Rendre nos sites accessibles : oui, mais comment ?

Logos représentant les handicaps visuel, auditif, moteurs, mentaux

Dans mon précédent billet, j’ai essayé d’aborder la thématique de l’accessibilité numérique en précisant qu’elle ne concernait pas uniquement le web. Aujourd’hui, je souhaiterai me recentrer sur cette question de l’internet, en particulier parce que nos sites ou nos portails documentaires sont un moyen incontournable de diffusion (et donc d’accès) à l’ensemble de nos services et qu’ils sont des sites de communication publics donc soumis à l’obligation légale d’accessibilité.

Alors, oui, bien sûr, tous, bibliothécaires (du moins je l’espère), nous sommes prêts à oeuvrer pour l’accessibilité mais comment ? Par quel(s) bout(s), prendre ces chantiers ? D’autant plus qu’aujourd’hui nous ne partons plus de zéro, en tout cas, en bibliothèque universitaire, les sites ou portails documentaires ont une histoire et les équipes qui les ont conçues aussi. Très concrètement, que faire ?

La cible : à qui l’accessibilité d’un site profite-t-elle ?

C’est essentiel : ne jamais perdre de vue, pourquoi ou plutôt pour qui il faut rendre nos sites accessibles. Pour Abdel, jeune homme aveugle, qui ne peut avoir de vision d’ensemble de la page et a besoin d’informations structurées. Il se retrouve, bloqué, sans plus savoir où il en est de sa navigation, car sa plage braille ne lui renvoie plus aucune information. Pour Céline, étudiante malvoyante en sciences sociales, qui utilise une synthèse vocale (on dit aussi logiciel de revue d’écran) et ne peut deviner que « l’image 456 » est un graphique représentant l’évolution du taux de fécondité en France depuis 1965. Mais aussi, pour Fatoumata, malentendante, qui doit venir faire ses études en France et qui aimerait bien, que la vidéo qui présente la bibliothèque soit sous-titrée. Cela lui éviterait de demander à son père, sa mère ou sa soeur. Ou encore pour David, qui ne peut utiliser une souris et aimerait pouvoir naviguer facilement grâce à son clavier adapté. La liste n’est évidemment pas close mais il ne faut jamais, jamais, oublier les utilisateurs.

Le nerf de la guerre

Ensuite, se dire que le noyau dur de l’accessibilité des sites Web, ce sont les spécifications techniques que contiennent les référentiels et les éléments de programmation. Je ne suis pas informaticienne, et ma culture informatique d’un point de vue technique est limitée mais je pourrais veiller, dans un projet web, à ce que cette dimension soit prise en considération à toutes les étapes du projet (création, modifications marginales ou reconfiguration totale). Et c’est là tout l’enjeu d’un site accessible : faire entrer la notion d’accessibilité à toutes les étapes et dans tous les esprits. Il faut que quelqu’un s’en charge très tôt.

Le web reste toujours une mine de documentation. Une série de fiches synthétisent de manière très opérationnelle (et c’est leur grand intérêt) les exigences d’accessibilité. En effet, le site AcceDe Web propose un ensemble de notices adaptées à la gestion de projet web. L’intérêt de ces quatre notices est qu’elles ciblent, chacune, un professionnel comme dans un jeu des 4 familles : dans la famille projet web, je voudrais le graphiste, je voudrais le développeur, je voudrais le contributeur et je voudrais le chef de projet. A chacun dans son domaine de compétences d’intégrer cette dimension. Ce projet, coordonné par Atalan, a été nommé aux Trophées de l’accessibilité 2013.

Les grands principes : à quoi reconnaît-on un site accessible ?

