Elsevier, banderille n° 1 : Mayo Clinic

Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)
Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)

Quand l’enjeu est de taille, chacun doit faire sa part, si modeste soit-elle. Ainsi raisonnent, je suppose, les milliers de chercheurs qui, un à un, signent sur le site the cost of knowledge. Et ainsi raisonne le conservateur chargé de la documentation électronique qui blogue tout seul dans sa bibnum, bien conscient que sa participation équivaut à laisser choir de l’alambic une goutte de vieille prune (cuvée 2011) au milieu de l’océan Pacifique dans l’espoir de le rendre buvable. Mais bien résolu à participer quand même.

On peut dresser des pratiques d’Elsevier un diagnostic général. Mais le poids cumulé de témoignages mineurs et dispersés est aussi utile dans les grands procès, justement parce qu’il sont factuels et non  généraux. Ils prêtent donc peu à discussion et viennent juste prendre place, discrets mais utiles, dans un tableau d’ensemble.
Voici donc quelques cas où le comportement d’Elsevier m’est soudain apparu en net décalage avec le comportement attendu d’un éditeur qui déclare se mettre au service de la publication scientifique ; ou même avec le comportement attendu d’un éditeur normalement intéressé par le profit mais raisonnable dans sa façon de le rechercher.
À des fins de lisibilité et pour tenir en haleine l’innombrable lectorat de l’Alambic, je me propose de publier cette semaine un billet quotidien. Et d’offrir ainsi un petit bouquet de banderilles au héros du moment.

 

Banderille n°1 : Mayo Clinics Proceedings

La bibliothèque de santé est abonné à la revue Mayo Clinic Proceedings. Cette revue de médecine interne à comité de lecture doit son nom au Dr Mayo, pionnier de la « pratique de groupe » et à la Mayo Clinic fondée par ses soins à Rochester (Minnesota), à la fin du XIXe siècle. En 2011 l’abonnement imprimé à la revue coûtait 160 € à la bibliothèque universitaire de santé. Un prix stable depuis 2008 au moins (je n’ai pas l’information pour les années précédentes). En 2012 l’abonnement à la même revue coûte 549,79 € à la bibliothèque de santé, soit une augmentation de 343 %. Au cas où nous souscririons à l’abonnement électronique, le coût serait de 1086 € HT. Que s’est-il passé entre 2011 et 2012 ? La revue Mayo Clinic Proceedings est passée chez l’éditeur Elsevier. Un courriel de l’éditeur nous a informé que la revue était refondue (« redesigned »). Voilà une refonte dont on se souviendra.

Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Le directeur de la revue a détaillé en 2011 dans un édito les aspects scientifiques et organisationnels de la refonte. Nul doute que le travail mené est important, mais il ne pèse pas particulièrement sur les épaules d’Elsevier, lequel n’est pas nommé dans l’article. Difficile donc de ne pas lire l’inflation subie comme le résultat d’une politique tarifaire automatique de l’éditeur, destinée à accroître le rendement du titre. Il est vrai que le facteur d’impact de Mayo Clinic Proceedings n’a cessé d’augmenter depuis de nombreuses années. Mais jusqu’ici, cela n’avait eu aucune répercussion sur son prix. N’est-il pas remarquable que l’inflation constatée cette année coïncide justement avec la prise en main du titre par Elsevier ? Je regarderai attentivement, dans les années à venir, l’évolution de cet abonnement.

Demain, si cela vous intéresse, je vous parlerai de la réponse d’Elsevier au mouvement lancé par Tim Gowers.

Présentation de Blacklight

Total solar eclipse solaire 1999 – Luc Latour sur Flickr – licence CC BY-SA 2.0
Total solar eclipse solaire 1999 – Luc Latour sur Flickr – licence CC BY-SA 2.0 

À la recherche d’une nouvelle interface de consultation de notre catalogue, nous testons actuellement un logiciel développé par plusieurs universités américaines : Blacklight (BL). Ce logiciel présenté lors d’une journée d’étude Couperin sur les discovery tools libres propose via une interface sobre et claire, une recherche par facette hautement configurable. Plusieurs exemples sont proposés sur le site du projet. Voyons son fonctionnement plus en détail.

