Améliorer le confort d’utilisation de SFX par l’examen du menu

Le résolveur de lien SFX est en service à la BCU depuis septembre 2011. Passé le temps de paramétrage initial et la résolution de problèmes d’accès, le résolveur fonctionne bien mais demande maintenant à être optimisé pour répondre pleinement aux attentes des utilisateurs et améliorer leur confort. Pour ce faire, nous examinons les statistiques de l’outil et recueillons les remarques de quelques usagers avertis.

Examen des statistiques

Sans surprise, les usagers utilisent très peu les services d’information proposés par le menu SFX, mais cherchent essentiellement à atteindre le texte intégral. Le lien vers le full text est utilisé à plus de 96% lorsqu’il existe. Afin de limiter le nombre de clics, nous avons initialement activé l’option DirectLink, qui permet de diriger l’utilisateur directement vers la première ressource disponible pour le document voulu. Or, il a fallu infléchir ce principe et laisser le soin à l’utilisateur, à partir du menu SFX, de cliquer sur la ressource de son choix en cas de cibles multiples. En effet, une revue pouvant se trouver sur différentes plateformes, l’état de disponibilité devient déterminant pour le résolveur. On peut par exemple avoir accès à des archives open access sur Erudit tandis que les numéros courants sont sur EDP Sciences (cf. le titre Médecine Sciences). Dans le cas d’une requête depuis une base de données bibliographique, ceci ne pose pas de problème puisque le résolveur est capable de vous amener sur la bonne plateforme en tenant compte de la date de l’article et des états de collection. Dans le cas d’une requête provenant de la liste de revues A-Z, cela ne fonctionne pas, étant donné que l’on ne peut pas fournir au résolveur de date d’article. C’est donc à l’utilisateur de déterminer quelle plateforme va satisfaire sa demande (archive ou dernier numéro) à la lecture des informations de disponibilité présentées à l’écran.

Afin de ne pas provoquer de frustration pour les utilisateurs, nous avons décidé d’afficher le lien vers les collections imprimées (catalogue) uniquement lorsque le titre y est présent. SFX permet en effet d’interroger de façon transparente le SIGB grâce à un module Z3950. Ainsi, lorsqu’un titre existe dans le SIGB, l’utilisateur peut suivre le lien pour consulter le catalogue. Cela dit, il ne le fait que dans moins de 9% des cas.

Enfin, nous avons activé le service du PEB, pour les cas où le texte n’est accessible ni en ligne ni via le catalogue. Lorsqu’il est affiché, le lien vers le formulaire de PEB est utilisé dans plus de 16% des cas.

D’autres services comme la recherche dans Google Scholar, l’export dans RefWorks ou le formulaire de contact de la BCU sont relégués dans une section inférieure du menu SFX, qu’il faut déplier en cliquant sur Plus d’options. Inutile de dire que ces services ne sont pour ainsi dire jamais utilisés.

Remarques des utilisateurs

Certaines remarques qui nous ont été adressées rejoignent celles qui sont régulièrement évoquées dans les articles sur le sujet. La première concerne l’ergonomie des liens et la façon dont SFX ouvre des fenêtres. Certains sont gênés par ces nouvelles fenêtres tandis que d’autres préféreraient l’ouverture dans un nouvel onglet. Le choix étant propre à l’appréciation de chacun, il faudrait que SFX propose d’établir des préférences. Il faut tout de même reconnaître que l’ergonomie pourrait être améliorée si tous les liens entraînaient le même comportement.

La seconde difficulté porte sur la lecture des informations du menu, notamment la liste des ressources et leur état de collection. Il semble que, faute de bien comprendre à quoi correspondent les dates de couverture, les utilisateurs se dirigent vers les ressources qu’ils connaissent déjà, lorsque le choix leur est offert. De même, ne sachant pas vraiment à quoi renvoie le lien Localisations sur Catalogue BCU, ils ne prêtent pas suffisamment attention à l’opportunité d’obtenir l’article imprimé.

Menu SFX de la BCU

L’option DirectLink confère un gain de temps aux utilisateurs en même temps qu’elle leur évite d’avoir à faire des choix parmi une liste de ressources qu’ils ont du mal à comprendre. Du coup, certains déplorent une perte de service depuis que cette option a été revue car ils appréciaient l’immédiateté de l’accès au texte intégral. Il va falloir approfondir notre connaissance de SFX et travailler cette question de l’accès en 1 clic.

Il manque indéniablement un lien de contact bien visible. Notre renvoi à un formulaire de contact sur notre site web, quasi invisible dans la section inférieure du menu, oblige à un changement d’interface qui peut déstabiliser. Il faudra proposer une assistance plus explicite.

Conclusion

Il nous reste du travail à faire en matière d’ergonomie. Cela repose sur une meilleure conception des services du menu et de sa présentation graphique.

A lire
Bennett Claire Ponsford, Jane Stephens, Robin R. Sewell, Improving OpenURL Menus: User Testing of Revisions to SFX® Menus, Serials Review, Volume 37, Issue 3, September 2011, Pages 162-170, ISSN 0098-7913, 10.1016/j.serrev.2011.03.016. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0098791311000542)
 

Academic librarians and searchers: A new collaboration sets the path towards research project success.

J’ai été invitée au congrès QQML 2012 à Limerick (Irlande) pour exposer oralement ma communication sur la collaboration entre les chercheurs et les bibliothécaires dans la conduite des projets de gestion numérique des sources de la rechercheJ’ai choisi de centrer mon propos sur cette fructueuse collaboration qui a émaillé le projet EVE (Enfance Violence Exil).
Voici le texte que j’ai préparé à cette occasion. Ce texte est désormais publié dans la revue QQML. Voici le lien vers  l’article en ligne.

