La formation des doctorants côté bibliothèque numérique, aperçu et évolution

Classe d’écoliers en Pologne – ECHR blog – Antoine Buyse

La BCU développe la formation des utilisateurs de trois manières :

  • en intégrant les enseignements aux cursus disciplinaires, notamment en partenariat avec les UFR de Staps et de Sciences et Techniques – ce qui donne lieu à évaluation et prise en compte d’une note sur les bulletins des étudiants ;

  • en intégrant le parcours de pré-rentrée des première année de Licence ;

  • et, pour le cas qui nous intéresse, en proposant un module parmi ceux à choisir pour valider le cursus de doctorat – les étudiants doivent sélectionner trois modules au choix par an à suivre.

Dans le cadre de la formation des doctorants, la BCU s’est insérée dans les modules proposés par le collège doctoral, qui réunit l’ensemble des écoles doctorales et étudiants des deux universités au sein du PRES Clermont Université. A ce titre, la bibliothèque cherche à toucher une frange élargie des jeunes chercheurs.

Le principe est le suivant : deux jours par module, soit environ 15h d’intervention, où se succèdent plusieurs collègues selon le contenu des présentations : contexte général de la thèse et de la recherche (ANR, AERES, classements internationaux, rentabilité, publications, etc.), archives ouvertes avec HAL et TEL comme exemples, les droits d’auteur, le stylage de la thèse et dépôt électronique, les références bibliographiques, Zotero et les outils de recherche en ligne et grandes ressources électroniques par discipline.

Au sein de la formation prodiguée par les bibliothécaires, la bibliothèque numérique prend en charge une heure d’atelier sur la feuille de style et le dépôt électronique. Il s’agit d’expliquer dans les grandes lignes les modalités de dépôt et montrer aux doctorants la feuille de style qui leur est proposée sous Word et OpenOffice, avec les manipulations principales à connaître.

Premiers retours des étudiants : les besoins sont très diversifiés, pour ne pas dire disparates. C’est qu’en effet le collège doctoral propose les modules à tous les doctorants et les inscriptions sont indifférenciées, qu’ils soient en première, deuxième ou troisième année, en sciences humaines ou en santé, en droit ou en sciences dures.

L’inadéquation est creusée également selon le contenu présenté par les professionnels : alors que la bibliographie semble peu utile pour une partie d’entre eux – excepté en début de première année –, Zotero et le droit d’auteur sont plébiscités, mais là encore, pas par tous.

Pour ce qui est de la feuille de style, le fossé se situe dans les pratiques entre les doctorants en sciences dures et les autres. Les premiers utilisent LaTeX, qui permet une mise en page et un stylage plus élaborés que la feuille de style attachée à Word ou OpenOffice, et la BCU ne présente pas ce logiciel (les étudiants ont d’ailleurs déjà de solides connaissances avant de commencer leur thèse, ce qui rend inutile la présentation de LaTeX). Les seconds ont souvent peu de connaissances concernant le stylage, même s’ils ont tous effectué un mémoire de master 2 auparavant.

A partir de cette expérience, la bibnum s’est demandée ce qu’elle pouvait apporter en plus à la formation des utilisateurs, ou FUT pour les intimes. Toujours prête à nouer des liens avec les autres services universitaires, elle s’est rapprochée de CréaTICE, centre de ressources, d’expérimentation et d’accompagnement pour la création de contenus pédagogiques numériques. Il s’agit de penser la formation documentaire et ses corollaires au niveau virtuel, en créant des contenus pédagogiques sous format vidéo, pour dépasser le tutoriel PDF et compléter les interventions orales face aux étudiants.

Un tutoriel vidéo ne remplace pas une explication sur support papier ou PDF, ni une intervention orale. L’enjeu d’une démonstration audiovisuelle est d’ordre pratique et très précis : on montre une manipulation spécifique, on fait un choix de préférence dans les différentes solutions permettant d’arriver au même résultat car on est limité dans le temps (pour un impact maximal, les vidéos ne doivent pas durer plus de 2 à 4 minutes). Un support textuel permet, quant à lui, d’exposer plusieurs cheminements possibles, de décomposer le processus de recherche.

Comment obtenir ces tutoriels vidéo ? CréaTICE dispose de matériel et d’équipements intéressants pour la réalisation de ceux-ci : outre le logiciel de base proposé par Mac, l’équipe dispose de Camtasia, également utilisé par le webdesign librarian Lee Wang à la Yale school of medicine (un exemple ici), et de Captivate. Ce dernier nécessite une prise en main plus approfondie car il est plus complexe d’utilisation et plus lourd à mettre en œuvre, notamment pour ce qui concerne la post-production.