Revenons maintenant aux principes tels qu’ils sont exprimés dans les référentiels. Le Référentiel Général de l’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), qui s’applique aux sites de communication publics, reprend l’organisation du WCAG 2.0, en 4 grands principes. Il est facile d’en prendre connaissance grâce à cette traduction en français assurée par Braillenet :

  • Premier principe : il faut que les contenus soient perceptibles. C’est à dire que « L’information et les composants de l’interface utilisateur doivent être présentés à l’utilisateur de façon à ce qu’il puisse les percevoir. » . Sous ce critère, on retrouve les alternatives textuelles aux images, aux boutons graphiques, description textuelle d’un graphique… ; captcha audio, structuration d’un document de traitement de texte ou .pdf, alternatives à des contenus audios ou vidéos (sous-titrage, audiodescription). Il s’agit également de séparer le contenu de la présentation via l’utilisation de feuilles de style .
  • Deuxième principe : Les « composants de l’interface utilisateur et de navigation ». doivent être utilisables. Très concrètement, toutes les fonctionnalités doivent être accessibles au clavier, des éléments d’orientation (pour naviguer, se situer dans le site, s’orienter) doivent être présents. Un lecteur qui utilise une synthèse vocale lit de manière séquentielle, chronologique. Il ne lui est pas possible d’avoir une appréhension globale des informations. Des éléments d’orientation doivent donc lui permettre de repérer la hiérarchie des informations, pour aller directement à l’information qui l’intéresse et éviter s’il le souhaite certaines informations. Il est également important de laisser suffisamment de temps à l’utilisateur pour lire le contenu et pour mener les actions nécessaires. Il est également conseiller d’éviter les flashs (brusques changements de luminosité à l’écran) susceptibles de déclencher des crises d’épilepsie chez certains utilisateurs.
  • Troisième principe : Les informations et l’utilisation de l’interface utilisateur doivent être compréhensibles. Ainsi, par exemple, il est essentiel qu’un dispositif technique de lecture sache si le texte est dans une langue étrangère (utilisation de l’attribut lang) au risque de produire un texte incompréhensible type yaourt. Faire en sorte que la structuration se répète afin de rendre la navigation prévisible est également un point à prendre en compte.
  • Quatrième principe :Le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d’agents utilisateurs, y compris les technologies d’assistance. Il faut donc veiller à ce que les technologies d’assistance utilisent correctement les contenus balisés en spécifiant la DTD utilisée.

Ce qui se joue, c’est une nécessaire prise en compte des questions d’accessibilité par chacun des membres de l’équipe projet web, que ce soit sur le plan de la conformité à la loi, des exigences techniques et du service aux utilisateurs. Ainsi, parmi les membres de l’équipe du Pôle, du Centre, de la Division, Direction, des Systèmes d’information de l’Université et de la Bibliothèque, que sais-je, la présence de développeurs et de webmestres formés aux questions d’accessibilité est nécessaire. Sans eux, rien n’est possible.

Les labels : Comment certifier qu’un site est accessible ?

Les recommandations WCAG 2.0 se répartissent selon 3 niveaux :

  1. le niveau A : niveau fondamental satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1. Pour une conformité de niveau A (le niveau minimal), la page Web satisfait à tous les critères de succès de niveau A ou une version de remplacement est fournie. Par exemple, un texte explique une vidéo ou  une image.
  2. le niveau AA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1 et 2. Le site offre un accès « correct » aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple,  la possibilité  de recourir à l’agrandissement des textes sans perte d’information et sans avoir recours à une technologie d’assistance.
  3. le niveau AAA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1, 2 et 3. Le site offre un accès excellent aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple, une description audio étendue met en pause la vidéo pour expliquer l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension de l’élément.
    (les exemples sont tirés du guide « Un site web accessible pour ma collectivité »  réalisé par le Syndicat mixte e-mégalis Bretagne en 2012).

Le niveau recommandé au niveau européeen est le niveau AA et c’est également le niveau de conformité que doivent atteindre les sites publics français. Le niveau AAA ne peut s’appliquer dans tous les contextes. La méthodologie qui accompagne le RGAA prévoit, lors de l’étape finale, la rédaction d’une attestation de conformité, établie par l’éditeur du site lui-même. C’est le principe de l’auto-évaluation.

