Qu’est-ce qu’une solution élégante en programmation ?

Aujourd’hui, nous abordons la question de l’élégance d’un code informatique. Pour parler des coulisses d’un logiciel ou d’un site web, on utiliserait plutôt les expressions « mettre les mains dans le cambouis » ou « regarder sous le capot ». L’esthétique du sujet étant peu évidente de prime abord. Tentons de voir les lignes de code sous un autre jour.
Fractal vegetable
Fractal vegetable – Par Rum Bucolic Ape sur flickr – licence CC BY-ND 2.0

Pour commencer, un langage informatique a des similitudes avec celui d’une langue parlée. Il a des règles de syntaxe et d’orthographe très précises.
Ainsi, comme il y a de belles écritures manuscrites tant par leur forme que par leur style, il y a de gracieuses manières de disposer les caractères à l’écran, de choisir ses mots, appelés instructions.

Les développeurs inventent même des conventions dédiées à leurs logiciels. Drupal a par exemple des règles de codage qu’il est conseillé de suivre quand on est un de ses contributeurs.
La longueur des lignes, la taille des espacements, la disposition des instructions sont ainsi définies et utilisées par les « drupaliens ».

Il est alors plaisant visuellement d’avoir à parcourir un fichier bien structuré plutôt qu’un méli-mélo de sigles disparates. Il va de soi qu’un code bien présenté est aussi plus facile à comprendre et à modifier. Il existe différents styles de présentation associés ou non à un langage particulier.

Écrire de manière ramassée

À coté de cet aspect formel, le style de codage compte beaucoup dans l’appréciation d’un programme. Il y a souvent plusieurs façons de résoudre un problème et en règle générale, une solution courte est plus appréciée par un développeur soucieux de bien faire les choses.
Pour coder « joliment », l’informaticien dispose parfois de raccourcis syntaxiques permettant d’exprimer rapidement ce qui aurait nécessité un plus long développement en temps normal.

Mais attention, comme il peut-être inconvenant d’avoir à lire un texte écrit façon « sms », la concision en informatique n’est pas toujours gage d’un travail compréhensible.
Il y a un équilibre à trouver entre simplicité et lisibilité qui permet la reprise et la lecture du programme par d’autres personnes. Permettre le partage du code participe aussi à sa qualité.

Concevoir avec astuce et habileté

Un programme succinct sera souvent plus efficace en terme de temps d’exécution. Il est également plus satisfaisant intellectuellement de trouver une solution bien conçue et précise.
Faire preuve d’astuce et d’invention, éviter les répétitions inutiles, trouver un enchaînement logique des commandes, garder seulement les étapes indispensables comportent une certaine beauté à l’instar d’une démonstration mathématique ou d’un raisonnement argumenté.

Tout le monde connaît par exemple l’histoire de l’aiguille dans la botte de foin. Pour la résoudre vous pouvez, avec beaucoup de cœur à l’ouvrage, enlever les brindilles une à une. Il est plus aisé de mettre le feu à la meule et tamiser les cendres pour retrouver aisément le petit bout de métal.
C’est ce genre de résolution habile qui participe à l’élégance de la solution trouvée.

Du fractal au chou romanesco

Fractals
Fractals – Sur flickr par cowicide – licence CC BY-NC 2.0

Les informaticiens ont à leur service un autre outil que vous connaissez peut-être sans le savoir : la récursivité.
On la trouve dans la nature sous la forme de la structure harmonieuse et équilibrée d’un flocon de neige ou celle du chou romanesco.
L’image fractale ci-contre en est un autre exemple où l’on voit un motif se répéter à l’intérieur de lui-même. Cette notion existe en mathématique, en linguistique, en biologie, dans les arts, et en informatique…

Le principe est simple en apparence, un programme récursif est un programme qui s’appelle lui-même.

Si vous aviez à calculer la hauteur cumulée d’une poupée russe et de ses descendantes, vous pourriez les aligner les unes à coté des autres.
Puis les mesurer chacune à leur tour pour trouver la hauteur totale, mais ce n’est pas satisfaisant.

Si vous êtes plus inventif vous allez utiliser une boucle en ordonnant au programme de parcourir toute la série de poupées gigogne, de mesurer leur taille respective et calculer le résultat que l’on souhaite.

