Polnum : premier bilan automne-hiver 2011-2012

Projet EVE : illustration de la revue Fillette, Domaine public

Après une première saison (volcanique ? rugbystique ? mode ? climatique ? bibliclic ?) à la bibnum, il est temps d’embrasser dans son ensemble les avancées de la politique de numérisation dont je suis chargé.

Une première phase a été menée pour formaliser la politique de numérisation de la BCU, fondée non pas sur ses collections pour constituer une bibliothèque virtuelle en écho – comme c’est souvent le cas pour les bibliothèques possédant un fonds patrimonial important – mais sur la recherche clermontoise. Chaque projet de numérisation est donc développé au sein de projets de recherche et avec les laboratoires et enseignants-chercheurs comme partenaires.

La numérisation devient ainsi un instrument de la valorisation scientifique et participe des services de la BCU proposés aux structures du PRES Clermont Université, et plus largement diffuse les activités de recherche en ligne. C’est un moyen de faire connaître la BCU sur ces nouvelles missions, de l’impliquer dans les évolutions des services et structures qui l’entourent (CRRI, CréaTICE, UFR, laboratoires de recherche au sein de l’UBP notamment) et de collaborer avec des partenaires extérieurs au PRES.

 Quatre projets étaient en cours ou sur le point de commencer lorsque je suis arrivé en juillet 2011. Que sont-ils devenus depuis ?

Les carnets du géologue Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur un site dédié, et le comité de pilotage se réunit régulièrement pour l’enrichir et faire évoluer les contenus et l’ergonomie : d’autres carnets sont en cours de chargement, et des documents du géologue conservés au Muséum Henri-Lecoq, partenaire du projet, vont bientôt les rejoindre après numérisation et indexation (documents photographiques principalement). Dans le même temps, le service de la bibnum réfléchit à un feuilletage plus pratique ainsi qu’à une nouvelle présentation de la vitrine. Le site est dores et déjà moissonné par Isidore, et bientôt sera visible dans Gallica.

 Le projet EVE entre dans une nouvelle phase : le site internet, produit par un prestataire extérieur, rejoint en mars prochain les serveurs de la BCU, et de nouvelles modifications seront effectuées avant de le rendre visible en ligne. Toutes les collections sauf une sont numérisées, indexées, scénarisées pour les contenus pédagogiques, et chargées sur le site. L’objectif est de réunir toutes les personnes impliquées dès réception du site afin de déterminer les modifications et évolutions à apporter à celui-ci, ainsi que le calendrier y afférant, puis de le rendre rapidement accessible au plus grand nombre en l’exposant visiblement sur internet.

 ThinkMotion est achevé pour la phase de numérisation des collections concernant la BCU, soit une quinzaine de documents. Un bilan est effectué régulièrement avec l’IFMA, une réunion d’étape aura lieu ensemble avec les partenaires européens à Aachen fin mars. La BCU attend les documents de l’ISTEA pour les numériser et les transmettre à l’IFMA. Par ailleurs, elle réfléchit à utiliser ce matériau comme tremplin pour un projet autour de la mécanique agricole, projet qui serait porté par des laboratoires clermontois de la MSH.

 La numérisation des herbiers de l’Institut des herbiers de Clermont-Ferrand a débuté fin janvier et pris son rythme de croisière. Actuellement, deux herbiers ont été numérisés : chacun comportait deux presses – cartons rassemblant plusieurs parts, c’est-à-dire les feuillets sur lesquels sont collées les plantes et leurs descriptions – de taille variable, le premier herbier étant composé de 325 parts, le second de 463 parts. Ce sont donc près de 800 parts qui ont été numérisées en 4 semaines. Un nouvel herbier vient d’arriver, qui compte une vingtaine de presses. Voilà du travail en perspective, qu’il faut transformer en vrai projet scientifique – les herbiers constituent en effet une entorse à la règle du 1 projet de numérisation = 1 projet de recherche, justifié en partie dans la mesure où l’institut qui les conserve est un département du PRES tout comme la BCU ; il s’agit donc d’un soutien apporté à un partenaire de facto.

Quels sont les projets en gestation, et les nouveaux défis ?