Il est bien spécifié dans le décret n° 2009-546 du 14 mai 2009 que la vérification de la conformité au RGAA est assurée par le ministère chargé des personnes handicapées. Un dispositif de veille et de contrôle devait être mis en place fin 2010. Mais je n’en ai pas trouvé trace …

S’il n’y a pas d’obligation de faire expertiser son site, en France, à ma connaissance, il existe deux labels :

Le label Accessiweb, décerné par l’association Braillenet, c’est un peu comme participer aux Jeux Olympiques de l’accessibilité avec la possibilité de gagner l’or, l’argent ou le bronze selon la performance de son site. On garde sa médaille (euh, non, son label pour 2 ans) et ensuite, il faut recommencer la démarche. Problème, nombre de sites n’ont pas renouvelé la démarche et, dans la Galerie des sites labellisés, la mention « Ce site n’a plus à ce jour le label Accessiweb » est fréquente. Aucun des sites labellisés avant 2010 n’a réobtenu le label. Cela ne veut pas dire que ces sites ne sont plus accessibles mais simplement qu’aucun audit externe ne le valide. Le label Accessiweb (qui repose sur une liste de 95 critères AccessiWeb et une méthodologie d’évaluation). est payant, ceci explique peut-être cela !

Il existe un autre label e-accessibility, valable 18 mois et qui propose également un label pour les documents .pdf. Très franchement, vous étiez vous déjà posé la question de l’accessibilité de tous ces documents en .pdf que vous déposiez sur votre site ? Non, alors vite, lisez la fiche AcceDE pdf . Problème :  la médiathèque d’e-accessibility, rubrique site web labellisés propose … 3 sites. Maigres résultats.

Au niveau européen, le label Euracert est attribué à un site web, en complément du label déjà obtenu par un organisme agréé dans son pays d’origine. A ma grande surprise, la France, la Belgique et l’Espagne sont les seuls pays qui comptent un organisme agréé. Trois ? Le chiffre clé d’une accessibilité déficiente ?

Alors labellisation, pas labellisation ? Ce qui semble poser problème c’est que la labellisation est plutôt liée, pour les organisations qui en font la démarche, à un effet marketing de court terme et ne prennent pas en compte la volatilité et la reconfiguration permanente des contenus. La règle devrait être : concevoir systématiquement des sites web accessibles. On en est loin malgré l ‘obligation législative.

Les stratégies : à quel moment s’y prendre ?

Il faut intervenir très en amont, au moment de la phase de conception, qu’elle porte sur une création de site ou sur une évolution. Les modalités d’application du RGAA définissent clairement les différentes étapes. Dans le cas où la création du site web fait l’objet d’un prestataire extérieur, je vous recommande la lecture de la « Recommandation sur l’accessibilité des sites web publics » du Groupe d’études des marchés d’informatique et communications électroniques qui dépend du Ministère de l’économie et des finances. Ce document de 6 pages, daté d’avril 2012, est un outil précieux pour qui doit lancer un appel d’offres puisqu’il détaille tous les points à notifier : quelle est la méthodologie suivie par le prestataire pour intégrer l’accessibilité aux choix techniques, quels seront pour chaque livrable les paramètres d’accessibilité, quelles sont les compétences en terme d’accessibilité de l’équipe du prestataire, en cas de reprise de contenus, quelle sera la démarche suivie, quels contenus pourront être rendus accessibles, quels seront les tests pratiqués, quelle sera la forme de la restitution, quelle formation pour garantir dans la durée l’accessibilité ? Il est d’autant plus précieux qu’il indique explicitement que la politique d’accessibilité qui guidera le travail du prestataire est de la responsabilité du maître d’ouvrage.

Il faut  rappeler que l’accessibilité ne se vérifie pas à l’oeil nu. L’expérience Avant/Après (type « Nouveau look pour une nouvelle vie » à la sauce Web) se trouve sous un vilain nom BAD , pour Before and After Demonstration.  Le consortium W3C a mis en ligne deux versions d’un même site, l’une accessible et l’autre pas. En cliquant sur Show annotations vous aurez, au fil du site, des explications sur les erreurs commises. C’est en anglais, mais ça vaut le coup.

Dans un projet Web, il est toujours intéressant de procéder à des test utilisateurs. L’inaccessibilité se cache dans les détails. J’ai le souvenir, d’un changement de catalogue d’une bibliothèque, pourtant  affiché accessible, (car cette exigence était spécifiée dans le cahier des charges) et qui en réalité s’est révélé inutilisable par un lecteur aveugle à cause d’une toute petite chose : dans l’interface graphique, des flèches droite et gauche de navigation restaient sans équivalence pour un logiciel de revue d’écran.