A ces logiciels s’ajoute également la possibilité de dynamiser ses prises vidéo grâce à un TBI, aka Tableau Blanc Interactif. Au lieu d’effectuer les manipulations et de parler assis devant un ordinateur, l’intervenant évolue debout devant un tableau sur lequel est vidéoprojeté l’écran. Le stylet permet un fonctionnement semblable à une table graphique qui serait placée à la verticale : le fait de pointer sur le tableau agit comme si l’on cliquait à l’aide d’une souris.

Les tutoriels vidéo vont venir enrichir les plateformes d’enseignements liées aux ENT des universités, ce qui permet potentiellement, par ce nouveau moyen de diffusion, d’atteindre le public étudiant.

Panoramix – Astérix et Obélix – Goscinny et Uderzo copyright

Mais pour l’heure, on fait un casting de voix dans le service pour savoir qui enchantera de son timbre mélodieux les oreilles des étudiants…

Cherche modèle économique espérément

 

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR) 

 

La science était une grande romantique. Elle rêvait de gratuité, aspirait au paradis perdu du désintéressement originel. Las, elle ne rencontrait que des Elvire qui se fendaient à peine d’un carnassier sourire avant de lui allonger un bon direct, pour la dépouiller de son précieux trésor de connaissance et le monnayer à prix d’or sur Internet. La science avait le coeur brisé. Elle qui voulait tout donner, voilà qu’on lui avait tout pris.

Alors comme tant d’idéalistes déçus, lasse de ces soi-disant soupirants qui parlaient d’amour de la science et ne songeaient qu’à lui dérober ses articles, ayant touché le fond de la désillusion romantique, elle se rabattit sur les petites annonces.

Monde univ. et scfique, dans la force de l’âge, intellig. et désintéressé, rechche modèle écon. pour édit. scientif. libre et projets à long terme. Open access exigé. Pas sér., non viable économqt ou trop cher s’abstenir.

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)

 

Et ce fut la cohue, les modèles se bousculaient au portillon pour répondre à l’annonce, un bouquet dans une main et un contrat dans l’autre,  clamant haut et fort leur amour pour l’open access.

 

Examinons d’un peu plus près ces frétillants top-modèles.

Évacuons d’emblée celui qui, présenté en fanfare par les éditeurs, entre autres notre vieille amie Elvire, propose l’open access à l’article: l’auteur veut « libérer » son article ? Il lui suffit de verser 2 à 3000 $ à l’éditeur. La pratique n’est pas sans rappeler le rachat de captifs aux pirates méditerranéens de jadis : l’éditeur, en fieffé forban qu’il est, accroît ainsi d’un petit revenu supplémentaire (la rançon individuelle) le tribut annuel qu’il perçoit (l’abonnement collectif de l’institution). Pour la galerie, il se rachète une conduite et peut écrire sur son site : regardez, je fais de l’open access ! Bénéfice infinitésimal pour les lecteurs non abonnés, la muraille de l’accès à la science est percée de quelques petits trous qui laissent passer la lumière (moins de 5% des auteurs acceptent de payer rançon). Intérêt pour la science : zéro. De façon assez amusante, l’éditeur assure que le jour où tous les auteurs paieront pour l’accès libre à leur article, le coût de l’abonnement diminuera. Demain, on publie gratis.

Vous pouvez disposer, nous avions dit « pas sérieux s’abstenir ». Au suivant de ces messieurs.

Le second candidat ressemble bien un peu au premier par le costume, mais s’avère bien plus sérieux vu de près. Il systématise le principe de l’auteur-payeur et l’applique à une revue entière. C’est le modèle PLOS : l’auteur (en pratique, l’institution dont il dépend) verse 1350 à 2900 $ à l’éditeur lorsque son article est accepté pour publication. Et l’accès est totalement libre. On voit bien le gain par rapport au modèle précédent, qui cumulait les coûts d’abonnements et d’auteur-payeur. Et là, le lecteur non abonné voit enfin s’écrouler le mur de l’accès. Seul problème, l’institution de recherche, elle, se cogne au mur de l’argent… Elle était habituée à financer des abonnements à des revues, en aval donc, et voilà qu’on lui demande maintenant de l’argent en amont. Ce modèle, crédible financièrement (PLOS semble se porter très bien) et scientifiquement (l’accès libre stimule vigoureusement l’activité scientifique), pose le problème de la transition de l’accès payant à l’accès libre. On ne peut financer en amont que si, en même temps, on parvient à financer moins en aval.