Mais il y a une solution plus astucieuse avec la récursivité.
Vous mesurerez la figurine la plus petite, le travail est minimal, et appellerez votre programme sur toute la collection en lui donnant l’instruction suivante : la hauteur d’une poupée russe est une fois et demi plus grande que sa première fille.

Avec cette relation générale, votre script commencera par la poupée la plus grande, puis continuera avec la suivante en enregistrant le rapport entre les deux. Et ainsi de suite, jusqu’à l’ultime poupée dont il connaît la taille exacte. Alors, il pourra remonter la file des relations entre matriochkas et donner un calcul juste à partir de cette valeur terminale.

En conclusion

Voilà pour cette tentative d’éclairer « l’écriture informatique » sous un angle différent. Il n’y a évidemment pas de réponse universelle à cette question. C’est une affaire largement subjective et la beauté d’une solution informatique n’est pas tant dans l’enchaînement des caractères numériques que dans l’intention du codeur de rendre les choses agréables.

Pour finir, vous trouverez sur le site « 99 bottles of beer« , les différentes versions d’un algorithme écrit dans 1500 langages et générant les paroles de cette chanson. Alors, quel est selon vous le langage le plus esthétique ?

Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.

De l’autre côté du miroir : revues scientifiques et presse en ligne

 

Hans Palma, Reversed Reflection (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).
Hans Palma, Reversed Reflection (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).

Une récente intervention dans un master à Clermont m’a fourni l’occasion d’un regard de côté sur un monde ignoré, celui de la presse en ligne. Pour traiter de l’édition de revues en ligne devant des étudiants dont la science n’est pas la préoccupation première, je me suis efforcé d’élargir un peu mon point de vue. À défaut d’être approfondi (quelques heures de lecture et de vagabondage sur internet), ce détour était passionnant : le monde de la presse en ligne m’a paru offrir une sorte de vue symétrique de celui des revues scientifiques.

En tentant de clarifier mon impression, j’en suis arrivé à résumer les situations respectives de ces deux mondes par deux formules symétriques.

Pour les lecteurs de presse en ligne, aucun tarif n’est assez bas pour être acceptable.

Pour les lecteurs de presse scientifique, aucun tarif n’est assez haut pour être inacceptable.

Prises littéralement ces formules sont fausses, comme toute idée simple. Pour comprendre la symétrie qu’elles cherchent à traduire il faut les gloser un peu. Quel est le défi fondamental de la presse en ligne ? C’est que le « consentement à payer » des utilisateurs est dérisoire et ne permet pas de supporter les coûts de production. Quel est le défi de la presse scientifique ? C’est que le « consentement à payer » des utilisateurs est excessif, au point de mettre en péril la situation économique des abonnés. Au fond, dans les deux cas, on a un problème de déconnexion des coûts et des prix. Sauf qu’il se produit au détriment des éditeurs de presse en ligne et au détriment des abonnés de presse scientifique.

J’ai été éclairé sur cette notion de consentement à payer par un billet de blog de Françoise Benhamou, qui citait les chiffres suivants :

Le Boston Consulting Group a mené l’enquête auprès de 5 000 personnes dans neuf pays. Il s’agissait d’évaluer le consentement à payer pour recevoir des informations sur son portable ou sur son mobile. 3 euros en moyenne, telle fut la réponse des 54% de Français qui se disent prêts à payer quelque chose […]

[N.B. cette somme recouvre apparemment ce qu’un individu est prêt à payer chaque mois]

Constante économique (je remercie ceux qui me dégrossissent sur ces sujets, ils se reconnaîtront) : pour trouver sa clientèle et permettre au vendeur de couvrir ses coûts, toute vente de service ou de produit doit chercher l‘alignement du prix et de la valeur, telle que perçue par le client. C’est dans la définition de cette valeur perçue que le service numérique pose problème, sans doute surtout faute de recul. Je suppose (un connaisseur nuancerait voire infirmerait) que les coûts sont structurés d’une façon analogue dans l’édition de presse et dans l’édition scientifique. Ils résident d’une part dans le temps de travail lié à la production écrite (collecte d’information, rédaction, relecture, travail éditorial, mise en page), de l’autre dans l’infrastructure de consultation et de conservation (serveurs, réseaux, plate-formes et applis sur internet, temps de travail en informatique). À partir de là, on peut se livrer à un « jeu des différences » qui aboutit aux formules lapidaires ci-dessus.

