L’accessibilité numérique en 3 tours de toile

L'image représente un personnage assis devant un PC, les yeux bandés. L'image est surmontée du texte : "comment liriez-vous un article si"
Affiche créée par l’APRIL pour sensibiliser à l’accessibilité numérique. Texte : Christelle Thomas. Graphisme : Julie Tolomelli. 

Dans les universités, plusieurs services ont comme objet de faciliter l’accueil et l’accompagnement des étudiants en situation de handicap. A Clermont-Ferrand, le SUH, Service Université Handicap  est le service du PRES de Clermont-Ferrand chargé de cette mission. Grâce au Pôle Déficience visuelle, hébergé dans les locaux de la BU de Sciences sur le Campus des Cézeaux, et à la présence d’une transcriptrice professionnelle, les étudiants en situation de handicap visuel des membres fondateurs du PRES bénéficient d’un service d’adaptation de documents à la carte.

Au sein de la BCU, la mission transversale Lecture-Handicap de la BCU, créée en octobre 2011, vise également à développer, du point de vue des bibliothèques et de la documentation, une politique d’accueil et d’accompagnement en faveur des étudiants handicapés. Cette politique passe ainsi par un projet de signalement des ressources adaptées de niveau universitaire, projet dont je parlerais dans un prochain billet.

Le numérique joue un rôle central dans cette politique, grâce à la place qu’il occupe dans la chaîne de production et de consultation de médias substituts et c’est tout naturellement que pour mon premier billet, j’aborderai la question de l’accessibilité numérique pour d’abord battre en brèche quelques idées reçues.

Première idée reçue

L’accessibilité numérique, ce n’est pas seulement l’accessibilité du web (même si, dans le langage courant, très souvent elles se confondent) mais c’est aussi l’accessibilité de l’ensemble des médias (radio, télévision, …), des moyens de communication (téléphone, téléphone mobile, …) et des moyens d’accès à la connaissance et à l’information (supports numériques de lecture par exemple) qui utilisent les voies numériques. Le site de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) propose d’ailleurs un dossier sur l’accessibilité des services téléphoniques.

Deuxième idée reçue

L’accessibilité numérique ne concerne pas que les personnes handicapées (même si elles sont concernées et impliquées au premier chef) mais tout un chacun puisqu’elle prend en compte l’accès universel aux ressources numériques (quels que soient la langue, le matériel ou les logiciels utilisés,  la localisation géographique, …). On parle de « conception universelle », traduction  d' »universal design ».

J’aime beaucoup cette phrase de Charles Gardou, professeur à l’université Lyon 2, anthropologues dont les travaux portent sur la vulnérabilité et ses différentes manifestations (dont le handicap) : « Il ne convient plus de penser et d’agir en termes spécifiques pour des groupes tenus pour spécifiques. Il faut s’appliquer à rendre plus confortable, à humaniser pour tous, à partir du principe universel d’accessibilité et du concept de qualité de vie. Voilà ce qu’il importe de conscientiser : « Nous sommes faits pour vivre ensemble : ce qui est facilitant pour les uns est bénéfique pour les autres. » Qu’ils soient architecturaux, sociaux, pédagogiques, etc., les plans inclinés sont universellement profitables. »Nous pourrions ajouter à cette énumération, la notion de « plans inclinés numériques ».

Les situations d’inaccessibilité numérique sont diverses. Deux vidéos (et leur transcription) sur le site de l’Institut de l’Accessibilité numérique permettent d’illustrer deux situations d’inaccessibilité que l’on peut compléter par : l’impossibilité d’accéder à un document en .pdf parce qu’il n’est pas balisé, l’impossibilité de comprendre une vidéo parce qu’il n’existe pas de sous-titrage ou de transcription, l’impossibilité de savoir ce que figure une image parce qu’il n’est pas prévu d’alternative textuelle, etc…, etc…, etc…

Troisième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas une faveur faite à un petit groupe mais un droit inscrit en France  dans la loi de février 2005 (Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées), et au niveau européen dans plusieurs directives.

C’est aussi une philosophie, initiée par Tim Berners-Lee, le fondateur du World Wide Web. Mille fois est citée cette phrase : « La puissance du Web réside dans son universalité. L’accès par tous quel que soit le handicap en est un aspect essentiel  » mais mille fois, dix mille fois, cent mille fois, … est ignoré ce principe puisque, aujourd’hui, tous les sites ne sont pas accessibles, loin s’en faut.

