Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (deuxième partie)

Vous qui lisez ce blog régulièrement, vous vous rappellerez sans doute qu’il y a déjà quelques mois je m’étais intéressé à différentes méthodes visant à maintenir propre et net son système GNU/Linux… C’était dans ce billet et il n’y était guère question que de lignes de commandes.

Nous allons cette fois-ci et comme promis en conclusion du précédent article, nous orienter vers les applications graphiques. Comme toujours ce sont les distributions Debian/Ubuntu qui ont mes faveurs mais la plupart de ces outils sont présents ou installables sur bon nombre de systèmes Linux.

L’avantage de ces outils graphiques réside essentiellement dans leur ergonomie, qui leur permet de gérer simultanément une grande quantité de paramètres, mais comme toujours ils peuvent être utilisables eux-même en ligne de commande ou n’être simplement qu’une interface graphique à une ou plusieurs commandes préexistantes, comme l’est par exemple Gtkorphan pour deborphan

Suppression des fichiers de configuration dans Synaptic
Suppression des fichiers de configuration dans Synaptic

Tout nettoyage efficace commence par la purge des paquets obsolètes ou superflus et l’on dispose pour cela de synaptic et computer-janitor ; certes ce dernier n’est plus installé automatiquement sur les dernières versions d’Ubuntu, mais il n’en reste pas moins dans les dépots…

Le bouton État de Synaptic est particulièrement intéressant au sens ou il permet de connaitre immédiatement le statut des paquets et partant de faire des suppressions plutôt « intelligentes » notamment pour les paquets « pouvant être supprimés » (orphelins) ou encore les « résidus de configurations » . Il faut toujours garder à l’esprit que Synaptic est une GUI (Graphic User Interface) pour apt-get et que tout comme cette commande il ne gère pas la suppression automatique des dépendances ; de même pour obtenir l’équivalent de l’option purge il faudra sélectionner les paquets « pour une suppression complète » et il se chargera alors d’éliminer également les fichiers de configuration…

Nettoyage du système
Nettoyage du système 

D’une façon un peu plus automatique mais aussi plus opaque à l’utilisateur on peut également utiliser l’application identifiée par Nettoyage du système alias computer-janitor dans le menu administration…

Cette application traquera pour vous dans les confins du système tout à la fois les paquets inutiles, les fichiers de configurations orphelins et les anciens noyaux…

Petite limite selon moi à son intérêt et à son utilisation (ce qui explique certainement son retrait des applications installées automatiquement par le système), l’impossibilité pour l’utilisateur d’intervenir sur son mode de sélection ou son paramétrage, hormis la liste finale…

Nettoyage des librairies orphelines
Nettoyage des librairies orphelines

Un autre de ces outils fort utiles pour débarrasser son système des paquets superflus est Gtkorphan, GUI de la commande deborphan, permettant d’indiquer facilement via un menu le type de fichiers ou de bibliothèques orphelines que l’on souhaite effacer.

Ce n’est d’ailleurs pas la sa seule qualité, car l’éventail et la modularité des options est particulièrement riche. On peut spécifier en effet si l’on souhaite rechercher là encore les fichiers de configuration non effacés par une suppression de paquet ou choisir le type de librairies orphelines à enlever, de celles relatives à python, à perl, etc,  jusqu’à la totalité, soit l’équivalent d’un deborphan –guess-all en ligne de commande.

Par ailleurs, puisque l’on fait le ménage dans le système de paquetage logiciel, il est de bon ton de vider son cache ce qui peut faire gagner à terme quelques centaines de méga-octets d’espace disque. Synaptic peut le faire si on le lui spécifie dans ses options mais d’autres outils à vocation plus générale le font également : c’est ceux-ci que nous allons aborder à présent.

Nettoyage avec Bleachbit
Nettoyage avec Bleachbit

Bleachbit est ce que l’on pourrait qualifier de nettoyeur à tout faire, s’agissant des historiques, caches et répertoires temporaires divers. A noter que deux modes de fonctionnement sont possibles : un mode utilisateur plutôt orienté vidage de caches et un mode root plus ciblé sur le nettoyage système (cache des paquets, vidage de /tmp et des journaux système, traductions inutiles, etc) et toutes choses requérant les attributions de l’administrateur. Ce dernier mode est particulièrement efficace pour se défaire des fichiers d’internationalisation non supprimés par localepurge, avec une fois de plus à la clé une quantité notable d’espace disque récupéré.