Un peu plus jeune et encore discret, un autre candidat vient de faire son entrée dans la foire aux modèles économiques d’accès ouvert : Freemium. Le vocable greffe sur le free de l’accès gratuit un morceau du premium, le qualificatif en business slang des offres payantes haut de gamme. Appliqué aux revues : ce qui est gratuit, c’est l’accès aux articles en HTML, mais le service plein (accès au PDF, statistiques d’usage, etc.), est réservé aux abonnés. Exemple : Open edition, la plateforme qui édite Revues.org. On voit bien les atouts du système : le mur de l’accès s’effondre, puisque tout le monde peut voir les articles, même les non-abonnés ; le mur de l’argent aussi, puisque si une institution ne peut pas payer, elle se trouve simplement versée dans la catégorie dès non-abonnés, mais ne perd pas l’accès. Constatant que l’argent nécessaire au financement de l’activité de publication est actuellement disponible via les bibliothèques, les inventeurs du modèle Freemium tentent de rendre compatible le libre accès et l’abonnement par un modèle qui tient à la fois de la contribution volontaire et du modèle commercial. La faiblesse du modèle tient à la question que se pose toute bibliothèque quand elle en entend parler pour la première fois : « Pourquoi payer pour ce qui est gratuit ? ». Pour que le modèle vive, il faut qu’à cette question puisse être répondu :

  1. parce que vous ne paierez pas cher
  2. parce que ce n’est pas gratuit de publier de la science et que si les bibliothèques ne financent pas l’accès libre, c’est Elvire qui en profite.

Le modèle s’appuie donc sur une forme de contribution volontaire (qui ne paie pas perd — et qui contribue gagne — assez peu) et repose sur un engagement politique des institutions de recherche en faveur de l’open access, engagement facilité par la modicité des sommes demandées. D’ailleurs le modèle se met en place dans des revues qui sont déjà en accès libre et qui veulent aller vers l’autofinancement, mais on imagine assez mal qu’il puisse venir à l’idée d’un éditeur commercial de le tester : la perte financière, compte tenu des marges actuellement empochées par les grands éditeurs en ligne, serait certainement abyssale.

Il paraît clair que les trois prétendants (et d’autres encore) vont coexister dans l’avenir proche. Les gros éditeurs s’emploient à faire passer pour crédible le modèle à l’article, et on ne peut que souhaiter, pour la bonne santé de la science, qu’ils y échouent ; les arguments abondent en faveur du modèle auteur payeur à la revue. Il s’agit d’un modèle d’open access sans restriction (à la différence du freemium) qui a le mérite d’être viable économiquement et fonctionne déjà très bien dans certains secteurs disciplinaires (en sciences dures). On peut certes lui reprocher une forme de sélection par l’argent (seuls les riches vont pouvoir publier, disait récemment un enseignant chercheur en commentaire) mais cette sélection s’exerce bien plus encore avec le système d’abonnement payant qui domine pour l’instant. Quand bien même seuls les riches pourraient publier, si déjà les pauvres pouvaient lire…

Les bibliothèques auront évidemment une affection instinctive pour le troisième modèle, freemium, qui les place au centre du jeu, mais il a surtout sa chance là où les enjeux financiers restent modestes. Il est donc assez logique de le voir s’étendre dans des disciplines aux revues traditionnellement peu coûteuses — en gros en sciences humaines. — tandis que le modèle auteur-payeur prospère dans les sciences dures, aux tarifs aussi plus durs.

Il y a en tout cas quelques moyens d’aider à l’amorçage d’un cercle vertueux en direction de l’open access — si tant est qu’un cercle puisse avoir une direction (disons une spirale vertueuse ?). La première est évidemment de contribuer financièrement au succès des modèles de type freemium. La dépense est faible, le profit pour le monde scientifique évident. La seconde est de militer pour que les établissements provisionnent des fonds pour les revues de type auteur-payeur. Laboratoires et composantes universitaires défendent volontiers la préservation d’un budget documentaire même quand une grosse BU existe. Ne pourrait-on concevoir qu’il soit plutôt fléché pour le financement des publications auteur-payeur, tandis que les bibliothèques financeraient plutôt les abonnements freemium ? On créerait du même coup une incitation, pour les chercheurs, à travailler en mode auteur-payeur, donc à moins publier dans les revues à accès payant. Car l’éditeur qui vend a beaucoup d’atouts et les utilise avec une remarquable intelligence. Mais si la science ne lui livre pas ses articles, il aura bien du mal à les vendre.

