Les revues électroniques, combien ça devrait coûter ?

L‘Open Access est-il soluble dans le commerce équitable ?

Hot Coffee, par Andreas Solberg (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Aujourd’hui, l’alambic distillera du café. J’aime beaucoup le café, tout particulièrement le café « équitable » et je n’étonnerai nullement l’avisé lecteur-qui-connaît-l’âme-humaine en confessant ici que l’éthique étiquette « équitable » rend son arôme plus doux à mes papilles. Pour forcer le trait et me propulser, l’espace d’un paragraphe, dans un monde rêvé où règne la justice, si chaque boîte achetée m’offre l’insigne satisfaction d’accomplir une bonne action, si chaque gorgée de café m’entretient dans la pensée que je contribue à l’équilibre du monde, en bref si mon plaisir bénéficie à l’harmonie universelle, comment ne pas savourer à plein l’équitable bonheur ? Et en plus il existe en décaféiné, je suis donc à l’abri des palpitations les jours où ma consommation dépasse le raisonnable.

J’aimerais que le lecteur d’une revue scientifique publiée chez Elsevier puisse un jour avoir l’impression, en lisant un article, de contribuer ainsi à l’harmonie du monde. Mais redescendons sur terre, où l’immuable harmonie se compose de pleurs aussi bien que de chantset où rien n’est parfait, même le déca’ équitable.

Cafe équitable on every corner, par One Percolated (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale).

Lors des discussions de ces dernières années avec les éditeurs, les bibliothèques ont cherché à améliorer les systèmes de tarification, comme si de meilleurs systèmes pouvaient contraindre les éditeurs à faire payer moins cher leur service. Or pendant ces mêmes années, l’édition électronique scientifique a acquis une réputation justifiée de très haute rentabilité. Préserver cette rentabilité est désormais pour les grands éditeurs un besoin crucial et tout système proposé par eux risque d’être paramétré en fonction de cet objectif. C’est ce que j’ai tenté d’illustrer hier avec mon histoire de mur qui se démonte et se remonte.

Les systèmes de financement pratiqués récemment ont en commun d’être tout à fait justifiables en théorie. Mais tous ces systèmes partagent aussi un défaut congénital majeur: quelle que soit leur justesse et leur finesse théorique, ils n’intègrent guère, in fine d’autre contrainte dans la fixation du prix que le rapport de forces entre un vendeur et un acheteur. Si le premier est détenteur d’un monopole, tous ces modèles produisent donc tout naturellement des hausses de prix considérables : au nom de quoi, dans la vraie vie, le vendeur renoncerait-il à la possibilité d’un profit aisément accessible, si l’obtention du plus haut profit est la principale condition de son succès ?  Nous avons vu déraper le système de l’abonnement depuis une douzaine d’années. Mais au sein du modèle Open Access (gold), le dérapage a déjà commencé, disait la semaine passée Paul Thirion, de l’Université de Liège, au cours de sa présentation sur l’archive institutionnelle modèle de son institution. Et de proposer une labellisation Fair Gold Open Access pour les articles qui seraient produits à un tarif raisonnable pour leur auteur (sur la vidéo, les limites du modèle Gold OA sont évoqués à 3’15, l’idée de fair gold est proposée à 4’10).

Fair gold OA, does it ring a bell ?

