Pratiques de lecture des étudiants déficients visuels : mieux les connaître pour mieux servir

Livre en braille contenant du texte et une carte en relief
Livre conservé dans la maison natale de Louis Braille

J’ai assisté hier matin à une conférence d’Olivier Bessard-Banquy, organisée par le CRFCB et intitulée « Les mutations de la lecture ». Je suis un peu restée sur ma faim car les propos, largement émaillés de jugement de valeur sur des auteurs grand public, concernaient essentiellement la lecture d’oeuvres littéraires et l’édition alors que j’espérais entendre parler des lecteurs. Ils apparaissaient bien ça et là, au détour d’une phrase mais trop peu à mon goût et à certains de mes collègues bibliothécaires. Ce que j’avais projeté de la conférence ne correspondait pas au profil du conférencier, spécialiste de l’édition. Bel exemple d’une réponse qui ne correspond pas à un besoin et tombe à plat sans que la qualité de l’intervention soit remise en cause.

Je reste persuadée que, pour apporter des réponses pertinentes, il nous faut partir des besoins et des pratiques d’information et de lecture de nos usagers. Dès lors que les pratiques évoluent (et rapidement puisqu’elles sont liées à une industrie de la connaissance qui n’a de cesse de créer de nouveaux débouchés commerciaux), c’est une perpétuelle remise en cause de nos propres pratiques qui se joue. C’est tout l’inconfort et le sel du métier de bibliothécaire aujourd’hui.

Mon billet portera aujourd’hui sur les pratiques de lecture des étudiants déficients visuels. En effet, les réponses se complexifient encore lorsqu’il s’agit de répondre aux demandes documentaires d’étudiants qui ont besoin de documents adaptés. Entrer à la bibliothèque ou dans une librairie, interroger un catalogue pour localiser un document, parcourir une quatrième de couverture, lire un sommaire, feuilleter, scroller : autant de comportements communs, autonomes et autorisés pour un lecteur valide, compliqués, impossibles ou trop chronophages pour un lecteur aveugle ou malvoyant. Alors comment font-ils et comment apporter notre aide et nos compétences dans ces recherches ?

Compenser le handicap : le recours aux aides techniques

Le pas du numérique est franchi depuis longtemps par les étudiants en situation de handicap qui utilisent comme outils de compensation du matériel et des logiciels : ordinateur (de bureau ou portable) équipé selon les cas d’un logiciel d’agrandissement de caractère, d’un logiciel de revue d’écran (payant ou gratuit), d’une plage braille complété le cas échéant, d’un télé-agrandisseur, de loupes numériques, d’un bloc-notes braille, d’un scanner avec OCR, d’une machine à lire, …. . Ce sont des outils très personnels dont le choix dépend d’une analyse fine des déficiences fonctionnelles à compenser. Le recours à ces aides oblige à acquérir, en continu, des compétences procédurales (connaissance du clavier AZERTY et des fonctionnalités des logiciels, aisance de l’utilisation, …). Dans de nombreuses bibliothèques, ces matériels coûteux et fort peu utilisés prennent la poussière. J’ai le souvenir d’une définition du Diable des bibliothèques qui m’avait marquée : « Handicapé (lecteur) : Sert à dépenser un reliquat de crédits de fonctionnement, en justifiant l’achat d’appareils coûteux et ridicules. » Il n’est pas utile à mon sens que les bibliothèques soient systématiquement équipées de ces matériels. L’offre est à construire au cas par cas.

S’informer, se documenter, apprendre : se procurer des ouvrages en médias substituts

Je vais partir d’une situation très classique à l’université : un enseignant donne à ses étudiants une bibliographie sur le droit du travail. L’étudiant voyant interroge le catalogue de la BCU pour savoir si les documents sont disponibles. Si l’on fait une requête avec l’expression Droit du travail,  on obtient 588 documents dont 110 parus dans les 4 dernières années. On peut imaginer que le document sera présent. Dans le cas contraire, le service du PEB (Prêt Entre Bibliothèques) saura fournir, dans un délai rapide, le document demandé.  J’ai aussi lancé ma recherche sur la BDEA (Banque de Données de l’Edition Adaptée) en utilisant la même expression :  12 résultats mais sur ces 12 résultats, seuls 3 ont moins de 4 ans. Sur la BNFA, la même interrogation donne 7 résultats dont 5 ont moins de 4 ans. Il est donc très difficile pour un étudiant de se procurer dans un délai court des ouvrages adaptés, sur un sujet précis même s’il existe aujourd’hui quelques grandes bibliothèques numériques et si le nombre de documents disponibles à augmenter. Il ne pourra non plus faire appel au PEB.