Côté projets : de plus en plus de laboratoires, d’enseignants-chercheurs et de structures qui entendent parler de numérisation se tournent vers la BCU, ce qui entraîne une certaine effervescence dans les projets, effervescence liée aussi à l’explosion des programmes/axes de recherche dans un contexte de quantification exponentielle et de productivité réclamée aux chercheurs. Pour n’égrener que les plus représentatifs, en les classant du plus imminent au plus hypothétique, on peut citer : l’atlas minéralogique de Lavoisier possédé par le Muséum Henri-Lecoq qui souhaite le mettre en valeur sur une borne interactive dans ses nouveaux espaces de collections permanentes, la numérisation de la revue Siècles du laboratoire du CHEC (MSH) avec océrisation puis édition en ligne, les factums de la cour d’appel de Riom, projet de recherche sur ces mémoires de juristes du XIXe siècle conservés au tribunal où ils ont été déposés, un projet ANR Corpus sur la création d’un corpus numérisé autour des éditions allemandes et françaises des contes de Grimm dont c’est cette année le bicentenaire de la première édition (résultat sur l’acceptation du dossier par l’ANR au printemps prochain), un projet sur l’histoire de la mécanique agricole avec les historiens du CHEC (MSH) et éventuellement d’autres partenaires comme la MSH de Caen, la réalisation d’un portail sur Blaise Pascal et Port-Royal, l’accompagnement d’un programme de recherche de la MSH transdisciplinaire sur la représentation de l’Auvergne dans la cartographie ancienne et l’iconographie, intitulé Opus/Locus, et un partenariat entre institutions qui promeuvent la danse et la recherche sur la danse.

Côté défis :

  • il faut articuler le calendrier 2012, et prévoir déjà 2013, ce qui relève de la gageure puisque les projets subissent des aléas parfois conséquents dans leur avancement et leur organisation. Une première mouture de calendrier, après l’expérience des deux premiers mois de 2012, est présentée à tous les responsables de services cette semaine, avec l’idée qu’il demeurera une trame flexible donnant une direction et des objectifs optimistes à atteindre ;

  • l’archivage et l’indexation des métadonnées. Là, c’est plus compliqué. Il s’agit de penser à la conservation des fichiers et données numériques issus des projets de numérisation. Cela suppose de prendre en compte deux paramètres : d’une part l’évolution des supports sur lesquels sont archivées les données, d’autre part l’obsolescence des formats de ces données mêmes.

    A ma connaissance, tous les types d’archivage sont envisagés selon les moyens des établissements : à la BU de Rennes 2, l’archivage consiste principalement en la sauvegarde multiple sur support disque dur externe, donc surtout maintien du support. A la BnF, avec laquelle je suis en contact notamment grâce à Sébastien Peyrard, tout un service est consacré à l’archivage et à l’élaboration d’un système « maison » dit SPAR, qui utilise notamment les méta-formats METSet PREMIS. Me penchant un peu plus sur les méta-formats METS et PREMIS, je m’aperçois que la complexité, lorsqu’on est tout seul sur le sujet, n’est pas tant la compréhension de leur fonctionnement que leur mise en œuvre. En effet, la création de fichiers type METS, qui structurent en les englobant toutes les métadonnées et les fichiers d’un même objet numérique, suppose une spécialisation que même les informaticiens des différents services que j’ai pu interroger à Clermont-Ferrand ne maîtrisent pas forcément.

Encore de délicieux moments en perspective…

HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal



Une messagerie pour deux systèmes : cas de Thunderbird sur un pc en dual-boot

Quiconque ayant un jour fait preuve de suffisamment de curiosité, ou ayant eu l’esprit aventureux au point de sortir des sentiers balisés des systèmes d’exploitation que je qualifierai pudiquement de « pré-installés » s’est inévitablement tourné vers GNU/Linux…

En bon camarade, GNU/Linux, toutes distributions confondues, vit bien la cohabitation avec un système Windows préexistant. Pour peu que ce dernier lui en ait laissé la place, GNU/Linux s’y installe sans plus de difficulté et les deux systèmes vivent alors sur le mode de la coexistence pacifique…

Certes Windows demeure superbement indifférent à Linux, incapable qu’il est de déchiffrer son système de fichiers. Linux, plus agile, sait lire et écrire sur des partitions NTFS, ce qui au passage en fait un outil pratique pour récupérer les données et parfois même réparer un Windows cassé…

Cependant quiconque ayant un jour fait l’expérience du dual-boot sait que l’on se retrouve immanquablement confronté à des choix. Disposer de deux systèmes est à coup sûr un confort, et la certitude de revenir facilement à un environnement familier. Pour l’utilisateur dont Linux est devenu le système principal mais pour qui Windows reste indispensable (une application propriétaire sans équivalent et ne fonctionnant pas sous Wine, par exemple) le dual-boot offre une souplesse bienvenue…

Mais dans ce contexte, quid de l’accès aux données déjà présentes sur l’ordinateur ? En particulier aux données déjà enregistrées dans certaines applications tournant sous Windows, ces dernières étant entièrement configurées… vous voyez sons doute où je veux en venir ? Je pense bien évidemment à la messagerie électronique.