Inutile de tourner autour du pot de café, ce qui gît en ses tréfonds n’est pas une sordide affaire de gros sous étrangère à la vie scientifique, mais une question fondamentale d’équité dans la détermination des prix, qui est tout à fait cruciale pour la science. À la faveur de la concentration et de l’inélasticité du marché, les prix se sont trouvés décorrélés des coûts (point illustré de façon très probante par Laurette Tuckermann à partir de documents émanant d’Elsevier, à 4’00 sur la vidéo). Et plus les éditeurs décorrèlent, moins décolèrent les bibliothécaires et les chercheurs. Le modèle économique de l’édition scientifique, quels que soient ses fondements théoriques, ne sera acceptable par les scientifiques que s’il intègre des modèles de comportement pratique qui peuvent se ramener aux principes du commerce équitable. L’idée de faire estampiller une revue comme une boîte de café ferait sûrement beaucoup rire les concepteurs de business models chez Sprinsevier. Pourtant, il est tout à fait concevable de faire émerger, à la faveur des négociations menées avec les éditeurs, la notion proposée par Paul Thirion de fair Open Access, et même de l’étendre au modèle par abonnement, en faisant définir ce qu’est un prix équitable (fair price) par les autorités scientifiques, les instances d’évaluation, les consortia de négociation. Comment définir ce prix ? Par sa corrélation avec les coûts, répond avec justesse Paul Thirion. Les fondements de cette méthode sont déjà en place, si l’on y prête attention : le projet de labellisation des offres par le Consortium Couperin, qui sera mis en œuvre en 2013, est un premier pas dans cette voie, d’autant plus intéressant que les éditeurs se montrent très sensibles à son caractère incitatif : l’idée générale est que ceux d’entre eux qui auront satisfait aux exigences de la lettre de cadrage du consortium verront leur offre labellisée. On sait combien l’étiquette d’honorabilité est importante dans le secteur commercial. Il y a là un levier d’action qui est loin d’être négligeable.

Si j’osais, j’irais un peu plus loin et m’aventurerais jusque dans le domaine de l’évaluation scientifique des revues. Ne pourrait-on concevoir de faire entrer le prix, ou plutôt sa corrélation avec le coût, dans les critères d’évaluation ? Le lecteur-à-l’esprit-aiguisé m’objectera que l’intégration du prix aux critères d’évaluation d’une revue n’est pas conforme à leur caractère propre, puisqu’il s’agit d’un critère qui ne porte pas sur la valeur scientifique du contenu. On pourrait néanmoins le défendre avec deux types d’arguments :

  • le principal critère d’évaluation aujourd’hui utilisé, l’Impact factor, n’est pas particulièrement irréprochable en tant que critère d’appréciation de la valeur scientifique. Il est essentiellement quantitatif, alors que l’évaluation scientifique est par essence qualitative. Les limites du modèle quantitatif sont magnifiquement résumées et illustrées dans le rapport sur l’évaluation des chercheurs remis en janvier 2011 par l’Académie des Sciences (voyez p. 12 et suivantes). Dès lors, l’enrichir par un critère de prix serait un des moyens de tempérer les effets pervers liés aux critères de notoriété, en prémunissant le système contre l’association qui risque de s’établir entre une grande revue et une revue chère dans le modèle de l’Open Access auteur-payeur comme dans celui de l’abonnement. Il s’agirait, en somme, de tempérer un biais par un autre.
  • Autre type d’argument : peut-on soutenir, à qualité égale, qu’une revue peu chère est, passez-moi l’expression, « plus scientifique » qu’une revue chère ? Il me semble que oui, car les modes de fonctionnements économiques devraient tendre, selon l’éthique scientifique, à faciliter plutôt qu’à ralentir la diffusion du savoir. La plateforme PLoS affiche le principe suivant :

Our fee waiver policy, whereby PLOS offers to waive or further reduce the payment required of authors who cannot pay the full amount charged for publication, remains in effect. Editors and reviewers have no access to whether authors are able to pay; decisions to publish are only based on editorial criteria.

  • Poussons dans sa logique la remarque conclusive de l’éditeur : si l’incapacité à payer le prix nécessaire peut faire obstacle à la publication, c’est que la revue n’a pas une démarche purement scientifique. En ce sens, on voit bien que la démarche scientifique n’est pas étrangère aux conditions économiques de sa diffusion. On pourrait donc concevoir que le classement des revues intègre un indice d’adéquation au principe du fair price, ou que soit adjoint à l’Impact factor un label de ce type. À ce petit jeu, certaines revues d’Elsevier, Springer, Wiley ou même ACS, seraient sans doute beaucoup moins bien notées qu’aujourd’hui.