L’accessibilité numérique, enfin est une obligation pour les services publics (dont les bibliothèques) puisque l’article 47 de la loi fixe un objectif ambitieux : rendre l’ensemble des « services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent […] accessibles aux personnes handicapées ». C’est en mai 2009 qu’est paru le décret d’application de cette disposition qui prévoit la mise en accessibilité des services de communication en ligne dans un délai de 2 ans pour les services de l’État et de 3 ans pour les collectivités. En complément, le Référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) précise les exigences techniques à respecter pour l’accessibilité des contenus.

Mais qu’en est-il en réalité ? Honnêtement, si vous évaluez l’accessibilité du site Internet de votre bibliothèque grâce à un outil en ligne comme Wave ou le valideur officiel du W3C  qu’observez-vous ? Une erreur, deux erreurs, vingt erreurs ???. Notre blog même n’est pas à l’abri. Les progrès à faire sont immenses et si dès la phase de conception, la notion d’accessibilité est prise en compte, les coûts générés sont plus faibles. Une des difficultés est qu’en raison de la vie dynamique des contenus numériques, des sites accessibles à un instant T peuvent perdre cette qualité à l’instant T+1 ou T+2.

Le 16 novembre dernier, ADULOA, Association des utilisateurs des logiciels Opsys Archimed, organisait une journée d’études sur le thème de l’accessibilité des portails documentaires. Une première à ma connaissance. Vous pouvez lire, si le sujet vous intéresse, un billet sur cette journée sur accessiblog.fr

Quatrième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas le domaine réservé de geeks qui parlent codé, même si leurs compétences techniques sont incontournables.  Ce doit être une préoccupation de tous ceux qui créent ou pilotent la création de contenus numériques. Si vous ne savez pas par quel bout, prendre les choses, je vous  conseille de visionner le diaporama d’Olivier Noury « Prioriser les chantiers d’accessibilité numérique quand tout est à faire ».

L’APRIL, association de défense et de promotion du logiciel libre, a mis en place un groupe de travail « accessibilité et logiciel libre ». Rendez-vous sur le wiki du groupe, une mine d’infos.

L’accessibilité numérique vue à travers le web

Sur le moteur favori des terriens,  les mots-clés accessibilité et numérique génèrent plus de deux millions de résultats. Le sujet fait couler des mégas de datas et quelques clics permettent de balayer un ensemble de thématiques fort riches qui reflètent bien à mon sens, l’ampleur du sujet.

Je voudrais commencer par le territoire des blogs et en signaler deux. A leur lecture vous ne serez pas forcément capables de définir, comme sur Wikipedia, l’accessibilité numérique qui est « la mise à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales, des ressources numériques »  mais vous en connaîtrez l’importance pour les personnes handicapées. Tanguy Lohéac a publié un décapant  Manifeste pour l’accès à l’information pour tous et je vous invite aussi à lire le billet d’Olivier Noury sur accessiblog.fr : Le vrai bénéfice de l’accessibilité, histoire de resituer les problématiques d’accessibilité du côté des utilisateurs et de la place que l’on veut leur faire.

Si l’on poursuit la lecture des résultats, on trouve pêle-mêle des sites qui montrent que le climat autour de la question a été, est ?, sera? houleux. Se succèdent une lettre ouverte, une pétition (non pas contre mais pour l’accessibilité numérique) et le manifeste dont je parlais plus haut il y a tous les ans.

Le combat pour l’accessibilité numérique c’est d’abord une affaire de militants. En 2005, l’association Braillenet émettait des propositions pour « Faire de l’accessibilité numérique une réalité française« . Tous les ans, depuis 2007, cette association organise un forum européen annuel de l’accessibilité numérique. Le 18 mars 2013, le thème de la 7e édition sera « Faire de l’e-accessibilité une compétence professionnelle ».

D’autres acteurs associatifs suivent les évolutions technologiques et se battent pour une mise en accessibilité élargie. Le CERTAM qui dépend de l’Association Valentin Haüy mène par exemple des études sur l’internet mobile ou propose un dossier très complet sur l’accessibilité du web.