À proprement parler, ce n’est pas BL qui fournit une recherche par facette mais un de ces composants : Solr, le moteur de la fondation Apache. BL est configuré pour l’interroger au mieux et avec des formats de données connus des bibliothèques. En l’occurrence, BL a été développé pour MARC mais on peut l’adapter pour d’autres formats. Par défaut, il propose différents champs : (titre, sous-titre, auteur, date de publication, sujets, format, localisation, etc.) que l’on retrouve dans les facettes sur la gauche (copie d’écran ci-dessous), ou en coulisses dans l’index de Solr. On peut bien sûr les modifier, en enlever ou en ajouter d’autres.

Blacklight à l'universite de Stanford
Blacklight à l’universite de Stanford

À ce jour, le seul moyen d’alimenter Blacklight fonctionne par Solr. Ce dernier dispose d’un certains nombres de connecteurs pour l’alimenter depuis une base de données, un fichier texte ou des notices en MARC via le programme Solrmarc, intégré par défaut à BL. Un fichier de configuration fait la correspondance entre les champs de BL et ceux des notices. À l’origine, ce mapping est prêt pour le MARC mais on peut l’adapter pour l’UNIMARC. La tâche est a priori aisée pour une correspondance directe de champs mais elle se complique quand il s’agit de les apparier, d’enlever une ponctuation inappropriée, de mettre une phrase en minuscule, etc. Dans ce cas, il est nécessaire de faire appel à des fonctions de traitement existantes ou à redéfinir en JAVA.

Une notice de Blacklight
Une notice de Blacklight

À l’usage, l’import de notices se fait très rapidement même pour un grand nombre d’enregistrements et BL est presque utilisable en l’état. On pourra configurer l’affichage des champs des notices ou des facettes à loisir dans un simple fichier de configuration. Cependant, si on opte pour l’UNIMARC, il reste un problème d’encodage pour les différents formats d’export de notice proposé par BL (en copie d’écran jointe). L’adaptation est délicate car elle nécessite de redéfinir des fonctions du cœur du programme en ruby.

Pour résumer, BL est relativement facile à prendre en main, à installer et à alimenter même quand on ne connait pas bien le fonctionnement de Ruby On Rails, le framework sur lequel il s’appuie. La tâche se complique pour le passer en UNIMARC ou pour des fonctionnalités plus personnalisées comme la connexion à un SIGB. Mais cela fera l’objet d’autres billets dans l’alambic…

De l’utilisation des ressources documentaires : statistiques 2011 du site web

L’analyse statistique du site web et de l’OPAC montre que l’intérêt principal de notre site réside dans la consultation du catalogue et des ressources électroniques, notamment via les listes de revues et de bases de données.

Des clics et des vues

L’architecture de notre site étant ainsi faite, il convient de tenir compte à la fois des pages visitées (vues) et des liens sortants (clics). En effet, les ressources électroniques sont d’abord présentées dans des pages internes (Drupal) avant de sortir du site via le reverse-proxy (EZproxy), alors que le catalogue est toujours accessible hors du site (OPAC AbsysNET sur serveur dédié).

Nom Vues uniques Vues
ressources-numeriques/bases-de-donnees 31027 64924
ressources-numeriques/livres-numeriques 5049 9282
ressources-numeriques/annales-dexamen 3080 4171
ressources-numeriques/accueil 2580 4049
ressources-numeriques/videos-scientifiques 1023 1355
Nom Clics uniques Clics
catalogue.clermont-universite.fr (OPAC) 35287 61757
sicd.clermont-universite.fr (via proxy) 24309 40980
liste az des revues (mode hébergé) 9826 14527
sicd.clermont-universite.fr/ (accueil proxy) 6066 8687

Si la rubrique Ressources numériques du site est la plus fréquentée (42759 vues uniques au total), on constate que l’accès au catalogue constitue l’activité la plus importante (35287 clics), juste devant la liste permettant d’accéder aux bases de données (31027 vues uniques).