Abstraction faite du travail de rédaction, de relecture des articles, qui sont à la fois la contribution en nature des chercheurs et la condition sine qua non d’une publication de valeur, les coûts supportés par les éditeurs pour l’apport qui est le leur (organisation de la chaîne de traitement, diffusion en ligne, conservation, services associés) sont mesurables et mesurés, et quel que soit le modèle économique adopté, c’est la collectivité bénéficiaire qui, in fine, les supporte. L’intérêt général commande que le travail fourni soit rémunéré d’une façon qui pèse raisonnablement sur le contribuable et permette à la fois le bon fonctionnement de l’entreprise éditoriale et le développement de l’activité scientifique.

Et la voie verte ?

Je ne peux conclure sans évoquer l’autre grand moyen de diffuser la science pour un coût modéré : utiliser plus intensément les circuits de publication financés, comme la recherche elle-même, sur les deniers publics. Entre deux revues en Open Access, à qualité scientifique égale, pourquoi un chercheur irait-il publier dans la plus chère ? C’est pourquoi un regain de vitalité des circuits académiques de publication adossés aux institutions est éminemment souhaitable ; de même le développement, déjà bien engagé, des archives institutionnelles, au sein desquelles peut aussi émerger un circuit de validation scientifique pour constituer ce que l’on appelle des « épi-revues » (overlay journals).

Ce qui me permet de conclure en tirant la (quatrième de) couverture du côté des bibliothèques : aujourd’hui, les bibliothèques des établissements de recherche et d’enseignement supérieur traitent des fichiers numériques en quantité croissante. Elles les produisent et les recueillent ; elles les agencent, les organisent, les indexent, les signalent, les envoient vers des dépôts d’archives ouvertes et administrent ces dépôts. Puisqu’il semble que la part de leur de leur travail et de leur budget dévolue au traitement des abonnements va aller en décroissant, ne pourrait-on s’appuyer aussi sur les bibliothèques pour soutenir les circuits de publication académique de demain ?

Les revues électroniques, combien ça va coûter ?

Les voyages professionnels ont entre autres mérites celui d’aérer le cerveau au vent du large, ainsi que de fournir les heures de voyage en train propices à la méditation, à la détente et à la rédaction des billets de blogs. Un aller et retour à Nancy pour le « carrefour de l’IST » 2012 m’ayant offert matière à penser, je propose une suite plus prospective à mon récent billet sur la documentation électronique. Je vais exposer dans un premier billet les perspectives proches telles que je les ai perçues depuis l’amphi 8 de la fac des sciences à Nancy, et dans un second les perspectives lointaines telles que je les bâtirais, si j’en avais la capacité hors des immatérielles mais très étroites frontières de ce blog, et au-delà même de l’écran qui le contient.

L’histoire du mur qui se démolissait pour aller se reconstruire un peu plus loin.

Un mur qui tombe : les abonnements.

Crane removed part of Wall by Brandenburg Gate, by Daniel Andal (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

Le modèle qui finance la publication scientifique par l’abonnement survit pour quelque temps encore. Le web est en train de le jeter à bas pierre par pierre, tant l’idée d’un contenu disponible sur internet mais non accessible heurte aujourd’hui le sens commun. Peu importent les raisons légitimes qui justifient de faire payer les contenus disponibles sur le web : l’accès gratuit est une sorte de loi non écrite à laquelle il est difficile de se soustraire, les producteurs audio-visuels en font l’expérience : No law is stronger than is the public sentiment where it is to be enforced, disait Lincoln.