Fslint
Recherche de fichiers temporaires avec Fslint

 

Dans un registre un peu plus technique vient Fslint, utilisable également en ligne de commande.

Cet outil au demeurant hautement paramétrable et donc extrêmement polyvalent va quant à lui permettre de rechercher d’abord dans son home directory mais à priori partout où on le lui spécifiera les fichiers dupliqués, les répertoires vides, les fichiers temporaires ou encore les liens symboliques erronés… Le site doc.ubuntu-fr.org qualifie Fslint de couteau suisse et je partage amplement cet avis.

Enfin, pour conclure ce rapide tour d’horizon (non exhaustif) des outils graphiques, je vais simplement présenter deux applications disponibles uniquement sur Ubuntu que sont Ubuntu Tweak et Ailurus, encore que ce dernier fonctionne également sous Fedora. Ces deux utilitaires sont de véritables postes de commandes du système à la vocation beaucoup plus large que le simple nettoyage du système, même si elles intègrent en effet cette fonctionnalité. Dans les deux cas ces applications ne se trouvent pas sur les dépôts officiels et il faudra donc télécharger les .deb correspondant à sa version de distribution ainsi qu’à son architecture. D’une façon plus cohérente dans la mesure où on peut les trouver via launchpad on installera leur dépôt ppa au moyen de la commande add-apt-repository ce qui permettra des mises à jours et des suppressions aisées.

Il serait trop long et un peu vain de détailler ici le fonctionnement de ces deux applications dont le but est de paramétrer son système avec finesse ; les essayer est un bien meilleur révélateur. En guise de conclusion, quelques copies d’écran qui je l’espère vous donneront envie de le faire…

Nettoyage avec Ubuntu Tweak
Nettoyage avec Ubuntu Tweak

Ubuntu Tweak fait la part belle à la gestion des paquets, y compris les ppa et facilite la gestion des sources. Dans ses versions pour des distributions récentes, les fonctions de nettoyage s’étendent également aux caches des navigateurs, entre autres…
Il ne faut cependant pas négliger le reste de ses fonctionnalités, qui permettent d’accéder facilement à nombre de paramètres peu accessibles du système.

Fonctionnalité "ordinateur médecin" dans Ailurus.
Fonctionnalité « ordinateur médecin » dans Ailurus.

Ailurus est peu ou prou équivalent à Ubuntu Tweak sur bien des points, mais se veut néanmoins plus didactique dans son approche au sens où toutes les modifications effectuées sur le système sont explicitement décrites avec la ligne de commande correspondante.

Note : pour aller plus loin avec Ubuntu Tweak et Ailurus, je vous invite à consulter les pages consacrées à ces applications sur le site doc.ubuntu-fr.org.
Et toujours dans la catégorie bonnes lectures, je vous invite à consulter une série d’articles rédigés par Raphaël Herzog, par ailleurs auteur des Cahiers de l’Admin Debian, sur son blog :

Enfin, et j’en terminerai la dessus, maintenir un système en bon ordre de marche résulte nécessairement d’une démarche volontaire et de l’utilisation conjointe d’un certain nombre d’outils, graphiques ou non, et pour certains partiellement automatiques, mais toujours sans perdre de vue que c’est vous qui êtes aux commandes…

Blacklight, troisième partie : les services au lecteur

La série avait commencé par une présentation introductive puis par ce billet consacré aux données d’exemplaires, voyons dès à présent le problème des services aux lecteurs : renouvellement, liste des prêts en cours, demande de communication et réservation. Comment intégrer ces nouvelles possibilités à Blacklight (BL) ?

Serveur en tenue - Par telomi sur Flickr - Licence CC BY-NC-ND 2.0
Serveur en tenue – Par telomi sur Flickr – Licence CC BY-NC-ND 2.0

Appelons cela un problème, car la solution n’est pas totalement dans les mains de BL qui ne fournit pas d’outils pour se connecter à un catalogue. Pour bénéficier de toutes ces fonctionnalités utiles aux lecteurs, il faut un préalable évident : le SIGB interrogé doit proposer une interface permettant d’interroger ses services par des applications externes comme BL. Ce n’est pas toujours le cas et, pour nous, Absysnet ne dispose pas, par défaut, de telles interfaces. Heureusement, nous avons sous la main un programme répondant au doux nom de « zabnetarch », ajouté il y a quelques années à Absysnet par le prestataire pour l’intégration à notre défunt et regretté portail Archimed.

