De nouvelles politiques de prêt pour la rentrée universitaire

L’ensemble des bibliothèques universitaires va adopter de nouvelles politiques de prêt en septembre prochain afin d’améliorer le service rendu aux usagers. Les conditions de prêt seront les mêmes dans toutes les bibliothèques : nombre de documents illimité, prolongation, réservation, et possibilité de faire tout cela en ligne.

Cette réforme répond à deux objectifs principaux : simplifier le dispositif pour le rendre plus compréhensible par les lecteurs et rehausser la qualité de service pour la rendre plus conforme aux attentes des usagers.

Des politiques de prêt simplifiées et homogènes

L’an dernier, nous avions évoqué dans un billet le manque de clarté de nos services. Souffrant de l’éclatement géographique et thématique des bibliothèques, notre réseau ne bénéficiait pas d’une stratégie globale en matière de prêt et de services associés. Chaque bibliothèque pratiquait sa politique. Cela contrevenait au principe de la carte unique et nuisait au confort des lecteurs.

Carte de lecteur BCU

Partant de cette analyse, nous avons voulu proposer des solutions visant à clarifier notre offre de services tout en satisfaisant aux contraintes spécifiques des bibliothèques. Un groupe de dix collègues représentant différentes B.U. a alors travaillé de mars à juin 2012 pour élaborer une offre commune, validée d’abord par les bibliothèques universitaires et intégrées. La discussion est actuellement en cours avec les bibliothèques associées, qui partagent notre système de gestion (SIGB).

La mesure principale concerne le prêt standard. Il est caractérisé par :

  • une durée de 14 jours (étudiants et lecteurs autorisés) ou de 28 jours (doctorants, enseignants-chercheurs et personnels de l’université) ;
  • une prolongation d’autant de jours que le prêt initial ;
  • la réservation possible d’un document déjà emprunté.

Une douzaine de bibliothèques vont donc adopter dès septembre 2013 les nouvelles politiques de prêt. Certaines se sont déjà lancées et nous aident à peaufiner le dispositif. Nous avons par exemple constaté que le cas des étudiants de master pouvait être délicat. En effet, ces étudiants ont, selon les disciplines, un comportement documentaire conforme à celui des chercheurs ou à celui des étudiants de licence. Cela n’est pas sans conséquence sur l’usage des collections et la durée de prêt.

Une offre de service améliorée

La possibilité de prolonger ou de réserver un document existe déjà dans le réseau, mais elle sera étendue à l’ensemble des B.U. C’est une demande récurrente des lecteurs qui devrait être ainsi satisfaite.

Nous avons aussi tenté de répondre aux attentes des doctorants et des enseignants-chercheurs en leur proposant, sur demande, un prêt de trois mois renouvelable. Certes, de nombreux collègues, notamment dans les bibliothèques de proximité, pratiquaient ces prêts de longue durée depuis longtemps. Mais cette manière de faire pouvait apparaître bien souvent comme une faveur accordée à quelques privilégiés. Proposé comme un service normal, le prêt de longue durée devrait s’avérer plus efficace.

Nous avons enfin voulu assouplir le régime de sanctions. Nous avons décidé de limiter la durée des suspensions de prêt en la plafonnant à 28 jours, quel que soit le nombre de documents rendus en retard.

En fin de compte, nous espérons, grâce à ces nouvelles politiques de prêt, améliorer la qualité de notre service et l’expérience de nos usagers, et qui sait, limiter la baisse de l’activité de prêt dans nos bibliothèques. Les chiffres de 2014 nous diront si nous avons eu raison.

A lire :
Luc Jodoin : Des politiques de prêt pour les usagers, Espace B le blog des bibliothèques de la ville de Montréal, le 21 janvier 2011.
Thomas Jacqueau : Toutes sortes de types, KohaBulac, le 10 octobre 2009.

Blacklight : déploiement avec Ruby On Rails

Du serveur de développement au serveur de production, intéressons-nous maintenant aux grandes étapes de la mise en ligne de Blacklight. Nous avions commencé cette série par une prise en main de ce logiciel, puis par l’ajout des données d’exemplaire et enfin l’activation des services au lecteur. Les développeurs pourront compléter ce billet avec cette procédure détaillée.
Gaivota Bird oiseau Vogel uccello aves 鳥 птица – Sur Flickr par Rodrigo Sá – Licence CC BY 2.0

Déployer Blacklight offre plusieurs avantages. Tout d’abord, son serveur web proposé par défaut n’est pas assez robuste pour une mise en ligne. Nous devons donc en installer un nouveau à même d’assurer un nombre de visites élevé. Ce sera Apache avec le module Passenger.