Une autre facteur concourt sans doute à la mort des abonnements : les budgets publics dévolus à la documentation décroissent. Aussi les principaux éditeurs, ne pouvant plus espérer les marges généreuses des années passées, entament-ils une retraite en bon ordre, non sans mener un vif combat d’arrière-garde qui a deux avantages : 1) il leur permet, avec une dépense d’énergie raisonnable, de préserver leur rente encore quelques années. 2) ils forgent pendant ce temps les armes de publication massive propres à assurer leur succès sur le terrain de l’Open Access. On peut notamment compter sur Elsevier pour essayer d’arracher, lors de la prochaine négociation avec Couperin en 2013, le contrat le plus long possible avec un CA maintenu. Tous nos efforts à nous tendront à obtenir un contrat conforme à ce que nos budgets peuvent décemment supporter, c’est à dire une diminution de la facture. Le lecteur avisé m’aura compris à mi-mot : ce n’est pas parce que le combat se livre à l’arrière-garde que la victoire est à nous.

Bien sûr, tous les éditeurs n’ont pas adopté la même stratégie. Springer, Elsevier et Wiley ont galopé, avec des nuances dans la stratégie et le résultat, sur le terrain inflationniste. Certains éditeurs non-commerciaux, comme ACS, les ont suivis sur cette voie pour des raisons qui restent à comprendre (voir à ce sujet le très vivant exposé de Laurette Tuckermann). Mais d’autres éditeurs ont adopté une stratégie plus conforme aux besoins de l’activité scientifique. On aurait pu appeler cela le fair subscription access, pour anticiper sur le thème de mon prochain billet. Pour prendre un exemple vécu, l’American Institute of Physics a adopté un modèle économique identique en surface à celui des grands éditeurs, que j’ai ailleurs décrit (maintien des abonnements imprimés obligatoire pour accéder à une collection électronique large). MAIS la rigidité du système n’était pas totale : en renonçant totalement au papier ET à l’électronique de façon passagère il y a deux ans, nous avons abouti aujourd’hui à un tarif très correct. Je dois souligner pour être juste que sur le moment l’éditeur n’a pas apprécié notre désabonnement massif, non plus que les physiciens clermontois. Mais enfin le fait est qu’aujourd’hui, nous accédons à ces excellentes revues de physique pour un prix très acceptable, y compris pour l’éditeur.

Néanmoins, les éditeurs qui ont adopté la stratégie la plus agressive concentrent aujourd’hui l’essentiel de la dépense, je l’ai dit dans mon dernier billet. Que va-t-il se passer maintenant que l’Open Access prend l’ascendant ?

Le mur qui monte : Open Access, Gold road

Le principe de l’Open access est aussi inattaquable que simple : les résultats de la recherche scientifique sont gratuitement accessibles à tous. La question que pose le lecteur-qui-ne-s’en-laisse-pas-conter vous brûle les lèvres : « mais alors, qui paie ? ». Il y a à cette question autant de réponses que de payeurs potentiels, les deux grandes subdivisions connues étant le Gold Open Access et le Green Open access. Je laisse de côté le Green pour le moment, car le modèle qui intéresse les éditeurs est évidemment le premier, parfois aussi appelé « modèle auteur-payeur ». Ce modèle a déjà fait ses preuves. Il est éminemment défendable dans son principe (comme du reste le modèle de l’abonnement). Mais le soutien enthousiaste que lui apportent les éditeurs commerciaux comporte un risque évident de dévoiement.

Un système peut être parfait et son application inique. Ce n’est pas moins vrai de l’Open access que de l’abonnement. Ainsi, si demain, pour publier dans une revue très cotée, l’auteur doit payer non pas trois mais cinq ou dix mille euros, quel moyen de négocier aura-t-il ? Acceptera-t-il de se rabattre sur une revue moins fameuse pour économiser les deniers publics, au risque de n’afficher, lors d’une prochaine évaluation, que des publications dans des revues de second rang ? Si la réputation de la revue est faite, et l’inflation graduelle, il n’y a aucun doute : des tarifs vertigineux pourront s’imposer. Un simple regard jeté aujourd’hui sur la liste des tarifs de publication de BioMedCentral permet de constater que les tarifs à la publication s’échelonnent aujourd’hui entre 490 et 2040 € HT. Chez Elsevier, on paie 458 € pour publier dans Cancer Treatment Communication, 3000 $ dans Applied and Translational Genomics. Les échelles de prix ne reposant pas sur des critères publiquement affichés, quelle garantie avons-nous, si le système entier de publication migre vers l’Open Access, que ces prix ne vont pas subir une inflation absolument similaire à celle qu’ont connu les abonnements entre 2000 et 2012 ? À titre de comparaison, jetez un oeil sur l’affichage de PLoS : les prix sont fixés au niveau le plus général, et non titre par titre (il est aussi précisé qu’ils n’ont pas été augmentés depuis 2009).