 

The EVE Project.

From the Brauner’s collection to the EVE’s project.
Françoise and Alfred Brauner as a starting point.

How children feel war time? How they live the events, the conflicts itself, in their everyday lives, but also how they apprehend, understand and represent the war phenomenon, in short, what children have to say about the war ?
These questions were asked by Françoise and Alfred Brauner when they began to commit themselves during the Spanish war at the school of the children’s ward in the International Brigade hospital, in 1937.
It seemed to them that children’s drawings were a true material to access children’s experience in all its complexity.
If aesthetic productions by children have begun to draw attention since the beginning of the 20th century, the Brauners experienced the value of the graphic mode of expression and its reconstructive function.
Françoise Brauner (Vienna 1911 – Paris 2000), a pedopsychiatrist, first came in contact with children in wartime. Alfred Brauner (Saint-Mandé 1910 – Paris 2002) also left for Spain and dedicated himself to the centers for evacuated children.
All through their lives, they collected children’s drawings made in wartime. To the Spanish drawings were added those from concentration camps, from Japan, Vietnam, Algeria, Lebanon, Cambodia, El Salvatore, Afghanistan, Palestine, Chechnya.

However, the drawings and the texts collected by them represent highly important documents for those interested in children in wartime.
In respect of the great diversity of their experience, the Brauner’s collection appears as a starting point to dress a larger investigation about child experience during war time.

At the occasion of the centenary of their birth, it was time to elaborate a larger research on the child’s experience of war, with new scientific perspectives. The EVE project (the acronym for Enfance Violence Exil) (Childhood, Violence and Exile) responds to this aim.

The EVE project : scientific objectives

In the continuity of the Brauner’s initiative, the EVE project (Childhood Violence and Exile) (a program from the Research National Agency Children Childhood 2009) presents collections and studies dealing with children’s experience of the war from the First World War to the dawn of the 21th century.
From academic works conducted by the University Blaise Pascal in Clermont-Ferrand, directed by Catherine Milkovitch-Rioux, in partnership with the University of Amiens and the University of Regensburg, paths are proposed through collections of children’s drawings, journals and albums, writers’s testimonies… These children who have experience war, on all fronts of Europe and world, from world wars to Algeria, in Guatemala or in Ramallah, in Bosnia or in Rwanda, participate in the writing and the reading of the tragical history of 20th and 21st century.
This project consists in the collect, the exploitation in research and the valorization of different funds relating to the experience of war, of subsequent exile to civil violence, of violence experienced by children during or following the conflicts of 20th century, mainly in Europe (from the first World War to the dawn of the 21st century), from the Brauner’s funds (children drawings), reviews, scholar and collectives diaries, and archival deposits.

This project is part of an interdisciplinary field of research that combines literary, civilization study, historical, psycholinguistic (including languages, psychoanalytic, and sociological approaches).
Through different forms of cultural funds, their integration in a research field, an historical period and a defined cultural area, the used documentation reconstitutes through the testimony on childhood in its greatest diversity, a true history of the 20th century, from “ child’s height”, through the lived experiences of victim children, and the representation they’ve given. Children have been also subjects of many representations  through the most varied and diverse medias, whether graphic, text, sound or audiovisual produced at a time of trauma or in a retrospective perception. All of these media may reflect the proper perception of the child, or of the adult he has become, or of the other adults with their perspective on childhood through the youth literature.

Digital humanities: From the corpus to the website.
First mission: collecting testimonies, building the corpus.

The EVE project’s academic staff has constituted its own corpus. Each searcher has      selectioned his own sources according to his own specialty.

I will give few examples of this corpus :

– Drawing of children in war: Françoise and Alfred Brauner’s collection, witnesses of the century.
Guy Baudon, Rose Duroux, Luca Gaboardi

– Scholarly journals of Spanish children evacuated to France and Great-Britain.
Célia Keren

– Autobiography of Spanish children from La Rouvière : experiences of war and exile.
Célia
Keren

– Representation of wars in youth album.
Nelly Chabrol Gagne

– Literature and children reviews during the First World War: Fillette.
Laurence Messonier

– Drawings of children from Montmartre.
Manon Pignot

– Drawings of children from Ramallah.
Manon Pignot

-Oral testimony of children of the First World War. Linguistic study.
Mylène Blasco-Dulbecco

– Drawing of displaced and exiled children (1982-2005) World refugee children fond.
Nicole Dagnino

– Testimonies of writers of the war of Algeria.
Max Vega Ritter, Catherine Milkovitch Rioux

– Drawings of Jewish children in France (1939-1945) Château de la Guette, Izieu
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of Jewish children of Theresienstadt and Auschwitz (1942-1945)
Emilie Lochy, Annette Becker, Philippe Mesnard

– Drawings of children after 2001, September 11th.
Donatella Caprioglio

The librarians of the BCU have played an active part in the corpus constitution.

Indeed, the librarians have digitalized a part of these collections, in order to put them online on the website dedicated to the project, but we will present here the important part played by the librarians in the resource description process.

In that study case, we see that the manner resources are described have a real impact on the research itself.

The description of these resources on childhood during war will be all the more decisive than it helps to understand these testimonies and to dress a parallel between all the studies of the project, in order to understand the reality of childhood in war time.

The main questions regarding the indexation of the resources allow us to propose a data structuration that corresponds to the web site arborescence.
In that perspective, the first task was to find and build a common framework in order to describe all these resources.
The first difficulty came from the heterogeneous corpus.
All these children’s testimonies, or these stories whose object is childhood take many forms: drawings, audiovisual interviews, youth albums, personal diaries.
How to build a common framework calculated to describe such different types of resources?

