Ouvrez vos Fenêtres® sur le monde (du logiciel) libre…

Tux
Tux

Le mail est arrivé lorsque j’étais absorbé par la lecture du précédent article de ce blog, Ma première install-party… Mon chef vénéré, mais chef néanmoins, me rappelait avec bienveillance que je n’avais encore pas apporté ma contribution aux parutions hebdomadaires de notre blog. Fort de cette pression amicale et encore tout imprégné de ma lecture, je vous propose donc une tribune –libre, cela va de soi– où il sera tour à tour question, un peu en vrac je le concède, d’install-party, de choix cornéliens, de cyberespace et de manchots paradoxaux…

En passant par l’install party
Olivier l’ayant très bien décrit dans son article, je ne m’attarderai pas davantage sur cet évènement sinon pour dire que c’était une première pour moi aussi, et que j’ai beaucoup appris de cette expérience, à laquelle j’ai été ravi d’apporter ce que je n’aurais pas l’outrecuidance d’appeler « expertise » mais plus modestement de « savoir-faire ». Il me semble plus à propos de formuler la chose ainsi, l’idée même d’une install-party étant justement l’occasion de transformer le savoir-faire en faire-savoir… N’étant pas prosélyte et encore moins rhéteur,  je ne saurais convertir autrui aux logiciels libres par de longs discours, fussent-ils pertinents et techniquement étayés. En outre, je reste persuadé qu’il n’y a en la matière qu’une seule vertu : celle de l’exemple.
Néanmoins pour celles et ceux qui voudraient mettre en place un atelier semblable, je ne saurais trop conseiller que d’avoir sous la main un serveur DHCP, pour s’éviter une phase de configuration du réseau aussi fastidieuse qu’inutile (au sens où il faudra détruire cette configuration à l’issue de l’installation), l’attribution dynamique d’adresses IP étant en outre un standard de fait dès lors que l’on est connecté à une box ou un point d’accès wifi… Un équipement réseau gigabit accélèrera certainement le téléchargement des paquets logiciels, surtout s’il est couplé à miroir local des dépôts de la distribution GNU/Linux que l’on veut installer (quitte à devoir reconfigurer après coup les sources de logiciels pour l’utilisation dans le domaine public)…
Si j’insiste sur ces quelques améliorations visant à réduire la durée d’installation, c’est que le temps passe très vite quand on s’amuse et bien que l’on puisse faire profiter les participants de quelques digressions sur la généalogie des systèmes UNIX ou la philosophie de la licence GPL durant les phases de téléchargement et d’installation du système, il est finalement un peu frustrant de les lâcher au moment où cela devient vraiment intéressant, c’est à dire lorsque l’on a entre les mains un système GNU/Linux à s’approprier et à configurer…

De l’art de faire des choix
Une des questions centrales à ne pas éluder reste le choix de la distribution. De ce point de vue, l’offre est devenue en l’espace de quelques années réellement pléthorique et l’observatoire du libre qu’est le site http://distrowatch.com/ vous en convaincra mieux que moi. Passés les nombreuses distributions spécialisées servant à créer des pare-feu, des routeurs, des serveurs NAS et j’en passe, que reste-t-il donc ? Largement de quoi s’y perdre, je vous l’assure, ce qui ne contribue finalement pas à la dissémination des systèmes libres, mais je reviendrais plus tard sur ce point…
Choisir une distribution linux est finalement tout sauf neutre, car ce choix suppose une profonde adéquation entre les besoins et/ou les capacités de l’utilisateur et la philosophie portée par le système. L’agilité des systèmes GNU/Linux n’étant plus à démontrer, il faut tout simplement que l’utilisateur se sente à l’aise avec son système.
En ce qui concerne notre install-party, j’ai arbitrairement décidé d’installer Ubuntu et assumé ce choix, alors même que cette distribution malgré son réel succès est loin de faire l’unanimité parmi les utilisateurs de systèmes libres…
De mon point de vue, Ubuntu ne peut être mauvais, puisqu’il y a quand même de gros morceaux de Debian dedans. Par ailleurs, s’adressant à des utilisateurs novices (mais motivés) venus de Windows, le choix d’une distribution ouvertement tournée vers l’utilisateur et donc facile de prise en main était simplement évident, preuve aussi que les interfaces utilisateurs trop souvent jugées (à tort) frustes ou indigentes ont depuis longtemps laissé place à de magnifiques cliquodromes aux effets visuels propres à faire pâlir de jalousie le plus enragé des windowsiens intégristes !