Alors prêts à se lancer dans l’aventure ? Réaliser un site accessible est un itinéraire qu’il faut baliser très en amont. Ne perdez pas patience, restez zen, ne vous trouvez pas « 5 bonnes raisons de coller une droite à un expert accessibilité » mais lisez plutôt le billet éponyme sur Accessiblog.fr. Soyez plutôt sur le mode « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », persévérez car la mise en accessibilité n’est sans doute pas un long fleuve tranquille mais c’est un flux nécessaire.

 

 

Vous avez dit Intranet ?

A la BCU,  une atmosphère effervescente émane des différents services à l’approche imminente de la réalisation de l’Intranet. La communication interne a été le thème fédérateur de la dernière journée des personnels. Avec les deux étudiantes de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal, encadrées par la bibnum pour leur projet tutoré, nous avons présenté le nouvel Intranet.  Cet outil de travail verra bientôt le jour, le serveur étant enfin débloqué.

Alors, comme vous, nombreux lecteurs de l’alambic, trop loin de la BCU et de Clermont-Ferrand, n’aurez sans doute pas la chance de consulter notre Intranet, je vais vous en présenter l’esprit et la lettre.

D’abord, situons-en brièvement le contexte.

La BCU avait déjà un Intranet, mais les nouveaux collègues ne l’utilisaient…presque jamais. Difficile d’y trouver quoi que ce soit. Des menus à rallonge, compliquant à outrance la structure initiale. Une double authentification bien dissuasive. Des contenus trop souvent défraîchis. Plutôt que de refondre cet ancien outil, à l’interface peu ergonomique, mieux valait faire table rase, et construire sur des fondements solides.

Mais pourquoi mettre en place un nouvel Intranet quand la BCU expose déjà, ici, sur la toile ses projets, quand nous publions sur l’espace BCU pro du site web, les bilans et les perspectives du service ?

Tout est affaire de positionnement. Le nouvel Intranet est appelé à devenir vecteur de communication interne au sein de la BCU. Il assurera une meilleure diffusion de l’information en étant intégralement accessible à l’ensemble du personnel. Et pour « pousser » la consultation, une newsletter adressée à l’ensemble du personnel regroupera les dernières infos mises en ligne.

Le but de l’Intranet, c’est aussi de fédérer et de créer du lien, quand les collègues sont éparpillés sur tout le territoire auvergnat. Et l’enjeu était de sortir des logiques locales de sections pour générer l’activité globale du réseau vers des objectifs partagés et des valeurs communes. Un parti-pris qui encourage l’implication et la participation de tous.

l'implication
l’implication
www.photo-libre.fr

L’angle focal de cet intranet, ce sont les missions transversales, au cœur de l’organigramme de la BCU.

Pour rendre compte de l’état de lieux de ces missions, un éditorial sera rédigé chaque mois par les responsables dédiés, et sera affiché en page d’accueil.

De l’organisation transversale de la BCU, découle la conception de l’arborescence.
Les grands axes de son activité constituent les entrées d’un menu thématique :

  • Vie de la BCU
  •  Formation des utilisateurs
  •  Plan de conservation partagée des périodiques
  •  Référentiel Marianne _ Accueil
  •  Dépôt électronique des thèses STAR
  •  Calames
  •  Politique documentaire
  • Prêt entre bibliothèques.
  •  Système intégré de Gestion de Bibliothèque
  •  Formation des personnels de bibliothèque.
  •  Base bibliographique SUDOC
  •  Diffusion de la Culture Scientifique
  •  Lecture et Handicap
  •  Enquêtes, indicateurs, auto évaluation
  •  Numérisation
  •  Revue de presse

 

Auquel s’ajoute un menu proposant une consultation par type de contenu

  • A lire ! les textes de références,
  • Comment faire ? les procédures
  • C’est dit ! les comptes-rendus de réunion
  • A suivre ! les dossiers en cours
  • Bilans… les rapports.