Yet, it is not the same thing to describe a child’s drawing and audio visual records, or a youth album. Each material has its own specifity.In the case of child drawing description, the interpretation starts with a close attention paid to « manifest » signs. According to the Brauner’s[1],the reading of the drawing may also be helped by the commentaries or the speech inserted within them. Moreover, drawings reflect what children hear or see around them. « All these drawings show violence in action, different forms of war, the rise of fear, » but also plenty of details related to their everyday life. Looking at these drawings, we may ask: « How could children plunged in situations of emergency, of bombings, see so many details? »  To dress a common framework of analysis of these drawings, we have chosen to use the nine main themes that the Brauner have selected in order to classify them.

The search for security
The houses and the ruins
The sight of the enemy
The weapons
The certainties
The wounded, the deads, the death
The child who draws himself.
Drawings from nuclear war
Drawings of peace.

In a second level, the searchers have to use key-words to describe their resources.
These key-words have to reflect the specifities of these drawings, or others materials, and the meaning of what they express, regarding to these childhood testimonies.
The second difficulty came from the different perspectives of these resources. In the case of children’s drawings, the child is subject and expresses his own point of views. But in case of childish literature, the child becomes object under the author’s look. When an adult tells about his own childhood, it is still another point of view on childhood in war. If these different points of view lighten in an original way the history of conflicts, it appears as a necessity to distinguish in the corpus all these different focalizations.
That’s the reason why we have operated a classification between those different looks:
The child relates (transmitter). The adult observes (receiver)
The child relates (transmitter)
The child reads (recipient). Fiction relates the childhood.
The adult relates his childhood. Retrospective testimony.

Chronological access
The corpus covers almost all the conflicts of the 20th century. To delimit the different conflicts, and to propose a correct chronological indexation, it was necessary to establish a normalized list of conflicts.
If the searchers describe the resource they have chosen in order to set their own studies, a particular attention should be added to the standardization of their description.

In order to describe the resources, we have chosen the Dublin Core format as a common description framework. The fifteen fields of the Dublin Core answer the basic requirements of resource description. But the difficulty we first met was to explain to the searchers the exigency of this standardization. It was really important that the searchers describe by themselves the resources of the project. Indeed, this description belongs to the research process itself.

Faced with this dual requirement of exhaustive description and standardization, the BCU has developed a collaborative tool allowing researchers to quickly appropriate Dublin Core Standards, used to describe online resources.

Google docs on line questionnaires have been used at this aim. Easy to use by researchers, they could fulfill the metadata for resource description in Dublin Core format.

The advantage of the form is that it allows librarians to give researchers all the details which allow them to describe the resources uniformly, particularly in terms of format, which is necessary for data interoperability.

Once researchers have completed the forms, the data are automatically imported into a spreadsheet, within fifteen columns corresponding to the fifteen Dublin Core fields. They are ready to be imported via FTP to the project website.

The web site construction

The EVE website has been made by a consultant: Luca Gaboardi Interactive.
But the library team has played an important part in the web site conception.
Indeed, the different studies are accessible by conflict (chronological access), but also according to the looks on children on war : the child look when he draws, the adult’s look on the child who draws, the adult’s look on his own childhood, the look carried by the youth literature, when the child has become a reader.
The keywords used for the thematical indexation constitutes a tags cloud on the home page of the website, that lets the user sees all the e-resources related to a specific theme.
The library staff has also worked with the staff in charge of the multimedia scenarisation, called “Créatice”.The goal was to add a pedagogical dimension in the website, with the purpose of catching in an original way the stories of those children, victims of the war.
It is yet possible to access the corpus by collection but also by scenarios, what we call the scripted resources.
To access the corpus by collection provides an overview of all the pictures or research materials related to a study, whereas the access by scenario provides access to resources by subject, and a pedagogical and historical progression through theses aspects of children’s lives. The scenarisation of these resources has been made in close connection with searchers.

The example of the scenarisation made with the documents related to the Spanish war gives an overview of the exodus of the Spanish children in France.
All the searchers of the EVE project have used these collections as research materials. The EVE website draws perspectives through these collections and the research investigations. It exposes the materials, the primary sources, and the studies, the scientific discourses made from these materials. In that way, this project enters in the frame of digital humanities.

In the EVE project, we are well in the “intersection of technologies and humanity scholarship”, as Oya Rieger[1] says. The EVE website constitutes a research tool for anybody who wants to seize the complexity of childhood in wartime, and gives another representation of the child, not only as a victim, but also, as an actor, who can oppose the hardness of the war, the richness of his imagination, as the famous flower in a vase and the fruit cup drawn by a child in the concentration camp of Theresienstadt shows.

 

Le vase de fleurs avec papillon
Placée seule devant son châlit de la forteresse de Theresienstadt (Terezin), la dessinatrice, Erika, rêve de la belle fleur dans un vase, d’une corbeille remplie de fruits qu’elle a mangés autrefois. Un papillon tourne autour de la fleur.

During the website realization, librarians and searchers haven’t ceased to work together. Numerous seminars between librarians and searchers have enhanced the project. The main librarian’s contribution was to build a framework to describe and classify the resources. In this study case we see that data structuration leads to conceive the structuration of the web site arborescence. With this common framework for resource description and data structuration, all the searchers of the project can explore the corpus with a common referential.

This project has given the librarian’s staff the opportunity to develop new skills in project management, digital curation, understanding of digital issues related to research project.

That’s the reason why we have been led progressively to develop by ourselves digital tools and websites to expose the sources of research. That’s what we did with the project that followed, a very different one, conducted with an other research team: The geological notebooks of Philippe Glangeaud.