Piégé dans le cyberespace ?
C’est d’ailleurs l’omniprésence (omnipotence ?) de Windows dans le monde de l’informatique personnelle et professionnelle qui m’a remis en mémoire un article de Roberto Di Cosmo intitulé Piège dans le Cyberespace (que je vous invite vivement à consulter si vous ne le connaissez déjà). Je l’ai lu pour la première fois il y a une bonne douzaine d’années, au tournant de l’an deux-mille (l’article en question date du 17 mars 1998, soit près de quatorze ans maintenant).
Et si j’insiste tant sur les dates, c’est que pour l’avoir relu avant d’écrire ces lignes, je reste frappé par le caractère actuel du propos… Il suffit de remplacer dans le texte orignal Windows 95 par Windows 7, Office 97 par Office 2010 pour avoir sous les yeux la peinture hyperréaliste du paysage informatique actuel, ce qui est finalement presque un constat d’échec quant à l’évolution sur près d’une décennie et demi pour le logiciel libre !
Cependant la situation a néanmoins beaucoup évolué et les applications open-source conquièrent progressivement la place occupée jadis par les seules applications Microsoft : Firefox ou Chrome pour les navigateurs, Thunderbird pour la messagerie, OpenOffice ou LibreOffice pour la bureautique pour ne citer que celles-ci…
C’est que faute d’avoir investi massivement le poste de travail d’utilisateurs finalement peu enclins au changement lorsqu’ils ne sont pas maintenus captifs des solutions proposées (imposées ?) par les éditeurs de logiciels commerciaux, les systèmes libres ont heureusement progressé sur d’autres terrains comme celui des consoles de jeux (Nintendo Wii) ou encore dans le domaines des terminaux mobiles, smartphones et tablettes (Androïd, et bientôt Chrome OS ?). En tant que telle, la diversification du champ d’application de l’informatique est en elle-même porteuse d’espoir, d’autant qu’elle est en adéquation avec la vitalité des communautés open-source.

Le paradoxe du manchot
Je l’évoquais plus haut, mais paradoxalement l’évidente fécondité de la communauté de l’open source, a tout pour désorienter le béotien, et partant freiner la dissémination du libre. Trop d’offre tuerait donc l’offre ?
Un autre facteur est aussi la versatilité : divergence d’opinion entre développeurs, choix d’un mode de licence, changement de partenariat, il n’en faut parfois pas plus pour qu’un projet forke, qu’OpenOffice diverge en LibreOffice, que Firefox soit rebaptisé Iceweasel (sur Debian)…
Face à ces monolithes que sont Windows et dans une moindre mesure MacOS, les systèmes GNU/Linux vivent clairement sur les marges, portés par une minorité agissante d’inconditionnels et d’enthousiasmes qui paradoxalement voient parfois d’un mauvais œil les efforts de démocratisation consentis par des sociétés commerciales (Oracle, Cannonical…) même si ceux-ci semblent aller dans le bon sens…
Que manque-t-il aux systèmes libres pour qu’ils atteignent enfin la place qui leur revient (quand on sait que ces mêmes systèmes UNIX / Linux sont présents sur près de 70 % des infrastructures de l’Internet) ? Un partenariat avec un grand constructeur d’ordinateur qui distribuerait ses machines dotées d’un systèmes GNU/Linux préinstallé comme l’ont tenté Ubuntu et Dell, pour un temps au moins, assurerait de toucher un large public…
Au delà de ces conjectures, j’en revient à l’étonnante vérité des chiffres qui ressortent de notre install-party : environ 120 personnes invitées, une douzaine de présents (soit les 10% de gens qui disent connaitre/avoir entendu parler de GNU/Linux) et au final 4 ordinateurs personnels convertis totalement ou partiellement au petit manchot… soit en considérant quelques biais à peu près 3%, ce qui représente la marge haute dans les estimations de part de marchés des OS libres pour les ordinateurs personnels…
Finalement, et puisqu’on n’est plus à un paradoxe près, on se dit que le choix de Tux le manchot comme mascotte de Linux n’est peut-être pas si fortuit ou innocent que cela (mais ironique, sûrement), puisqu’après tout les manchots sont des oiseaux qui ne volent pas (alors que le pingouin, si !).