Evidemment, on ne saurait réduire l’usage des ressources électroniques à ces chiffres, puisque la consultation de ressources peut se faire sans passer par notre site web. Mais l’objet ici est de regarder à quoi sert le site web lui-même. Que fait-on sur ce site ? Que vient-on y chercher ?

1. le catalogue

Pour l’année 2011, nous avons enregistré plus de 789 000 requêtes. La majorité de ces recherches (41%) ont été menées depuis les postes informatiques des bibliothèques (OPAC, postes internet, postes professionnels). Ce chiffre n’a cessé de diminuer au fil de l’année ; preuve que le catalogue est de plus en plus consulté depuis l’extérieur de la bibliothèque, notamment depuis les UFR, et que ce mode de consultation est désormais majoritaire. Les utilisateurs préparent leur visite à la BU, en particulier ceux qui peuvent demander la communication de leur document à l’avance.

Sans analyser précisément les requêtes, on peut noter qu’il subsiste un taux élevé de recherches infructueuses. En effet, près de 35% des requêtes donnent zéro résultat. Si notre catalogue comporte forcément des lacunes, un taux pareil ne peut s’expliquer que par un nombre considérable de requêtes mal posées. Il est grand temps d’adopter un outil capable d’aider à la recherche !

2. l’accès (authentifié) aux bases documentaires

Notre site web semble être un point d’accès privilégié aux différentes ressources numériques. La page la plus consultée (bases-de-données) est celle qui présente l’ensemble des ressources classées par ordre alphabétique, et qui permet d’y accéder en mode authentifié grâce à un lien proxifié. Cela explique donc aussi que la deuxième place du classement des liens sortants soit occupée par notre proxy (sicd.clermont-universite.fr).

La grande majorité des accès au proxy représente un passage entre la liste alphabétique sur notre site et les ressources sur le site des éditeurs. Dans ce cas, le proxy agit comme serveur d’authentification, de façon transparente pour l’usager. Mais, dans tout de même un quart des cas (6066 clics sur 24309), les usagers utilisent la page d’accueil du proxy comme portail d’accès aux ressources. Cette page d’accueil est rendue visible grâce au lien accès distant figurant dans le bandeau supérieur droit de notre site.

3. l’accès (authentifié) aux revues et articles

Dernière grande rubrique de notre site, la liste alphabétique des revues électroniques remporte un vif succès. Hébergée chez notre fournisseur, cette liste constitue le seul moyen d’accéder facilement et de manière authentifiée aux revues et aux articles électroniques.

Conclusion

Il est bien difficile de donner un sens à la valeur brute de ces chiffres. Est-ce satisfaisant ou non ? Nous ne pouvons procéder que par comparaison. Nous verrons donc comment les choses évoluent les années suivantes. Mais ce billet peut aussi permettre de comparer avec les chiffres d’autres établissements. Je précise à cette fin que la BCU dessert environ 35000 étudiants, issus des deux universités et de trois écoles.

Les tutoriels vidéos, première partie

La BCU, sur l’initiative proposée par les collègues de la bibliothèque numérique, s’est lancée dans l’élaboration de tutoriels vidéo. Comme expliqué dans un précédent billet, la bibnum avait rejoint le groupe de formation des doctorants, et réfléchissait à de nouveaux supports de transmission des contenus [pédagogiques] concernant la recherche documentaire, et particulièrement des outils indispensables à l’apprenti-chercheur (feuille de style, dépôt des articles, état de la recherche, etc.).

Le service de l’université CréaTICE, qui se consacre au développement et à l’utilisation des TICE dans les contenus pédagogiques et leur diffusion, a encouragé la bibnum à tenter l’expérience et l’a accompagnée dans cette démarche. Leur dynamique équipe s’est dévouée du début à la fin pour nous apprendre à créer les tutoriels, mettre à disposition le matériel adapté et savoir l’utiliser, ainsi que travailler la post-production.

L’ébauche : élaborer les tutoriels

On s’est mis d’accord pour partir d’un tutoriel pdf existant sur la feuille de style, ou sur un sujet simple à mettre en pratique (configurer sa messagerie électronique, insérer une image dans un fichier texte, ou savoir utiliser les extensions de fichiers). Chacun a reçu une sous-partie qu’il a adaptée au contexte oral et audiovisuel.