Différence n° 1 : La main d’œuvre

* Du côté des revues scientifiques, la production repose pour l’essentiel sur des chercheurs rémunérés par la puissance publique. Certes, la gestion d’un flux abondant d’articles, soumis par des auteurs nombreux, et dont une partie seront rejetés ou redirigés, est une caractéristique propre du monde scientifique. Le traitement de ces flux repose en partie sur l’éditeur. Cependant, il paraît évident que le coût du temps de travail rédactionnel est majoritairement supporté par le monde académique.

*La production de presse repose sur des professionnels rémunérés. L’information est produite par des journalistes, constitués en rédaction, et payés pour collecter, valider et rédiger les contenus. C’est vrai pour les principaux pure players de la presse en ligne (Rue89, Mediapart, etc.), et c’est encore vrai pour les journaux (Le Figaro, Le Monde, Libération, La Croix, etc.) qui ont adossé leur rédaction web à celle de la publication imprimée.

Au moins une entreprise de presse en ligne a su, comme les éditeurs scientifiques, s’appuyer sur des contributeurs non rémunérés : le Huffington post. Ce site a produit son lot de polémiques (plus il est rentable, plus il est accusé de brader le journalisme), mais en tout cas une chose est sûre : il rapporte.

 

Différence n°2  : le comportement de la clientèle

* En première approche, la clientèle de la presse en ligne semble insaisissable. Soyons lucides : combien d’entre nous sont prêts à payer pour de l’information en ligne ? Quand bien même nous sommes conscients (et je me pique de l’être) du travail que représente le traitement critique et la publication sur internet d’une information valable, sommes-nous prêts à payer pour cela, alors que les sources gratuites semblent s’offrir de toute part ?

* Du côté des revues scientifiques, la clientèle est captive. Deux raisons essentielles à cela :

  • Lire est, pour le travail de recherche, tout ensemble un besoin vital et une obligation professionnelle. Et un article n’est jamais substituable à un autre : théoriquement au moins, dans le domaine scientifique la redondance de l’information n’existe pas.
  • Et surtout, différence majeure par rapport à la clientèle de la presse en ligne : étant institutionnelle, la clientèle académique est légaliste par nature et par obligation. Quand bien même les usages seraient déviants, les contrats signés par la puissance publique sont honorés sur le plan financier.

Là réside peut-être la principale raison du dérapage des tarifs : les usages déviants ne font pas contrepoids aux prix abusifs. L’échange des fichiers vidéos et musicaux en ligne est, certes, éminemment discutable. Mais il joue un rôle d’aiguillon salutaire pour l’édition numérique, parce qu’il a la force des réalités invincibles (malgré l’acharnement des législateurs), et parce qu’il révèle un besoin de gratuité foncièrement légitime, et tout à fait utilisable en économie : dans le numérique le client est innombrable, mais il n’est pas prêt à payer cher.

Rien de tel du côté du monde scientifique : quel que soit son point de vue personnel, par le contrat qui lie son institution à l’éditeur le chercheur se trouve lié. Et paie.

 

Différence n°3 : les expérimentations économiques

* Peinant à couvrir ses coûts, le monde de la presse en ligne s’est ingénié à tester des sources de financement, et à les diversifier. La décantation n’est pas achevée, mais quelques modèles viables se dégagent déjà : modèle publicitaire, freemium, abonnement, portails thématiques (appelés « portails verticaux » dans le jargon). Dans le journal du net, un billet (Hugo Sedouramane, « Quel business model pour la presse en ligne ? » faisait le point il y a deux ans. On peut le compléter en signalant que depuis, Mediapart a fait la preuve de sa viabilité économique.  Les tarifs pratiqués (amorce commerciale à 1 € par mois pour 15 jours, puis 9€ par mois en mensualisation ; 90 € l’année soit 7,5 € par mois) semblent suggérer que la disponibilité à payer s’est légèrement accrue. Rue 89 semble avoir plus de mal à atteindre la rentabilité. Les autres modèles qui semblent se dégager sont notamment :

  • Les portails thématiques verticaux : l’expression portail vertical (en anglais vertical portal contracté en vortal) désigne un site thématique qui génère du trafic et des recettes (par exemple un site de petites annonces) et qui permet de financer par ailleurs une activité éditoriale non bénéficiaire. L’exemple évoqué par l’article est le portail de petites annonces du Figaro, Classifieds.
  • Le modèle Freemium : la plupart des éditeurs de presse classique expérimentent ce type de modèle, qui exploite le consentement à payer une somme modeste pour un surcroît de service. Sur le site des grands quotidiens, une partie du contenu est accessible directement et gratuitement, le reste est payant, et accessible pour un abonnement au tarif peu élevé (la moitié du prix de l’abonnement imprimé, à peu près : 12 € par mois pour Libération et le Figaro, 15 € pour Le Monde et La Croix, avec accès aux archives).