Ma première install-party

Avant... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
Avant… (photo sous licence Creative Commons Zéro)

J’ai toujours rêvé de participer à une install-party.  Non que le mot revête à mes yeux tellement de charme : je serais preneur d’une traduction française compréhensible, mais je ne suis pas sûr qu’atelier festif d’installation de système libre, ni un scintillant néologisme tel que fêtelier informatique fasse vraiment l’affaire.

Usons donc du mot pour être compris, sachant que c’est la chose qui mérite l’intérêt : il s’agit de permettre, au cours d’un atelier à caractère mi-sérieux mi-ludique (qui est un peu la marque de fabrique du monde Linux), l’installation simultanée d’un système libre sur les ordinateurs de tous les participants, sous la houlette de quelques praticiens chevronnés.
On a déjà développé dans ce blog le grand intérêt des systèmes libres, et de nombreuses bibliothèques publiques proposent, parfois avec l’aide d’associations locales de soutien au logiciel libre, des install-parties pour leurs usagers ; mais les universités n’ont pas tellement emboîté le pas dans ce domaine, ce qui est un peu paradoxal quand on sait qu’elles forment un public abondant, jeune et a priori bien disposé à l’égard d’un système informatique à coût nul. Du reste, bien des étudiants n’ont pas attendu que leurs bibliothécaires s’intéressent au libre, et notamment dans les disciplines scientifiques, ils l’utilisent depuis longtemps déjà.

Soucieux, à titre professionnel de participer à la dissémination des systèmes libres à l’université et chez les étudiants qui n’y connaitraient rien ; tenté, à titre personnel, par l’installation d’un Linux sur ma vieille machine (vous savez, celle qui a 5 ans, qui met 6 minutes à démarrer sous Windows et 7 à ouvrir un document texte) ; bref, bien décidé à tenter l’expérience à la BU, j’ai demandé de l’aide aux collègues et nous avons organisé la chose à titre interne et expérimental, puisque nous avons sur place trois informaticiens tout à fait bien disposés envers le petit manchot.

Ma première Linux party a donc eu lieu le 9 février dernier, organisée par et pour des collègues, à titre d’expérience et de formation. Brève fiche pratique pour ceux qui voudraient faire de même, et pour nous-mêmes l’an prochain.

L’organisation générale
– faire un mail à l’ensemble du personnel et recueillir les inscriptions : une dizaine sur l’ensemble du réseau (quelques 120 collègues), ce n’est pas si mal. Nous avions fixé un plafond de 12.
– demander aux participants d’apporter leur machine deux jours avant pour pouvoir se livrer à un diagnostic de leur état : une machine trop ancienne (au-delà de 5 ans) pourrait ne pas bien supporter le passage.
– leur suggérer qu’un apport de type gastronomique était bienvenu (c’est tout de même une party).

La régie

La scène... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
La scène…(photo sous licence Creative Commons Zéro)

– réserver une salle à la BU et y acheminer le réseau nécessaire pour une douzaine de postes, mettre un vidéoprojecteur en place pour les démonstrations. La salle de formation classique ne se prête pas bien à cet usage (les tables sont déjà pourvues, donc encombrées, d’ordinateurs…), on a donc dévoyé une salle de réunion.

Embrouillamini de fils...
… et les coulisses. (photo sous licence CC-Zero)

– préparer les machines d’appoint (pour ceux qui n’apportent pas leur machine mais qui veulent juste voir comment ça se passe et manipuler le système) et les PC personnels déposés pour examen.