Le mur de l’abonnement s’écroule, mais rien n’empêche de le déplacer vers la publication. D’après un collègue croisé à Nancy et travaillant dans un organisme de recherche, déjà 10 % des articles publiés par les chercheurs de son institut le sont dans le cadre du gold OA. Or ces budgets sont très difficiles à repérer dans la comptabilité des établissements, puisqu’ils sont répartis dans les laboratoires de rattachement des auteurs. Les budgets documentaires se restreignent, les négociateurs d’abonnement commencent à devenir trop coriaces ? Le modèle auteur-payeur va permettre d’aller capter des budgets sous-exploités jusque là… Le Research Work Act était une tentative manquée de barrage au Green Open Access. Le développement du Gold Open Accessest une solution bien plus habile : paré des attraits de l’Open access, ce système offre aux éditeurs des potentialités économiques qui n’ont rien à envier au système par abonnement. Le mur de l’accès est en train de tomber, pierre à pierre. Qu’à cela ne tienne, il sera déplacé de quelques mètres pour barrer la route à la publication, et non à la consultation. À moins que nous trouvions une meilleure solution, dont je vous parlerai demain.

Wall_Abu Dis (19) by John Jobby, publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

Que fait-on de notre catalogue ?

Je profite de mon stage à l’ENSSIB sur l’évolution des catalogues pour réfléchir à voix haute sur ce qu’on peut faire maintenant pour améliorer notre outil. L’objectif étant toujours de satisfaire les besoins de nos publics, notre catalogue doit s’inscrire dans un nouvel écosystème, celui du web de données et des pratiques qui vont avec. Les grands établissements et agences sont aux avant-postes en la matière et nous montrent le chemin à suivre. Toute la difficulté, me semble-t-il, réside pour les autres établissements en la définition d’une stratégie de positionnement entre l’intégration nécessaire dans un réseau de plus en plus vaste et la valorisation d’atouts locaux ou spécifiques.

Le catalogue du jardinier savoyard (1787), Le bibliomane moderne

Un stage passionnant

Je voudrais tout d’abord féliciter Françoise Leresche, qui conçoit le stage, pour la qualité de ses cours et de ses choix en ce qui concerne les autres intervenants. Nous avons bénéficié de leurs lumières tant sur le plan technique que bibliothéconomique. Je vous invite donc à assister à ce stage l’année prochaine, puisqu’il sera reconduit.

Je reste convaincue que le principal outil de médiation de la bibliothèque est son catalogue. Car enfin, pourquoi constituer un catalogue, sinon pour faire connaître au public l’étendue de nos collections ? Aux questions : possédez-vous tel document ? Où ? Nos catalogues actuels répondent très bien. Hérités du modèle de description sur fiches des années 1960, ils sont constitués de notices de publication, et indiquent les localisations. Mais cela reste bien souvent insatisfaisant du point de vue de la recherche par matière et des rapports qu’entretiennent les publications entre elles. Aussi la tendance est-elle de revenir aux exigences premières des catalogues : décrire une oeuvre et donner la possibilité de sélectionner parmi plusieurs documents. C’est l’ambition des FRBR, appuyés par les formats RDF et RDA.

La normalisation et la standardisation en marche

Les évolutions en cours sont suivies de près, voire élaborées par la BnF et l’ABES, entre autres. En participant aux travaux de normalisation de différents groupes et en proposant des outils toujours plus perfectionnés, ces établissements nous montrent le chemin à suivre. Le projet data.bnf.fr est un très bel exemple de ce que permettent des données bien structurées en matière de recherche documentaire. La plateforme Isidore en est un autre.