Apache n’est plus à présenter dans le monde du développement web. Quant à Passenger, il s’agit d’un programme adossé à Apache pour rendre accessible en ligne une application faite avec Ruby On Rails. C’est une architecture complexe.

Si l’on récapitule :

  • Ruby est un langage de programmation.
  • Ruby on Rails est un framework, construit avec Ruby.
  • Blacklight est un moteur de recherche construit avec Ruby On Rails.
  • Apache et Passenger sont un serveur web mettant en ligne un logiciel fait avec Ruby On Rails, en l’occurrence : Blacklight !

Outils pour une maintenance aisée

Ces composants sont obligatoires pour rendre disponible notre nouveau catalogue. Nous utiliserons également Capistrano et Git pour faciliter les mises à jour du serveur de départ au serveur d’arrivée.
En revanche, ces deux derniers programmes ne sont pas nécessaires. Le déploiement peut se faire en copiant simplement les fichiers sur le serveur d’arrivée. Pourtant, même en étant un adepte féru de simplicité, leur relative complexité de prise en main est largement pondérée par ce qu’ils apportent.

Git pour garder un historique

Git, que l’on configure sur le serveur de développement, est un outil désormais prisé pour la gestion de versions. Il va nous permettre d’archiver toutes les étapes des développements ultérieurs. On pourra l’utiliser également pour rétablir une version antérieure de notre catalogue en cas de problèmes de mise à jour par exemple.

Déployer avec Capistrano

Capistrano est un logiciel écrit en Ruby permettant le déploiement automatisé d’une application d’une machine à une autre. Depuis le serveur de travail, il va se charger, avec très peu d’instructions de notre part, de déployer Blacklight en ligne, de passer d’une version à l’autre, ou de le mettre à jour aisément.

Il n’est pas simple dans cette nébuleuse d’utilitaires, modules, applications, serveurs de voir qui fait quoi et à quoi ça sert. Au final, on finit par l’oublier et ses avantages permettent de se concentrer plus profondément sur l’amélioration de Blacklight.

Voilà, notre catalogue est en ligne… Ah non me dit-on ! Il reste encore quelques menus détails à régler, mais bientôt Blacklight sortira en pleine lumière à la BCU…

Une liseuse, des lecteurs

Livre Numerique par Elliot Lepers (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale).

C’était il y a un an : Amazon sortait en France sa liseuse Kindle 4ème génération, adaptée à notre marché. Simultanément, de nombreux modèles concurrents étaient commercialisés (la PRS-T1 de Sony, la Kobo de la FNAC, la Cybook Odyssey et la Cybook Orizon de Bookeen pour citer les principaux). L’arrivée de ses nouveaux supports électroniques était attendue mais aussi redoutée par les différents acteurs de la chaîne du livre, car en dissociant le support du contenu, la lecture numérique ouvrait la voie à de nombreux bouleversements qui semblaient ne vouloir épargner personne : les auteurs (seraient-ils piratés ?), les éditeurs (seraient-ils court-circuités ?), les distributeurs, les libraires (seraient-ils remplacés par internet ?), les lecteurs (seraient-ils piégés par les DRM ?) et aussi… les bibliothécaires (comment allaient-ils intégrer les livres électroniques ?)

Un an plus tard, des controverses ont eu lieu, de la « Déclaration des droits de l’utilisateur des livres numériques»  venue des Etats-Unis, à « L’appel des 451 », réquisitoire sans concession contre le livre électronique, signé par un collectif de professionnels du livre faisant référence au roman de Ray Bradbury Fahrenheit 451. Mais nous avons aussi vu des acteurs s’adapter : Decitre a ainsi lancé TEA, the ebook alternative, une plateforme open-source de vente d’ebooks  pour contrer le modèle fermé de type Amazon. Pour d’autres, le livre électronique a été une véritable opportunité : des plateformes d’autopublication permettant aux auteurs de publier sans éditeur sont apparues. Et pendant ce temps, de nouveaux modèles de liseuses, toujours plus performants, se sont succédé : les derniers readers sont à présent munis d’un écran HD et d’un système d’éclairage de l’écran (Kobo Glo, Kindle Paperwhite).

Pour cerner les usages et les problématiques de ce nouveau support de lecture en bibliothèque, une expérimentation de prêt de liseuses a été mise en place à la Bibliothèque de Formation des Maîtres de Moulins entre janvier et juin 2012, dont le compte-rendu détaillé est disponible ici.

En voici les grandes lignes.