J’ai pris l’exemple du droit du travail car il existe aujourd’hui une offre numérique d’e-books significative. La BCU est par exemple abonnée à Dalloz bibliothèque. Je me tourne vers la base de données que j’interroge. J’obtiens une trentaine de documents mais ils sont en format Flash. Un rapide test sur la plateforme Wave confirme leur inaccessibilité totale. L’étudiant en situation de handicap doit donc demander l’adaptation du document qui l’intéresse.

Ce rapide exemple montre que, s’il existe aujourd’hui quelques grandes bibliothèques numériques spécialisées BNFA, Eole, Bibliothèque Sesame, GIAA et une médiathèque spécialisée de référence ouverte au public : la médiathèque de l’AVH, l’offre en documents de niveau universitaire est encore plus faible que l’offre grand public. Ce que j’observe aussi c’est que l’offre d’ouvrages récents est complètement mêlée à une offre d’ouvrages obsolètes.

Se procurer un document de référence adapté demande donc : de l’anticipation (adapter prend du temps), de l’argent (certaines associations demandent aux lecteurs de lui fournir le document original), du savoir-faire (le métier de transcripteur est un métier à part entière)  et le passage par des intermédiaires (professionnels ou membres du cercle privé) qui se chargeront de ces opérations. L’exception handicap au droit d’auteur prévoir que les adaptations se font sans but lucratif. C’est donc une économie de la gratuité et de la solidarité qui s’est mise en place pour la production et la diffusion de médias substituts, économie où l’adaptation à la demande occupe une place très importante. Le soutien de l’entourage, la débrouillardise, les échanges de documents par les réseaux peer-to-peer sont aussi des moyens utilisés. Notre place est parmi ces intermédiaires, en appui aux lecteurs en situation de handicap ou aux missions handicap qui les accompagnent, pour les aider à trouver les documents nécessaires mais aussi pour les accompagner dans leurs recherches d’information et l’utilisation de nos sites ou de bases de données (lorsqu’elles sont accessibles !)

Accéder à l’information : varier les modalités et les stratégies de lecture

Un lecteur expert malvoyant ou aveugle comme un lecteur voyant met en place des stratégies de lecture différentes selon le projet de lecture mais ces stratégies excluent de fait la lecture « écrémage » qui permet de prendre rapidement connaissance d’un document en le survolant. Il n’y a pas d’appropriation globale d’un texte précédant la lecture détaillée. C’est la lecture séquentielle qui domine y compris pour la consultation d’un site Internet. Une personne aveugle de naissance m’a un jour confié la manière dont elle se repérait dans un site qu’elle utilisait régulièrement. Elle se le représentait comme un parking souterrain avec des niveaux différents, des carrefours. Cette représentation spatiale lui permettait ensuite de s’orienter facilement. Une autre qui doit utiliser dans le cadre de son travail de l’information tirée de sites internet institutionnels, m’expliquait qu’elle prenait le temps, au calme, chez elle de repérer la structure du site, son organisation pour ensuite gagner en efficacité.

A ces différentes stratégies s’ajoutent une autre variable : le choix de la modalité de lecture, audio, tactile et parfois visuelle. Le retour tactile sur une plage braille peut être ponctuellement utilisé pour vérifier l’orthographe (noms propres, lecture dans une langue étrangère) dans une pratique de lecture audio. A contrario, le choix de la modalité tactile peut être  privilégié (pour faciliter la mémorisation par exemple). Une distinction existe aussi entre voix humaine et voix de synthèse, cette dernière ayant vocation à être utilisée pour des lectures utiles, professionnelle. Peu de surprises avec les voix de synthèse qui sont aujourd’hui très performantes, en revanche une voix humaine peut être « inlisable », néologisme utilisé par un lectrice aveugle pour expliquer à quel point la mauvaise interprétation d’un texte peut en gâcher la découverte.