Néanmoins, on mesure l’écart qui existe entre ces institutions et nous, établissements universitaires lambda, en matière de recherche et développement. Nous sommes forcément à la traîne, à la fois parce que nous attendons après leurs préconisations et parce que nous n’avons pas la même capacité à faire évoluer nos propres outils. En l’état actuel de nos systèmes, que pouvons-nous faire à part attendre que la standardisation oblige nos fournisseurs à prendre en compte de nouveaux formats ? On essaie déjà de rattraper notre retard en mettant au point des catalogues qui ne soient plus des OPACs…

Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

On attend.

Mais on participe à la définition de nos besoins informatiques au sein du comité technique SGBM de l’ABES. C’est l’une des manières possibles de faire évoluer nos outils auprès de nos fournisseurs. On mesure d’ailleurs combien il est difficile pour les établissements de renoncer à leur souveraineté dans ce domaine. Mais puisque nous travaillons tous au sein du réseau Sudoc, à quoi bon conserver un outil de gestion propre, sinon pour conserver la maîtrise (toute relative d’ailleurs) de sa personnalisation ?

On réfléchit à notre stratégie de services, à notre place sur le web à côté des « gros » catalogues et réservoirs de données. Si l’on ne peut pas offrir l’exhaustivité d’un catalogue international, national ou collectif, quelle peut être notre plus-value ? Répondre aux besoins d’un public essentiellement local ? Valoriser des collections spécifiques ? Alors oui, proposer un catalogue local de qualité, c’est encore montrer à notre public qu’on assure le confort de sa recherche. C’est dans cette perspective que nous développons un outil de découverte à la BCU.

On réfléchit aussi aux partenariats possibles et aux services mutuellement rendus. Ainsi, certains projets de numérisation peuvent alimenter des plateformes plus ambitieuses comme Gallica, qui, juste retour des choses, augmentent la visibilité de nos collections et contribuent à les faire vivre.

On prépare les équipes. Les nouveaux modèles de conception des catalogues, les nouveaux formats de catalogage (ou traitement des données) vont directement modifier le travail des collègues, notamment les BAS. Il va falloir miser sur la formation continue pour assurer une bonne transition vers les nouvelle fonctions. Technophiles et catalogueurs à la plume d’oie devraient enfin se rejoindre sur les questions de contrôle qualité des données !

Les revues électroniques, combien ça coûte ?

Budget, publié sur FlickR sous le pseudonyme de « 401 (K) 2012 » sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

A Clermont, en 2013, le budget de la documentation électronique va dépasser, pour la première fois, le million d’euros. La documentation électronique va constituer, en 2013, une petite moitié des dépenses documentaires de la BCU. Il n’est pas inintéressant de se pencher en détail sur la composition de cette masse, pour donner une idée de sa répartition globale. Il ne s’agit pas de contempler avec ravissement notre nombril budgétaire (il n’y a pour l’heure matière ni à s’esbaudir, ni à larmoyer) mais d’exposer succinctement la situation actuelle d’une bibliothèque universitaire assez banale (banale du point de vue du budget doc’ élec, s’entend, car il est notoire que par mille autres aspects nous sommes hors du commun) : Clermont-Ferrand est un site de taille moyenne et l’on peut considérer –  je vous épargne les précautions oratoires habituelles en pareil cas -, que nous présentons une configuration ordinaire pour les établissements de même envergure, à savoir desservant une communauté de quelque 30 000 étudiants et 1500 enseignants chercheurs.

Autre précaution qui, cette année, ne peut être considérée comme de pure forme : lorsque je parle du « budget de la documentation électronique », j’entends : les demandes budgétaires que nous formulons pour nous situer dans une perspective de maintien de l’offre. Si notre dotation budgétaire est revue à la baisse, nos ambitions documentaires s’adapteront aux moyens disponibles.