Ce programme est interrogeable via une connexion réseau simple TCP/IP. Nous lui passons des ordres rudimentaires du type : « donne moi les informations du lecteur possédant tel identifiant » ou encore « réserve cet exemplaire pour tel lecteur », et « zabnetarch » répond en XML en fournissant les données souhaitées ou un code explicite indiquant l’échec ou la réussite de la commande.

Quelques lignes de code pour finir

Une fois pris en main le fonctionnement de cette « API» minimaliste, il ne reste plus qu’à l’intégrer à BL. Avec Ruby On Rails, le principe est simple, il suffit d’ajouter un fichier avec des instructions en ruby dans le répertoire « models » de l’application. Pour chaque service (renouvellement, réservation, etc.) on ajoute une fonction dédiée dans notre fichier qui pourra être appelée par le programme qui gère l’utilisateur authentifié, offrant ainsi de nouveaux usages à l’intention du lecteur.

Désormais, nous avons intégré les données d’exemplaires, les services aux lecteurs fonctionnent, notre nouvel OPAC est presque prêt. La prochaine étape sera de déployer Blacklight sur son serveur définitif. Au menu, il sera question de capistrano, git, passenger mais nous verrons cela dans un prochain billet…

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

Je stocke, tu archives, nous indexons : numérisation, nouveau(x) chantier(s)

Résumons-nous : la numérisation, c’est lancé. La mise en ligne, ça fonctionne – d’ailleurs la BCU est dans Europeana depuis deux semaines ! – avec deux sites web de corpus numériques, qu’on peut voir ici. La gestion de projet, notamment en amont, ça se met en place – merci au projet d’histoire du droit sur les factums (id est mémoires judiciaires) de nous permettre de formaliser tout ça.

Bon, qu’est-ce qu’il reste encore ? L’élaboration et la mise en place d’un système intégrant d’une part un stockage sécurisé, d’autre part une perspective d’archivage pérenne. Le tout enrobé d’une mise en forme et en application d’un modèle de métadonnées plus rigoureux.

Containers in North Harbour, Copenhagen, Denmark
By Mvejerslev, BY-NC-SA, Flickr

Quel est l’état des lieux ? Pour le moment, les copies de fichiers issus de la numérisation sont stockées sur un disque dur externe, qui devait être un support temporaire. Mea culpa. Pas très brillant, je l’avoue, et pas très sécurisé surtout.

En même temps, le téraoctet n’est pas encore dépassé – c’est prévu pour mi-2013 si la numérisation continue au même rythme. Donc, il n’est pas très légitime de réclamer un budget à investir dans une structure – interne ou extérieure – prenant en charge le stockage et/ou l’archivage.

Lors du dernier conseil de la documentation du PRES, la question de l’archivage et de l’importance que les universités doivent y accorder ont suscité un débat et une prise de conscience qui semblent un bon début. Mais qui n’est pas suffisant.

 Qu’est-il possible d’envisager dans un tel contexte ? Le CRRI, alias Centre régional de ressources informatiques, service informatique desservant tout le PRES, a sollicité la BCU pour un hébergement sur un second site de ses propres données. La bibnum saute sur l’occasion pour proposer une réciprocité des copies de fichiers, afin que le CRRI à son tour prenne en charge ceux de la BCU – et en particulier la production numérique. C’est un premier pas, celui du stockage sécurisé, assez urgent à accomplir.

 Dans le même temps, il faut commencer à réfléchir sur la pérennité que l’on souhaite donner aux différents projets de corpus numériques. Car cela coûte cher, demande du temps, du matériel et des compétences – ou plus d’argent si l’archivage est opéré à l’extérieur (voir le CINES). Mais surtout, il semble évident pour tous que le numérique permet de produire plus et conserver tout. Faux. Il faut, comme pour le papier, savoir opérer une sélection, désherber AUSSI la production numérique. D’où la nécessité d’ouvrir le débat non plus au sein des bibliothèques mais des institutions dont elles dépendent, car l’enjeu se focalise sur les critères de cette sélection : que va-ton garder ? Pourquoi ? Quelle est la légitimité de tel ou tel projet dans le long terme ? Sa pertinence, l’ouverture de son corpus, le niveau de développement des outils qui permettent de travailler dessus ?