* Du côté des revues scientifiques, les modèles se sont surtout caractérisés par leur recherche de continuité rassurante avec ce qui était déjà connu et pratiqué. D’où le succès des modèles de transition qui s’essoufflent à présent, et qui associaient l’accès en ligne à la détention et au maintien des abonnements imprimés.

En bonne logique, la contestation de ces modèles et la recherche de modalités alternatives est venue de ceux qui ne pouvaient s’en satisfaire, en l’occurrence les clients et non les éditeurs, comme pour la presse en ligne. La revendication d’Open Access s’est faite toujours plus vibrante dans le monde scientifique, les modèles freemium et l’expérimentation PLOS ont émergé du monde de la recherche. Alors que les éditeurs les plus en vue se préoccupent surtout de préserver encore quelques temps l’ancien ancien modèle, le temps de s’assurer de la rentabilité des nouveaux.

 

Pour conclure ?

Souhaitons, pour le bien de la science, que le développement des nouveaux modèles à l’intérieur du monde scientifique soit rapide et vigoureux.

  • pour faire contrepoids et empêcher la nasse commerciale de l’auteur-payeur d’enserrer toute la production en sciences exactes.
  • parce que ces modèles nous permettront de connaître par l’expérience les coûts de production des revues, ce qui facilitera beaucoup le dialogue avec les éditeurs. La question des coûts de production d’une revue et d’un article sont encore, à ce jour, d’insondables sujets de diatribe. Mais on voit déjà à quel point l’existence d’éditeurs académiques en Open Access bouleverse la donne : les chiffres commencent à tomber (voir notamment un récent numéro de Nature consacré au sujet, et spécialement l’article « Open Access : The true cost of science publishing« . Bientôt les coûts seront connus dans le détail, étudiés, publiés, disséqués et comparés. Cela devrait contribuer à faire avancer la discussion entre les scientifiques et les éditeurs commerciaux.

Les modèles économiques des éditeurs sont le miroir des comportements de leurs clients. Nous avons eu amplement le temps, nous autres bibliothécaires et enseignants chercheurs, de nous y contempler. Si nous ne sommes pas satisfaits de ce que nous y voyons, inutile d’incriminer le miroir. Dans l’édition scientifique, c’est notre consentement à payer qui est en cause. Et tout consentement est une décision.

 

Mise en place de Blacklight : comment ?

Nous avons choisi Blacklight comme interface publique pour notre catalogue. Voici comment nous avons procédé pour indexer les données de notre SIGB et comment nous allons intégrer d’autres données (revues et livres électroniques).

Pour faire fonctionner Blacklight en mode OPAC de nouvelle génération d’abord, il a fallu répondre à 3 questions :

  1. comment importer toutes les notices du SIGB dans l’index Solr ?
  2. comment obtenir les données d’exemplaires (donner la disponibilité) ?
  3. comment gérer les services et l’accès au dossier lecteur ?

Paramétrage de l’index Solr et procédure d’import

Blacklight n’est à proprement parler que l’interface qui permet de gérer l’affichage des données et les services au lecteur. Celui qui fait tout le boulot de traitement des données, c’est le moteur Solr. Il s’agit donc de lui faire avaler des données au format MARC ISO2709 afin qu’il puisse les indexer et les proposer sous forme de facettes, par exemple.

Indexation

La version standard de Blacklight proposée en téléchargement fournit une configuration de base opérationnelle. Mais comme c’est un produit développé aux États-Unis, le format par défaut est le MARC21. Donc, au minimum, pour une BU française, le travail consiste à remplacer les étiquettes de champs MARC21 par des étiquettes UNIMARC. Plutôt facile de mettre 200 là où on trouve 245 ! Mais quand on aborde les notions d’auteurs secondaires ou de titres complémentaires, on se rend compte que les deux formats ont une manière de voir les choses bien différente.