De multiples choix à faire

Cette expérience avait pour objectifs d’évaluer le potentiel des nouveaux supports de lecture que sont les liseuses, le confort de la lecture numérique, l’usage qu’allaient en faire les lecteurs, et enfin l’opportunité d’un service de prêt en bibliothèque universitaire. Elle s’est adressée à tous les inscrits de la Bibliothèque de Formation des Maîtres de Moulins, qui recensait en 2012 environ 200 usagers (enseignants et futurs enseignants, assistantes maternelles, étudiants en Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires, lecteurs institutionnels).

Nous voulions un reader ouvert et non pas propriétaire, prenant en charge plusieurs formats informatiques, dont les plus répandus, le pdf et l’epub, gérant les DRM et offrant des caractéristiques techniques performantes (écran tactile et wifi). La liseuse Sony PRS-T1 réunissait ces différents critères : nous en avons acquis deux exemplaires.

Pour le contenu, nous nous sommes tournés vers le domaine public, l’offre payante des librairies en ligne n’étant pas envisageable pour l’instant faute d’encadrement législatif (le droit de prêt des livres ne s’applique pas aux livres numériques). Cinquante ouvrages libres de droit, correspondant aux programmes de formation, ont été pré-chargés dans les liseuses : des textes patrimoniaux en littérature jeunesse, des textes fondateurs en histoire et en philosophie de l’éducation, des classiques de la littérature. Les usagers avaient également la possibilité d’utiliser la liseuse pour emprunter des livres électroniques récents via Numilog, dont de nombreux titres sont destinés à nos étudiants, en particulier des annales de concours. Enfin, ils avaient la liberté de compléter eux-mêmes le contenu en fonction de leurs goûts et de leurs besoins : l’offre légale d’ouvrages du domaine public est très abondante et la capacité de stockage des readers importante.

Le service de prêt a été encadré par une charte signée par les utilisateurs, et la durée de l’emprunt a été alignée sur celle des documents « physiques », qui était de trois semaines. Lors des prêts, une démonstration était effectuée (ce qui nécessitait une certaine disponibilité !) et un guide d’utilisation expliquant notamment les procédures de téléchargement depuis Numilog était fourni.

Le lancement de l’expérimentation a été annoncé par différents moyens de communication, d’abord internes à l’établissement (mails, bulletin de l’IUFM, portail de la bibliothèque, affichage), puis externes (journal local et radio). Tous ces canaux ont eu un impact positif et ont suscité des demandes de prêt.

Six mois d’expérimentation, pour un bilan positif et légèrement nuancé

Pendant les six mois de l’expérimentation, 17 personnes représentant toutes les catégories d’usagers ont emprunté les deux liseuses, et 13 questionnaires d’évaluation ont été remplis. En voici, brièvement, l’analyse.

Le nouveau support de lecture que sont les liseuses a satisfait globalement les lecteurs, malgré quelques améliorations techniques souhaitées : un rafraîchissement des pages sans « flash noir », une meilleure prise en charge du format pdf qui suscite de la lenteur. Le format le mieux adapté est l’epub, car il permet au texte de s’adapter automatiquement à la taille de l’écran. L’offre en epub progresse, elle est à privilégier lorsqu’elle est proposée, car c’est le créneau d’utilisation optimale de la liseuse. L’autonomie et la légèreté des appareils ont été unanimement appréciées, incontestablement ce sont les atouts des readers, et la lecture a été jugée confortable. La liseuse est un support particulièrement bien adapté aux lectures longues, car son écran non rétro-éclairé ne fatigue pas les yeux.

Les utilisations de la liseuse ont varié en fonction des catégories de testeurs : lecture plaisir pour les enseignants en poste, utilisation studieuse pour les étudiants et les enseignants en formation, avec même, pour ces derniers, une expérimentation avec des classes, en CP et dans un CDI de collège.

Les différents services proposés avec la liseuse ont été unanimement appréciés, qu’il s’agisse de la démonstration lors du prêt ou du guide d’utilisation. L’offre proposée, les 50 ouvrages pré-chargés, a satisfait les utilisateurs, d’où l’importance de prêter la liseuse avec un contenu bien adapté au public de la bibliothèque.

Quant à la question de l’opportunité d’un service de prêt de liseuses en Bibliothèque Universitaire, si les testeurs y sont favorables, l’expérimentation ne permet pas d’apporter une réponse tranchée : le public commençant à s’équiper de lui-même, la demande va évoluer, ce que nous avons pu constater depuis la rentrée de septembre 2012. Le créneau d’utilisation optimale de la liseuse étant restreint aux documents en noir et blanc contenant essentiellement du texte, au format epub, un équipement en tablettes, plus polyvalentes, pourrait également être envisagé… à suivre !