By Tsahi Levent-Levi CC BY 2.0, Flickr

Ces cogitations laissent le temps pour se pencher sur une indexation rigoureuse, entre autres en vue du stockage et de l’archivage – mais qui puisse également répondre aux besoins de mise en ligne et d’utilisation des corpus. Là, c’est encore le projet sur l’histoire du droit et le corpus des factums qui permet d’aider à formaliser les choses. Côté format, on a besoin de définir un schéma METS clair et simple, à partir des expériences des autres bibliothèques. Pas simple car aucun modèle ne domine. On va se fonder sur celui de la BnF et de Cujas notamment. Les deux institutions l’utilisent uniquement en tant qu’archivage, mais la première nous a précisé qu’il était très utile pour la présentation des métadonnées en ligne.

En même temps, il s’agit de débroussailler le contenu desdites métadonnées. Quand bien même la question demeure ouverte, entre indexation libre et normalisation thésauruesque, il est important de se créer une ligne de conduite et de la tenir. Si pour le moment l’indexation par les scientifiques, avec contrôle de la bibliothèque (du Laboratoire Magmas et Volcans et de la bibnum pour Glangeaud, de la bibnum et de la BU Lettres pour EVE), a été choisie, les différents retours de bibliothèques et de la communauté de chercheurs tendent vers une indexation à partir d’un vocabulaire prédéterminé, élaboré par les acteurs scientifiques constitutifs du projet, avec contrôle des métadonnées rentrées, doublée d’une auto-complétion permettant d’aiguiller la recherche.

C’est le cas de Viatimages, la base de données du projet Viaticalpes, ou encore de la bibliothèque numérique de la BIU Cujas.

 Rendez-vous dans quelques mois, après rencontre avec le CRRI, expérimentation de METS et avancement des nouveaux projets de numérisation comme les factums.

T’imprimes, t’imprimes, t’imprimes…

Le meurtre du photocopieur (photo Aaron Landry, publiée sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Parfois, un détonnant mélange d’agacement et de frustration vous donne subitement envie de brutaliser un objet récalcitrant voire une personne, comme dans la scène désormais fameuse qui a prêté son titre à ce billet (notez qu’il est hautement incivil d’agir ainsi, sauf au cinéma où il est bien entendu que la victime est totalement antipathique alors que le bourreau est juste un grand bon garçon un peu vif). Je confesse avoir eu envie, à une ou deux reprises cette année, d’appliquer ce genre de traitement aux photocopieurs et autres lecteurs de cartes magnétiques de la BU.

Néanmoins, l’affaire s’étant soldée par le happy end auquel on était en droit d’aspirer (nos lecteurs peuvent imprimer et photocopier), la destruction du copieur-imprimeur restera à l’état d’éventualité inaccomplie.

Pour ceux qui aiment savoir que les histoires se terminent bien avant de les commencer, voici tout de suite l’épilogue : il est désormais possible d’imprimer ses documents à la B.U. sciences à l’aide d’une carte de photocopie. Les deux postes dédiés à l’impression sont situés au voisinage des photocopieurs, l’un au rez-de-chaussée, l’autre au deuxième étage. Il suffit d’ouvrir son document sur l’un de ces postes (via une clef USB, un espace de stockage sur le Web, un site, etc.) et de débloquer l’impression à l’aide de sa carte de photocopie. Le même système sera déployé prochainement dans les bibliothèques de lettres et de droit. Bref, photocopieur et imprimante se marièrent et engendrèrent des milliers et des milliers de pages.

À présent pour ceux qui veulent regarder dans les coulisses, voici la version longue
(âmes sensibles et lecteurs pressés s’abstenir).

Situation initiale : la B.U. de sciences était depuis plusieurs années à la recherche d’une solution simple pour permettre l’impression aux lecteurs. Le logiciel commercial mis en place il y a plusieurs années, assez coûteux, avait été abandonné quand quelque mise à jour fatale avait provoqué une incompatibilité. L’impression gratuite épuisait les budgets de consommables informatique et de papier, l’impression contrôlée par les bibliothécaires (déblocage depuis le poste de renseignement) épuisait le personnel sans satisfaire les lecteurs. Dans les autres bibliothèques, on avait abandonné l’impression, ou on la pratiquait à la demande de façon assez exceptionnelle.

En janvier 2012, Acte I, la bibnum lance une consultation tous azimuts sur la façon dont les B.U. gèrent l’impression. Parmi les retours, la solution venue de Nancy nous paraît la plus simple : dans chaque BU, un ou deux postes, couplés avec un photocopieur imprimante et un lecteur de cartes magnétiques, permet de faire à la fois les impressions et les copies.