Austerity, publié sur FlickR sous le pseudonyme de « 401 (K) 2012 » sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

Glissons maintenant un œil dans la cassette, en commençant par faire justice des trois gourmands qui consomment la majorité de nos ressources.
Elsevier : 465 000 € (pour environ 1800 revues)
Wiley : 100 000 € (pour environ 1400 revues)
Springer : 70 000 € (pour environ 1900 revues)

Voilà au moins une donnée simple : 60 % du budget documentation électronique sera versé en 2013 à trois éditeurs. Est-il plus belle définition du concept de concentration ? Pour être exhaustif il faudrait ajouter à ce tableau l’American Chemical Society, qui en additionnant sa ressource phare, les Chemical Abstracts, et son bouquet de revues, prétend avoisiner les 60 000 € en 2013. Signe des temps, une société savante, atteignant l’âge de la maturité numérique, talonne désormais les exigences commerciales des éditeurs professionnels. Toutefois, la vigoureuse polémique dont cet éditeur fait l’objet fait que d’une manière ou d’une autre, par négociation ou par désabonnement, cette charge est appelée à diminuer. Il faut noter que la dépense Springer et Elsevier peut être considérée comme unifiée désormais, puisque le passage au tout électronique est acquis pour ces deux éditeurs. Tel n’est pas le cas de Wiley, car si le passage au tout électronique est acquis à l’intérieur de la BCU pour 2013, nous ne le proposerons dans l’université qu’en 2014, ce qui accroîtra encore la charge d’une trentaine de milliers d’euros. Car nous essayons d’absorber les chocs successivement : passer au tout électronique pour Elsevier, c’est à dire centraliser à la BCU la dépense de l’ensemble du site, va alourdir de 70 000 € les dépenses en 2013. Il est prudent de ne pas essayer de franchir deux marches en même temps, le temps de s’assurer que les recettes suivent. La progression du budget de la documentation électronique correspond donc avant tout à un transfert de charges augmenté de l’inflation, non à un accroissement des ressources proposées. L’avantage de ce transfert, comme je l’ai souligné dans le billet cité ci-dessus, est qu’il rend la charge plus visible et en simplifie la gestion.

Voyons ensuite le reste de la dépense : elles se répartit en deux grands blocs de taille inégale :

  1. Le domaine sciences-santé totalise 250 000 €
  2. Le domaine droit-lettres 130 000 €

Le décalage entre les deux domaines n’étonnera personne. Il faut tout de même noter que la répartition ci-dessus FAIT ABSTRACTION de la prédominance écrasante, dans les bouquets Spring-Wil-sevier, des disciplines relevant des sciences et de la santé. Admettons que les bouquets Wiley-Elsevier recouvrent des abonnements de sciences exactes à 80 %, Springer à 100 %, on approchera de la répartition réelle des masses financières : cela donne un total de 243 k€ (25 %) pour les lettres et le droit, et de 772 k€ pour les sciences, soit un rapport de 1 à 3.

Il faudrait logiquement, pour avoir une vue complète, prendre en compte la masse, complémentaire, des abonnements imprimés n’ayant pas d’équivalent électronique (encore très nombreux en lettres et sciences humaines) et des dépenses d’achats de livres, alors que le livre numérique entame seulement son décollage depuis un an ou deux. Les lignes vont donc sans doute bouger de ce côté dans les années à venir. Plus intéressant, ces acquisitions pourraient être l’occasion de doter un peu moins chichement les étudiants en ressources numérique, car dans la configuration actuelle les ressources aisément utilisables par les étudiants de licence (c’est à dire principalement françaises par leur contenu) ne dépassent pas 15 % de la dépense globale.

Investing, publié sur FlickR sous le pseudonyme de « 401(K)2012 », sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

Voici les quelques remarques que l’on peut faire, sans entrer dans le détail, sur la gestion de la documentation.