Pour obtenir des facettes intéressantes, il faut réaliser des mappings comme celui-ci, qui concerne le type de document :

# format mapping
# leader 06-07
map.format.aa = Article ou communication
map.format.ai = Ressource à mises à jour
map.format.ac = Recueil
map.format.am = Livre
map.format.as = Revue
map.format.lm = Ressource électronique
# leader 06
map.format.b = Texte
map.format.b = Manuscrit
map.format.c = Partition musicale
map.format.d = Partition musicale
map.format.e = Carte ou plan
map.format.f = Carte ou plan
map.format.g = Vidéo
map.format.i = Enregistrement sonore non musical
map.format.j = Enregistrement musical
map.format.k = Image
map.format.l = Support informatique
map.format.m = Ressource multimédia
# 007[0] when it doesn't clash with above
#map.format.h = Microforme
#map.format.q = Partition musicale
# none of the above
map.format = Indéterminé

Pour la facette « Sujets », nous avons utilisé les mots-clés RAMEAU en séparant les subdivisions : tout ce qu’on trouve en $a ou $x constitue une vedette « thème » tandis que les $y et $z sont distribués « région » et « période ».

Importation automatique

Comme on veut disposer de données bibliographiques à jour, il faut mettre en place deux procédures automatiques : une pour exporter la base catalographique du SIGB, une autre pour importer les données dans l’index Solr.

Nous avons demandé à notre fournisseur de SIGB (GFI) de créer une procédure d’export de toutes les notices au format ISO2709. Donc, tous les jours, l’ensemble du catalogue est mis à jour.

Ensuite, nous avons développé un script shell qui permet, toutes les nuits, d’effacer l’index et d’importer le fichier ISO généré par AbsysNET. Après avoir longtemps buté sur la question des notices supprimées dans le SIGB, nous avons en effet choisi d’effacer tout l’index avant import. Cela permet de ne pas avoir à gérer d’import différentiel (i.e. seulement les nouvelles notices) ni d’avoir à retraiter les notices modifiées ou supprimées. En effet, il nous a semblé impossible d’extraire des indicateurs fiables pour identifier les notices à traiter : pas de données dans le label de notice UNIMARC (position 5 concernant le statut de la notice).

Connexions pour les données d’exemplaire et du lecteur

AbsysNET comprend un serveur Z3950 qui permet d’interroger la base Oracle. C’est sur ce serveur que l’on s’appuie pour interroger en temps réel la base des exemplaires et connaître leur disponibilité.

La page Blacklight qui affiche la notice détaillée d’un document intègre une requête Z3950. Le serveur Z3950 d’AbsysNET renvoie une réponse XML qu’il suffit de mettre en forme à sa guise. Nous affichons donc les données d’exemplaires en tableau et indiquons par une icône rouge ou verte si le document est disponible, c’est-à-dire non emprunté, dans telle ou telle bibliothèque du réseau.

Notice détaillée avec disponibilité
Notice détaillée avec disponibilité des exemplaires

En ce qui concerne le dossier lecteur et les services associés, nous utilisons un connecteur développé par GFI. Connu sous le nom de zabnetarch (car conçu pour fonctionner avec les portails Archimed), ce connecteur permet d’interroger les données du fichier lecteur et d’interagir avec les services permis par les politiques de prêt.

Notice détaillée avec service
Notice détaillée avec bouton de communication

On peut ainsi intégrer des boutons pour demander un prêt (et générer l’impression d’un bulletin), réserver un exemplaire, prolonger un emprunt et fédérer toutes les informations dans une page « mon compte ».

Personnalisation de l’interface

Nous n’avons pas passé de temps sur la partie graphique du catalogue. Nous nous sommes contentés pour le moment d’utiliser le thème standard de Blacklight. La mise en forme nous a semblé bonne et nous n’avons pas fait de cet aspect du projet une priorité.

Nous avons travaillé essentiellement à la traduction de l’interface et des libellés, avec le souci de sortir du jargon bibliothéconomique. Ce n’est pas toujours facile d’y parvenir… Ce même souci de lisibilité nous a conduits à simplifier autant que possible la lecture des notices. Il a fallu faire des choix quant aux champs à afficher. La tension est forte entre la clarté de la présentation et l’exhaustivité de l’information donnée. Compte tenu des remarques des uns et des autres, ce travail se poursuit, d’ailleurs.

