dans les métadonnées par exemple : logique, puisque les documents devaient, à l’origine, venir de la même BU) ;

  • au niveau local ensuite (dans chaque pays), où la diversité des partenaires possédant les collections sélectionnées renforce la difficulté de traitement.

 Le bilan de la première phase n’est toutefois pas négatif et les problèmes se résolvent peu à peu. La mécanique du projet est désormais rodée.

Et la BCU dans tout ça ?

Ce projet permet à la BCU d’élaborer quelques principes solides quant à sa politique de numérisation et de production scientifique, et notamment d’affirmer sa volonté de lier chaque projet à un axe de recherche et un groupe de scientifiques de Clermont-Ferrand. La bibliothèque de production, dont dépendent les projets de numérisation, se veut ainsi un instrument pour la recherche tout autant qu’un outil de valorisation scientifique de la recherche et un vecteur de sa diffusion.

On peut également constater que ThinkMotion a permis un premier partenariat avec un des membres du PRES Clermont Université, l’Ifma, et un contact sympathique avec l’équipe de l’Ifma, contact que l’on espère pérenniser.

Enfin, ce projet peut servir de tremplin à une autre initiative sur le machinisme agricole, qui s’inspirera de son grand frère.

Genèse, présent et avenir des carnets de terrains de Philippe Glangeaud

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur le site de la BCU.
Mercredi dernier, nous avons présenté le site au Conseil Général du Puy-de-Dôme, car il s’inscrit dans la droite ligne du projet d’inscription de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO. Qu’une bibliothèque universitaire s’associe aux instances politiques d’un département pour défendre des projets communs, c’est plutôt rarissime. Mais cette alliance n’est liée qu’à la brûlante actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui : Père de la géologie moderne en Auvergne, c’est le premier à décrire et à cartographier la chaîne des Puys, et à définir « la grande faille de Limagne ».
Philippe Glangeaud est bien, avant la lettre, un défenseur du projet UNESCO 63.

J'aime la Chaïne des Puys et la faille de Limagne

« Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud », c’est aussi le premier site de diffusion du patrimoine scientifique réalisé par notre équipe, la « bibliothèque numérique de production ».

Retour sur la genèse du projet, les choix qui ont présidé à la construction du site, et les évolutions envisagées à l’avenir.

En 1986, après le décès de Louis Glangeaud, éminent géologue fils du non moins éminent Philippe Glangeaud, la famille Glangeaud-Freudenthal confia à l’Université Blaise Pascal et au Muséum-Henri-Lecoq, l’ensemble des carnets, livres, cartes et témoignages des géologues. Un patrimoine scientifique considérable à conserver, valoriser, exploiter.

En 2005, la bibliothèque de sciences et la bibliothèque numérique de la BCU s’associent au Laboratoire Magmas et Volcans pour valoriser, mettre en ligne et exploiter les carnets de terrain de Philippe Glangeaud. L’enjeu est aussi de proposer une incursion dans l’Auvergne du début du vingtième siècle.

En 2011, le projet prend un nouvel essor. Les acteurs sont, côté BCU, le responsable de la section science, le responsable de la bib num de prod., moi la webmestre, mon collègue développeur, et ma collègue graphiste. Côté LMV, nous avons le soutien scientifique du géologue Pierre Boivin , et la contribution de Sylvaine Jouhannel, bibliothécaire. Le Muséum Henri-Lecoq se joint au projet.

Venons-en à la composition du corpus à mettre en ligne. Nous disposons d’environ 45 carnets de terrain couvrant le paysage géologique auvergnat,  une collection de cartes postales recueillies par Philippe Glangeaud, mais aussi les échantillons de roches qu’il a ramassés lors de ses expéditions scientifiques.

Notre projet s’inscrit bien dans la publication des sources de la recherche en géologie. Dans ses carnets, à côté des croquis qu’il dessine, Philippe Glangeaud note souvent : « à publier ». Ces carnets de terrains constituent bien les sources des publications du géologue, qu’il s’agira de mettre en relation avec ces publications elles-mêmes.

Pour réaliser le site, nous sommes partis d’un existant : le travail de dépouillement, de description et d’indexation des carnets réalisé par des étudiants de géologie du LMV. Un travail réalisé sur un immense tableur. Les étudiants ont indexé les termes géologiques, les lieux, les dates, la nature des croquis, mais aussi les commentaires du géologue. On pourrait s’intéresser de près à ces commentaires où Glangeaud note à vif ses impressions, ses analyses, le nom de ses collaborateurs scientifiques, mais aussi ses points de chute.