Gros, demi-gros, détail

Le budget de documentation numérique est d’abord un budget de grossiste. Il sert à mettre à la disposition de la communauté la plus large les ressources utilisées de façon abondante. Le cas des grands éditeurs est emblématique de cette situation. Le corollaire, c’est que la bibnum ne traite pas ses abonnements au détail et n’a pas de politique documentaire propre concernant telle ou telle discipline  : ce sont les BU disciplinaires qui fournissent à la bibnum les avis et expertises sur telle ou telle ressource ; ce sont elles aussi qui prennent directement des abonnements électroniques hors bouquet, au titre à titre, selon les besoins finement identifiés de la communauté qu’elles desservent. Bref, si l’on voulait définir grossièrement la ligne de conduite suivie : la bibnum fait le gros, les BU font le détail.

En pratique, cela aboutira, en 2013, à ce que la bibnum gère les bases de données et les bouquets de revues. Par bouquet j’entends les offres groupées des éditeurs (ces fameux « bundles » qui ont tant fait cliqueter les claviers depuis début 2012 grâce notamment à Tim Gowers) et les abonnements au titre aboutissant de facto à un quasi-bouquet (en général 8 à 15 titres chez un même éditeur). En revanche, les abonnements électroniques isolés seront pris par les BU. De la même façon, pour les livres électroniques, la bibliothèque numérique paie les abonnements aux plateformes et aux bouquets, à charge pour les bibliothécaires des BU d’opérer le choix titre par titre quand c’est possible ou nécessaire. Pour le dire autrement, ce n’est pas tant le support qui est déterminant dans la dévolution du budget, que le mode d’acquisition plus ou moins fin et dirigé, ou non, vers une communauté précise. Car si l’on ne raisonnait qu’en termes de support, la bibnum se retrouverait tôt ou tard détentrice de l’ensemble du budget documentaire, et si grand soit mon attrait pour les gros chiffres et les tableurs à rallonge, je ne me souhaite pas cela, ni à personne d’autre.

Et la politique documentaire alors ?

L’intervention de la bibnum sur la politique documentaire proprement dite, c’est à dire au fond notre capacité à opérer des choix d’abonnements, découle de cette répartition. Nous portons une attention particulière aux ressources pluridisciplinaires et généralistes, ainsi qu’aux disciplines qui nous paraissent peu ou mal couvertes. La marge de manœuvre est assez étroite mais nous opérons tout de même des réajustements chaque année, en agençant plusieurs critères :

  • les besoins identifiés : une liste de ressources que nous souhaiterions acquérir si nous le pouvions (disciplines peu ou pas couvertes, par exemple), et les BU en fournissent également chaque année en fonction de leurs discussions avec les enseignants et de leur réflexion.
  • l’usage effectif des ressources acquises : nous examinons les statistiques pour en tirer un coût moyen de consultation.
  • les coûts : on surveille l’inflation des ressources et son impact sur le coût moyen. Une inflation trop rapide place immédiatement une ressource « sous surveillance ».

Cas typique qui s’est présenté à trois ou quatre reprises ces dernières années : un bouquet de revues apparaît sous-utilisé, l’examen des statistiques montrant un coût moyen de consultation supérieur à 10 € (c’est notre cote d’alerte symbolique, sachant que les coûts moyens de la plupart des ressources se situent entre 1 et 3 €). Dès lors, nous entrons en discussion avec les chercheurs concernés et nous réduisons le bouquet, ou prenons du titre à titre, ou désabonnons carrément dans certain cas, parfois en proposant une ressource de substitution. Ainsi la politique documentaire parvient-elle à se frayer un petit sentier au milieu des ronciers budgétaires. Élargir ce sentier n’est pas affaire de chiffres, mais de politique et de négociation, un travail qui se fait, pour l’essentiel, hors des murs matériels ou numériques de la bibliothèque. Et dont je parlerai peut-être une autre fois puisque mon but, aujourd’hui, était juste de vous dire où passerait, en 2013, le million de la doc électronique.