[1] J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner coordonné par Rose Duroux et Catherine Milkovitch-Rioux. Préface d’Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. Postface de Manon Pignot, historienne. ISBN 978-2-84516-527-4, Clermont-Ferrand, PUBP, 2011.
I Have Drawn Pictures of the War. The Eye of Françoise and Alfred Brauner
ISBN 978-2-84516-549-6
Édition anglaise coordonnée par Anne Garrait-Bourrier et Philippe Rapatel.

[2] Rieger O.A. (2010) Framing digital humanities. First Monday, vol. 15, n°10, 4 October 2010

Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (première partie)

Bien que la robustesse des systèmes de fichiers les plus fréquemment utilisés sous GNU/Linux et leur capacité intrinsèque à ne pas se fragmenter à l’utilisation ne soit plus à démontrer, force est de constater que la fréquence des mise à jour, quand ce n’est pas la succession d’installations/désinstallations de programmes contribuent néanmoins à encombrer inutilement le système de paquets obsolètes voire orphelins.
De même l’utilisation fréquente des applications de messagerie ou de navigation sur le web se traduit inévitablement par la mise en cache d’un grand nombre de fichiers temporaires, qui s’ils ne sont pas purgés périodiquement contribuent eux aussi à « l’encrassement » général du système…

Sans prétendre à l’exhaustivité, cet article se veut être un recueil de bonnes pratiques visant à maintenir son système GNU/Linux aussi propre que possible.

Comme d’habitude, nous nous intéresserons plus particulièrement aux distributions de type Debian/Ubuntu et dérivées, et dans ce premier article nous aborderons les outils disponibles en ligne de commande. Il en existe évidemment d’autres en mode graphique qui leur sont complémentaires ou qui permettent d’aller plus loin, aussi je leur consacrerai un prochain billet sur ce blog.

A chaque installation ou mise à jour d’un paquet logiciel, ce dernier est  téléchargé depuis les dépôts avant installation, puis est conservé en cache pour pouvoir être rapidement réinstallé, le cas échéant.
Si cette politique est tout à fait louable pour économiser de la bande passante et gagner du temps sur le téléchargement, on se retrouve très rapidement avec un cache de paquets de plusieurs giga-octets dont on peut facilement venir à bout :

sudo aptitude clean && sudo aptitude autoclean

Si l’on gagne ainsi un espace disque non négligeable, on peut cependant faire mieux. Chaque désinstallation de logiciel laisse en général (sauf si l’on a pris soin d’utiliser l’option –purge) des fichiers de configurations dont on peut se débarrasser facilement :

sudo aptitude purge ~c

Au reste, on peut sans forcément le savoir conserver au sein du système de nombreux paquets devenus obsolètes au fil des mise à jour que l’on éliminera comme suit :

sudo aptitude purge ~o

Sans faire preuve de frilosité outre mesure, on peut tout à fait préférer vérifier ce que l’on s’apprête à supprimer. Il suffira pour cela de remplacer dans ce qui précède l’argument purge par search, tout simplement…

A ce stade, vous aurez remarqué que j’utilise le gestionnaire de paquet aptitude au lieu d’apt-get qui est plus volontiers invoqué dans la documentation. De mon point de vue, étayé par cet article ou encore celui-ci, aptitude est à la fois plus souple et plus puissant qu’apt-get, et avant tout gère mieux les dépendances, y compris et surtout pour les mises à niveau de distributions. C’est également une habitude que j’ai prise depuis la Debian 3.1 « Sarge » et dont je n’ai pas envie de me défaire…

Maintenir propre sa base de paquets est une bonne chose, mais on peut cependant aller plus loin et débarrasser son système de nombre de fichiers inutiles, à commencer par les bibliothèques orphelines ou les fichiers de traduction dans les langues autres que la sienne. Pour cela on va se servir de deux programmes extrêmement utiles et efficaces que sont deborphan et localepurge. Installons-les pour commencer :

sudo aptitude install -r deborphan localepurge

deborphan (et son pendant graphique gtkorphan) repère les bibliothèques orphelines i.e. les composants de programmes rendus inutiles par désinstallation mais non supprimés par la gestion automatique des dépendances. Invoqué sans plus d’arguments à la ligne de commande, deborphan dresse la liste des « orphelins ». On l’utilise en général combiné à d’autre programmes, voire au sein de scripts shells :

deborphan | xargs sudo aptitude -y purge

supprimera les orphelins mais si l’on veut supprimer les paquets -dev devenus inutiles il suffira de faire :

deborphan --guess-dev | xargs sudo aptitude -y purge

Enfin, si l’on a pas froid aux yeux (et fait quelques vérifications préalables) on peut aussi procéder à un nettoyage radical avec :

deborphan --guess-all | xargs sudo aptitude -y purge

Pour en terminer avec la suppression des paquets inutilisés, voici un exemple de script de nettoyage permettant d’automatiser ce genre de tâche :

[sourcecode language= »bash » highlight= »3,31″]
#!/bin/zsh
echo « liste des paquets inutilisés : »
deborphan
echo « nettoyer? o/n »
read netdeb
if [[ $netdeb == o ]]
then
apt-get remove –purge `deborphan`
fi
echo « paquets desinstallés avec fichiers de config présents »
dpkg -l |grep « rc   » | awk ‘{ print $1″: »$2 }’ > liste_nom
for i in `more liste_nom`
do
echo $i > temp_verif
verif=`awk -F ‘:’ ‘{ print $1 }’ temp_verif`
if [[ $verif == « rc » ]]
then
paquet=`awk -F ‘:’ ‘{ print $2 }’ temp_verif`
echo « purger le paquet : » $paquet « ?  o/n »
read netconf
if [[ $netconf == « o » ]]
then
dpkg –purge $paquet
fi
fi
done
# nettoyage fichiers temporaires
rm liste_nom temp_verif
[/sourcecode]

Par ailleurs, l’internationalisation toujours plus poussée amène avec elle un inconvénient de taille, si l’on peut dire, sous la forme des traductions des pages de man. Hormis l’anglais qui est la langue native du système et le français la langue d’usage il est inutile de conserver l’ensemble des traductions et pour cela localepurge est notre ami. A l’installation, il suffit de cocher les cases en, fr et fr_FR :

configuration de localepurge
Configuration de localepurge.