Cette indexation des carnets allait nous permettre d’établir les métadonnées des carnets.
Dès le départ, nous avons pris le parti-prix de l’interopérabilité. Il nous fallait des métadonnées en Dublin Core afin de pouvoir être moissonné. Nous avons alors établi un mapping pour convertir le tableau réalisé par les étudiants au format Dublin Core.

Puis, nous nous sommes attelés à la conception de la maquette afin de définir l’arborescence du site, et ses principales fonctionnalités : quelles modalités de recherche ? Une recherche simple, par mot clé, une recherche avancée permettant d’interroger les quinze champs du Dublin Core, une recherche par lieux avec un module de géolocalisation.

Quelles modalités de feuilletage ? On a eu l’idée de la loupe qui permettrait de bien lire les carnets, d’agrandir les schémas pour les voir avec une résolution optimale.
Concernant l’arborescence, nous voulions bien mettre en évidence la biographie et la bibliographie de Philippe Glangeaud, mais aussi l’importance de l‘héritage scientifique de Philippe Glangeaud aujourd’hui, et les croquis les plus remarquables, à l’aquarelle et à l’encre de Chine.
Nous voulions aussi rendre vivante et animée la démarche scientifique de Philippe Glangeaud. Disposant des photographies des échantillons de roches qu’il avait ramassés lors de ses expéditions scientifiques, nous avons eu l’idée de faire correspondre ces photographies de roches aux croquis établis par Glangeaud par le truchement du survol des images. Enfin, il importait de mettre en évidence la collection de cartes postales, qui donne un aperçu de l’Auvergne au début du vingtième siècle.

Nous nous sommes décidés assez vite pour choisir le logiciel. Omeka nous a paru bien correspondre à notre projet. Opensource et gratuit,  utilisé par de nombreuses institutions culturelles, il permet tel un CMS d’éditer du contenu, de gérer des collections d’images ou de textes en ligne, et de réaliser des expositions virtuelles.
Il faut dire aussi que nous avons été grandement impressionnés par l’exemple de la bibnum de Rennes 2, qui a fait un usage remarquable d’omeka pour mettre en ligne ses collections numérisées.
Simple à administrer, ce logiciel à l’architecture modulaire a de nombreuses fonctionnalités. Il permet notamment d’importer en masse les métadonnées, ce qui nous a grandement simplifié la tâche pour mettre en ligne l’ensemble des carnets.
Nous avons donc utilisé le module « CSV import », « exibit builder » pour les expositions virtuelles, « géolocalisation »pour localiser les sites sur google map, « OAI-PMH repository » pour rendre notre entrepôt moissonnable, et enfin le module « simple page » pour éditer des pages en html.

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud constituent un work in progress, un travail en devenir, puisque de nouvelles contributions des géologues du LMV donneront à voir et à comprendre l’héritage de Philippe Glangeaud aujourd’hui. D’où l’idée d’une page d’accueil, qui d’un côté, par la vitrine mobile, donne à voir les images les plus significatives de l’oeuvre du géologue, et de l’autre, donne à lire les nouvelles contributions scientifiques sur l’actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui.

En phase avec l’actualité du projet UNESCO 63, nous avons dans un premier temps mis en ligne l’ensemble des carnets du géologue relatifs à la chaîne des Puys et à la faille de Limagne. Mais, à terme, vous trouverez sur le site la quarantaine de carnets dont nous disposons. Comme certains de ces carnets ne sont pas encore indexés, nous allons proposer une indexation collaborative, en utilisant le module « contribution » d’omeka. Les géologues pourront ainsi contribuer à notre projet en identifiant les concepts géologiques, les lieux, et les croquis de Philippe Glangeaud.

Nous allons également améliorer la géolocalisation. Comme il a fallu faire vite, nous avons utilisé le module de géolocalisation proposé par omeka, qui fonctionne avec Google map. Mais google map pas ne fournit pas d’indications très précises en matière de géologie. C’est la raison pour laquelle il est prévu que nous travaillions avec le labo de Géographie de l’UBP, le geolab, afin de mettre en ligne une carte plus précise de l’Auvergne.