La science aspire à un amour désintéressé ? Il ne tient qu’à elle de résister à ces beaux parleurs qui ne pensent qu’à monnayer ses charmes.

 

Signaler correctement les périodiques : mission impossible ?

Suite au changement de version de notre SIGB et à l’abandon de notre portail documentaire, nous avons mis en ligne une nouvelle version de l’OPAC AbsysNET en février 2011. Cela a nécessité un paramétrage initial puis quelques ajustements. Mais tout au long de ce travail, nous nous sommes heurtés à la difficulté de concevoir une présentation ergonomique de nos collections de périodiques. Comment afficher les données ? Et d’ailleurs, quelles données afficher ?

Casse-tete - Threaded Cube de Marc Brette, sur Flickr

Les périodiques sont des ressources continues. Le SIGB peine à rendre compte de cette dynamique de publication. Il gère assez mal le flux. Et pour le faire, il multiplie les lieux : les données bibliographiques sont intégrées au catalogage, les données locales sont précisées grâce aux exemplaires, et les données d’abonnement sont gérées par le bulletinage. On dispose donc de nombreuses informations qu’il faudrait regrouper à destination du lecteur.

Quelles données ?

Il faut tout d’abord déterminer de quel périodique on parle. C’est la notice qui donne toutes les informations de signalement.
Il faut ensuite préciser les contours de notre collection. C’est le bulletinage qui rend compte de l’état de collection et de la présence des numéros dans la ou les bibliothèques du réseau.
Il faut enfin prévoir les modalités de circulation des fascicules. Ce sont les données d’exemplaires qui permettent le prêt, mais indiquent aussi la localisation dans la bibliothèque.
Il suffit d’afficher tout cela, me direz-vous. Oui, c’est ce que fait l’OPAC actuellement, mais ce n’est pas satisfaisant car les données sont parfois redondantes tout en n’étant pas identiques. Par exemple, le titre La science et la vie est signalé par la notice (champ Numéros disponibles) comme constituant une collection dans quatre bibliothèques du réseau. Ces quatre collections ont évidemment des périodes de couverture différentes (onglet Collections). Or, les données de bulletinage ne rendent pas compte de toute la collection, le bulletinage informatique rétrospectif n’ayant pas été réalisé. De même, les exemplaires associés à la notice et aux quatre bibliothèques forment un ensemble incomplet au regard de l’état de collection mentionné dans la notice (onglet Où le trouver). Et cet ensemble constitue une liste assez peu lisible sur le catalogue.
Bref, l’information donnée au lecteur est confuse. Comment la rendre claire ?

Quelle présentation ?

Si tout le monde s’accorde à dire qu’il faut fournir seulement l’essentiel, à savoir les informations relatives au titre, les différentes localisations, et les états de collection à jour, personne ne s’entend en réalité sur la définition des données primordiales. Des partisans du seul titre (champ 200) à ceux de tout l’historique (champs 4XX), l’éventail est large. Et si l’on indique les variations qu’a subi le titre, faut-il les lier systématiquement avec les collections que l’on détient aussi ?
Nous en sommes là de notre réflexion. L’exhaustivité de l’information donnée contre l’ergonomie du catalogue.
Avec la perspective d’un nouveau catalogue, basé sur un outil de découverte, ces questions vont se poser de manière encore plus cruciale, car les périodiques imprimés côtoieront les ressources électroniques et qu’il faudra proposer au lecteur une ergonomie unifiée. Or, il faudra faire avec l’existant : une base de données hétérogène (bulletinage exhaustif, partiel ou inexistant, exemplarisation systématique, partielle voire inexistante, etc.) résultant de pratiques multiples (23 succursales dans le SIGB) et historiques (stratégies de contournement des contraintes techniques).

Quelle solution ?

Si nous arrivons à prendre une décision concernant le signalement des périodiques, il faudra entreprendre un travail considérable sur les données historiques, travail qui n’a jamais été fait lors des migrations précédentes. Il s’agirait alors de présenter, à l’instar des collections électroniques, l’ensemble des numéros d’une collection, triés par année de publication.
Et chez vous, comment faites-vous ?