CréaTICE a insisté sur le fait qu’un tutoriel en pdf reproduit en vidéo n’était pas redondant, parce que l’un et l’autre n’appellent pas les mêmes objectifs ni usages. Quand le premier est linéaire dans son déroulement et peut expliquer plusieurs solutions à une problématique, le second se penche sur les manipulations pratiques et privilégie nécessairement un seul chemin. En outre, le texte illustré permet une vision d’ensemble assez générale, tandis que la vidéo est très ponctuelle et se focalise sur un ou deux points. Enfin, le tutoriel vidéo doit être bref et durer de 2 à 4 minutes. Il faut donc plusieurs vidéos pour couvrir le contenu d’un tutoriel pdf.

Tutoriel vidéo « Modifier les styles »

La technique : apprendre à se servir du matériel mis à disposition

CréaTICE nous a généreusement prêté leur salle équipée pour l’e-learning et la création de contenus pédagogiques numériques. La bibnum et les personnes impliquées dans la formation des doctorants ont pu se frotter au TBI ou Tableau Blanc Interactif, grand écran d’ordinateur réagissant avec un stylet comme une immense table tactile verticale. Couplé à l’enregistrement de vidéos, il permet de rendre plus énergique et vivante la présentation, en étant debout et comme un formateur devant son groupe.

L’enregistrement et la post-production se font grâce au logiciel Camtasia. Trois solutions avaient été proposées par CréaTICE : logiciel vidéo de Mac intégré, simple mais peu adapté pour une production précise et qui a besoin de modifications a posteriori ; logiciel Camtasia, qui permet plus d’options (zooms fluides notamment) sans que la post-production soit trop complexe et technique à maîtriser ; Captivate enfin, qui, bien que le plus performant pour ce genre d’enregistrement, demande une grande compétence en post-production. Or, la post-production incombait à la personne chargée de la communication à la BCU, qui ne pouvait être accaparée uniquement par ces tutoriels. Le choix s’est donc arrêté sur Camtasia.

La réalisation

Les premiers essais se sont révélés plutôt positifs, parce que :

1/ Les tutoriels réalisés s’appuyaient sur des scénarios déjà écrits et bien préparés (le tutoriel pdf sur la feuille de style principalement, mais pas seulement) ;

2/ Les collègues se sont prêtés au jeu du TBI, difficulté supplémentaire car aucun d’entre nous n’avait l’habitude de ce matériel ; or, chaque tutoriel n’a eu besoin d’être enregistré que deux fois ;

3/ La post-production n’a pas été complexe à mettre en œuvre, et certains enregistrements ont à peine eu besoin d’être retouchés.

Retouches :

Plusieurs améliorations peuvent être apportées :

1/ sur la performance de chargement desdits tutoriels : le serveur qui les hébergeait semblait faire des siennes au départ, et leur temps de chargement n’est pas encore optimal ;

2/ sur leur mise en valeur et leur référencement dans le site : pour le moment, ils sont un peu « perdus » dans la rubrique « Boîte à outils », et leur complémentarité avec les tutoriels pdf traitant des mêmes sujets n’est pas claire – id est on a l’impression d’une redondance ; plus généralement, c’est la boîte à outils qui nécessite un remaniement, pour ne pas être considérée comme la rubrique fourre-tout et trouve-rien de la bibnum ;

3/ il faut maintenant se repencher sur la question des contenus : autant l’on pouvait s’appuyer sur un support déjà prêt pour la feuille de style, autant désormais il est indispensable d’étendre le champ de la vidéo à tout type de contenu de formation – en vrac : la recherche sur les ressources électroniques, SFX, les logiciels de bibliographie, etc.

Rendez-vous après la prochaine salve de création de tutoriels vidéos.

Dix scénarios pour un portail : l’évaluation du site web de la BCU par ses internautes.

C’est mon tour de distiller, et je le passe sans alambiquer aux trois étudiantes de la licence professionnelle « Gestion et mise à disposition de ressources documentaires », Jennifer Barbé, Elisabeth Lang et Chloé Wojtczak, dont j’ai eu le plaisir d’encadrer le projet tutoré sur l’évaluation du portail de la BCU.