Vous pourrez  aussi tester vos connaissances en accessibilité à l’aide d’un quiz.  Il existe un glossaire de l’accessibilité dans lequel vous apprendrez que #axs est le hastag communément utilisé sur Twitter pour parler d’accessibilité ou que SGQRI008 désigne, au Québec, l’ensemble des Standards du Gouvernement du Québec sur les Ressources Informationnelles en matière d’accessibilité des contenus Web pour les personnes handicapées. Tabernacle !

Pour conclure, je voudrais préciser que mon point de vue n’est pas celui d’une spécialiste de l’accessibilité numérique (je n’en ai pas les compétences techniques) mais le travail que j’ai mené pendant de nombreuses années auprès de jeunes déficients visuels m’ a amené à m’intéresser de très près au sujet et à étudier leurs usages de lecture et de recherche d’information. A l’université, le manque d’accès à la documentation est une entrave réelle à la réussite des étudiants qui ont besoin de contenus adaptés et je ne peux imaginer, qu’une politique d’accompagnement et d’accueil  réussie puisse se passer des compétences des bibliothécaires que nous sommes. Il faut cultiver un jardin numérique accessible à tous !

Voix contemporaines : les prémices d’un projet d’archivage des mémoires d’aujourd’hui

Présentation

Le projet « voix contemporaines », c’est une collection d’archives sonores et audiovisuelles rassemblant paroles d’écrivains, mémoires de la création, témoignages du siècle et patrimoine oral immatériel. Ces archives, recueillies indexées et diffusées au sein de l’Université Blaise Pascal, présentent un intérêt tant au niveau régional, que national et international, en constituant un aperçu vivant de la création contemporaine, de la mémoire du siècle, et des traditions orales.

D’abord programme de recherche initié par le CELIS, « Voix contemporaines » vise à donner la parole aux écrivains du présent, et à recueillir leurs témoignages, dans la droite ligne des pratiques de ce laboratoire de littérature, qui, depuis de nombreuses années, invite et enregistre des écrivains.

L’enjeu de la collection « voix contemporaines » serait de collecter, d’enregistrer et d’archiver systématiquement ces paroles d’écrivains afin de constituer une bibliothèque sonore et audiovisuelle sur la littérature au présent.
D’autres témoignages historiques ont été recueillis et mis en ligne, et notamment dans le cadre du projet EVE : des témoignages de personnes ayant été enfants pendant la première guerre mondiale, ainsi que des enregistrements d’auteurs espagnols ayant été enfants pendant la guerre d’Espagne. La mémoire vivante de la guerre est étudiée  au prisme d’enregistrements sonores.

Tous ces enregistrements méritent d’être archivés à long terme pour constituer cette collection « voix contemporaines ». Ces témoignages sont autant de facettes de cette mémoire au présent et constituent autant de traces vivantes des conflits qui ont émaillé le vingtième siècle.

Dans le cadre de sa mission d’expérimentation et d’accompagnement des enseignants, l’équipe de Creatice, qui a réalisé de nombreux enregistrements sonores et audiovisuels, joue un rôle majeur dans ce travail de captation vidéo, de valorisation et de diffusion de ce patrimoine, via la plate-forme vidéocampus.

Témoignages de résistants, témoignages d’écrivains, de personnalités importantes dans le domaines de la cultures sont stockés sur des serveurs sous différents formats.
Le travail à réaliser consisterait à homogénéiser le format de ces enregistrements vidéo, à les numériser, à les indexer, et à les diffuser en ligne de façon pédagogique afin que tous les usagers puissent aisément y accéder.

Sans compter qu’au Service Université Culture (SUC), un grand travail de collecte, de traitement documentaire et de diffusion a été réalisé autour de l’univers des musiques de tradition orale. Des enregistrements de chanteurs auvergnats ont été collectés sur le terrain afin de constituer une collection reflétant le  patrimoine oral et immatériel régional.

Ce patrimoine immatériel pourrait s’inscrire dans le droit fil de cette collection « voix contemporaines ». Ces voix contemporaines s’articuleraient alors autour des voix d’écrivains, des voix des témoins du siècle, mais aussi des voix musicales, porteuses de tradition et de culture régionales.

C’est maintenant à la bibliothèque numérique de jouer un rôle majeur dans ce travail de collecte, de recensement, de numérisation d’indexation et d’archivage pérenne de ces collections sonores et audiovisuelles.