 

L’ambition de cet outil est aussi de mieux connaître les compétences des personnels du réseau et d’identifier les personnes ressources. Telle est la raison d’être du « qui fait quoi ». Chaque membre du réseau sera invité à remplir son profil en ligne, en utilisant les mots clés correspondant à ses compétences.

L’autre phase importante du travail est de recueillir l’ensemble des contenus à mettre en ligne, de les mettre en forme et de les éditer selon une structure et une présentation communes.
Drupal et son module CCK (Content Construction Kit) est utilisé à cette fin.
Tout un travail de webmestre, de communication interne et de capitalisation des connaissances.
Cette étape cruciale fait l’objet du projet tutoré de nos étudiantes. Elles en profitent pour découvrir, connaître, et comprendre tous les métiers qui s’exercent dans une grande bibliothèque en réseau comme la BCU.

 

Bibliothèque, web et emploi : un savant trio !

Social media, social networking, social computing tag cloud – Certains droits réservés Daniel Iversen

 

  • 22,7 % = Taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans au 2ème trimestre 2012 (source : Insee)
  • 30 ans = Age moyen du 1er CDI (source : Ipsos)

Parmi ceux qui trouvent un travail, une minorité décroche un emploi en adéquation avec leur projet professionnel.

« Crise », « Chômage », « Dette », ces mots résonnent dans notre esprit. Dans un marché concurrentiel où le profil recherché est souvent expérimenté, les jeunes sont les plus mal lotis. Pour faire la différence, ils doivent se démarquer.

Le constat est accablant. Mais la réponse se trouve partiellement dans le monde merveilleux du Web. C’est en partant de cette réalité que j’ai décidé d’intervenir pour les étudiants de licence professionnelle de l’IUT du Puy-en-Velay. Je vous propose dans cet article un aperçu du travail réalisé pour vous montrer comment les bibliothécaires peuvent contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes.

La réponse est très simple : la formation et l’information.

 

Bibliothèque, Web et Emploi : quels points communs?

Avant tout, il est important de distinguer 2 développements possibles.

 

1. La formation et l’information AUX outils numériques

A l’heure du numérique, l’emploi s’exporte sur la toile. Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Viadeo se spécialisent pour permettre aux recruteurs de repérer des profils et aux demandeurs d’emploi d’étendre leur réseau de relations professionnelles.

Aux réseaux sociaux s’ajoutent les CVthèques en ligne et les sites gratuits ou payants de création de CV vidéo ou de CV web comme DoYouBuzz.

Tout l’enjeu de la candidature se situe dans son référencement sur le web. Quels sites pour quels parcours ? Comment mettre en valeur son profil ? Quels éléments intégrer ? Quels dangers et dérives ?

J’ai trouvé ici un premier champ d’exploitation : l’information. Formée aux outils numériques et à la recherche documentaire, j’ai décidé de dépouiller l’information et de la synthétiser. Compte-tenu de la somme d’informations récupérées et des différents champs d’exploitation possibles, j’ai développé un dossier thématique mensuel sur l’emploi destiné aux futurs diplômés. Chaque mois je décortique des outils numériques sur l’emploi. Par exemple, le dossier de novembre traite des réseaux sociaux professionnels. Celui de janvier développe les CV en ligne et les CV vidéo.

Tester, trier, extraire, sont les maîtres-mots de cette recherche pour dégager l’information utile à l’étudiant. Même formés à la recherche documentaire, les lecteurs ne sont pas toujours préparés à ce travail.

J’ai donc développé un deuxième champ d’exploitation : la formation. J’ai exercé ici l’une de mes missions essentielles pour guider le lecteur vers une autonomie et me rapprocher de mon public. Pour mon projet, je mets en place des formations co-animées avec un coach professionnel pour préparer les étudiants à l’entretien d’embauche mais également à la recherche d’emploi sur le web. Ces formations, sur inscription, auront lieu en mars. 19 étudiants des licences professionnelles Multimédia et Imagerie numérique ont répondu positivement.