Plus encore qu’un site web »Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud » constitue un prétexte, un prélude pour approfondir sa connaissance de la géologie de l’Auvergne. Les carnets numérisés seront l’occasion de présenter les carnets « réels », sous la forme d’une exposition à venir à la bibliothèque de sciences. Et comme, il s’agit bien de « parcourir l’Auvergne sur les traces de Philippe Glangeaud », il est prévu que nous proposions aussi des excursions géologiques en Auvergne, à la manière de celles que proposait Philippe Glangeaud à ses étudiants et disciples.  Pour Pierre Boivin et le LMV, c’est là une manière de renouer concrètement avec l’héritage du géologue aujourd’hui.

Au sommet du Puy-de-Sancy, on trouve cette notice géologique réalisée par Philippe Glangeaud

Voici donc un projet à suivre. Jusqu’au sommet du Puy-de-Sancy ?

Internet, c’est le Moyen Âge

Valenciennes, bibl. municipale, manuscr. 501, f. 58 verso. Ce manuscrit du XIIe siècle contient la Vie (anonyme !) de saint Amand, ici en train de dicter son testament. (cliché IRHT, source http://www.enluminures.culture.fr/)

L’idée que l’écran est un retour au « rouleau » médiéval n’est pas d’une grande originalité. À preuve, l’horrible verbe « scroller » qui désigne, en sabir informatique, l’usage de l’ascenseur situé à droite de l’écran pour faire défiler une page en ligne ou un fichier texte. Pour ceux qu’amuse l’archéologie du livre, le mot se réfère au geste des lecteurs du Moyen Âge déroulant verticalement le rotulus (le scroll anglais) — par opposition à ceux de l’Antiquité, dont les rouleaux (volumen en latin) défilaient latéralement (ce sens de lecture s’est d’ailleurs maintenu, je crois, pour les rouleaux de la Torah). Je soumettrai à l’Académie la possibilité d’employer les verbe rotuler et voluminer. Le premier surtout s’imposerait, vu la forme de la molette que l’on utilise aujourd’hui sur les souris.

Le rapprochement entre l’écran et le rouleau est amusant, mais un peu oiseux, bien qu’il ait des conséquences intéressantes et souvent soulignées sur la façon de lire (la page rassure l’œil sur la durée de l’effort à produire, alors que le rouleau ou l’écran obligent à inventer d’autres repères). Mais il y a une caractéristique plus fondamentale de la production littéraire médiévale qui me semble ravivée par les outils numériques et la circulation des textes sur Internet : les notions d’œuvre et d’auteur naviguent dans un certain flou.

Comme lecteurs, nous définissons une œuvre par son titre — Jane Eyre ou Da Vinci Code par exemple — lequel recouvre dans notre esprit un agencement de mots déterminé et théoriquement invariant — et une merveille ou un dispendieux gâchis d’encre et de papier, mais c’est accessoire ici. Ce n’est pas vrai au Moyen Âge : premièrement, la copie manuscrite produit sans cesse des variantes (corrections de fond ou de forme plus ou moins conscientes, mots, lignes voire pages sautées, remplacement d’un mot compliqué par un autre plus simple, etc.) qui rendent le texte beaucoup plus mouvant que la production imprimée ; qui plus est, une fois l’œuvre mise en circulation, sa diffusion en cercles concentriques par copies successives et les très fortes contraintes matérielles qui pèsent sur le travail (long, coûteux et non démultipliable), empêchent de facto tout contrôle sur la diffusion, même par l’auteur. Enfin, pour peu que ce dernier soit apprécié, sa production abondante et son succès durable, des dizaines de rédacteurs, en plus des copistes plus ou moins fidèles, vont rédiger en les abritant sous son nom, sous son autorité, des réécritures plus ou moins lointaines de son travail originel. Exemple typique, saint Augustin, qui avait perdu certaines de ses propres œuvres à la fin de sa vie, mais qui continua de signer des lettres ou des sermons plusieurs siècles après sa mort ; ou Sénèque dont on conserve d’immortelles, quoique apocryphes, épîtres à saint Paul. On crierait bien au plagiat, très à la mode à l’ère numérique, à ceci près que généralement le plagiaire s’attribue l’œuvre d’autrui, alors qu’ici c’est le contraire. Le résultat, c’est d’abord qu’établir le texte d’une œuvre est difficile au Moyen Âge, et même d’autant plus difficile que le texte est connu et apprécié : autant de copies, autant de versions ; et qu’ensuite, l’attribuer à un auteur est parfois impossible. Une majorité de textes médiévaux circule d’ailleurs sans titre ni signature : la page de titre à laquelle nous sommes habitués n’apparaît, elle aussi qu’avec l’imprimerie.