Méthodologies

La collaboration de la bibliothèque numérique au projet s’articule autour de deux axes.
D’abord, le serveur. Car il en faut de l’espace disponible pour le stockage d’une banque de données d’enregistrements vidéo…L’espace dont nous disposons n’est pas encore adapté pour une telle quantité de données. Mais dans les mois à venir, après la sécurisation et l’augmentation des serveurs, ils pourront certainement contenir toutes ces mémoires virtuelles.

Ensuite, bien sur, la question de l’indexation. C’est surtout à ce niveau que les compétences de la bibnum sont sollicitées. En amont, nous avons déjà préparé une grille de pré-indexation, à destination des chercheurs qui sollicitent un enregistrement au Pôle audio-visuel. Sous la forme d’un formulaire google doc, cette grille permet d’indiquer les principales métadonnées descriptives, et surtout de définir et faire adopter un protocole d’enregistrement. Car on voit mal comment on pourrait rendre accessible un corpus d’entretiens filmés sans avoir défini au préalable les principales étapes de la trame des entretiens. Eu égard à la diversité des projets de recherche et des types d’entretiens, toute la difficulté sera d’établir cette trame commune.

Car c’est à partir de la trame des entretiens que se cristallise la problématique de la post-indexation, celle qui concerne les vidéos déjà montées et réalisées. Ce sont les chercheurs qui s’ en chargeront, car ils sont les plus à mêmes de qualifier les entretiens réalisés dans le cadre de leur projet de recherche. Mais, en tant que professionnels de l’information et de l’indexation, nous allons leur donner des conseils. Les projets antérieurs de la bibliothèque numérique de production nous ont montré l’importance de la normalisation. Sans normalisation, pas d’indexation qui vaille. Nous allons donc apporté des outils méthodologiques aux chercheurs qui leur permettront de définir et d’établir une indexation normalisée propre à ce support audiovisuel, et donc exploitable pour les besoins de la recherche.

Pour ce faire, nous devons commencer par recueillir les bonnes pratiques d’indexation de vidéos chez les experts en la matières, les vidéothèques, et phonothèques spécialisées dans l’indexation de l’image et du son. Indépendamment du séquençage, l’idée est de donner aux chercheurs les meilleurs outils pour qualifier au mieux, à l’aide de mots-clés normalisés, la trame des entretiens filmés. A partir de cette indexation recueillie et balisée, nous verrons alors comment l’intégrer dans un schéma d’encodage propre à assurer la conservation pérenne de ces données digitales.

Mais c’est là une autre paire de manches ! Tout un programme conforme aux priorités de la bibliothèque numérique de production: penser l’indexation de pair avec l’archivage pérenne.

La base UpToDate sauve-t-elle des vies ?

Départ en intervention, par Mathieu Luna (publié sur Flickr sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique). 

Chaque année, la documentation électronique a ses points chauds. Ce ne sont pas tous les ans les mêmes, mais ce sont plus ou moins les mêmes partout. Aussi, avec la prétention à peine déguisée de tendre à l’universel par le particulier, vais-je opérer un plan rapproché sur un de nos petits volcans locaux. Pour une fois, je ne parlerai pas d’Elsevier, mais d’une ressource pratiquement inconnue des BU : UpToDate.

Qu’est-ce qu’UpToDate ? Une base de données factuelle en médecine très appréciée des praticiens. Rares sont les BU abonnées. Celle de Clermont l’est depuis deux ans par le biais d’un partenariat avec le CHU. Les statistiques de consultation à Clermont, modestes par rapport à celles d’autres bases, restent correctes :

  • 3419 consultations sur 39 semaines, soit par extrapolation 4560 pour l’année 2012

  • un coût moyen de consultation de 2,6 € en 2012 (par comparaison, le coût moyen de la grosse douzaine de bases de données auxquelles nous sommes abonnés est de 1,56 €).

Je ne songe pas à une simple seconde à dénigrer le contenu d’UpToDate ni son utilité. D’autres ont pu souligner ses limites potentielles, ce n’est pas mon propos. Cet outil vise, par le dépouillement de la littérature spécialisée, à fournir l’information médicale la plus à jour. Il présente un indéniable intérêt. Tout au plus peut-on observer

  1. qu’il est clairement destiné au praticien, non au chercheur (d’où sa rareté en BU)
  2. que son intérêt serait renforcé par la facilité d’y accéder, et qu’à cet égard les tarifs et taux d’inflation annuelle pratiqués ne sont pas un service rendu à la médecine hospitalière.

