Série de l’été : un succès, un regret, un projet (3)

Isola di Caprera, Sardegna, par Ifyouloveme, Flickr, BY-NC-SA

Ma première bougie soufflée au sein du service, la série de l’été revient pour une deuxième saison, dont voici le 4e épisode.

Une réussite

Même si le principal de mes activités, id est la numérisation, m’apporte grande satisfaction, c’est sur un autre point que je souhaite appuyer : les tutoriels vidéo. La bibliothèque numérique n’en est qu’à sa première expérience, et il y a eu des couacs (je parle surtout pour moi), mais il est très réjouissant de voir tous les collègues entraînés dans un même projet. De même, les captures vidéo ont été effectuées dans le service CréaTICE, service de développement des ressources numériques pédagogiques, ce qui a permis de renforcer les liens établis entre nos deux équipes.

Cette expérience donne une corde de plus à l’arc de la bibnum.

Un échec

Difficile à admettre, mais assez évident, l’échec le plus important est de s’apercevoir qu’on n’en finit jamais avec la numérisation, et qu’un an n’a pas suffi à engranger la totalité des connaissances nécessaires pour mener à bien un projet de numérisation. Celle-ci est loin de se limiter au passage sous un scanner sophistiqué de documents papier, mais suppose en amont et en aval une chaîne de traitement, depuis la réflexion sur le contenu que l’on décide de numériser jusqu’à sa conservation pérenne dans des structures adaptées. L’indexation, l’organisation des fichiers, la maîtrise technique, le contrôle permanent, forment les enjeux les plus visibles de la numérisation. Il y a donc encore et toujours du pain sur la planche.

Un projet

La prochaine étape à réaliser demeure l’archivage pérenne de ce qui est produit par la numérisation. Gros défi, d’autant qu’il va falloir articuler le stockage au CRRI (le service informatique du PRES Clermont Université) d’une part, et l’archivage pérenne lui-même (vraisemblablement au CINES, malgré ses prix). Cela demande également de vérifier (revoir ?) l’indexation, la structuration et la gestion des métadonnées et des fichiers numériques.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (2)

Pour continuer la série voici, en avant-première en exclusivité mondiale et en co-rédaction avec le chef, les impressions d’un membre de l’équipe informatique :

Un succès ? Les débuts prometteurs de la mise en place d’une gestion en série du parc informatique. En l’occurrence, pour la première fois, en l’espace d’une grosse semaine, 45 machines ont été réceptionnées, leurs disques durs clonés (grâce à Clonezilla), leur déploiement final opéré sur trois sites différents. Jusque récemment, du fait de l’éclatement géographique, le parc se gérait presque machine par machine. L’automatisation progressive de la gestion permet d’envisager plus sereinement les installations à venir, même si le volume de machines doit encore aller croissant pendant les prochaines années.

Un regret ? Devoir partir en congé sans avoir absolument bouclé certaines tâches prévues, ou en laissant quelques problèmes irrésolus : en l’occurrence, un petit problème d’attribution d’adresse IP empêche l’utilisation du logiciel de gestion SIFAC sur une machine, et il est désagréable de savoir une collègue embarrassée dans son travail par un pépin informatique… quand on consacre une bonne partie de son travail à les prévenir et à les combattre.

Path par "Glenngould" (publié sous pseudonyme sur FlickR, sous licence Creative Commons, Paternité)
Path par « Glenngould » (publié sous pseudonyme sur FlickR, sous licence Creative Commons, Paternité)

Un projet ? Le service ayant quelques idées de production vidéo pour l’an prochain, je souhaiterais m’y impliquer, en mettant à profit mon attrait personnel pour ce domaine et la pratique que j’en ai déjà, pour acquérir une meilleure maîtrise des outils et apporter ma contribution à un projet du service pour les usagers.

Bonnes vacances à tous !

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (1)

C’est au tour du développeur de contribuer à la série de l’été.

Un succès

C’est encore un peu tôt pour parler de succès car il n’est pas terminé mais le chantier du nouvel OPAC basé sur Blacklight est à classer au rang des satisfactions. Au début du projet l’horizon était plutôt brumeux. Notre catalogue réticent à la connexion d’applications externes n’était pas un gage de réussite. En pratique, les difficultés d’interrogation ont été levées une à une grâce notamment à la puissance du langage Ruby et de son framework associé RubyOnRails, appris sur le tas. La facilité de prise en main de ces langages et leur souplesse d’utilisation a été une découverte étonnante et instructive. En plus, disposer de temps pour se former au travail est un grand avantage.