– choisir le système à installer (Ubuntu 10.04 en l’occurrence, pour ne pas surcharger les machines un peu anciennes que nous allions utiliser) et graver tous les CD nécessaires.
– animer la séance et assister au fur et à mesure ceux dont les machines donnaient des signes de faiblesse ou posaient des problèmes particuliers. Les trois collègues informaticiens disponibles ont largement suffi à la tâche, la procédure étant très bien balisée parce qu’ils sont surcompétents et surmotivés, bref des surhommes quoi.

Bilan au bout de 4 heures
Ubuntu version 10.04 est installé sur les dix machines : 4 PC personnels et 6 fournis par le service. Ces dix postes fonctionnent. Une intervention postérieure (trois minutes) sur les postes a cependant été nécessaire pour modifier les paramètres d’accès internet : ceux qui servaient lors de l’installation à l’intérieur de la BU, ne permettaient pas l’usage d’une connexion filaire extérieure, et le passage en DHCP n’est pas parfaitement géré par l’interface graphique du système.

Ma vieille machine est redevenue utilisable. Elle démarre en moins d’une minute et répond gentiment, et vite, quand je lui demande d’ouvrir un fichier.

Après ! (licence Creative Commons Zéro)
Après ! (photo sous licence Creative Commons Zéro)

Perspectives
– Organiser la même l’an prochain, mais cette fois pour les étudiants.
– Passer en dual-boot (système mixte Linux-Windows) au prochain renouvellement de postes de la bibliothèque numérique, puisque hélas notre SIGB ne tourne pas correctement sous Linux.
– … Et donc, bien sûr, changer de SIGB. Mais c’est un chantier d’une autre ampleur, donc une autre histoire et d’autres billets.

Du SIGB au catalogue et réciproquement

Une nouvelle période commence. Après 15 ans d’informatisation, de diversification des collections, de développement d’outils de gestion spécialisés, de tentatives d’intégration au sein de portails documentaires, il est temps de revenir à un système polyvalent que chaque bibliothécaire pourra maîtriser comme étant l’outil unique de l’établissement. Ces atermoiements techniques ont été dus aux évolutions des outils de gestion (back-office) et des interfaces publiques (front-office) qui n’ont cessé de se courir après.

Ainsi, à Clermont-Ferrand, avons-nous connu plusieurs époques et autant de conceptions de ce que devait offrir la bibliothèque à ces lecteurs. Après l’informatisation, en 1995, l’OPAC s’est imposé comme seul outil de recherche pour un public qui n’avait accès qu’à des collections imprimées. La conjonction du développement des collections électroniques, au début des années 2000, et du besoin d’adapter les services numériques aux différents publics (bibliothèque municipale et inter-universitaire) a conduit à la mise en ligne d’un portail documentaire en 2006. Celui-ci avait l’avantage de fournir aux publics une interface unique menant aux diverses collections via un moteur de recherche multi-bases.

Pieces de puzzle
Pièces de puzzle

Le problème, c’est qu’à mesure qu’on acquiert des collections électroniques, on multiplie les outils de gestion et on cloisonne les services. La grande majorité des collègues travaille sur le SIGB, donc sur les collections imprimées, tandis que quelques-uns, notamment au sein du service numérique, délaissent le SIGB au profit d’outils d’administration (portail, moteur) et d’outils hébergés chez les fournisseurs (base de connaissance et résolveur de lien, plateformes de diffusion de livres électroniques). Les deux mondes s’ignorent et les outils imposent leur logique.

La distorsion entre le back-office et le front-office est telle que les bibliothécaires en viennent à tenir un double discours : tandis qu’ils promeuvent auprès des usagers les fonctionnalités offertes par le portail, ils ne jurent que par leur outil professionnel, qu’ils maîtrisent bien, et continuent de l’utiliser en service public, au risque de laisser de côté une partie des collections lors de leurs recherches. On cherche à unifier l’outil de recherche d’un côté, tandis qu’on multiplie les modes de gestion et d’accès de l’autre.