Nous pouvons apporter une aide aux lecteurs en situation de handicap en les formant de manière individualisée. L’accompagnement individualisé à l’utilisation des sites internet est une des clés de la connaissance de nos services. Objectif principal : présenter la manière dont l’information est organisée sur le site de la bibliothèque (les rubriques, les fonctionnalités), améliorer les stratégies de navigation sur le site internet de la bibliothèque, apporter une connaissance des ressources documentaires à disposition. Même un site accessible, aussi foisonnant qu’un site de bibliothèque, peut donner du fil à retordre. Il faut dans la mesure du possible baliser, avec l’étudiant en situation de handicap, des chemins de recherche familiers qui lui feront économiser temps et énergie. C’est cet accompagnement personnalisé que nous voulons mettre en place à la rentrée, en collaboration avec le Service Université Handicap.

En français, pour différencier un texte imprimé d’un texte en braille on parle de document « en noir  » par  allusion  à la couleur de l’encre, mais, en anglais, les documents « en noir » sont qualifiés par l’expression  » mute letters « . Si nous leur rendions la parole ?

 

 

 

 

 

 

 

Papier/électronique, catalogage/indexation, comment aller ensemble

extrait pub pour papier toilette
comment lier papier et électronique : extrait d’une publicité pour papier toilette

Les métadonnées sont devenues désormais le nerf de la guerre, dixit Louise Fauduet, intervenante BnF lors d’une récente formation continue, dans l’indexation des ressources et leur visibilité/accessibilité sur internet. Pour les bibliothèques numériques intégrant tout type de documents – numérisés ou nativement numériques –, elles sont le prolongement disons « naturel » du catalogage classique pour le papier. Autrement dit : catalogage = indexation.

Et c’est à peine exagéré : presque rien ne change, mais c’est effectivement ce « presque » qui pose question.

La seule chose qui évolue (devrait évoluer) vraiment, si l’on considère que le catalogage classique dessert le papier et que l’indexation se tourne vers le numérique, c’est l’importance accordée au papier et à l’électronique par nous : quand on voit que la production de données, la collecte d’informations et la gestion courante basculent en quantité et coût du côté des ressources électroniques (plus de la moitié des ressources documentaires sont électroniques désormais, selon les chiffres de Carl Grant, vice -doyen et directeur des services informatiques des BU de l’université de l’Oklahoma) pourquoi l’activité de catalogage ne suivrait-elle pas le même mouvement ? Quand on sait que les pratiques des étudiants et chercheurs ont déjà basculé de ce côté-là également, ne devrions-nous pas les accompagner ? Une distinction papier/électronique qui n’aurait plus lieu d’être demeure pourtant : on le voit pour l’effort consenti sur les nouveaux apprentissages, mais également dans les réflexions récurrentes sur la baisse des prêts (les prêts papier restent une statistique phare alors qu’elle n’est pas rattachée au nombre de téléchargements qui est son pendant), ou encore la coupure entre pratiques sciences dures/sciences humaines sur l’usage numérique (et quid des humanités numériques/digital humanities et autres initiatives en open access qui remettent en question le cliché des sciences humaines à la traîne et « ringardes » quant à leurs pratiques ?).

Mais on s’éloigne du sujet. Le débat sur l’évolution de l’indexation et la place croissante des métadonnées font planer des ambiguïtés sur ces nouvelles formes et pratiques. Si l’on prend l’exemple des métadonnées pour les fichiers numériques, toute une ribambelle d’a priori viennent semer la confusion dans les esprits.

Premier obstacle :  c’est la séparation imprimée par l’habitude dans nos esprits entre les formats et techniques (si, sortant de l’UNIMARC, on s’intéresse aux FRBR et autres RDA, on ne peut tourner le dos aux METS, MODS et compagnie comme s’ils n’avaient rien à voir) nonobstant le langage et les règles communs. Comme s’il y avait une barrière de spécialité à ne pas franchir – chacun sa tâche, je catalogue dans mon SIGB, tu indexes tes fichiers dans ton gestionnaire de contenus – alors qu’on parle de pratiques identiques.