Car l’essentiel du problème, de l’étroit point de vue du bibliothécaire numérique, réside dans la manière dont l’outil est commercialisé par son éditeur (Wolters Kluwer). L’un de ses arguments phares est que les hôpitaux qui utilisent UpToDate connaîtraient une baisse de mortalité, baisse établie par une étude indépendante. Cet argument, quand je l’ai entendu, me paraissait relever d’un sous-entendu inquiétant que j’aurais traduit : « si vous n’avez pas cette base, vous ne faites pas tout ce que vous pourriez faire pour éviter la mort de vos patients. » Dans un pays où l’on publie annuellement le palmarès des hôpitaux et où les primes d’assurance des praticiens vont croissant, ce type de motivation pèse son poids d’ambiguïté. Mais enfin si les effets d’UpToDate sur la mortalité à l’hôpital étaient indiscutablement établis, il n’y avait rien à répliquer. Ne voulant pas en rester à une réaction de méfiance primaire, j’ai lu cette étude, parue en 2012 dans le Journal of Hospital Medicine (référence complète pour les curieux : Isaac, T., Zheng, J. and Jha, A. (2012), « Use of UpToDate and outcomes in US hospitals » Journal of Hospital Medicine. 7: 85–90 [doi: 10.1002/jhm.944 ])

Une étude indépendante

Nulle raison de remettre en cause ce travail : l’article signale que l’éditeur de la base UpToDate a financé l’étude mais n’a pas relu le manuscrit, ni n’y a eu accès avant sa publication. Quant au risque d’erreur statistique grossière, les méthodes décrites par les auteurs de l’article me paraissent, dans mon ignorance en la matière, avoir amené ce travail au point d’honnête incertitude où toute étude statistique sérieuse peut espérer parvenir. D’ailleurs les précautions oratoires entourant la présentation de leurs résultats sont extrêmes. Voici un résumé à grands traits.

Ont été étudiés les résultats (outcomes) obtenus concernant 6 pathologies précises (Infarctus [AMI], insuffisance cardiaque [CHF], hémorragie gastro-intestinale [GIH], pneumonie, AVC [Stroke], fracture de la hanche [Hip fracture]) dans

  • 1017 hôpitaux utilisant UpToDate
  • 2305 hôpitaux n’utilisant pas UpToDate

Les trois paramètres d’évaluation était : durée d’hospitalisation ; mortalité ajustée au risque ; qualité de soin (mesurée d’après une batterie d’indicateurs en vigueur aux USA).

Voici les résultats obtenus pour les pathologies considérées.

  • Durée d’hospitalisation : les résultats suggèrent une corrélation entre l’utilisation d’UtD et des hospitalisations plus courtes : en moyenne un gain de 0.1 à 0.3 jours.
  • Qualité de soin : La corrélation entre l’usage d’UtD et une amélioration semble statistiquement assez probante également aux yeux des chercheurs.
  • Entre les deux vient la question, forcément sensible, d’un impact sur la mortalité : en clair, la base UpToDate sauve-t-elle des vies ?

Je n’ai pas la prétention de répondre à cette question. L’étude non plus. Pour la moitié des pathologies considérées, le risque ajusté de mortalité diminue de façon statistiquement repérable (0,2 à 0,7 %) pour certains des hôpitaux utilisant UpToDate (nous verrons plus loin lesquels). Pour illustrer les incertitudes pesant sur ce résultat : pour l’une des pathologies considérées (fracture de la hanche), les résultats obtenus suggèrent un risque statistique augmenté de 0,2 %. Il serait absurde d’en inférer que l’usage d’UpToDate accroît le risque. Mais la présence de cette statistique aberrante invite à la prudence dans l’interprétation des autres résultats, comme les auteurs le relèvent avec justesse (p. 87, c’est moi qui souligne)

We found that hospitals with UpToDate had lower risk-adjusted 30-days mortality rates, although the effects here were less consistent.

Nous avons trouvé que les hôpitaux utilisant UpToDate ont de moindres taux mortalité ajustée à 30 jours, bien que les résultats sur ce point soient moins cohérents.

La discussion qui suit amène une précision très importante (p. 88) :

In analyses that test for interaction, we found that the relationship between UpToDate use and quality performance was modified by the size and teaching status. Specifically, much of the benefit of UpToDate seemed limited to small and medium-sized hospitals, as well as non-teaching hospitals.