La scission entre lectures publique et universitaire a été matérialisée en 2010 par l’adoption de deux systèmes de gestion documentaire distincts et par l’abandon du portail unique. Chaque réseau de bibliothèques possède désormais son SGB et son site web/catalogue. Il n’en reste pas moins que les ressources universitaires étant diversifiées, les outils de gestion sont multiples, tout comme les modes d’accès. Sur le site web des BU, nous avons dû créer autant d’entrées qu’il y a de types de ressources, car leur gestion n’est pas unifiée. Cela induit bien sûr une difficulté pour le public, qui doit repérer les types de ressources et répéter sa recherche dans les différents systèmes.

Nous sommes donc amenés à concevoir une nouvelle interface d’interrogation de nos ressources. Les outils de découverte (discovery tools) offrent une bonne alternative à notre site web. Basés sur un moteur de recherche, ils permettent d’interroger en un seul point les différentes sources que nous proposons. Nous testons actuellement Blacklight et nous essayons de le connecter à notre SIGB. Ce n’est pas si simple, les embûches techniques sont nombreuses, du fait de l’ancienneté technologique de notre produit. Partant de ce constat, nous songeons sérieusement à l’adoption d’un nouveau SIGB, plus moderne, qui offrirait plus de fonctionnalités mais surtout plus de souplesse d’exploitation.

Nous suivons donc avec attention le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé. Fondé sur l’examen de nouvelles solutions développées par certains fournisseurs, ce projet fédère les préoccupations de nombreuses bibliothèques, que nous partageons, à propos de nos données, de leur signalement et de nos organisations.

Retourner au système unique, polyvalent car gérant l’ensemble de nos activités : la boucle est bouclée.

Des statistiques pour améliorer nos développements

Le développement web devient une tâche rapidement complexe quand il s’agit de rendre un site compatible avec le plus grand nombre de navigateurs possibles. D’un côté, HTML5 ET CSS3 font course en tête et sont chaque jour un peu mieux pris en charge par les nouveaux navigateurs. De l’autre, Internet Explorer dans ses versions 6 et 7, freine l’utilisation des nouveaux langages qu’ils comprennent très mal, ou pas du tout. Ajoutons à cela, l’expansion des mobiles et tablettes nécessitant des feuilles de style dédiées et le casse-tête devient difficile à résoudre. Pour tenter d’y voir plus clair et adapter nos choix techniques en conséquence, nous pouvons utiliser les statistiques du site web (fournis par notre logiciel Piwik) qui fournit des informations détaillées sur les équipements de nos usagers.

D’abord, Piwik fait la distinction entre le nombre de visites et le nombre de visites uniques (un visiteur est alors compté une seule fois même si il visite le site plusieurs fois dans la journée). Les résultats sont sensiblement différents entre ces deux chiffres. Le nombre de visites est significatif des utilisateurs les plus actifs tandis que le nombre de visites uniques représente mieux la diversité des visiteurs. Voyons ce qu’il en est pour les navigateurs de nos usagers.

On voit que le navigateur Chrome est largement représenté (camembert de gauche) mais que c’est Firefox et Internet Explorer qui sont les plus utilisés (à droite). Quand on regarde les statistiques plus précisément, Internet Explorer 6 et 7 comptabilisent 10% des visites.

Pour les utilisateurs de mobiles, les chiffres sont surprenant. Leur proportion est de 10% en visites uniques et tombe à 1% quand on regarde leur activité sur le site (la catégorie « autres » contient des systèmes aussi incongrus que la playstation ou la nintendo wii).

Que conclure de ces chiffres ?

D’abord, la proportion des usagers d’Internet Explorer 6 et 7 n’est pas négligeable et les développements doivent tenir compte de leurs spécificités. Adieu donc les bonnes pratiques de développement en CSS et adieu également aux innovations de pointe proposées par CSS3. Nous pouvons cependant utiliser la technique de dégradation élégante qui permet de rendre le site compatible avec tous les navigateurs pour un rendu meilleur sur les plus modernes et moins bon sur les plus anciens.

Concernant les mobiles, leur proportion est loin d’être négligeable également mais leurs utilisateurs ne semblent pas réellement actifs sur le site. Comme nous n’avons pas encore de feuille de style dédiée à ces équipements, c’est compréhensible. Cependant il serait intéressant de connaître l’usage réel fait avec ces appareils (une recherche documentaire semble peu probable sur mobile) pour mieux connaître leur impact.