Quant à l’usage on peut invoquer directement localepurge dans un terminal pour constater immédiatement son action, cependant c’est également sur le long terme que son action est efficace puisqu’il entre en action à la moindre installation de paquet afin de ne conserver que les traductions voulues.

Résultat
Résultat

Le seul reproche que l’on peut adresser à localepurge, c’est de ne pas éliminer toutes les traductions, notamment les fichiers d’internationalisation de l’interface graphique.
Voilà la transition toute trouvée pour aborder le thème de mon prochain article, car c’est précisément une situation à laquelle on remédiera en utilisant d’autres outils, graphiques cette fois.

D’ici quelques jours, je vous proposerai donc d’examiner plus avant le fonctionnement de Synaptic, Computer Janitor pour la gestion des paquets, BleachBit et Fslint pour le nettoyage sans oublier, mais cette fois-ci uniquement pour Ubuntu, cet outil fort pratique qu’est Ubuntu Tweak…

Elsevier, banderille n°5 : conclusion

Le modèle économique d’Elsevier n’a pas d’abord été remis en cause parce qu’il était injuste – bien qu’il le soit assurément – mais très bêtement parce qu’il est

beaucoup

TROP

CHER.

Douglas Arnold et Henry Cohn soulignent que d’autres éditeurs ont des modèles semblables, mais que si le boycott a commencé par Elsevier, c’est parce que son comportement dans ce domaine est particuliarly egregious et parce que l’éditeur seems to be driven only by their fiduciary responsability to maximize profit for their shareholders.  Dans les premiers temps, les universités ont bien vu l’intérêt, pour un prix qui n’excédait que peu leur contribution annuelle antérieure, d’avoir accès à une ressource en ligne et beaucoup plus abondante. Si l’inflation appliquée aux chiffres d’affaires historiques avait été, depuis 10 ans, de 2 % par an, ce sentiment prévaudrait peut-être encore et il n’y aurait pas d’émeute parmi les chercheurs et les bibliothécaires aujourd’hui. Le problème est qu’Elsevier n’a pas seulement mis en place un système injuste (ce que bien d’autres ont fait au même moment), il l’a aussi appliqué d’une façon absolument déraisonnable (là où d’autres, plus avisés – ou moins lourdement armés pour imposer leur loi – l’ont fait avec plus de modération).
C’est la façon insupportable dont ce modèle inepte a été appliqué qui provoque aujourd’hui sa remise en cause. Elsevier, fort soucieux de se voir ainsi cloué au pilori, étudie du reste la mise en place d’un nouveau modèle économique, qui laisserait de côté la référence honnie au chiffre d’affaires historique.
Il est possible (je ne dis pas encore probable, j’attends de voir) que le système mis en place pour élaborer la facturation soit moins injuste que le précédent. Mais quand bien même ce système serait incontestable dans sa théorie, s’il est appliqué par l’éditeur avec la même rapacité que précédemment il ne sera pas plus acceptable. Or Elsevier a signalé, lors des premières tractations consacrées à ce modèle, que la recherche d’une réduction globale de facture est « out of scope ». Ce qui peut évidemment signifier deux choses :
1. « Il n’est pas exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent mais ce n’est pas l’objet. »
2. « Il est exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent. »

Speaker's Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Speaker’s Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)

Je pourrais à la rigueur souscrire à la première interprétation : lorsque l’on conçoit un système, il y a un temps pour se pencher sur les critères que l’on prend en compte et leur poids respectif, puis un autre temps pour ajuster les paramètres de base en fonction des conséquences arithmétiques constatées. Mais je ne doute pas que dans l’esprit de l’éditeur c’est la seconde interprétation qui doit prévaloir : quelle que soit la lettre de mission des experts qui travaillent sur le « nouveau modèle », je suis bien certain qu’y figure en toutes lettres l’obligation de concevoir le système pour qu’il puisse rendre acceptable une dépense égale ou supérieure à celle d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que ce système existe, mais j’en doute.

D’un gouvernant qui pressure ses sujets, le bon peuple n’attend pas qu’il change l’assiette de l’impôt ou qu’il propose la mensualisation. Le bon peuple attend qu’il baisse l’impôt. Ou bien qu’il soit renversé.
Le monde scientifique n’attend donc pas d’Elsevier qu’il modifie le mode de calcul qui lui permet de prélever des montants déraisonnables.  Le monde scientifique attendrait d’Elsevier qu’il prélève des montants raisonnables. Ou bien qu’il paie les conséquences économiques du mépris trop manifeste dans lequel il tient, depuis une décennie, les considérations scientifiques.

Mais est-ce que le monde scientifique peut vraiment encore attendre quelque chose d’Elsevier ? Un nombre croissant de chercheurs, voire d’universités (et non des moindres), pense que non. Quant à moi, qui suis moitié scientifique moitié Auvergnat, je réserve mon jugement en attendant le prochain devis.

Elsevier, banderille n°4 : justifier l’inflation ?