En analysant les interactions, nous avons trouvé que la relation entre l’usage d’UpToDate et la qualité de soins était modifiée par la taille de l’hôpital et son statut universitaire ou non. Pour être précis la plus grande partie des bénéfices d’UpToDate semblait limitée aux petits et moyens hôpitaux, ainsi qu’aux hôpitaux non-universitaires.

Or dans l’échantillon considéré, les hôpitaux de petite taille sont les moins présents (13 établissements sur 1017). C’est donc pour l’échantillon le plus réduit que les résultats sont statistiquement les plus probants. Pour la majorité des hôpitaux considérés, le résultat n’autorise pas de conclusion nette sur la question de la mortalité.

La base UpToDate sauve-t-elle assez de vies pour justifier un abonnement ?

Voici la conclusion de l’article sur l’impact potentiel de l’utilisation SI tous les hôpitaux non abonnés en tiraient un bénéfice équivalent en terme de mortalité (« if non adopters had a similar benefit in mortality », le conditionnel est important)

While the added advantage of having UpToDate appeared to be a reduction in mortality of only 0.1 % (over all conditions), such a difference would be associated with approximately 5550 fewer deaths each year among Medicare fee-for-service beneficiaries. Wether such a benefit would be worth the cost of implementing systems like UpToDate needs to be further explored.

L’amélioration apportée par UpToDate étant apparemment une réduction de mortalité de 0,1 % seulement (pour l’ensemble des pathologie), une telle différence serait associée à environ 5550 morts annuelles en moins parmi les bénéficiaires payants de Medicare. Savoir si ce bénéfice vaudrait le coût représenté par l’implantation de systèmes comme UpToDate nécessite un plus ample examen.

Avant de crier que les scientifiques américains sont des sans-cœurs qui ne pensent qu’à l’argent au risque de sacrifier des vies humaines, rappelez-vous que nous parlons de risque statistique, et jetez un œil sur cet article paru en 2004 : il proclame, en renvoyant à une étude parue dans le JAMA, que « les erreurs médicales causeraient jusqu’à 195 000 morts à l’hôpital chaque année [aux États-Unis]. » Et de conclure :

« If we could focus our efforts on just four key areas – failure to rescue, bed sores, postoperative sepsis, and postoperative pulmonary embolism – and reduce these incidents by just 20 percent, we could save 39,000 people from dying every year, » said Dr. Collier.

« Si nous pouvions concentrer nos efforts sur seulement quatre facteurs : les complications mal traitées (failure to rescue**), les escarres, l’infection post-opératoire et l’embolie pulmonaire post-opératoire, et réduire ces incidents ne serait-ce que de 20 %, nous pourrions sauver 39 000 personnes chaque année », a déclaré le Dr Collier.

Il semblerait donc y avoir des moyens plus radicaux de réduire le taux de mortalité hospitalière que d’acheter la base de données UpToDate. D’où la conclusion apparemment un peu abrupte des auteurs.

[** à noter : failure to rescue recouvre une notion bien identifiée dans les pays anglophones, mais qui n’a pas d’équivalent en France à ce jour, et qui pourrait se traduire par « décès après une complication mal traitée » ; la mortalité liée à ce problème fait l’objet de très nombreuses études dans la littérature scientifique anglaise et américaine ; je remercie les médecins qui m’ont éclairé sur cette question.]

« 11500 vies sauvées en deux ans »

Comment les résultats de l’étude ont-ils été traduits dans la communication de l’éditeur ?

Voici la source

[p. 85] Conclusion : We found a very small but consistent association between use of UpToDate and reduced length of stay, lower risk-ajdusted mortality rates, and better quality performance, at least in the smaller, non teaching institutions. These findings may suggest that computerized tools such as UptoDate could be helpful in improving care.