Pour illustrer le catalogue, nous avons utilisé les API Google Books qui permettent d’afficher les vignettes de couverture des ouvrages. Après quelques déboires dus à la requête sur l’ISBN (Google digère mal les tirets), nous avons traité les notices de manière à obtenir systématiquement un EAN. Le taux d’affichage des vignettes s’en est trouvé amélioré. Mais c’est encore insuffisant. Notre catalogue est peu illustré, nous le voyons bien avec notre page d’accueil qui recense les nouveautés.

Faute d’un taux de couverture suffisant, nous avons provisoirement affiché nos titres dans un cadre représentant un livre. Nous obtiendrions certainement de meilleurs résultats si on utilisait les API d’Amazon. Mais ici comme ailleurs, le débat reste vif entre les tenants de l’efficacité (plus de vignettes grâce aux API Amazon) et les défenseurs du petit commerce (non à la publicité pour le géant d’internet). Il faudra bientôt trancher.

Configuration de Solr

Dès les premiers tests, il est apparu que les résultats donnés par Solr ne nous convenaient pas. Il a fallu bien se documenter sur son fonctionnement avant d’en saisir les mécanismes et de pouvoir agir sur le calcul de pertinence.

Le plus difficile pour un bibliothécaire est de rompre avec la rigidité des sacro-saints opérateurs booléens. Certes, ils sont utilisés par le moteur mais pas seulement. C’est tout un système de pondération qui peut être paramétré. Le moteur est tendu vers un objectif : donner des résultats. Il n’aime donc pas répondre qu’il ne trouve rien.

Tout l’équilibre réside dans le fait de trouver les termes demandés tout en suggérant d’autres pistes. Solr donne la priorité aux premiers termes saisis et à leur place dans la notice. Le premier résultat de la liste sera toujours la notice qui contient tous les mots saisis dans son titre. Si ce n’est pas le cas, alors le moteur revoit ses exigences à la baisse : des mots placés dans le corps de la notice, moins de mots retrouvés, etc. Et puis si vraiment il n’y a aucune concordance possible, Solr fait des suggestions.

Là encore, les mécanismes sont complexes et tout est différent d’une langue à l’autre. Solr doit être paramétré pour le français afin qu’il puisse analyser les structures de mots pour corriger une faute d’orthographe ou étendre ses recherches à une famille de mots.

Nous avons beaucoup de connaissances à acquérir dans ce domaine pour optimiser le comportement du moteur.

Et maintenant ?

Notre catalogue est en place, sur un mode OPAC de nouvelle génération puisqu’il n’intègre que les ressources imprimées gérées par le SIGB. Il s’agit maintenant de travailler à l’indexation de nos ressources électroniques. Certaines sont déjà présentes : les livres électroniques pour lesquels nous disposons de fichier de notices au format ISO2709 sont indexés directement par import.

Mais le gros des ressources devra faire l’objet d’autres traitements. La base de connaissance SFX pourrait être importée au format CSV et fonctionnerait avec des liens open url. D’autres ressources dont les éditeurs proposent des échanges via le protocole OAI-PMH nécessiteront le développement d’un moissonneur.

Bref, nous avons du pain sur la planche !

Lire autrement : deux ou trois choses que le numérique a changées

Un lecteur dont on voit la main lit un texte sur une plage braille reliée à un ordinateur portable
Ordinateur portable relié à une plage braille

Produire mieux, plus, plus vite …

Le numérique a indéniablement accéléré la production de médias substituts à destination des personnes en situation de handicap qui ont besoin, pour accéder à l’information d’un certain nombre d’adaptations.

Cet effet d’accélération se perçoit à travers le nombre de documents adaptés aujourd’hui disponibles. S’il reste faible (l’Union européenne des aveugles évoque un pourcentage compris entre 1 et 5% selon les pays concernés) par rapport à une production éditoriale prise dans son ensemble, la progression est réelle. Toutefois certains secteurs sont les parents pauvres de l’adaptation. J’avais mené en 2012, dans le cadre d’un mémoire de fin d’études une enquête sur l’offre adaptée et j’avais constaté que si les prix littéraires étaient largement adaptés et diffusés, certains pans de la production étaient délaissés (les livres pratiques par exemple).