 

2. La formation et l’information PAR les outils numériques

Cette présence de l’emploi sur la toile va avec l’évolution des habitudes. Les nouvelles générations passent plus de temps sur Internet. Les recruteurs vont donc là où les candidats se trouvent.

Les bibliothèques sont tout autant concernées. Elles doivent également chercher leurs lecteurs sur la toile et se développent dans le monde numérique (Ex : réseaux sociaux, site Internet, blog …).

Ce constat est d’autant plus évident dans le cas du Puy-en-Velay puisque le public cible regroupe des étudiants de licence professionnelle en alternance donc peu présents sur le site.

Le projet consiste donc à développer des outils numériques pour former et informer l’étudiant à distance.

Le dossier mensuel thématique emploi a ainsi été développé pour être diffusé en ligne sur le mini-site de la bibliothèque. Les lecteurs peuvent consulter ou télécharger le document en format PDF. Pour compléter le dossier, des acquisitions de livres numériques sur la base Numilog sont effectuées chaque mois en relation avec le sujet traité dans le dossier.

Les actions sont nombreuses. Il est possible de les décliner selon le public et les besoins pour répondre objectivement au contexte de la bibliothèque et de son environnement.

Au commencement du projet, j’avais ainsi noté quelques pistes de travail :

  1. Rencontres professionnelles : interviews de professionnels en ligne …
  2. Formations : formation à la recherche d’emploi sur le Web, rédaction d’un CV Web, réalisation d’un CV Vidéo, formation aux réseaux sociaux, …
  3. Documentation et information : bibliographies web thématiques, création d’un biblioblog spécialisé emploi, rédaction de fiches outils en ligne, acquisitions de documents numériques sur le sujet de l’emploi …

Même si je n’ai pas exploité toutes ces idées, certaines se retrouvent aujourd’hui dans le projet du Puy-en-Velay.

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

 

 

Pourquoi allier Bibliothèque, Web et Emploi ?

La question peut paraître anodine, pourtant, avant de me lancer dans ce projet, il était nécessaire de la poser. Quels apports le projet pouvait-il constituer pour la bibliothèque du Puy-en-Velay ?

L’exemple du projet du Puy-en-Velay a permis de définir deux besoins :

  1. Le développement de la bibliothèque : la structure du Puy étant fragile, je devais trouver une action assez forte pour donner envie aux étudiants de licence professionnelle en alternance de fréquenter la bibliothèque ou d’utiliser la documentation. Ce public, peu présent sur le site, est plus sensible aux outils numériques et de recherche à distance.
  2. L’insertion professionnelle des jeunes : les étudiants de licence professionnelle sont des futurs diplômés. La majorité termine leurs études à l’obtention de l’examen. Ils ont donc besoin de se préparer au marché de l’emploi.

A partir de ces besoins, j’ai déterminé 3 objectifs reliant « Bibliothèque, Web et Emploi » :

  1. Rapprocher l’Université et le monde de l’entreprise : même si beaucoup d’actions ont été mises en place dans ce sens, il est toujours important de créer une passerelle entre l’Université et les entreprises.
  2. Préparer les étudiants à l’insertion professionnelle : en proposant des formations, des rencontres, des outils numériques, les bibliothécaires contribuent à l’insertion professionnelle des jeunes
  3. Créer un lien entre les étudiants et la bibliothèque : cet objectif découle automatiquement des deux précédents. La bibliothèque devient le référent et le conseiller sur place des étudiants dans leur recherche d’emploi.

Cette définition des objectifs m’a permis de démarrer le projet en cohérence avec les missions de la bibliothèque et de l’Université.

 

CONCLUSION

Ce projet m’a donné l’occasion de rencontrer des professionnels du métier et de prendre contact avec les Bureaux d’Aide à l’Insertion Professionnelle (BAIP) des deux Universités. Les BAIP proposent des ateliers pour les étudiants sur la rédaction de CV et de lettres de motivation et pour préparer l’entretien d’embauche. Le BAIP de l’Université d’Auvergne, sensible au projet, souhaite déjà poursuivre le projet l’an prochain et félicite la BCU pour ce travail de liaison réalisé. La distance ne permet pas au personnel du BAIP de se déplacer souvent dans les antennes. Et le personnel universitaire en place n’a pas toujours le réflexe de les solliciter. En tant que personnel BCU présente sur le site, il m’a semblé opportun et utile d’assurer cette relation. La démarche étant amorcée, il reste à définir pour 2013/2014, le rôle de la BCU, du BAIP et de l’IUT dans les prochains projets professionnels.