Inflation (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Inflation (Land Registry, Bank of England ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

La réponse d’Elsevier au mouvement de protestation des scientifiques a fait l’objet de plusieurs articles passionnants, dont un à paraître de Douglas N. Arnold et Henry Cohn (Notices of the American Mathematical Society 59(6), 2012). Un passage m’a frappé parce qu’il touche au cœur du problème en prenant en considération les questions économiques pures. On sait en effet que les éditeurs tentent parfois de justifier l’augmentation du prix par celle des coûts supportés. L’article suscité en prend dûment acte :

We don’t mean to suggest that publishing is cheap in the electronic age. True, electronic distribution is very cheap : the arXiv requires just $7 per submission, or 1,4 cents per download, in funding. But journal publishing involves significant additional costs, such as IT infrastructure, administrative support, oversight, sales, copy editing, typesetting, archiving, etc.

Voilà qui doit faire plaisir à l’éditeur. Cela dit, il faut avoir l’honnêteté de poursuivre : si les coûts de la publication en ligne ne sont pas négligeables, atteindre une certaine masse critique permet, dans ce domaine comme dans bien d’autres, de réaliser des économies d’échelle, de sorte que :

… large publishers like Elsevier should, if anything, achieve lower costs.

Or c’est apparemment le contraire qui se produit : les journaux d’Elsevier sont deux, trois, dix fois plus chers que ceux des autres éditeurs sur des segments disciplinaires et avec des facteurs d’impact comparables. Ayant du mal à croire qu’Elsevier gère mal ses affaires et ne sait pas faire d’économies d’échelle, je m’autorise à conclure que l’inflation des prix ne résulte pas de celle des coûts de production, qu’elle résulte donc d’un choix commercial, d’une déclinaison particulière de la loi du marché. Quelles justifications peut-on lui trouver ?

La qualité du service rendu, bien sûr… En effet, on peut légitimement soutenir que le prix de vente augmente, si le service rendu aux utilisateurs a été accru de façon significative et incontestable. Qu’en est-il ? Les bénéfices de la diffusion en ligne sautent aux yeux et il n’est pas question de les nier, mais seulement de voir s’ils sont assez dénués de contrepartie pour rendre acceptable une forte augmentation tarifaire.

  • Instantanéité de l’accès : gain très net. Il faut infiniment moins de temps qu’à l’époque de l’imprimé pour accéder à un article. Mais ce gain indéniable et considérable a désormais d’amères contreparties : tout le temps que l’on passait il y a 20 ans à pister un article dans les collections des bibliothèques est désormais consacré au tri de milliers de réponses dans les moteurs de recherche en ligne et aux heures de lecture plus ou moins attentive rendues indispensables par l’inflation éditoriale. La facilité d’accès a donc produit son propre antidote, comme la résistance de l’air augmente avec la vitesse.
  • Augmentation de la masse de production scientifique disponible :  à moins de confondre quantité et qualité, on ne peut assimiler cela à un bénéfice en soi. Outre que la massification vient contrarier, en aval, le bénéfice précédent de l’instantanéité, nul n’ignore qu’elle est largement induite, en amont, par la pression à la publication exercée sur les chercheurs. Or je ne vois pas que cette pression ait, en elle-même, une influence bénéfique sur la qualité du travail scientifique. La « richesse » de la matière scientifique mise à la disposition des chercheurs me semble donc un bénéfice assez douteux.
  • Pérennité de l’accès : c’est la perte la plus spectaculaire. Là où l’on payait une fois pour toute, naguère, la possession d’un fascicule qui valait  possibilité de consultation pérenne, on paie aujourd’hui un accès pour la durée du contrat. Certes, l’éditeur supporte le coût de la conservation. Mais l’usager y a perdu bien plus : en cas d’interruption d’abonnement l’effort financier consenti par son établissement pour lui donner accès à la documentation s’envole en fumée (c’est donc ça, la dématérialisation…). Il est vrai qu’une partie des ressources (les fameux « titres souscrits » avant 2011, et l’ensemble de la Freedom collection dans le contrat actuel) reste acquise en fin de contrat à l’abonné qui se désengagerait. Mais cette possession ne vaut pas droit d’accès à la plateforme Science Direct : elle permettra seulement aux malheureux « désabonnés » de disposer d’une copie des fichiers de la Freedom collection, à charge pour eux de les rendre consultables en ligne pour ses membres (au prix d’un investissement que l’on imagine). Donc, de ce point de vue là, pas de progrès non plus qui soit de nature à consoler l’abonné lorsqu’il reçoit sa facture.

Si la qualité du service n’apporte pas de justification indiscutable à l’inflation, un trafic en hausse constante pourrait le faire en manifestant l’utilité des ressources mises en ligne et leur succès croissant.  Examinons donc les statistiques d’usage clermontoises : la consultation de la base de données Science Direct n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2008 (date d’instauration de l’accès distant), où l’on a atteint 430 000 consultations annuelles [tableau des consultation et des prix].

Evolution du prix et des consultations de Science Direct
Evolution du prix et des consultations de Science Direct 

 

Depuis, elle a fortement décru. De 330 000 consultations en 2009, on est passé à 265 000 en 2010, et à 250 000 en 2011. Cette décrue vient à l’encontre de la corrélation que l’on établirait intuitivement entre le succès d’un produit et son prix, alors même que cette corrélation n’a aucun sens dans le monde numérique : la « rareté » y est produite artificiellement par les conditions financières. En l’occurrence, depuis 2008, à Clermont-Ferrand, les consultations ont diminué de 40 %, le prix a augmenté de plus de 15 %.

Je ne développerai pas la question de la qualité scientifique des revues détenues par Elsevier. D’autres l’ont discutée comme il faut et ont suffisamment établi qu’Elsevier possède certaines revues importantes, mais qu’il n’y a pas de corrélation évidente entre la qualité des revues détenues et leur prix. Ou pour le dire plus précisément, qu’à qualité égale (ou du moins à facteur d’impact égal), les revues d’Elsevier sont toujours les plus chères. De beaucoup.