Le numérique a néanmoins permis de passer d’une production « artisanale » à une production automatisée faisant gagner un temps précieux lorsque le document d’origine est déjà en format numérique. Sur un document textuel, simple, structuré, transmis en format XML, le temps de traitement (grâce à un convertisseur élaboré par Braillenet) est de quelques minutes. La conversion en un format pivot (DAISY/EPUB) permet de générer ensuite des formats multiples qui pourront être lus selon différentes modalités (audio, tactile, visuelle). Au lecteur de choisir l’interface la mieux adaptée. On mesure le chemin parcouru en lisant un article du Bulletin des Bibliothèques de France de 1956, « Les bibliothèques pour aveugles » qui décrit comment les documents sont copiés à la main, transcrits à l’aide d’un poinçon et d’une tablette par 950 copistes, au sein de l’Association Valentin Haüy.

L’adaptation de documents scientifiques, de documents comportant cartes, schémas, iconographies, notes de fin d’ouvrage, est toujours chronophage et complexe à mettre en œuvre puisque l’intervention humaine est nécessaire. Ce type d’adaptation (pour des manuels scolaires ou universitaires par exemple) peut prendre plusieurs dizaine d’heures. Le projet AcceSciTech lancé en 2012, a pour objet, de proposer une réponse technique par le développement d’outils visant à automatiser au maximum la production de documents scientifiques et techniques adaptés. Une piste collaborative est également à l’étude.

Mais le numérique n’est qu’une technologie et d’autres considérations entrent en ligne de compte pour améliorer les capacités d’adaptation :

1. l’évolution du contexte législatif : l’exception handicap au droit d’auteur, prévu dans la DADVSI, a permis de légaliser des pratiques d’adaptation jusque là plus ou moins clandestines. L’article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle, alinéa 7, précise que l’auteur ne peut empêcher, dès lors qu’une œuvre a été divulguée : « La reproduction et la représentation par des personnes morales et par les établissements ouverts au public, tels que bibliothèques, archives, centres de documentation et espaces culturels multimédia, en vue d’une consultation strictement personnelle de l’oeuvre par des personnes atteintes d’une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, dont le niveau d’incapacité est égal ou supérieur à un taux fixé par décret en Conseil d’Etat, et reconnues par la commission départementale de l’éducation spécialisée, la commission technique d’orientation et de reclassement professionnel ou la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées mentionnée à l’article L. 146-9 du code de l’action sociale et des familles, ou reconnues par certificat médical comme empêchées de lire après correction. Cette reproduction et cette représentation sont assurées, à des fins non lucratives et dans la mesure requise par le handicap, par les personnes morales et les établissements mentionnés au présent alinéa, dont la liste est arrêtée par l’autorité administrative. »

La loi prévoit deux types d’agrément. La liste des organismes agréés est disponible sur le site du ministère de la Culture :

  • l’agrément de niveau 1 ou simple autorise la reproduction et la représentation d’œuvres
  • l’agrément de niveau 2 permet d’obtenir les fichiers numériques des éditeurs via la BNF

Il faut noter, dans la liste le faible nombre de bibliothèques agréées, quand bien même, certaines mènent une véritable politique d’accès en faveur des personnes handicapées.

Au niveau international, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle s’achemine vers une exception mondiale au droit d’auteur en faveur des personnes handicapées. Une conférence diplomatique doit se tiendra du 17 au 28 juin 2013, à Marrakech, au Maroc. L’objectif de cette conférence est d’adopter un traité international visant à améliorer l’accès des nombreux déficients visuels et personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés dans le monde entier aux œuvres protégées au titre du droit d’auteur.

2. la création d’une infrastructure garantissant la sécurité des échanges de fichier en provenance des éditeurs. En 2009, la BNF a reçu par le décret n° 2009-131 du 6 février 2009 la mission d’être l’organisme dépositaire des fichiers numériques des éditeurs ayant fait l’objet d’une demande par un organisme agréé. Pour remplir cette mission, en 2010, la Plateforme sécurisée de Transfert des Ouvrages Numériques (PLATON) a été mise en service. Elle centralise les demandes, sécurise les transferts de fichiers entre éditeurs et organismes agréés, conserve les documents déposés et les met à disposition. En 2013, les services s’étendent puisque sont désormais possibles :

  • l’abonnement aux titres de presse en XML (lorsque l’éditeur mandate une plateforme de distribution générant ce format) ;
  • la réception des documents sur un compte sFTP (crypté) ;

En outre, dans un souci de mutualisation des travaux d’adaptation, un message d’information lorsqu’un document a déjà été demandé pour être transcrit. Cette évolution est nécessaire car la mutualisation des transcriptions et le signalement des documents adaptés restent un des maillons faibles de cette chaîne de production.