« Nous avons trouvé une corrélation très faible mais cohérente entre l’utilisation d’UpToDate et une durée de séjour plus réduite, un plus faible taux de mortalité ajustée au risque, et une meilleure qualité de soin, au moins dans les institutions de petite taille et non universitaires. Ces résultats suggèrent que les outils informatisés comme UptoDate pourraient être utiles pour améliorer les soins. »

Voici ce qu’on lit sur le site d’UpToDate (consulté le 3/12/2012)

New Study by Researchers at Harvard Reveals Hospital Adoption of UpToDate directly associated with saving lives. Research supports criticality of having UpToDate at the point of care. UpToDate hospitals demonstrated:

  • Lower mortality – 11,500 lives saved over a three-year period
  • Shorter lengths of stay – 372,500 hospital days saved per year
  • Improved hospital quality – better quality performance for every condition on the Hospital Quality Alliance metrics

« Une nouvelle étude menée par des chercheurs de Harvard révèle que l’adoption d’UpToDate par les hôpitaux est directement associée à des vies sauvées. Cette recherche illustre qu’il est important d’avoir UptoDate sur le lieu des soins. Les hôpitaux ayant UptoDate ont montré :

  • une mortalité inférieure : 11500 vies sauvées en trois ans
  • des séjours plus brefs : 372000 jours d’hospitalisation épargnés chaque année
  • une meilleure qualité de soin… »

Mon avis est que les deux premières informations chiffrées relèvent de l’extrapolation tendancieuse. Au minimum. Mais chacun se sera fait son idée en me lisant, et pourra corriger ou appuyer ma propre appréciation en allant lire l’article. Il est bref.

Disclosure

Pourquoi consacrer un si long billet à une base sans importance pour les BU ?

L’an dernier à pareille époque, l’inflation annoncée (près de 7 %, de 17100 $ à 18240 $) m’a paru très excessive et dépourvue de justification. Après m’en être étonné auprès du commercial et avoir discuté avec le CHU, j’ai informé l’éditeur que nous ne nous ne nous abonnerions pas à ce tarif, dans l’espoir – ne riez pas, s’il vous plaît – d’engager une négociation. Il ne m’a pas répondu. En revanche, il a signifié à l’ensemble des praticiens, par un envoi général non nominatif :

Nous avons le regret de vous informer que le renouvellement de l’abonnement du CHU de Clermont-Ferrand à UpToDate (www.uptodate.com/online) n’a pas été validé par votre « Département de la Documentation Electronique Bibliothèque Clermont Université – Bibliothèque numérique » et que votre accès depuis tous les postes informatiques cessera donc automatiquement à la fin de ce mois. Nous espérons que vous avez été toutes et tous satisfait(e)s des informations apportées et vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous deux liens : l’un vers l’annonce faite à la presse de la disponibilité de la Chirurgie depuis le mois dernier, l’autre vers le Wall Street Journal (du 16 Novembre 2011) à la suite de la publication d’une étude indépendante démontrant l’impact de UpToDate sur la qualité des soins apportés aux patients, et l’impact économique pour les hôpitaux (américains) abonnés par rapport à ceux qui ne le sont pas. – http://www.businesswire.com/news/home/20111109005460/fr ; http://blogs.wsj.com/health/2011/11/16/a-little-electronic-help-for-doctors-helps-hospitals-study-shows/[…]

Je ne détaille pas la suite. Après un essai manqué de négociation, nous avons renoncé à l’usage d’UpToDate pendant deux mois, pour le reprendre ensuite avec une facture au pro rata, ménageant notre budget. J’ai conclu de cette mésaventure qu’il est difficile de négocier ce genre de ressource. Pourquoi ? Sans doute parce que c’est une ressource pour les hôpitaux, et que les hôpitaux n’ont ni consortium ni culture de la négociation documentaire (ce n’est pas une attaque : ils ont beaucoup à faire, j’en suis conscient). De fait, UpToDate relève plus de l’outil médical que de la ressource documentaire. Mon interlocuteur chez l’éditeur a-t-il donc été choqué qu’un bibliothécaire puisse faire obstacle au renouvellement du contrat ?

Je ne sais pas encore si Clermont s’abonnera à UpToDate en 2013. La décision ne m’appartient pas, et du reste la dépense est ténue pour la BU. Mais évaluer l’argumentaire de l’éditeur permet au moins de prendre une décision plus éclairée. Le reste appartient au CHU, à tous les CHU, s’ils souhaitent un jour entamer une négociation avec cet éditeur ou d’autres.

Je ne me permets pas de remettre en question la qualité du contenu d‘UpToDate. Mais son prix, si. Si véritablement cette base sauve des vies, maintenir son coût et son inflation dans des bornes étroites est le meilleur moyen d’aider la médecine à servir le patient.