Un regret

Pas de problème particulier à signaler sur le déroulement des projets au cours de l’année écoulée mais du côté du développement, l’arrivée de Blacklight a été bénéfique car elle m’a permis d’apprendre un nouveau langage et de changer mon quotidien fait de PHP/MYSQL depuis plusieurs années et de le remplacer par Ruby / RubyOnRails et la satisfaction d’apprendre de nouvelle choses.

Un projet

Les projets à venir comportent tous un côté intéressant. Que ce soit la refonte de l’intranet et sa connexion à l’annuaire LDAP de l’université (qui devrait apporter un peu de piment) ou la mise à jour de la version 6 de Drupal à sa version 7, avec la contrainte de ne rien casser aux contenus actuels, nous avons sur notre plan de route la promesse d’un voyage aux paysages variés et aux rebondissements assurés.

Le bonheur n'est pas au bout du chemin. Il est sur le chemin. - Sur Flickr par MarcGbx - licence CC BY-NC 2.0
Le bonheur n’est pas au bout du chemin. Il est sur le chemin. – Sur Flickr par MarcGbx – licence CC BY-NC 2.0

Notre série de l’été : un succès, un regret, un projet

Toute publication a ses marronniers, et la liste des sujets disponibles pour permettre aux valeureux pigistes de meubler les périodes creuses est du reste assez réjouissante. L’Alambic sacrifie avec enthousiasme à cet usage. Son côté rituel et répétitif est plein d’avantages. Il permet à une créativité amenuisée par des mois d’effort de s’épargner un peu. Il ménage l’estivant soucieux de ne pas mouiller, ensabler ou salir son smartpad ou son He-phone (j’ai toujours rêvé de décliner ce nom absurde : tu es content de ton you-phone, ils zyeutent leurs they-phones, elle a she-phoné tout mon forfait, etc.), mais qui aime savoir qu’il ne va rien manquer d’important. Il évite aussi au web-deuxicomane invétéré de se trouver précipité dans un dangereux état de manque, toujours périlleux pour sa santé mentale.

Bref, dans le but avoué d’économiser notre énergie pendant la trêve estivale sans frustrer notre lecteur (s’il existe), nous allons réitérer l’expérience  de l’an passé : la série de l’été.

Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR)
Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR) 

Au seuil de l’année 2011-2012, je risquais quelques promesses sur ce que nous allions nous attacher à réaliser pendant l’année à venir. Celle-ci étant désormais terminée, j’ai relu non sans appréhension mon billet d’ouverture, pour m’apercevoir avec soulagement que le travail accompli cette année a tout de même quelque rapport avec les priorités annoncées :

  • nous avons soutenu les initiatives de Couperin lorsque le consortium se montrait entreprenant voire belliqueux. Quelques-uns de mes propres billets sur la documentation électronique ont cherché à contribuer à l’effort de guerre. Je ne réponds pas du succès, mais je revendique l’effort.
  • nous avons bel et bien mis en test (pas encore public : patience !) un OPAC libre sur notre SIGB non-libre, sans rencontrer pour l’instant de difficulté paralysante,  deux billets vous en ont informés.
  • La bibliothèque virtuelle est devenue une réalité, comme en témoigne ce site ou ce billet, par exemple. Le travail se poursuit sur d’autres projets, as you can see. Dans le même temps, le dépôt dans TEL et HAL des résultats de la recherche a été bel et bien lancé.
  • Le parc public est presque intégralement passé sous linux, nous avons eu notre première install-party et progressé de quelques pas vers le monde du libre.

Voilà pour les grandes lignes. Mais nous avons fait bien d’autres choses petites et grandes et une journée passée récemment à phosphorer ensemble nous a donné l’occasion, au sein de la bibnum, d’échanger en détail sur ce qui nous avait plu, ou moins plu, au cours des mois écoulés. Je m’en voudrais de ne pas vous en faire profiter. J’ai donc demandé à mes collègues d’indiquer chacun, dans un billet concis et illustré :

  1. Un succès : un projet qui ait abouti cette année et qui soit motif de satisfaction ou de fierté. Parce qu’il ne faut pas bouder son plaisir de voir aboutir son travail.
  2. Un regret : échec, difficulté, retard, déception rencontrés dans l’un ou l’autre projet. Ne serait-ce que pour donner du prix à nos réussites ; et peut-être aussi pour apprendre que d’autres ont rencontré et surmonté ce qui nous arrête.
  3. Un projet  : un travail motivant, déjà en cours ou en perspective pour l’an prochain. Pour partir en vacances sans crainte de s’ennuyer au retour.