Si l’on balaye, donc, tous les arguments qui relèvent du boniment et tous ceux qui viennent à l’esprit a priori, il en reste un, le seul qui corresponde à la réalité et qui fait que les contrats sont signés malgré tout, année après année, par les universités : Elsevier a accumulé une grande masse de revues ; dans cette masse, certaines sont indispensables, en nombre suffisant pour que les universités s’estiment contraintes de maintenir, coûte que coûte, leur abonnement à ces titres. Et depuis 10 ans, l’éditeur fait jouer le rapport de forces au maximum de ses possibilités, en écartant toute considération qui ne soit pas proprement financière et en imposant le « tout ou rien » à ses clients. Elsevier n’a pas forcément les meilleurs journaux, mais il en a suffisamment d’indispensables pour contraindre les universités à maintenir, coûte que coûte, l’abonnement à ses titres. Car la loi, propre aux denrées de première nécessité, de l’ inélasticité de la demande s’applique à ces revues. Elle fait que tel un toxicomane en manque, le détenteur d’un bouquet électronique tentera de maintenir l’abonnement QUEL QU’EN SOIT LE PRIX, aussi longtemps qu’il en aura les moyens, quitte à se défaire pour cela de tous ses biens. Client furieux mais résigné, d’un vendeur détesté mais riche.

Demain, pour ceux qui ne dorment pas encore, je conclurai ma semaine Elsevier par une envolée rhétorique totalement gratuite (et libre d’accès).

Elsevier, banderille n°3 : la liste des titres souscrits

Un jour, j’ai compris que la liste des titres souscrits ne servait à rien. Pour moi, j’entends. Elle est en revanche très utile pour l’éditeur. Je m’explique.

Tout au long d’un contrat de groupement de commande Elsevier pour la Freedom Collection, il y a un rituel douloureux, celui de la « validation de la liste des titres souscrits ».

Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR)
Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR) 

 

Pour ceux qui ne connaissent rien à la documentation électronique, je rappelle les bases.

  1. – La liste des « titres souscrits » est la liste des titres auxquels l’établissement était abonné sous forme imprimée au début du premier groupement de commande (aux environs de 2003, je crois) qui a permis l’accès à la Freedom collection. Cette liste doit être actualisée chaque année en fonction des disparitions éventuelles de titres, ou des changements que l’abonné pourrait vouloir y apporter (sous réserve que le montant global soit préservé, bien sûr).
  2. Cette liste a été initialement établie par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site.
  3. Le contrat interdit de se désabonner des « titres souscrits » pendant toute la durée du groupement de commande ET les désabonnements ont également été interdits lors du passage d’un groupement de commande à un autre. Bref, il est interdit de se désabonner d’aucun des « titres souscrits », sauf à sortir complètement du groupement.
  4. Ce sont les tarifs de ces titres souscrits qui ont servi à l’éditeur pour établir le fameux « chiffre d’affaires historique » qui est la base de tous les contrats depuis 2003 au moins.

À présent, examinons les divers problèmes rencontrés avec cette liste depuis deux ou trois ans.

  1. Elle a été dressée par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site. Cette liste a été dressée il y a une dizaine d’années, je suppose. Elle intégrait alors tous les titres faisant l’objet d’abonnements dans un établissement clermontois quel qu’il soit (universités, CHU…), et même des abonnements personnels de praticiens hospitaliers. Il est assez logique, lorsque l’on me demande de « valider » cette liste, que je cherche à connaître les détenteurs pour vérifier si oui ou non ils possèdent l’abonnement.
  2. Hélas, le délai de réponse concernant cette liste est généralement trop bref pour permettre un examen attentif des cas problématiques. J’ai donc à l’heure actuelle, dans ma liste de titres validés, au moins quatre titres dont les détenteurs ne sont pas identifiés. Comme il s’agit de titres médicaux, je présume que ces titres font ou ont fait l’objet d’abonnements, à un moment donné, par des praticiens hospitaliers. Mais je n’ai pas de moyen de le vérifier. Lorsque j’ai souligné ce problème auprès d’Elsevier, j’ai reçu une réponse : « Madame K*** ne manquera pas de revenir vers vous afin de clarifier les titres problématiques ». C’était le 4 avril 2011.
  3. De toute façon, la clarification, si elle a lieu, ne sera pas d’un grand intérêt, car ce qui fait l’objet du contrat ce n’est pas la liste des titres validés, mais le montant cumulé des abonnements à ces titres. De sorte que même s’il s’avérait que les 4 titres médicaux susdits, ou 10 autres, n’ont jamais fait l’objet d’abonnements de la part d’un établissement universitaire, le contrat resterait valable, puisqu’il mentionne « en dur » le montant du chiffre d’affaires annuel du contrat. Bien sûr, si Elsevier offre de compenser la surfacturation subie du fait de ces titres indûment attribués à la bibliothèque depuis 10 ans, je ne refuserai pas (Elvire, si tu lis ces lignes…).
  4. Lorsqu’il a été question d’accorder l’accès au CHU, l’an passé, dans le cadre du nouveau groupement de commande Science Direct, l’éditeur, au lieu de valider sans discussion cet accès déjà ancien à Clermont, nous a demandé de justifier de la présence, dans les titres souscrits, de titres relevant de cet établissement. Quand on sait que parmi les titres souscrits figurent entre autres 4 titres médicaux « non identifiés » dont le tarif cumulé tourne autour de 11 000 €, cela ne manque pas de saveur.
  5. J’ai oublié de dire que la liste des titres souscrits, dont la conservation de l’abonnement nous donne le droit d’accéder à la Freedom Collection, comporte des titres d’Elsevier qui n’appartiennent pas à la Freedom collection et même des titres qui n’ont pas de version électronique.