Deuxième obstacle, la crainte d’être illégitime : « c’est de l’informatique, ce n’est pas le rôle des bibliothécaires ». Cet argument apparaît d’autant plus étonnant qu’il pourrait être opposé à tout changement ayant déjà eu lieu dans le métier, puisqu’informatiser, utiliser des logiciels dédiés aux missions des bibliothèques ou tout simplement utiliser un ordinateur dans son travail, c’est déjà faire de l’informatique. Et les bibliothèques ont vécu l’informatisation du métier, il ne s’agit donc pas de révolution. Simplement d’évolution.

Troisième obstacle : le caractère très/trop technique des outils, « ce n’est pas du langage compréhensible par les humains » – pardon, les bibliothécaires. Faux encore : le langage XML, entre autres, a justement comme qualité d’être compréhensible à la fois par les machines pour qu’elles interagissent, et par les humains. Les balises sont explicites et définissent des champs qui sont ensuite complétés de la même manière que des champs d’un format Marc : grâce à des vocabulaires normalisés, et grâce à l’art bibliothécaire dont tous les collègues sont spécialistes. Et puis qui oserait affirmer sans ciller que les formats MARC sont « compréhensibles par les humains » ?

On touche là au débat plus global qui agite beaucoup de bibliothèques sur la diffusion, au sein des établissements, des connaissances et compétences (ici, techniques, mais pas seulement), c’est-à-dire à la gestion des connaissances, ou knowledge management. L’enjeu consiste à inciter les professionnels à se tourner vers le domaine numérique et à acquérir l’équivalent des compétences qu’ils utilisent déjà pour les collections papier. L’adaptation dans la réalité est de fait moins insurmontable qu’elle ne paraît dans les esprits.

Les formations jouent un rôle important, mais, expérience faite, ne permettent pas, seules, de modifier la perception qu’ont les collègues sur ces questions. Et c’est par conséquent deux conceptions des bibliothèques qui en viennent à s’opposer alors même qu’elles ne suscitent pas de concurrence – pourquoi faut-il imaginer que les abonnements électroniques se font au détriment des acquisitions papier, ou que la bibliothèque numérique s’occupe de missions qui sont hermétiquement distinctes de ce que les collègues font en section, à moins que l’on ne sépare toujours les deux (ce qu’on voit lorsqu’on se focalise sur les prêts physiques en oubliant les téléchargements et connexions en ligne) ?

C’est une des questions qui seront abordées plus amplement lors d’une journée d’ateliers de réflexion de la BCU à laquelle participera l’ensemble des personnels.

Un outil de découverte libre : poster pour les JABES

Nous avons eu la joie de présenter cette semaine notre poster lors des Journées ABES. Léonard Bourlet et moi-mêmes étions présents pour parler de notre travail mais je dois rendre hommage aux principaux artisans de ce poster, Mathieu et Karine.

Présentation du poster aux JABES 2013
Présentation du poster aux JABES 2013

 

Il nous est apparu très vite que le sujet à développer serait Blacklight et sa mise en œuvre. Nous avons voulu restituer notre expérience. Mathieu Bacault a donc conçu le scénario du poster en privilégiant l’aspect chronologique et les étapes du projet, de la réflexion initiale à la mise en production. C’est cette idée de fil conducteur qui nous a menés à la Linea.

Partant de là, Karine Vazeille a réalisé le poster, du dessin à la mise en page (avec Illustrator). Elle a repris le style de la Linea, en modifiant le dessin de la tête notamment, et a conçu toutes les illustrations et les boutons. Le tout en une quinzaine de jours. L’imprimeur a d’ailleurs fourni le poster la veille du pont de l’Ascension, donc juste avant le départ pour Montpellier.

Sur place, nous avons subi une petite douche froide en constatant que les panneaux n’étaient pas adaptés à un poster horizontal ! Et nous étions les seuls à arriver avec un tel format… Bref, voici le poster :

Poster Blacklight image

Poster à télécharger en version PDF (2,60 Mo)