Et pour que vous aussi, cher, insaisissable et mystérieux lecteur, après des vacances que l’on vous souhaite paisibles et réparatrices, vous ayez envie de revenir.

Archivage numérique : premiers pas

Material in the New Orleans city archives, by ALA TechSource, Flickr (CC-BY-SA 2.0)

L’archivage est devenu une question essentielle à la bibliothèque numérique. C’est qu’en effet il s’agit de la dernière étape du processus de numérisation. Et c’est en même temps celle qui détermine – presque – tout ce qui la précède. D’où la nécessité de se pencher dessus dès l’amont des projets de numérisation – ce qui est rarement fait, et j’en suis coupable pour la BCU.

Mais qu’entend-on exactement par archivage ? Il est juste de parler d’archivage pérenne et de le distinguer du stockage et de l’hébergement : le stockage est temporaire, et effectué sur un support lui-même fragile et non pérenne (le temps de terminer la numérisation, et avant mise en ligne par exemple). L’hébergement n’est guère plus permanent : il s’agit de conserver à moyen terme des fichiers qui doivent être localisés précisément, visibles et utilisables.

L’archivage pérenne, quant à lui, cherche à conserver sur le long terme des données, donc cela suppose la possibilité de lire celles-ci malgré l’obsolescence des supports matériels et des formats de fichiers.

Très peu d’institutions procèdent à leur propre archivage pérenne, qui demande de grands moyens, ou alors elles le font de manière très « artisanale » (CD et DVD-Rom stockés dans un coin). L’alternative est le tiers-archivage, id est faire archiver par une structure extérieure qui concentre moyens et compétences dans ce domaine.

Où peut-on archiver ?

Outre des plateformes en ligne, prestataires privés et autre dissémination dans le nuage du web, il existe des établissements publics proposant l’archivage pérenne.

Le CINES est l’établissement référent pour l’enseignement supérieur et la recherche. Il a pour mission de proposer un service de calcul mais surtout d’archiver sur sa plateforme PAC (plateforme d’archivage du CINES). Son avantage principal est sa grande compétence et ses moyens ; l’inconvénient : son prix (6000 € le téraoctet par an, et encore, c’est le prix d’ami pour les établissements dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche).

La BnF développe une offre d’archivage grâce à SPAR (système de préservation et d’archivage réparti). Avantage : cette structure développe les mêmes caractéristiques que la PAC. Inconvénient : elle n’est pas encore disponible ni homologuée par la norme ISO idoine.

Le TGE Adonis propose également une « grille de services », selon leur jargon, pour archiver. C’est le pendant CNRS de SPAR et de la PAC. Inconvénient : les ressources, notamment en termes de personnel, ont été drastiquement restreintes depuis un an.

Quant au CRRI, centre régional de ressources informatiques, il cherche à proposer également un système d’hébergement pérenne localement. Cette solution ne serait vraisemblablement pas une alternative équivalente aux autres, mais un bon moyen d’assurer l’hébergement à moyen terme, entre stockage post-numérisation et archivage définitif.

Tous pour un, un pour tous

L’archivage devient l’affaire de tous à la bibliothèque numérique. Officiellement lancé il y a un mois par un premier point général, le projet d’archivage est en attente de la réponse du CRRI et de sa volonté de nous accompagner dans cette démarche avant de prendre concrètement contact avec le CINES – c’est effectivement l’interlocuteur privilégié pour la BCU, même si ses prix font hésiter.

L’ensemble de l’équipe est impliqué car l’archivage numérique c’est, en vrac : du code, des squelettes de XML, de l’indexation, des transferts et copies de fichiers, un projet, la sélection des briques à archiver (on n’archive pas le produit fini comme par exemple le pdf recherchable d’un texte numérisé et océrisé), soit la nécessaire participation des informaticiens, de la webmestre, du développeur, de la responsable SIGB spécialiste des formats de métadonnées, de l’opératrice du banc de numérisation, …

Lors d’une formation récente à l’Enssib (en formation continue), le retour d’expérience de la bibliothèque inter-universitaire Cujas s’est révélé très intéressant. L’intervention portait sur l’ensemble de la numérisation à la BIU de droit parisienne, mais il a été particulièrement souligné que l’aspect archivage, pris en compte tardivement, avait remis en cause certaines étapes le précédant, et notamment l’indexation avait été revue pour se hisser au niveau d’exigence du CINES. Comme Cujas fait aussi tout en interne, cela laisse présager côté BCU de grands bouleversements par rapport à ce que l’on pratique jusqu’à maintenant.