Bref, on aura compris que le seul intérêt de cette liste est sa valeur financière. Et si je l’avais compris plus tôt, je n’aurais pas passé tant de temps à l’examiner. Dressée au début des années 2000 en ratissant large (tout titre, imprimé et/ou électronique, faisant l’objet d’un abonnement dans un établissement clermontois quel qu’il soit), elle a permis à l’éditeur de garantir, pendant plus de 10 ans, la progression de son chiffre d’affaires sur une base sûre. Le CA pris en compte était d’environ 280 000 € en 2004. Il est d’environ 360 000 € en 2011. L’immobilier n’a pas fait pas aussi bien sur la même période ! Nous parlons toujours en HT, bien sûr, et sans prendre en compte les petits frais annexes (plus de 60 000 € pour l’accès à la plateforme en 2010).

Demain, si vous n’en avez pas encore assez, je vous parlerai de l’inflation des coûts dans l’édition électronique et des arguments qui la justifient.

Elsevier, banderille n°2 : réponse à « the cost of knowledge »

En réponse à la pétition lancée par Tim Gowers, Elsevier a adressé une lettre ouverte à la communauté des mathématiciens, sans paraître s’apercevoir que parmi les signataires, la majorité appartiennent à d’autres disciplines. En fait, prudemment, Elsevier a publié un autre communiqué plus général contenant beaucoup moins de promesses. Mais la réponse aux mathématiciens est pleine d’éléments passionnants. Ne pouvant la commenter in-extenso, je me limite à relever le point qui me plaît le plus.

Elsevier répond très gentiment aux scientifiques (photo : The Reeves Law Group, lic. Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR) - See more at: http://alambic.hypotheses.org/1895#sthash.EYH1nCqF.dpuf
Elsevier répond très gentiment aux scientifiques (photo : The Reeves Law Group, lic. Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR)

 

Une des promesses formulées dans ce communiqué est que les prix vont baisser COMME ONT DÉJÀ baissé les prix de certains titres : sont donnés en exemple Topology et Journal of Algebra. Il est exact que les abonnements à ces journaux ont connu une baisse. Dans le catalogue. Voyons maintenant ce qui s’est passé chez les abonnés.

La bibliothèque du département de mathématiques à Clermont a payé pour le Journal of Algebra les sommes suivantes : 7934 € en 2008 ; 7913 € en 2009 ; 7997 € en 2010 ET  2011. Il y a donc eu

  • une baisse considérable (0,3 %) entre 2008 et 2009
  • suivie par une hausse très modeste (1 %)
  • et par une très généreuse absence de hausse entre 2010 et 2011.

Total sur la période : 0,8 % de hausse. Je suppose que l’éditeur considère qu’une hausse aussi ridicule est une baisse. Ou bien que Clermont-Ferrand est la seule bibliothèque à avoir dû encaisser une petite hausse et que tous les autres établissements ont connu une baisse considérable, peut-être même au-delà de 1 %, qui sait ? Le sacrifice consenti a dû être douloureux pour les actionnaires d’Elsevier, mais que ne ferait-on pour l’amour de la science ?  L’éditeur a pu cependant se réconforter, et ses actionnaires aussi, à la pensée que ces titres bradés étaient intégrés dans des bouquets de titres dont les tarifs globaux, eux, n’ont cessé d’augmenter, d’une façon modeste, certes (6 à 7 %, pas plus), mais assez rentable vues les fourchettes de prix considérés. Ainsi, à Clermont, pendant que nous économisions avec reconnaissance 21 € entre 2008 et 2009 sur notre abonnement au Journal of Algebra, le coût global du contrat conclu avec Elsevier pour accéder à la Freedom Collection (qui comporte évidemment le Journal of Algebra) passait de 377 500 € à 402 000 €, soit une gentille petite inflation de 24 500 € (6,5 %). Mais que ne ferait-on pour l’amour de la science ? Bref, si Elsevier tient cette promesse avec la même élégance que par le passé, ses affaires ne devraient pas trop en souffrir.

Elsevier pourrait même promettre une baisse de 3 % sur ses 50 titres les plus chers, cela ne nous ferait pas économiser un centime si par ailleurs il se rattrape sur 1800 autres qu’il nous vend en même temps. L’éditeur pourrait donc

  • ménager chaque année, dans chaque contrat, comme par le passé, une augmentation générale de chiffre d’affaires pour l’ensemble du bouquet
  • diminuer le prix de vente « au détail » des titres les plus chers
  • répartir la hausse sur l’ensemble des titres du bouquet de façon à préserver à la fois l’effet d’annonce concernant la diminution des titres, et l’augmentation générale. Cela pourra peut-être aider, si Mayo Clinic ou des titres du même genre augmentent de 350 % ?

Elsevier a bien raison d’adresser ses promesses aux seuls mathématiciens : s’il est contraint par la pression exercée de faire baisser les prix de tous les titres de mathématiques, il pourra ainsi reporter la hausse des prix sur les autres disciplines. Et si la situation se dégrade encore et que, plus grave, il faut baisser l’ensemble des prix des journaux, ce sont les frais d’accès à la plateforme qui pourront être augmentés. C’est ainsi qu’à Clermont, durant les années 2007-2010, alors que le chiffre d’affaires des titres imprimés progressait « lentement », le ticket d’accès à la plate-forme Science Direct passait entre 2005 et 2011 de 21 000 à 66 500 €.

Je fais confiance à Elsevier pour tenir ses promesses, car il sait les formuler d’une façon qui les rend tout à fait réalisables.

Demain, si vous êtes sages, je vous parlerai de la liste des titres souscrits.