ThunderbirdCertes on peut résoudre la question en utilisant exclusivement un webmail, ou en redémarrant son pc pour consulter ses mails, mais sincèrement, quel ennui.

Pour peu que l’on respecte quelques conditions préalables, il est toutefois possible de disposer d’une seule messagerie pour les deux systèmes. Supposons que l’on était auparavant un utilisateur « éclairé » de Windows préférant un client de messagerie open-source, en l’occurrence Thunderbird.

Il nous faut installer dans notre beau système GNU/Linux en dual-boot le même Thunderbird, ou tout au moins une version majeure identique (au moment ou j’écris ces lignes, la version dans les dépôts Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » est la 3.1.16 et celle présente sur ma partition Windows XP est la 3.1.18) ce qui peut se faire ainsi :

$ sudo aptitude install -r thunderbird

 Si cette version vous semble trop archaïque, ou bien que votre messagerie Windows est déjà un Thunderbird 10.0 flambant neuf pas de problème, il suffit d’aller, si j’ose dire, « à la source » : https://launchpad.net/~mozillateam/+archive/thunderbird-stable et d’ajouter le dépot ppa de Thunderbird avant de procéder à l’installation.

$ sudo add-apt-repository ppa:ppa.launchpad.net/mozillateam/thunderbird-stable/ubuntu maverick main

puis via Synaptic ou plus prosaïquement en ligne de commande :

$ sudo aptitude update && sudo aptitude install -r thunderbird

A ce stade nous disposons donc de Thunderbird dans les deux systèmes, il convient donc de configurer le client Linux afin qu’il aille chercher l’intégralité des données de la messagerie déjà installée sous Windows, c’est à dire bien sûr le texte des messages, les pièces jointes mais également la totalité du carnet d’adresses, les filtres et plus important, la configuration du ou des comptes, mots de passe inclus… sans oublier les modules complémentaires !

La partition  windows est en général accessible via le menu « raccourci » de Gnome, le point de montage étant /media/WINDOWS si le disque ne porte pas de nom particulier. Le répertoire contenant les dossiers de la messagerie se trouve alors, si l’on est sous XP

/media/WINDOWS/Documents and settings/Nom_de_l'utilisateur/
Application Data/Thunderbird/Profiles/xxxxxxxx.default

(xxxxxxxx étant une valeur alphanumérique propre à chaque installation). Sous Vista ou Seven, le répertoire de l’application est à chercher du côté de /Users/Profiles…

On doit maintenant éditer le fichier de configuration de Thunderbird, que l’on trouve dans le répertoire .thunderbird de son home directory et qui se nomme profiles.ini

$ cd .thunderbird/
$ sudo vim profiles.ini

et là on remplace la variable path existante par le chemin décrit plus haut

Path=/media/SYSTEME/Documents and Settings/utilisateur/
Application Data/Thunderbird/Profiles/m31xts4b.default

On n’a plus qu’à enregistrer les modifications et lancer Thunderbird pour retrouver sa messagerie à l’identique, entièrement configurée et toute prête à être utilisée…

A chaque démarrage cependant, il faudra penser à monter sa partition windows avant de lancer Thunderbird sous peine de recevoir en plein figure un beau message d’erreur…

Rassurez-vous, Linux pense aux étourdis et offre la possibilité de monter automatiquement une partition au démarrage, ce qui se fait en éditant le fichier /etc/fstab

$ sudo vim /etc/fstab

auquel on ajoutera une ligne comme celle-ci, après avoir examiné la sortie de la commande sudo fdisk -l et par sécurité fait un cat /etc/mtab

périphérique  point de montage  ntfs-3g   rw,user,auto,gid=100,uid=1000,nls=utf8,umask=002  0  0

périphérique est à remplacer par /dev/sda1 et point de montage par /media/WINDOWS, la plupart du temps (à adapter à votre système, quoi qu’il en soit).

Et après ça vous devriez arriver à lire vos mails quel que soit votre système !

Elsevier : la première bataille

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : « Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur. » Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : « Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés ». C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 « It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it? »

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/