Clermont-Ferrand, Impr. R0036, f. 1. Les débuts de la page de titre moderne. (cliché IRHT, source : http://www.enluminures.culture.fr/)

Quelque chose de cette incertitude se retrouve avec les textes numériques. Des contingences matérielles (rareté de l’encre, du parchemin et du savoir-faire) ont freiné l’émergence de l’auteur et de l’œuvre comme entités identifiables. Des contingences matérielles inverses (surabondance des matériaux d’écriture, de la production et des capacités rédactionnelles) sont en train de produire un résultat assez approchant : l’auteur, et surtout l’œuvre, se diluent. Il est si facile de modifier son propre texte que l’on voit mal qui, relisant trois mois après un ancien billet de blog résisterait à la tentation d’en corriger une coquille, d’opérer une mise à jour, de supprimer un paragraphe qui lui fait honte. Voici ressuscité le mécanisme des variantes de copie… Pour peu que dans l’intervalle quelqu’un ait publié sous forme de citation un extrait du billet en question, voilà deux versions du même texte qui circulent ! Un texte, une vidéo a du succès et se met à tourner sur le web ? Il y a gros à parier qu’un admirateur inventif va un jour ou l’autre l’agrémenter, en cours de route, d’un petit ajout, anonyme bien sûr. Et bientôt tout le monde connaîtra l’œuvre sous une forme ou l’autre, mais sans se soucier le moins du monde de savoir qui en est l’auteur. Exemple typique, cette savoureuse vidéo sur le passage du rotulus au codex (notre ‘livre’) qui circule çà et là avec des sous-titrages dans une langue ou une autre, mais dont on peine à identifier l’auteur, et qui est plus ou moins longue suivant les versions ! Et cela ne vaut pas seulement pour le genre mineur qu’est le blog : l’un des principaux problèmes que les dépôts d’archives ouvertes sont en train de créer (tout en essayant de le résoudre) est celui des versions. Si l’on définit un article par son titre et son auteur, pour peu qu’il y ait des différences entre la version publiée sur le site de l’éditeur et celle qui va se trouver dans un dépôt d’archives (ce qui est fort logique pour les raisons de droit que l’on connaît), laquelle sera « la vraie » ? Tout cela sans parler du plagiat, mentionné ci-dessus et qui, en tant qu’industrie du recyclage littéraire, semble promis à un développement durable, bien qu’il constitue une évidente pollution intellectuelle.

Bref, la production écrite numérique de masse me donne parfois l’impression de refermer une parenthèse de quelques siècles durant laquelle l’œuvre et l’auteur sont devenus centraux, pour revenir à une situation plus floue, où la substance du texte elle-même, voire sa signification, reprend le pas sur le contenant intellectuel (l’œuvre) et sur la personne qui l’a bâti (l’auteur).

On pourra trouver le constat réjouissant (enfin, la pensée se libère du carcan injustement imposé par cette basse technique, l’imprimerie, et renoue avec la liberté qui était celle des médiévaux !) ou effrayant (nous rentrons dans une ère d’irrépressible pillage et d’irrémédiable perte des repères intellectuels, c’est le retour au Moyen Âge !) . On pourra aussi trouver que la hauteur de vue de mes propos  avoisine celle d’un ballon de rouge posé sur le zinc du Café du commerce.  Peu me chaut : j’ai trouvé prétexte, et cela suffit à mon bonheur, à faire clapoter ensemble dans l’alambic deux essences hautement sympathiques aux papilles : le numérique, qui me fournit ma subsistance, et le Moyen Âge, à qui je dois quelques-unes des plus belles émotions intellectuelles de mon existence.

J’en profite même, toute honte bue et le ballon de rouge à la main, pour saluer ici d’un toast la mise en ligne, par d’anciens collègues, d’un magnifique corpus d’initiales enluminées. Je ne sais pas si Internet est particulièrement médiéval, mais à regarder le travail accompli aujourd’hui pour rendre justice au travail accompli hier, je me prends à songer que s’il y a un univers intellectuel et esthétique qui mérite d’être ressuscité sur Internet, c’est bien le Moyen Âge.