  • C’est simple pour les lecteurs, puisqu’ils ont déjà une carte pour la photocopie. Plus besoin d’aller quémander au bureau de renseignements le déblocage de l’impression pour trois pages de documents administratifs.
  • C’est simple pour les BU puisque les photocopieurs sont déjà intégrés à un marché et qu’il suffit d’activer leur fonction « imprimante ». Fini le déblocage au coup par coup et l’inconfortable sensation garde-chiourmesque qu’il procure.
  • C’est simple pour la bibnum puisqu’en faisant porter la fonction d’imprimante par des copieurs dépendant d’un marché, nous nous déchargeons des problèmes de maintenance sur des machines qui sont à la fois rapides et robustes. Adieu les cinquante remplacements de cartouche par an !

Hélas, même une solution très simple peut être très compliquée à mettre en place.

Pas de chance, les copieurs présents dans le réseau dépendent de trois marchés différents, conclus auprès de deux fournisseurs. Il fallut donc identifier les fournisseurs qui géraient les copieurs présents en BU. Déveine, les machines présentes à la B.U. sciences ne dépendaient pas toutes du même. Il fallut donc exposer à chacun le système visé, pour savoir s’ils pouvaient le fournir. Hélas, cette solution est un peu inhabituelle (peut-être parce qu’elle est simple et peu coûteuse ?). Pour éviter tout malentendu (en fait, il y en avait un, bien sûr) avec le commercial-qui-dit-pas-de-souci, il fallut donc assister à la présentation d’une offre de type « serveur d’impression » et la refuser, puis préciser de nouveau la nature exacte de notre demande. Coup du sort, à la B.U. de sciences, les photocopieurs présents dépendaient d’un marché un peu ancien et n’étaient pas pourvus de carte réseau. Il fallut donc débloquer un budget non prévu pour l’opération d’installation des cartes réseau et des lecteurs de carte, et même pleurer misère auprès du commercial pour diminuer un peu la facture de la prestation, car l’argent manquait. Veine, il était d’humeur commerçante et consentit à nous faire une ristourne (ah, si seulement il travaillait chez Elsevier !).

Tout cela nous conduisit fin juillet. Vacances, entracte.

Fin août, acte II. Installation d’une carte réseau sur les copieurs disponibles, puis première tentative du technicien pour installer le nouveau lecteur de carte. Mauvais sort, l’impression fonctionnait, mais non la copie. C’étaient la connectique qui était défectueuse, ou pas du bon modèle, bref ça n’allait pas. Comble d’infortune, nous nous apercevions dans le même temps (mais ça, nous aurions dû nous en douter) que nos postes publics sous linux ne pourraient pas gérer le système de commande du boitier lecteur de carte, et que pour les postes dédiés à l’impression il faudrait donc rééquiper spécialement des machines en windows. Mi-septembre, second passage du technicien, avec les bons câbles : tout semblait fonctionner.

Et là, la tuile (alors que depuis le début, vous avez remarqué, tout marchait sans accroc) : le lecteur de carte considère comme des centimes d’euros les unités chargées dans les cartes des étudiants, et de ce fait, débite cinq unités par impression, puisque l’unité coûte cinq centimes. De ce fait, un étudiant qui a chargé 40 unités dans sa carte la découvre vide après avoir imprimé 8 pages. Séance de bidouillage autour de l’interface de gestion du lecteur de carte. On parvient à faire passer l’affichage en mode « unité » et à faire paser le tarif de l’impression à une unité. Demi-victoire, car les photocopies, elles, restent obstinément tarifées à 5 unités. Troisième passage du technicien : il s’avère que le firmware (j’ai appris un mot) qui gérait le lecteur de cartes était périmé et que le téléchargement d’une nouvelle version permet de paramétrer correctement les tarifs de copie ET d’impression.

Il y a maintenant une dizaine de jours que le système a été officiellement mis en service. Pour être tout à fait honnête, je dois mentionner qu’à l’heure où je boucle ce billet, il semblerait que certaines cartes soient encore débitées de 5 unités par copie. Mais aucun test, sous toutes les configurations possibles (carte ancienne ou nouvelle, chargement récent ou non, etc), n’a permis de reproduire ce bug. Je peux donc, dans l’immédiat, le considérer comme non avenu et vous renvoyer à l’épilogue ci-dessus.

Si le problème se confirme, lorsque nous l’aurons résolu je pourrai le documenter par un nouveau billet. Ou bien vous apprendrez peut-être, par le billet consterné d’un collègue, que le responsable de la bibliothèque numérique a été mis en examen pour photocopicide volontaire avec préméditation.