Accéder plus facilement aux documents adaptés ?

Le numérique a aussi changé les pratiques des lecteurs. Avant d’aborder prochainement, cette évolution des pratiques de lecture et d’information, il est nécessaire de faire un focus sur un point essentiel, l’accès aux ressources adaptées à l’ère du numérique pour les élèves et les étudiants. La question qui se pose quotidiennement voire plusieurs fois par jour à un jeune qui a besoin de médias substituts (et à son entourage) est : ce livre, que ce professeur me demande de lire, est-il adapté et comment puis-je me le procurer dans un délai raisonnable ? La réponse devrait être simple. Il n’en est rien et les réseaux (forums, listes de diffusion, associations) fonctionnent à plein.  Il n’existe pas d’obligation de signaler ce qui est adapté par les différents organismes. La BDEA (Banque de Données de l’Edition Adaptée) recense les adaptations (de manière non exhaustive) mais sans obligation, des ressources passent entre les mailles d’un filet plutôt lâche. Une évolution reste nécessaire si la mission de signalement national veut être remplie correctement.

Une réflexion est menée à Clermont-Ferrand sur la nécessité de signaler de manière partagée et systématique les adaptations réalisées pour des étudiants déficients visuels. A partir d’un constat évident : toutes les bibliothèques universitaires françaises contribuent à l’alimentation d’un catalogue collectif : le SUDOC qui permet de décrire et de localiser l’ensemble des ressources présentes dans les fonds des BU, une interrogation non moins évidente a surgi : pourquoi un tel outil ne serait-il pas mis à disposition des personnes ayant besoin de documents adaptés ? Pourquoi ne pas utiliser le SUDOC pour signaler l’existence de ressources adaptées (par les missions handicap ou par les bibliothèques universitaires elles-mêmes).

Mes collègues ont, l’an dernier, mené l’enquête auprès de l’ABES.  Si certains champs peuvent être renseignés pour indiquer le type d’adaptation ou le public destinataire,  un écueil de taille se dresserait sur la route du lecteur à la recherche de médias substituts, malgré la présence de telles informations : il lui sera impossible d’interroger ces champs par le biais de l’interface publique de consultation. Ils seraient interrogeables uniquement dans le catalogue local. Evidemment,  les atouts de la mutualisation se réduisent comme peau de chagrin et un tel travail n’offre aucun intérêt pour le lecteur. Il existe toutefois un espoir pour les bibliothèques universitaires (surtout pour leurs lecteurs d’ailleurs) sur le moyen et le long terme. L’ABES travaille sur un projet ambitieux de SGBM (Système de Gestion de Bibliothèque Mutualisé) dont l’étude d’impact a été publiée fin mars. En prenant en compte, dès l’origine du projet, les contraintes d’accessibilité, bornées par les dispositions législatives, ce projet devrait faciliter le signalement des ressources.

Il reste aussi à souligner la forte inégalité des services destinés à faciliter l’accès à la documentation scientifique de niveau universitaire, sans doute liée à la faible prévalence des déficiences visuelles chez les jeunes adultes, pourtant très demandeurs d’adaptation.

A l’université, l’acquisition des connaissances est très étroitement liée à l’accès à l’information écrite. Les tâches que doit effectuer un étudiant sont multiples : lectures, analyses critiques, commentaires, recherches bibliographiques, rédaction de compte-rendus, de mémoires, de rapports, prise de notes, traitement de données statistiques, calculs, … et les obstacles nombreux. Tous les étudiants déficients visuels, n’ont pas, comme à Clermont-Ferrand, la chance de bénéficier d’un service d’adaptation doté d’un personnel qualifié. Ce service de proximité existe dans d’autres universités (Lyon 3, Reims, …) mais n’est pas suffisamment répandu.

En réfléchissant localement et nationalement à la meilleure manière d’adapter et de signaler les adaptations, en créant des synergies entre différents pôles (missions handicap, bibliothèques, enseignants-chercheurs, recherche), en facilitant l’accès dans de courts délais à une documentation actualisée, chacun peut contribuer à une meilleure insertion sociale et professionnelle des étudiants en situation de handicap. C’est un pas qu’il faut franchir, allègrement !