Et clap !  (CC BY-NC 2.0)  by Jojo on Flickr

Début septembre 2011, eurêka, nous décrochons le projet de la BCU pour notre licence professionnelle. La bibnum, après sept petits mois d’existence du site, veut déjà savoir si VOUS, les usagers, êtes contents, pas contents, satisfaits, pas satisfaits de son portail tout neuf. Nous allions être les premiers à savoir, grâce à notre mission, si VOUS aimez le portail documentaire qui berce vos études et vos recherches.

Cela s’annonçait bien : un questionnaire, un peu de boulot et nous étions sûrs d’avoir plié notre projet en un tour de main.

Mais qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’expose à des surprises !

Rendez-vous fin octobre à la bibnum et retour à la case départ : nous devions évaluer les usagers dans leur pratique du portail. Nous consultons des professionnels, nous nous plongeons dans des lectures enrichissantes sur les méthodes d’enquête, faisons des recherches tout azimut ; plus de 50 portails consultés. Et après ce petit temps de préparation, nous optons pour le TEST UTILISATEUR, la technique la plus adaptée pour évaluer l’ergonomie d’un site web et pour rendre compte de l’offre multiple des contenus, ressources et services proposés par le portail de la BCU.

Nous innovons en détournant une méthode utilisée pour évaluer les sites commerciaux. Un principe facile à comprendre : mettre des utilisateurs d’un site web en situation réelle dans des scénarios ; réalisation plus complexe. Tout repose sur le savoir faire de l’enquêteur et nous étions des débutants ! Une magnifique expérience, très formatrice : nous avons appris à rédiger des textes qui donnent aux personnes interrogées l’impression d’être dans leur vie puis nous les avons écoutés, observés, relancés tout en restant neutres.

Avec 15 personnes de niveaux d’études différents, nous mettons en scène 10 scénarios sur les caractéristiques du portail. Les personnes interrogées ont confiance en nous ; elles font les recherches que nous leur demandons en s’exprimant à haute voix. Nous notons, retranscrivons toutes leurs remarques réfléchies, spontanées, enthousiastes, critiques… Nous obtenons un réservoir d’informations à exploiter sous forme de tableaux ou de fiches en recoupant, analysant, synthétisant.

Bouquet final ; nous réussissons à dégager des pistes pour savoir si le portail de la BCU est bien utile, utilisable et utilisé. Sur le dernier point un petit bémol : la plupart des personnes interrogées ne pensaient y trouver que des ressources documentaires ! Quid des vidéos, des actualités, des outils proposés… la liste est longue : mieux connue, elle serait plus consultée !

Notre rapport se termine par la proposition de pistes d’amélioration à la BCU. Elles sont suggérées par l’analyse des scénarios. Il y déjà eu quelques modifications sur le portail que notre œil exercé a tout de suite repérées. Cette mission nous a appris plein de choses sur les nouveaux métiers liés à l’évolution des bibliothèques vers le numérique. Nous avons réalisé un travail de consultant pour la BCU. Notre choix de projet, c’était bien le bon plan ! Dans la suite il faudra faire d’autres évaluations. Nous espérons, pour le portail et ses usagers, que c’est le début d’une longue histoire…

Je vous invite donc à lire l’excellent rapport de nos consultantes en herbe, avec spéciale dédicace à de nombreux collègues de l’UBP, de la BCU, de la BPI, d’Ourouk et d’ailleurs.

Jennifer Barbé, Elisabeth Lang, Chloé Wojtczak, Aziz Zeghdoudi
Le site de la BCU : un portail utile, utilisable ?
10 scénarios pour connaître la satisfaction de ses utilisateurs.

Projet professionnel : Septembre 2011 à Mars 2012 soutenu le 23 Mars 2012
Sous la direction d’Isabelle Rouquet (responsable universitaire) et Camille Meyer (tuteur professionnel)

La lecture de ce rapport nous a conduit à envisager une nouvelle mouture de notre site web, mais cela fera l’objet d’un autre billet de blog. À suivre !