 

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

CHOREOMUNDUS : Quand chorégraphique rime avec numérique

 

The Phenakitoscope – couple waltzing by Eadweard Muybridge, Library of Congress (USA), Wikimedia Commons, CC-BY-SA 2.5 license.

 

Depuis septembre 2012, la BCU participe à un programme de master ouvert dans une des deux universités clermontoises, ChoreoMundus. Il s’agit d’une nouvelle formation proposée dans le cadre du programme Erasmus Mundus, créé par l’Union Européenne.

Ce master est issu d’un partenariat entre 4 universités dans 4 pays européens : l’Université de Szeged (Hongrie), l’Université de Trondheim (Norvège), l’Université de Roehampton à Londres (Royaume-Uni) et l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. La formation est composée d’enseignements sur la thématique de la danse sous diverses approches (anthropologie, histoire, théorie et pratiques, épistémologie, art, patrimoine culturel immatériel…). Ce master a pour objectif de former des « heritage managers », id est des gestionnaires de patrimoine dansé, notamment à partir d’une approche de la danse comme patrimoine culturel immatériel.

En quoi et pourquoi la BCU est impliquée ?

La BCU a prêté son concours pour accueillir les étudiants Choreomundus et participer à la formation :

  • par l’intermédiaire de la BU Staps et de son fonds Danse constitué dès avant la première année de ce master grâce à une subvention du CNL :
  • par l’implication des bibliothécaires des BU Sciences et Staps dans l’élaboration d’une formation ad hoc spécialement préparée pour des chercheurs débutants en anthropologie de la danse ;
  • par l’implication de la Bibnum aux enseignements du second semestre sur la thématique du patrimoine et du numérique.

Lors de ce second semestre a lieu sur deux semaines un programme intensif sur le thème du patrimoine culturel immatériel et de la gestion du patrimoine. Dans ce cadre, l’enseignante-chercheuse coordinatrice à Clermont-Ferrand nous a sollicités pour intervenir sur les questions liées au numérique et aux enjeux du patrimoine dans le numérique.

 

Pourquoi participer ?

Parce que c’est prolonger sous d’autres formes le rapprochement entre cette discipline et la BCU, qui existait déjà grâce aux actions culturelles organisées par la BU Staps (exposition de photographies de danse, conférences, etc.) et à son fonds spécialisé.

Parce que les liens avec les étudiants et les enseignants-chercheurs sont toujours à renouveler ou recréer, par les moyens les plus variés, ce qui permet à une BU de montrer toute l’étendue des champs qu’elle sait investir et toute l’utilité qu’elle représente dans la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Parce que la BCU a tout intérêt à s’associer aux enseignants-chercheurs dans le cadre de leur enseignement, pas seulement pour la recherche, pour les raisons susdites.

Parce qu’il s’agit d’un domaine d’excellence clermontois, qui a été appuyé par une subvention du CNL pour la constitution du fonds documentaire, et qu’à ce titre la BCU se devait d’appuyer également le nouveau master européen.

Parce que c’est un nouveau moyen de faire connaître la BCU à la communauté qu’elle dessert.

 

La participation de la Bibnum

Elle s’articule sur les notions de patrimoine et numérique, avec un moment plus théorique sur les questionnements posés par le patrimoine, la conservation, la valorisation à travers le numérique – par exemple : les projets numériques forment-ils un patrimoine immatériel ? Le numérique demeure-t-il simple reproduction dématérialisée ou revêt-il un autre rôle ? Etc. –, et un atelier plus pratique sur une réflexion à mener autour d’un futur projet de centre de ressources commun international sur le patrimoine dansé. En outre, la Bibnum a invité Paul Bertrand, professeur chargé des humanités numériques à l’université de Louvain en Belgique, à intervenir sur ces questions.